• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’affaire Alexandre Benalla ou l’affaire qui fragilise le (...)

L’affaire Alexandre Benalla ou l’affaire qui fragilise le quinquennat du Président Emmanuel Macron

L'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, a été mis en examen pour des violences filmées et diffusées sur les réseaux sociaux.

Alors qu’il devait accompagner les CRS en tant qu’ « observateur » lors d’une manifestation à Paris le 1er Mai 2018, Alexandre Benalla , alors chargé de mission, coordinateur des différents services lors des déplacements officiels et privés du Président de la République Française Emmanuel Macron, feint d’être policier, interpelle et se livre à des actes de violence sur un couple de personnes ayant lancé des projectiles sur les CRS.

Plusieurs témoins filment et diffusent la scène de la place de la Contrescarpe sur les réseaux sociaux sans réaliser véritablement le scandale que cela occasionnerait. Le 18 juillet 2018, le quotidien Le Monde publie la bombe médiatique. Le Monde l’identification de M Alexandre Benalla sur la vidéo. Sa participation à une autre interpellation le même jour, au jardin des plantes est dévoilée en juillet par d’autres vidéos qui avaient été mises en ligne.

Alexandre Benalla avait été reconnu depuis le 2 Mai par l’Elysée sur ces enregistrements. Elle l’avait sanctionné par une mise à pied durant quinze jours dans le mois de mai, et l’avait rétrogradé de ses fonctions. Dès lors, l’opposition et les médias dénoncent un traitement de faveur, un flou sur les réelles fonctions de M.Benalla, des privilèges qui n’ont pas lieu d’être au palais et sur le terrain. Ils reprochent au Président Emmanuel Macron de ne pas avoir signalé les faits qui sont reprochés à M. Alexandre Benalla, dès qu’il en avait eu connaissance au Procureur de la République. Ils craignent par ailleurs, l’existence d’une police parallèle.

Une enquête qui révèle des failles

Le jour suivant les révélations du Monde, le 19 juillet 2018, une enquête a été aussitôt ouverte. Les charges retenues sont : « violences par personne chargée d'une mission de service public », « usurpation de fonctions » et « usurpation de signes réservés à l'autorité publique ». Alexandre Benalla est ensuite mis en garde à vue et en examen. Il est aussi accusé de « recel de détournement d’images issues d’un système de vidéo protection ». L’Elysée entame sur le champ une procédure de licenciement contre lui. A ses cotés d’autres officiers sont soupçonnés de lui avoir transmis illégalement les images de vidéosurveillance. Ils sont automatiquement suspendus et mis à leurs tours en examen.

L’homme est acculé par les médias qui sortiront du placard de nouveaux délits dont il se serait rendu coupable. En effet, le 28 avril 2017, après un meeting du candidat Emmanuel Macron, Alexandre Benalla est sollicité pour un selfie dans un restaurant de la place. Sur la photo, il brandit son arme alors qu’à cette date, il n’a aucune autorisation de port d’armes ! Pour cette nouvelle affaire, il est dès lors visé par une enquête du parquet de Poitiers.

Ces scandales à rebondissements portent au grand jour les failles au niveau de l'Élysée, supposent la privatisation de la sécurité présidentielle et portent atteinte au quinquennat d’Emmanuel Macron. Les commissions des Lois du Sénat et de l'Assemblée nationale obtiennent les prérogatives d'une commission d'enquête parlementaire et commencent de nombreuses auditions publiques dont celles du responsables de syndicats policiers, de la Préfecture de police, des cadres de la présidence de la République ou du GSPR . L’affaire Alexandre Benalla ferme même le débat sur le projet de loi de révision constitutionnelle. Emmanuel Macron lui-même, finit par reconnaitre le 22 juillet les dysfonctionnements au sein de l’Elysée.

 Toutefois, plusieurs journalistes, universitaires et personnalités politiques parlent de dramatisation médiatique et pensent qu’une affaire pareille ne saurait être réellement considérée comme une affaire d’Etat.

Voyages de luxe

En Décembre, alors qu’il est toujours en examen et demis de ses fonctions à l’Elysée aux côtés d’Emmanuel Macron , le journal Le monde annonce que quelques jours avant la visite d’Emmanuel Macron au Tchad , Alexandre Benalla, s'est rendu dans ce pays et a rencontré un frère du Président Idriss Deby, Oumar Deby. Ce dernier a indiqué qu’il avait séjourné dans la capitale tchadienne au début du mois de décembre, était venu accompagné d’une demi-douzaine de personnes, par avion privé, réglant les frais par Carte bleue. Arrivé le 22 décembre à Ndjamena, Emmanuel Macron a tenu à prendre ses distances vis-à-vis de ce voyage. Il a insisté auprès de son homologue Président du Tchad, sur le fait qu’Alexandre Benalla n’était en aucun cas un intermédiaire officieux ou officiel de la France.


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Arthur S François Pignon 27 décembre 2018 09:47

    La France est le 3ème pays exportateur en vente d’armes.

    Les VRP voyagent en jet privé

    Normalement, c’est pas dans les journaux

    Y a une taupe quelque part...


    • MagicBuster 27 décembre 2018 12:23

      @François Pignon

      Benalla se rapproche plus d’un françois pignon de Weber que d’un VRP  !!!!

      L’apparition de ce jeune homme (Alexandre Djouhri) au côté de Benalla en gare de Londres a fait l’objet d’un compte rendu de la police de l’air et des frontières. Comme l’a révélé le Canard enchaîné, les deux hommes ont été aperçus peu avant 19 heures en gare de Saint-Pancras, avant de prendre l’Eurostar ensemble.

      « macronie » = « sarkozie » ( avec ou sans le consentement de macron  ? )

      https://fr.sputniknews.com/france/201812251039435229-djouhri-benalla-rencontres-londres/

      https://www.mediapart.fr/journal/france/191218/macron-sarkozy-benalla-djouhri-les-etranges-alliances-du-nouveau-monde

      https://www.liberation.fr/france/2018/10/02/alexandre-benalla-et-alexandre-djouhri-se-sont-rencontres-a-londres_1682626


    • Sergio Sergio 27 décembre 2018 17:23

      @François Pignon

      « ....Y a une taupe quelque part...  »

      Non, plutôt un sous-marin, c’est plus vendeur !


    • Christian Labrune Christian Labrune 27 décembre 2018 10:37

       Toutefois, plusieurs journalistes, universitaires et personnalités politiques parlent de dramatisation médiatique et pensent qu’une affaire pareille ne saurait être réellement considérée comme une affaire d’Etat.

      ..............................................................

      Ce qu’il y a quand même de très bien, depuis que nous avons notre céleste Macron à l’Elysée, c’est qu’on ne s’ennuie pas. Le pain manque à certains mais ils ont tout de même les jeux et le divertissement. Après la fête de la musique qui nous avait initiés à de très nouvelles formes d’art, on a eu l’affaire Benalla qui nous aura fait marcher tout un été. Quand on a commencé à se lasser, on eu les gilets jaunes qui ont marché un peu partout, tournant en rond autour des ronds points. Maintenant qu’ils sont un peu fatigués à cause des fêtes de fin d’année, on peut revenir à Benalla. Ca marche ainsi,sans trop se renouveler, depuis six mois, mais ça marche quand même. Gageons que 2019 nous apportera bientôt quelque nouveau thème baroquisant qui viendra se conjuguer aux précédents, en contrepoint, comme dans les canons très subtils et très complexes de l’Art de la fugue. De la musique avant toute chose !

      Mais à part ça, Madame la Marquise,

      Tout va très bien, tout va très bien.


      • velosolex velosolex 27 décembre 2018 20:51

        @Christian Labrune
        Quel dommage pour nos élites autoproclamées que Benalla n’ai pas mis un gilet jaune ?
        Après les avoir taxé de beaufs, d’antisémites, de castagneurs, on aurait pu de plus les amalgamer à des barbouzes.
        Il est vrai qu’il aurait fallu donner un passeport diplomatique à chacun...


      • biquet biquet 28 décembre 2018 11:30

        @velosolex

        Les modérateurs ont une nouvelle fois refusé mon article, je me fais un plaisir de le publier dans tous les articles.

        Agoravox est-elle devenue la Pravda soviétique ?

        Tous les articles que je propose sont systématiquement refusés, cela depuis 1 an environ. Agoravox est le seul média citoyen en France. La Presse citoyenne ne fait jamais la Une de l’actualité, la Presse mainstream étant en France détenue par des grands groupes financiers, elle voit d’un mauvais œil ces gueux qui s’expriment.

        Texte

        Agoravox est-elle plus libre pour autant ? Assurément non. En ce moment, presque tous les articles tournent autour de ces pauvres gilets jaunes qui sont obligés de prendre leur voiture pour aller au boulot, car celui-ci est à plus de 20 km et il n’y a aucun transport en commun. Mais il y a aussi une autre statistique, jamais mentionnée dans les articles d’Agoravox, c’est que 58 % des français choisissent de prendre leur voiture pour faire des trajets de moins d’un kilomètre. Le titre de mon dernier article était : taxe carbonne, l’urgence absolue. Je suis persuadé que les gilets jaunes font parti des 42 % qui ne prennent pas leur voiture pour un trajet inférieur à 1 km, et qu’une taxe carbonne pourrait pénaliser ceux qui font un usage immodéré de leur bagnole. Une partie de l’argent récolté pourrait servir alors à aider ceux qui sont obligés de faire 20 bornes pour aller au boulot avec leur voiture. Sont-ils si nombreux ? Représentent-ils 58 % de la population laborieuse ? Les agriculteurs qui, pour beaucoup gagnent moins de 300 euros par mois, ne font pas 20 km pour aller au travail.

        Si cet article n’est pas publié, c’est promis, je ne soumettrai jamais plus d’article sur AV. S’il est publié, un débat (et non un monologue) pourra s’engager.



      • ETTORE ETTORE 27 décembre 2018 12:06

        Acte 1 : l’Elysée suspend Benalla, et acte de procédure judiciaire

        Acte 2 / Benalla suspend Macron, et acte de procédure judiciaire

        Ah ces petites gens, qui apprennent si vite à dévorer leur mentor.


        • zygzornifle zygzornifle 27 décembre 2018 12:12

          Alors qu’il devait accompagner les CRS en tant qu’ « observateur »

          Heureusement qu’il n’était plus la pour les manifs des gilets jaunes a Paris, il se serait déchainé transformant les cranes des manifestants en ossobuco ....


          • zygzornifle zygzornifle 27 décembre 2018 12:14

            portent au grand jour les failles au niveau de l’Élysée

            Ce ne sont pas des failles mais des gouffres ....


            • MagicBuster 27 décembre 2018 12:20

              Avant Benalla le poste était occupé par makao, un ami du logeur de terroristes ( attentats du 13 novembre 2015 ).

              https://www.liberation.fr/checknews/2018/06/07/est-ce-bien-makao-ex-garde-du-corps-d-emmanuel-macron-que-l-on-voit-dans-une-video-en-compagnie-de-j_1657350

              Le recrutement de l’Élysée est constant  ?


              • zygzornifle zygzornifle 27 décembre 2018 13:35

                @MagicBuster

                 Faudrait avoir la possibilité d’accès aux selfies du portable a macron, il doit y avoir du croustillant dedans ....


              • frugeky 27 décembre 2018 18:03

                On apprend ce jour, par mediapart, qu’il a fait sa virée au Tchad (et d’autres avant en Afrique) muni d’un passeport diplomatique mais qu’il n’est surtout pas un représentant de l’Etat, ni officiel, ni officieux. Y’a même Strodza, directeur de cabinet de l’Elysée qui demande à Benalla des explications. La grande classe !

                Ce même directeur au nom imprononçable (origine ? comme ça, par curiosité ) dont le président du sénat nous apprenait, lors de son audition pour l’affaire Benalla, sa demande de mise à la retraite pour le mois d’octobre (si je ne m’abuse, pas envie de vérifier) et que celle-ci avait été acceptée. Un mensonge de plus (Lavergne, Collomb, Bio-Farina, Benalla, etc...) devant une commission parlementaire ne donnant lieu à aucune condamnation.

                Je reste surpris qu’on ne pose pas la question du comment un p’tit gros, qui n’a pas l’air très adepte de sport, ait pu être bien noté par des gendarmes et accéder à des poste de sécurité au PS à un âge où, quand on rentre à la Gendarmerie, il va falloir patienter quelques paires d’années avant de pouvoir intégrer les élites.


                • velosolex velosolex 27 décembre 2018 20:57

                  @frugeky
                  Certains ont suggéré que ce type serait la première dame de France. Ridicule bien sûr, mais voilà comment le peuple réagi quand lui cache des choses. Marie Antoinette n’était pas coupable dans l’affaire des diamants, mais le contentieux était trop fort. Elle en perdra la tête, après s’être payé celle des autres...Le pauvre Macron a eu très peur des ces gilets jaunes, qu’il a confondu avec des sans culottes. Le canard enchainé révélait qu’il y avait 500 flics autour de l’Elysée, comme des gardes suisse, et un hélicoptère prêt à l’amener à Varennes. 


                • ticotico ticotico 27 décembre 2018 18:54

                  Macron serait en passe d’inaugurer la fonction de « président fusible »... Je ne vois pas d’autre raison au retour médiatique de Benalla.

                  « Virons Macron nous mêmes » se disent les vrais dirigeants « si le peuple s’en charge, nous serions obligés d’y laisser une partie de nos privilèges »...


                  • Esprit Critique 27 décembre 2018 19:11

                    Benalla menace l’Elysée et les journaleux et personne ne répond !

                    Notre pays est une fois de plus ridiculisé au plan international.

                    Ce type doit savoir beaucoup de chose. Les services secrets français sont incompétent ou dirigé par des lopettes.


                    • jeanpiètre jeanpiètre 30 décembre 2018 12:27

                      l’adore le titre , benalla serait la faille dans un quinquennat solide !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès