• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Journée de la Femme islamisée

Journée de la Femme islamisée

La charte de l’ONU, signée en 1945, était le premier accord affirmant le principe d’égalité entre hommes et femmes. Pourtant la charte a été préparée avant l'arrivée de l'islam sur la scène politique. Aujourd’hui, l’ONU doit adopter de nouvelles résolutions défendant le statut des femmes sous les régimes islamiques ou semi-islamiques comme en Iran, Afghanistan, Arabie Saoudite, les pays du Golf Persique, l’Égypte qui tolèrent les traditions misogynes comme crime d’honneur et l’excision. Ces femmes-là, souvent victimes ignorantes, prises par les traditions de misogynie islamique, ont besoin d’appui international. L’ONU doit maintenant réagir en vue des rapports sur la misogynie permanente contre les femmes nées accidentellement dans les pays, dits musulmans.

Le 8 mars, la journée internationale de la femme, est le début d’une conscience égalitaire d’homme-femme. Elle est une lutte juste et laïque contre l’inégalité de sexe voilée par la misogynie de religion et la société de classes. C’est pour obtenir une série de droits fondamentaux que l’Internationale Socialiste en 1910 a tenté de mettre aussitôt fin aux discriminations à l’égard des femmes travailleuses. 

À cette occasion, les revendications des femmes sont basées sur des conditions égalitaires dont les femmes ne pouvaient jadis bénéficier : parmi lesquelles on peut compter le droit de vote, le droit au travail avec des conditions égalitaires, la formation professionnelle pour les femmes et d’autres conditions de travail non-discriminatives pour les travailleuses. Depuis lors, le 8 mars est commémoré et férié dans les pays démocratiques et laïques.

La journée internationale des femmes a emmené un nouvel élan pour les femmes dans les pays développés et en voie de développement. Mais dans le monde musulman, l’islam fait barrage à l’égalité des sexes. Un statut non-discriminatif des femmes dans les sociétés dominées par le credo islamique est pratiquement impossible car ce credo islamique officiellement considère que la valeur de femme est moins de celle de l’homme.

L’islam, surtout en tant qu’une idéologie de l’état, est une nouvelle barrière sérieuse contre la liberté des femmes et l’égalité d’homme-femme dans tous les domaines. Aujourd’hui, en dépit des efforts coordonnés dans le monde non-musulman, les conditions des femmes se dégradent jour après jour sous les régimes islamiques qui exercent des lois islamiques, « Charia » dans leur pouvoir judiciaire et leur système éducatif.

Malheureusement la communauté internationale et l’ONU ignorent le destin des centaines de millions de femmes qui sont les victimes consentantes de la misogynie islamique. L’exemple flagrant est la misogynie institutionnalisée depuis la partition du régime islamique de 1979, en Iran.

Non seulement les régimes Islamique imposent la Charia, mais d’autres régimes semi-islamiques tolèrent les traditions misogynes de la charia. Selon l’organisation mondiale de la santé, 85 à 115 millions de filles et des femmes ont subi des mutilations génitales. Ces pratiques archaïques sont toujours en cours dans beaucoup de pays musulmans malgré le fait qu’elles soient critiquées par la communauté internationale.

En plus, le mariage des fillettes de moins de 10 ans, le mariage temporaire chez les Chiites, viol des jeunes filles qui sont les prisonnières politiques du régime islamique surtout avant leur exécution, tous sont tirés du credo ou des traditions de l’islam.

Dans certains pays musulmans, des femmes qui ont été violées sont parfois tuées par leurs propres familles pour préserver l’honneur de la famille. Ces crimes d’honneur, en tant qu’un legs des traditions islamiques, ont été rapportés en Jordanie, au Pakistan, au Liban, en Syrie, en Irak et d’autres pays du Golfe Persique. Beaucoup d’exemples quotidiens de misogynie prouvent que l’islam bafoue le statut des femmes en réduisant leur statut à un simple moyen de reproduction et l’objet du sexe.

Aujourd’hui, nous savons que la lutte pour l’égalité, la justice, la paix, la démocratie, la laïcité et le développement de la société n’est pas séparée de la lutte contre l’obscurantisme. L’islam politique qui est le berceau de cet obscurantisme dans le monde d’aujourd’hui.

La journée internationale des femmes est un symbole des femmes en tant qu’associées aux valeurs laïques et progressives ou bien en opposition à cet obscurantisme de l’islam. Elle est un démenti aux discriminations religieuses, surtout celles entre femmes et hommes et qui considèrent les femmes moins dignes que les hommes.

Dès 1910, le 8 mars la journée des femmes était un symbole de laïcité contre l’église catholique. Les féministes et d’autres partisans de l’égalité des sexes doivent maintenait doubler le cap en réclamant plutôt une lutte mondiale contre la misogynie de l’islam. Si l’église catholique était une institution favorisant la discrimination sexuelle, la mosquée islamique donne l’ordre de la misogynie et la ségrégation sociale dont le hijab islamique est le mur de séparation entre les femmes et les hommes.

Bien que la charte des Nations Unies propose l’égalité des sexes comme un des droits fondamentaux de l’homme, elle est incapable de fixer des normes, des programmes, et des buts pour avancer le statut des femmes dans le monde musulman. Par exemple, l'ONU évite de condamner le voile obligatoire en Iran qui est le joug le plus symbolique de la misogynie des mollahs qui châtient et harassent des centaines des milliers de femmes « mal voilées » par an.

La charte de l’ONU, signée en 1945, était le premier accord affirmant le principe d’égalité entre hommes et femmes. Pourtant la charte a été préparée avant l'arrivée de l'islam sur la scène politique. Aujourd’hui, l’ONU doit adopter de nouvelles résolutions défendant le statut des femmes sous les régimes islamiques ou semi-islamiques comme en Iran, Afghanistan, Arabie Saoudite, les pays du Golf Persique, l’Égypte qui tolèrent les traditions misogynes comme crime d’honneur et l’excision. Ces femmes-là, souvent victimes ignorantes, prises par les traditions de misogynie islamique, ont besoin d’appui international. L’ONU doit maintenant réagir en vue des rapports sur la misogynie permanente contre les femmes nées accidentellement dans les pays, dits musulmans.

L’ONU et la communauté internationale qui ont été capable de condamner l’Apartheid doivent maintenant condamner l’apartheid sexuel des états islamiques en y imposant des sanctions adéquates. La violation des droits fondamentaux des femmes dans le monde islamique est un fait qui a été trop longtemps ignoré. La sauvegarde des droits des femmes est maintenant essentielle pour redonner un sens pratique à cette journée commémorative de 8 mars par les mesures effectives imposées aux régimes misogynes.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.93/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • howahkan Hotah 8 mars 2014 11:03

    Salut

    C’est vrai que la seule menace sur la planète est la femme islamisée, sinon tout va bien partout....bon arretez de prendre les autres que pour des cretins dégénérés.....y’en des sinistes dans le tas ..

    vous poussez à la guerre de civilisation ,enfin à la guerre tout court seule issue pour l’empire déjà mort et qui veut essayer d’entrainer dans son sillage dément l’humanité entière et qui veut cela sinon les sinistes, si si bien sur..ça n’est plus un secret , tout çà ,soi disant, pour gagner le premier prix du premier messie avant les autres..comme si il y allait avoir un gars qui va venir ,dire 3 ou 4 mots et hop ,paix sur terre..faut atterrir non ?


    • howahkan Hotah 8 mars 2014 19:25

      tout le monde pseudo concerné par les femme musulmanes s’en tape intégralement du sujet, il s’agit d’un des sujets fétiches pour essayer d’enclencher un conflit global via la haine des musulmans en général, alors que parmi les peuple les plus barbares dont le NWO ne parle jamais, ni en france d’ailleurs car ce sont nos « amis » ,soit les pays du golfe....laissons les gens gérer leurs problèmes..sinon j’ai vu deux femme avec voile aujourd’hui , et bien elles rigolaient ;c’est fou non , ou va le monde smiley


    • Deneb Deneb 9 mars 2014 08:20

      Howacon : guerre de civilisations ? Eh non mon gars, pour ça, il aurait fallu qu’il y ait au moins 2 civilisations.



    • Folacha Folacha 11 mars 2014 07:19

      Si elles pouvaient mettre les voiles vers un pays ou le port de celui-ci est fortement recommandé....

      Désolée, j’oubliais qu’il n’y a pas d’allocs là-bas qui permettent de vivre uniquement en se livrant à la ponte de nouveaux citoyens .

    • Laury 8 mars 2014 17:05

       Dans tous les pays islamique comme en France et ses politiques donneur de leçons
       Commençons par interdire notre pays a tous ceux qui ne respecte pas « Nos lois »
       y compris les milliards des roi du pétrole !!!!



        • paulau 8 mars 2014 17:32

          Une des causes de l’émancipation des femmes : la guerre 14-18. Il a fallu les remercier d’avoir eu le courage de s’enfermer dans les usines pour la production de guerre pendant que les hommes , eux, prenaient l’air , à Verdun.


          • Crab2 8 mars 2014 18:06
            Santé et mariages forcés

            ...la France n’a pas lieu de sombrer dans la déprime, de décennies en décennies, la bonne santé des citoyens et des citoyennes progresse : hommes et femmes infidèles de moins en moins culpabilisent...

            Suites :

            http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/03/sante-et-mariages-forces.html

            ou sur :

            http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/03/08/sante-et-mariages-forces-5317080.html


            • OMAR 8 mars 2014 19:58

              Omar33

              Jahanshah :"les conditions des femmes se dégradent jour après jour sous les régimes islamiques qui exercent des lois islamiques, « Charia » dans leur pouvoir judiciaire et leur système éducatif.".

              400.000 femmes sont battues chaque année en France uniquement...
              http://www.magicmaman.com/,violences-conjugales-plus-de-400-000-femmes-battues-chaque-annee,2224,2241317.asp

              Plus d’une centaine d’entre-elles décèdent suite aux coups reçus..
              http://www.midilibre.fr/2012/11/23/femmes-battues-le-fleau,599468.php

              Alors, pour être cohérent avec votre féminisme, c’est pour quand un article pour la Journée de la Femme christianisée, judaïsée ou occidentalisée ?


              • courageux_anonyme 8 mars 2014 22:37

                Omar, ce que vous oubliez de dire, c’est les maltraitances sont concentrées dans les zones à forte proportion immigrée...


              • OMAR 9 mars 2014 08:50

                Omar33

                @Alex

                En aucun cas je nie la maltraitance des femmes dans les pays autres qu’en Occident, et particulièrement dans les pays arabes, maghrébins et « musulmans ».

                Mais que l’on commence à balayer en Occident, avant de s’occuper d’autrui
                ou que la dénonciation se fasse de manière globale.

                Le Diable, ce n’est pas uniquement et seulement l’Autre....


              • epicure 9 mars 2014 20:28

                La violence conjugale existe de partout, sur les causes générales et universelles, cela fait un faible pourcentage d’homme violent dans la population. Et malheureusment ces causes universelles sont difficile à faire disparaitre, sauf à changer la « nature’ » des personnes concernées.
                Par contre il y a des facteurs qui facilitent les violences conjugales, et notamment des facteurs culturels, encourageant le sexisme, le mépris et l’infériorisation de la femme, leur réduction à leur sexe et au rôle de bonne mère et épouse etc....

                Et ces facteurs culturels peuvent se trouver dans des cultures particulières sans fondement religieux, mais c’est dans le cadre religieux que ces facteurs sont le plus multipliés. Ainsi c’est chez les religieux très pratiquants que les violences conjugales sont les plus courantes, car dans ce cas l’homme a dieu de son côté.
                Quand je parle de très pratiquant je parle pas des gens qui vont à la messe chaque dimanche, mais de ceux dont les rites religieux envahissent la vie de tous les jours.

                Alors qu’au contraire une société sécularisée, laïcisée, a tendance à faire disparaitre ces facteurs. C’est pour ça qu’au final on trouvera plus de violence conjugales dans les pays musulamns ou chez les juifs orthodoxes que chez le français moyen sans religion.

                L’étude que j’avais lu donnait 9% pour les chrétiens pratiquants ( un peu plus que la moyenne ) contre environ 25% pour les musulmans et juifs très pratiquants.

                D’ailleurs en turquie il y a eu une augmentation des violences conjugales depuis l’arrivée des islamistes au pouvoir :
                le nombre d’homicide dans le cadre conjugal a été multiplié par 14 depuis l’arrivé d’erdogan, avec 4 mortes par jours en moyenne.

                16% des européennes subissent des violences conjugales contre 42% en turquie.

                Et l’année dernière Erdogan, dans sa générosité a gracié 1500 violeurs ou conjoints violents.

                Et là on parle d’un pays qui était il y a plus de 10 ans un modèle pour les pays musulmans pour les droits des femmes.


              • COVADONGA722 COVADONGA722 9 mars 2014 23:42

                la violence conjugale varie selon la richesse.



                foutaises !!!!! dans la trop longue liste des conjoint tuant par leur compagne la densité de docteur , ingénieur , cadre ,ou bourgeois aisé n’est guère inférieure à celle des ouvriers ou des chômeurs.
                La connerie brutale ne connait pas de classes , je vous renvoie au ministre dérouillant son épouse ou au charmant poète chanteur tuant sa Marie ...


              • epicure 10 mars 2014 16:24

                @Par Bleu (---.---.158.41) 9 mars 20:59

                l’ignorance n’est pas un argument.

                La culture et l’attitude vis à vis de la religion ont une grande influence sur les violences conjugales en dehors des facteurs individuels. C’est pour ça que les violences conjugales sont beaucoup plus présentes dans les pays musulmans à cause de la prégnance des cultures conservatrices, patriarcales, et d’autre par de l’islamisme qui favorise l’infériorisation de la femme, et donc les violences conjugales.
                Suffit de se renseigner un peu avant de donner son avis sur un sujet comme ça.

                C’est ce que je fais contrairement à toi.


              • courageux_anonyme 8 mars 2014 22:33

                "L’ONU et la communauté internationale qui ont été capable de condamner l’Apartheid doivent maintenant condamner l’apartheid sexuel des états islamiques en y imposant des sanctions adéquates."

                Combien on parie qu’ils ne lèverons pas le petit doigt contre leurs vaches sacrées ?


                • Deneb Deneb 9 mars 2014 08:25

                  Courageux anonyme : pas immigrés mais musulmans, nuance !


                  • njama njama 9 mars 2014 09:50

                    @ l’auteur

                    La charte de l’ONU, signée en 1945, était le premier accord affirmant le principe d’égalité entre hommes et femmes.

                    Comme vous le savez sûrement, une charte n’a aucune valeur coercitive au plan juridique. C’est une déclaration de bonnes intentions, sans plus ...
                    si vous comptez sur l’ONU vous êtes encore bien naïf ...

                    De l’Afghanistan à la Syrie : Droits des femmes, propagande de guerre et CIA

                    Les droits des femmes sont de plus en plus utilisés comme instrument de propagande favorisant des desseins impériaux.

                    « Avant l’arrivée au pouvoir des talibans. Les femmes afghanes avaient un style de vie très semblable à celui des femmes occidentales (VOIR PHOTOS des années 70 avant l’intervention de la CIA, de l’université de Kaboul dans les années 80 - la guerre d’Afghanistan ne commence qu’en décembre 1979 -)

                     »Dans les années 1980, Kaboul était « une ville cosmopolite. Les artistes et les hippies inondaient la capitale. Les femmes étudiaient l’agriculture, l’ingénierie et le commerce à l’université de la ville, elles occupaient des postes dans la fonction publique. » Il y avait des femmes députés, elles conduisaient des voitures, voyageaient et fréquentaient des hommes sans avoir à demander la permission à un gardien.« 

                     »« Le campus de l’Université de Kaboul ci-dessus n’a pas beaucoup changé contrairement aux gens. Dans les années 1950 et 1960, les étudiants portaient des vêtements de style occidental et les jeunes hommes et femmes se côtoyaient assez librement. De nos jours, les femmes couvrent leur tête et la majorité de leur corps, même à Kaboul. Un demi-siècle plus tard, les hommes et les femmes vivent dans des univers bien plus séparés« 
                    Dans les années 1950s and 1960, les femmes pouvaient poursuivre des carrières professionnelles dans des domaines comme la médecine. »

                    .« Le lecteur avisé aura noté l’insidieuse désinformation dans la légende ci-dessus. Elle porte à croire que la destruction du style de vie libéral des Afghanes est l’œuvre de l’Union Soviétique, alors qu’elle découle en réalité de l’appui des États-Unis à Al-Qaïda et aux talibans. L’action de Moscou en appui au gouvernement prosoviétique de Kaboul visait à contrer l’insurrection des moudjahidines islamistes soutenus clandestinement par la CIA, un fait reconnu par Zbignew Brzezinski, le conseiller en politique étrangère des États-Unis : ... »

                    « La guerre non déclarée des États-Unis et de l’OTAN en Syrie (2011-2013) en appui à des rebelles affiliés à Al-Qaïda semble avoir une logique semblable, à savoir la destruction de l’éducation laïque et l’abolition des droits des femmes. »

                    Les Syriennes feront-elles face au même destin tragique que les Afghanes sous le régime taliban ?

                    http://www.mondialisation.ca/de-lafghanistan-a-la-syrie-droits-des-femmes-propagande-de-guerre-et-cia/5331097


                    • epicure 9 mars 2014 20:41

                      oui
                      Mais c’est sirtout dans les villes et les classes aisées qui ont bénéficié des liberté à l’âge d’or.

                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Tchadri

                      Les campagnes pratiquaient une variante un peu moins stricte de la burka, c’est pour ça que la burka a pu être facilement adoptée après l’arrivée des talibans.


                    • claude-michel claude-michel 9 mars 2014 09:57

                      La charte de l’ONU... ?

                      Depuis quand l’ONU est une référence de moralité.. ?

                      C’est l’endroit de tous les mafieux de la planète.. !


                      • njama njama 9 mars 2014 10:03

                        @ l’auteur

                        désolé, mais je vais détruire vos illusions, excusez-moi, il faut que j’enfonce encore un peu le clou
                        Cet exemple est transposable à d’autres situations ultérieures, les US continuant à soutenir les archaïques monarchies du Golfe et l’islamisme

                        L’Afghanistan : une toute autre histoire…

                        « Depuis très longtemps le système d’acquisition des terres en Afghanistan est resté le même. Plus de 75% des terres appartenaient à de riches seigneurs – parmi lesquels on pouvait compter à peine 3% de propriétaires ruraux. Durant les années soixante une coalition révolutionnaire forme le parti démocratique du peuple (PDP). En 1973, le roi fut renversé. Le gouvernement qui le renversa s’est avéré être autocratique, corrompu et impopulaire. Il dut abandonner le pouvoir grâce aux actions du peuple, fortement assisté par l’armée.

                        Les militaires qui prirent le pouvoir invitèrent le PDP à former un nouveau gouvernement sous l’égide de Mohammed Taraki, un poète et écrivain. Il créera une coalition démocratique menée par un marxiste. Washington ne s’en inquiétera ni n’accusera l’URSS pour ce fait.

                        Le gouvernement Taraki légalisera les syndicats, facilitera l’accès aux services de santé ainsi qu’à la propriété. Il amorcera une campagne d’émancipation de la femme en offrant l’éducation publique autant à celle-ci qu’aux enfants de différentes tribus.

                        Un rapport du San Francisco Chronicles (du 17 novembre 2001) mentionnait que le régime Taraki avait créé à Kaboul une cité cosmopolite où 50% des universitaires étaient des femmes. Ces femmes se déplaçaient et conduisaient des voitures. Les artistes foisonnaient. Les gens étaient en paix.

                        Le gouvernement Taraki entreprit l’éradication de la culture de l’opium. Il abolira les dettes contractées par les agriculteurs et entreprit une réforme des terres. Les gens voyaient le futur de façon positive et avec espoir. Mais plusieurs opposants se manifestèrent. Ces « seigneurs des terres » s’opposèrent à cette réforme agricole et les fondamentalistes religieux refusèrent d’appuyer ce mouvement d’égalité des sexes ainsi que l’éducation des femmes et des enfants. Sa politique égalitaire d’économie collective déplut à la sécurité nationale des USA et valut au gouvernement Taraki une intervention à grande échelle contre son pays, montée de toutes pièces par la CIA, des militaires pakistanais et Saoudiens ainsi que par les seigneurs du pays (mullah, trafiquants d’opium…) dépossédés de leurs anciens pouvoirs.

                        Hafizulla Amin, soupçonné avoir été embrigadé par le CIA lors de ses études en terre américaine, était à ce moment-là un haut-placé du gouvernement Taraki. En septembre 1979, il se saisit du pouvoir grâce à un coup d’état armé. Il fit exécuter Taraki, élimina l’opposition et annula toutes réformes et instaura un état religieux fondamentaliste islamique. Il fut renversé deux mois plus tard par le PDP secondé d’éléments sympathisants de l’armée. De la bouche même de Zbigniew Brezinski l’administration Carter soudoyait, à l’aide d’énormes sommes d’argent, le gouvernement en place en finançant les extrémistes musulmans. S’ensuivit de brutales attaques contre les écoles et les enseignants en milieu rural par des Moudjahidines corrompus. Ceci se déroula avant l’intervention russe en Afghanistan. »

                        http://www.mondialisation.ca/l-afghanistan-une-toute-autre-histoire/12897


                        • njama njama 9 mars 2014 11:41

                          triste à dire, mais je crois que l’ ONU et ses lobbyistes ont contribué bien plus largement que les musulmans eux-mêmes à « ré-islamiser » les femmes !

                          Les puissances occidentales n’ont d’ailleurs pas vu d’un mauvais oeil le développement des mouvements islamistes. Elles espéraient s’en servir comme d’un contrepoids à l’influence des pro-soviétiques et comme un frein aux luttes sociales.

                          L’un des chefs de la CIA au Moyen-Orient, Copland *, révéla dans son livre le Jeu des Nations qu’à partir des années cinquante la CIA encourageait les Frères Musulmans pour contrer l’influence communiste en Egypte. Et, toujours selon lui, ce phénomène s’est ultérieurement accentué. Quant à Giscard d’Estaing, il avait, au moins en 1980, une petite tendresse pour l’islam, qu’il expliquait en ces termes à l’un des membres de son cabinet : « Pour combattre le communisme nous devons lui opposer un idéologie. A l’Ouest, nous n’avons rien. C’est pourquoi nous devons appuyer l’islam » .

                          Les intégrismes religieux, instruments de la réaction politique
                          Texte intégral de l’exposé n°43 du 1er février 1991
                          http://www.lutte-ouvriere.org/documents/archives/cercle-leon-trotsky/article/les-integrismes-religieux

                          * En écrivant « Le Jeu des nations –L’immoralité du pouvoir public », [The Game of Nations : The Amorality of Power Politics (1970)], l’Américain Miles Copeland avait certes conscience de lancer une bombe. Un diplomate qui avait lu son manuscrit lui avait reproché de révéler « un tas d’informations qu’il aurait mieux valu oublier », et de ternir l’idée que les Américains se faisaient de leur gouvernement. C’est ainsi que ce livre fut édité en Grande-Bretagne et non aux Etats-Unis. Spécialiste des questions arabes au département d’Etat, Miles Copeland a tenu, à Washington, de 1955 à 1957, le rôle de Nasser dans ce « jeu des nations » dont il nous explique les règles. Il a également été envoyé en mission –des missions très spéciales…- au Moyen-Orient à cette époque cruciale. Le mécanisme qu’il démonte permet de se faire une idée, sinon de comprendre, comment se sont « montés » -et se montent toujours…- la plupart des coups de théâtre qui se jouent sur les scènes des pays du sud, des nations émergentes, des Etats africains, de la zone du Moyen-Orient…, etc. Il ne s’agit pas d’histoire dépassée. En reprenant les confidences de ce spécialiste des manœuvres « underground », méthode pas uniquement américaine, nous reposons une question qui nous semble fondamentale : sommes-nous toujours dans un monde régit par quelques principes de base, que cautionnerait le Droit International Public, censé être le garant de l’idée que les Etats sont souverains (…) –l’ont-ils été vraiment un jour ? 

                          http://www.reflexions-politiques.net/article-nasser-et-la-cia-54492329.html

                          http://en.wikipedia.org/wiki/Miles_Copeland,_Jr.

                          http://www.amazon.fr/The-Game-Nations-Amorality-Politics/dp/0671205323

                          dommage, pas encore une traduction en français ...


                          • Crab2 10 mars 2014 09:42

                            Quand un voile brouille l’esprit de la chef de la diplomatie européenne

                            Catherine Ashton, à fait part de sa « fierté » d’avoir rencontré, le 8 Mars dernier, à Téhéran des «  activistes féministes  », à l’occasion de la journée internationale des Femmes...

                            Suites :

                            http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/03/quand-un-voile-brouille-lesprit-de-la.html

                            ou sur :

                            http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/03/10/quand-un-voile-brouille-l-esprit-de-la-chef-de-la-diplomatie-5318667.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès