• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Algérie révoltée entre impasse et espoir de changement
#75 des Tendances

L’Algérie révoltée entre impasse et espoir de changement

 

    L'Algérie est à la croisée des chemins. Au bout de deux ans de mobilisation citoyenne, les choses restent presque en l'état. À la traîne, le pays risque même une grave crise dans les mois à venir, avec des répercussions négatives sur la cohésion nationale. La campagne "mains propres" menée tambour battant en haut lieu, pour calmer les masses n'a pas tardé à montrer ses limites. Où est le problème ? Pourquoi la majeure partie des Algériens ne veulent-ils pas rentrer chez eux et cesser de battre le pavé ? Et puis, pourquoi ne voit-on guère le bout du tunnel ? La déchirure est telle que le discours officiel devient presque inaudible dans la rue algérienne dans une période charnière où le consensus et la concertation doivent être le mot d'ordre rassembleur !

    Par-delà le constat du sursaut populaire inédit du 22 février 2019, Kamal Guerroua tente de répondre dans son ouvrage "L'Algérie révoltée entre impasse et espoir de changement" à une question fondamentale : pourquoi l'Algérie régresse-t-elle ? Ce fil conducteur va l'amener à évoquer l'échec des élites algériennes à « inventer » le changement démocratique tant espéré, ce qui a conduit à la quasi-faillite du système de gouvernance et son divorce consommé avec les masses populaires. Régression tous azimuts, retard dans les réformes structurelles ont provoqué désillusions, frustrations et colères au sein d'une société jeune, livrée en pâture au défaitisme. En même temps, l'auteur s'est mis à une sorte d'auto-critique sociale, en stigmatisant cette culture de "la faute est autres !", enracinée dans le subconscient de l'Algérien. Il rappelle à cet effet, que la solution aux problèmes du pays devraient être faites dans une logique de rupture avec le passé, avec un regard résolument tourné vers l'avenir. L'ouvrage est une sorte de radioscopie sur ce corps algérien malade, à travers un ensemble de chroniques publiées dans la presse algérienne entre 2016 et 2019. Il est utile pour quiconque voulant comprendre les raisons de cette confusion intégrale en Algérie. 

    Kamal Guerroua, L'Algérie révoltée entre impasse et espoir de changement, Préface de Zehira Houfani Berfas, L'Harmattan, 8 Juin 2021, Prix public : 21.50 €. 

 

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.17/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • karim 11 juin 13:58

    Quand un régime politique devient corrompu et ne répond plus aux aspirations du peuple, le changement est souhaitable. Mais, doit-on détruire nos pays pour changer de régime ? Les exemples de l’Irak, de la Syrie, du Yémen et de la Libye devraient nous suffire. Les Ricains ont apporté le chaos et non la démocratie en Irak et il aurait été préférable de vivre sous Saddam que de vivre dans l’Irak actuel. Si on ne possède pas le pouvoir d’apporter le changement, mieux vaux ne pas aller à l’aventure dont les conséquences sont imprévisibles. « Le feu du désordre est latent qu’Allah maudisse celui qui le réveille. »(Hadith).


    • OMAR 11 juin 17:36

      Omar9
      .
      Bonjour @karim :"Mais, doit-on détruire nos pays pour changer de régime ?

      .
      Détruire l’Algérie sous prétexte de s’attaquer à un régime exécrable et dictatorial,et la rendre à l’état de ruines comme cela a été fait pour la Syrie et l’Irak, est le rêve de ceux qui n’ont jamais accepté l’indépendance de ce pays, et surtout son refus de s’aligner aux thèses impérialistes, néo-colonialistes et sionistes.


    • Jean de Beauce Jean de Beauce 11 juin 15:31

      Des réserves pétrolières, le soleil et des plages superbes. Où en est l’industrie du tourisme en Algérie ? Qui profite du pétrole ? Pourquoi le niveau de développement n’est pas au-delà de celui du Qatar ? Au lieu de pleurer sur la colonisation (finie depuis 60 ans) à vous de trouver votre modèle de civilisation au lieu de venir mendier en Europe. Si vous n’aviez pas chassé les pieds-noirs (j’ai bien dit les pieds-noirs, pas les français), vous auriez moins de problèmes et plus de solutions.


      • karim 11 juin 15:38

        @Jean de Beauce
        La réponse c’est qu’une colonisation a cédé la place à une autre.


      • OMAR 11 juin 17:43

        Omar9
        .
        @Jean de Beauce :"venir mendier en Europe

        .
        Vous avez bien entamé votre commentaire et posé de bonnes questions.
        .
        Mais dés l’instant où vous avancez un faux constat, méprisant en plus, vous vous dévoilez comme un parfait nostalgique de l’« Algérie française ».
        .
        PS : ce ne sont pas les algériens qui font la manche en Europe, mais vos coreligionnaires roumains :
        https://www.youtube.com/watch?v=K3jGbdKzDo8


      • mmbbb 12 juin 10:23

        @karim j apprécie votre honnête Quant à la colonisation française utilisée par les gouvernements algeriens , c est pour masquer leur incurie . La ficelle commence être usée . 


      • OMAR 11 juin 17:30

        Omar9

        .

        Bonjour @Kamel :"Et puis, pourquoi ne voit-on guère le bout du tunnel ?

        .

        Pour la simple raison que celui-ci est obstrué par la composante du FLN actuel qui n’a voir avec le FLN d’avant 1962.

        .

        Le FLN n’est pas un parti politique ;, c’est un état dans l’état qui a son budget considérable puisé dans les ressources de l’état, des biens immobiliers colossaux et plus de 20 médias les plus lourds à sa disposition.

        .

        C’est lui qui décide du choix de la politique économique, culturelle et sociale algérienne et des pantins, incompétents, escrocs, corrompus et traitres qui la représentent, des lois algériennes et de ceux qui doivent les appliquer,

        https://www.algerie360.com/saadani-se-serait-exile-pour-fuir-les-poursuites-judiciaires/

        C’est comme si vous jouez un match où l’adversaire est en même temps l’arbitre.

        .

        Remettez ce parti au placard de l’Histoire, comme le fut l’ALN, est le tunnel sera débouché.


        • nemesis 12 juin 10:21

          Avec beaucoup d« algériens »  l’impasse n’a pas de frontières :

          Les restaurateurs, d’origine algérienne, sont accusés d’islamophobie par des utilisateurs anonymes de Snapchat. Depuis, ils croulent sous les appels malveillants et les avis négatifs sur Google relate Actu.fr

          https://www.bvoltaire.fr/mantes-la-jolie-cest-la-pute-qui-vend-du-porc-un-couple-de-restaurateurs-harcele/


          Ça veut vivre chez les Roumis et ça ne comprend rien aux règles sociales...


          • Quand on pense au nombre de « talents » algériens en France, on se dit que s’ils rentrent dans leur pays « de cœur » – comme Omar Benzema – celui-ci sera sauvé

             smiley


            • nemesis 12 juin 12:08

              @facta non verba au profil trendy

              De toutes les immigrations dans le monde, je n’en connais pas qui aient autant été décriées par leur durée (plusieurs générations !) que celles des « algériens » (non berbères) et des gitans. Encore que ces derniers soient beaucoup plus discrets et beaucoup moins gourmands...
              Dans les cités, ces têtes brûlées issues de la Mitidja ont réussi à entrainer dans leur sillage les africains et quelques marocains ou tunisiens égarés.


            • @OMAR
              « Merci de me comparer à Benzema »
              Alors, pourquoi recourir à l’insulte, signe d’une grande faiblesse d’arguments ?
              Remettez-vous !

              Benzema paierait ses impôts en France : vous êtes donc un. proche pour savoir où se trouve son domicile fiscal. S’il est hors de France, il n’est imposable que sur ses seuls revenus de source française, ce qui est la moindre des choses.
              Je vous suspecte fort de retirer de votre déclaration de revenus les virements que vous faites à quelques centenaires algériens. smiley


            • @OMAR

              « C’est toi qui es venu me chercher, pas moi... »
              Je n’accepte la familiarité que de mes proches ou de gens de même niveau.

              « Et avec des mots et allusions crasseux. »
              Vous comparer à benzema serait « crasseux » alors que vous avez dit être flatté. Je m’interroge sur votre état mental...

              « tu effaces mes commentaires »
              Seule la modération peut effacer des commentaires. Que les vôtres soient effacés montrent qu’ils contenaient des insultes, votre « arme » préférée.

              « Tu sais, facta, des taches comme toi, j’en ai vu passé dans Agora. Ils ont tous glissé sur la rigole qui mène au bidet. »
              C’est à ce genre de phrase que l’on peut mesurer votre grande classe. smiley
              En fait, vous êtes très susceptible pour une seule raison : ça vous fait mal au fondement de reconnaître que votre présence en France, ce pays que vous haïssez, n’est dû qu’à l’attrait de son niveau de vie, vos colons musulmans préférés ayant ramené le vôtre au Moyen-Âge.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité