• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Agence Nationale des Titres Sécurisés (ANTS) ou l’Agence (...)

L’Agence Nationale des Titres Sécurisés (ANTS) ou l’Agence Nationale des Technocrates Satisfaits ?

 Connaissez-vous l'ANTS ? Si vous n'avez pas besoin de papiers administratifs, cette entité sera passée inaperçu de votre vie quotidienne. Tant mieux pour vous. Mais pour ceux qui ont besoin d'une carte grise ou nouvellement appelé certificat d'immatriculation, ce n'est pas la même histoire. 

Banalement, je viens d'acheter un véhicule d'occasion. La routine pour beaucoup de gens dans notre pays. Mais, car il y a un mais, depuis le 1er janvier 2018, vous ne pouvez plus aller en Préfecture demander votre carte grise. Terminé.

 Ces braves technocrates ne veulent plus vous voir. Terminé, le contact humain. Au rancard les relations humaines. Vive internet. Plus de visages, plus de communications verbales, juste un clavier et un écran anonyme. 

Comme beaucoup, je me connecte donc au site ultra sophistiqué qui s'appelle ANTS. Créer votre compte. Bon, jusque-là, ca roule. Mot de passe, question secrète, ouf ! Ca y est. Je peux demander ma carte grise.

Première embûche. Il faut un code de cession. Quèsaco ce truc ! Je demande à mon vendeur qui me répond qu'il n'en a pas. Bon... Je coche donc non et je continue. Je vous passe les cases à remplir pour en arriver au Saint Graal, la fin et je clique pour envoyer. Roulement de tambour et paf, le retour (pas du Jedi, dommage) : "erreur technique, veuillez essayer plus tard." 

Embrouillaminis. Je recommence, et re paf, même phrase. Je laisse de côté pendant quelques heures en allant boire un café. Besoin d'un remontant.
Je m'y recolle et rebelote, même topo. 

Argh ! C'est quoi ce site de m... ! Je tente de biaiser. Une fenêtre indique que l'on peut faire une autre demande, mais différente. Rempli de fougue et d'espoir, je fonce. Mes doigts volent sur le clavier et zou, je clique. Et paf ! L'inscription qui tue se matérialise devant mes yeux ébahis : "Dossier en cours, pour obtenir de l'aide cliquer ici..."

Enfer et damnation. Je clique sur aide et une fenêtre s'ouvre indiquant l'objet de la réclamation. Je remplis et miracle, le message est envoyé. 
Réponse qui arrive deux jours après avec un numéro de dossier. Important ! On s'occupe de vous... Ben tiens. Et puis, deux jours plus tard, réception de la réponse complète. Je vous laisse deviner...

Non ? Vous ne voyez pas ? "Recommencez et veuillez nous transmettre ce qui s'affiche sur l'écran."

Énorme soupir ! J'obtempère et je l'envoie par e-mail en réponse. Mais, impossible d'envoyer le message, car le site ne fonctionne pas... Sans blagues. 
Quelle saga. Pour répondre à un message, ce serait trop simple de répondre directement. Comme avec une boite e-mail par exemple. Que nenni. 

Il faut repasser par le site, faire une nouvelle demande, rappeler le numéro et ouf ! Ca y est, réponse envoyée. Ca va, vous suivez ? 
Nouvelle réponse automatique plus tard : on a bien enregistré votre demande sous le numéro ... De quoi tomber apathique ou neuneu...

Cette ineptie a duré 1 mois et puis j'ai abdiqué. Je suis allé dans un garage pour obtenir la carte grise. Coût 30€. La secrétaire me parle du site de l'ANTS. Catastrophique me dit-elle. Presque 30 000 cartes grises bloquées. Les garages sont pris d'assaut par les particuliers, n'arrivant pas à obtenir le précieux document. Une véritable pétaudière. 

Et en plus, vous avez intérêt à fermer toutes vos sessions ouvertes avec l'ANTS, car sinon même le garage ne va pas y arriver. Géniaux les "ingénieurs" qui ont pondu ce site. Des enfants feraient mieux. 

Je vais recevoir sous peu ma carte grise. Et vous n'allez pas le croire... L'ANTS n'arrête pas de m'envoyer des e-mails pour m'expliquer la fabrication de ma carte grise et son envoi. 

Garde ton calme mon ami... Je n'ai pas testé une demande d'un passeport ni d'une carte d'identité. Je passe mon tour... Game Over.

L'Agence Nationale des Technocrates Satisfaits devrait rembourser tous les usagers qui ont été obligés de débourser 30€ chez un garage. 

À réformer de toute urgence, comme beaucoup de sites administratifs.


Moyenne des avis sur cet article :  4.92/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Jason Jason 3 mars 2018 11:52

    Eh, cher Monsieur, ne voyez-vous pas que nous sommes dans la tendance générale qui consiste à rejeter sur l’usager le travail du fournisseur de produits ou services (administratifs dans votre cas). L’informatique est un outil de transfert de travail, donc de coûts.


    La tendance ne date pas d’hier. Pensez aux super marchés qui font travailler leurs clients depuis longtemps. Vous cherchez votre chariot, vous pesez vos fruits ou légumes, vous déchargez le tout à la caisse, vous payez, et vous remettez le tout dans le chariot. Que recevez-vous pour ce travail ? Rien. Les économies, c’est pour le fournisseur, le tout entouré d’une rhétorique tordue.

    Avec l’informatique, c’est la même chose, sauf que vous pouvez travailler depuis chez vous. La belle affaire si c’est pour se plier aux diktats des fournisseurs !

    • Clojea Clojea 3 mars 2018 15:15

      @Jason
      Oui, c’est vrai. Mais, rejeter sur l’usager un travail de fournisseur n’est pas, à mon sens, condamnable. En revanche, ce qui l’est, c’est qu’en général les sites des administrations ne fonctionnent pas. Le nombre de fois ou les ordinateurs des CPAM sont « plantés » est invraisemblable. Idem pour le RSI (commerçants) et j’en passe. L’ANTS suit malheureusement la même tendance


    • V_Parlier V_Parlier 3 mars 2018 14:45

      Je lis : "Ces braves technocrates ne veulent plus vous voir. Terminé, le contact humain. Au rancard les relations humaines. (...) Plus de visages, plus de communications verbales« 
      Et bien si c’est pour éviter la préfecture, tant mieux ! Je ne veux pas les voir non plus !

      Pour le reste, je le concède, ça n’arrangera pas la situation. Les sites internet dont on a besoin (c.à.d. obligatoires) sont toujours les plus bourrés de bugs, capricieux, dépendants du navigateur, pour vous faire passer 3 fois par le même cheminement sans fin. (Et même parfois quand ce sont des organismes privés). En revanche tout ce qui est »fun" fonctionne sans problèmes (y compris les publicités inutiles sur les sites de démarches et de services). C’est dire quelles sont les priorités aujourd’hui.


      • Clojea Clojea 3 mars 2018 15:21

        @V_Parlier : Pas faux mais reste que le côté humain disparaît. Ce n’est pas une bonne chose


      • V_Parlier V_Parlier 3 mars 2018 20:10

        @Clojea
        Ben... disons que le côté humain dans une préfecture... hmmm...


      • Pere Plexe Pere Plexe 3 mars 2018 14:52

        Non seulement le taf est maintenant pour l’usager mais les moyens qu’on mets à sa disposition sont pourris !

        Tant et si bien que j’ai du passer moi aussi par un pro et débourser 25€ supplémentaire mais surtout attendre 45 jours.


        • Clojea Clojea 3 mars 2018 15:22

          @Pere Plexe : Bienvenu au « club ». Vous avez payé moins cher que moi...On devrait tous envoyer une lettre de demande remboursement dans nos préfectures respectives...


        • foufouille foufouille 3 mars 2018 16:50

          le seul avantage du net c’est que ça permet d’avoir une sauvegarde. le sévices de la taxe d’habitation a essayé de m’arnaquer il y a pas longtemps en l’envoyant direct au recouvrement.
          manifestement les sévices avaient pas compris que les documents sont enregistrés sur le net.


          • Clojea Clojea 3 mars 2018 18:27

            @foufouille : Salut Foufouille, Peux-être dans ton cas, mais en regard d’énormes désagréments, c’était mieux un interlocuteur


          • foufouille foufouille 3 mars 2018 18:38

            @Clojea
            pas vraiment si tu tombes sur un gros con qui va renvoyer la balle à un autre service.
            sans compte internet, je n’aurais pu prouver car ce serait de la faute du facteur qui aurait perdu les 2 autres lettres.
            je connais des tas d’autres personnes avec le même genre de problème.


          • Le421 Le421 3 mars 2018 18:56

            Ouais...

            En 1997, il m’a fallu trois jours pour avoir mon passeport en mesure accélérée.
            Je me bats depuis cinq semaines pour le renouvellement.
            Peut-être une réponse dans trois semaines.
            Impossible de savoir si je pourrais partir début Avril.
            Le progrès.

            Ah si, si je m’appelais comme il faut, je pense que dans la journée ce serait fait.
            Comme avant, quoi...


            • Clojea Clojea 3 mars 2018 19:02

              @Le421 : Service public administratif = pétaudière


            • Le421 Le421 4 mars 2018 09:14

              @Clojea
              Je crois surtout à la grande illusion du tout numérique.
              On a voulu simplifier alors qu’on a compliqué en demandant beaucoup plus de données qu’avant - au nom de la sécurité, pardi !! - sans aucun distinguo...
              Dans mon cas, à part un relevé d’empreintes sur un terminal merdique qui buggait sans arrêt, rien n’a changé pour avoir un passeport.
              Ah si !! Il n’y a plus que quatre ou cinq mairies habilitées en Dordogne alors qu’avant...
              Et c’est là la différence.
              On a diminué le facteur humain en pensant que les machines allaient tout faire.
              Pour un humain, je suis un ancien militaire habilité au secret défense, pour une machine, je suis un simple nom un peu à la con parce que creusois d’origine...
              Un vrai bandit passe par une fabrication de faux papiers et ne va pas, la bouche en cœur, à la Mairie du bled !!
              Donc, c’est de la connerie crasse et pi c’est tout !!


            • Furtive Sentinelle Furtive Sentinelle 3 mars 2018 19:47

              J’ai demandé à renouveler mon permis de conduire en Novembre (2017). Après des incidents en nombre, j’ai fini par finaliser ma demande.
              Or 2 mois après, je reçois ce document avec un état civil erroné !!! alors qu’une interlocutrice jointe après maintes appels téléphoniques me confirme qu’il s’agit bien d’une erreur... Depuis, malgré mes demandes réitérées pour refaire ce document, la machine me répond systématiquement que la procédure est en cours alors que la précédente est close et que celle que j’essaye t’entamer est interdite par le logiciel !!!!
              Donc je roule sans permis !!!! CQFD


              • Clojea Clojea 3 mars 2018 19:52

                @Furtive Sentinelle : Merci pour ce témoignage. Edifiant. On se retrouve en plein illégalité malgré soi. 


              • V_Parlier V_Parlier 3 mars 2018 20:15

                @Furtive Sentinelle
                Dans la version néo-humaine c’est du même style mais autrement :
                Vous êtes responsable de leur erreur (faute de nom sur un certificat de mariage) et vous devez vous-même entamer une procédure de demande de modification auprès du procureur machin-bidule. Et ce sont ceux/celles qui ont fait l’erreur qui vous déclarent ça sans aucune gêne !


              • Le421 Le421 4 mars 2018 15:18

                Lu dans le Canard Enchaîné, donc, plus que certainement exact.
                La loi du 12/11/2013 prévoit le système de l’accord tacite.
                C’est à dire que si, par exemple, un particulier demande une autorisation de pêche à pied et qu’au bout de quatre mois, personne n’a répondu, cela veux dire que c’est OK !!
                Sauf que...
                Si vous avez l’autorisation, elle reste virtuelle !!
                Il faut prouver qu’on l’a.
                En demandant (attention les yeux, ça pique !!) une « attestation de formation de décision implicite d’acceptation » à l’administration.
                Et attention, au bout de six mois après la demande, c’est trop tard !!
                Et tout cela, à la base, pour simplifier la vie des gens.
                Les asiles sont pleins complet, et pourtant...


                • eddofr eddofr 8 mars 2018 11:29

                  Chronologie :


                  Etape 1 : Des hauts fonctionnaires ou des politiques, conseillés par une société privée, décident que le logiciel de l’administration X est obsolète et qu’il faut tout changer.
                  Etape 2 : Une société de service, filiale de la société de conseil, fournit le nouveau logiciel aux fonctionnaires, interface pourrie, mode d’emploi inexistant ou faux, bugs en pagaille.
                  Etape 3 : Le support est payant, et facturé à l’appel. Pour résoudre le moindre incident, il faut, évidemment, plusieurs appels.
                  Etape 4 : Les usagés se plaignent.
                  Etape 5 : On supprime des postes de fonctionnaires et on donne directement l’accès au logiciel aux usagers (c’est le même logiciel, on l’a juste « habillé » avec une interface « façon Web ».
                  Etape 6 : Les usagés se plaignent encore plus.
                  Etape 7 : C’est trop pourri, on délègue le service à des sociétés privées. Le logiciel qu’elles utilisent est fourni par la même société de service, il marche très bien, est très simple, ne comporte aucun bug et en plus il est rapide. Par contre, il n’est pas vendu, il est loué et facturé « à l’acte ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès