• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Kokopelli traîne en justice les vrais défenseurs des semences

Kokopelli traîne en justice les vrais défenseurs des semences

La réputation de l’association Kokopelli, spécialisée dans la vente de semences libres, n’est plus à faire. Le petit caïd ne supporte pas la critique et fait des caprices. La publication en mars 2017 du livre Nous n’irons plus pointer chez Gaïa, jours de travail à Kokopelli, rédigé par d’anciennes salariés, révèle la vraie nature de l’association.

Pourtant, Kokopelli n’a pas porté plainte contre les Editions du bout de la ville, la maison d’édition à l’origine de l’ouvrage. Contre qui alors ? Contre Daniel Vivas, blogueur/formateur en permaculture et jardinier. Ou comment une association, qui s’est toujours présentée comme le petit David, est devenue le méchant Goliath.

Fin juillet, Daniel Vivas relate son expérience personnelle d’ancien client déçu par Kokopelli, sur son site « Le Jardin des Possibles » ainsi que les détails croustillants de Nous n’irons plus pointer chez Gaïa. Résultat ? Ananda Guillet, patron de Kokopelli, demande et obtient immédiatement un droit de réponse… assez navrant puisqu’il y avoue ne pas avoir lu l’article de Daniel Vivas, ni ne répond précisément aux griefs portés par le livre.

L’affaire aurait pu en rester là. Or, en août 2017, Daniel Vivas reçoit, en tant qu’administrateur de son blog, une lettre recommandée qui le somme de retirer l’article dans les deux jours à réception du courrier. Il s’exécute immédiatement, respectant les conditions énoncées dans la lettre. Pourtant, l’avocate de Kokopelli n’attend pas le délai qu’elle a elle-même fixé dans sa lettre et assigne Daniel et Raquel Vivas devant le Tribunal de Grande Instance de Paris pour obtenir le retrait de l’article (déjà retiré !), qualifié de diffamatoire. Le rendez-vous est pris pour le vendredi 13 octobre 2017.

Tout ceci est plus que choquant. Ananda Guillet use d’arguments hypocrites et qui tombent évidemment à l’eau. Il continue alors dans son caprice et il intente un procès en diffamation. Rien que ça !

Et à quoi reconnaît-on les courageux ? Bizarrement, Kokopelli n’a pas menacé le Canard enchaîné, qui y est lui aussi allé de ses commentaires acerbes dans son édition du 26 juillet… Rien non plus contre les différents sites ayant carrément reproduit tout le premier chapitre (joliment intitulé « Où il est question d’exploitation ») ! Ni contre les anciennes salariées qui ont rédigé le livre.

Ananda Guillet aurait-il ses têtes ? Ou a-t-il peur de Daniel Vivas, personnage reconnu dans le milieu et dont la parole honnête – et critique à l’encontre de Kokopelli – peut détourner des centaines d’acheteurs potentiels du semencier ariégeois ? Business, quand tu nous tiens…

En tout cas, cette intimidation dont est victime Daniel Vivas révèle bien la vraie nature de Kokopelli, habituée à se victimiser et à se donner le beau rôle. Car c’est bien là le fond du problème. Par ces actions, Kokopelli ne s’est pas seulement trahi. L’association a aussi trahi tous ceux qui luttent vraiment pour sauvegarder les semences libres et a installé un climat pourri : on en arrive à avoir des discussions pour savoir si on est pro ou anti Kokopelli !

Le procès du vendredi 13 octobre au TGI de Paris clarifiera la situation. Les éditions du bout de la ville soutiennent bien évidemment Daniel et Raquel Vivas. Tout comme des dizaines d’agriculteurs, dont moi, soucieux d’honnêteté.


Moyenne des avis sur cet article :  4.15/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Rincevent Rincevent 11 octobre 13:29

    En militance c’est, hélas, assez classique, quelque soit le domaine. A l’origine, on est un Don Quichotte qui se bat contre les grands moulins multinationaux et on s’y forge une image qui ne peut être que sympathique.

    Après, selon la personnalité aux commandes, ça peut évoluer plus ou moins bien. Si elle se sent du genre investi d’une mission ‘’sacrée’’, ça ne favorisera pas la prise en compte d’éventuelles critiques qui menaceraient cette bonne image de soi, c’est sûr. De plus, la logique d’entreprise se joindra à la personnalité pour se raidir devant ce qui sera considéré comme une agression du projet.

    Dommage, Kokopelli c’était bien sympa au départ, mais ça n’a pas échappé à la loi qui veut que la qualité d’un projet soit étroitement liée aux qualités de son (ses) promoteur (s).


    • Osis Osis 11 octobre 16:55

      Déception...


      • Paul Leleu 11 octobre 18:09

        dommage... cette association semblait super... et elle lutte sur un sujet peu connu mais essentiel... j’espère qu’une solution va être trouvée. 


        • Jean Keim Jean Keim 12 octobre 08:50

          Les médias quels qu’ils soient font l’opinion qu’ils orientent voire qu’ils manipulent, mais qui manipule et qui est manipulé, suffit-il de lire un article dont je ne remets pas en cause l’honnêteté et la sincérité pour qu’une nouvelle opinion se mette en place ?

          Si nous oublions que dans toute organisation il y a des individus avec leurs particularités et leur personnalité, alors nous attribuerons à une organisation des intentions qui intrinsèquement ne peuvent pas exister.
          Si vous voulez obtenir un rendez-vous avec une organisation, vous devrez rencontrer une personne, pour autant peut-on dire de cette personne et de ce qu’elle dégage qu’elle est représentative de la dite organisation ?

          • gaijin gaijin 12 octobre 09:03

            @Jean Keim
            « , pour autant peut-on dire de cette personne et de ce qu’elle dégage qu’elle est représentative de la dite organisation ? »
            oui
            n’oubliez pas que les individus ne sont ( a de rares exceptions ) pas des individus. donc ils sont régis par des pulsions inconscientes et les organisations sont des structures dans lesquelles aucun individu ne se considère ( et donc n’est ) responsable ..............c’est une des leçons non comprises de l’épisode du nazisme
            un groupe , une organisation se comporte comme une « personne » et au demeurant qu’est ce qu’une personne sinon une communauté de cellules donnant l’illusion de l’ existence d’un je ?


          • Jean Keim Jean Keim 13 octobre 08:40

            @gaijin

            C’est peut-être pousser le raisonnement un peu loin smiley 

            Le moi-je ou ego n’est pas qu’une illusion, il existe bien en tant qu’agrégat de choses éphémères, c’est le processus en perdurant qui concourt à sa formation et à son entretien, lui donne une persistance et donc une réalité.

            Une organisation ne peut pas exister en dehors de la participation et de l’implication plus ou moins forte de ses membres qui sont bien des individus, qu’ils soient ou pas conscients de leur implication ne changent rien, ensuite chaque individu à sa propre personnalité ce qui fait de lui une personne.




          • alinea alinea 12 octobre 09:44

            On aurait bien aimé savoir de quoi il retournait !


            • alinea alinea 12 octobre 10:03

              @alinea
              Je viens de lire vos liens qui m’avaient échappé ; deux choses donc : des semences qui ne germent pas, des variétés aléatoires.
              Je témoigne, c’est vrai ; seulement je sais comment se font ces semences, et ceux qui les font ne prennent pas forcément toutes les précautions d’usage pour en assurer la pureté.
              Je pense qu’effectivement, un peu plus de rigueur serait de rigueur. Ceci dit, j’achète Kokopelli malgré cela, comme soutien à leurs actions, en Inde notamment.
              Des mauvaises conditions de boulot : il me semble que dans ce cas, on provoque des assemblées, on dénonce ce qui ne va pas, on tâche de s’entendre. À quoi rime d’écrire un livre ? On n’imagine guère d’acquis sociaux obtenus de cette manière !
              J’ai toujours détesté cette manière de déblatérer par derrière quand on est déçu ; c’est très courant remarquez, la femme d’un président, ou d’une vedette qui se sent lanceur d’alerte en dénonçant les noirceurs de ceux qui sont perçus par tous comme exemplaires !
              Ce sont les employés d’Alès qui ont écrit l’ouvrage ? Ils expliquent que quoi, ils se sont laissé attraper par une secte ? un gourou qui les a extorqués ? Déçus, sans emploi, ils se vengent ?
              Ce qu’ils racontent est probablement vrai, mais, personnellement, c’est le moyen qu’ils emploient qui me répugne.


            • Jean Keim Jean Keim 13 octobre 08:52

              Je ne connais Kokopelli que de nom, cette organisation est peut-être victime de son succès. Inévitablement la préoccupation de ses membres influents est de perdurer à leur place et les tâches inhérentes à la vie d’une organisation importante prennent une grande importance au détriment de l’objectif premier, c’est ainsi notamment qu’évoluent les entreprises quand elles deviennent sectaires.

              En religion ou en politique c’est très courant.

              • FreeDemocracy FreeDemocracy 14 octobre 01:19
                bonsoir,

                auteur 2 articles en tout et...

                2ème article sur le thème kokopelli, je suis « boulversifié », bientôt la trilogie et le quatrième pour devenir modérateur ? car avec le premier nous n’avions pas compris... c’est certain.

                je finirai presque par croire que c’est de la publicité car personne ne connaît votre « bipbipelli », déjà assez cité je crois, sauf dans les milieux agricoles ou quelques consommateurs avertis.

                pourquoi ne pas faire un sujet sur ? bipbipelli encore ?

                ou un sujet sur l’épicerie de votre ruelle ? votre tracteur ?

                bref, bon courage dans votre grand combat très honorable et vital pour notre équilibre à TOUS,


                FD




                • FreeDemocracy FreeDemocracy 16 octobre 08:23
                  @Garibaldi2
                  bonjour Garibaldi 2,

                  grâce à vous j’ai découvert Google, je suis toujours ravi d’apprendre de nouvelles choses, c’est donc ça le fameux Google dont tout le monde parle, je comprends mieux maintenant, je vous en remercie,

                  FD 

                • eau-du-robinet eau-du-robinet 15 octobre 13:16

                  Bonjour,
                  .
                  A l’époque j’ai soutenu financièrement Kokopelli dans un procès contre la société Beaumont ...
                  http://kokopelli-semences.fr/juridique/kokopelli_vs_baumaux
                  .
                  Je n’ai jamais reçu un Merci de leur part ...
                  .
                  J’ai récemment soutenue Michel Collon financièrement en vue d’un procès contre le journal Le Monde (DECODEX). J’ai n’ai pas reçu de Merci de la part d’Invetig’Action et aucune suite (information) sur l’avancement dans le procès ... pas une information sur leur site web non plus ! Que est devenue de l’argent des donateurs ?
                  .
                  J’ai plusieurs fois soutenue financièrement Agoravox et j’ai reçu seulement une fois un Merci ceci des semaines après mon don.... On peut y faire mieux ...
                  .
                  J’ai l’impression que les gens qui sollicitent des aides ont souvent du mal à communiquer avec les donateurs.... c’est pourtant prix mondial.... car par un don on s’associe à une action et et tant que associé on souhaite aussi être respecté et informé.
                  .
                  Remarque : Mes dons s’élèvent au minimum à 50 € / par action ...
                  .
                  En ce moment Michel Collon demande un nouveau soutien financier pour sécuriser son site Web ... Il ne faut plus compter sur moi pour le soutenir de nouveau, sans parler de Kokopelli !
                  .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires