• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Kagamé - Wrong (suite) – L’Ambassadeur Swinnen, Onana et (...)

Kagamé - Wrong (suite) – L’Ambassadeur Swinnen, Onana et Rusesabagina

 Dans mes avant-dernier et dernier billets[1], sur : « Do not Disturb – The story of a political murder ….. [2]” de Michela Wrong[3], j’écrivais : « Si le temps et la santé me le permettent, j’essayerai d’aborder dans un autre article » :

 - les affaires : « Paul Rusesabagina » et « Hubert Védrine » ;

 - le rapport Duclert ;

 - les vidéoconférences et entrevues de et avec Johan Swinnen[4].

Du cas de Paul Rusesabagina, j’ai longuement parlé dans mon texte précédent. IL faudra probablement bientôt y revenir suite à la condamnation prévisible de ce « personnage ». Il faudra certainement y revenir encore à propos de l’attitude et des réactions des gouvernements occidentaux impliqués dans le « Réseau Gladio - Pégasius[5] ». Ce sera l’occasion d’analyser les déclarations mystérieuses de Paul Kagame du 4/9/2021 (https://glpost.com/dr-david-himbara-what-in-the-world-is-general-kagame-smoking/) ainsi que les circonstances énigmatiques du « limogeage étrange » du Ministre rwandais de la Justice Johnston Busingye[6].

 

Pour ce qui est du Rapport Duclert, devant la quantité à « analyser » pour un citoyen lambda comme moi, devant le nombre de réactions d’experts, j’ai décidé de postposer, sine die, mes réflexions que je me devais d’encore peaufiner .... J’ai bien fait, car il y a des éléments nouveaux qui vont de la présence de l’US Army au Kivu à celle de la « Marine » Rwandaise en mission de sécurisation des stations offshore de Total dans le canal du Mozambique ...tout un « menu » .... trop copieux ![7]

 

Pour Hubert Védrine[8], je voudrais simplement signaler qu’il me semble de plus en plus évident[9] qu’en France, les Trois Pouvoirs Constitutionnels et les médias traditionnels, « auto-proclamés 4ième pouvoir », ont formé un alliance de 4 mercenaires solidaires dans la manipulation et la propagande de guerre. En effet, quel que soit le bien ou le mal-fondé des propos de Védrine, quelles que soient les critiques à émettre sur la forme adoptée et sur le support dans lequel il s’est exprimé, il est étonnant que la « demande » de son retrait de la Présidence du C.A. des Rencontres Internationales de la Photographie d’Arles intervienne, « maintenant », près de 30 ans après les faits à propos desquels il s’est exprimé, très fréquemment déjà et d’une manière régulière et constante. Rappeler, comme Hubert Védrine l’aurait fait, l’époque d’une « presse autrement gérée », apparaît comme une obligation évidente en analysant les « régimes » de l’« information » à différentes époques. Comparons le « Décodex » du « Monde » de 2017 et la publication du « J’accuse » dans L'Aurore de 1881. Cette publication n’a pas été « censurée », ni n’a valu une « sanction » à la Direction du journal L’Aurore, par le pouvoir politique de l’époque. Dreyfuss a été réhabilité et même Zola acquitté. Donc, vis-à-vis d’Hubert Védrine, il semble qu’il n’y avait même pas « matière » à expliquer l’initiative actuelle d’ « argumentum ad hominem », mais bien un constat d’« intentionnalité rebutante » et regrettable dans le cas présent. Ceci fait songer à l’aventure de « Judy Rever » et de son livre « Rwanda - L'éloge du sang - Les crimes du Front patriotique rwandais », finalement édité chez Max Milo [10]. Après avoir fait l’objet d’un « projet de contrat d’édition » chez Fayard il se serait subitement vu retiré du processus de publication, suite à des « pressions ». Mais il est évident que pour Védrine et River, évoquer l’argument du négationnisme, bien que grossier et banal, semble être immédiatement « porteur » et oblitère indiscutablement, nécessairement et naturellement toute autre approche critique[11]. Un autre cas[12], est celui de Jean Bricmont, Professeur d’Université à Louvain-La-Neuve (Belgique). Il devait participer, en juin 2019, à un séminaire sur la physique quantique à l’Université de Nice mais son allocution a été supprimée quelques heures avant la conférence, compte tenu que ce physicien, philosophe et essayiste s’était exprimé régulièrement sur l’éthique de la liberté d’expression principalement dans le cadre de « l’affaire Sokal »[13].(A mettre en abîme avec la récente affaire du « Lancet Gate » et de l’hydroxy-chloroquine ?).

 

J’en arrive donc aux interventions de l’ex-ambassadeur de Belgique au Rwanda, Johan Swinnen, dans une très longue série d’entrevues récentes qui m’ont été signalées par mon correspondant belge.

Primo : Prise de parole, le 29 mai, lors d’une vidéo conférence, aux Pays-Bas, intitulée : « How Can Rwanda Achieve True Reconciliation and Shared Prosperity ? » accessible sur :

https://www.youtube.com/watch?v=EdhfZqcC_1M

(à partir de la 24ième  jusqu’à la 50ième minute sur un total de plus de 2 heures pour les 4 autres intervenants).

De cette première intervention, je ne relèverai que les deux points suivants parmi beaucoup d’autres qu’il serait trop long d’évoquer maintenant :

1 - depuis ma lecture de « Michela Wrong » c’est la première fois que j’entends quelqu’un poser la question de la mort de Fred Rwigema. Or la veuve de celui-ci, Jeannette Urujeni, est une des interlocutrices de choix de Michela Wrong. Faut-il en conclure que l’Ambassadeur n’aurait effectivement appris ce fait qu’à la lecture de Michela Wrong ?

2 - pour la première fois j’entends quelqu’un poser les questions de la « durée » (« étrangement » longue) du Génocide, de l’implication (étonnante) du Général Dallaire et de celle des Clinton et du clan du même nom (La familia grande, américaine) .

Je déduis de ces deux constats que ce que veut bien dire l’Ambassadeur Swinnen, commence à traduire un certain fluage, dans la structure communicationnelle, par rapport à ses « prises de parole » précédentes.

Secundo  : Trois entrevues accordées à Jean-Marie Vianney Ndagijimana (ex-ambassadeur du Rwanda en France) fondateur et animateur du site « La voix des Grands Lacs » et reprises sous :

http://www.france-rwanda.info/2021/08/la-voix-des-grands-lacs-part-1-entretien-avec-sem-johan-swinnen-ancien-ambassadeur-de-belgique-au-rwanda-1990-1994.html (22/8/21)

http://www.france-rwanda.info/2021/08/part-2-livre-memoires-de-johan-swinnen-ancien-ambassadeur-de-belgique-au-rwanda-1990-1994.html (24/8/21)

http://www.france-rwanda.info/2021/08/part-3-ambassadeur-johan-swinnen-le-rwanda-un-modele-de-developpement-ou-une-fille-un-peu-trop-maquillee.html (26/8/21)

 

Ces entrevues durent au total un peu moins que 5 (Cinq) heures ! Ceci pour dire que les échanges sont importants et impossibles à rapporter, à résumer et à analyser exhaustivement (en attendant une retranscription). Je voudrais seulement ne reprendre que quelques « paroles - indices » parmi plus d’une centaine de points que j’aurais aimés aborder et développer ici .... Si à première vue, « elles-ils » semblent n’être que des détails, « elles-ils » sont pour moi des signes évidents d’un revirement dans les approches et « analyses » de certains « acteurs » importants du drame rwandais, dont celui de l’Ambassadeur belge. Mais le diable ne se cache-t-il souvent dans les détails ?.

 - Pour la première fois j’entends dire que le Rwanda-Urundi n’a jamais été une colonie belge mais bien que ces deux états ont été mis sous mandat belge par le Traité de Versailles (et par après la guerre de 40, sont devenus « tutelle belge » par l’ONU).

 - Pour la première fois j’entends dire, par un témoin direct, que la mise en place de la transition entre un système politique de « Mouvement d’Unité Nationale » et un système multiparti de « coalition » avait été entamée, sous la Présidence Habyarimana, bien avant l’invasion du FPR d’octobre 1990, bien avant le discours de La Baule de François Mitterrand de juin 1990 et même bien avant la Chute du Mur de Berlin de novembre 1989.

 - Pour la première fois j’entends relever que l’admirable réseau routier du Rwanda de 2021 avait été réalisé à 90% avant l’invasion de 1990. L’Ambassadeur ne précise pas que les 10% d’ asphaltage réalisé depuis, l’ont été en grande partie dans des lotissements de luxe de Kigali (Ville Potemkine)

Ces quelques nuances sont rappelées pour tordre le cou aux canards colportés par d’innocents néophytes naïfs en quête de croisades héroïques. Victimes du prosélytisme et de la propagande du pouvoir local, ils structurent, à l’insu de leur plein gré, toute une dialectique ronflante, bien – pensante, d’alter- repentance conforme aux dogmes « main stream » de tous bords et aux stratégies de formatage auto justificatif .....

 

Quelques derniers points que je retiens, pour le moment, de cette intervention de l’Ambassadeur belge :

 - Il se dit interpellé, d’une manière générale et insistante, de l’absence de réactions internationales aux constats inquiétants portant essentiellement sur les atteintes récurrentes aux droits humains dans le Rwanda actuel, depuis et y compris l’attentat du 6/10/94.

 - Il évoque les disparitions inquiétantes, les exécutions extra-judiciaires, les suicides suspects et les assassinats d’opposants au régime de Kigali, partout dans le monde.

- Il cite les « faits troublants » que sont les assassinats de Ndadayé, d’Habyrimana et Ntaryamira, et entre autre, la mystérieuse mission « Akagéra » du peloton Mortier (belge) de la Minuar, quelques heures avant l’attentat du 6 octobre 1994.

 - Il va jusqu’à suggérer que les livres des Judy Rever, Charles Onana[14] et Michela Wrong sont des documents à prendre au sérieux.

 - Il semble être choqué par l’affaire du « rapt » de Rusesabagina[15] à Dubaï

 - Il reste, finalement, « sagement », très vague à propos du rapport Duclert, du discours de Kagame à Paris et de celui de Macron à Kigali.

On voit donc qu’en bon diplomate l’Ambassadeur Swinnen adopte une tactique prudente de « quasi non-dit ». Pour ne pas tomber dans le piège de l’« Ubengwe » il adopte une stratégie dignes des « Sioux ». Il cite les faits mais ne donne pas les noms. Il pose des questions, émet des hypothèses, toujours sur le mode conditionnel. Il envisage des « possibles » mais ne conclut pas sur ce qui devrait être considéré ne fut-ce que comme concevable.

 - Il espère finalement que son livre « Rwanda : Mijn Verhaal »[16] sera traduit et publié un jour en français.

L’espoir fait vivre mais le Chemin de Damas est long.

 

[4] Ambassadeur de Belgique au Rwanda de 1990 à 1994

[9] Cfr. l’attitude des médias mainstreams dans la crise « covid 19 »

[14] « Enquêtes sur un attentat » - l’Artilleur © Les Editions du Toucan – 2021 – ISBN 978-2-81001-016-5. Où pour la première fois Charles Onana reproduit une lettre de Mme Debatty au Juge d’Instruction belge Vandermeersch a.s. la « Mission Akagéra » des 10 Casques Bleus belges.

[15] Adolf Eichman (Argentine - Israël – 1960 – Mossad), Nizar Trabelsi (Belgique – USA – 2011 - CIA)

[16] « Rwanda, mon récit » : 2016 chez POLIS


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Bertrand Loubard 22 septembre 21:13

    Devant le manque étonnant de réactions, je vais m’en fendre de quelques-unes, de ma part, de quoi rester dans les statistiques de l’audimat ..... (Merci à mon correcteur orthographique ...j’avais écrit l’ « idiomat »... lapsus freudien ?)
    Je sous-entendais, plus haut, à propos de « Macron à Kigali » : « .... il y a des éléments nouveaux qui vont de la présence de l’US Army au Kivu à celle de la « Marine » Rwandaise en mission de sécurisation des stations offshore de Total dans le canal du Mozambique... » J’aurais pu ajouter : « ... et pourquoi Emmanuel ne se risquerait-il pas à fourger des sous-marins à la marine Rwandaise maintenant que même les USA se comportent comme une « v....e » .... effarouchée devant le verdict de leur chouchou ... Rusesabagina et la demande d’asile politique de Johnston Busingye ..... (là, Bertrand tu rêves .....)
    Mais cela est une autre histoire commencée bien avant l’arrivée à Kigali, le 07/08/1984, du Général Shalikashvili. La suite, ce sont les « fondations » Bill Clinton et Bill Gates et la vaccination des « petites » rwandaises contre le cancer du col de l’utérus .... et le « gap » constaté dans les statistiques de fréquentation scolaire des garçons en âge mais pas encore assez « formés » pour devenir de bon « kadogos ».
    Bien à moi.


    • Bertrand Loubard 24 septembre 12:32

      Depuis 10 jours maintenant que j’ai posté mon texte, j’en suis à environ un score de 1030 visites (sans doute bien moins de lectures complètes). Je n’ai qu’une seule cotation, mais de 5/5 (merci), et aucune réaction. C’est un peu décevant dans le sens où mon texte doit certainement comprendre quelques erreurs (tests voulus ?) ou imprécisions (à l’insu de mon plein gré ?). La seule « réaction » que j’ai eue est la mienne. Mais pour susciter peut-être des commentaires (qui ne soient plus « narcissiques »), je voudrais rajouter encore quelques mots. En fait deux questions :
      Pourquoi personne ne parle de l’ordre du Général Shalikasvili à Mogadiscio de retarder le départ de l’USS Péléliu (navire de débarquement amphibie en mission UNISOM à laquelle Clinton avait mis fin après le Black Haw Down 4/10/93) qui a transporté des troupes de Mogadiscio jusqu’à Mombassa, troupes héliportées ensuite jusqu’à Bujumbura dans les premières heures qui ont suivi l’attentat du 6 avril 1994. (Même pas Onana !)
      http://www.leatherneck.com/forums/showthread.php?64087-Operation-Distant-Runner-Rwanda-Burundi
      Peut-on comprendre que personne ne parle de la présence américaine dans les premiers jours du génocide à Kigali suivant Samantha Power (Même pas l’Ambassadeur Swinnen !)
      (« A problem from Hell » P. 354, sous le titre « What did the US know ?”). Bien à moi.


      • Bertrand Loubard 28 septembre 16:10

        Comment tenter d’avoir des « réactions », « commentaires » et/ou « corrections » dont je pourrais être persuadé qu’ils/elles seraient tout à fait pertinent(e)s, justifié(e)s ???? 1075 visites et 0 réaction (hors les miennes) ! 1 fois 5/5 étoiles : heureuse consolation pour mon égo....
        Alors, je me lance dans un nouveau « self ».

        L’Ambassadeur de Belgique, dans ses interventions note que pour beaucoup de Rwandais de l’« intérieur », les Français étaient pro-Hutus et les Belges pro-Tutsi. Il tente de convaincre du contraire et donc de la « neutralité » de la Belgique. Il signale qu’il avait, lui-même, dénoncé les abus tant de Radio Milles Collines (Pro MRND) que des radios Muhabura (Pro FPR). Mais il ne précise pas que la propagande des Radios Muhabura, « active » depuis le début de l’invasion du FPR en octobre 1990 était très bien organisée en psy-op professionnelle. Par exemple les radios Muhabura remerciaient les familles rwandaises de l’« intérieur » qui avaient « envoyés leurs enfants rejoindre le FPR » ..... De plus ces stations émettaient depuis le Muhabura et Bujumbura et couvraient ainsi tout le pays .... Radio Miles Collines émettait depuis avril 1993 à partir de Kigali. Qui pourra me faire la comparaison entre les puissances rayonnées et les zones de couverture de ces trois stations ? Bien à moi.


        • eau-pression eau-pression 28 septembre 16:23

          @Bertrand Loubard

          Allons, je vous lis au moins dans les « derniers commentaires ». La preuve.

          Je devrais vous lire plus, je vous l’accorde. Mais de là à intervenir, c’est à dire prétendre recoller les morceaux à l’intérieur du Rwanda et au-delà ...

          Si vous avez le temps, pouvez-vous aller confirmer ou infirmer ce que je dis dans le post en lien ?


        • Bertrand Loubard 28 septembre 16:44

          @eau-pression
          Merci pour le commentaire et le lien . Effectivement la vaccination contre le cancer du col de l’utérus devait être une des premières urgences des fondations Gates et Clinton, à leur arrivée au secours du Rwanda, dès mai 1994. Comme 80 % des petites rwandaises vaccinées contre le papillomavirus humain mourront de malaria, d’Ebola, de choléra de faim, de viol, de génocide avant d’avoir pu développer la maladie ... et d’avoir eu leurs 6 enfants de moyenne .... les résultats de la campagne de vaccination seront effectivement très convaincants. Mais pourquoi ne pas vacciner les petits gerçons car ils sont porteurs sains ... asymptomatiques forcément ?
          Il faut dire que les petits creuseurs et les kadogos sont très rentables pour la croissance du PIB ..... Bien à vous.


        • Bertrand Loubard 29 septembre 17:04

          J’en profite d’en être arrivé à 1.123 visites (et toujours une seule réaction) pour encore en remettre une couche « narcissique » dans l’auto herméneutique de mes propres commentaires. L’Ambassadeur belge dont il est question dans mon texte, tout en précisant que les ouvrages des Judi Rever, de Charles Onana et de Michela Wrong méritent d’être considérés comme sérieux, ne parle pas de Lara Santoro. Or Michela Wrong écrit à son sujet (p 370 in ”Do not disturb”) : « Alison Des Forges ... interviewed by Lara Santoro in Arusha in 2001, told the journalist - out of record – that she had always suspected the RFP might be responsible for the plane’s downing, but had recently become convinced of it. She died without making her suspicion public, killed when her own domestic flight crashed, on approach to Buffalo, New York, in February 2009”. Silence curieusement diplomatique ?!

          Bien à moi.


          • Bertrand Loubard 29 septembre 20:45

            Un auto - commentaire de plus qui fait suite aux autres (en fait des addenda à mon texte original). L’Ambassadeur de Belgique ne parle pas dans ses interventions dont question ci-dessus, des « rôles » des ambassadeurs de France et des USA au Rwanda. L’Ambassadeur de France (Martres) , reste lui aussi quasi-muet, depuis ces événements. Quant à celui des USA, Rawson il s’est fendu d’un livre insipide qui lui a suffi comme psychothérapie SPT et droit d’accès à une chaire universitaire. Rawson et Swinnen devaient se connaitre. Rawson a passé une partie de sa jeunesse à Bujumbura, avant d’y revenir, après études aux USA, comme attaché à l’Ambassade des USA au Burundi. Swinnen au même moment remplissait quasiment les mêmes fonctions à l’Ambassade belge. Ils ont dû se « retrouver » lors des négociations en vue de l’accord de paix de et à Arusha, en 1993. Rawson devait être « aware » de l’opération « Distant Runner, depuis Mogadiscio » et aussi de la présence, avant l’attentat, des troupes américaines de Stuttgart (Germany) à Bujumbura. Pourquoi l’Ambassadeur Ndagijimana ne profite pas de ces entrevues pour poser des questions à ces sujets ? Bien à moi !.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité