• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Justice fiscale : pour une meilleure répartition de l’impôt

Justice fiscale : pour une meilleure répartition de l’impôt

En France, plus on est riche, moins on paie d’impôts, telle était déjà la conclusion des trois économistes auteurs de l’enquête Pour une révolution fiscale (Edition Seuil, 2011). En effet, selon l’Insee, un quart des Français les plus aisés se débrouillent pour n’être taxés qu’à hauteur de 25%, voire de 15%, de leurs revenus. Jamais, depuis le début du XXe siècle, l’inégalité sociale n’a atteint de tels sommets. Malgré le système de redistribution (impôts et prestations sociales), les 10 % des Français les plus riches possèdent à eux seuls plus du quart des revenus, soit dix fois plus que les 10 % les plus pauvres. Encore plus flagrant, l’ensemble des possessions des 50 % les plus pauvres ne représente que 8 % du patrimoine total, alors qu’à l’autre bout de l’échelle sociale, 1 % des Français les plus riches concentrent 17 % des richesses.

Pour retrouver un tel chiffre, il faut remonter aux années 1920, juste avant la Grande Crise. Durant les années 1960, pendant les Trente Glorieuses, alors que croissance rimait avec partage, ils n’en détenaient que 2%. Crise économique pour les uns, privilèges fiscaux pour les autres, la formule est explosive. C’est comme ça qu’en 1789, la Révolution française a éclaté : parce que le Tiers état en avait marre de régler l’addition pour une noblesse dispensée d’impôt.

L’impôt comme élément de solidarité

L’impôt devient l’un des éléments essentiels de la solidarité nationale. A côté de l’impôt, il y a maintenant d’autres prélèvements obligatoires pour financer les systèmes d’assurance sociale. La ponction fiscale devient un outil économique : en distribuant des revenus non gagnés aux personnes victimes de maladie, d’invalidité, du chômage, comme aux retraités et aux familles nombreuses, l’Etat réduit certaines inégalités, et du même coup, booste le pouvoir d’achat, donc la bonne santé du pays. L’impôt est devenu un élément essentiel pour gouverner le pays.

Edouard Balladur en 1993 effectue un virage à 180°. L’impôt sur le revenu qui était jusqu’ici découpé en douze tranches (avec un taux d’imposition de plus en plus élevé au fur et à mesure que les revenus augmentent), n’en comporte plus que sept. Le taux d’imposition des plus riches passe de 56,8% avant 1996, à 50% sous Jean-Pierre Raffarin, puis à 40% sous François Fillon. Plus récemment c’est la suppression de l’impôt sur la fortune, mesure phare du président Macron qui fera débat. Les riches sont de mieux en mieux lotis. Comment le gouvernement comble-t-il le manque à gagner ? En augmentant la TVA ! L’Etat tire désormais la moitié de ses rentrées de cet impôt indirect sur les produits de consommation courante. Or, il est particulièrement inégalitaire, « régressif » disent les fiscalistes : les plus pauvres y consacrent 8% de leurs revenus. Les plus riches seulement 3%. En temps de crise, les plus démunis doivent donc rogner sur leur consommation, d’abord sur le superflu, puis un jour sur l’alimentation.

Alors demandons une meilleure répartition de l’impôt sur le revenu en augmentant le nombre de tranches et une dernière tranche à 65%, en faisant en sorte que tous les contribuables en particulier les plus riches paient leur juste part, toute leur part et rien que leur part.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Raymond75 31 janvier 09:50

    article 13 de la Déclaration des Droits de l’Homme : ’ Art. 13. Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés’

    Tout le monde doit payer sa contribution à l’intérêt général dès lors qu’il a un revenu, et chacun peut recevoir en fonction de ses besoins (services publics gratuits, aides sociales)..

    Dans ma vie, j’ai croisé plusieurs fois des personnes qui avaient décidé de rester en bas de la société ; je leur conseillais de suivre une formation pour améliorer leur situation, et je m’entendais répondre ’mais ça ne va pas, si je gagne plus je paierai des impôts’ !!! Inadmissible.

    Des gens qui n’ont jamais fait le moindre effort dans leur vie, à force d’exonérations et d’aides, finissent par gagner plus que des gens modestes qui font des efforts pour s’en sortir ...


    • Trelawney Trelawney 31 janvier 10:37

      demandons une meilleure répartition de l’impôt sur le revenu en augmentant le nombre de tranches et une dernière tranche à 65%, en faisant en sorte que tous les contribuables en particulier les plus riches paient leur juste part


      Au Danemark (second pays après la France le plus imposé au monde), la part de l’impôt sur le revenu représente 53% des recettes fiscales et l’impôt sur les sociétés représente 14% des recettes fiscales contre 7% pour la France. les taxes, cotisations et divers TVA ne représentent que 33% pour le Danemark contre 76% pour la France.

      Depuis la cinquième république, nos différents gouvernants ont endormi le français en réduisant la pression fiscale sur le revenu au détriment des taxes plus indolores car masquées dans le prix du produit. Et c’est plutôt une spécialité socialiste qui a augmenté par deux fois la TVA (18.6 à 19.6 puis 20%), qui a inventé la CSG CRDS et qui a constamment augmenté les cotisations sociales.

      Aujourd’hui on nous supprime l’ISF qu’il fallait conserver et améliorer. Je m’explique. On crée une ISF appelé « impôt sur le patrimoine » avec un plafond à 50000 euros (c’est trés bas). Le calcul est simple

      On fait une déclaration de patrimoine (bijoux oeuvre d’art immobilier, voiture, caravane, mobil-home, bateaux, actions, assurance vie etc) à cette valeur on enlève le plafond de 50 000 euros et la valeur crédit nécessaire à l’obtention de ce patrimoine, accessoirement le livret A. On paie l’ISF sur le reste. Bien sur on supprime les taxes foncière, portuaires etc, car il y a double emploi

      Si un américain possède un château en France, il paie l’ISF sur le patrimoine qu’il a en France. Idem pour un français résident à l’étranger.

      On peut aussi déduire un pourcentage sur les terres agricoles à condition qu’elles soient bien utilisées pour cela, idem pour les bâtiments à usages d’entreprise.


      • Spartacus Spartacus 31 janvier 10:50

        Non l’impôt n’a pas a être identitaire et discriminant, bien au contraire.

        C’est ce qui crée le chômage et l’inflation de demandes d’arrosage de pognon que l’auteur appelle du joli mot « redistribution ».

        Un concept de spoliation par la force pour des politiques identitaires (pauvres, fonctionnaires, agriculteurs, culture, écolo et moult groupe qui adorent sucer cet argent sans compter.

        L’impôt n’est pas la solidarité ni social, ils est le paiement de la société pour faire fonctionner le régalien. POINT

        La solidarité c’est l’assurance. (chômage, sécu).

        La fiscalité n’a pas a être sociale, mais juste.

        Et un impôt progressif est injuste. Il crée une inflation de demandes identitaires.

        Le vrai impot juste est la Flat Tax

        Les pauvres ils ne veulent pas qu’on les discrimine, ni une politique identitaire pour eux ou qu’on les distinguent des autres ou qu’on les enferme dans l’assistance. 

        Arrêtez donc de vouloir vous mettre a leur place. Si vous voulez les aidez prenez donc dans votre poche au lieu de vouloir être généreux avec l’argent des autres.

        L’état providence c’est 2000 milliards de dette et ne fait pas de la France un pays avec moins de pauvres, mais plus de bobos qui pensent a leur place.

        Monaco, Singapour, Hong Kong, la Suisse, les pauvres y vivent mieux qu’en France malgré de très grosses inégalités et l’état n’intervient qu’en dernier recours.

        La société moins chargé d’impôts et charges sociales permet aux pauvres de trouver des débouchés pour s’en sortir.

        La bas, les gens sont solidaire et n’attendent rien de l’état, ils sont aussi plus généreux.

        Arrêtez de loucher dans l’assiette de celui qui c’est servi mieux parce qu’il a coupé les patates.


        • JL JL 31 janvier 11:14

          @Spartacus
           
          ’’La fiscalité n’a pas a être sociale, mais juste ’’
           
          Moins par moins ça fait plus, et non pas moins plus moins, comme disait cet idiot de ministre dont je préfère oublier le nom.
           
          C’est quoi un impôt juste dans un système économique injuste qui enrichit les riches et appauvrit les pauvres ? Une question à laquelle vous êtes incapable de donner une réponse correcte, aveuglé par votre haine de ceux que ce système écrase.
           
          Plutôt que de polluer ce site avec vos mantras libertariens idiots, Spartacus vous devriez faire comme David Henri Thoreau, l’icône ressuscitée des néo-libéraux qui préférait vivre dans les bois plutôt que de payer ses impôts. Ses amis ont payé à sa place son reliquat.
           

          « Si l’éthique était source de profit, ce serait formidable : on n’aurait plus besoin de travailler, plus besoin d’entreprises, plus besoin du capitalisme – les bons sentiments suffiraient. Si l’économie était morale, ce serait formidable : on n’aurait plus besoin ni d’État ni de vertu – le marché suffirait. Mais cela n’est pas…. C’est parce que l’économie (notamment capitaliste) n’est pas plus morale que la morale n’est lucrative – distinction des ordres – que nous avons besoin des deux. Et c’est parce qu’elles ne suffisent ni l’une ni l’autre que nous avons besoin, tous, de politique. » ( "Le Capitalisme est-il moral ?’’) André Comte-Sponville


        • oncle archibald 31 janvier 11:51

          @JL : « Si l’économie était morale, ce serait formidable : on n’aurait plus besoin ni d’État ni de vertu – le marché suffirait. »

          Vous soulevez un autre problème : comment expliquer les différences de rémunération du travail humain ? Je veux bien que ceux qui possèdent des talents exceptionnels et rares qui accomplissent des taches très difficiles soient mieux rémunérés que ceux qui ramassent les ordures dans la rue et peuvent être très facilement remplacés. Mais dans quelle proportion ?

          Autre question les bénéfices au pourcentage. Un marchand de chaussures travaille avec une marge brute de 33% en général. Quand il vend une paire de chaussures bas de gamme 30 euros il a 10 euros de marge. Quand il vent une paire de chaussures de luxe 300 euros il a une marge de 100 euros. Pourtant il accomplit exactement les même gestes : faire assoir le client, lui présenter plusieurs modèles, les faire essayer, faire un paquet etc ..

          Autre question les taches « qui n’ont pas de prix ». Par exemple un médecin qui vous sauve la vie ne peut pas être récompensé à la hauteur du service qu’il vous a rendu et c’est l’origine même du mot « honoraires ». Comme on ne peut pas estimer le prix d’un tel service, on se contente « d’honorer » celui qui vous l’a rendu en lui faisant un« cadeau » désormais tarifé et même « remboursé » !

          Autre question la rémunération du capital. Celui qui construit une usine et l’équipe des machines nécessaires à son fonctionnement perçoit une partie des bénéfices engendrés par la vente des produits. Pourquoi pas un pourcentage sur la somme qu’il a engagée dans cette entreprise comme pour la mise à disposition d’un capital à un emprunteur ?

          Bien difficile de mettre de la morale dans tout ça !


        • JL JL 31 janvier 11:58

          @oncle archibald
           
           êtes-vous sûr que c’est à moi que vous posez ces questions ?


        • oncle archibald 31 janvier 12:12

          @JL : non, c’est votre post qui invoque « un système économique injuste » qui m’a incité à faire part de mes réflexions sur ce sujet, mais les questions que je pose et que je me pose s’adressent à tous ceux qui s’intéressent à ce problème.


        • Trelawney Trelawney 31 janvier 12:28

          @Spartacus
          Le vrai impot juste est la Flat Tax
          Non seulement il n’est pas juste, mais il est en opposition frontal avec les intérêt économique du pays qui le met en place. 
          Exemple vous possédez disons 1 millions d’euros par un biais comme le loto ou un héritage.
          Si vous décidez de construire des logements pour les louer vous ferrez travailler des entreprises locales (non délocalisable) et vous ferrez fonctionner le système économique du pays. Mais vous paierez la flat tax.
          Si vous faites la même opération mais à l’étranger vous ne faites pas travailler l’économie de notre pays qui ne perçoit pas non plus la flat tax puisque exonéré pour les investissements étrangers

          J’ai déjà répondu plus haut pour l’ISF et toute personne argumentant sur le bien fait de la suppression de l’ISF parce que surtaxer le capital ne conduit pas à plus de justice mais à plus de départs des investisseurs et des créateurs de richesses

           (c’est le seul argument) est batu en brêche pa run rapport de la Direction générale des dépenses publiques datant de 2012 et réactualisé en 2018 :
          Le taux de gros contribuables quittant le pays est de 0.14% et est inférieur à l’augmentation des contribuables payant l’ISF environ 2%. Ce qui fait que chaque année il y avait plus de contribuables payant l’ISF. Est-ce que l’on fait une loi pour préserver les 0.14% de contribuables ?
          Si c’est le cas, ça ne marche pas car en 2018 et malgré qu’il n’y ait plus d’ISF, le nombre de gros contribuable quittant le pays a doublé et est passé à 0.35%.
          On supprime l’ISF et il s’en vont quand même !


        • JL JL 31 janvier 12:36

          @oncle archibald
           
           vous avez dit : ’’ Bien difficile de mettre de la morale dans tout ça ’’.
           
          Je ne dis pas le contraire. Mais l’impôt est justement la morale qui fait défaut à ce système économique dont vous dénoncez vous-même les iniquités, rédhibitoire en économie de marché.


        • foufouille foufouille 31 janvier 13:22

          @oncle archibald
          non une paire de chaussures bas de gamme vaut 2€chez le grossiste et donc pas 18 de charge.


        • oncle archibald 31 janvier 14:15

          @foufouille

          Tu nous emmerde avec tes remarques à deux balles.


        • Spartacus Spartacus 31 janvier 14:31

          @Trelawney

          Oui la Flat Tax est le plus juste des impôts.
          C’est le même pourcentage pour tous. C’est celui qui est le moins fraudé et qui incite le moins a la fraude. Le plus universel et le riche paye plus que le pauvre.
          Il élimine les niches fiscale et les passe droit.
          C’est celui qu’ont choisit les pays anciennement communistes qui ont compris les effets indésirables de l’impôt progressif.

          Vous évoquez l’investissement mais vous investissez ou vous voulez dans le pays que vous voulez, c’est la liberté.
          L’impôt n’est pas là pour diriger les investissements ou s’occuper du social. 

          L’ISF est un mauvais impôt car c’est un impôt identitaire. On a pas droit dans une société juste et morale de distinguer les gens.
          Avec ce principe il y aurait des impôts pour noirs ou juifs ? 
          Par ailleurs la perte n’est pas valorisée par la perte ou hausse de recettes, mais par ce que l’on ne voit pas et n’existera pas, les non-investissements. 
          Si on vous taxe 5€, l’étatiste voit que l’état a 5€ de plus, mais les 5€ que vous n’avez plus aurait acheté du miel à l’artisan producteur, qui sans les milliers comme vous est obligé de fermer boutique.
          C’est la vitre de Bastiat. 

          L’investissement est le fait des entreprises. Que l’état arrête de les emmerder les soutenir ou les taxer.


        • pemile pemile 31 janvier 14:58

          @Spartacus « Oui la Flat Tax est le plus juste des impôts. C’est celui qui est le moins fraudé et qui incite le moins a la fraude »

          Sérieusement, dans quel autre domaine que la fiscalité cet argument de la fraude est utilisé pour ne pas agir et est considéré comme une fatalité ?

          L’avocat porte parole des gilets jaunes de Rouen, François Boulo, propose une peine de 3 ans de prison ferme (donc non aménageable) pour les fraudeurs fiscaux, vous validez ?


        • merthin 31 janvier 16:03

          @pemile

          Il faudra être très précis pour la qualification de fraude. La bourgeoisie a par ailleurs déjà miné le terrain en parlant d’optimisation plutôt que de fraude.
          Il est vrai que la bourgeoisie a plusieurs coups d’avance. Elle fait les lois et des études de droit !


        • pemile pemile 31 janvier 16:34

          @merthin "Il faudra être très précis pour la qualification de fraude. La bourgeoisie a par ailleurs déjà miné le terrain en parlant d’optimisation plutôt que de fraude. "

          Oui, et il me semble que François Boulo intégrait l’optimisation fiscale dans la fraude. Pour faire taire l’argument que l’ISF fait fuir les riches, il proposait aussi l’impôt sur la nationalité (l’impôt Johnny) comme aux USA.


        • merthin 31 janvier 17:14

          @pemile

          « François Boulo intégrait l’optimisation fiscale dans la fraud »

          Ce qui nécessite de rendre illégales (par le droit, par la loi) des pratiques qui pour l’instant sont légales ! Gros travail en perspective vu le noyautage du pouvoir...


        • pemile pemile 31 janvier 21:34

          @merthin « Ce qui nécessite de rendre illégales (par le droit, par la loi) des pratiques qui pour l’instant sont légales ! »

          Oui, et cela risque d’être une course sans fin pour contrer l’exploitation de failles de textes et un renouvellement permanent des pratiques qui tant quelles ne sont pas déclarées illégales seront exploitées.

          PS : en fait, dans l’interview de François Boulo, c’est l’utilisation des paradis fiscaux qu’il classait dans la fraude et pas l’optimisation.


        • Trelawney Trelawney 1er février 08:12

          @Spartacus
          L’ISF est un mauvais impôt car c’est un impôt identitaire. 
          Et vous pensez quoi de la taxe foncière ? Il n’est pas identitaire aussi ?


        • Arthur S François Pignon 31 janvier 11:02

          La « justice fiscale » est un rêve réformiste analogue à celui qu’on appelle "l’illusion pédagogique. Les systèmes de taxation des échanges commerciaux et d’imposition des revenus ne peuvent pas davantage gommer les injustices sociales que l’école ne peut faire disparaître les inégalités.

          Ce sont les rapports de production et les conflits de classe sociales qui sont en cause et non pas des défauts de redistribution.

          La redistribution a pour effet d’humilier celui reçoit et de mettre en cause celui qui donne, deux effets pervers du système fiscal à l’origine de tensions sociales nuisibles au développement d’une vraie solidarité. L’entraide volontaire est la seule façon de bâtir une société vraiment solidaire.

          L’impôt prend l’argent des contribuables contre leur volonté. Il s’agit donc d’un vol. Légal, mais un vol quand même. Et comme il n’y a pas de façon éthique de voler, toute tentative de justification morale est vaine.

          L’impôt prend l’argent des contribuables contre leur volonté. Il s’agit donc d’un vol. Légal, mais un vol quand même. Et comme il n’y a pas de façon éthique de voler, toute tentative de justification morale est vaine. C’est comme si on demandait à quelqu’un quelle est la meilleure façon de tuer sa mère : la seule réponse morale est que « il ne faut pas tuer sa mère… » On peut toujours discuter de la façon la plus intelligente de taxer et imposer, de celle qui ne pousse pas certains à s’exiler, qui décourage le moins la production de richesses, qui tond sans arracher la peau, qui ne force pas à liquider une entreprise quand son patron meurt, etc. ; mais la morale n’a rien à voir là-dedans.

          C’est comme si on demandait à quelqu’un quelle est la meilleure façon de tuer sa mère : la seule réponse morale est que « il ne faut pas tuer sa mère… »


          • oncle archibald 31 janvier 11:12
            @ Benjamin Grivois : je suis totalement d’accord avec l’ensemble de votre article et je vous remercie de l’avoir rédigé.

            Il est absolument scandaleux et injuste que progressivement, depuis la création de la CSG en 1991 le prélèvement de l’impôt sur les revenus se fasse davantage « à taux fixe » par le biais de ce nouvel impôt que « par tranches à taux variable » comme l’avait instituée la loi du 28 Décembre 1959.

            A cette époque là, Charles de Gaulle étant Président et Michel Debré Premier Ministre, pas vraiment des gauchistes au poing levé, il fut institué un Impôt Sur le Revenu des Personnes Physiques (ISRPP) qui se calculait par « foyer fiscal » et par tranches successives. Le barème comprenait huit tranches, dont les taux variaient de 5% à 65%.

            Ce qu’oublient souvent de préciser ceux qui hurlaient à la mort en disant qu’on leur prenait 65% de ce qu’ils gagnent c’est que c’est 65% de la tranche imposable correspondante. Il faut bien visualiser qu’ils payaient 5% dans la première tranche comme les prolos, 10% dans la tranche suivante, etc etc, et pour les plus nantis 65% dans ce que l’on appelait « la tranche résiduelle ».

            Il s’agit donc d’un impôt extrêmement juste et « fraternel » qui, comme le rappelle plus haut Raymond75 "fait payer une contribution commune ... également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés« .

            Je suis donc à fond pour une refonte complète du système actuel avec diminution drastique de tous les prélèvements à taux fixe compensée par une révision adéquate de l’ISRPP en multipliant le nombre de tranches et de taux, ce qui à l’heure des ordinateurs et de l’intelligence artificielle devrait être très facilement calculable et applicable.

            Il conviendrait également de revoir l’ensemble des » niches fiscales« qui servent d’échappatoire à tous les plus nantis.

            Par exemple dans ma petite ville qui a bénéficié de la »loi Malraux« pour la réhabilitation du centre ville, ce sont le plus souvent des avocats et des hommes d’affaires de Bordeaux qui ont acheté les immeubles à restaurer sans même savoir ou ils se trouvaient ni à qui on pourrait les louer ni à quel prix, juste parce qu’il n’y avait plus le même genre d’opération à faire sur Bordeaux et qu’ils avaient constaté combien il était facile d’acheter un immeuble avec l’argent des contribuables à la place du sien !

            Idem pour la loi Pinel et les investissements dans les Antilles ! Et certainement beaucoup d’autres que je ne connais même pas mais que connaissent très bien tous les »avocats fiscalistes" !

            • Aristide Aristide 31 janvier 11:45

              Le problème incontournable est le nombre. 

              Les classes moyennes sont la grande majorité de la population une petite augmentation genre TVA de 18,6 % à 20% et voilà que cela rapporte bien plus que de taxer des hauts revenus. Surtout quand on sait tous les dispositifs pour échapper à l’impôt quand on dispose de hauts revenus.

              Après, cibler les vrais rentiers et les revenus du capital ne serait pas injuste. La réforme du prélèvement libératoire de 2013 a été une bonne chose, peut être faut-il aller plus loin et moduler les taux de prélèvement en fonction de la nature des revenus, du plus bas taux sur le travail et les retraites au plus haut sur les revenus des dividendes et des placements immobiliers.


              • Le421 Le421 31 janvier 17:19

                @Aristide
                Bonne remarque.
                Ceci dit, on nous rabat les oreilles avec une situation financière catastrophique dans le pays alors qu’on est champions d’Europe du versement de dividendes et que le nombre de millionnaires (et de pauvres !!) croit sans cesse.
                À une époque, les ricains (pas vraiment des cocos !!) avaient décidé d’un effort exceptionnel en taxant, je crois, les fortunes à 90%. D’ailleurs, les riches américains l’avaient accepté au titre de l’effort national.
                Autre temps, autre mœurs.
                Avec le réchauffement climatique, le ruissellement s’est transformé en évaporation...


              • Aristide Aristide 1er février 11:44

                @Le421

                Vous avez le culot de répondre sur un de mes posts alors que vous m’avez censuré et interdit sur vos articles !!!!

                Vous êtes un faux cul, un facho qui se croit à gauche.


              • Pierre 31 janvier 13:51

                Excellent solution pour n’avoir ici que des pauvres qui le seront de plus en plus ! Dans ce pays, il y a une majorité de gens pour raisonner comme si le monde se réduisait à l’hexagone....


                • pemile pemile 31 janvier 14:01

                  @Pierre « Dans ce pays, il y a une majorité de gens pour raisonner comme si le monde se réduisait à l’hexagone. »

                  Vous allez donc proposer dans le grand débat d’instaurer un impôt sur la nationalité (dit impôt Johnny) comme au USA ?


                • Pierre 31 janvier 14:16

                  @pemile
                  Oui, pourquoi pas...Je vous signale quand même que ce principe US est très fraudé.


                • pemile pemile 31 janvier 14:56

                  @Pierre « Je vous signale quand même que ce principe US est très fraudé »

                  C’est marrant cet argument de la fraude est aussi utilisé au même instant par @Spartacus « Oui la Flat Tax est le plus juste des impôts. C’est celui qui est le moins fraudé et qui incite le moins a la fraude » ! smiley

                  Sérieusement, dans quel autre domaine que la fiscalité cet argument de la fraude est utilisé pour ne pas agir et est considéré comme une fatalité ?

                  L’avocat porte parole des gilets jaunes de Rouen, François Boulo, propose une peine de 3 ans de prison ferme (donc non aménageable) pour les fraudeurs fiscaux, vous validez ?


                • Pierre 31 janvier 15:52

                  Ben oui, quand il y fraude, l’impôt n’est pas juste puisqu’elle est variable d’un contribuable à l’autre, ce qui devrait émouvoir votre fibre jaune. Quant à la prison, il y aura des files d’attente déjà bien longues puisque dans ce pays on a déjà la fâcheuse tendance de tout pénaliser. Au fait, vous pensez que les avocats ne font jamais de black ?


                  • pemile pemile 31 janvier 16:01

                    @Pierre « Ben oui, quand il y fraude, l’impôt n’est pas juste puisqu’elle est variable d’un contribuable à l’autre »

                    Ben oui, mais malgré cela vous semblez avoir du mal à condamner cette fraude ! smiley


                  • Le421 Le421 31 janvier 17:15

                    @Pierre

                    Au fait, vous pensez que les avocats ne font jamais de black ?

                    Il suffit de regarder la robe... Un peu de blanc quand même. Tout le reste...  smiley


                  • Pierre 31 janvier 16:43

                    Ben si, mais autant se révolter parce qu’il neige...


                    • Le421 Le421 31 janvier 17:13

                      Ben... l’IRPP, il n’y a rien de plus juste.

                      Et je vais en étonner plus d’un, notamment certains abrutis qui pleurent la bouche pleine.

                      J’aimerais, que dis-je, je rêverais de payer 5 millions d’impôts sur le revenu chaque année. Et calculez combien il resterait !! Là, vous allez forcément vous planter...


                      • Yaurrick Yaurrick 31 janvier 19:18

                        @Le421
                        Et pourquoi pas une flat tax sur les revenus ? Simple à calculer, pas de niches, on revoit de fond en comble toute la fiscalité pour que ça fonctionne... et vous ne divisez pas la population entre ceux qui n’en paient pas, ceux qui en paient.


                      • Trelawney Trelawney 1er février 08:22

                        @Yaurrick
                        Si on en est à demander un flat tax sur les revenus, c’est que l’impôt n’est pas juste.
                        l’impôt progressif est nécessaire car il symbolise la justice fiscale. Seulement, il ne faut pas qu’il dépasse plus de 10% entre la tranche basse et haute. Ce qui se fait dans tout état économiquement stable (USA, Suède, Danemark, Suisse, Norvege Australie etc)
                        Pour info, l’Américain paie plus d’impôt sur le revenu que le français.
                        Certains pays ont pensé qu’interférer sur l’impôt peut modifier la politique du pays et au lieu d’accorder des subvention (chiffrable dans le budget) ils ont créer des niches fiscal qui elles peuvent se budgéter mais ne son pas chiffrable. C’est encore une fois une politique de petits bras


                      • Yaurrick Yaurrick 1er février 12:27

                        @Trelawney
                        Sauf qu’il y a en France énormément d’écart d’imposition et de fiscalité, quelle justice fiscale y a t-il ? Et quid de l’utilisation proprement dite de ces impôts, les montants colossaux prélevés sont ils bien employés ? A la lumière de la situation actuelle, le doute est fortement de mise.

                        Ce qu’il faut c’est une fiscalité simple, légère... Si l’américain moyen paie plus d’IR, son salaire n’est pas amputé de près de la moitié de ses revenus de force (même si on peut discuter des heures là dessus, mais ce n’est pas le but)

                        Un bon impôt, c’est un impôt à taux bas et assiette large, sans tout ce bazar de niches et d’exonérations ; problème cela signifie revoir de fond en comble la politique fiscale de notre pays .


                      • Dr PEB Dr PEB 31 janvier 19:47

                        Il faut savoir ce que l’on veut !

                        Le ver est dans le fruit des impositions progressives. Car, avec elles, on se retrouve à inventer tout un tas de dispositif de faveur (les fameuses niches !), de décote et de plafonnement en tout genre. La loi fiscale devient illisible, sauf pour les mieux conseillés qui sont les plus riches. Et qui en tire tout les avantages ?

                        La justice de la proportionnalité serait de mettre fin à cette situation. Mais les très riches n’en veulent pas parce qu’ils ne pourraient plus défiscaliser et devraient payer le prix fort.


                        • Trelawney Trelawney 1er février 08:26

                          @Dr PEB
                          Mais les très riches n’en veulent pas parce qu’ils ne pourraient plus défiscaliser et devraient payer le prix fort. 
                          En France les très riche se choisissent celui qui sera président. Ils ont fait cela lorsqu’il a fallu remplacer De Gaulle et ça ne s’est jamais arrêté depuis. Ce sont les aléas de la démocratie et de la République.
                          Mais ce n’est pas un spécialité française, car lorsque les électeurs se choisissent un président à eux, ça devient vite le bordel. Exemple : l’Amérique de Trump, le Brésil de Lula, le Venezuela de Chavez etc.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Benjamin Grivois

Benjamin Grivois
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès