• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’art contemporain, déchéance de la civilisation européenne

L’art contemporain, déchéance de la civilisation européenne

C'est l'alliance de l'ordre, la compétition, la mise en valeur de la perfection, du Beau et de l'esthétique, issus de la société et de la philosophie gréco-romaine équilibrée par la recherche de la vérité et de la justice chrétienne, l'humilité et la miséricorde, qui a progressivement donné naissance à la civilisation européenne
La littérature, l'architecture et les arts retranscrivent comme dans un livre ouvert sur le Monde, les composantes de cette représentation sociétale.
 
 
Statue grecque antique - Esthétique, recherche de la beauté, retranscription de la Nature
 
 
"Le Discobole" Reproduction romaine d'une statue antique grecque. Compétition, élitisme, esthétique, recherche de la perfection, aller toujours plus loin pour se dépasser.
 
 
"L'Agneau mystique" - polyptyque peint sur bois par les Frères Van Eyck - cathédrale Saint-Bavon à Gand, en Belgique (1432)
 
 
Détail du polyptyque des frères Van Eyck, symbolisant la Trinité : au centre Dieu, à gauche La Vierge Marie, à droite Jean le Baptiste. Austérité, humilité, ordre cosmique et sagesse devant la grandeur du Divin.
 
 
Statue équestre de Jeanne d'Arc, place des Pyramides à Paris. Fierté et puissance au service de la Foi, la justice et la Vérité.
 
 
"La laitière" - Johannes Vermeer (1658) - Jeu d'ombres et de lumière pour faire ressortir la réalité des détails, travail minutieux des plis des tissus de vêtements, toujours dans le but de rendre compte de la beauté de la Nature et du réel.
 
 
Statue de Sainte Geneviève au jardin du Luxembourg, Patronne de Paris - Sagesse et sérénité.
 
 
Fontaine place Saint-Michel à Paris. Le Bien (Saint-Michel) terrassant le Mal (Satan) dans un épisode de l'Apocalypse. Une représentation de l'ordre cosmique.
 
Mais depuis la nuit des temps, plane toujours dans l'ombre la main de Satan, la volonté de s'affranchir de la puissance divine, le désir de se libérer de tout dogme et de toute fonction normative. Cette recherche est inhérente à l'homme, Dieu lui ayant attribué le libre-arbitre, l'intelligence et le questionnement de soi, sa face cachée surgit dans le Péché Originel, qui a fait sortir l'homme et la femme du jardin d'Eden, par la prétention de pouvoir déchiffrer l'arbre de la connaissance du Bien et du Mal.
 
Les révolution sociales et politiques guidées par une poignée d'idéalistes ont représenté de tout temps cette volonté de rébellion contre l'ordre établi, faire table rase du passé pour construire l'homme nouveau qui échapperait ainsi à la domination Divine.
Par le subjectivisme et le relativisme, l'homme se réserve ainsi le droit de prétendre qu'il n'y a plus d'ordre cosmique, et définir ce qui est Bien ou Mal.
On connaît dans le domaine politique les grandes révolutions de 1789 (révolution française), 1917 (révolution bolchevique), 1966 (révolution culturelle chinoise) ou 1975 (khmers rouge cambodgiens) et leurs conséquences qui ont bouleversé l'état du Monde, provoquant la mort de millions de femmes, enfants, vieillards par la persécution, la torture, la famine dans des camps de concentrations, en prétendant vouloir créer le Paradis sur Terre.
Mais beaucoup moins la révolution silencieuse culturelle qui s'est opérée dans les arts, dont le rôle est non moins conséquent voire plus destructeur que les révoltes armées médiatiques et bruyantes.
De la volonté de déconstruire la civilisation européenne, et de s'affranchir de tout critère ou standard hérité du passé, considérés comme des oppressions, émergera le mouvement artistique original des « arts incohérents ».
Ses adeptes s’amusaient à peindre n’importe quoi et à déclamer que c’était une œuvre d’art.
Le monochrome noir de 1882 de Paul Bilhaud faisait rire tout le monde avec des titres comme : « combat de nègres pendant la nuit », le blanc : « Première communion de jeunes filles chlorotiques par un temps de neige »
 
 
En 1884, Alphonse Allais présentera un morceau d’étoffe rouge : « Récolte de la tomate par des cardinaux apoplectiques au bord de la mer rouge »
Eugène Bataille fera une Mona Lisa fumant une pipe en 1887, bien avant que Marcel Duchamp, un des pères de l'art contemporain n’exploite le tableau en « ready-made », son fameux LHOOQ (un calembour typique des arts incohérents). 
 
 
"La Joconde fumant la pipe" - exposition des Arts Incohérents de 1883 - Eugène Bataille (dit Sapek)
 
Le courant dadaïste, mené par des intellectuels du début du XXème siècle, reprend les idées des "arts incohérents" mais en y expurgeant ce qui faisait son attrait principal, l'humour, pour le remplacer par l'esprit politique moderne et progressiste révolutionnaire, dans le but de bouleverser les codes, renverser les principes et critères établis depuis deux millénaires par la civilisation helléno-chrétienne européenne qui doivent être déconstruits, retournés. 
 
L'art contemporain est donc le pendant artistique des idéologies révolutionnaires, visant à détruire les fondements de la civilisation européenne, en faisant table rase de l'héritage culturel et technique hérité d'un savoir-faire millénaire, du travail minutieux qu'il faut à un artiste pour produire une oeuvre d'art, la recherche des matériaux nobles pour une sculpture, les tons des peintures pour une aquarelle, pour un seul but : la quête de la Beauté de la création Divine.
La précision méticuleuse du détail, que l'on peut observer chez tous les grands maîtres tels Le Caravage, Rubens, Rembrandt ou Vélasquez, qui donne un ton spectaculaire à ces œuvres, n'existe pas dans l'art contemporain : tout y est grossier, difforme : la précision, la finesse, la technique, les canons de beauté y sont volontairement exclus.
 
 
"Fontaine" (1917), l'urinoir renversé de Marcel Duchamp, un des fondateurs du mouvement dadaïste. Un objet de la vie courante, exposé et assimilé à une œuvre d'art.
 
 
"Vertical-Horizontal Composition", Sophie Taeuber-Arp (1916). Des carreaux de couleurs diverses juxtaposés les uns près des autres. Un enfant de six ans pourrait composer à peu de choses près la même "œuvre". 
 
 
Sculptures d'êtres difformes dans le RER Châtelet-les-Halles à Paris. On ne distingue pas si ce sont des humains, des femmes, ou des hommes. Il n'y a plus là de quoi s'identifier à l'ordre du Monde, ni aucune identité ethnique car tout est subjectif.
 
La liberté se doit de briser tous les tabous de l'Ancien Monde, et révéler l'esprit de Satan dans tout ce qu'il propose de plus abject dans son projet pour s'opposer à Dieu par la provocation en tous genres : exhibitionnisme sexuel, scatologie, inceste, pédophilie, humiliation, laideur, torture.
 
 
En 1961, "l'artiste" Piero Manzoni a défecqué dans 90 boîtes de conserve qu'il a exposées et mis en vente sous le titre "merde d'artiste". En 2007, la "Tate art gallery" de Londres faisait une « bonne affaire » en payant 30 000 dollars pour obte­nir un des 90 exem­plaires. La même année à Milan, une autre boîte était vendue 108 000 dollars. Aujourd’­hui, les pots de merde de Manzoni s’éva­luent à près de 300 000 dollars. Un sommet de provocation pour déconstruire l'art européen.
 
 
L'artiste Paul McCarthy expose "Complex pile", une merde géante gonflable dans un parc de Hong-Kong
 
 
Milo Moiré, exhibitionniste qui profite de sa notoriété et ses "performances" publiques pour vendre ses charmes contre espèces sonnantes et trébuchantes sur les réseaux sociaux, construit ses toiles en se promenant nue dessus, glisse des oeufs de poule dans son vagin, qu'elle "libère" lorsqu'elle passe sur la toile, créant ainsi son œuvre. L'artiste ici en démonstration à la foire d’art contemporain de Cologne, en Allemagne, le 12 avril 2014. 
 
 
La grande "œuvre" de l'artiste d'art contemporain mondialement célèbre Jeff Koons, la série "Made in Heaven", dans laquelle il s'exhibe avec l'actrice porno italienne la Cicciolina, a été vendue plusieurs millions de dollars. À vous de juger sur pièces. 
 
 
Jeff Koons a également eu l'autorisation d'exposer au château de Versailles ses chiens en acier inoxydable ("Balloon Dog"), ressemblant à des ballons gonflables de foire, véritable insulte aux magnifiques pièces de collection du patrimoine français qui s'y trouvent. Le 13 novembre 2013, "Balloon Dog" s'est vendue 58,4 millions de dollars chez Christie's, à New York.
 
 
Toujours dans le désir de provoquer, on pouvait admirer le "vagin de la reine", de l'"artiste" Anish Kapoor à Versailles, basé sur la perversion et la provocation, un bon moyen pour attirer la curiosité et l'argent des mécènes. 
 
 
Le plug anal gonflable de Paul McCarthy a défiguré la place Vendôme à Paris pendant l'automne 2014.
 
 
 
 
L'artiste d'art contemporain Joep van Lieshout expose à travers le Monde, l'exhibitionnisme sexuel, des scènes de tortures macabres, perverses et morbides.
L'œuvre de Dieu est ici renversée. En ayant écarté Dieu de son chemin, le Diable permet à l'homme de s'affranchir de toutes les limites, en s'octroyant tous les droits, et laisser libre cours au Péché Originel.
 
Se libérer de toute convention et de tous les tabous, implique nécessairement de s'attaquer aux enfants, les mettre en scène dans des cérémonies rituelles sataniques et pornographiques avec des adultes et des monstres, comme on peut le voir dans les expositions des "artistes" d'art contemporain allemands Stu Mead et Reinhard Scheibner, montrées à la "Pop Life" de Londres en 2009 ou à celle de Marseille en 2015. 
Cette émancipation promise, s'inscrit dans la ligne progressiste visant à libérer sexuellement l'enfant emprisonné dans le carcan de la famille catholique traditionnelle, et les tentatives par la gauche de légaliser la pédophilie dans les années 1970, avec comme figure de proue l'emblématique Daniel Cohn-Bendit.
 
 
Exposition pédophile d'art contemporain au mois d’août 2015 à la Friche Belle-de-Mai, à Marseille, subventionnée officiellement par l'État français (la région PACA a donné 455 000 euros, l'Union Européenne, Département des Bouches-du-Rhône)
A noter que des élus de partis politique de gauche, comme le PCF ou EELV, ont soutenu publiquement cette exposition pédophile.
 
L'art classique européen est également attaqué de front par une nouvelle forme de marxisme prônant la déconstruction de la civilisation européenne, principalement issue de l'école de Francfort en Allemagne du début du siècle, puis de la "French Theory" en France, et exportée dans les universités américaines, où elle a fleuri sous la forme d'un marxisme culturel, non plus la lutte des classes, le prolétariat contre la bourgeoisie capitaliste, mais la lutte des races.
D'après les marxistes culturels, la race blanche dominante humilie et méprise en permanence les minorité ethniques (noirs, arabes, musulmans, femmes, LGBT, etc...), ce qui est désigné par "racisme systémique".
Sous la bannière idéologique de différentes organisations comme "Black Lives Matter" aux USA, ou encore la LDNA, le CRAN, le collectif Mwasi, le NPA, les Indigènes de la République, SOS Racisme,... en France, ces militants veulent détruire toute forme de domination de la race blanche, donc tout ce qui s'apparente de près ou de loin à la culture classique artistique berceau de la civilisation européenne.
Les œuvres d'art contemporain doivent donc s'adapter au marxisme culturel, ne plus rien évoquer ce qui pourrait rappeler le passé civilisationnel européen.
 
 
Les œuvres d'art contemporain universelles et cosmopolites, présentent rarement un visage humain, il est en effet inenvisageable de s'identifier à une ethnie particulière, métissage et melting-pot multiculturel oblige.
Elles bénéficient de facto du soutien des grands mécènes internationalistes et multiculturels qui en profitent pour contourner la loi, vendre et acheter des œuvres d'art contemporain à coups de millions de dollars dans des affaires véreuses de blanchiment d'argent.
 
"Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre ; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon."
Matthieu 6:24
 
 
Une centaine de militants "Black Lives Matter" abattent la statue du missionnaire catholique Saint Junípero Serra, dans le Golden Gate Park de San Francisco aux USA, le 19 juin 2020. Tout ce qui rappelle l'ordre créé par l'homme Blanc, doit cesser d'exister.
 
 
 
La statue de Winston Churchill à Londres, chef du gouvernement britannique pendant la seconde guerre mondiale ayant résisté avec succès à l'Allemagne nazie d'Adolf Hitler, vandalisée le 7 juin 2020 par des militants "Black Lives Matter".

 

 

Plusieurs statues de Christophe Colomb décapitées, ou quand les Américains sabordent eux-même leur propre civilisation. Vont-ils retourner à l'état sauvage ?
 
Ce mouvement dévastateur, très important au USA, qui touche tous les domaines culturels, le cinéma hollywoodien entreprend actuellement une purge des acteurs, producteurs de race blanche pour les remplacer par des Noirs, prend également de l'ampleur en France, en particulier dû à la présence d'une forte communauté d'origine africaine qui s'est accrue ces trente dernières années, revendicatrice de son identité ethnique.
 
L'art contemporain, couplé à l'idéologie marxiste culturelle, va-t-il sonner le glas de la civilisation européenne ?

Moyenne des avis sur cet article :  2.92/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 18 juillet 17:00

    « L’art contemporain, couplé à l’idéologie marxiste culturelle  »

    Qu’est-ce que Marx vient faire dans ce paquet de merde dans lequel vous vous complaisez sous prétexte de le dénoncer ?

    Parlez de ce que vous connaissez !

    Restez-en à la scatologie.


    • V_Parlier V_Parlier 18 juillet 19:51

      @Séraphin Lampion
      Probablement pas du marxisme mais de la décadence assurément.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 18 juillet 22:25

      @ Séraphin Lampion

      Marx n’est pour rien dans la bien réelle déchéance culturelle actuelle, mais l’échec du marxisme dans les tentatives de mise en application de ses théories a conduit bon nombre de marxistes à « se reconvertir » dans l’art contemporain et à participer à la déchéance.

      Cependant, ayant décidé, vers la moitié de ma vie et pour ne pas désespérer, de consacrer la plus grande partie de mon temps à une forme de peinture abstraite je ne peux évidemment pas approuver la condamnation globale de Jonas.

      Je profite de ce commentaire pour conseiller vivement de visiter la formidable exposition actuelle des œuvres de Ben dans le château et dans l’orangerie du parc de Chamarande.


    • Jonas Jonas 18 juillet 23:20

      @Séraphin Lampion « Qu’est-ce que Marx vient faire dans ce paquet de merde dans lequel vous vous complaisez sous prétexte de le dénoncer ? Parlez de ce que vous connaissez ! »

      Les fondateurs de l’organisation politique « Black Lives Matter », Alicia Garza, Opal Tometi, et Patrisse Cullors, se disent héritières du marxisme, et expliquent elles-mêmes dans leurs meetings qu’elles sont « des marxistes aguerries ».
      Le mouvement marxiste fut transformé dans le courant des années 1960, par des militants tels que Herbert Marcuse ou Angela Davis pour soutenir les minorités oppressées par la classe blanche dominante, la lutte des classes rejoint la lutte des races.

      Le Mouvement « Black Lives Matter » est bien entendu soutenu par toute la gauche marxiste en France.

      La famille Traore milite également avec l’activiste marxiste Angela Davis.


    • Désintox Désintox 19 juillet 08:56

      @Séraphin Lampion

      L’auteur n’est manifestement pas un marxiste, je le vois plutôt comme un stalinien, adepte du « réalisme socialiste » sans le socialisme.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 juillet 09:17

      @Pierre Régnier

      Devant une photo du tableau célèbre intitulé « Guernica », l’ambassadeur allemand Otto Abetz aurait demandé à Picasso : « C’est vous qui avez fait ça ? »

      Et Picasso aurait répondu : « Non, c’est vous ! »


    • xana 20 juillet 23:22

      @Séraphin Lampion
      Si non est vero...


    • georges jean 18 juillet 18:49

      Très bon article.


      • xana 20 juillet 23:25

        @georges jean
        Chacun son avis. Moi je le trouve minable...
        Ma grand-mère punaise de sacristie aurait pu commettre ca.


      • ticotico ticotico 18 juillet 19:34

        Pas la peine de chercher des explications douteuses, l’art « contemporain » n’est plus qu’un vecteur d’optimisation fiscale. En ces temps de dévalorisation de la monnaie, de nombreux records de prix de vente devraient être battus prochainement.


        • V_Parlier V_Parlier 18 juillet 19:48

          @ticotico
          Je vois plutôt ça comme un effet secondaire. Et d’ailleurs un effet bulle n’est pas à exclure, comme pour tout ce qui touche à la spéculation boursiere basée essentiellement sur la confiance des acquéreurs.


        • Le421 Le421 20 juillet 08:02

          @ticotico
          Effectivement, entre le foutage de gueule ou certains claquent des sommes astronomiques pour une simple banane et les petits malins qui jouent sur de « l’optimisation fiscale » en stockant du fric non imposable, il y a quelque chose d’inquiétant dans ces formes d’art.
          Les simples « compressions de César » m’ont toujours laissé perplexe.
          Il faut dire que je suis un béotien en ce qui concerne certaines forme d’art.
          Je ne donnerais pas dix euros pour un tableau de Picasso...
          C’est mon choix et mon avis. Et tant pis pour moi si je n’y pipe que pouic !!


        • Le421 Le421 20 juillet 08:04

          @Le421
          Ah !! J’ai toutefois quelques miniatures impressionnistes qui me laissent aussi perplexe sur la qualité quasi photographique de certaines peintures.
          Je ne suis pas si étanche que ça à l’art !!  smiley


        • biquet biquet 20 juillet 09:05

          @Le421
          « je ne donnerais pas 10 euros pour un tableau de Picasso ». Vous mélangez un peu tout.......Picasso n’a rien à voir avec les dérives actuelles de l’art contemporain, qui n’est rien d’autre qu’un objet de placement pour une élite fortunée. L’auteur mélange tout, on retrouve dans ses propos une idéologie fascisante. Placer l’Ordre comme une composante de la démarche artistique par exemple.


        • Pierre Régnier Pierre Régnier 20 juillet 09:25

          @biquet

          On peut ajouter que les impressionnistes, précisément, cherchaient à éviter la qualité quasi photographique dans la peinture.


        • xana 20 juillet 23:27

          @biquet
          Fascisante ? Je dirais plutôt une idéologie d’inquisiteur. Avec des bûchers en arrière-plan.


        • Octave Lebel Octave Lebel 18 juillet 19:39

          Merci pour cette très belle iconographie et ses photos de grande qualité où se côtoient des formes d’art sublimes et de véritables escroqueries artistiques, morales et politiques.

          Morales au sens où certains de ces fabricants n’ont même pas le courage de dire à quoi ils jouent et détournent l’art de la provocation dont la véritable vocation est de dénoncer l’art officiel, celui aussi de l’extrême exposition médiatique et de la complaisance qui conduit dans une exubérance narcissique à l’enfermement et la stérilisation de la création. L’art des commanditaires en recherche de notoriété, celui qui intéresse la spéculation financière et le marché de l’art alimenté par certains galeristes et marchands d’art, celui des bienfaiteurs sanctifiés par les médias qui assurent leur promotion à l’aide d’aides fiscales prélevées sur l’argent de notre travail et de nos impôts, celui quelquefois de la commande publique et des politiques qui faute de briller par leurs contributions à la société espèrent ici bénéficier d’un peu de lumière. Et nous éblouir un peu ? Sans oublier de dire, que cet aréopage bigarré applique les mêmes recettes aux œuvres patrimoniales et à celles qui le deviendront peut-être tout en rejetant dans l’ombre de véritables pépites.

           A ne pas confondre avec ceux comme Marcel Duchamp et son urinoir qui lançait entre autres une alerte pour dénoncer ce système naissant qu’il tournait en dérision, qui a fait bien d’autres choses et n’a pas fait fortune. Comme toujours, cette audace a été détournée, singée jusqu’à la surenchère faute de véritable talent et créativité à proposer et je pense aussi avec une certaine jubilation de berner la fatuité et la cupidité des catégories cités précédemment. Avec également un sens des affaires bien réel. Des amateurs de canulars n’ont pas raté l’occasion. En 1910 l’âne Lolo, encouragé par l’écrivain Roland Dorgelès, peignit (avec sa queue) un « Coucher de soleil sur l’Adriatique » qui fut présenté au Salon des Indépendants à Paris. On croit entendre le rire de Rabelais. A leur décharge, les critiques d’art furent prudents ce jour-là.

          L’art depuis toujours fascine et dérange aussi. Il parle de nos sensibilités propres, les goûts et les couleurs comme on dit et aussi de son époque et survit également à travers le temps ou quelquefois renaît de l’oubli. Il parle au-delà de nos contingences et de nos croyances qui passent et évoluent. Le grand Rembrandt fut critiqué en son temps d’avoir peint l’écorché d’un bœuf observé dans un abattoir puis tancé par de grands bourgeois se plaignant de ne pas se voir assez majestueux dans « La Ronde de nuit » qui nous coupe encore le souffle aujourd’hui. Michel Ange, peignant le plafond de la Chapelle Sixtine se fit taper sur les doigts par le pape. Trop de belles chairs épanouies. Un temps, il y eut des toiles pour masquer ce qui troublait tant les censeurs.

          Heureusement l’art comme la vie qui l’inspire ne se laisse pas durablement embrigader. Il ne marche pas au pas ni sous un drapeau. Le psychologue Abraham Maslow (Vers une psychologie de l’être 1968) a pu dire sans provocation parce qu’il le pensait profondément qu’il avait quelquefois trouvé plus d’art dans la soupe d’une cuisinière inspirée que dans des « œuvres » accrochées aux cimaises de galeries spécialisées. Il n’y a bien entendu pas d’art accompli possible sans désir, travail et apprentissage persévérant. L’art est partout, éphémère ou durable. Il nous interpelle, nous apaise, nous inquiète, nous bouscule, nous apporte de la sérénité, nous fait peur, nous pousse à la méditation, nous parle de nous et des autres et de ce que nous ignorons chez les deux avec un langage qui dépasse celui de l’agencement des mots de nos langues. Tel est fasciné par l’énergie des tableaux de Kandinsky comme par la beauté plastique et la lumière des tableaux de la Renaissance et reste dubitatif sur l’ultra noir chez Soulages. J’en suis. Tout en appréciant d’en parler avec un ami qui perçoit lui la luminosité de l’ultra noir et apprécie comme un enfant avec moi les tableaux de la famille Breughel, de cet allumé de Johann Bosch, du magicien William Turner,du japonais Hokusai si près de la nature et de la vie des hommes, la force expressive d’un masque africain...

          Les artistes nous font participer à l’acte de création, c’est leur magie, nous qui ne sommes pas de véritables créateurs en chatouillant la petite fibre que nous avons tous comme nous avons tous une vésicule biliaire comme nous l’a rappelé A Maslow. Faut-il préserver l’art et la création ? Bien sûr que oui, et il y a beaucoup à faire et à défendre. Mais ne nous y trompons-pas, il se préserve aussi tout seul, il est partout. Il suffit de sortir de chez soi pour le rencontrer. 

           


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 juillet 19:50

            @Octave Lebel

            Des commentaires de cette qualité c’est rare. Merci.


          • Pierre Régnier Pierre Régnier 18 juillet 22:47

            @Aita Pea Pea

            Oui, et je remercie Jonas de m’avoir fait connaître, même en la condamnant, l’oeuvre d’Alphonse Allais dont je ne soupçonnais même pas l’existence.

            Le titre correspond très exactement à ce que le peintre a voulu nous montrer :

            RÉCOLTE DE LA TOMATE PAR DES CARDINAUX APOPLECTIQUES AU BORD DE LA MER ROUGE.

            Une telle fidélité au modèle qu’un artiste a choisi de représenter est extrêmement rare.


          • Jonas Jonas 19 juillet 01:16

            @Octave Lebel « A ne pas confondre avec ceux comme Marcel Duchamp et son urinoir qui lançait entre autres une alerte pour dénoncer ce système naissant qu’il tournait en dérision, qui a fait bien d’autres choses et n’a pas fait fortune. »

            Merci pour votre commentaire.
            Marcel Duchamp n’a pas dénoncé ce système, il l’a ouvertement cautionné.
            Il a tenté d’inscrire son « oeuvre » Fontaine, mais de manière anonyme, en signant Richard Mutt, lors de l’exposition de Société des artistes indépendants de New York, le 9 avril 1917.
            Elle a été refusée.
            Il a alors démissionné de la Société des artistes indépendants de New York, dont il était membre directeur.
            Dons la revue n°2 « The blindman », fondée entre autres par Duchamp, un article de Louise Norton, maîtresse de Duchamp, prend fait et cause pour son oeuvre « Fontaine » :
            « Le jury de la Société des artistes indépendants s’est précipité pour faire retirer la sculpture appelée « Fontaine » de Richard Mutt, parce que l’objet est, dans leur esprit atavique, irrémédiablement associé à une fonction naturelle de sécrétion.
            Mais pour un oeil « innocent », quel plaisir d’admirer la simplicité de ses lignes et couleurs ! Quelqu’un a dit : « On dirait un adorable Bouddha  ». Un autre a dit : « On dirait les jambes des femmes dessinées par Cézanne  » ; les rondeurs nues de ces femmes, ne vous rappellent-elles pas les courbes lisses de la porcelaine du plombier décadent ? »

            « À ceux qui disent que l’oeuvre de R. Mutt est peut-être de l’Art, mais est-ce que c’est l’Art de R. Mutt, ou du plombier qui l’a fabriquée ? J’ai simplement répondu que »Fontaine" n’a pas été fabriquée par un plombier, mais par la force de l’imagination ; et de l’imagination, il a été dit que : « Tous les hommes sont choqués par elle, et certains renversés par elle. »

            Complètement absurde. L’oeuvre n’est plus l’objet représenté, mais l’idée que chacun s’imagine de lui. Le subjectivisme est ici à son paroxysme.
            Si on suit Louise Norton, vous pouvez en fait exposer un pot de crème fraîche à moitié vide, et le faire passer pour une oeuvre d’Art. Il suffit d’être « renversé par l’imagination » !
            Des montagnes enneigées ravagées et sillonnées par une tempête dans l’Everest, en période post-hivernale ?


          • Octave Lebel Octave Lebel 20 juillet 20:50

            @Jonas

            Non ,je ne pense pas. Je serai moins catégorique que vous.

            Ce n’est pas la même démarche que Jeff Koons et compagnie dont le talent si talent il y a est la mystification comme système et la marchandisation de cette mystification portée à des limites toujours repoussées. Ils se stimulent l’un l’autre et ont bien entendu dans leur sillage toutes sortes de complices pécuniairement intéressés et des idiots utiles. Il y a aussi des lapins pris dans les phares des médias qui sont puissants. Certains usent encore d’ailleurs de l’argument esthétique pour vendre des séries et faire de bonnes ventes en pillant des gens moins connus et moins prétentieux. Sont-ils simplement de purs cyniques ou animés en plus d’un narcissisme exacerbé ? Au fond, peu importe. Par contraste avec toutes les formes d’art qui continuent de prospérer et de se diversifier, sans le vouloir, à trop en faire avec ceux qui les accompagnent, ils se caricaturent eux-mêmes et ont commencé en fait à se disqualifier.

            Il me semble que Duchamp est dans une autre dynamique. A son époque l’artiste avait acquis de l’indépendance par rapport aux puissants sur le choix des sujets, leur traitement, le choix et l’expérimentation de nouvelles techniques et se trouvait confronté maintenant à la puissance de l’art officiel des musées qui renvoyait au passé ou imposait les goûts des gens installés et des thématiques qui s’imposaient comme exemplaires et incontournables. Que l’on songe par exemple à la présence massive et convenue de la statuaire des monuments aux morts pour les sculpteurs après la guerre. Une échappée vers la stylisation et l’abstraction s’est produite. Toute la société avait subi un ébranlement moral dès avant la guerre qui traversa toutes les formes d’art et des provocations surgirent dans des créations qui tiennent à la fois de la provocation, de la révolte et d’un sentiment de terrible fragilité menacée. Certains artistes leur apprentissage fait ont besoin d’innover et d’évoluer toute leur vie pour s’affirmer et être reconnus ce qui les renvoie à de nouvelles dépendances et conformismes dans une boucle inconfortable. Le coup d’éclat de Duchamp relève à mon avis de ce contexte et d’une volonté de dénonciation, de révolte avec sa part d’impuissance qu’il aménage comme il peut. Il expérimente une posture intenable, l’art est ce que je désigne comme art parce que je suis le créateur. Bien entendu, il se fait prendre au mot et se trouve reconnu comme créateur par l’instance normalisatrice par excellence le musée. La créativité a été escamotée au passage mais elle renaît de toute façon ailleurs. Une vacherie incorrecte au passage, l’admiration des compagnes pour leur grand homme n’est pas toujours des plus perspicaces. D’autres, vinrent ensuite avec moins d’états d’âme et en tirèrent des recettes non sans talent en puisant dans le quotidien et les grandes leçons de l’histoire de l’art pour ramener cette évasion éphémère dans la catégorie des arts décoratifs reproductibles comme Andy Warhol et ses équipes en hybridant pour longtemps art et business jusqu’aux extrémités qui annoncent à mon avis la fin d’un cycle faute de dupes en nombre suffisant. Le roi est nu comme on dit. 


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 juillet 21:01

            @Octave Lebel

            Et encore un ...merci ...et sur le Warhol...


          • foufouille foufouille 18 juillet 19:44

            y a pas que des merdes mais une bonne moitié au moins.


            • V_Parlier V_Parlier 18 juillet 19:50

              @foufouille
              Disons que dans l’autre cas on peut trouver ce que j’appellerais plutôt de la « déco », avec beaucoup moins de prétentions d’ailleurs. Mais rien de comparable avec les chefs d’oeuvres historiques.


            • pallas 18 juillet 20:51
              Jonas

              Bonsoir,

              C’est cela votre civilisation

              Faire du pipi caca.

              Bravo

              ha ha ha ha ha

              Bandes de demeurés mentaux

              Salut


              • Aimable 18 juillet 21:52

                Je préfère regarder des dessins d’enfants , eux au moins ils sont créatifs , ils ne sont pas encore atteints par la cupidité en profitant de la non créativité des bobos qui s’extasie devant une merde 

                j’ai aimé votre article .


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 juillet 22:34

                  @Aimable

                  Pas croire...l’exposition Hooper a fait un carton ...merde encore raté pour les non picturaux.


                • pallas 18 juillet 22:43
                  Jonas

                  Bonsoir,

                  Vous devriez relire les religions de l’Antique, ainsi que L’Énéide

                  de Virgile

                  C’est chose amusante

                  J’ai la mémoire et vous non

                  ha ha ha

                  Bientôt, 1 + 1 sera sera étranger pour vous, ha ha ha ha

                  Salut


                  • Yann Esteveny 19 juillet 08:51

                    Message à avatar Jonas,

                    Merci pour le partage de votre très bon article ainsi que pour la qualité des illustrations et de l’argumentation.

                    L’art permet d’entrevoir l’âme d’une civilisation. Vous montrez que la nôtre est constamment en recherche de laideur.

                    Merci d’avoir mis une pincée de beau dans notre journée.

                    Respectueusement


                    • hocagi@1shivom.com 19 juillet 09:16

                      une zoomanité urinante et contemplant sa propre merde, oui bon, j’ attendais pas plus d’elle


                      • Un des P'tite Goutte Un des P’tite Goutte 19 juillet 15:33

                        Personnellement, je suis scandalisé de voir apparaître dans mon champ de vision, dans mon espace vital, des aberrations sur une place, un rond-point et autre lieu public. Ces aberrations-abjections-non-sens incarnés n’ont pas été voulues par la majorité des gens concernés (habitants, voyageurs de passage) mais, j’en suis pratiquement sûr, payés par leur impôts. C’est tout simplement scandaleux, déjà dit, et méprisable.


                        • Odin Odin 19 juillet 15:57

                          @Un des P’tite Goutte

                          Bonjour,

                          « Personnellement, je suis scandalisé de voir apparaître dans mon champ de vision, dans mon espace vital, des aberrations sur une place, un rond-point et autre lieu public. »

                          C’est aussi mon cas lorsque je passe régulièrement devant ceci :

                          https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-art-contemporain-decheance-de-la-225735



                        • Pierre Régnier Pierre Régnier 19 juillet 16:24

                          @Odin

                          Même si je ne passe jamais devant, moi aussi je trouve ça très laid, comme la fontaine du même artiste à La Roche sur yon.


                        • mursili mursili 20 juillet 06:48

                          @Odin
                          Et dire qu’on a dynamité la statue du Mandarom, qui était quand même plus rigolote...


                        • V_Parlier V_Parlier 20 juillet 21:12

                          @Odin
                          Ce qui est frappant c’est qu’a chaque fois ces « oeuvres » ne peuvent pas exister par elles-mêmes. Il faut toujours qu’elles viennent s’incruster dans un édifice historique des plus classiques, histoire d’être sûr que les touristes seront obligés de les voir. Ils n’assument même pas en fait.


                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 20 juillet 21:18

                          @V_Parlier

                          Les Frac ne font pas d’expos ? Ben non ...lol


                        • Lonzine 19 juillet 16:25

                          En attendant la pisseuse de sang est foutrement une belle oeuvre smiley


                          • OMAR 19 juillet 16:54

                            Omar8

                            .

                            @Jonas

                            .

                            Tu aurai été mieux inspiré de faire un article sur l’incendie de la Cathédrale de Nantes !!!

                            .

                            Ce n’est pas juste que, sur ce site, Notre-Dame de Paris fut traitée des dizaines de fois et rien pour Saint-Pierre-et-Saint-Paul

                            .

                            Ah, parce que le présumé-auteur de cette ignominie, n’est pas musulman ?


                            • V_Parlier V_Parlier 20 juillet 21:17

                              @OMAR
                              Pour ND on n’en sait rien non plus.
                              Moi je trouve qu’il faudrait un article récapitulant TOUTES les destructions d’églises depuis ces dernières année. Et pas seulement les incendies. Ca en rêveillerait plus d"un : https://www.vaticannews.va/fr/eglise/news/2019-02/profanation-vandalisme-attaques-eglises-france.html et https://www.courrierinternational.com/article/vu-despagne-une-vague-de-profanations-deglises-en-france et encore https://www.patrimoine-religieux.fr/rubriques/gauche/edifice-menace/11-eglises-incendiees-en-1-an .


                            • Jonas Jonas 20 juillet 23:18

                              @OMAR « Tu aurai été mieux inspiré de faire un article sur l’incendie de la Cathédrale de Nantes !!! Ce n’est pas juste quesur ce site, Notre-Dame de Paris fut traitée des dizaines de fois et rien pour Saint-Pierre-et-Saint-Paul »

                              https://www.christianophobie.fr/


                            • Jonas 19 juillet 16:58

                              A Jonas

                              Je ne comprends rien a l’Art moderne , mais je pense que pour pouvoir critiquer , une oeuvre dans n’importe quel domaine , il faut avoir quelques connaissances. 

                              Ce n’est pas parce que , je ne comprends rien au chinois , que j’ai le droit de critiquer cette langue. 


                              • Pierre Régnier Pierre Régnier 19 juillet 17:10

                                @Jonas
                                J’ai critiqué plus haut votre rejet global de l’art contemporain mais je trouve votre article très important.
                                Ne le réduisez pas, ici, en disant qu’il faut avoir quelques connaissances pour critiquer l’Art moderne.
                                Non. Vous avez le goût du beau, ça suffit et, même si vous aviez ce qui serait pour moi et pour d’autres le goût de la laideur, vous auriez le droit de critiquer très librement l’Art moderne. 


                              • Jonas 19 juillet 19:33

                                @Pierre Régnier

                                Vous avez le droit de ne pas aimer , l’Art moderne , comme moi. C’est un Art dont je ne comprends absolument rien , mais je suis incapable d’expliquer à une personne d’une manière intelligente et argumentée . pourquoi. Donc , je ne critique pas. Nous avons la chance de vivre dans un pays libre où tous les artistes peuvent s’exprimer librement dans leur domaine de prédilection. Il n’y a pas d’Art d’Etat. 


                              • Jonas 19 juillet 19:40

                                @Pierre Régnier

                                 Un , Jonas cache autre . J ’ai répondu a votre commentaire , en me prenant pour , l’auteur de l’article , a qui revient l’honneur de vous répondre . 

                                Je vous présente, toutes mes excuses . 


                              • mursili mursili 20 juillet 06:41

                                @Pierre Régnier

                                Le nom de l’auteur de l’article apparaît en caractères rouges et son avatar est un symbole chrétien (ichthus).


                              • Pierre Régnier Pierre Régnier 20 juillet 07:52

                                @mursili

                                Merci.

                                Donc, deux personnes différentes peuvent intervenir sur Agoravox sous le même pseudo !

                                Une nouvelle avancée dans la pagaille communicationnelle !

                                On pourrait progresser encore en prenant tous le même pseudo.


                              • caillou14 rita 19 juillet 17:19

                                « L’Art contant pour rien »..l’apogée était les impressionnistes depuis c’est le déclin total !

                                Encore un constat que l’humain pour faire du fric fait n’importe quoi !


                                • Allexandre 19 juillet 20:43

                                  Sous couvert de « révolution artistique », le XXème siècle traumatisé par les horreurs engendrées, a laissé l’imaginaire s’exprimer au delà des règles académiques.

                                  Toutes les productions contemporaines ne sont pour autant des « merdes ». En revanche, sont-elles de l’ART ? Aujourd’hui nous amalgamons tout et n’importe quoi, et les pseudo-artistes l’ont bien compris. Car tout est question d’argent, edepuis toujours. La composition avait pour but de se vendre ou d’être soutenu par un mécène.

                                  Aujourd’hui hélas ! c’est le snobisme parisien qui donne le LA. Plus une « oeuvre » est n’importe quoi, plus elle a de succès et témoigne du génie de son auteur.

                                  Il suffit de regarder les mises en scène de théâtre ou d’opéra, pour se convaincre que le contemporain est à l’ordre du jour, même si il n’est pas apprécié du plus grand nombre. C’est affreux, car nous allons une pièce ou un opéra mis en scène par X ou Y, mais plus de Verdi ou de Molière.

                                  Cette dictature de ce que doit être le beau, le bien, le génial, nous fait chier. J’emploie ce terme à bon escient, puisque j’ai vu dans un musée, une coupe de merde présentée comme une grande oeuvre.

                                  Peut-être que dans 200 ans, ces « oeuvres » seront-elles considérées comme des chefs d’oeuvre. Bien des oeuvres en leur temps ont provoqué des scandales, mais au moins, les gens huaient ou quittaient la salle. Aujourd’hui, personne ne dit rien et gobe tout ce qu’on lui donne à ingurgiter. Elle est là la décadence.


                                  • Jonas Jonas 19 juillet 21:17

                                    Je m’aperçois que j’ai oublié dans l’article, de mettre un lien reportage décrivant le retable des frères Van Eyck, « l’Agneau Mystique »C’est corrigé.


                                    • OMAR 19 juillet 23:42

                                      Omar9

                                      .

                                      Bonsoir @Jonas :"Une centaine de militants « Black Lives Matter » abattent la statue du missionnaire catholique Saint Junípero Serra, dans le Golden Gate Park de San Francisco aux USA, le 19 juin 2020.« .

                                      .

                                      Avant tout, veuillez m’excuser de vous avoir confondu dans mon précédent com, avec @jonas, un intervenant célèbre pour son anti-Islam avéré et ostentatoire.

                                      .

                                      Cependant, je trouve normal que vous dénonciez les militants »B.L.M«  comme cité supra, mais surprenant d’éluder le  »Piss Christ« que la justice française a validé comme »oeuvre", alors que la presse dans son ensemble avait qualifié de vandales les croyants qui s’en sont justement offensés par cette horreur.....

                                      https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/les-vandales-du-pisschrist-avignon-condamnes-1494919189


                                      • Jonas Jonas 20 juillet 01:32

                                        @OMAR « Avant tout, veuillez m’excuser de vous avoir confondu dans mon précédent com, avec @jonas, un intervenant célèbre pour son anti-Islam avéré et ostentatoire. »

                                        Je suis anti-islam.

                                        ---------------------------------------
                                        « Cependant, je trouve normal que vous dénonciez les militants »B.L.M«  comme cité supra, mais surprenant d’éluder le  »Piss Christ« que la justice française a validé comme »oeuvre », alors que la presse dans son ensemble avait qualifié de vandales les croyants qui s’en sont justement offensés par cette horreur....."

                                        Toutes les oeuvres d’art contemporain sus-citées sont par définition anti-chrétiennes comme expliqué dans l’article, il y en a des milliers, et pour en faire un inventaire complet, il faudrait écrire plusieurs catalogues.
                                        Les « oeuvres » blasphématoires d’Andres Serrano, dont le Piss Christ fait partie, représentent une manifestation satanique, appelant à la provocation en évoquant le Mal (scènes de torturependaison d’enfantsblasphème contre le clergé catholique, blasphème contre le Christ, etc...).


                                      • OMAR 20 juillet 10:17

                                        Omar9
                                        .
                                        @Jonas : « Je suis anti-Islam »
                                        .
                                        Nul n’est parfait....


                                      • zygzornifle zygzornifle 20 juillet 13:18

                                        Lard contempurin ?

                                        Moi j’aime bien ….


                                        • slave1802 slave1802 20 juillet 13:33

                                          Oh le beau discours fascisant d’un bas du front pas foutu d’élever son niveau de réflexion devant ce qu’il ne comprend pas de prime abord.

                                          Les peintres et les sculpteurs ont été libérés de l’obligation de se conforter au réel par l’invention de la photographie qui les a laissé sur place au niveau du réalisme de la représentation.

                                          Libéré de ce carcan bourgeois, ils ont enfin pu laisser libre court à leur imagination au lieu de se contenter d’être des photocopieurs sur patte.

                                          Et ça, la liberté des artistes, ça emmerde profondément les fachos !

                                          https://i.etsystatic.com/5252131/r/il/b5fd65/847491326/il_794xN.847491326_9l 4v.jpg


                                          • Olivier 20 juillet 14:00

                                            @slave1802
                                            Tout à fait d’accord : la merde d’artiste, rien de tel pour exprimer sa liberté absolue et son sens du progressisme dans l’art.
                                            Ca avec l’urinoir de Duchamp, l’art contemporain a montré son essence profonde...


                                          • Albert123 20 juillet 15:32

                                            @Olivier

                                            Duchamp en était conscient contrairement aux successeurs


                                          • V_Parlier V_Parlier 20 juillet 21:21

                                            @slave1802
                                            Où avez-vous été cherché un pseudo aussi inadapté ?


                                          • xana 20 juillet 23:10

                                            @slave1802
                                            La liberté des artistes, ça emmerde profondément les fachos !
                                            Profondément d’accord.
                                            Ceci dit, il y a de plus en plus de cons pour acheter n’importe quoi, car être plein de fric sans pouvoir le dépenser, ce serait ridicule.
                                            Que des escrocs en profitent, pourquoi pas.
                                            Ca ne fait de mal qu’aux fachos !


                                          • Allexandre 21 juillet 20:51

                                            @slave1802
                                            Les grands mots sont lâchés : « fascisant, niveau de réflexion, carcans bourgeois... »
                                            Dans le genre éculé, vous ne pourriez pas faire mieux.
                                            Si l’on critique les travers de l’ « art contemporain » on doit être des cons, bourrins, regardant TF1 et n’ayant aucun sens de la noblesse de l’Art.
                                            Cela vous rassure sur votre propre personne hors du commun ? En écrivant ces inepties, vous êtes un de ces petits bourgeois se croyant au dessus de tous les autres parce que il feint d’avoir ressenti le message d’un artiste libéré de ses contraintes.
                                            Quoique vous en pensiez, tout ramène à l’argent, et aux enchères pour ceux qui vivent en vase clos, et ont tellement de fric qu’ils ne savent même plus comment le dilapider.
                                            Un artiste contemporain à son cocktail, ça en jette, et tout le monde de sa pâmer devant l’insoutenable légèreté de l’être.

                                            Eh bien je ne suis pas plus con que vous, moins snob à coup sûr, et je préfère l’Art des siècles passés qui avait un sens de la beauté bien plus approfondi. 
                                            Mais la beauté n’est plus dans les oeuvres d’art, mais dans les pubs, à la télé ou au cinéma. Quant à l’art contemporain et la beauté, ce sont deux notions antinomiques


                                          • Olivier 20 juillet 14:26

                                            @Jonas : Magnifique article.

                                            J’ajouterais qu’à mon sens « L’art » contemporain justement n’est pas un art, qui se définit par la volonté de créer la beauté sous toutes ses formes. Il s’agit au contraire d’un anti-art,d’une caricature inversée de l’art véritable. 

                                            « L’art » contemporain n’est pas d’essence constructive, mais destructrice ; il ne s’agit pas de créer mais de détruire les valeurs de l’art véritable. « L’art » contemporain s’assimile plutôt à de la propagande nihiliste et révolutionnaire ayant pris une dimension formelle. Il est l’expression anti-esthétique des forces sataniques du chaos.


                                            • slave1802 slave1802 20 juillet 16:07

                                              @Olivier

                                              L’art contemporain semble agresser le spectateur mais c’est pour mieux le faire réfléchir ou tout au moins réagir.

                                              Dans ce deuxième sens, il fonctionne parfaitement sur toi !

                                              Et merci de laisser tes bondieuseries à l’entrée, tu en met partout, c’est carrément dégelasse !

                                              Fait juste l’effort de te renseigner par exemple sur la bataille d’Hernani, mais il y a fort à parier que tu aurais été du côté des conservateurs...

                                              Quoique servateur, la question se pose...


                                            • zygzornifle zygzornifle 20 juillet 15:26

                                              C’est une forme de liberté d’expression que toutes les « dictatures » et les « nobles pensants » aimeraient éradiquer ... 


                                              • xana 20 juillet 23:03

                                                @zygzornifle
                                                Et c’est justement là qu’on retrouve l’ignoble « jonas ».
                                                Un « religieux » intolérant. Vous recherchiez Torquemada ? Le voici...


                                              • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 20 juillet 16:21

                                                Merci à l’auteur.

                                                Il y a quelques temps, j’ai publié un article pour dénoncer l’escroquerie de l’art dit « con-temporain » https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-art-contemporain-une-escroquerie-207361


                                                Un commentateur l’avais bien défini en quelques mots bien choisis :

                                                ’l’art moderne ce sont des objets sans valeur créés par des gens sans talent et vendus par des gens sans scrupules à des gens sans culture."


                                                • Emohtaryp Emohtaryp 20 juillet 17:52

                                                  @VICTOR Ayoli

                                                  l’art moderne ce sont des objets sans valeur créés par des gens sans talent et vendus par des gens sans scrupules à des gens sans culture."

                                                  _

                                                  Excellent constat !! la seule chose à qui cette merde est utile, c’est à la petite caste des milliardaires oligarchique pouvant par ce biais s’adonner à la fraude, à l’évasion fiscale, et au blanchiment divers et varié.....


                                                • Pierre Régnier Pierre Régnier 20 juillet 18:31

                                                  @VICTOR Ayoli

                                                  Je trouve que, comme Jonas, ce rejet global (sans distinction de « l’art moderne » et de « l’art contemporain ») ne vous ressemble pas. Cependant, dans votre article précédent sur le même sujet, vous avez bien exposé la description de l’escroquerie qui conduit les riches acteurs manipulateurs de « l’art n’importe quoi » à « faire et défaire les artistes » avec l’argent des contribuables.

                                                • pallas 20 juillet 18:32
                                                  Jonas

                                                  Bonsoir,

                                                  Les occidentaux sont chassés d’Afrique.

                                                  Des meurtres racistes envers les femmes et hommes blancs sont clairement exprimés en Europe.

                                                  Seul la loi du plus fort prévaut.

                                                  Le psychopathe, sociopathe, skyzophrene, ont ce point commun d’etre aveugle à leurs environnements, donc devenant des proies.

                                                  Des sales dechets, de merde, bon à etre écrasé

                                                  Des objets sans interets, inutile, des outils pourries.

                                                  Voila la quintessence du nazisme ?

                                                  ha ha ha ha

                                                  Que peut des déficients face à la réalité, voir la haine.

                                                  Absolument rien.

                                                  Orwell n’est qu’un amateur

                                                  ha ha ha ha

                                                  Salut


                                                  • QAmonBra QAmonBra 20 juillet 20:28

                                                    Merci @ l’auteur pour le partage.

                                                    L’art contemporain déchéance de la civilisation européenne ?

                                                    Que nenni ! Seulement un miroir sans fard de l’occident, tel qu’il est devenu en ce XXI siècle de son histoire spirituelle.

                                                    Miroir, miroir suis encore je le plus beau ? . . .


                                                    • xana 20 juillet 22:53

                                                      Voici un article qui me donne envie de mieux connaître l’art contemporain.

                                                      Ce qui scandalise l’infect « jonas » ne peut pas être entièrement mauvais...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jonas

Jonas
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article

Art


Palmarès



Publicité