• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Aristo et le voyou

L’Aristo et le voyou

 L'Aristo et le Voyou

Loin de moi, en ces temps de recueillement collectif et sacré, l'idée de cracher tel un Boris Vian iconoclaste sur les tombes de ces deux vaches sacrées que sont dans des registres éminemment différents notre Johnny national et un autre Jean bien français, j'entends Monsieur d'Ormesson.

L'instant est en effet au recueillement et au respect, là où pourtant je n'entends que du bruit, assourdissant...

Le hasard les a fait périr à peu de temps d'intervalle. Ce qui fut malheureux pour leur légende fit néanmoins la fortune de Macron qui une fois de plus a su récupérer ce double événement pour servir à illustrer sa devise, devenue le mot d'ordre de son camp : « et en même temps ».

Quoi de commun en effet entre le rocker incarnant l'esprit rebelle venu d'Outre Atlantique et l'aristocrate racé, représentant par excellence de l'esprit français dans sa légèreté et sa malice toute voltairienne ?

Rien en apparence, mais beaucoup à vrai dire. Les deux hommes apparaissant avec le recul comme les deux faces d'une même médaille, chacune à leur manière très emblématique, peut-être pas du génie français ce qui serait beaucoup dire dire, mais plutôt de notre époque...

On prend plaisir à les opposer, comme si l'ironie du destin avait voulu réunir dans la tombe ces deux figures si populaires, mais néanmoins si différentes de par leur parcours respectifs.

L'un serait le noble, l'aristo de bonne famille, conservateur par essence et l'autre l'homme du peuple s'étant élevé aux honneurs à la seule force de ses talents et ayant conservé de ses origines sa gouaille et sa veine populaire dans un grand cri de révolte.

Rien n'est pourtant plus faux, car si l'on se plaît a voir dans Johnny un héros français venu de nulle part et en fait ce self made man du monde américain qu'il a chanté et incarné, il a en commun avec Jean d'Ormesson d’être lui aussi comme tant d'autres un « fils de », sans parler d'un « père de » avec ses rejetons David et Laura. En effet et même si son père Léon Smet l'a abandonné très tôt, le livrant à une enfance et une scolarité quelques peu chaotiques, son géniteur n'en fut pas moins une figure connue de la scène belge en son temps. Bien sur les fées s’étaient aussi penchées sur le berceau de Jean d'Ormesson qui outre ses titres de noblesse pouvait se prévaloir d'un oncle lui même académicien et de parents dans les cercles du pouvoir.

L'aristocrate racé s'opposerait donc au voyou rebelle dans un tandem emblématique de notre histoire récente et à vrai dire universel. Mais au delà de ce malentendu quelle serait donc le secret de leur extraordinaire longévité et surtout de leur exceptionnelle popularité ?

Contrairement à Jean d'Ormesson, Johnny a été bien loin de représenter l’esprit français dans la mesure ou c'est surtout grâce à lui que le Rock n' Roll et les valeurs qu'il véhiculait ont franchi l'Atlantique pour s'imposer à la jeunesse française dans les années 60. Il fut donc surtout l'agent actif de l’acculturation de la France par rapport à l'impérialisme culturel américain. En ce sens et même s'il est très populaire, il reste très loin de représenter un certain esprit français universel.

Jean d'Ormesson de par sa génération incarne au contraire à la même époque la pérennité d'un certain esprit français unanimement apprécié dans le monde. Esprit fait comme on l'a si bien dit justement dans son oraison funèbre de légèreté, malice, finesse et en un sens assez voltairien, car toujours distancié de lui même avec élégance, par une certaine ironie.

Voici pour leurs différences qui marquent celles d'une génération par rapport à une autre, soit peut être celles d'un monde qui finit par rapport à un autre qui commence.

Mais les deux hommes seront pourtant à jamais réunis pour des raisons qui peuvent ternir leur image, indépendamment de la légende dorée qu'ils ont complaisamment eux-mêmes tissée à leurs louanges.

Ni Johnny et ni Jean d'Ormesson n'en déplaise à ceux que ce sacrilège scandalise ne furent pourtant d'authentiques génies.

Si les chansons de Johnny ont accompagné notre vie, il n'en fut pour autant ni l'auteur, ni le compositeur et son mérite si grand soit il a consisté à les interpréter telle une véritable bête de scène , mais à ce titre plus animal évidemment que véritablement intellectuel en dépit de son charisme remarquable. Le même constat dans un autre registre semble devoir être appliqué à Jean d'Ormesson qui n'a jamais atteint le talent littéraire des plus grands de son temps, à l'image d'un Albert Camus, voire même d'un Houellebecq, mais a su se faire surtout apprécier sur les plateaux télévisés par ses qualités hors du commun de brillant causeur et de mondain habile sachant manier mieux que personne l'art tout français de la conversation.

Le mérite majeur de Jean d'Ormesson étant sans doute celui d'être un passeur et d'un éminent pédagogue, réconciliant par la bonté de sa nature les français avec la littérature, en un temps où la lecture devenait chez le public une pratique marginale.

Dans le cas de ces deux hommes néanmoins exceptionnels, l'Histoire ne retiendra d''eux que ce que notre époque en aura privilégié, soit la forme par rapport au fond.

 

Jadis encore l'on honorait de funérailles publiques un Pasteur ou un Victor Hugo et cela à juste titre.

De nos jours un bateleur de foire, un simple chanteur ou un plaisant convive, héros d'un soir seront fêtés plus qu'un génie, dont le seul tort aurait d'avoir été plus discret.

Autre temps, autre mœurs, comme dit le proverbe...

Macron qui ressemble à ces héros du jour par les honneurs qu'il leur décerne l'a une fois de plus compris mieux que personne. Il est leur frère de sang en un sens...

Panem et circenses (du pain et des jeux)


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 décembre 2017 16:07

    Tous le deux gémeaux, l’un né avant l’autre. C’est la diagonale du Fou. Mercure est messager, mais le vrai créateur est de nature plutonienne (Picasso taureau-scorpion). Et le sagittaire, le véritable philosophe et enseignant. Mercure est en chute dans le signe du sagittaire qui n’aime pas beaucoup la superficialité. Laissons leur leur caractère de symbole. L’avenir nous dira de quoi.


    • Ouallonsnous ? 11 décembre 2017 18:52

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Tu nous en dira tant Mélusine, mais comme a du penser Chirac, ça m’en touche une sans faire bouger l’autre !


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 décembre 2017 20:15

      @Ouallonsnous ?


      Jamais aimé Chirac,

    • Alren Alren 12 décembre 2017 12:48

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      "Tous les deux gémeaux, l’un né avant l’autre. C’est la diagonale du Fou. Mercure est messager, mais le vrai créateur est de nature plutonienne (Picasso taureau-scorpion)"

      L’astrologie a permis à de petits malins de gagner richesse et pouvoir auprès des puissants inquiets, de l’Antiquité jusqu’à Mitterrand.

      Il a pourtant été établi par des études statistiques des vies de milliers de personnes que c’était une vaste blague pour ne pas dire une escroquerie : aucun astrologue n’a prédit les événements importants de l’année qui suivait celle qui finissait.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 décembre 2017 13:01

      @Alren

      Pythagore, Hermès Trismégiste, Jung à jeter à la poubelle... !!! Tout l’art est dans l’interprétation. Comme pour les psychologues. Saturne rentre dans son signe. Tout le contraire de Johnny : austérité, authenticité, profondeur, intériorité. Balayé les Trente Glorieuses, cache misère de l’atrocité de deux grandes guerres. Trente glorieuses : destruction de la Maison du Peuple construite par Horta, Les HLM ou les Etrimos (en Belgique) ont poussé comme des champignons. Années rock and roll et coca-cola, Facebook, TWitter... BASTA. Tiens ! au moment de la deuxième guerre mondiale PLUTON était dans le signe du cancer (nous avons vu les ravages sur les foyers et la familles,...), maintenant, il est dans le signe opposé, le capricorne,.... Nous verrons la suite. 

    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 décembre 2017 10:44

      Le créateur sublime le réel, le transcende. Johnny fuyait le réel aidé par quelques substances. Jean d’Ormesson se méfiait beaucoup de la psychanalyse. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Philippe Nadin


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès