• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Jordanie : « Yallah ! Le Soleil Brille, Brille, Brille ! »

Jordanie : « Yallah ! Le Soleil Brille, Brille, Brille ! »

La saga française du solaire a fini de nous lasser. En attendant le prochaine épisode, la Jordanie nous montre sa réussite.

 

Dans le sud d’Amman, des centaines de panneaux font briller les toits des mosquées : la Jordanie s’oriente de plus en plus vers l’énergie solaire pour tenter de réduire sa dépendance aux hydrocarbures, dont elle est dépourvue et qu’elle doit importer massivement.

« Avant, je payais 12 000 à 13 000 dinars par an de factures d’électricité (de 17 000 à 18 500 dollars), et 2 000 à 3 000 dinars par mois (3 000 à 4 500 USD) en été et en hiver. A présent, ma facture s’est sensiblement réduite », se réjouit l’imam Adnane Yahya, de la mosquée Hamdan al-Qarra, à Amman.

Le lieu de culte a été équipé de 140 panneaux solaires en début d’année, ce qui lui permet de produire près de 44 kilowatts (KW) pour un coût de
32 000 dinars (45 700 dollars).

Cela suffit à alimenter la mosquée, d’une capacité de 1 500 fidèles, qui utilise jusqu’à 50 climatiseurs, 35 ventilateurs, plus de 120 lampes, 32 caméras, ainsi que des microphones.

« Avant, durant l’été, les fidèles se plaignaient de la chaleur et nous demandaient d’augmenter la climatisation. Mais, aujourd’hui, ils nous disent de la baisser car ils ont froid », raconte, tout sourire, l’imam à la grande barbe blanche.

Ce lieu de culte compte parmi les 380 mosquées et églises équipées de panneaux solaires dans le royaume, selon le ministère de l’Energie.

La Jordanie, qui importe 98 % de son pétrole et s’appuie de longue date sur les énergies fossiles pour exploiter ses centrales électriques, s’efforce de réduire sa dépendance à l’or noir, grâce aux énergies propres.

Dans ce pays semi-désertique, le solaire occupe une place prépondérante et, ces dernières années, des panneaux solaires ont fleuri un peu partout, sur les toits des mosquées mais aussi des écoles, des universités, des hôtels, ainsi que des usines et des villas.

L’an dernier, deux centrales solaires ont été inaugurées dans les camps de Zaatari et Azraq, qui accueillent des dizaines de milliers de réfugiés syriens.

La province de Maan, à 200 km au sud d’Amman, a vu naître 11 projets d’énergie verte, dont la plus grande centrale solaire du pays, « Shams Maan ».

Gérée par la société jordanienne Kawar Jordan Investments, le Qatari Nebras Power QSC et le Japonais Mitsubishi, elle a coûté 170 millions de dollars et produit 52,5 mégawatts (MW), grâce à 640.000 panneaux photovoltaïques.

Pour Hanna Zaghloul, le directeur général de Kawar Energy, filiale du groupe Kawar, le solaire doit permettre à la Jordanie de gagner son « indépendance » énergétique.

« La Jordanie est qualifiée pour accueillir de tels projets. Ici, le soleil brille 320 jours par an. Les résultats sont très encourageants, et le secteur peut créer des centaines d’emplois », ajoute-t-il.

« La Jordanie connaît un changement (…) rapide », se félicite la ministre jordanienne de l’Energie, Hala Zawati. « Avant 2012, nous n’avions aucune réglementation, ni loi dans ce domaine »

A présent, le pays possède « 800 MW de capacité de production grâce à ces ressources, dont 600 MW pour le solaire et 200 MW pour l’éolien ».

Selon la ministre, « cela équivaut à 1,1 milliard de dollars d’investissements étrangers » – en référence aux projets mis en oeuvre par des sociétés étrangères -, et représente 7 % de l’énergie consommée en Jordanie.

Le chemin de l’indépendance énergétique reste donc long.

D’ici fin 2019, la ministre prévoit toutefois un quasi doublement de la production, à environ « 1.500 MW », pour « près de 2,3 milliards de dollars d’investissements étrangers ».

L’objectif est d’atteindre « 20 % de l’électricité consommée » par le pays à l’horizon 2020, poursuit Mme Zawati,qui fait en outre valoir la réduction significative du coût des énergies renouvelables ces dernières années.

« Aujourd’hui, un kilowatt d’énergie solaire coûte environ quatre centimes, en baisse constante », soit « moins de la moitié du coût d’un kilowatt tiré des dérivés pétroliers », note-t-elle.

L’ancien ministre d’Etat aux Affaires économiques, Youssef Mansour, aujourd’hui à la tête de l’entreprise « Envision Consulting Group » partage ce constat : « Il faut profiter de cette énergie propre, peu chère, et largement disponible ».

A ce jour, alors que le royaume traverse une situation économique difficile, sa facture pétrolière dépasse encore trois milliards de dinars (4,5 mds USD) par an.

Les projets actuels « contribuent aux efforts pour équilibrer le budget. Ils mèneront l’État vers plus d’indépendance énergétique », souligne-t-il lui aussi.

Quoiqu'il soit permis d'en rêver, un projet impossible en France.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.59/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    



    • Severomorsk 10 novembre 23:05

      @ l’auteur Lestrade

      Bonjour,

      Vous avez écrit : « 380 mosquées et églises......... »

      ------------------

      Et pour la messe de minuit ? 


      • Matlemat Matlemat 11 novembre 09:38

        Il y a un gros problème qui n’est pas évoqué, les panneaux solaires doivent pour être efficaces être nettoyés régulièrement, avec de l’eau, beaucoup d’eau, dans le désert... ? Il faut donc pomper dans l’eau des nappes phréatiques pour produire de l’électricité solaire.


        • knail knail 14 novembre 09:56

          @Matlemat

           smiley Pour une centrale thermique il faut beaucoup beaucoup d’eau, pour fabriquer la vapeur qui fait tourner les turbines, et ensuite pour condenser la vapeur dans les tours de refroidissement... smiley


        • amiaplacidus amiaplacidus 11 novembre 18:26

          Tout d’abord, je voudrais dire que je suis un ferme partisan du photovoltaïque. J’ai d’ailleurs une installation depuis plus de 4 ans, installation dont je suis enchanté.

          Mais votre articles contient nombre d’erreurs et d’inexactitudes, ce n’est pas en propageant des erreurs que l’on peut promouvoir ce type d’énergie.

          À titre d’’exemple, je reprends deux paragraphes de votre texte :

          Le lieu de culte a été équipé de 140 panneaux solaires en début d’année, ce qui lui permet de produire près de 44 kilowatts (KW) pour un coût de 32 000 dinars (45 700 dollars).

          « Aujourd’hui, un kilowatt d’énergie solaire coûte environ quatre centimes, en baisse constante », soit « moins de la moitié du coût d’un kilowatt tiré des dérivés pétroliers », note-t-elle.


          Première erreur (gravissime, malheureusement trop souvent faite par des béotiens) le kW est une unité de puissance (quantité d’énergie, ou travail, par unité de temps), on ne fournit pas des kW, mais un générateur est capable de fournir x kW à un instant t.

          L’unité d’énergie, c’est le kWh, c’est à dire, le travail fournit pendant une durée T donnée.

          .

          Admettons que lorsque vous écrivez kW vous pensiez kWh.

          Le premier paragraphe montre un coût du kWh de 45700 $ / 44 = 1039 $ / kWh. Ce qui paraît, au minimum, excessif pour ne pas dire grotesque.

          Du deuxième paragraphe, vous nous dites que le coût s’élève à 0,04 $.

          Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a contradiction.

          En fait, le coût de production du kWh, sous nos latitude et avec notre climat, est aux alentours de 0,25 $.

          .

          .

          La production d’électricité photovoltaïque mérite mieux qu’un article bâclé.


          • knail knail 14 novembre 10:35

            @amiaplacidus
            Pfff ! Les donneurs de leçon... 
            L’erreur kWh kW est commune... surtout chez le commun des mortels qui n’a pas suivi un cursus scientifique. Elle mérite d’être signalée, mais n’est pas si grave que cela...Parce que un scientifique, un peu modeste, traduit immédiatement l’erreur..
            Le commun des mortels passe là dessus pcq ce n’est pas significatif pour lui...

            Vous vous montrez en outre de vraiment mauvaise volonté. Vous faites celui qui ne comprend pas ! Si vous possédez une installation photovoltaïque depuis plusieurs années vous devez connaître la puissance moyenne d’un panneau (Variable en fonction de la technologie et de la taille pour un panneau de type standard entre environ 200w et 400w ) et comprendre que ce que l’auteur aurait dû écrire c’est non pas "Le lieu de culte a été équipé de 140 panneaux solaires en début d’année, ce qui lui permet de produire près de 44 kilowatts (KW) pour un coût de 32 000 dinars (45 700 dollars)..«  Mais » ... ce qui lui permet de disposer d’une puissance de 44 kW..." (Autrement dit de pouvoir effectivement produire 44kwh par heure de bon ensoleillement) Et tout rentre dans l’ordre question coût....
            Une installation solaire coûte effectivement à ce jour environ dans les 1000$ du kW installé. Du moins les petites et moyennes installations. Les grosses bénéficient d’un facteur d’échelle plus favorable.
            Il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre...
            Quel était donc le but de votre intervention finalement ?
            Moi en tout cas, je me réjouis d’avoir connaissance de ces installations et du programme énergétique de la Jordanie, que je découvre grâce à lui, et c’est le principal.

            Ah oui, encore ceci, concernant le coût du kWh photovoltaïque. Je ne le connais pas pour la Jordanie, mais en Belgique (!) il est désormais (2018) de l’ordre de 10cent ... C’est à dire , selon une étude de 2015 (de l’APERe et Test-Achat), déjà moins cher que le kWh nucléaire...
            Qu’il soit de 4cent en Jordanie ne me paraît pas du tout une énormité...

            Merci à l’auteur pour cet article !



          • math math 12 novembre 08:21

            Cela suffit à alimenter la mosquée, d’une capacité de 1 500 fidèles, qui utilise jusqu’à 50 climatiseurs, 35 ventilateurs, plus de 120 lampes, 32 caméras, ainsi que des microphones... ?

            Vous êtes sur que c’est une mosquée ?..pas un bordel pour « Drag queen » ?


            • Zolko Zolko 12 novembre 12:51

              « le solaire doit permettre à la Jordanie de gagner son indépendance énergétique. »

               

              Je me demande où ces cellules solaires sont fabriquées. Car si c’est en Chine, ils ne sont pas beaucoup plus avancés question indépendance énergétique.


              • seken 12 novembre 18:32

                Bonjour,

                Permettez moi de dire « dieu est grand » et « vive le roi ».

                Il est le genre de souverain une fois tondu, a qui l’on remet sa carte d’identité son droit de vote ainsi que quelques propriétés personnelles, voir a qui l’on laisse une reconnaissance officielle culturelle ou religieuse, une couverture médiatique.

                L’inéligibilité de la lignée, c’est la juste contrepartie non négociable a la survivance monarchie héréditaire moderne. Je n’ai rien contre les monarchies électives, ce n’est pas le roi légitime que je combat, c’est l’hérédité de la fonction royale.

                Celui la est bon, mais qu’en sera t’il du suivant ?

                ++

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès