• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’abolition du racisme par l’abolition des races

L’abolition du racisme par l’abolition des races

Depuis l’antiquité le concept de race s’est perpétré sous différentes acceptions chacune avec la même intention, différencier les individus. 

Au VIIIe s. av JC, Hésiode racontait dans son « mythe des races » l’existence de cinq races successives qu’il avait hiérarchisées en leur attribuant une correspondance métallique, de l’or… au fer.

Aristote caractérisera plus tard les hommes en fonction des climats à l’est et à l’ouest, et justifiait la supériorité de la race grecque par sa situation géographique.

Au XIVe s. Ibn Khaldoun décrivait dans son "livre des exemples" la perception arabo-musulmane des africains « … les seuls peuples à accepter l'esclavage sont les nègres en raison d'un degré inférieur d’humanité… »

En 1861 Napoléon III agrégera des théories politiques, sociales et raciales pour justifier son soutien aux races latines pour son intervention au Mexique contre les races anglo-saxonnes.

Au XXe s. les allemands antisémites et nazis différencieront avec Hitler la race pure, notamment de celles des populations juives multi-ethniques d’origine diverses, Europe centrale, hispano-maghrébine, Falashas d’Afrique noire… Depuis parler de race renverra plus ou moins consciemment au traumatisme qui suivit. Toute recherche anthropologique devenait suspecte.

Quelques années plus tard on n’utilisera pratiquement plus le mot race, sauf pour dire qu’il ne veut rien dire ou condamner une utilisation contraire à une bien-pensance qui voulait s’imposer. Rarement un vocable aura autant fleureté avec l’histoire, la politique, la sociologie et la biologie, chacun lui attribuant une interprétation au gré de ses intentions. 

La France héritière des humanistes, soucieuse de l’entretien de son aura, aura bien du mal à se dépêtrer de ces complications. Scientifiques et politiques prendront la main pour argumenter une même intention par une seule voie ; combattre un racisme indéfini en supprimant les races. 

Les premiers seront des scientifiques engagés qui inventeront deux conceptions de la race, pour en éliminer une.

La première, « race domestique », s’entendait pour une « sous-espèce » créée par des croisements provoqués par les humains, comme des chiens ou des vaches afin d’en modifier certains critères comme les races canines, bovines…

La seconde, « race naturelle », s’adressait à l’espèce humaine dont les individus se distinguent avec des critères physiques ou génétiques propres à eux-seuls. Cependant, au motif qu’ils n’organisent pas leur reproduction et que les différences génétiques pour une population donnée sont plus grandes qu’entre diverses populations, alors la classification par race devenait impossible. Cela suffisait à démontrer qu’il n’existait qu’une seule race humaine.

Ainsi, depuis cinquante ans les généticiens avaient tracé cette route en cul-de-sac ; pas de fondement biologique donc pas de distinction raciale entre les hommes. Les critères physiques et culturels n’entraient pas dans la démonstration. La pensée passait par l'orifice du microscope.

Partant du constat que 99,9% de notre adn est commun à tous les hommes, on comprend alors que la différenciation raciale supposait des investigations biologiques avancées pour l’étayer. Avec eux, la race humaine n’avait pas de critères suffisants pour se subdiviser et décrétaient « …un constat sans appel. S’il y avait réellement des races humaines, comme il y a des races de chiens, on s’attendrait à ce que certains variants soient exclusivement chez certaines personnes, dans certaines populations, et d’autres variants, exclusivement chez d’autres personnes. C’est bien ce qu’on trouve d’ailleurs chez les chiens de race… »

 

 

 

On est toujours trahi par les siens.

Dans la continuité des recherches génétiques qui avaient cautionné l’absence de races chez les humains, le sens des conclusions allait s’inverser. La biologiste Evelyne Heyer (*) a expliqué depuis que les travaux sur le génome humain depuis 2002/2005 ont révélé dans le cadre « d’une recherche de structure à partir de cinquante populations, les caractéristiques de celles raciales qui se retrouvent sur les cinq continents d’Afrique, d’Eurasie, d’Asie de l’est, d’Océanie et d’Amérique.  »

Résultat des recherches génomiques - Répartition de la diversité génétique

 

Si comme elle le rappelle « la génétique est politiquement incorrecte », doit-on pour autant taire ce que les enfants perçoivent devant la cascade de têtes humaines de notre remarquable musée de l’Homme à Paris choisies par les anthropologues pour illustrer les différences humaines et les origines géographiques des populations ?

 

 

Imprégnée d’une retenue compréhensible pour aborder ce thème, Evelyne Heyer révèle le motif pour lequel les généticiens n’utilisent pas le mot race dans leur classifications, « …il pourrait supposer une hiérarchie entre-elles. »

Plus direct, Wiktor Stoczkowski chercheur au laboratoire d’anthropologie au Collège de France dénonce la déclaration ancienne (2000) de ses confrères qui considéraient que «  la notion de race n’a aucun fondement scientifique ni génétique  », et confirme à l’aide des travaux plus récents sur le génome humain, la caractérisation des cinq races sur les cinq continents comme Evelyne Heyer.

Il raconte comment l’industrie pharmaceutique a utilisé ces résultats pour prévenir les populations asiatiques quant à l’utilisation de médicaments (CRESTOR) ou les populations d’origine africaine pour d’autres (BIDIL) aux Etats-Unis. Par là il démontre sans ambages avec le même raisonnement scientifique l’existence des races distinctes.

Ces scientifiques respectables précisent évidemment qu’elles ne conduisent à aucune forme de hiérarchisation.

 

Qu’en pense l’intelligentsia ? Faut-il tuer le nom de la maladie pour la soigner ?

Preuve de ces hésitations politico-philosophiques, la France des droits de l’Homme tâtonnera avec ses modifications législatives successives au prix d’un paradoxe.

Pendant que nos généticiens engagés tentaient de démontrer l’inexistence des races humaines, poursuivant le même objectif le législateur les conservait pour les protéger, « Toute discrimination fondée sur l'appartenance ou la non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion est interdite.  »

La loi du 13 juillet 1990 comme la proposition de loi constitutionnelle du 10 mai 2004 conservaient encore la trace de « race » (**).

 

Changement de cap le 12 juillet 2018, quand 119 députés présents à l’Assemblée nationale portés par une intention louable, entérineront par un vote à l’unanimité des présents (sur 577), un amendement prévoyant la suppression du mot "race" dans la Constitution ; « La France une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction de sexe, d’origine ou de religion ».

Depuis, le législateur probablement informé de l’inexactitude des conclusions anciennes des généticiens, n’a toujours pas modifié la Constitution et reconnaît implicitement les races pour condamner un racisme, qu’en l’absence de codification seul un procureur est capable d’instruire le procès.

 

Le racisme, et sa déviation étymologique.

Les généticiens du XXe s. avaient raison malgré eux en décrétant l’inexistence des races parce que «  constructions sociales ». Disant cela ils touchaient du doigt la réalité du racisme dont la cause raciale devenait moins prégnante que la diversité et les origines culturelles des populations. 

Convaincus aussi, de sérieux opposants parlent d’un racisme dont les tenants dépendent moins de la race de chacun que de cette construction sociale, résultat d’une discrimination objective entre les peuples sans connotation péjorative. Qui reprocherait aux Inuits (Inuit se traduit par peuple) leur choix de s’être différencié des autres peuples … ?

Pour l’UNESCO réaliste, « …les problèmes que soulèvent la discrimination et le préjugé de race n’appellent pas seulement un examen scientifique. Il serait trop optimiste de croire qu’il suffit de porter les résultats des recherches scientifiques modernes à la connaissance du public pour résoudre les conflits raciaux et mettre un terme aux tragédies qu’ils provoquent… ».

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres élargi le champ du racisme « nous devons élever la voix contre toutes les expressions de racisme et les cas de comportement raciste ».

 

Ces grandes âmes ont devant elles un long chemin de croix à en croire ceux qui pérennisent un mépris racial primitif comme ce Conrad … « Je rentre dans les crèches, je tue des bébés blancs, attrapez-les vite et pendez leurs parents. » 

 

 

(*) Évelyne Heyer Commissaire scientifique du musée de l'Homme, spécialiste en éco-anthropologie et génétique des populations humaines

 

(**)

  • 13 juillet 1990 l’Assemblée nationale et sa décrétait ; « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. »
  • 10 mai 2004 « La France … assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race, de sexe, d'orientation sexuelle, d'identité de genre, d'état de santé, de handicap ou de religion... »

Moyenne des avis sur cet article :  2.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • voxa 7 avril 15:26

    Race ou pas socialement c’est explosif de prendre position...

    Ceci dit, l’avenir de l’humanité est dans le métissage.

    Et quand le métissage sera devenu la règle, la norme, ils y aura toujours des cons pour s’en prendre aux juifs ou aux yeux bleux...

    les yeux bleus ???

    Pourquoi les yeux bleus ???

    ( j’espere que le CRIF a le sens de l’humour...)


    • JPCiron JPCiron 8 avril 02:22

      @voxa
      On peut parfaitement nier l’existence de « races », pour d’affirmer non raciste.... Tout en prétendant que certains groupes sont « en retard » par rapport à nous autres.... Ce qui justifie que, ne pouvant par définition de gérer eux-mêmes, nous devons, pour une phase transitoire, les assister, s’occuper d’eux. Par générosité. Bien entendu, ils ne peuvent disposer des mêmes droits ni être abandonnés à s’autodeterminer.
      Cette même logique est celle du colonialisme moderne, toujours bien vivant tout en étant sévèrement condamné par ceux qui le pratiquent, sous ses formes modernes. 


    • Joséphine Joséphine 8 avril 11:21

      @voxa

      Étymologiquement Métissage veut dire « mauvais tissage »


    • Séraphin Lampion Kaa 7 avril 16:02

      « Qui reprocherait aux Inuits (Inuit se traduit par peuple) leur choix de s’être différencié des autres peuples … ? »

      Il n’a pas que les Inuits !

      Le mot « Allemand », alle man, signifie littéralement « tous les hommes » ? Mais c’esy en fait le nom que s’était donné un peuple germanique vivant dans le sud ouest de l’actuelle Allemagne (Deutschland en allemand) que, contrairement à leurs voisins, eux étaient tous des hommes.

      Chez le berbères, le mot « Amazigh » signifie « homme noble » ou « homme libre », ce qui signifie que d’autres peuples peuvent porter ce nom s’ils ne sont pas des esclaves et su trouve moins réducteurs que les deux exemples précédents.


      • njama njama 7 avril 16:03

        L’abolition des « races » n’est qu’un concept intellectuel, issu je pense de la pensée idéologique du positivisme si chère aux darwinistes...

        « races » comme si ce raccourci sémantiques, un seul mot, pouvait résumer d’un revers de main d’immenses nuances culturelles, historiques, ataviques, les gommer... bref juste quelques nuances dans une immense palette de couleurs...

        Le concept de « race » est bien un concept issu « d’Occident »... qui ne voit pas, ou ne veut pas voir (?), de simples nuances ethniques avec lesquelles « cohabitent » (entre guillemets car le choix de ce mot est important) de nombreuses Nations plus ou moins vastes, Chine, Russie,... mais aussi d’autres, au Mexique pas moins de 16 langues autochtones par exemple

        Les français semblent avoir beaucoup de mal à imaginer cohabiter avec quelques nuances qui leur seraient (paraitraient) étrangères...

        Qu’ils voyagent un peu pour se... dérider, ... s’ouvrir à l’autre, qui n’est jamais quelles que soient les latitudes, longitudes, que son « frère » en humanité"...


        • Séraphin Lampion Kaa 7 avril 16:41

          @njama

          « Lorsque les hommes commencent à se sentir à l’étroit dans leurs espaces géographique, social et mental, une solution simple risque de les séduire : celle qui consiste à refuser la qualité humaine à une partie de l’espèce. » Claude Lévi-Strauss - Tristes Tropiques


        • L'apostilleur L’apostilleur 7 avril 16:45

          @ njama

          « ...les français semblent avoir beaucoup de mal à imaginer cohabiter avec quelques nuances... »

          Non, les français ne sont pas racistes, Généralement les européens non plus tant les populations ont été éduquées.

          Attention, il ne faut pas confondre racisme et multiculturalisme. 

          Comme certaines communautés woke, des pays du Maghreb restent à éduquer par contre.

          "...https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/miss-algerie-excite-les-racistes-219783


        • Séraphin Lampion Kaa 7 avril 16:50

          @L’apostilleur

          ma question n’est pas celle de l’égalité entre les races, mais celle de la tolérance entre les peuples


        • Séraphin Lampion Kaa 7 avril 16:54

          @L’apostilleur

          et, à ce point de vue, il n’y a pas plus toxique que le livre de Huntington, « le choc des civilisations » qui a servi de socle à la stratégie impérialiste américaine sous prétexte de « lutte contre le terrorisme islamiste ».


        • L'apostilleur L’apostilleur 7 avril 17:17

          @Kaa
          L’égalité entre les races est une évidence dès lors qu’on accepte de reconnaître leur existence bien sûr. 
          L’égalité entre les peuples ne se décrète pas sauf à admettre une entité qui l’imposerait.
          Sur quels critères ? Qui déciderait, les Nations unies ? Dans quel but ?
          On ne peut pas revendiquer le droit à la différence entre les peuples et leur égalité. 
          L’inégalité n’est discriminatoire ni infamante.


        • Séraphin Lampion Kaa 7 avril 17:30

          @L’apostilleur

          je n ai pas parlé d’« égalité », mais de « tolérance »


        • njama njama 7 avril 17:37

          @L’apostilleur

          Nous avons je pense trop tendance à interpréter ce qui se passe à l’extérieur de nos frontières (notre canton, notre bulle...) comme transposable ailleurs, à d’autres pays..., bref analyser ce qui se passe à « l’étranger » suivant notre propre grille de lecture historique (ou hystérique ? )

          Si brièvement nous reprenions (mes excuses pour les raccourcis) l’Histoire de France, les langues régionales ont fait l’objet d’incontestables harcèlements du Pouvoir, de la République pour les assujettir à ses causes... et aux critères de la (nouvelle) Nation du XIX° siècle et suivants bref de les (nous) endoctriner. Elles ont servi à nous opposer les uns les autres, la question de l’Alsace Lorraine par exemple
          Ne tombons pas dans le même piège de nous opposer les uns et les autres...pour si peu... de foi, de Charité,...

          Différences ethniques, culturelles, religieuses, ne me posent aucun problème d’autant qu’il m’est très (et si) facile de me connecter avec quiconque, voyageur, viendrait de quelque point de la Planète

          Comprenne qui peut..., je n’alimenterais JAMAIS ni la guerre ni l’apartheid entre les PEUPLES


        • L'apostilleur L’apostilleur 7 avril 18:53

          @njama
          Entièrement d’accord avec vous pour le 1er paragraphe

          « ...les langues régionales ont fait l’objet d’incontestables harcèlements du Pouvoir... » Vrai mais nécessaire pour l’unité de la Nation et pour le bien des régions. Les bretons, les auvergnats ... ne pouvaient pas s’intégrer sans comprendre le français imposé pourtant depuis François Ier, les indiens ont eu la « chance » d’apprendre la langue du colonisateur, sinon ils ne se comprendraient pas aujourd’hui.
          ... 
          Votre conclusion est partagée par une grande majorité des européens, mais ailleurs, la marche est haute comme j’ai pu le vérifier dans les pays que j’ai parcourus.


        • L'apostilleur L’apostilleur 7 avril 19:02

          @Kaa

          La tolérance s’est construite au fil des siècles en Occident, c’est une construction qui puise aux sources de notre culture romaine, chrétienne et grecque, que l’éducation a ancré. 

          La tolérance s’entend toujours dans le respect de la culture des autochtones.

          Ailleurs c’est une valeur rare qu’il est difficile de faire partager. 


        • L'apostilleur L’apostilleur 8 avril 09:52

          @Kaa

          Quand Lévi-Strauss écrivait ces lignes il était probablement imprégné de son expérience en Amérique du Sud.

          Il aurait été intéressant de connaître son avis sur l’avis des généticiens qui avaient décrété que les races n’existaient pas. 


        • PascalDemoriane 7 avril 16:19

          1. La logique toxique racisme / antiracisme est au cœur du paroxysme de connerie humaine. On ne peut s’en sortir qu’en la rejetant globalement : l’antiracisme est un hyper-racisme, un virus linguistique, donc poubelle !

          Oublions la psychopathologie du gauchisme qui la sous-tend : n’oublions jamais que le racisme est un pur produit du libéralisme proto-capitaliste colonial post médiéval, du progressisme franc-maçon affairiste bourgeois des lumières, des encyclopédistes catalogueurs d’humains, le même qui produira ultérieurement le libéralisme sociétaliste déconstructeur et son anti-racisme décolonial : le capital racise ou déracise selon ses intérêts, ses profits. La race eu payé, vive le racisme, elle ne paie plus, a bas le racisme, tel est la loi du commerce bourgeois !.

          Après quoi ? Les humains d’ici et d’ailleurs sont biologiquement et génétiquement à la fois interfécondables et phénotypiquement variables. Qui s’en émeut ? Personne dans le prolétariat. Qui veut en tirer des profits ? Toujours les mêmes, la gauche ! Cette gauche ex.coloniale, aujourd’hui petite bourgeoise qui n’a que la race à la bouche : il faut métisser, créoliser, migrer pour lui plaire, comprendre pour ses affaires.

          2. La notion anthropologique de « construction sociale » : encore une connerie rhétorique monumentale des pseudo-sciences humaines dominées par qui ? Par la gauche raciste maladive, la gauche universitaire essentialiste aujourd’hui antiraciste.

          Evidement que les variables phénotypique, anthropologiques, linguistiques, esthétiques, etc.... sont des « constructions sociales » voire archaïques pré-sociales. La belle affaire ! Quelle révélation / C’est le propre de l’humaine d’être, au dessus de son animalité, en plus de son déterminisme écolo-systémique local, le constructeur de lui-même, via la variabilité de ses modes et rapports de production techniques et de reproduction par systèmes de parentées.

          Or cette variabilité, richesse de l’humanité et de ses cultures, est précisément ce que la gauche progressiste raciste maladive veut « égaliser », abolir, indifférencier, sur-problématiser au lieu d’abolir les rapports de classe, de domination de classe dont elle bénéficie. Le problème est juste là.

          Après :

          Que le législateur incompétent et servile soit assez con pour lutter contre la différenciation de ce qu’il affirme lui-même comme une donnée caractérisable, la race, n’est plus étonnant. Qu’il tente de résoudre son ineptie en gommant le mot ne démontre qu’une chose : qu’il est un imbécile hypocrite corrompu, incompétent. Qu’il laisse sa place à de vrai juriste, des juriste ayant étudié l’anthropologie du droit avec des bases de linguistique !

          3. Donc arrêtons ces conneries ! Oui heureusement les groupes humains sont multiples, différenciés, singuliers, étonnants, surprenant les uns pour les autres et en même temps communs, similaires, invariant dans les structures. Youpee !

          Une seule race construite est insupportable à toutes les autres : celle des gauchistes, wokistes, et autre anti-racistes obsessionnels, opportunistes, incultes, incohérents, bien pensants, réactionnaires, rétrogrades.


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 7 avril 17:08

            Et des quatre personnes sur le même dessin, qui c’est le plus beau ? Hé, hé !

            Il manque ceux avec un os dans le nez pour faire plus distingué.


            • Séraphin Lampion Kaa 7 avril 17:33

              @Daniel PIGNARD

              Et un avec une plume dans le cul


            • quijote 7 avril 20:15

              Tant que la ligne de départ de la finale olympique du 100 mètres sera composée d’une majorité écrasante de noirs, je continuerai à croire ce que je vois. Et pas les « études scientifiques qui prouvent qu’il n’y a qu’une race humaine ». La nature et le « Bien », ça fait deux. Par contre, la connerie et le « Bien »...


              • quijote 7 avril 20:24

                @quijote

                Tiens, à propos du « Bien », visez un peu ça :

                https://twitter.com/FrancoisDAssisi/status/1436078015830708230

                C’est pas beau, le « Bien » ? Une merveille !


              • quijote 7 avril 20:46

                @quijote

                Allez, une brochette de gens Bien, le gratin absolu. Eux, je vous garantis que si vous leur demandez si les races existent, ils vous répondront « Bien sûr que non ! ». Tout en pensant « Évidemment qu’elles existent, crétin » :

                https://twitter.com/monsieurnaudin/status/1511727222087995404


              • quijote 7 avril 21:06

                Les gens Bien, suite, racontés par le complotiste Raoult :

                https://twitter.com/NicoVedrines/status/1511395363059556359


                • zygzornifle zygzornifle 8 avril 08:28

                  Par la même occasion on pourrait abolir salaires les religions et les partis politiques ....


                  • Mélenchon lui est tombé dans le travers inverse. Il déteste les blonds au yeux bleus....


                    • Le wokisme est une sorte de racisme inversé. Revendiquer sa différence, c’est aussi la remettre à l’avant-plan....


                      • Joséphine Joséphine 8 avril 11:30

                        J’ai du mal à comprendre comment on peut nier l’existence des races, elles sont pour moi la beauté des peuples et font partie du patrimoine de l’humanité. Plutôt que de diluer les races dans le métissage, nous devrions au contraire les préserver. Et à propos de racisme, je n’ai jamais vu un peuple aussi peu raciste que les français. Partez donc voyager en Afrique, en Turquie, en Chine , et vous verrez le racisme.

                        Sinon, rien à voir mais puisque l’article parle de chien de race, j’ai eu un petit accident avec un de mes carlins, il s’est reproduit avec un Chihuahua , j’ai gardé le petit chiot et m’y suis attachée, mais c’est vrai qu’il ne ressemble plus à rien. Ni à un Chihuahua, ni à un Carlin...


                        • L'apostilleur L’apostilleur 8 avril 14:40

                          @Joséphine
                          « ...J’ai du mal à comprendre comment on peut nier l’existence des races... »

                          Avoir voulu se débarrasser de ce marqueur n’était pas une mauvaise intention après guerre. 
                          Aujourd’hui tout le monde comprend que les ressusciter ne sera pas une cause supplémentaire pour un racisme qui puise ailleurs sa source.

                          Quant à « la beauté des peuples » , c’est une autre histoire, davantage culturelle que génétique. 


                        • Joséphine Joséphine 8 avril 15:27

                          @L’apostilleur

                          Je tenais à vous dire que c’est très osé comme article, j’ai mis la note maximale ce qui n’arrive pas souvent . C’est devenu le sujet tabou par excellence depuis 1945 , et c’est rare de pouvoir en parler sereinement. Je dirais que ceux qui ont remis ce sujet sur la table, ce sont les Black Lives Matter, et effectivement, on retombe encore une fois dans des travers qui avaient disparus depuis des décennies en Occident.

                          La beauté des peuples, pour moi elle est culturelle et raciale. J’adore les yeux bridés, les cheveux épais des japonais . J’ai toujours été fascinée par leur beauté . Et à ce propos j’ai parlé une fois avec un ami asiatique de ce sujet, je lui avais dit que la science occidentale avait décrété que les races n’existaient pas, et il a beaucoup ri. Ce serait impensable de dire des choses comme ça au Japon.


                        • Joséphine Joséphine 8 avril 15:32

                          @L’apostilleur

                          J’ai eu deux belles histoires d’amour dans ma vie, avec un homme vietnamien et un homme japonais, et je tiens à dire que ce sont des amours impossibles. Ça peut durer quelques années, mais pas pour l’éternité. En fait les femmes blanches sont très mal acceptés dans les familles asiatiques. Et au contraire eux sont très bien acceptés dans les familles des blancs...Voilà, c’est une histoire personnelle, mais c’est vrai que je pourrais écrire un roman là-dessus parce que j’ai vu et senti des choses qui m’ont fait beaucoup de mal.


                        • charlyposte charlyposte 8 avril 15:42

                          @Joséphine
                          HÔ CHI MINH ne fut pas écouté en occident et pas davantage à Versailles sous De Gaulle.... la suite est une triste aventure, la pire selon moi smiley


                        • Joséphine Joséphine 8 avril 16:34

                          @charlyposte

                          Exact ! Ho chi Min a mis un sacré boxon à Versailles, puis il est parti en URSS pendant quelques années.


                        • L'apostilleur L’apostilleur 8 avril 19:15

                          @Joséphine
                           
                          Les peuples se mélangent lentement.

                          Si vous avez eu des enfants, ils ne connaissent vraisemblablement pas vos difficultés en France, D’après des exemples très proches, les enfants issus de ces mariages sont assimilés et « oublient » ces comportements davantage culturels que « raciaux ».


                        • Joséphine Joséphine 8 avril 23:13

                          @L’apostilleur

                          Ce genre de mariage peut tenir si les familles sont présentes en France depuis plusieurs générations et qu’ils parlent notre langue. Dans mon cas je parle d’une famille japonaise qui vivait à Osaka et qui ne parlait pas du tout le français. Nous nous parlions en anglais la plupart du temps ... là-bas ces mélanges sont très mal perçus. Nous sommes le fruit de notre géographie.


                        • L'apostilleur L’apostilleur 9 avril 09:19

                          @Joséphine

                          Et de notre culture. 

                          Les japonaises ont adulé un joueur de foot africain marseillais qui a fini sa carrière au Japon il y a quelques années. 
                          Belle démonstration possible du non racisme pour un peuple fier à juste titre d’une culture forgée au fil des siècles.
                          Ils la protègent par tous moyens quand en Europe certains la refoule.


                        • Ausir 9 avril 10:10

                          @Joséphine
                          Le métissage ou dilution des caractéristiques de chaque race affaiblit les qualités de chaque groupe pur , l’être métis est ainsi ballote , partagé  moins affirmé et donc plus fragile.

                          Le grand enjeu de faire disparaître la notion de race  ,c’est moins la hiérarchie entre elles , car on pourrait tout à fait dire que des races existes et qu’il n’y en a pas de supérieure, ce qui est ,à réalité,
                           mais le fait du métissage qui en mêlant certaines caractéristiques au bout d’un moment peut provoquer des contradictions chez un même être et l’affaiblir.


                        • Ausir 9 avril 10:19

                          @Ausir,pour mieux expliciter , diluer les races c’est comme diluer les sexes  dans la réalité il y a bien 2 sexes distincts  ,mais que la pensée moderne tente d’effacer , pareil pour le métissage. 

                          Le mélange des races est une notion récente de l’humanite , qui était un tabou auparavant, non parcequ’il y aurait eu des races supérieures à d’autres mais parceque le mélange des races affaiblit l’être humain , tout comme le fait de n’avoir pas une identité sexuelle bien définie.


                        • Ausir 9 avril 10:21

                          @Ausir,pour mieux expliciter , diluer les races c’est comme diluer les sexes  dans la réalité il y a bien 2 sexes distincts  ,mais que la pensée moderne tente d’effacer , pareil pour le métissage. 

                          Le mélange des races est une notion récente de l’humanite , qui était un tabou auparavant, non parcequ’il y aurait eu des races supérieures à d’autres mais parceque le mélange des races affaiblit l’être humain , tout comme le fait de n’avoir pas une identité sexuelle bien définie.


                        • eddofr eddofr 8 avril 12:13

                          Tant qu’on n’arrivera pas à distinguer l’individuel du collectif, on aura du mal avec ce concept de race.

                          On peut reconnaitre que, collectivement, tel groupe ethnique dispose d’une supériorité indéniable, dans un domaine défini, sur les autres groupes ethniques.

                          Cela ne signifie pas qu’individuellement n’importe quel individu classé dans ce groupe ethnique soit nécessairement supérieur, dans ce domaine précis, à n’importe quel autre individu d’un autre groupe.

                          D’ailleurs, rien ne démontre que cette supériorité ne résulte pas de circonstances totalement extérieures à l’ethnie elle-même (peut-être la géographie, le climat, les hasards de l’histoire, ...).

                          Par exemple, le fait que l’occident soit technologiquement plus développé que l’Afrique, ne signifie pas nécessairement que n’importe quel occidental soit un meilleur ingénieur que n’importe quel Africain.

                          Je ne sais pas si je suis clair ...


                          • L'apostilleur L’apostilleur 8 avril 14:44

                            @eddofr
                            Vous rejoignez les généticiens qui s’opposent à une hiérarchisation des races. 


                          • quijote 8 avril 22:12

                            @L’apostilleur

                            La supériorité de la race noire à la course est indiscutable. Tu vois, je hiérarchise : dans le domaine de la course de vitesse, les noirs sont en moyenne supérieurs aux blancs. Est-ce que tu te sens privé de ta dignité d’être humain quand je dis ça si t’es pas noir ?

                            Nier la réalité est juste grotesque. Et penser que ce sont les scientifiques qui tiennent, pour des raisons scientifiques, à ce qu’on considère qu’il y a une seule race est vraiment... Allez, soyons indulgents, on va dire « très frais »...


                          • placide21 9 avril 08:18

                            @quijote
                            La supériorité de la race blanche en natation est indiscutable.


                          • quijote 9 avril 08:33

                            @placide21

                            Absolument. Et c’est raciste que de le dire.


                          • quijote 9 avril 08:41

                            @quijote

                            Et la vérité étant raciste, il abolir la vérité.


                          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 9 avril 09:38

                            @quijote
                             
                            ’’Et la vérité étant raciste, il abolir la vérité.’’
                             
                             Comme dit l’autre, la vérité est le mensonge que l’on préfère.


                          • eddofr eddofr 11 avril 10:33

                            @quijote

                            Le supériorité des Kenyans en course de fond est indiscutable ... Mais est-ce génétique ou géographique ou un peu des deux ?

                            Est-ce que « noir » est le critère « génétique » le plus approprié pour déterminer qui à le plus de chances d’être bon à la course ?

                            Ou est-ce juste le plus « visible » (parce que vous êtes conditionné à différencier les humains par leur couleur plutôt que par d’autres critère comme la masse musculaire, la masse osseuse, la capacité pulmonaire ou d’autres, plus discrets encore).


                          • Jonas Jonas 9 avril 01:58

                            « au motif qu’ils n’organisent pas leur reproduction et que les différences génétiques pour une population donnée sont plus grandes qu’entre diverses populations, alors la classification par race devenait impossible. Cela suffisait à démontrer qu’il n’existait qu’une seule race humaine. »

                            Dans un système totalitaire, on fait disparaître les informations qui sont en contradiction avec le système politique dominant. On les élimine progressivement de toutes formes de communications pour dire ensuite qu’elles n’ont jamais existé.
                            Vous devriez lire le bouquin de Orwell « 1984 », qui est très complet sur le sujet.
                            L’encyclopédie Larousse, jusque dans les années 1970, décrivait les races humaines. avant de déclarer dans ses versions ultérieures qu’elles aient jamais existé !
                            La propagande anti-raciste progressiste après mai 1968 a forcé Larousse à retirer et dénigrer ces définitions, alors que scientifiquement parfaitement valables.


                            • L'apostilleur L’apostilleur 9 avril 09:40

                              @Jonas
                              « ...Dans un système totalitaire... »

                              Plutôt dans un système passif qui subit trop le totalitarisme partisan des conceptions de quelques intellectuels minoritaires.

                              Les collectifs vendent leurs théories avec leur pedigree . On l’a vu par ailleurs avec des historiens qui ont voulu faire croire que l’Algérie existait avant 1830, uniquement pour servir leur partisianisme. 

                              Merci pour le lien qui démontre l’évolution des conceptions raciales sans frilosité intellectuelle, même si on écrirait différemment aujourd’hui ces observations. 


                            • Jonas Jonas 9 avril 13:15

                              @L’apostilleur « Plutôt dans un système passif qui subit trop le totalitarisme partisan des conceptions de quelques intellectuels minoritaires. »

                              Ce n’est pas là l’oeuvre d’intellectuels minoritaires, mais bien la mise en place d’un système totalitaire organisé à tous les échelons : politique, économique, social et culturel.


                            • L'apostilleur L’apostilleur 9 avril 15:43

                              @Jonas
                              Ce problème pourrait avoir deux aspects me semble-t-il. 

                              Celui des scientifiques qui ont cherché à démontrer l’impossible avec la race unique pour lutter contre l’idéologie dangereuse de la dernière guerre. 

                              Et celui des financiers avec le court terme pour horizon et l’importation humaine pour paramètre économique, moins coûteux que l’investissement demographique avec des incitations nationales.

                              La négation du « grand remplacement » utilise des sentiments à géométrie variable comme celui culpabilisant de l’aide aux populations qui touchent chacun d’entre-nous.

                              Angela Merkel a dévoilé cette variabilité au gré de ses besoins de politique intérieure. L’Allemagne avec ses deux génocides du XXe s. avait un gros retard de respectabilité à combler, dont ses nécessités démographiques et économiques lui ont donné le motif.

                              Coup double pour elle et tant pis pour les autres.

                              https://onenpensequoi.over-blog.com/2018/01/les-autrichiens-ont-mis-la-barre-a-droite-dans-les-courants-contraires-des-agitations-europeennes-lors-des-dernieres-vagues-migratoi


                            • Ausir 9 avril 11:03

                              Le vrai problème est celui du métissage non celui des races .

                              La propagande et désinformation scientifique actuelle essaye de faire croire que le metissage est facteur de croissance et bienfaits pour l’humanité ce qui est faux .

                              De même que le système essaye d’effacer les sexes , en niant l’importance de la différence des sexes et de l’identité sexuelle dans l’équilibre d’un être humain .

                              Le metissage affaiblit  , tout comme le fait d,être privé d’une identité sexuelle bien établie, les gens deviennent plus manipulables  .

                              Le système se sert du métissage pour affaiblir les peuples .


                              • Ausir 9 avril 11:19

                                Nier les races c’est nier que le metissage affaiblit , le système à besoin du metissage pour contrôler les gens , qu’ils se privent d’une identité bien affirmée.

                                Les caractéristiques de chaque race sont diluées dans le metissage de même que l’identité, et peuvent entrer en antagonisme créant un mal être et fragilité psychologique qui n’est pas seulement culturelle car inconsciemment nous portons en nous l’héritage de nos ancêtres. 

                                Le système cherche à nier les races et promouvoir les mélanges, on ne peut pas ouvrir la tv sans voir une pub avec des couples noir et blanc , des séries tv ou il y a des noirs partout , beaucoup plus que dans la réalité .

                                C’est pour endocriner faire croire aux gens que c’est naturel , tout comme serait naturel la disparition de la notion d’homme et de femme et qu’être homo ou de sexes indifférencie serait normal .

                                Et la masse idiote se laisse berner pour être dans le camp du bien , de la tolérance et de la modernité.


                                • rpplbis rpplbis 9 avril 18:44

                                  Le mot race est réapparu avec les « racisés ». Il y a donc bien des races. Certains tiennent beaucoup à ce qu’il y en ait, en tout cas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité