• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Allemagne recrute des ingénieurs en Espagne...

L’Allemagne recrute des ingénieurs en Espagne...

En Allemagne, c'est la course au recrutement d'ingénieurs venus d'ailleurs : Espagne, Grèce, Portugal. Et ces recutements fonctionnent à merveille : Espagnols, Grecs n'ont souvent pas d'autre solution que de fuir leur pays d'origine afin de trouver du travail. La barrière de la langue n'est même plus un obstacle !

Certains de ces ingénieurs ne parlent pas un mot d'allemand, mais envisagent de s'installer dans ce pays, d'y construire leur vie et leur avenir. Il leur suffit de maîtriser l'anglais pour se faire engager et trouver un emploi facilement en Allemagne.

Incroyable ! Au fond, il est heureux pour l'Allemagne que la crise sévisse en Grèce, en Espagne, au Portugal ! Elle peut ainsi trouver une main d'oeuvre disponible et à peu de frais...

Encore une fois, la crise profite à l'Allemagne qui souffre dun déficit de population et qui peut avoir recours, en Europe, à des peuples qui souffrent... Les Espagnols en s'expatriant peuvent retrouver un travail qui correspond à leur niveau d'études.

La crise serait-elle une bénédiction pour les Allemands ? La crise leur permettrait-elle de s'enrichir aussi puisqu'elle leur permet de bénéficier de taux d'intérêt avantageux ?

En janvier 2011, la chancelière allemande Angela Merkel avait déjà annoncé que l'Allemagne aurait besoin de 100 000 ingénieurs de plus au cours des dix années à venir pour pourvoir des postes vacants dans divers secteurs et pour rester compétitive dans l'économie mondiale. L'Allemagne connaît donc une pénurie de travailleurs qualifiés et l'Espagne comme la Grèce lui fournissent ainsi une manne de salariés contraints de s'expatrier.

C’est une des conséquences du vieillissement de la population outre-Rhin, qui va s’amplifier dans les années à venir - l’Allemagne devrait perdre au moins dix millions d’habitants d’ici à trente ans.

Les recruteurs n’hésitent donc plus à prospecter dans les autres pays européens, notamment pour y trouver ingénieurs, mathématiciens, physiciens, chimistes, infirmières, cadres hôteliers commerciaux ou encore médecins. 

"Ingénieurs, futurs ingénieurs, l’Allemagne vous attend !" peut-on lire sur un site dédié aux jeunes : J com jeune. L'Allemagne recrute aussi dans les secteurs des services, du bâtiment, de la restauration…On propose souvent aux jeunes des périodes d’apprentissage, ce qui est une façon de les intégrer à la société allemande...

On constate bien un déséquilibre du marché du travail en Europe. Alors que les peuples du Sud s'enfoncent dans le chômage de masse, l'Allemagne recrute à tour de bras des travailleurs qualifiés.

A qui profite la crise ? Pour l'Allemagne, ces travailleurs venus de l'étranger sont une chance, une manne inestimable. On peut penser que c'est aussi une chance pour les Espagnols de trouver du travail mais ils doivent, pour ce faire, se couper de leurs attaches, de leur famille et tenter de s'intégrer dans un pays du Nord où les mentalités sont différentes, où il leur est souvent difficile de créer des liens.

Sources : journal de 20 h. France 2 /La Tribune

Documents joints à cet article

L'Allemagne recrute des ingénieurs en Espagne... L'Allemagne recrute des ingénieurs en Espagne... L'Allemagne recrute des ingénieurs en Espagne... L'Allemagne recrute des ingénieurs en Espagne... L'Allemagne recrute des ingénieurs en Espagne...

Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 19 novembre 2012 11:18

    Bonjour,

    « On ne part pas, ils nous virent... » disent-ils
    Ce sont les nouveaux Turcs, plus assimilables sans doute
    Le premier ministre portugais a demandé explicitement aux jeunes du pays d’aller chercher du travail ailleurs...même en Angola.


    • rosemar rosemar 19 novembre 2012 21:14

      Bonsoir ZEN 


      merci pour ce lien intéressant , des générations d’expatriés , c’est cela l’Europe ??

    • Spip Spip 19 novembre 2012 11:24

      Solution typique de pays riche mais vieillissant qui vampirise les capacités des autres. Le déficit en formations de bon niveau en Allemagne vient contredire l’image qu’on nous avait toujours présenté de ce pays et ce n’est pas récent. L’Allemagne avait déjà tenté, en 2000, d’attirer des informaticiens indiens, sans grand succès.


      http://fr.myeurop.info/2012/06/06/l-allemagne-s-inquiete-de-la-penurie-de-scientifiques-5532


      • rosemar rosemar 19 novembre 2012 21:16

        Bonsoir Spip

        je m’étonne quand même de cette pénurie de travailleurs qualifiés : est ce dû seulement à la baisse de la natalité ?

      • Spip Spip 20 novembre 2012 11:05

        @ rosemar.


        Baisse de la natalité, oui probablement. C’est mathématique : moins d’enfants = moins de jeunes, à terme, qui viendraient renouveler les départs en retraite dans un pays qui a toujours une forte activité industrielle interne, lui.


        Par ailleurs, le modèle allemand des filières d’apprentissage, tant vanté chez nous, ne semble pas si performant que ça au final. S’il fournit de la main-d’oeuvre rapidement opérationnelle, il ne favorise pas les reconversions, justement parce que spécialisés trop tôt, les intéressés n’ont pas les bases pour faire autre chose. On ne transforme pas, comme ça, un métallo en informaticien...


      • foufouille foufouille 19 novembre 2012 11:42

        un beau miroir
        les allemands vont vendre a qui ?


        • rosemar rosemar 19 novembre 2012 21:18

          Bonsoir foufouille


          ils ont des compétences dans l’industrie et leurs voitures, par exemple, se vendent mieux que les nôtres....à des riches...

        • lanardelanef 19 novembre 2012 12:15

          vive le STO


          • rosemar rosemar 19 novembre 2012 21:21

            Oui ça y ressemble avec expatriation obligatoire !


            Bonne soirée !

          • paul 19 novembre 2012 12:15

            Certains industriels français font encore mieux pour rattraper la compétitivité du soi-disant modèle allemand :
            non seulement ils délocalisent la production comme les constructeurs automobiles, mais aussi les activités de R&D en Chine -voir Sanofi- activités qui devraient rester la plus value des produits .
            Pendant ce temps, la Chine délocalise sa production en Éthiopie où les salaires sont encore plus bas ....


            • perlseb 19 novembre 2012 19:22

              Entièrement d’accord. Aller travailler en Allemagne, c’est reculer pour mieux sauter. Pour éviter trop de déménagements, le plus intelligent est d’aller postuler directement pour un job en Ethiopie.

              Dans ce système, si on n’avait pas voulu d’un SMIC mondial (actuellement à moins de 1€ / jour ?) avec des politiques nationales parfaitement inutiles, il aurait fallu choisir entre libre circulation des marchandises et libre circulation des capitaux, mais certainement pas les 2 à la fois.

              Pourquoi investir dans les pays où la main d’œuvre est plus chère (libre circulation des capitaux) ? Pourquoi vendre des produits là où les gens n’ont pas de revenus décents (libre circulation des marchandises) ? Bref, pour le moment, c’est le jackpot pour les multinationales, mais l’équilibre (= l’appauvrissement généralisé) va fatalement arrivé, et là... une guerre et ça repart ? Non, cette guerre serait la dernière si elle arrivait, il faudra qu’ils trouvent autre chose (un virus, par exemple, ça paraît bien).


            • noodles 19 novembre 2012 12:26

              LE DUMPING SOCIAL ORGANISé EN EUROPE PAR L’OLIGARCHIE CONTINUE 


              Le débauchage d’ingénieurs espagnols ne doit pas vous étonner. C’est un système automatique de pompage des riches au détriment des pauvres. Dumping social.
              Mais ici ce n’est pas autre chose que de l’immigration.
              Je connais un directeur de grand chantier industriel qui me dit : -« les ouvriers français sur mon chantier en France, je connais pas ! »
              Tout est sous-traité à des entreprises de travail à l’étranger situées en Pologne ou au Portugal pour une main d’oeuvre moins chère, compétente et clés en mains. Pas d’histoire avec ces gens-là. Les accidents du travail sont à éviter au maximum. On rapatrie aussitôt. Pour dire si c’est la précarité :« souvent leur voiture leur sert d’hébergement de nuit ». 
                Selon le PARISIEN, plus de 300.000 personnes venues de toute l’Europe travailleraient en France en dehors du cadre légal, essentiellement sur les chantiers ou dans l’industrie. D’après le ministère du Travail, ils étaient en fait 145.000 en 2011.
              20 minutes(le quotidien gratuit) relate le sommet franco-polonais du 16 novembre : « François Hollande a souhaité vendredi en finir avec le cliché du « plombier polonais ». « Il y a eu trop de malentendus entre la France et la Pologne », a-t-il estimé, à l’occasion de sa visite d’Etat dans ce pays.

              Le président français a souhaité que des entrepreneurs polonais puissent venir en France pour investir « dans tous les domaines ». « Je ne parle pas simplement de la plomberie, parce qu’il y a eu trop de malentendus entre la France et la Pologne », a-t-il regretté, lors d’une conférence de presse conjointe avec le président polonais Bronislaw Komorowski. »

              CATIMINI ET CACHE-CACHE 

              on se souvient de la proposition de directive de Frits Bolkestein dite du « plombier polonais ». Elle avait déclenché un tollé à gauche et dans le milieu syndical. C’est sur la base de cette directive que se poursuivent des emplois de travailleurs étrangers sous la législation du travail de leur propre pays. On a fait semblant de laisser dormir, le Parlement Européen a fait quelques légers amendements, mais le texte a été adopté, par le Parlement Européen en février 2006 afin que sa rédaction définitive ne se réfère plus explicitement au principe du pays d’origine. Depuis les médias ont tout fait pour nous le faire oublier... 

              On lit dans Wikipedia : « La directive du 12 décembre 2006 relative aux services dans le marché intérieur1, dite « directive Services » ou « directive Bolkestein », est une directive de l’Union européenne présentée initialement par l’ancien commissaire européen au Marché intérieur Frits Bolkestein et adoptée dans le cadre de la procédure de codécision — après de multiples amendements qui ont modifié significativement le projet de directive —, par le Conseil européen le 24 juillet 2006 puis par le Parlement Européen le 15 novembre 2006, en tant que directive 2006/123/CE2. La directive modifie marginalement la législation sur le marché des services au sein de la Communauté européenne, en simplifiant pour un prestataire de services d’un État membre les conditions dans lesquelles il peut opérer dans un autre État membre. » http://fr.wikipedia.org/wiki/Directive_Services 

              Pour moi, vous savez ce que j’en pense, désolé, mais c’est comme ça...ce n’est pas l’Europe que peuvent vouloir les français qui ont voté en majorité non au référendum constitutionnel. 

              Et là, Hollande a encore édulcoré le problème et a tout fait pour que continue la combinazione.

               noodles 




              • rosemar rosemar 19 novembre 2012 21:23

                Bonsoir noodles


                et merci de tous ces commentaires toujours détaillés et intéressants !

              • Spip Spip 19 novembre 2012 12:54

                @ foufouille.


                « les allemands vont vendre à qui ? » En pleine crise automobile, VW et ses filiales se portent comme un charme : http://www.turbo.fr/actualite-automobile/522949-volkswagen-ventes-progressent-16-3/


                @ Par paul.


                Pour ce qui est de délocaliser la R&D, je crains qu’avec la Chine il n’y ait pas trop le choix, hélas. Si une entreprise veut être présente là-bas, le deal est clair : association (minoritaire, maxi 48 %)avec un partenaire local et transfert de technologie. Ca, c’est le minimum pour être en concurrence avec les autres... L’implantation de R&D est encore plus appréciée des Chinois. Ils sortent 100 000 ingénieurs par an de leurs écoles, il faut bien les occuper...


                Le glissement que vous signalez est intéressant : outre qu’on trouve toujours plus pauvre que soi, de producteurs à bas coût ils deviennent donc donneurs d’ordres maintenant.


                • foufouille foufouille 19 novembre 2012 12:59

                  pour le moment
                  pour acheter neuf, il faut des riches (30k€)
                  puis des classes moyennes d’occase
                  ensuite ca coince


                • Spip Spip 19 novembre 2012 14:30

                  @ foufouille.


                  Ce n’est pas vraiment comme ça que ça marche, c’est plus subtil chez VW, on a découpé la clientèle en tranches


                  - Pour les très riches : Bentley, Lamborghini, Bugatti, Porsche.

                  - Pour les riches : Audi haut de gamme.

                  - Pour les encore assez riches : Le reste de la gamme Audi, et là on est dans vos 30k€.

                  - Pour les classes moyennement aisées : VW.

                  - Pour les moins aisés : Seat pour les jeunes et Skoda pour les familles.


                  Les plus pauvres, eux, devront comme toujours, fouiller dans un marché de l’occase pas chère, mais asséché par les primes à la casse... Par ailleurs, il faut être naze pour acheter neuf : une fois immatriculée, la voiture décote déjà de 10 % minimum.


                  • foufouille foufouille 19 novembre 2012 15:39

                    a part pour faire une collection, la bagnole haut de gamme se revend d’occase moins cher
                    de location aussi
                    tu as donc un 2° acheteur, etc
                    ensuite ca coince car le pas tres riche changes de voiture quand ca coutes trop cher de la reparer
                    c’est pareil pour toutes les marques


                  • ZenZoe ZenZoe 19 novembre 2012 14:35

                    C’est vrai, l’Allemagne profite bien de la crise des pays du sud - il faut bien qu’elle ait un retour sur investissement, avec tout l’argent qu’elle leur laisse smiley
                    Pour autant, qu’est-ce qui empêchait l’Espagne de faire pareil ?
                    Il faudra bien à un moment donné que les pays en crise (France comprise) s’interrogent sur les choix économiques qu’ils ont faits et en tirent les leçons. Quand par exemple la France optait pour le tout tertiaire, l’Allemagne préféra miser sur ses industries. Quel était le meilleur choix ?
                    L’Espagne, quand elle est entrée dans l’UE, a eu toutes ses chances. Elle a bénéficié de milliards d’aides. Ces aides ont-elles été utilisées à bon escient ? Ses dirigeants ont-ils fait preuve d’aveuglement en mettant tous les oeufs dans le même panier du tourisme et de l’immobilier ?

                    En attendant, je souhaite bonne chance à tous ces jeunes Espagnols qui quittent leur pays (peut-être à regret) pour tenter leur chance ailleurs. Ainsi va le monde, les gens vont où il y a du travail. Quant aux jeunes Portugais, il partent parait-il vers leurs anciennes colonies africaines. Quelle ironie !


                    • foufouille foufouille 19 novembre 2012 16:18

                      un peu plus complique
                      l’allemagne importes aussi du travailleur pas cher
                      hier, polonais, et maintenant du roumain
                      made in deutsch, c’est souvent made in china a l’interieur


                    • BlackMatter 19 novembre 2012 17:00

                      D’autant plus qu’on ne peut se fier au taux de chômage allemand.

                      Compte tenu de sa démographie, même quand l’Allemagne détruit des emplois, le chômage baisse. C’est sûr que comme ça, quand tous les allemands seront morts ou à la retraite, le chômage sera à 0%. Mais est ce vraiment un modèle ? D’ailleurs si l’Allemagne exporte autant et importe si peu, c’est surtout qu’elle n’a plus de marché intérieur.

                    • rosemar rosemar 19 novembre 2012 21:26

                      Bonsoir Zen Zoe


                      l ’Allemagne est aussi gagnante grâce aux taux d’intérêt dont elle bénéficie alors que les pays pauvres sont écrasés sous les dettes...

                    • Tipol 19 novembre 2012 14:40

                      Si quelqu’un a une adresse où envoyer mon CV !
                      Ingénieur français d’une grande école nationale française au chômage extra-longue durée.


                      • noodles 19 novembre 2012 17:24

                        Sérieux ? 

                        vous êtes spécialisé en quoi ? 
                        il ne faut pas perdre une occasion de vous faire connaître
                        n

                      • Tipol 19 novembre 2012 18:33

                        @noodels 17h24
                        - Ingénieur Bac+5 scientifique, sce clients, installation de lignes de production, industrialisation de produits industriels, resp. ingénierie électronique ds une sté américaine du cac40, puis un mot des renseignements généraux français, et exclusion prolongée, CMU, RMI, RSA, restos, secours populaire, etc. !
                        J’ai bien envoyé un dossier à l’Iran, 20 pages remplies de beaucoup d’idées et de projets personnels très technologiques, que des innovations, principalement pour la défense militaire, mais aussi commerciaux, ils n’ont même pas répondus !
                        Alors, je rédige une nouvelle méthode d’apprentissage de l’accordéon ; ça ne servira à personne, mais ça passe le temps.


                      • rosemar rosemar 19 novembre 2012 21:28

                        Et en Allemagne ? vous avez essayé ??Sur internet il est facile de trouver des sites de recrutement..


                        Bonne soirée et bon courage Tipol...

                      • noodles 20 novembre 2012 05:25

                        Bonjour Tipol !

                        Vous semblez décidé à partir à l’étranger s’il le faut, n’est-ce pas ? 
                        Au vu de votre haute spécialisation,une entreprise telle que Technip 
                        devrait s’intéresser à vous ; elle a de grands chantiers un peu partout 
                        dans le monde. 
                        Si je peux me permettre, revoyez bien votre CV notamment pour la façon dont vous avez occupé 
                        votre temps d’exclusion les RH y seront attentives. 
                        Je compatis, bien sûr, mais n’ est-il pas plus important pour vous de prendre le 
                        taureau par les cornes que de se lamenter ? 
                        Allez, bon courage ! 
                        n

                      • gegemalaga 20 novembre 2012 08:09

                        vous ne donnez pas votre specialitée ..,si c’est l’acoustique , ou la micro-mecanique :

                        essayez , de ma part :

                        envoyez votre CV à :
                        jy.corduan@vermon.com

                        sinon , vous pouvez aussi venir créer votre boite en Espagne :
                        il y a ici , un vent d’entreprenarisme tres favorable ; 

                         je ne sais pas si beaucoup d’Espagnols partent en Allemagne , mais ce qui est sur : c’est que beaucoup d’Allemands viennent s’implanter ici ( Andalousie) :
                        à titre individuel :restaurant - boulangerie - agriculture ..
                        ou des groupes : Bauhaus - liddl ...

                        surprenant ? non ?

                        gegemalaga




                      • Spip Spip 19 novembre 2012 14:45

                        Quant aux jeunes Portugais, il partent parait-il vers leurs anciennes colonies africaines. Quelle ironie ! Eh oui ! D’ici à ce qu’on aille bosser dans NOS anciennes colonies... (comme travailleur immigré, pas comme cadre d’un boîte française). Non, je blague, les Chinois ont déjà pris la place.


                        • Yohan Yohan 19 novembre 2012 15:08

                          Pendant que nous on recrute des futurs chômeurs en afrique


                          • Jimmy le Toucan 19 novembre 2012 16:08

                            Viva Zapatéro


                            • ARMINIUS ARMINIUS 19 novembre 2012 16:37

                              Il n’y a pas que les Espagnols, je connais aussi des ingénieurs français qui ont franchi le pas : meilleurs salaires meilleure considération, prix immobilier abordable (surtout à Berlin, mais ça ne va pas durer...) prix à la consommation moins élevé qu’en France...bon reste le relationnel et pour cela vaut mieux parler la langue...quoiqu’au Kitkat de Berlin après quelques bières c’est totalement superflu !


                              • rosemar rosemar 19 novembre 2012 21:31

                                Bonsoir ARMINIUS


                                oui le relationnel est important...Il y a aussi quelques allemands qui viennent s’installer en France attirés par le climat, le mode de vie...

                              • ARMINIUS ARMINIUS 19 novembre 2012 22:33

                                C’est vrai que la France reste très attirante, les Allemands savent en apprécier la douceur de vivre les richesses des différents paysages et l’accueil qui laisse pourtant parfois a désirer. Envers et contre tout ils aiment la France tel qu’elle est, contrairement aux Anglais qui trouveraient notre pays encore plus agréable...sans ses habitants !


                              • rosemar rosemar 19 novembre 2012 22:37

                                Beaucoup d’Anglais à la retraite viennent s’installer en France ...

                                Des enseignants allemands viennent aussi volontiers travailler en France....La France reste un pays très attrayant pour beaucoup...

                              • Yohan Yohan 19 novembre 2012 23:14

                                Pour la retraite la France c’est effectivement très bien, soleil, bonne bouffe, bons vins et système social généreux, mais pour le boulot, les salaires et le logement tu repasseras


                              • rosemar rosemar 19 novembre 2012 23:29

                                Bonsoir Yohan 


                                il n’empêche : des allemands viennent s’installer en France, et ils apprécient d’y vivre et des français vont aussi vivre en Allemagne , mais je ne pense pas qu’ils y retrouvent la même douceur de vivre...

                              • JANCAP JANCAP 20 novembre 2012 03:51

                                DE SOMBRES JOURS SE LEVENT DOUCEMENT A L’HORIZON DE L’EUROPE...

                                Va-t-on vers une réapparition du STO pour raisons économiques et non guerrières ?

                                Disons-le ...très gravement : le syndrome de la domination allemande sur l’Europe apparaît historiquement chaque fois que ce pays n’est pas tenu par des traités contraignants et solidaires.

                                Avec le néolibéralisme appliqué à l’Union Européenne (« concurrence libre et non faussée »), c’est la loi de la jungle qui s’impose au faible par le fort. Le dumping social, fiscal et monétaire ayant pour objectif et conséquence d’enrichir les riches et de maintenir les Peuples dans la pauvreté et la dépendance.

                                PETIT CONSEIL : AVANT DE FAIRE UNE POLITIQUE QUI REVE DE LA GRANDE EUROPE SOLIDAIRE ET INTEGREE, RELISONS L’HISTOIRE CONTEMPORAINE DE NOTRE CONTINENT... LES TROIS DERNIERS SIECLES SUFFIRONT.


                                • Panzerfaust 20 novembre 2012 11:17

                                  D’un autre coté, j’ai eu un collège allemand, niveau master informatique, qui m’a dit qu’effectivement en Allemagne il n’a eu aucun mal à trouver un job. Il faut cependant préciser qu’il a la trentaine.

                                  Toujours est-il qu’il a traversé la frontière pour travailler en Suisse, déçu par les salaires allemands très basiques. L’écart serait de 50 à 70% selon lui. Il n’y a donc pas que la démographie qui explique la pénurie de main d’œuvre qualifiée en Allemagne.


                                  • noodles 20 novembre 2012 22:56
                                    SUCCESS STORY 
                                    The achievements of several generations from 1945 down to 2012
                                    >Cher Panzerfaust 
                                    vous nous dépeignez le temps du mépris.
                                    Mépris du diplôme et de l’effort qu’il représente
                                    Mépris de l’homme pauvre et écrasé, volontairement 
                                    maintenu dans cet état
                                    Référence unique : l’argent. Sale ? ça ne fait rien...
                                    Pardonnez le pessimisme de mon propos 
                                    noodles

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès