• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’âge d’or des grandes découvertes maritimes

L’âge d’or des grandes découvertes maritimes

En 1423, dynastie Ming, la flotte chinoise forte de trois-cent dix-sept Jonques placée sous le commandement de Zheng Ho a déjà exploré en sept expéditions, les côtes malaisiennes et indiennes avant de s'aventurer jusqu'au golfe persique. Au milieu du XV° siècle, les Portugais construisent un nouveau type de navire, la caravelle. Cette embarcation, petite et légère de faible tirant d'eau, gréée de voiles latines ou d'un gréement mixte (deux voiles carrées et une voile latine) manœuvrée par un équipage d'une vingtaine d'hommes est capable de naviguer au près (environ 60° dans le lit du vent).

Le Portugal est un pays pauvre aux terres difficiles à cultiver. Henri le Navigateur (1394-1460), le fils du roi, réunit des pilotes, des cartographes et des constructeurs de navires au sein d'une école navale. Après la prise de forteresse mauresque de Ceuta en 1415, les navigateurs portugais colonisent Madère et les Açores (1420). Le Portugal lance ses vaisseaux de plus en plus loin vers le sud. En 1434 le « cap de la peur » est franchi. Lorsqu'Henri le Navigateur meurt en 1560, les Portugais ont atteint la Sierra Leone, Madère, les Açores et les îles du Cap-Vert, vingt-cinq caravelles assurent les liaisons. Les marins portugais vont explorer la façade ouest de l'Afrique, les côtes de la graine (poivre de Guinée) - la côte de l'or - la côte des esclaves - la côte d'ivoire. Les Portugais érigent un padrão, croix de pierre sur le rivage, qui vaut marque de possession et qui leur sert d'amer. En 1484, Diogo Caõ atteint l'embouchure du fleuve Congo, en 1488, Bartolomeu Dias double la pointe sud de l'Afrique (cap de Bonne-Espérance). La navigation de retour pose plus de problèmes que l'aller, il faut tirer des bords (louvoyer) pour affronter les vents contraires. Les pilotes vont s'éloigner de la côte, jusqu'à la perdre de vue, afin de rencontrer des vents plus favorables, c'est la volta.

Si la terre est ronde comme l'a affirmé Ptolémée, naviguer plein ouest permettrait d'atteindre l'Asie et en rapporter les incroyables richesses décrites par Marco Polo. Les cartes et les instruments de navigation, boussole, sablier, loch, astrolabe sont des plus rudimentaires, et la connaissance des vents et courants au large leur est inconnue. Le Génois Christophe Colomb (1451-1506) ayant essuyé le refus du Portugal de financer une expédition, se tourne vers l'Espagne. Le 3 août 1492, deux caravelles, la Nina, la Pinta et la Santa Maria, la nef de Colomb, quittent le port de Paolos. Sachant que les vents portent à l'ouest, la petite flotte gagne les Canaries où elle va rester un mois suite à une avarie. Le 12 octobre, les navires sont en vue des Bahamas, baptisée San Salvadore. Au cours des mois suivants, Christophe Colomb et son équipage explorent Haiti et cuba. Le 4 mars 1493 deux caravelles sont de retour à Lisbonne, la nef Santa Maria a fait naufrage. Christophe Colomb a laissé trente-neuf hommes au fort de la Navidad sur Hispanolia (Haiti) avec suffisamment de vivres pour une année. Le 25 septembre 1493, une deuxième expédition forte de 14 caravelles et de 3 caraques embarquant 1.200 hommes, part de Cadix. Le 3 novembre elle a atteint l'île de la Dominique et de poursuivre vers la Guadeloupe, La Désirade. Elle arrive à Hispanolia le 27 novembre. Les hommes laissés sur place ont été exterminés par les indigènes. Au mois d'avril 1494 Colomb explore cuba et la Jamaïque. Il meurt en 1506 convaincu d'avoir abordé l'Asie.

Le Portugal qui regrette d'avoir éconduit Christophe Colomb, veut faire valoir ses droits sur ces pays, il en appelle au pape. Le 7 juin 1494, sa Sainteté promulgue le traité de Tordesillas, une ligne partageant le globe du nord au sud à 370 lieues à l'ouest des îles du Cap Vert, l'Espagne pourra jouir du droit d'exploration et de colonisation à l'ouest de cette ligne, et les Portugais des mêmes droits à l'est. Une troisième expédition quitte l'Espagne le 30 mai 1498, après deux mois de navigation, Colomb atteint la Trinité, au mois d'août le golfe de Paria (golfe des perles) et le delta de l'Orénoque. Le 8 avril 1502, Colomb entame son quatrième voyage ! Au mois de juin il est à la Martinique puis à Santa Maria de Belem (Panama). Au mois de novembre 1503 il est de retour à Sanlucar Espagne.

Le 8 juillet 1497, quatre nefs équipées d'un château surélevé à la proue (avant) et un à la poupe (arrière), gréées d'une voilure mixte, et pourvues de profondes cales appareillent à Lisbonne. En vue des Îles caperverdiennes, Vasco de Gama (1469-1524) ordonne de mettre cap à l'ouest ! Il entend éviter les vents contraires de la côte africaine et profiter des vents d'ouest. La flottille double l'Afrique du sud et quatre-vingt treize jours plus tard elle remonte la côte jusqu'au Mozambique. La côte occidentale est le domaine des marchands arabes. Vasco de Gama s'attache les services d'Ibn Majib, un pilote arabe des plus réputés. Le 22 mai 1498 ils accostent à Calicut. Lors du voyage de retour (1500), les deux tiers de l'équipage meurent du scorbut, les survivants sont accueillis à Lisbonne dans la liesse. La route des Indes est ouverte et sept vaisseaux rapportent un véritable trésor en épices dont les bénéfices vont servir à financer d'autres expéditions et la construction de caraques. Le commerce portugais, poivre, girofle, noix de muscade, émeraudes d'Inde, saphirs de Ceylan et soieries vont précipiter le déclin du commerce de Venise. Presque tout le commerce entre l'Europe et l'Asie se fait alors par voie terrestre, par la Méditerranée et la mer Rouge.

En 1500, Pedro Alvarez Cabral parti de Lisbonne à la tête d'un expédition de treize navires atteint le Brésil. Le commerce triangulaire va marquer le début de la colonisation. La vente d'êtres humains par d'autres humains est une pratique très ancienne. Les Arabes ont asservi des régions subsahariennes dès le VIIIe siècle, les Portugais de s'y livrer pour l’exploitation de la canne à sucre. Des pays européens vont affréter des navires aux cales remplies de marchandises destinées à être échangées contre des esclaves africains capturés par d'autres Africains ou Musulmans... Les esclaves sont « acheminés » ensuite aux Amériques pour y être de nouveaux échangés contre des biens ou produits considérés de grande valeur.

En 1513, Vasco Muñez de Balboa franchit l'isthme de Panama et atteint la côte Pacifique, démontrant que l'Amérique est une « île " au-delà de laquelle s'étend un autre océan. Le 20 septembre 1519, Magellan prend le commandement d'une flottille de cinq navires et 250 marins : Portugais, Espagnols, Français, Grecs, Italiens. La flotte appareille de San Lucar avec pour mission de contourner la barrière de l'Amérique et déboucher en Asie. Le 21 octobre 1520, un détroit est découvert au sud la Terre de feu. Après 38 jours de navigation à travers les éléments déchaînés, la flottille débouche sur Pacifique. L'expédition atteint les îles Mariannes en mars 1521. Le 8 septembre 1522, seule la Victoria est de retour avec à son bord dix-huit survivants. C'est le premier équipage à avoir accompli le tour du monde.

La conquête du nouveau-monde a colporté la légende de l'El Dorado (l'homme doré) situé sur les rives de l'Orénoque. Le futur monarque recouvert de poudre d'or est transporté au milieu d'un lac sur un radeau chargé d'or, la cargaison est jetée par dessus bord avant que lui se débarrasse de l'or qui le recouvre en s'y immergeant. En 1519, cinq-cent Conquistadores espagnols commandés par Cortez vont s'allier avec les peuplades aztèques soumises désireuses de se venger de leur oppresseurs. En 1521 Cortez et ses nouveaux alliés s'emparent de Tenochtilan (Mexico), c'est la chute de l'Empire aztèque. Oubliées les épices, place à l'or et à l'argent. Les caraques sont remplacées par le galion, un navire à trois, voire quatre mâts, plus longiligne que la nef ou la caravelle et qui possède un gouvernail d'étambot qui contribue à une meilleure manœuvrabilité du navire.

Avril 1524, François Ier dépêche Verrazano pour explorer les côtes de l'Amérique du Nord, actuellement New-York. Dix ans plus tard, Jacques cartier vogue vers Terre-Neuve avec l'espoir de découvrir de l'or et un « possible » passage vers l'Asie. Il prend possession du Canada au nom du roi de France et remonte le cours du Saint-Laurent jusqu'à Montréal. François Ier se désintéresse de ces expéditions qui ne rapportent rien au Royaume (Le passage Nord-Ouest ne sera franchi qu'en 1906 par Amundsen).

En 1531, Pizarro et ses hommes s'emparent, en deux années, des principales citées incas là où le Royaume Inca avait établi sa domination en l'espace d'un siècle (1438-1525). Des populations entières d'Amérindiens vont être décimées par la rougeole et la variole apportées par les colonisateurs. « L'île d'Hispaniola (Haïti et République dominicaine actuelles) perd toute sa population autochtone entre 1492 (arrivée de Christophe Colomb) et 1540 ; l'évolution est similaire pour Cuba, Porto Rico et la Jamaïque ».

En 1562, John Hawkins échange des esclaves de Sierra Leone contre des peaux et du sucre sur l'île d'Hispaniola... La reine Elisabeth d'Angleterre va autoriser une deuxième expédition... Entre 1577 et 1580, le corsaire Francis Drake (1543-1596) accomplit le deuxième tour du monde et pille les colonies espagnoles d'Amériques du Sud. En 1577, il capture le galion Cacafuego et sa cargaison estimée à 1.500.000 livres. En 1588, l'Armada espagnole forte de 132 vaisseaux et 30.000 hommes appareille pour l'Angleterre. Les éléments déchaînés dispersent la flotte, le reste est détruit par la flotte anglaise.

La Compagnie hollandaise des Indes orientales est fondée en 1602. L'année suivante, le cartographe Champlain remonte le Saint-Laurent et fonde Québec (1608). Les Provinces-unies (Pays-Bas), gouvernées par l'Espagne depuis 1516, obtiennent leur indépendance en 1609. Les Hollandais échangent 300 fusils contre des peaux de castor aux Iroquois qui vont exterminer les Hurons (des historiens parlent d'un génocide) alliés des Français.

La bataille de Dunes en 1639 porte le coup de grâce à la puissance navale espagnole ; la même année, les Portugais sont expulsés du japon. Les Hollandais s'emparent de Batavia (Djakarta), Malacca en 1641 et Ceylan en 1658. Les navigateurs hollandais vont ouvrir une nouvelle voie maritime. Après avoir doublé le cap Bonne-Espérance, ils mettent cap à l'est en direction des Quarantièmes rugissants portés par les vents d'ouest. Parvenus dans la zone des vents du sud-est, ils mettent cap au nord vers le détroit de la Sonde. Les siècles suivants marquent l'ère des grandes batailles navales et celle des expéditions scientifiques.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 19 mai 18:47

    Minables par rapport aux polynésiens.


    • Rémi Mondine 20 mai 15:31

      Excellent article, dommage on aurait souhaité la partie sur les chinois.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès


Derniers commentaires


Publicité