• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Judi Rever et Paul Kagamé : « Le premier qui dit la vérité ..... » (4/4 et (...)

Judi Rever et Paul Kagamé : « Le premier qui dit la vérité ..... » (4/4 et fin ?)

« Epstein allait dire la vérité

Il a été suicidé »[1].

 

J’en viens à mon quatrième et dernier ( ?) billet concernant l’« affaire Judi Rever » et son livre « In Praise of Blood. The Crimes of the Rwandan Patriotic Fron[2] ». Un Panel de Personnalités, d’ASBL, de Fondations et d’ONG a donc publié une « lettre ouverte-pétition », début octobre, protestant « contre » Judi Rever[3] accusée explicitement de négationnisme du Génocide des Tutsi du Rwanda de 1994. Cette « lettre » visait l’obtention de l’interdiction des « conférences », « lectures » ou autres « débats » organisés en présence de la journaliste canadienne, en Flandres belges, prévus à partir du 10 octobre. L’objectif des pétitionnaires ne semble pas avoir été atteint puisque les « événements » ont bien eu lieu, sans débordement, et ce, en « présence par vidéo conférence », d’au moins un membre de l’opposition rwandaise en exile : Rudasingwa Théogène[4], Ex-Secrétaire Général du FPR, Ex-Ambassadeur du Rwanda aux Etats Unis, Ex-Directeur de Cabinet du Président Paul Kagamé et actuellement réfugié aux USA (rien que ça !). A la Vrije Universiteit Brussel (VUB), c’est en présence de Johan Swinnen Ex-Ambassadeur de Belgique au Rwanda de 1990 à 1994, qu’a eu lieu une « lecture » à propos de ce livre de Judi rever, le 10 octobre. L’Ambassadeur avait déjà pris la parole le 9 mai 2019 dans la très protocolaire salle académique de la Katholieke Universiteit Leuven (KUL)[5] sur le même sujet : « Le génocide des Tutsis du Rwanda » (devant un parterre de personnalités dont, « ironiquement », faisait partie un certain Mark Eyskens[6], fils d’un autre certain Gaston Eyskens, « cité » dans les assassinats commandités par la CIA de Lumumba et de Dag Hammarskjöld). Johan Swinnen avait eu l’audace de dire devant ce respectable auditoire : « Il ne serait pas honnête de qualifier ses conclusions de frivoles ou superficielles. Elles devraient être prises au sérieux » en parlant du livre de Judi Rever.

 

Depuis plus de 20 ans, et jusqu’à aujourd’hui[7], Judi Rever expose ce qu’elle a découvert et découvre encore (aujourd’hui) et en tire les conclusions, toujours les mêmes, à propos du génocide des Tutsis du Rwanda, de ses antécédents et de ses suites déstabilisatrices dans l’ensemble de l’Afrique des Grands Lacs. Pour certains, c’est du négationnisme caractérisé et la suite logique serait que cette « assertion » ait abouti, dans l’immédiat, au moment de l’infraction, à une action en justice en référé pour interdire ces « événements » et que, dans le long terme, une plainte en bonne et due forme auprès des juridictions ad hoc, soit déposée en vue du lancement d’un mandat d’arrêt international, de la mise en examen, de l’arrestation, du jugement et de la condamnation de Judi Rever (on le fait bien avec Julian Assange. !) et de son extradition vers « Kigali-1930 » Mais jusqu’à présent rien de tout cela ne semble avoir eu de suites malgré la gravité des accusations portées. Alors ? Tempête dans un verre d’eau ?

En fait, cette situation semble cependant aller de pair et dans le sens du silence assourdissant des pourfendeurs habituels des complotistes, conspirationnistes, révisionnistes, populistes, négationnistes, divisionnistes, édentés, gens de rien et des « casses-toi pauvre con » ... de tous poils .... Alors, à tout seigneur, tout honneur et les Français d’abord, car, en fait, les éditions Fayards auraient donc bien décidé de se taire en n’éditant pas la traduction française du livre de Judi Revers (à suivre ?) ... Il est également étonnant de ne plus entendre cette foule hurlant, depuis 01/10/1990, « Barabbas, Barabbas ! »[8]. En effet les David Nakache[9] : Président de l'Association « Tous citoyens » ; François Soudan de Jeune Afrique ; Dominique Sopo de SOS Racisme ; Scholastique Mukasonga, Survivante ; Maria Malagardis, journaliste et écrivaine ; Madeleine Mukamabano de RFI ; David Gakunzi ; écrivain, journaliste, enseignant, ancien fonctionnaire international, dirigeant actuel du Paris Global Forum, Léon-Lef Forster, avocat de Paul Kagamé (donc !) ..... et consorts, se taisent en chœur.

 

Mais puisque c’est en Belgique que le « délit de s’exprimer », dont question, aurait été commis, il fallait s’attendre à une levée de boucliers d’un certain nombre de personnes qui prônent, dans le « plat pays qui est le leur »[10], aux « victimes novices[11], de mourir pour « leurs idées », depuis la guerre d’octobre 1990.

Pour ce qui est des thuriféraires patentés et autres hagiographes accrédités de Paul Kagamé on aurait quand même pu espérer, sans se tromper, que se manifestent les Colette Braeckman (journaliste au quotidien « Le Soir » de Bruxelles, experte du Rwanda depuis août 1990, témoin de contexte dans les principales commissions d’enquêtes parlementaires et autres procès d’Assises) et autres Marie-France Cros (journaliste à « La Libre Belgique », autre quotidien de Bruxelles et le premier[12] à avoir publié, le 8/10/2019 la « lettre internationale aux recteurs d’université flamandes »). Et pourtant c’est le silence sur toutes les lignes !!!! Il en est de même pour le monde des Barreaux où un autre avocat de Paul Kagamé, Bernard Maingain[13] (diffuseur d’une fausse vidéo sur un massacre au Burundi sur « France 3 »), reste muet à propos de l’incident universitaire belge. Pour ce qui est de l’Univers de la Magistrature, l’avis de Damien Vandermeersch[14] lui aussi aurait été intéressant à connaître, surtout qu’il vient de sortir une nouvelle édition de son livre « Comment devient-on génocidaire ? » dont la découverte devrait permettre d’avoir, peut-être, une réponse à la question de savoir « Qui était-on avant de devenir génocidaire ? »

 

Il en est de même d’autres Belges, mais pas du même bord que les précédents, dont on aurait apprécié aussi une réaction, mais dans l’autre sens. Il s’agit bien entendu et en premier lieu de Jean Bricmont[15], Professeur à la retraite de l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve, Physicien, Mathématicien et partisan de la pensée libre. Son avis aurait été intéressant à analyser compte tenu qu’il s’est récemment vu refuser la tenue d’un séminaire à l’université de Nice, sur un sujet particulièrement sensible du domaine de l’application des lois mémorielles à savoir : « Comprendre la mécanique quantique ». (Sic !)

Deux autres belges restent, eux aussi, muets, du moins si pas d’erreur de ma part. Il s’agit de Michel Collon et de son site « Investg’Action » (dont les intentions crypto-antisionistes sont souvent et méticuleusement scrutées par les « censeurs » certifiés) et de Michel Bouffioux[16] qui fut très « productif » dans les affaires « Dutroux et consorts » ... mais dont la verve semble mise en veilleuse s’agissant d’un génocide et de leurs analystes potentiellement objectifs ...... génocide dont nous sommes tous les complices, qu’on le veuille ou non, puisque c’est l’accusation répétée de Paul Kagamé : « Où étiez-vous ? »....

 

Le silence de Judi Rever sur les raisons des Editions Fayard de ne pas publier la traduction française de son livre, renforce l’idée que le marketing, dans ses développements juridiques fallacieux, bride la liberté de penser, la liberté de s’exprimer. La « tactique des perdants » consiste à dénigrer le messager sans analyser le contenu du message. Tactique révélatrice de la faiblesse de l’argumentation certainement calomnieuse en ce qui concerne le travail de Judi Rever.

Faut-il rappeler que selon Salman Rushdie aurait dit : celui qui prétend être « pour la liberté de parler ..... mais ....  », est, en fait, contre la liberté de parler ! Judi Rever, elle, est pour la liberté de parole, pour le droit, pour la loi et pour la justice.

 

Qui a peur de Judi Rever ?

 

 

[1] A la manière de Guy Béart (+/-)

[2] ISBN 978-0-345-81209-4 Random House Canada - 2018

[3] Je dis bien contre Judi Rever car c’était bien le messager et non son message qui a été attaqué

[6] Qui faisait partie des safaris belges d’octobre 1990 en Tanzanie......

https://www.lesoir.be/art/succes-pour-l-initiative-de-paix-belge-au-rwanda-un-rol_t-19901019-Z036YL.html

[7] https://medium.com/@JudiRever/group-launches-deadly-attack-on-ebola-response-facility-in-northern-drc-5823618da023

Où elle dénonce la tuerie des agents de la lutte contre l’épidémie Ebola à Biakato (Ituri – Nord-Kivu - RDC)

[8] Un Messie violent et libérateur, Jésus bar abba qui baptise par le feu purificateur et désire établir par le glaive, le Royaume de Dieu : "Je n'apporte pas la paix mais l'épée." Luc 12(51).

[10] Jacques Brel

[11] Georges Brassens

[13] https://observers.france24.com/fr/20160114-erreur-france-3-images-massacre-burundi

« Le sujet de France 3 publié dans cette page en a été supprimé. Il comportait des erreurs factuelles ».

[14] Avocat Général à la Cour de Cassation de Bruxelles, Professeur à l’UCL de Louvain-la-Neuve et à l’Université « Saint Louis » de Bruxelles


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    



    • Bertrand Loubard 7 décembre 2019 20:42

      Je remarque qu’au 3ième paragraphe, j’ai oublié de citer Raphël Glucksmann .... toutes mes excuses !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès