• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « L’art contemporain » : une escroquerie qui nous coûte cher (...)

« L’art contemporain » : une escroquerie qui nous coûte cher !

Que restera-t-il des réalisations de notre siècle dans deux millénaires ? Quel est l’ouvrage d’art qui sera le Pont du Gard du 21° siècle ? Quel est le Praxitèle, le Michel-Ange de notre temps dont les œuvres sublimeront les spectateurs des musées du 40° siècle ? Quel sera le Lascaux, le Chauvet émergeant de notre temps ? Quelle sera même la trace que laissera notre civilisation dans quelques millénaires ? Rien, nada, que dalle…

S’il est vrai que la plus grande preuve de civilisation réside dans les monuments qu’une société produit et dans leur pérennité, nos descendants n’auront pas grande opinion de nous. Nous ressemblons à des gens qui ont perdu tout désir d’inspirer les autres parce que nous n’avons rien d’inspirant.

Lors de l’effondrement du viaduc Morandi à Gènes, les étranges lucarnes se sont fait l’écho de cette triste réalité en montrant en parallèle au pont effondré notre Pont du Gard, conçu lui aussi par les Italiens de l’époque mais qui, vingt siècles plus tard étonne et enchante toujours tous ceux qui le voient. Les réalisations de béton correspondent à notre siècle du « jetable ». Cette matière, si elle permet la réalisation de bâtiments gigantesques et parfois esthétiques, comme le viaduc de Millau, se dégrade très vite et sa pérennité n’atteint pas le siècle. Il ne restera donc rien de nos réalisations. Rien, nada, que dalle…

Nos Praxitèle et Michel-Ange d’aujourd’hui s’appellent Christo, « l’artiste » qui emballe les monuments ou Jeff Koons, « l’artiste » qui réalise d’énormes estrons qu’il prétend vendre à la mairie de Paris (entre autres pigeons) à des prix astronomiques… Les « artistes » contemporains ont renoncé à toute ambition vers le beau, vers le vrai, vers le sublime pour se contenter de dire à leur public : « Vous voyez, je patauge dans la même merde que vous… ». Que restera-t-il de « l’art contemporain » dans deux millénaires, que dis-je, dans un siècle ? Rien, nada, que dalle…

Le XXe siècle témoigna assurément d’une évolution des ambitions artistiques et des attentes du public. Cela se vit à la façon dont le rapport à l’art changea, le spectateur passant de l’admiration (« J’aimerais pouvoir en faire autant ! ») au dédain assumé (« Un enfant en ferait autant ! ») voire au mépris (« J’en voudrais pas, même dans mes chiottes »). L’ambition technique diminua de manière significative, puis finit par complètement disparaître. L’ambition morale suivit la même trajectoire. On pourrait en rendre Marcel Duchamp et sa sculpture Fontaine (un pissoir) responsables. Mais le fait que la sphère artistique européenne l’ait en grande partie suivi laisse penser que Duchamp, en réalité, n’avait fait qu’ouvrir une voie que d’aucuns souhaitaient depuis longtemps emprunter. Finalement, on n’a que l’Art que l’on mérite.

Mais cet « Art » merdique du parasitisme et de la roublardise, s’il ne produit aucune richesse artistique, génère par contre beaucoup de valeur financière ! N’est-ce pas Pinault ? N’est-ce pas Arnault ?

François Pinault, ce marchand de bois breton a fait fortune de manière pas toujours claire. Ainsi il a eu affaire à la justice pour avoir triché sur les dimensions des planches qu’il vendait ! Il connaît aussi les affres des redressements fiscaux et les douceurs des paradis fiscaux. Puis il se spécialise, comme Tapie, dans le « sauvetage »-pillage des entreprises en difficultés. On l’appelle le « dépouilleur d’épaves ». Puis il grenouille en politique d’abord dans le sillage de Giscard mais aussi Le Chevalier qui sera maire Front national de Toulon. Il continue autour de Chirac, Madelin, Aillagon. Puis Sarko et même Hollande. C’est bon pour les affaires tout çà ! Surtout avec des milliards d’argent public… (lien)

Dès lors plus rien ne lui résiste. Il rachète Le Printemps, La Redoute, la FNAC, le magazine Le Point, etc. Puis il se lance dans le luxe. Avec talent et succès il faut bien le reconnaître. Il possède avec Kering – un nom bien de chez nous - les marques Gucci, Yves Saint-Laurent, Boucheron, Bottega Veneta, Alexander McQueen.

On ne s’enrichit pas ainsi sans démêlés fiscaux. Il profite de l’achat du Point pour ne pas payer l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) grâce à un artifice comptable. Il a aussi utilisé des sociétés écrans situées dans un paradis fiscal des Antilles néerlandaises pour cacher un quart de sa fortune pendant une vingtaine d’années, évitant ainsi d’être assujetti à l’impôt sur le revenu jusqu’en 1997 !

Le marchand de bois s’intéresse aussi à l’art ! Pourquoi pas. C’est un riche collectionneur d’art contemporain qui possède une collection estimée à 1,4 milliard de dollars. Il a pris goût à "l’art" moderne et contemporain à la fin des années 1980. Il constitue dans les années 1990 une importante collection privée d’art contemporain en France. En 1998, il réalise l’acquisition de la maison britannique de ventes aux enchères Christie’s pour 1,2 milliard d’euros (lien).

Dès lors, Pinault fait ou défait les « artistes ». Si le proprio de Christie’s achète une « œuvre » d’un de ces charlots, sa côte monte, enrichissant d’autant celui qui a eu le nez de l’acheter. Pinault est ainsi en position de manipuler le marché de « l’art » contemporain. Et de s’en mettre plein les fouilles. Le marché se fout de la qualité d’une œuvre, ce qui compte c’est sa côte et le bénéfice qu’on peut en attendre. C’est la loi de l’offre et de la demande. Ainsi des merdes entourées de papier doré se vendent des fortunes, ont une valeur, mais reste cependant, au niveau de la richesse artistique des merdes !

Parvenu à ce niveau, il lui faut évidemment une Fondation ! C’est bon ça Coco les fondations. Ça soutient les maisons mais ça permet aussi et surtout de planquer du pognon à l’abri du fisc (merci Fabius !). Et de se donner des airs de mécène généreux, de protecteur éclairé des arts, de bienfaiteur de la culture, de soutien des artistes. D’autant plus que le pognon mis par les pleins de thunes comme Pinault ou Arnault, c’est à 60 % le nôtre puisque les fondations sont exonérées d’impôts dans cette proportion. Ça vous intéresse ? Des officines s’occupent de tout pour vous (lien). Ainsi quand un « mécène » crée un bâtiment à sa gloire (François Pinault investira la Bourse du Commerce à Paris en 2019) près des deux-tiers de la dépense viennent de l’exonération d’impôts… que l’État doit bien aller chercher ailleurs, c’est-à-dire dans nos poches ! C’est le cas de la Fondation Louis Vuitton – du compère ennemi Bernard Arnault – au bois de Boulogne. C’est le cas de toutes les fondations. Les pleins de thunes lancent des « artistes » bidons, spéculent sur des « œuvres » nullissimes et travaillent ainsi pour leur « gloire » avec notre fric.

Ça pourrait s’appeler de l’escroquerie, non ?

 

Sources :

https://www.avocats-picovschi.com/fondation-d-art-un-soutien-artistique-fiscalement-avantageux_article_1003.html

https://www.avocats-picovschi.com/fondation-d-art-un-soutien-artistique-fiscalement-avantageux_article_1003.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Pinault#cite_note-17

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/francois-pinault-derriere-le-207007

 

Photo X - Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • cocobeloeil 3 septembre 11:41

    I restera le chateau de Guedelon, construit en ce moment avec les techniques du Moyen Age.


    • Paul Leleu 4 septembre 01:02

      @cocobeloeil


      Le problème, c’est que ce n’est pas de l’art... recontruire un chateau fort avec des techniques médiévales est certes une initiative fort sympathique, mais ce n’est pas de l’art... 

      Je pense que votre intention est bonne... mais ça me fiche comme un malaise... le « médiéval » draine du monde en France... et le populo y va comme au Parc Astérix (supplément d’âme en plus)... j’en ai vu un paquet d’animations médiévales avec les exposants et les intermittants... Ce n’est pas de l’art... c’est du divertissement populaire. C’est très gentil : il y a les animations pour les enfants, et le saucisson-pinard pour les parents... mais l’art c’est un métier, du travail, des vies, un savoir-faire, des transmissions, des sacrifices, et de l’exigeance. Des gens sont morts pour leur art, faut mesurer ce que ça veut dire... On est dans une société où le mot « art » ne veut plus rien dire. C’est bien tout le problème. 

      C’est comme si dans le domaine sportif vous faisiez la confusion entre une ballade à bicylette (avec Pauleeeette) et le Tour de France avec les pros... ou la différence entre un remède de grand mère et une opération neuro-chirurgicale de haut-niveau... il n’y a plus de respect pour les artistes. Mais ce n’était que le début... car maintenant on ne respecte plus personne.

    • nenecologue nenecologue 4 septembre 11:14


      l’art moderne ce sont des objets sans valeur créés par des gens sans talent et vendus par des gens sans scrupules à des gens sans culture.


    • Disjecta Disjecta 4 septembre 14:35
      Comme artiste « contemporain » (soit au sens strict : « de notre époque »), je songerais à sauver un type comme Jean-Paul Marcheschi. J’étais tombé à la cathédrale de Nantes sur certaines de ses toiles monumentales (notamment Adam et Eve) et, pour être franc, j’ai songé que cela valait bien plus que les gros angelots dodus renaissants ou pseudo-renaissants. L’association entre ses toiles (de très grandes dimensions) et l’architecture gothique était simplement extraordinaire.
      Le peintre Arcabas a aussi fait des choses remarquables, toujours du côté de l’art religieux (entre autres son Hommage à Bernanos). Pour les curieux (et habitant à proximité de Grenoble), l’église Saint Hugues de Chartreuse lui est consacrée.
      Le travail en land art d’Andy Goldsworthy propose lui aussi des œuvres remarquables, souvent éphémères mais parfois destinées à durer (cf. les documentaires Rivers and tides et Leaning into the wind).
      Bon, je lance la liste de ces artistes de notre temps, sur lesquels on tombe parfois, par hasard, au milieu de nulle part quelques fois et qui semblent avoir exactement compris le lieu dans lequel ils ont créé. Des artistes qui ne se laissent pas impressionner par leurs glorieux aînés (pour aboutir à un art pompier) mais les réinventent, se servent de leurs intuitions et créent de nouveaux modes d’expression artistique où le beau a toute sa place.

      Quant à l’art contemporain au sens dégueulasse et pécuniaire du terme, j’abonde évidemment avec l’auteur. Tout ça finira à la décharge ou dans un contre-musée destiné à faire rire les générations futures (mais ce serait déjà faire à un Koons ou un Hirst beaucoup d’honneur).

    • kirios 9 septembre 10:12

      @nenecologue

      "l’art moderne ce sont des objets sans valeur créés par des gens sans talent et vendus par des gens sans scrupules à des gens sans culture.
      je m’en doutai un peu , maintenant j’en suis !
      merci de l’avoir dit !

    • flourens flourens 9 septembre 16:57

      @cocobeloeil
      a Gène ils n’auront certes pas le pont de Gard mais au moins l’équivalent du pont d’Avignon


    • Aurevoiràjamais Aurevoiràjamais 9 septembre 19:51

      @Paul Leleu

      Le pont du Gard cité dans l’article n’est pas une œuvre d’art non plus. C’est un ouvrage, devenu exceptionnel par sa longévité certes, comme beaucoup d’ouvrages de l’antiquité par ailleurs.

      Je pense que les exemples cités dépassent le cadre artistique pour nous prouver que nous vivons

      une époque dominée par la médiocrité.

      La ruée vers le pognon et la créativité ne font pas bon ménage ! 


    • Gasty Gasty 3 septembre 12:18

      A Rennes, sortie gare Sud un artiste payé par la ville nous avait mis sur le parvis des palettes en bois avec des récipients jaune en pastique remplis de terre de chantier. Le but, regarder l’herbe pousser dans les récipients avec une belle pancarte informative sur les motivations de l’auteur de cet art. Je pense qu’un artisan du coin aurait bien été content qu’on l’autorise à vider ses détritus à cet endroit quitte à les mettre sur des palettes et tout ça pour rien et pour le même résultat.

      Monde de merde !


      • Paul Leleu 4 septembre 01:11

        @Gasty


        malheureusement, trop de « commerçants et artisans » ne se comportent pas mieux (en leur domaine) que cet « artiste »... combien d’artisans et commerçants eux-aussi (en leur domaine) fabriquent, diffusent, relayent et vendent de la merde sans états-d’âme ? 

        Combien de centre-villes défigurés par nos commerçants et artisans ? Dont la mafia tient la municipalité... 

        Ceci dit, je suis entièrement d’accord avec vous sur ce tas de détritus subventionnés... 

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 septembre 12:20

        Sujet très complexe. Certaines oeuvres dites contemporaines sont le fruit d’un long travail ou processus et de créativité et de profondeur. Elles se reconnaissent à la patte, le signe. EXEMPLE : MORANDI (pas celui du fameux pont). Il s’agit encore de trier le bon grain de l’ivraie. https://www.google.be/search?q=morandi+peintre&num=20&newwindow=1&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjygs3ozZ7dAhVIYVAKHXIqBwMQ_AUICigB&biw=1280&bih=669.&nbsp ;


        • Ben Schott 3 septembre 14:13

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

           
          Ce peintre figuratif cézannien n’a rien à voir avec l’art contemporain !
           


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 septembre 14:30

          @Ben Schott

          Pour les « populistes » d’une certaine manière si,... Cela ne ressemble pas véritablement à une bouteille en vrai. Grande habituée des brocantes (fini aujourd’hui), j’en ai entendu des : c’est quoi ce machin, ??? Merci, cela m’a valu de faire d’excellentes affaires,..Pour le nazis : KLEE et MAX ERNST, c’était de l’art dégénéré,... Mais les PLUG et autre merdes, j’y vois plutôt une provocation de nature perverse visant à déprimer les humains. Franchement : pourquoi encore se lever chaque matin, alors qu’une telle horreur se vend à des prix monstrueux. Poil de cul de Madonna sur eBay : plus de 500 euros. C’est LA qu’est le problème,....

        • Ben Schott 3 septembre 15:06

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

           
          Vous êtes comme le professeur Rollin, vous avez toujours quelque chose à dire, mais en moins drôle !
           
          Klee et Ernst ne faisaient pas non plus de l’art contemporain.
           


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 septembre 15:09

          @Ben Schott


          Si j’ai bien compris votre définition de l’art contempo« rein ». C’est quand ce n’est plus de l’art mais du cochon,...

        • Ben Schott 3 septembre 16:54

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

           
          Il ne s’agit pas de « ma » définition, mais de celle généralement admise.
           


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 septembre 17:34

          @Ben Schott


          Résumé : quand il n’y a plus rien a transgresser, ni aucun maître dont d’inspirer’, il ne reste plus qu’une seule alternative : me faire passer pour une merde et la transformer en oeuvre de lard. A défaut d’avoir un style, une filiation, le mieux est encore de faire parler de moi. Et comme me le disait une fréquentation : mieux vaut laisse un mauvais souvenir de nous , que rien du tout,.... 

        • Jonas 3 septembre 21:41
          @Mélusine ou la Robe de Saphir. « Certaines oeuvres dites contemporaines sont le fruit d’un long travail ou processus et de créativité et de profondeur. »

          L’art contemporain participe à la destruction de la civilisation occidentale, faire table rase de l’héritage culturel et technique millénaire occidental, du travail minutieux et le travail d’orfèvre qu’il faut à un véritable artiste pour produire une oeuvre d’art, la recherche des matériaux nobles pour une sculpture, les tons des peintures pour une aquarelle, pour une seule cause, la quête de la Beauté de la création Divine.

          C’est l’élite oligarchique (financiers, banquiers, industriels, dirigeants de grandes startup informatiques, directeurs de journaux, etc...) qui dicte au peuple ce qui est art et ce qui ne l’est pas, débilisant les esprits afin d’affirmer une soi-disant suprématie intellectuelle et artistique. L’homme nouveau doit oublier son passé, son héritage culturel et religieux, pour se plier uniquement au consumérisme de la société moderne, effacer en lui la notion de Bien et de Mal, de Beau et de laid.
          Toute représentation humaine dans laquelle il pourrait s’identifier, retrouver ses racines, son patrimoine culturel, doit être bannie. Les statues, sculptures ne sont que de grotesques formes où l’on à peine à reconnaître quoi que ce soit.

          Comme il n’y a plus d’héritage, plus d’Histoire, plus de transmission par les maîtres du passé, l’art contemporain repose essentiellement sur l’attirance pervers afin d’assouvir les instincts les plus puérils : chiens fabriqués avec des ballons gonflables de foire, l’exposition de Jeff Koons au chateau de Versailles est une insulte aux magnifiques pièces de collection qui s’y trouvent, ou les plus vils : pornographie, scènes morbides, mise en oeuvre du caca et du pipi, du sexe, comme le « vagin de la reine », de l’« artiste » Anish Kapoor à Versailles, basés sur la perversion et la provocation, seul moyen d’attirer la curiosité des mécènes.

          La grande « oeuvre » de Jeff Koons, la série « Made in Heaven », a été vendue plusieurs millions de dollars. À vous de juger sur pièces.

          Milo Moiré créée ses toiles en se promenant nue dessus, glisse des oeufs de poule dans son vagin, qu’elle « libère » lorsqu’elle passe sur la toile.

          Joep van Lieshout met en avant dans ses « oeuvres » le sexe, les scènes de tortures macabres et morbides.
          http://www.bestinteriordesigners.eu/ateliervan-lieshout/
          http://www.bestinteriordesigners.eu/ateliervan-lieshout/
          http://zueccaprojects.com/slavecity-by/

          Marcel Duchamp propose un urinoir renversé, qu’il expose comme oeuvre d’art.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 septembre 23:38

          @Jonas


           Je partage à 90 pourcents votre point de vue. Mais l’urinoirde Duchamp cache une oeuvre autre plus complexe et riche. Mais il ’agit bien d’un SYSTEME GLOBALEMENT TOUT A FAIT PERVERS.

        • Jonas 3 septembre 23:47
          @Mélusine ou la Robe de Saphir. « Mais l’urinoir de Duchamp cache une oeuvre autre plus complexe et riche. »

          Qu’est-ce qu’elle a de riche, et en quoi est-ce une oeuvre ?
          Renverser une fontaine pour en faire un urinoir, ou travestir la Mona Lisa en l’affublant de moustaches et intituler le tableau LHOOQ, ce sont des calembours de niveau Groland sur canal+ ou des arts incohérents du XIXème siècle.
          Où se trouvent la beauté de l’oeuvre, et le travail de l’artiste ?

        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 4 septembre 00:06

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Tout à fait . L’urinoir de Duchamp cache mon zob lorsque je pisse dedans .


        • Arogavox 3 septembre 12:50

          Clin d’œil de l’art contemporain auxhabits neufs de l’empereur ?...

            
           Merci de nous dévoiler ce pot aux roses que seuls les petits enfants osent reconnaître du premier coup d’oeil  :
          « Mais cet « Art » merdique du parasitisme et de la roublardise, s’il ne produit aucune richesse artistique, génère par contre beaucoup de valeur financière ! »
          (soumettez à votre moteur de recherche préféré les mots : « art contemporain, merde » ...)

          « Vous voyez, je patauge dans la même merde que vous… ».
          « des merdes entourées de papier doré » .. )

            
           En fait, ce phénomène d’art contemporain, qui accompagne de très près celui de la plutonomie rapporté jadis par Citigroup ( résumé-traduit par :
           « Les riches sont si riches que leur comportement - qu’il s’agisse d’économies négatives ou de très faible consommation de pétrole en pourcentage de leur revenu - dépasse celui du consommateur » moyen ")
           ... résulte du même intérêt économique qu’ont les plus riches à préserver et ’placer’ avantageusement leurs ’avoirs’ : mieux vaut pour eux acheter ou chapeauter la production de ce qui est rare et cher, que de financer des produits industrieux populistes dont le cours de la Bourse est de plus en plus aléatoire. 
           Attendu qu’ils contrôlent maintenant par les deux bouts l’alpha et l’omega de la mode de toutes les productions : celles, populaires du conformisme de masse , autant que celles ’subversives’ de la critique du consumérisme de masse et de l’anti-conformisme ...
           et, attendu qu’il n’existait plus assez de perles comme la Joconde susceptibles à la fois d’éviter toute dévaluation, mais aussi de se bonifier avec le temps ... ils ont créés eux-mêmes les ’artistes’ et leurs merdes prétendument anti-consuméristes à idolâtrer !


          • Arogavox 3 septembre 13:48

            correctif : « ... ils ont créé ... »


          • Sozenz 3 septembre 12:57
            Dès lors, Pinault fait ou défait les « artistes ». Si le proprio de Christie’s achète une « œuvre » d’un de ces charlots, sa côte monte, enrichissant d’autant celui qui a eu le nez de l’acheter. Pinault est ainsi en position de manipuler le marché de « l’art » contemporain.

            c est parace qu il y a des personnes qui acceptent de se laisser manipuler .
             comme à toutes les strates de notre société , si elle est ainsi c est parce qu ’ il y a des personnes qui se laissent manipuler, sont des collabos .
            donc certains n ont pas de scrupule a bouffer sur le dos de cette masse inculte , merdique ( oui , nous avons l art que nous méritons ) , sans gout ( les yeux fermés ) , sans conscience ( âmes mortes ou en le devenir )

            • Sozenz 3 septembre 13:04

              @Sozenz


              une petite caricature .... de blanchiment .

            • Paul Leleu 4 septembre 01:14

              @Sozenz


              les oeuvres d’art en question sont achetés exclusivement par des ultra-riches... ce sont des placements financiers : 

              - diversifier son patrimoine en cas de crise 
              - spéculer à la hausse sur un artiste à la mode 
              - défiscaliser dans certains pays 
              - se donner une contenance culturelle 
              - dominer le monde en imposant ses normes mentales et esthétiques. 

            • Sozenz 4 septembre 14:12

              @Paul Leleu

              pour le diversifier son patrimoine .
              c est comme à la bourse , on peut faire monter ou descendre les enchères comme on veut .
              quansd on achete une croute , cela reste une croute .
              le genie reste , les modes passent ;

            • Michael Gulaputih Michael Gulaputih 3 septembre 13:26

              @ l’auteur


              « Mais cet « Art » merdique du parasitisme et de la roublardise, s’il ne produit aucune richesse artistique, génère par contre beaucoup de valeur financière ! »

              Vous avez absolument raison. Ceci associé à la défiscalisation des oeuvres d’art que vous citez permet à un véritable système bancaire d’exister, système qui échappe à toute ponction fiscale -sous couvert d’art !
              Par exemple :vous voulez transporter 300 millions d’un endroit à un autre. Breaking Bad nous a montré quelle montagne de billet ça représente !
              Avec quelques toiles de Christopher Wool ou de Andy Warhol sous le bras vous passez tous les contrôles de douane de la planète. Puis vous vous présentez chez Daniel Wildenstein dans une de ses galeries d’art qui vous mettra en contact avec un milliardaire désireux « d’investir dans de l’art ».
              Ni vu ni connu.
              Il faut voir ces toiles comme des vrais billets de banques ! que seuls les ultra riches peuvent utiliser. Et comme toute monnaie elle n’a que la valeur qu’on veut lui conférer. Pour l’instant ceux qui mènent la danse ont confiance dans ce nouveau type de banquier tel ce monsieur Wildenstein.

              Si les « oeuvres d’art » étaient taxées comme le patrimoine de base, on verra s’écrouler vite fait ce pseudo marché de l’art et les véritables oeuvres d’art rester seules en lice.


              • Emohtaryp Emohtaryp 3 septembre 13:56

                @Michael Gulaputih

                Il faut voir ces toiles comme des vrais billets de banques ! 

                Exactement ! Tout est dit !

              • V_Parlier V_Parlier 3 septembre 15:03

                @Emohtaryp
                C’est le bitcoin du riche. Encore une autre manière de spéculer, mais en en profitant en plus pour phagocyter l’argent public.


              • mmbbb 3 septembre 18:38

                @V_Parlier L art est défiscalisé depuis J Lang . En France cela permet de faire tourner la lessiveuse a argent. Mais il y a quand des évènements marrants

                https://fr.sputniknews.com/culture/201808191037730935-descent-into-limbo-anish-kapoor-exposition/
                Cette histoire est excellente


              • docdory docdory 3 septembre 13:53

                @Victor Ayoli


                En fait, il y a une pléthore d’artistes de grand talent dans notre monde, mais on ne les retrouve ni dans les galeries d’art, ni à la FIAC, ni parmi les concepteurs de « vagins de la reine » et autres « plugs anaux géants » subventionnés qui ont récemment défrayés la chronique.

                En effet, un jeune qui dessine à la perfection à l’heure actuelle n’a plus aucune chance d’obtenir un diplôme dans les écoles des beaux-arts, qui réservent le plus souvent leurs diplômes à ceux qui savent disserter en long et en large sur leur « démarche » artistique !

                Non, les jeunes artistes de talent voulant faire de leur art leur métier font de la bande dessinée, du dessin animé chez Pixar ou autres, réalisent le graphisme des jeux vidéos, reconstituent pour les documentaires de la BBC les dinosaures et autres animaux du passé, imaginent et dessinent pour le cinéma des vaisseaux spatiaux et autres machines futuristes ( comme Léonard de Vinci créait des machines futuristes pour l’époque ). 

                Tous ces gens resteront pour la plupart méconnus ( sauf les dessinateurs de BD ), mais se défoncent au travail et ont un talent prodigieux. Ce sont d’eux dont l’avenir se souviendra !
                Quelques exemples parmi tant d’autres :

                • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 septembre 15:05

                  @docdory

                  Merci docdory, mais attention tout de même.

                  Dans l’art contemporain (qui se fait aujourd’hui) il n’y a pas que l’arnaque chèrement payée par le contribuable ou l’oeuvre de qualité forcément figurative.

                  Il y a aussi du travail réel et de la qualité dans l’art non figuratif.


                • docdory docdory 3 septembre 17:09

                  @Pierre Régnier


                  Oui, bien sur, j’aimais beaucoup Vasarely, par exemple, dont l’art était non figuratif, mais dont l’œuvre semble maintenant regardée avec condescendance par la critique artistique

                  Les recherches actuelles concernant l’art fractal sont le fait de gens qui sont à la fois artistes et mathématiciens, et représentent ce qu’il y a de plus intéressant actuellement dans l’art non figuratif.

                  Par contre, ce genre d’art non figuratif me paraît totalement nul et inintéressant, donc indigne d’être considéré comme de l’art !

                • Paul Leleu 4 septembre 01:19

                  @docdory

                  les « jeunes artistes » qui vont dans la BD, le ciné et le jeu vidéo sont eux-mêmes des vendus... désolé... c’est de la fausse dissidence, comme le jazz et la social-démocratie... faut pas charrier... ils contribuent à mort à la massification de la culture dominante... 

                  les vrais, les authentiques artistes sont bien souvent pauvres ou précaires, et ne parviennent pas à se prostituer... certains survivent, quelque rares s’en sortent... beaucoup sombrent et certains se suicident ou finissent à l’HP... la réalité est glauque pour eux... 

                • Garibaldi2 4 septembre 01:48
                  @docdory

                  Vasarely a beaucoup produit de cacas, une sorte de Paco Rabanne de la peinture.

                • docdory docdory 4 septembre 13:45

                  @Garibaldi2

                  Peut-être, mais alors dans ce cas, comment qualifier ce genre de choses , ou bien encore pire ça ???

                • Sozenz 4 septembre 15:04

                  @Pierre Régnier

                  Il y a aussi du travail réel et de la qualité dans l’art non figuratif.

                  heureusement ^^

                • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 septembre 15:14

                  @Sozenz

                  C’est dur pour moi d’être ici opposé à docdory, que j’apprécie souvent beaucoup par ailleurs.


                • Garibaldi2 5 septembre 02:08
                  @docdory

                  On ne peut pas apprécier ce genre d’oeuvres abstraites à travers une photo, dans l’abstrait il y a aussi quelques fois une importance de la matière, de son relief, ... qui ont leur importance. C’est comme la photo d’une oeuvre de Soto.


                  ou


                  Ce n’est que quand on est devant la sculpture qu’on se rend compte qu’elle est réellement magique. Ce n’est pas pour rien que les enfants aiment ces oeuvres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

Art


Palmarès