• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Afrique a-t-elle un problème civilisationnel ?

L’Afrique a-t-elle un problème civilisationnel ?

A chaque fois qu’une déclaration publique est faite par un président français sur l’Afrique, les mêmes débats refont surface : la colonisation, le complot de l’Occident, la complaisance vis-à-vis des républiques dynastiques. Et pourtant presque tous les «  Etats  » sont rongés par l’immobilisme, le népotisme ; la fuite des cerveaux et les biens mal acquis. Les élites africaines sont restées trop cloisonnées et parfois aveuglées par une pseudo fierté ou un nationalisme de façade.

Partout où la politique n’a pas été au service du peuple, la guerre a pris le dessus, les foyers de radicalisation ont tissé leur toile. Quand se résoudra-t-on à cesser de ratiociner à l’infini, comme dans le feuilleton sur la natalité, la civilisation évoquée par Macron au G20, pour vraiment agir  ?

Personne ne souhaite, par exemple, voir un jour le parti unique reprendre ses lettres de créances. Personne ne souhaite voir des dynasties s’arroger le pouvoir. Personne ne veut subir une purge à cause de ses idées. Vu les tournures que prennent en ce moment le débat d’idées en Afrique, on s’achemine impudemment vers l’inertie. On ne peut plus critiquer, innover, sans être voué aux gémonies.

Ces mêmes élites africaines, défendent souvent avec acharnement, des félonies qui se sont enrichies sur le dos des contribuables. D’autres installent au pinacle, des despotes qui se sont arrogés le pouvoir par la fraude électorale…Il faut se taire face à toutes ces incongruités, de peur de se retrouver à la solde d’une meute fanatisée, baptisée ou auto proclamée nationaliste.

Pour aller au delà du précédent qui oppose Macron aux intellectuels africains, il faut combattre cette spécialité africaine intitulée le « brouillage des pistes ». Cette spécialité consiste à ne jamais accepter ses erreurs, mais les faire porter aux autres. C’est bien dommage que de nos jours on soit restés postés dans une forme de superstition, qui voudrait que les auteurs de nos malheurs soient : Les sorciers ou les Blancs.

 Un des points essentiels du malaise ressenti aujourd'hui en Afrique, repose d’abord sur la crise ou les crises multiformes, ensuite sur le brouillage politique savamment orchestré par notre élite. Par ailleurs, cette distorsion entre la pensée et l’action, a pour conséquence l'absence de sens civique, l’improductivité de la pensée politique. 

Ce constat n'est pas du simple fait des politiques, mais va bien au-delà. Où sont passés les intellectuels, où sont passés ces visionnaires qui depuis les temps les plus anciens, fondent leur argumentaire sur leurs connaissances universitaires ? Ces visionnaires qui peuvent vous parler de l’Aéropage, de la Grèce Antique, de Maurasse, mais sont incapables d’inciter les citoyens à s’inscrire sur des listes électorales, à respecter le planning familial.

Nous sommes aujourd'hui dans une sorte d'obscurantisme des temps modernes, où les réseaux sociaux, et une certaine opinion, par son impact et son influence sur la population, a remplacé le droit à l’inventaire par l’invective.

Elaborer un programme civique ou politique, ce n’est pas égrener un chapelet incantatoire de mise à mort d’untel ou d’un Etat. C’est de mettre à la disposition de la société les bonnes compétences, encadrées par de solides institutions.

Se limiter à une déclaration fut-elle celle de Macron, est un raccourci. Les maux qui minent notre société sont connus de tous. Les responsables africains de ces maux sont connus de tous. Alors, si nous voulons éviter qu’on nous fasse des réflexions parfois douloureuses, il faut donner à notre société un avenir, une vision civique, un rêve civilisé ! Le défi civilisationnel demeure la bonne gouvernance et la démocratie.

Aimé Mathurin Moussy


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

94 réactions à cet article    


  • microf 12 juillet 11:53

    L´auteur aurait au moins eu l´amabilité de nous informer plus sur le débat qui oppose le Président Macron aux intellectuels Africains, á partir de lá, on saurait comment commenter.
    En plus il ne faut oublier que lorsque le Président Francais Macron s´adresse á l´Afrique, il s´adresse á tous les africains, pas aux intellectuels Africains, car le point de vu des intellectuels africains n´est pas le même que celui des populations non intellectuelles africaines.


    • MagicBuster 12 juillet 12:17


      La population c’est comme l’économie - on ne peut pas faire +10% par an sans conséquences.
      Nous habitons un monde fini par ses limites et par ses ressources.


      • Oceane 13 juillet 10:01

        @MagicBuster

        Le continent est vaste et pour sa taille, et sous peuplé. Il faut arrêter avec la question démographique qui serait le problème principal alors que d’autres profitent de ses ressources au détriment des populations. De plus, c’est le continent qui a le taux de mortalité le plus élevé.


      • MagicBuster 12 juillet 12:19
        L’Afrique a-t-elle un problème civilisationnel ?

        ==> Faut demander à l’Afrique.


        • Oceane 13 juillet 09:57

          @MagicBuster

          « Faut demander à l’Afrique »

          Elle ne sait même plus qui elle est. Au point qu’un de ces Africains qui semblait ne plus avoir rien à dire à ses frères se demanda si l’Afrique avait besoin d’un « ajustement culturel ». Or l’Afrique a déjà quitté ses rails une première fois avec les Arabes et la seconde, la plus fatale, c’est avec l’Europe. L’Afrique qui ne parle pas arabe, français, anglais, portugais ou espagnol ; celle qui ne croit pas en Allah/Mahomet/Jésus n’a voix à aucun chapitre. Elle est discriminées, discréditée par celle culturellement « ajustée » à l’Arabe ou à l’Européen


        • Cateaufoncel 12 juillet 12:55

          Une métaphore pour réfléchir autrement :


          Pendant des millénaires, et bien davantage, le train de l’Afrique a roulé sur son propre réseau ferré. 

          Un jour, des Européens sont venus. 

          Vers 1950, leurs chefs politiques et leurs intellectuels ont dit : « Un train, c’est un train », en foi de quoi, ils ont déposé le matériel roulant africain sur leurs voies à eux. 

          Qui n’étaient pas au même écartement. 

          Et ça fait soixante ans, qu’on fait semblant de croire que ça peut marcher !

          • Phalanx Phalanx 12 juillet 16:50

            @Cateaufoncel

            C’est exactement ça.

            L’afrique d’avant la colonisation arabe* et européenne carburait à l’esclavagisme, au cannibalisme, à la sorcelleries et autres pratiques que nous trouvons répugnantes .... mais c’était leur modèle de vie. On ne peut pas comprendre.

            Les arabes n’avaient rien contre ces pratiques, ils vennaient juste se servir en esclaves, les européens aussi au début, puis trés vite ils se sont battus contre les arabes pour abolir l’esclavage, construire « des routes et des hopitaux » ... en croyant bien faire. Ils n’ont fait qu’imposer leur modèle de civilisation ... et ça marche toujours pas.

            L’Afrique a un problème avec la civilisation blanche chrétienne parce que les africains ne sont pas juste des européens pauvres à la peau noire (comme le pense les gauchistes)



          • OMAR 12 juillet 21:17

            Omar9

            @Phalanx

            C’est bien et c’est juste d’avoir préciser que les arabes venaient juste se servir en esclaves,..
            Mais cela aurait aussi honnête d’écrire que les européens ont fait plus que les arabes en matière d’esclavagisme : ils ont aussi pillé l’Afrique.
            D’ailleurs, ça continue jusqu’à ce jour.
            Mais vous et le probité, ça fait plus que deux....


          • ERANOVA 12 juillet 21:26

            @Phalanx
             Alors vous, on voit que vous avez de la culture. 


          • Cateaufoncel 12 juillet 21:27

            @OMAR

            « ...Mais cela aurait aussi honnête d’écrire que les européens ont fait plus que les arabes en matière d’esclavagisme : ils ont aussi pillé l’Afrique... »


            C’est vrai que sans ce pillage, les Burkinabés ou les Nigerians, seraient arrivés sur la Lune bien avant les Américains

            Et puis cela aurait aussi (été) honnête d’écrire que les Arabes ont fait plus que les Européens en matière d’esclavagisme, ils ont émasculé les esclaves pour qu’ils ne puissnt pas souiller les femmes arabes.

            T’as perdu une bonne occasion de te taire !

          • Cateaufoncel 12 juillet 21:30

            @ERANOVA


            Il a de bonnes lectures, en tout cas. J’ai déjà identifié Lugan et Powell smiley

          • Cateaufoncel 12 juillet 21:43

            @leufeross

            « C’est une falsification consciente de la part d’Omar... »



            Il est synchrone avec Taubira. Espérons qu’il ne sera jamais ministre.

          • ERANOVA 12 juillet 22:08

            @Cateaufoncel
            C’est toi qui aurais mieux fait de t’abstenir.


            D’abord, on n’est jamais allé sur la lune parce qu’on ne sait toujours pas franchir la ceinture de Van Allen et rester vivant (sacrée adaptation de Jules Verne par Kubrick et effets spéciaux bluffants pour l’époque, though). Ensuite, Il faut vraiment être con pour prétendre qu’aller se les geler sur la lune est tout de même un grand progrès, quand il fait si bon sur Terre. 

            Et puis, tu crois qu’on leur faisait quoi aux esclaves (et aux noirs libres aussi) de Virginie ou des Antilles pris à niquer la femme ou la fille du « Maître » ? Tu devrais relire à quelles joyeusetés le code noir condamnait les noirs de toutes conditions au lieu de la ramener à propos de l’esclavagisme.

            Quant au Nigéria, sache qu’on y maîtrisait le fer presque trois cent ans avant que l’occident découvre la technique.


          • ERANOVA 12 juillet 22:56

            @Cateaufoncel
            Pour ton édification et celle de tes congénères. Voilà de la culture. Évidemment ça veut dire, qu’il faut lire, un peu. Phalanx, risque donc un œil par ici, si tu l’oses, toi aussi. Punaise, l’albo-centrisme, ça va juste deux minutes :


            « En 2011, une équipe de scientifiques menée par Diego Salazar de l’Université du Chili a fait une découverte très étonnante près de la ville de Taltal, dans le nord du Chili, publiée dans Current Anthropology (mai 2011). et mise à jour en 2013 : http://orbi.ulg.ac.be//handle/2268/157508
            Il s’agissait d’un gisement d’oxyde de fer comportant une ancienne tranchée artificielle de 40 mètres de longueur, les scientifiques estimant à 700 mètres cubes environ le minerai extrait. Beaucoup de scories de fer et de charbons de bois étaient présents, et les plusieurs analyses à la radiodatation des charbons de bois repoussent en quelque sorte l’apparition de l’industrie du fer à... 12.000 ans minimum avant maintenant ! Minimum car la technique n’a pas été découverte ou amenée du jour au lendemain...

            Même si l’apparition réelle de l’âge du Fer (et de sa métallurgie liée) est toujours soumises à controverses (Rien n’est figé dans vos manuels scolaires !), les dates de son apparition supposée sont bien plus proches de nous d’après les archéologues (qui adoptent curieusement un peu d’office le principe d’une »évolution linéaire« - cuivre et or avant le fer, etc..., sans tenir compte du génie humain (ou apports) local parfois). » L’âge du fer débute vers 2650 av. J.-C. en Afrique, vers 1100 av. J.-C. dans le monde méditerranéen et vers 800 à 700 av. J.-C. dans le nord de l’Europe. « ... on ne cite pratiquement pas les Amériques... parce que les archéologues y ont principalement découvert d’antiques mines de cuivre et d’or et que le fer est supposé être apparu avec les conquistadors... en contradictions avec les mines de fer trouvées en Amérique Latine qui devaient bien servir à quelque chose... il serait plus logique d’y voir l’oeuvre de destruction et de récupération des trésors (et fer natif) de ces mêmes conquistadors aux ordres de rois et papes. Mais non, il ne faut pas remuer le passé et contrarier les instances religieuses et fiertés espagnoles existantes encore et aux origines de ces effacements historiques, privilèges des vainqueurs...

            D’après les archéologues chiliens qui ont fait la découverte, le minerai de fer (à défaut d’autres découvertes pour l’instant), devait servir principalement de teinture et colorant pour le corps et les parures (coquillages, plumes, cuir,...) mais je n’exclue pas les soins aux tatouages (prouvés sur Otzi le chasseur-cueilleur par ex.)... et des tentatives pour fondre le minerai comme ils savaient le faire avec le cuivre ou l’or (il ne faut tout de même pas les prendre pour des idiots comme semblent le faire les archéologues quand ils limitent leurs propres cerveaux). Comme on sait, il ne s’agit que de question de chaleur pour la séparation du fer et son utilisation métallurgique : dans des régions à fortes densités volcaniques (donc de fortes chaleurs), il apparaît plus improbable que les habitants n’aient pas réussi à plonger du minerai de fer dans une bouche volcanique par exemple, ayant la chaleur adéquate pour faire fondre la pierre, que l’inverse comme le supposent les archéologues aveuglés par les effacements des colons... »qu’ils n’auraient jamais découvert comment faire un four dégageant assez de chaleur« , ou encore comme pour la roue (malgré les nombreuses maquettes antiques trouvées), » qu’ils connaissaient la roue mais n’ont jamais découvert l’essieu... « etc.... on a tout de même nettement l’impression que quand une découverte contredit certaines affirmations bien établies avant, les scientifiques préfèrent inventer immédiatement un autre »complément théorique« plutôt que de revoir à nouveau la logique des choses...

            Cette mine de fer a été attribuée aux premiers habitants (recensés) de la région, le peuple Huentelauquen, arrivé de nulle part vers au moins 10.000 ans avant JC jusqu’à 4.000 Av. JC et disparaître. L’oxyde de fer servait à priori à colorer certains objets de pierre ou en os et aussi par teinture, probablement les vêtements et leurs corps, accessoires. » L’exploitation régulière (…) indique que les connaissances sur l’emplacement de la mine, sur les propriétés de ses oxydes de fer, et sur les techniques requises pour exploiter et traiter ces minéraux ont été transmises de génération en génération au sein de la complexe culture Huentelauquen ", affirment les chercheurs. D’après les dernières études, la mine aurait connu deux périodes de grande activité, au début entre 12.000 et - 10.500 ans avant maintenant et ensuite une réexploitation vers - 4.300 ans avant maintenant


          • ERANOVA 12 juillet 22:57

            @Cateaufoncel
            Et encore ça : 

            les dépôts de Nok

            « (...) Malgré l’accumulation des datations, lente il est vrai, il faudra attendre le premier colloque international de l’archéologie du Cameroun tenu à Yaoundé du 6 au 9 janvier 1986, et dont les actes viennent d’être publiés [23], pour trouver enfin la phrase suivante :

             » De longues et stériles querelles ont conduit certains chercheurs à s’opposer aux résultats évidents des recherches archéologiques. La cause semble bien, aujourd’hui, entendue. Les fondeurs étaient des Noirs...« [24].

            Encore l’auteur fait-il allusion, ici, surtout au cuivre.

            A propos, d’une industrie microlithique du nord-est du Zaïre, le préhistorien belge F. Van Noten a écrit [25] : »L’industrie d’Ishango a été datée de 21 000 500 BP soit 19 000 Avant JC, ce qui avait paru trop vieux... Mais vu les dates obtenues à Matupi, ce résultat semble aujourd’hui moins improbable« . Voilà comment ont été écartés, systématiquement, des faits et des dates qui ne cadraient pas avec la vision qu’on a des choses. En 1984, dans leur important ouvrage »La datation du passé, la mesure du temps en archéologie« [26], R. P. Giot et L. Langouët spécifient que, contrairement à ce qu’on dit, une seule date est déjà une indication (mais qui nécessite confirmation), et que la qualité de l’échantillon, à tous points de vue, est l’élément essentiel.

            Il faut souligner le fait que les dépôts de Nok ont fourni des haches en fer »encore de la forme grossière de la pierre« [27]. D’où l’appellation de civilisations »sidéro-lithiques« que W. Fagg donne à ces cultures qui passent directement de la pierre au fer et continuent de développer parallèlement ces deux industries.

            D’autre part, en 1976, C.A. Diop commentait les datations de Nok de la manière suivante :
             »Des figurines de Nok trouvées en place, à 12 m de profondeur avec des scories, des tuyères, ont pu être datées au 14C grâce à des brindilles de bois carbonisé associées. Les âges obtenus sont les suivants : 3500 BC, 2000 BC, 900 BC (BC = Avant JC). Ces dates sont peut-être excessives pour l’âge du fer en Afrique, mais aucun des arguments avancés pour les rejeter n’est scientifiquement valable, ou consistant. Il convient donc de les prendre en considération, sous réserve que d’autres faits viennent les confirmer ou les infirmer.

            Depuis une trentaine d’années, plusieurs dates particulièrement importantes ont été acquises qui permettent de préciser très notablement l’ancienneté de la métallurgie du fer en Afrique noire. Le point de nos connaissances sur le début de l’Âge du fer en Afrique se présente comme suit :

            1. Une métallurgie du fer certaine entre le 13e et le 15e siècle BC
            - d’une part dans la région du massif de Termit (entre le lac Tchad et l’Aïr)
            - d’autre part, à l’ouest du lac Victoria-Nyanza et sur sa rive sud.
            Cette métallurgie est donc très antérieure au fer carthaginois, voire plus ancienne que le fer hittite ;
            2. Des échantillons de fer doux, non météorique, datent, en Égypte, de 2600 BC environ (époque des pyramides), alors que l’on ne trouve pas de mines de fer en Égypte ;
            3. Une probabilité de métallurgie du fer se situant entre 3000 et 2000 BC existe
            a - dans la région du massif de Termit (Niger)
            b - dans la région de Kaolack (Ndalane) au Sénégal
            c - dans la région de Nok (Nigéria) ;
            4. Une industrie du fer est attestée à Taruga au 9e siècle BC (région de Nok) ;
            5. Vers 700-600 BC, le fer est également traité d’une part au Cameroun et au Gabon, d’autre part dans la région du Nil moyen (Nubie). Il l’est aussi près d’Agadès (bordure sud) à quelque 300 km à l’ouest du massif de Termit. Des fouilles plus approfondies sont espérées dans ces différents sites ;
            6. Des réseaux d’échanges étendus existaient au 3e millénaire BC (rappelons sur ce point les quatre expéditions conduites par l’Égyptien Herkouf au 24e siècle BC) — ce qui rend possible un commerce du fer entre les différentes régions de l’Afrique. Les modes de désignation du fer sont apparentés dans les langues soudanaises et bantoues et en égyptien ancien. Le fer a pu arriver en Égypte à partir du Soudan occidental et central par l’Ennedi où une attestation ancienne de lances a été remarquée par P. HUARD (cf. ci-dessus). On ne peut donc formuler aucune conclusion sûre à cet égard actuellement. Seule la multiplication des fouilles et des datations permettra d’en savoir plus, quoique la vitesse de disparition du fer sous les climats chauds et humides empêche probablement de découvrir exactement ce qu’il en a été dans bien des cas. Cependant, les vestiges de poteries associées, de fourneaux et de tuyères, datables par la thermoluminescence, devraient fournir prochainement une nouvelle moisson de dates significatives. Il faudrait notamment dater les mines de Telenugar (Tchad) et entreprendre des investigations dans la région du Fertit (nord-est de la République Centrafricaine).
            Puisse cette conclusion susciter des vocations, des mécénats et l’organisation de nouvelles campagnes de fouilles. (...) "

            Ref. : 

            23. J.M. Essomba, L’Archéologie au Cameroun, Karthala, 1992.

            24. Communication de J. Devisse, p. 27. Voir aussi, 1993, Augustin Holl, in The Archaeology of Africa, Food, Metals and Towns, T. Shaw, P. Sinclair, B. Andah and A. Okpopo, ed. Routledge, London.

            25. in Histoire Générale de l’Afrique, vol. 2, p. 676.

            26. Revue d’Archéométrie, Université de Rennes : GMPCA, 1984, p. 112

            27. W. Fagg, Merveilles de l’art nigérien, Paris, éditions du Chêne, 1963, p. 13.

            Extraits d’un vieil article pour situer l’état des recherches vers 1993 (date des plus récentes références mentionnées pour cet article néanmoins intéressant) de http://www.ankhonline.com/revue/diop_lm_metallurgie_fer_afrique.htm



          • ERANOVA 12 juillet 22:57

            @Cateaufoncel
            Et pour finir :


            Des infos intéressantes : Le Witwatersrand contient les plus importants gisements d’or du monde. Depuis sa découverte en 1886, environ 1/3 de tout l’or extrait depuis 5 000 ans par l’humanité en provient.

            Un seul autre gisement de métal « usuel » dans le monde peut se « vanter » d’avoir fourni à lui seul une telle proportion de tout ce métal qu’on a extrait sur Terre depuis le début de l’âge des métaux....

            Le métal en question est le mercure (Hg), le gisement est celui d’Almaden en Espagne (300 km au Sud de Madrid), en arrêt d’exploitation depuis 2008, il a produit un tiers du mercure extrait au monde. Les traces d’exploitation les plus anciennes ont été datées à -490 av. JC. (avant le début de la conquête romaine).

            La plus ancienne mine connue sur le disque archéologique est le lion des cavernes au Swaziland. Sur ce site, qui, par la datation au radiocarbone révèle que la mine est ancienne d’environ 43.000 années, les humains du paléolithique ont extrait de l’hématite minérale, qui contenait du fer et qui a été broyée pour produire le pigment ocre rouge. Des Mines d’âge similaire en Hongrie sont soupçonnées être des sites où les Néandertaliens ont peut-être miné du silex, des armes et des outils.

            « Les Toutes premières Mines et les Outils d’Extraction » - des découvertes oubliées...

            « (...) L’utilisation par l’Homme de matériaux (matières) de la croûte terrestre a commencé il y a des millions d’années, quand il est devenu le premier animal à développer une dépendance à la manipulation complexe de matériels (matières) naturelles. La transmission (succession) héréditaire a communiqué cette manipulation complexe aux générations suivantes. Pendant des millions d’années, l’homme a creusé au Sud le sol africain pour des bulbes (champignons-légumes) comestibles et des racines et a chassé une variété d’animaux nichant (s’abritant) dans des tunnels creusés sous le sol superficiel. En Afrique du Sud, les fouilles pour des minéraux (pour le corps et la peinture murale) et des métaux ont suivi les techniques utilisées pour chercher les tubercules plus antiques et les méthodes de tunnels utilisées pour la chasse dans les refuges souterrains.

            Les minéraux appropriés pour la fabrication de tatouages de corps et la peinture murale sont communs dans les dépôts de l’Âge de pierre du Sud de l’Afrique. En 1953, Mason a trouvé une variété de fragments, tant de minéraux jaunes que rouges, parmi les accumulations dans la Caverne de Foyers, qui datent du Milieu de l’Âge de pierre. De nouveau, en 1954 il a découvert une semblable accumulation du Milieu de l’âge de pierre, beaucoup plus à l’ouest, près du Botswana qui confine à la Caverne Olieboompoort.
            Le peuple de l’Âge de pierre moyen à Olieboompoort a laissé des couteaux en hématite admirablement formés (l’image 3). Le Laboratoire du British Museum de Radiocarbone a fourni la première indication du grand âge du Milieu de l’Age de Pierre africain quand, en 1955, le laboratoire a daté la Mine de Olieboompoort du milieu de l’âge du pierre africain, vers 33.000 ans avant maintenant.

            L’hématite fragmentée à Olieboompoort, qui a été probablement utilisée pour peindre les peaux des gens de l’age de pierre, a été probablement rassemblée à la surface près de l’entrée de la caverne. Des artefacts de pierre semblables en tout point à ceux trouvés dans la caverne du Lion gisaient aussi dans celle d’Olieboompoort.

            Les allégations de » Mines Antiques «  Dans les années 1960, Dart, Beaumont, et Boshier se sont intéressés à la relation entre les minéraux utilisés en Afrique à des fins de coloration et l’exploitation minière. 19 dossiers montrent que des personnes de race noire ont utilisé deux méthodes pour trouver des minéraux. Ils l’ont obtenus à partir de la surface, et ils l’ont extraits en faisant réellement des trous dans la surface de la terre. Beaumont et Boshier, qui à cette époque agissaient comme agents de terrain pour Dart, ont examiné ces dossiers très soigneusement, et entre 1964 et 1967, ils ont mené des enquêtes archéologiques à Bomvu Ridge, dans l’ouest du Swaziland avant d’aller à Postmasburg, dans le nord du Cap.

            Sur le site de Lion Cave à Bomvu Ridge, ils ont fait des observations qui ont conduit Dart à croire que l’exploitation minière proprement dite avait commencé en Afrique du Sud au cours du Middle Stone Age il y a des dizaines de milliers d’années. A Lion Cavern, Dart et Beaumonti ont affirmé que le ’roc extrait’ a été trouvé à une profondeur de 11 pieds à 8 pieds et que 23000 objets appartenant incontestablement à un stade intermédiaire du Middle Stone Age ont été récupérés. Du carbone provenant de différentes parties de cette strate a été envoyé à la fois
            aux laboratoires de Yale et de Groningue. Leurs deux retours d’analyses étaient Y-1827- 22.280 plus ou moins 400 ans avant le présent et GrN 5620 - 28.130 plus ou moins 260 ans avant le présent.

            Dart et Beaumont ont continué à affirmer que « comme le sol travaillé soutenant ce dépôt s’étend vers l’extérieur sur au moins encore 10 mètres, il serait prématuré d’imaginer que les 29.000 ans avant le présent soient le premier jour pour l’exploitation minière qu’on peut obtenir sur ce site. En effet, leur tranchée ultérieure dans ce dépôt a donné une date de 43.200 ans plus ou moins 1600 ans Avant maintenant (GrN5313). Dart et Beaumont ont noté que « des outils d’extraction de pierre » ont été trouvés dans les 8 pieds de profondeur dans la strate de dépôts du Milieu de l’Age de Pierre à la Caverne du Lion. Toutefois, aucune des analyses détaillées des « outils travaillés », « des minerais », ou »du lit de roches extrait« n’ont été données ». (...) "

          • Phalanx Phalanx 12 juillet 23:14

            @OMAR

            Oui et non puisqu’en contrepartie de ce « pillage » il y’a eu « les routes et les hopitaux », l’abolition de l’esclavage etc .... alors que les arabes n’ont rajouté que misère et souffrance pour les peuples banthous* sans aucune contrepartie (sauf certains swahilis).

            Au final, le bilan de la colonisation pour les puissances europeene (sauf les anglais, beaucoup plus marchands et pragmatiques) fut negatif. 
            Ca a couté plus que ca a rapporté pour le Français moyen.

            Mais il est certain que certains individus (ie la famille BHL) ont construit des fortunes formidables grace a la colonisation.

            *Banthous qui encore une fois étaient eux meme esclavagistes et cannibales.

          • Cateaufoncel 12 juillet 23:19

            @ERANOVA

            « D’abord, on n’est jamais allé sur la lune parce qu’on ne sait toujours pas franchir la ceinture de Van Allen... »


            T’aurais jamais dû commencer par ça : je ne suis pas allé plus loin.

            Tout le reste t’as fait pour rien. Ici tout est écrit, et les écrits restant, je ne veux pas entrer dans l’histoire du web comme le type qui dialogue avec Eranova le Loufoque.

            Cela dit, comme je m’intéresse aux espèces rares, je suis quand même allé consulter ta page personnelle. Et j’ai vu que tu appartiens aux espèces rares peu productives. C’est vraiment tout ce qu’il y a à dire...

            Salut !

          • Cateaufoncel 12 juillet 23:25

            @Phalanx

            « Au final, le bilan de la colonisation pour les puissances europeene (...) fut négatif. »


            Disons-le, pour la France en tant que pays, ce fut un véritable boulet. 

            Mais puisque, dans ce pays, tout finit par des chansons, allons-y gaiement :


          • Phalanx Phalanx 12 juillet 23:39

            @ERANOVA

            Même (surtout) si il semblerait qu’il n’y ait pas de consensus scientifico historique sur ce sujet, ce genre de lecture est toujours rafraichissant.

            Ceci étant dit, je ne vois pas en quoi cela invalide quoi que ce soit de mon propos. Je ne dis pas que les africains étaient des hommes des cavernes attardés .... je dis juste qu’ils étaient, et sont toujours, autres.

            Autre n’est pas une insulte, a moins de considérer que « autre que relevant de la civilisation blanche chrétienne » soit une insulte ..... ce qui serait vraiment raciste. 

          • OMAR 13 juillet 00:57

            Omar9

            @Cateaufoncel

            A quel prix et de quelle manière les américains sont arrivés sur la lune ?
            Après avoir génocidé tous les amérindiens pour spolier leur pays.
            Grace à l’héritage scientifique et culturel gréco-romain et arabo-perse.
            Grace à la traite des noirs et le K.K.K.
            Grace aussi et surtout aux nazis et à un certain Van Braun et ses sinistres V1 et V2...
            Et puis, c’est magnifique de vous cacher derrière les amerloques, vous avez si honte que ça , que la France ne soit pas allée sur la lune ?
            ’Quant à l’esclavage et en matière d(ignominie, de bestialité et d’inhumanité, vous avez une référence mondialement connue, tout un symbole ; l’ile de Gorée
            Alors, je ne vous demanderai pas de vous taire, mais d’aller vos cacher...


          • OMAR 13 juillet 01:09

            Omar9

            @leufeross

            Je n’ai jamais nié que les arabes aient pratiqué l’esclavage.
            Mais cela regarde uniquement les arabes et eux seuls.
            Alors que c’est toute l’Europe et les américains qui ont pratiqué cette ignominie.
            L’Occident s’est même servi des noirs, des maghrébins et même d’arabes comme chair à canon, dans ses barbares guerres.
            Quant aux routes, ports et hôpitaux, ils furent construits le plus souvent pour mieux piller le pays colonisé, jamais au profit des « indigènes ».
            Alors, je condamne toute forme de colonisation et quelque soit le colonisateur.
            Mais aussi la falsification de l(histoire, surtout quand elle est écrite par les colonisateurs.


          • OMAR 13 juillet 01:12

            Omar9

            Tenez, leufeross et l’autre pied-nickelé
            Si un jour vous faites un tour au Sénégal pensez à aller prendre un pot à Gorée...
            http://www.leparisien.fr/international/senegal-obama-visite-l-ile-de-goree-symbole-de-l-esclavage-27-06-2013-2933871.php


          • Onecinikiou 13 juillet 03:21

            @Phalanx


            Nous allons crever de notre universalisme franc-mac et droit de l’hommiste, et ce sera bien fait pour notre gueule car nous sommes trop cons. Et comme souvent, il est à craindre que les conseilleurs ne soient les payeurs. Et ça c’est injuste. 

          • Onecinikiou 13 juillet 03:38

            @OMAR


            Ferme ta gueule, tu n’es pas européen ni occidental et tu ne le seras jamais comme le soutenait fort lucidement Hassan II qui avait le mérite de ne pas se mentir à lui-même :


            Va donc laver ton linge sale en famille et ne donne plus jamais de leçon à tes hôtes qui ont daigné t’offrir le gite et le couvert, et une vie infiniment meilleure que celle de tes coreligionnaires d’outre Méditerranée qui risquent chaque jour la leur sur des coquilles de noix pour fuir l’incurie généralisée et la misère - et déjà intellectuelle - qui règnent partout dans leurs contrées !! 

            Et pour rétablir un peu de réalité historique, réécoutons ce qu’en pense un historien africain de l’esclavage (interdit en premier par les européens), que dis-je du véritable génocide opéré par les arabo-musulmans pendant des siècles et encore aujourd’hui sur le contient africain !


            Quant à la colonisation européenne en Afrique, voilà ce qu’en pense rétrospectivement les honnêtes gens du cru :


          • covadonga*722 covadonga*722 13 juillet 07:14

            @Onecinikiou
            bonjour , je vous trouve fort désagréable avec monsieur omar qui a vécu tellement mal la colonisation

            qu’il s’oblige a vivre en France en tendant la main le 5 de chaque mois pour toucher les diverses
            allocations que lui verse la géhenne raciste.En plus omar qui se traîne du sofa a la mosquée il est bien triste pas le moindre attentat depuis un mois qu’elle désolation .Omar parles sans cesse des 135 ans de colonisation française mais oublie les 800 ans sous la babouche ottomane.Mais c’est parce que le maître turc qui le traitait comme un chien avait le même dieu. Car tout ce qu’a dis le prophète Omar il le fait il le croit , sauf pour la hijra ça il peut pas les ,haddits lui commande de retourner en terre d’islam mais la ,omar il est français assedics allocs hlm gratos cantine halal 
            bus gratos sécurité sociale hôpitaux qui marche tout cela ben en terre d’islam macache walou 
            hein ya pas alors c’est pour cela le cancrelat wahhabite qui se dissimule dans omar ben il cache 
            le fier guerrier du désert sous la takia « tout le monde il est beau nous on est les victimes ouin ouin ouin colonialisme racisme » mais lisez bien Omar entre les lignes il hait cette société ou il courbe l’échine et tend la main alors que le prophète lui commande tue pille soumet a l’esclavage ces peuples infidèles.C’est pour cela il faut être aimable avec Omar il a survécu au seul génocide qui a vu la population plus nombreuse au départ qu’a l’arrivée des Français !

          • Oceane 13 juillet 10:06

            @Cateaufoncel

            L’auteur de cet article et les intellectuels et dirigeant qu’il invective ne considère pas ta métaphore du train et des rails comme pertinente. Pourtant, c’est par là qu’il devrait commencer.

            La monture va où la guide le cavalier.


          • Cateaufoncel 13 juillet 10:09

            @OMAR

            « A quel prix et de quelle manière les américains sont arrivés sur la lune ? »

            Ils y sont arrivés après cinq siècles d’histoire, qui fut ce qu’elle fut, puisque les mœurs, pratiques et coutumes des époques traversées, n’étaient pas comparables aux mœurs, pratiques et coutumes d’aujourd’hui.

            « Après avoir génocidé tous les amérindiens pour spolier leur pays. »

            A l’époque, il y avait d’énormes surplus de population en Europe, et d’immenses territoires à travailler et à mettre en valeur en Amérique du Nord. Il y avait là une complémentarité historique, et les Amérindiens, plutôt que d’occire systéamtiquement les Blancs, dès les premiers explorateurs, les ont accueilli sinon à bras ouverts, à tout le moins aimablement. Ce sont des fautes qui ne pardonnent pas.

            « Grace à l’héritage scientifique et culturel gréco-romain et arabo-perse. »

            Il en allait de cet héritage comme des ressources naturelles : l’essentiel ne résidait pas dans leur possession, mais dans la capacité d’en tirer quelque chose


            « Grace à la traite des noirs et le K.K.K. »

            Je ne vois pas bienla part du progrès industriel, scientifique et technologique qui revient à la traite des esclaves et au Ku Klux Klan.


            « Grace aussi et surtout aux nazis et à un certain Van Braun et ses sinistres V1 etV2. »

            Tout le monde s’est servi a la fin de la guerre : les Américains, les Bolchos, les Anglais et les Français.. Ces savants allemands avaient accumulé une quantité de connaissances qu’il eut été aberrant, d’un point de vue européen, de laisser perdre, sans chercher à les prolonger, ce qui est dans les gênes de notre race, prométhéenne disent certains, et je le crois volontiers.

            « Et puis, c’est magnifique de vous cacher derrière les amerloques, vous avez si honte que ça , que la France ne soit pas allée sur la lune ? »

            Il n’y a pas de honte, les Etats-Unis étaient engagés dans une compétition à couteaux tirés, avec les Soviétiques, et l’Europe – ne parlons même pas de la France – n’avait pas les moyens financiers de relever un tel défi. Je ne vois pas ce que la honte vient faire là-dedans.


            « Quant à l’esclavage et en matière d(ignominie, de bestialité et d’inhumanité, vous avez une référence mondialement connue, tout un symbole ; l’ile de Gorée. »

            Dont l’approvisionnement dépendait des livraisons effectuées par d’autres Noirs qui avaient trouvé là, une source de revenus pratiquement inépuisable, dans la mesure où elle se renouvelait naturellement jour après jour, grâce à la pratique assidue de la bête à deux dos.

            « Alors, je ne vous demanderai pas de vous taire, mais d’aller vos cacher... »

            Certainement pas. Si certains doivent se cacher, ce sont les descendants des vendeurs, s’ils n’assument pas leur histoire avec la même sérénité exempte d’anachronisme, qui est la mienne.


          • Oceane 13 juillet 10:17

            @Onecinikiou

            « Universalisme », « droit de l’homme » ? Rien que des alibis commodes.


          • Cateaufoncel 13 juillet 10:34

            @Oceane

            « Pourtant, c’est par là qu’il devrait commencer. »

            C’est la grande faiblesse d’AgoraVox. J’espérais que ma métaphore permettrait d’instauration d’un vrai débat, avec de vrais arguments, mais ce projet a buté sur l’intrusion d’Eranova, dont les la poature, bardées de certitudes, n’est pas sans rappeler celle des évangélistes itinérants mandatés par les Tàémoins de Jéhovah, et d’Omar qui ressasse le même discours victimaire depuis août 2010.

            Même l’auteur n’a rien à dire de ma métaphore que, le cas échéant, j’aurais pris la peine, et certainement eu le plaisir, de défendre et d’expliquer.


          • OMAR 13 juillet 10:50

            Omar9

            @RougePomme « .OUI MAIS LES ARABES CASTRAIENT SYSTÉMATIQUEMENT LEURS ESCLAVES »
             
            Allez le dire aux arabes, car je n’en suis pas un.....
            De plus, leur trafic s’exerçait du Maghreb jusqu’en Afrique équatoriale.
            Vous, c’est d’Alger jusqu’Port Elizabethe, et de Dakar jusqu’à Asmara.
            Vous oubliez que le dernier pays à s’être affranchi de l’Apârtheid et dune forme avérée d’esclavage fut l’Afrique du Sud, il y a tout juste quelques années...
            Puis subitement vous sautez à l’Islam alors que l’esclavage était le fort de la civilisation gréco-romaine, repris ensuite par les chrétiens..
            2000 ans de crimes, terreur et répression du Christianisme sur tous les continents, races et peuples, Même l’antisémitisme est une création purement chrétienne.
            Vous avez oublié la Shoah ?
            Où est la civilisation précolombienne ?
            Qu’avez-vous des des aborigènes et de mahoris ?
            http://www.astrosurf.com/nitschelm/Page_noire_christianisme.htm
            Alors, oui, allez culpabilisez les émirs et eux seuls, leur histoire n’est pas la notre.


          • Oceane 13 juillet 10:56

            @Cateaufoncel

            « C’est que sans ce pillage, les Burkinabés ou les Nigerians, seraient arrivés sur la Lune bien avant les Américains. »

            Qu’est-ce qui te fait croire qu’ils avaient besoin d’aller sur la lune ?

            C’est vrai, les Arabes ont castré les hommes. Mais leur traitement des femmes n’a pas été différent de celui des Européens. Et si les hommes ne sont pas castrés par les Européens, il leur est interdit de toucher à une Blanche. Les hommes se réservant le droit d’abuser et de violer les femmes.


          • Cateaufoncel 13 juillet 11:17

            @Oceane

            « Qu’est-ce qui te fait croire qu’ils avaient besoin d’aller sur la lune ? »



            C’est aussi une métaphore. J’aurais pu parler de la découverte de la nivaquine ou de la construction de la première locomotive... J’aurais pu parler aussi de cet insolite complexe, étrangement sans suite, qu’est Zimbabwe la Grande.


            « C’est vrai, les Arabes ont castré les hommes. Mais leur traitement des femmes... »

            Personnellement, ça ne m’intéresse pas. Chez les Arabes aussi, c’étaient les pratiques d’une époque - encore que... -, et je n’aurais jamais parlé si l’autre, le Omar, n’était revenu agiter sa marotte préférée dans cette discussion aussi.,

          • Cateaufoncel 13 juillet 12:22

            @Cateaufoncel

            « ....et je n’aurais jamais parlé si l’autre, le Omar, n’était revenu agiter sa marotte préférée dans cette discussion aussi.... »


            Et je viens de voir qu’il avait remis ça à 10:50. Les crimes des Blancs, et les « crimes » aussi, c’est son truc à lui, comme les gonzesses, c’est le truc à Mitch-Mitch dans 100’000 dollars au soleil

            Alors, faut faire avec, en se disant qu’il va peut-être, Omar aussi, commencer à pelleter quand même.,


          • microf 13 juillet 14:47

            @OMAR

            Bravo @OMAR. Vous savez ces gens ne connaissent même pas leur triste histoire, il faut souvent le leur rappeler.
            En dehors de l´Ile de Gorée, il ya le Haiti, la Guadeloupe, la Martinique, l´Ile de la Réunion, la Nouvelle Calédonie, je vais m´arrêter lá car la liste risque d´être très très longue, car ils sont dans tous les autres quatre continents, s´ils étaient vraiment conséquents, ils iraient se cacher, mais vous savez, ils ont rejeté la honte.


          • Oceane 14 juillet 10:47

            @Phalanx

            « En contrepartie de ce »pillage« il y a eu »les routes et les hôpitaux l’abolition de l’esclavage etc"

            La vie du non Blanc équivaut à une route, un hôpital. Remarque que pour de la verroterie, les Bantous ont vendu les leurs. D’ailleurs, ils continuent avec les nouvelles verroteries. Construire des routes à la sueur, le sang et la vie des « Indigènes » est plus important que la transformation d’humains en zombies, en clones, en objets et c’est faire acte de « civilisation, de »bienfaits". Quelle magnanimité du Blanc ! Il esclavagise pendant des siècles et lorsqu’il se souvient ou se rend compte de l’horreur, que son livre saint - sur lequel il s’était par ailleurs appuyé pour justifier la chosification du non blanc - réprouve la soumission de l’humain, décide de l’abolition ! Mais ne pousse pas trop loin en rendant les produits des pillages ou en rentrant au bercail.

            Les non Blancs ne se rendent pas compte de la chance qu’ils ont. Et ils devraient être reconnaissants.

            Le swahili est une langue du groupe bantu.

            « Au final le bilan de la colonisation pour les puissances européennes (sauf les anglais, beaucoup plus marchands et pragmatiques) fut négatif. »C’est pour cela que du colonialisme, la France est passée au néocolonialisme. L’auteur qui prend toujours à témoin les Français doit être satisfait de ce torrent de négrophobie déversé sur cette page et généralement sur les articles qui concernent l’Afrique.

            Le plus grand crime, ce n’est pas le pillage, mais la fabrication de « corps sans esprit » comme l’auteur. « Mais il est certain que certains individus (la famille BHL) ont construit des fortunes colossales grâce à la colonisation » Je ne te le fais pas dire ! Sauf que cela n’a pu être possible que sous le parapluie de l’Etat français. Avant de quitter le pouvoir, Hollande a offert un contrat à Bolloré à Kribi au Cameroun. Bolloré avait poutant perdu lors l’adjudication. Il a fallu qu’il aille demandé à Hollande, au nom des « intérêtsde la France » de faire pencher la balance en faveur des entreprises françaises. Et Hollande a fait escale à Yaoundé pour dire au « dictateur » de revoir l’adjudication. Ce qui a été fait. Bolloré et son compatriote et frère ennemi sont désormais bien implanté dans le port en eau profonde de Kribi et dans tous les ports des neocolonies françaises.

            « Les Bantous qui encore une fois étaient entre eux mêmes esclavagistes et cannibales » Je te mets au défi de trouver un seul dominant qui n’a pas construit des mensonges sur ceux qu’ils voulaient dominer. Les Romains ne jetaient pas des fleurs aux Gaulois. Les juifs n’ont jamais mangé des enfants ou bu du sang. Et à propos de la collaboration avec l’envahisseur, les Bantous n’ont pas été les complices de Hitler. Et pour finir, parle-moi de la planification de la traite et de la logistique, qui n’étaient pas du ressort des Bantous qui fournissaient la « matière première ».


          • Phalanx Phalanx 14 juillet 16:51

            @Oceane


            J’ai dit qu’il y’a eu une contrepartie au pillage, contrairement par exemple à la domination arabe (qui semble vous géner beaucoup moins). Je n’ai rien justifier du tout, ni dit que la vie d’un indigène* valait bien une route.
            L’esprit colonial était effectivement d« apporter la cvilisation (blanche, chrétienne qui se croit universelle) .... ce fut une erreur collosale, je n’ai jamais dit le contraire.

            Vous êtes pénible a être idiot, sans le livre saint** des blancs, l’escalvage serait encore monnaie courrante. Va falloir le comprendre. Si vous pensez que l’esclavage c’est mal, c’est en grade partie parce que vous avez reçu une éducation de blanc chrétien. Pour la majorité des humains au cours de l’Histoire, l’esclavage était naturel.

            Oui, le néo colonialisme est plus rentable que le colonialisme ... bien sûr. Ceci étant dit, les indigènes vivaient mieux (soin, education, nourriture etc ...) sous le colonialisme. Je constate, je justifie pas.

            Aussi bien swahili que banthou font référence a des peuples et des langages, les swahilis sont un groupe des banthus (avec des origines nillotiques) qui eurent un role actif dans la traite négrière orientale. Beaucoup se convertirent à l’islam, on parle d’ailleurs d’arabo swhailis.

            Je suis bien d’accord avec vous concernant le plus grand crime de la colonisation, ce ne fut pas un génocide physique, mais culturellement et socialement toutes les structures des indigènes furent détruites. 

            La plupart des tribus banthous étaient cannibales et escalavagistes ... ce n’est pas un mensonge ni une insulte. C’était leur système. On ne peut comprendre.

            En parlant de »dominants" vous voulez qu’on demande aux pygmés ce qu’ils en pensent de vos tirades sur les pauvres noirs opprimés ? On est tous le dominé et le dominant de quelqu’un.


            *Indigène siginifie une personne nait sur sa terre et son groupe ethnique. Ce n’est pas une insutle. Je suis moi meme un indigène français.
            ** Vous n’avez qu’a vous dire que le christianisme est une religion sémite d’origine moyen orientale si ca appaise votre haine du blanc.

          • sonin28 14 juillet 20:03

            @Phalanx

            Mais vous racontez de pur conneries de racialistes borné, la soit disante afrique sauvage sont des pures fantasmes . La realité c’est que l’esclavage n’est aucunement une pratique Africaine tout est dans le mot ( slave ) , ca na rien d’africains comme pratique , il ya eu du servage car il n’ya pas de prison dans le systeme de vie des africains par conséquent les criminels étaient condamné a remplir des taches pour dedomagé les victimes . De plus les Africains n’ont vendu personne la aussi c’est un vieux mythe pour justifier l’injustifiable, les deportation de millions d’africains ce sont fait avec des armes , et des moyens de transport OCCIDENTAUX SANS l’OCCIDENT PAS DE TRAITE NEGRIERE, DANS TOUTES LES GUERRES IL YA DES COLLABO , CA NE FAIT PAS DE LA VICTIME LE COUPABLE ... Car oui la traite negriere est une declaration de guerre à l’Afrique et au Africains , toute l’alienation de ce continent viens de la . Non monsieur au vu des civilisation Africaines comme l’empire du mali prospere avant l’arrivé occidentale et arabes sur ces terres subsharienne les africains n’ont rien de sauvageons esclavagiste et cannibale vous étaler votre inculture rien d’autre ... 

          • Cateaufoncel 14 juillet 20:40
            @Oceane
            @sonin28

            Et pour l’avenir, c’est quoi l’idée ?

            On met les compteurs à zéro, et on repart du XVe siècle ?

          • sonin28 14 juillet 20:52

            @Phalanx Et puis ya un truc que je comprend avec ce discours et sa vision du colon qui va civilisé les sauvages africains , comment des sauvages pourraient prendre part a un commerce dite moi ? Faut être logique , soit les africains étaient des sauvages qui sautaient de liane en liane et qui se bouffaient entre eux ou alors ils avaient des royaumes et donc tout un systeme civilisé dans lequel ils ont commercé avec l’occident en vendant leur « frères » ... Ils faut faire un choix mais ils ne peuvent pas être à majorité sauvage tout en étant l’acteur numero d’ un commerce dans lequel ils ont vendu tous leur frere noirs à l’occident 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès