• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Art Gothique - Volet n° 1

L’Art Gothique - Volet n° 1

cathédrale de Reims {JPEG}

 

Les origines de l’appellation.

Le grand peintre Raphael employa pour la première fois le mot « gothique » - gotico - pour désigner un art né en France au XIIe siècle et qui perdurera jusqu’au début du XVIe siècle. Dans l’esprit de Raphaël pétri d’art antique, il ne semblait pas y avoir de préjugé dans cette appellation. Certains historiens attribuent à Georgio Vasari le côté péjoratif donné à cet art, le considérant comme «  barbare ». Pour les Italiens, l’art gothique fut inventé et ramené par les Goth. Ce qui en réalité, n’est fondé sur rien. Il faut dire, qu’autant Raphael que les artistes italiens considéraient l’art antique au-dessus de tout, comme le nec plus ultra de l’Art architectural, pictural et sculpture.

L’art gothique est éminemment français. On parle d’ailleurs plus exactement de « l’art français ». Mais le mot « gothique » est entré dans les usages, depuis, revitalisé par les historiens du XIXe siècle en France.

Quatre siècles d’art gothique ont produit les plus belles cathédrales et de superbes réalisations profanes – de Paris à Bourges, en passant par Laon, Reims, etc. Jusqu’en Flandres, jusqu’en Italie.

L’art gothique va se développer prodigieusement. D’une part la France du XIIe – XIIIe – XIV, XVe siècle est éminemment chrétienne. Il règne un enthousiasme religieux très solidement ancré et tout le monde veut participer à l’élévation des édifices religieux dans le pays, nobles comme roturiers. L’ampleur des frais de construction est surprenante. Personne ne lésine à bourse délier.

Par exemple, selon Viollet-le Duc, l’érection de Notre-Dame-de-Paris aurait coûté 120 millions d’écus tournois. Une telle somme représenterait de nos jours une dépense colossale.

C’est en Ile-de-France que pour la première fois, le système de construction gothique avec choeur et deux travées d’avant-nef, fut expérimenté avec la basilique de Saint-Denis ( de 1127 à 1140).

Il existe deux périodes,

l’art gothique primitif allant de 1150 à 1230,

l’art gothique flamboyant, de 1230 à 1515 environ.

L’art gothique s’est épanoui sous le règne de Philippe-Auguste tout d’abord et prendra fin sous le règne de François 1er.

Philippe-Auguste fut un grand roi propice au développement du pays. L’on verra sous son règne de grandes cités naître, comme Amiens, Laon, Paris. L’établissement des chartes communales vont permettre aux corporations de s’organiser métier par métier. Elles vont rivaliser d’ingéniosité les unes, les autres, pour participer à la construction de telles merveilles.

Avec le développement des corporations, d’une bourgeoisie citadine de plus en plus active, de plus en plus présente dans la vie publique, la direction des travaux qui était l’apanage des ordres monastiques à l’époque romane, passe aux architectes laïques.

De grands noms de constructeurs vont émerger :

Pierre de Montereau,

Jean de Chelles,

Robert de Luzarches,

Jean d’Orbais,

Robert de Courcy.

3 caractéristiques de l’art gothique ressortent :

1/ Il est original, car il n’a subi aucune influence extérieure. C’est une rupture avec le passé. Cet art « créera de toutes pièces, un système merveilleux de construction ».

2/ Il est rationnel, en effet, dans chaque édifice gothique nous trouvons une parfaite combinaison entre la structure et la forme générale de l’édifice : la forme est l’expression rigoureuse de la structure.

Cette rigueur se retrouve dans les façades d’abord, (coupe et plan), dans les grandes rosaces destinées à éclairer largement la nef. Elles servent aussi d’étrésillon apportant à la construction cette inégalable impression de légèreté.

Pour contrebuter la poussée de la voûte de la nef sur les piliers, on invente le système des arcs-boutants. C’est une trouvaille qui relève du génie architectural des constructeurs et qui va considérablement transformer non seulement l’aspect extérieur de l’édifice, mais va assurer sa solidité dans le temps. Les architectes n’ont rien laissé au hasard, ils ne sacrifient rien à la décoration .

L’échelle architecturale.

L’art gothique est rationnel, aussi ce sera la « taille de l’homme » qui servira de mètre-étalon ou « module », en totale rupture avec les canons de l’architecture gréco-romaine qui se servait du rayon de la colonne comme mètre-étalon.

C’est la raison pour laquelle la porte d’une cathédrale n’est pas plus haute que celle d’une église de campagne ce qui est la logique même. 

3/ Il est symbolique.

Les lignes ascendantes s’élançant vers le ciel représentent l’élévation des âmes. Les sculptures rajoutent aussi à toute la symbolique chrétienne.

 

Les méthodes de construction, quelques détails techniques.

Trois éléments de construction dans l'art gothique prédominent.

1/ L’arc brisé.

2/ La voûte sur croisée d’ogives,

3/ L’arc-boutant.

 

L’arc brisé.

Deux segments de cercle le forment, tracés de deux centres différents plus ou moins aigus suivant l’écartement.

La voûte sur croisée d’ogives.

Elle donnera aussi son nom au « style ogival ». C’est une voûte d’arêtes renforcée par deux nervures, « arcs diagonaux » placés sous les arêtes, ainsi la voûte d’arêtes sera formée par la pénétration de deux voûtes en berceau de même diamètre. 4 piliers reçoivent les retombées des diagonaux et les archivoltes, tandis que les deux piliers restants ne reçoivent que les arcs doubleaux.

La construction de voûtes d’arêtes.

Les architectes vont poser des cintres en bois sous les arêtes. Mais ils vont par la suite les rendre permanents en les formant d’arcs de pierre. Ils constitueront les nervures sur lesquelles viendront s’appuyer le remplissage des voûtes à croisées d’ogives.

Le mot « ogive » vient du mot « augere » qui signifie augmenter. Dans ce cas de figure : augmenter la résistance.

Une ossature de voûte sur croisée d’ogives est complexe. Elle se compose de deux arcs diagonaux, deux arcs doubleaux et deux arcs formerets, ou deux arcs formerets et archivoltes.

La rencontre de ces arcs se fera sur une pierre O nommée clef (clef de voûte) qui maintiendra le serrage et en assurera la solidité.

Ne croyons pas qu’une telle réalisation va donner de la lourdeur, bien au contraire, elle va l’alléger par une parfaite répartition des poussées. Chaque voûte sur croisée d’ogive est absolument indépendante et d’une extrême légèreté .

Conséquence : La poussée sera répartie sur les 4 points de retombée.

Si la nef se trouve entre deux bas-côté, les arcs d’encadrement sont appelés des « archivoltes ».

Il existe deux sortes de voûtes sur croisées d’ogives.

Si la nef est sans bas-côtés, les arcs d’encadrement sont des « arcs formerets ».

La voûte sur plan carré comme pour Notre Dame de Paris, Laon, Bourges et Soissons, embrassent les deux travées et les six compartiments dite voûte « sexpartite ». Mais cette voûte présente l’inconvénient de répartir inégalement les charges. L’éclairage aussi s’en ressent. Au fur et à mesure, les architectes bâtisseurs vont remédier à ces inconvénients par un long perfectionnement. Ils vont créer la voûte barlong quadripartite. Elle n’embrassera qu’une travée et n’aura que quatre compartiments. Exemple : la cathédrale de Reims et celle d’Amiens.

L’arc boutant.

Un édifice gothique consiste en un admirable système d’équilibre. Même un profane éloigné de toute technique architecturale ne peut que ressentir à l’œil nu cet équilibre.

L’arc-boutant typique de l’art gothique contrebute les poussées obliques des charges. Les poussées des bas-côtés s’exercent sur le chapiteau de la colonne combattue par la charge du pilier. Cette conjugaison aussi judicieuse que possible de la répartition des charges, a donné véritablement des tels chefs-d’œuvre résistants au temps qui passe. Saluons avec modestie ces prouesses.

Les « tas de charge ».

Dénommée ainsi, la construction en encorbellement par assises horizontales, c’est un artifice qui a permis de diminuer la poussée en réduisant la portée des arcs.

 

.../…

 

Sources : La grammaire des styles – collection dirigée par Henry Martin – paléographe – (1947).

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

65 réactions à cet article    


  • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 10 février 09:19

    Ça manque cruellement d’illustrations !


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 février 09:34

      Bonjour opposition contrôlée,

      Je suis d’accord avec vous, j’ai essayé de les incorporer au texte, mais il semble que cela n’ait pas marché. Dans le volet n° 2, je tenterai à nouveau. 



      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 février 12:50

         
        @Opposition contrôlée. 

        Merci pour le lien.


      • Clocel Clocel 10 février 10:35

        Tout le génie spirituel de l’occident est inscrit dans ces œuvres, son déclin commencera avec le fin du gothique.

        Les cathédrales cachent encore les messages de révolte contre l’Église romaine, bien peu d’initiés savent encore les interpréter.

        Elles sont depuis toujours profanées par le règne de l’argent et du temporel, le summum étant de leur avoir greffé des horloges dans les clochers qui rappellent plus celles de la Bourse et du divin Marché que celles de l’appel à la prière.

        Il restera un gros boulot à faire sur ces chefs-d’œuvre lorsque l’Histoire sera libérée, comprendre comment des êtres appelés à rester frustres, on réussit à s’élever au contact de la matière, comment à leur apogée, ils ont été perverti par le règne de l’argent et de ses serviteurs, plus proche de l’ange déchu que du Christ, comment nous en sommes arrivés là où nous sommes, des êtres pitoyables qui n’acceptent plus la mort, donc la vie...




        • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 février 13:00

          @Clocel

          Bonjour, tout à fait, il s’agit bien de génie spirituel. Sans nier l’apport des autres civilisations, avouons que cette époque de foi a fait émerger un réel esprit de béatitude, où l’expression la plus accomplie s’est manifestée dans la construction des cathédrales, vers plus de beauté, d’intemporalité. Car elles ont su résister au temps, graĉe à l’ingéniosité des bâtisseurs. 
          Comme vous le soulignez c’est le règne de l’argent qui a tout gâché. A partir du XVe siècle, la prédominance de l’argent a infiltré la société civile et religieuse. Du certainement à l’émergence d’une bourgeoisie florissante. A partir du moment où le commerce s’est développé partout en Europe. 
          Comme vous, je regrette le temps où les cloches sonnaient abondamment dans notre pays et tro silencieuses à présent à mon gré. 
          Le côté frustre des populations de cette époque cachaient au contraire une grande élévation de l’âme et surtout... l’enthousiasme. Cet enthousiasme salvateur qu’on feint d’ignorer aujourd’hui.


        • velosolex velosolex 10 février 16:25

          @Nicole Cheverney
          Mais l’argent a été tout autant l’élément constitutionnel de la construction. L’élan spirituel est une chose, mais il a pu à partir du onzième siècle se potentialisé avec la puissance économique, et un le ferment d’optimisme lié.
          L’économie se fait florissante grâce à l’agriculture
          Pendant longtemps un sac de semence ne donne que le double, après culture. Une mauvais année, et c’est la famine. Et tout à coup les La culture en rotation a été rendu possible par l’extension des terres agricoles, les terres amendées deviennent plus riches, les rendement doubles, triplent, portés par des progrès techniques majeurs.
          Le collier de trait, découverte majeure, va permettre de doubler la force de l’animal en portant la traction sur le portail, lui permettant d’’exercer tout son potentiel, alors que les forces s’’exerçaient auparavant sur les flancs. Le paysan va donc pouvoir doubler son travail, s’enrichir, bien se nourrir, et être lui même plus puissant, moins sensible aux maladies. C’est le début d’un cercle vertueux, 
          L’homme n’est plus damné par le travail, la misère, la famine. Il dispose d’argent et de temps libre, et pense davantage à la spiritualité, et au partage, à acheter sa place au ciel. Les cathédrales s’élancent. Une émulation se fait entre elles. C’est à qui élèvera la plus haut clocher. Et plus d’un tombera de sa hauteur...Synergie entre puissance économique et construction est visible aussi en Bretagne au seizième siècle, ce siècle d’or de l’économie bretonne, où l’art baroque explose dans les chapelles, et ou les calvaires rivalisent à quelques kilomètres de distance souvent les uns des autres


        • L'apostilleur L’apostilleur 10 février 16:40

          @velosolex

          ...L’élan spirituel est une chose..." sans laquelle il n’y aurait pas eu les fondements de notre société occidentale. Les édifices n’en sont que le témoignage. 
          Les bretons ont pourtant été récalcitrants, les prédicateurs ont galéré. Il a fallu planter des crois sur les pouls (Point d’eau ) pour les convaincre que les sources n’étaient pas l’oeuvre d’un dieu souterrain. 

          Vous avez raison, après ils se sont rattrapés. 


        • velosolex velosolex 10 février 17:05

          @L’apostilleur
          La Bretagne est une péninsule qui sera pendant longtemps peu visitée par les envahisseurs, romains compris. ( La langue bretonne, non latine, gardera ainsi sa spécifié) Et même les celtes, contrairement à une idée répandue, n’y rentreront guère, mais laisseront néanmoins plus durablement leur empreinte pour la même raison d’inertie. Les gens font beaucoup d’amalgames, et confondent culture des pierres levées, qui reste très mystérieuse, et civilisation celtique, qui elle même n’est pas d’appellation contrôlée. Marais, terres inhospitalières et pauvres, fermées sur l’atlantique qui est à l’époque un cul de sac, contrairement à la méditerranée, la Bretagne restera longtemps protégée des invasions par ces réalités de terrain, pour faire court, même si bien sûr la victoire de César sur les vénètes n’est pas à mépriser.
          Mais madame de sévigné passait par la Loire, souvent, pour aller en Bretagne. Les moines évangélistes sont des saint irlandais ; et les citersiens, les chevaliers hospitaliers et du temple mirent en valeur ces terres peu peuplées, inventant parfois des systèmes originaux comme « la quévaise », https://bit.ly/36XtfN5 dans les monts d’arrée, qui permettaient à des pionniers d ’exploitent des terres et des landes en commun, contre un petit fermage, dans un esprit de valorisation du patrimoine.
          Esprit d’ailleurs qui revient curieusement d’actualité, à notre dame des landes. Alors bien sûr la ferveur réelle de la Bretagne ne pouvait elle aussi qu’incorporer lentement les nouveaux mythes, et jusqu’à une époque très récente, car en Bretagne on célèbre encore davantage les saints dans les pardons que dieu lui même. De beaux pardons, très typiques et bien peu fréquentés par les étrangers au pays, gardent toute leur ferveur, comme celui de saint Herbot, que je pratique chaque année, avec son saint homme ; Saint Herbot fut le guérisseur des bêtes à cornes, et on a longtemps laissé des queue de bovins sur l’autel pour le remercier. Une coutume qui tient dans son originalité sans doute avec les sacrificies des temps anciens
          https://bit.ly/2NbzRAK  Chapelle de saint Herbot
          https://binged.it/3q7eqPG  Allan Mac Donald à Saint Herbot


        • L'apostilleur L’apostilleur 10 février 17:29

          @velosolex
          « ...la Bretagne restera longtemps protégée des invasions... »

          Absolument, l’empire de Charlemagne ne comprenait pas la Bretagne. 

          « ...on célèbre encore davantage les saints dans les pardons que dieu lui même... »

          « C’est bien vrai » Voire les Saints de glace..
          https://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/avec-les-saints-de-glace-l-eglise-224307
           


        • Taverne Taverne 10 février 10:43

          Merci pour cet article utile pour connaître ou réviser les bases.

          Et voici ma modeste participation. Moi, c’est surtout l’Histoire qui m’intéresse...

          Philippe Auguste à lest origines du château d’Angers (Maine-et-Loire)

          Palais comtal puis forteresse royale contre la Bretagne. En 1214, après la bataille de Bouvines et celle de la Roche-aux-Moines, Philippe Auguste confisque l’Anjou à Jean sans Terre et réunit la province au domaine royal, ce qui rapproche ses limites au plus près du duché de Bretagne, lequel défend son autonomie face à un pouvoir royal toujours plus affirmé. Les Bretons parviennent à prendre Angers en 1227 mais en sont rapidement chassés par les troupes de la régente Blanche de Castille et Louis IX. Blanche entame peu de temps après la construction d’une forteresse royale.


          • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 février 13:05

            @Taverne

            Bonjour Taverne et merci pour votre contribution historique. Quant au château d’Angers, mes prochaines contribution aborderont entre autres, l’histoire résumée de ce chateau.
            Quant à la Bretagn, elle e a toujours combattu pour son autonomie culturelle et son indépendance par rapport au pouvoir centralisateur du roi de France. Cela a continué jusqu’à la Révolution avec la chouannerie  à ne pas confondre avec les guerres vendéennes. 


          • L'apostilleur L’apostilleur 10 février 10:54

            « ...Quatre siècles d’art gothique ont produit les plus belles cathédrales... » ou les plus beaux monuments de l’humanité. Même si certains trouveront une compétition possible avec les splendides basilique byzantines ((Saint-Marc Venise, Sainte-Sophie Isrambul...) ou florentines (Santa-Croce...).


            Même si le Régistan (Samarcande), les mosquées Omeyyade à Cordoue ou à Damas mosquée bleue d’Istanbul ... ne laissent pas indifférent. Lorsqu’on a vu tous ces monuments, les oeuvres gothiques n’ont pas d’équivalent.


            Pour illustrer vos propos, un condensé de merveilles avec la Sainte - Chapelle. On s’y assoit et on ne finit jamais de regarder ce qu’il y a à voir.

            https://youtu.be/vNBs_Pxt1GU



            • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 février 13:20

              @L’apostilleur

              Bonjour, On ne peut nier sans mauvaise foi, l’apport de toutes les civilisations en matière de monument exceptionnels. Je parlerai aussi du Palais de l’Halembra pour lequel j’ai ressenti un grand choc émotionnel, de par sa beauté. Mais je n’y ai pas ressenti la plénitude d’une cathédrale comme celle de Reims ou Notre-Dame. 
              Sans pousser de cocorico intempestif, oui, les oeuvres gothiques n’ont pas d’équivalent. On peut alors parler de miracle architectural. Une question : quelle puissance mentale et quelle énergie les a donc poussés à donner à l’humanité toute entière, autant de bonheur et de don de soi ? 

              Merci pour le lien de la Sainte-Chapelle. 


            • L'apostilleur L’apostilleur 10 février 13:50

              @Nicole Cheverney
              « ..On ne peut nier sans mauvaise foi, l’apport de toutes les civilisations en matière de monument exceptionnels... »

              Voilà qui étonne alors que vous écrivez plus haut « .il n’a subi aucune influence extérieure. C’est une rupture avec le passé... » 

              Opinion que je partage à quelques réalisations près (colonnes, matériaux...)


            • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 février 14:12

              @L’apostilleur

              En disant cela je me plaçais dans un contexte général d’apport des autres civilisations. Je mets bien entendu  l’art gothique et les cathédrale  à part. Pourquoi ? C’est ce que j’explique à travers l’article et mes commentaires. 


            • L'apostilleur L’apostilleur 10 février 15:00

              @Nicole Cheverney
              Votre sentiment ne peut être que partagé s’agissant de l’Halambra, merveille qui n’aurait certainement pas vu le jour sous les Almohade islamistes de l’époque. Une chance qu’ils n’aient pas abîmé le somptueux Alcazar (Omeyyade) de Séville .

              « ...quelle puissance mentale et quelle énergie les a donc poussés ... » 

              La réponse pourrait venir de la culture juive imitée par les musulmans. Ils refusent les représentations d’êtres vivants, leurs lieux de culte n’ont donc pas pu développer les compétences artistiques encouragées par les ecclésiastiques catholiques.

              Le contraste avec les autres cultures auraient été moins saisissant s’ils avaient eu les mêmes ouvertures. On aurait probablement trouvé plusieurs reponses à votre question.


            • velosolex velosolex 10 février 16:41

              @L’apostilleur
              Les premières croisades datant de la fin du onzième siècle ne sont sans doute pas pour rien dans l’architecturale flamboyant qui se développe en France.
              De la même façon que les guerres de François en Italie ont inspiré la renaissance.
              Les croisés il faut bien l’admettre étaient des barbares n’ayant vécu qu’à l’ombre de leur place forte. Même si l’art roman bien sûr n’est pas à mépriser, mais est tout de même austère.
              Et leur visite de Constantinople et la révélation de la beauté de sainte sophie, les a sidéré, de même que la finesse des construction ajourées, faisant rentrer la lumière. 


            • cyrus KU-PEU-LA 10 février 17:08

              @velosolex

              ce n’ est pas aussi simple que ca en as l’ air ...

              Les civilisation precurseur batisseuse sont nombreuse , et tres ancienne 
              les romain ( qui avait meme chaufage collectif , eau courante , et assinissement )
              les grec (de grand mathematicien et architecque )
              les egyptien , et des ouvrage monumentaux qu’ on serais bien en peine de refaire avec des moyen moderne ...

              petra en jordanie , joyaux du desert nabateen ...
              On as absolument tord de se croire la premiere civilisation evolué , 
              certaine se sont elevé aussi haut que notre machinisme de 1900 ...
              mais ce sont ecroulé ....

              Toute ces construction antique s’ inspire du travail des ancien batisseur .


            • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 février 17:47

              @velosolex

              Bonjour,
              l’art byzantin s’est répandu en Asie Mineure, en Grèce, dans les Balkans et la Russie, avec les chrétiens d’Orient. Il est à peu près certain que les croisés d’Occident arrivés à Constantinople se sont extasiés sur Ste-Sophie et ont été largement influencés par le style byzantin. 
              En Italie avec plusieurs exemples comme l’église de Ravenne, et la fameuse Eglise de St-Marc à Venise. 
              En France, l’art romain s’est inspiré de l’art byzantin, de l’art gréco-romain. 

              Cependant, l’art byzantin présentait des lourdeurs dans le style et la conception - Ste-Sophie est d’ailleurs assez emblématique de ce style, car batie sur un plan central, elle présente une grande coupole centrale un peu surabaissée de 31 mètres de diamètre qui alourdie l’ensemble qui n’est pas du meilleur effet. C’est la raison pour laquelle les architectes byantins eux-mêmes vont surélever les coupoles sur tambour polygonal, comme la Petite Métropole d’Athènes. 

              Par contre, les entrelacs qu’on trouve très, très souvent dans l’art byzantin est d’origine mésopotamienne. 

              Les architectes de l’art gothique ont-ils voulu se débarrasser de toutes influences de l’art byzantin en rompant avec les codes de construction de l’art roman ? On peut en juger par l’élancement exceptionnel des cathédrales, des lignes fuselées, partout. Si l’art byzantin est majestueux, l’art gothique est aérien, vertigineux. 


            • velosolex velosolex 10 février 18:39

              @Nicole Cheverney
              Vous avez raison, mais il est bien difficile d’être certain des influences. Le monde était bien plus ouvert à l’époque qu’on le pense, et il est certain que les croisades furent un choc pour les deux civilisations. Des exemples d’architecture étonnantes laissent dans l’expectative des spécialistes, comme ce curieux temple de Lanleff, dans les cotes d’Armor, que certains voient comme une réplique d’un temple de Jérusalem  

              Le temple de Lanleff - Lieux Insolites

            • L'apostilleur L’apostilleur 10 février 18:41

              @Velosolex

              Les croisés ont planté d’impressionantes forteresses (Syrie, Jordanie...) sur des promontoires saisissants jusqu’à Jérusalem. Mais pour l’architecture, voyez le Saint-Sépulcre qu’ils ont reconstruit. On n’y va pas pour son esthétique. 


            • velosolex velosolex 10 février 18:56

              @KU-PEU-LA
              En temps que civilisation, on serait plutôt les derniers à s’être éveillés, une fois que l’empire romain s’effondra, nous laissant plusieurs siècles dans la panade, et la régression, si bien que cette fin du monde, donna lieu à l’oubli de techniques que les gaulois possédaient, comme celle de la moissonneuse, une charrue équipée de lames, et que les boeufs poussaient, et dans lesqueis les gerbes de blés tombaient. L’histoire est toujours écrite par les vainqueurs, mais deux mille ans plus tard, on a tendance à garder leurs mythes
              Les civilisations égyptiennes et mésopotamiennes dominaient techniques, arts et écritures, alors qu’on en était encore à la chasse et à la cueillette. Ne parlons pas des civilisations indiennes, et chinoises, qui reprennent peu à peu le rang qu’elles avaient perdues, après le choc de la colonisation,
              Toutefois il serait sans doute une erreur d’apprécier l’importance d’une culture, à ses constructions. Les gaulois comme les indiens d’Amérique, avaient une conception de la culture essentiellement orale, pour des motifs religieux et philosophiques, jaloux des secrets et des transmissions. Les peuples nomades n’accumulent que peu de choses, et sont sans doute davantage en intelligence avec la terre, que ceux qui parfois deviennent mégalomanes, sciant la branche sur laquelle ils sont assis, par leur saccage des ressources. Levi strauss, revint de ses certitudes d’ethnologue ethnocentré et de ses classifications simplistes, entre homme sauvage et homme civilisé, dans ’tristes tropiques’, un livre qui reste précieux et visionnaire


            • cyrus KOU-PEU-LA 10 février 23:31

              @velosolex

              salut velosolex , 

              réveillés et non pas éveillé ...

              la decadence romaine nous laissa dans la panade , mais leur apport de l’ hydraulique emprunter au moyen orient quannat , aqueduc , bassin , as aussi ete un grand progres pour les vile et repartir équitablement l’ eau .

              Les civilisations égyptiennes et mésopotamiennes dominaient techniques, arts et écritures, alors qu’on en était encore à la chasse et à la cueillette. 

              Non je le voit pas comme ca , il y a 10 000 ans , on mettait en place des megalythe comme ceux de stonegenedge avec une ingenieurie qui n’ as rien a envier a celle des zigourat ou des pyramide ...

              ce qui est vrai par contre c’ est que des centre de civilisation cumulait toute ces science , technique , art et ecriture ...ce qui posse bien sur la question de l’ origine de ces connaisance ...

              Arriver a demontrer une socitée évolué mère detoute les autre est une tache assez ardu , mais j’ en suis intimement persuadé .( a tord ou a raison )


            • velosolex velosolex 11 février 10:31

              @KOU-PEU-LA
              Ces post on leur limite. La conversation rendrait plus facile les échanges et les nuances, alors que là le moindre mot semble
              Ces post on leur limite. La conversation rendrait plus facile les échanges et les nuances, alors que là le moindre mot semble faire sens, et qu’une phrase semble définitive. Comme je le disais pour les gaulois, dont la civilisation fut brillante, ou les Hereros, dont Levi strauss fait l’apologie culturelle, bien des civilisations heureuses, ne laissèrent pas de monuments comme les pyramides ou les cathédrales. Les indiens n’avaient pas de système d’écriture mais ils lisaient dans la nature, comme dans un livre ouvert. Il est certain que le croissant fertile fut une sorte de sillicon valley en son temps. Phrase qui pourrait faire polémique. Ce ne sont que des raccourcis qu’il ne faut pas prendre au pied la lettre. A un certain moment de l’histoire, les dynamique sont à l’œuvre, au niveau géographique, social, environnemental, culturel, pour qu’une mutation se produise. S’il faut s’en tenir à la maitrise des techniques en tant que telles, et du rayonnement politique, il est certain que l’europe a pris un retard considérable, sur le moyen orient, la chine et l’inde, quand l’empire romain s’effondre, en raison des liens coloniaux liés Rome. C’est une lente fin du monde. Les aqueducs et les voies romaines ne sont plus entretenues, l’arrivée des barbares entame des siècle de régressions. Beaucoup de facteurs expliquent le lent redressement, qui finira par créer une politique agressive
              Les cathédrales ne sont pas que des temples religieux, elles sont une expression de la puissance, comme Venise fut une vitrine prestigieuse, propre à impressionner les émissaires !...On a beaucoup volé aux chinois avant qu’eux mêmes reviennent nous espionner et nous emprunter les brevets. 


            • cyrus KOU-PEU-LA 11 février 14:40

              @velosolex

              Nous juxtaposons simplement nos point de vue .
              en histoire , en archealogie ou en architecture il n’ y as pas de verité aboslus seulement ce qui fait consensus ...des qu’ une nouvelle preuve arive le paradygme evolu.

              ce n’ est pas une raison non plus pour denigrer les civilisation europeene au profit des autres civilisation qui quand on gratte le vernis ne valent pas mieux ...


            • rogal 10 février 13:33

              L’appellation « gothique » n’est-elle pas surtout péjorative à l’origine ? Ne signifiait-elle pas ’’barbare, de mauvais goût, etc’’ ; un art d’Ostrogoths (et de sapajous !), par opposition à celui des Anciens ?


              • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 février 14:15

                @rogal

                Bonjour, dans mon article je cite Raphael qui a priori n’aurait pas formulé ce terme dans un sens péjoratif. Il était plus nuancé que cela. Mais ce sont les autres artistes italiens qui ne juraient que par l’art antique qui ont donné au mot gothique une signification assez méprisante. 


              • velosolex velosolex 10 février 19:22

                @rogal
                On a souvent tendance à penser que l’art gothique a supplanté l’art roman. En fait les deux conceptions architecturales ont continué à coexisté. Si le gothique se développe essentiellement au nord de la Loire, la Provence et le Languedoc continuent à construire du roman jusqu’au quatorzième siècle. On ne plaindra pas. Si on peut s’extasier devant les grandes cathédrales, on reste fasciné par la beauté des monastères, d’inspirations romanes, et la sérénité qui s’en dégage. Il est certain aussi que ces anciennes terres romaines restent fidèles à une conception architecturale sobre, mais massive.

                A l’exubérance de la construction voulant décrocher le ciel et faire entrer la lumière, les bâtisses romanes ont une conception brute qui les fait s’incorporer parfaitement au paysage.
                Elles possèdent en elles une force et une humilité, peut riche en détails baroques, une qualité propice à la méditation et la prière. Pas qu’un détail et qui a sans doute était au centre de la pensée des bâtisseurs. Quand commence la vanité ?. Ce monde chrétien est bercé des questions théologique de cet ordre. Cela sera t’il accepté par dieu, comme une soumission, ou l’homme se met ils en concurrence ?
                 


              • L'apostilleur L’apostilleur 11 février 10:34

                @velosolex
                « ...On a souvent tendance à penser que l’art gothique a supplanté l’art roman... »

                La basilique du Saint-Sang au coeur de Bruges illustre (au premier degré) votre commentaire. L’ancien édifice roman conservé fait office de soubassement à la basilique. Elle se visite aussi.

                Je partage votre sentiment que provoque les constructions romanes. Un bel exemple, l’abbaye cistercienne du Thoronet.

                Le roman et le gothique témoignent de l’évolution de la réflexion des chrétiens.
                Ceux qui ont été prier dans la Sagrada familia de Barcelone, une nouvelle étape de cette transformation, pourront dire ce qu’ils y ont ressenti.


              • nono le simplet bientot vacciné nono le simplet 11 février 10:43

                @L’apostilleur
                Le roman et le gothique témoignent de l’évolution de la réflexion des chrétiens.

                des architectes surtout ... croisée d’ogives entre autres


              • velosolex velosolex 11 février 10:52

                @L’apostilleur
                J’ai recherché les liens et je ne les a pas trouvés, mais je crois bien me souvenir, est ce Duby ou Le Goff qui en parle, que l’avènement du gothique n’alla pas de soi, au delà des prouesses architecturales, par le fait que bien des théologiens pensèrent que toutes ces arabesques et ces performances pouvaient être une forme de vanité détestable à dieu, peu propice au recueillement et à la prière. 


              • L'apostilleur L’apostilleur 11 février 13:52

                @velosolex
                « ...toutes ces arabesques et ces performances pouvaient être une forme de vanité détestable à dieu... »  
                 A l’évidence les siècles ont entraîné les chrétiens bien loin de la simplicité essentielle de leurs débuts. Ils ont suivi l’évolution des sociétés...

                On peut penser à Luther qui a pu entraîner si facilement autant de chrétiens à protester contre les dépenses somptuaires vaticanes


              • Jonas Jonas 10 février 23:33

                Quand on parle de cathédrales, une des références majeures sur le sujet est la fantastique série de documentaires en 9 épisodes « au temps des cathédrales » de l’historien médiéval Georges Duby, tiré de son ouvrage devenu un classique. Conteur magnifique, il retrace la naissance de ces chef d’oeuvre d’architecture, en relation avec la société de l’époque, et vous transporte à travers le temps : silence des cloîtres et musique médiévale.

                À regarder absolument si vous ne l’avez pas déjà vu.


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 10 février 23:40

                  @Jonas ... Ah ben merci !


                • cyrus KOU-PEU-LA 10 février 23:48

                  @Jonas

                  les cathedrale n’ aurais jamais vu le jours , sans le campagnonage des artisans qui partait au bout du monde apprendre les technique des ancien batisseur ...

                  les FM actuelle n’ en sont qu’ une caricature sordide ...


                • L'apostilleur L’apostilleur 11 février 10:03

                  @Jonas

                  Merci pour le lien. Très intéressant. 


                • velosolex velosolex 11 février 10:36

                  @Jonas
                  Duby, c’est le grand maïtre. En collection « quarto gallimard », il y a ce gros pavé « Feodalité », si je me souviens bien, qui regroupe ces plus grands essais. 


                • cyrus KOU-PEU-LA 10 février 23:57

                  Bonsoir nicole , le mithraisme batissait les temple en forme de grotte artificielle ..

                  http://www.chroniques-souterraines.fr/dossiers/Archeologie/00_Dossiers/mithraeum.pdf

                  On peut peut être y trouver l’ origine des technique de construction des compagnon .voir meme de celle du monde galo romain ...


                  • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 11 février 04:24

                    Une langue devient ce que les gens en font. Arrêtons d’appeler ça gothique et la dénomination rentrera dans l’ordre. Perso je n’aime pas trop ce mot non plus. Avant que je sache ce qu’il voulait dire exactement je pensais à un truc germanique ou scandinave.

                    J’ai toujours été subjugué par la cathédrale de Strasourg, bon d’accord pas très original quand on y est né, mais sa dissymétrie la rend magnifique à mon avis, sans compter la rosace et son fameux « rayon vert » les jours d’équinoxes. Une oeuvre majestueuse, pensée et réfléchie, tout ce que l’on ne connait pas ou plus aujourd’hui. Pour la petite histoire, elle fut aussi un des plus hauts sinon le plus haut bâtiment du monde pendant quelques temps, quant à la deuxième tour, elle ne fut jamais construite par manque d’argent ou alors parce que le terrain ne l’aurait pas supportée, on a jamais trop su en fait.

                    Pour ceux ayant envie de s’immerger dans le passé, je ne peux que conseiller le quartier de la « petite France », puis remontez les quais jusqu’à la place du corbeau, bifurquez à gauche vers la cathédrale, dans ce secteur vous pouvez alors découvrir pleins de petites ruelles pavées aux immeubles anciens mêlant bois et maçonnerie, dépaysement total garanti ! Ca me fait toujours voyager dans le temps et l’on prend conscience que ce lieu a été le théâtre d’une vie autrefois bouillonnante mais désormais révolue, le passé vous pénètre, vous transperce. C’est le seul endroit au monde où j’ai ressenti ceci.

                    Comme dit Marion Sigaut, plus c’est vieux, plus c’est beau. Et nos villes s’étendant inexorablement vers la périphérie sont de plus en plus laides sur leurs pourtours, rien qu’à voir ces oeuvres majestueuses que sont les temples de la nouvelle religion athée, j’ai nommé les centres commerciaux. Je pourrai rajouter les nouvelles construction cubiques dites modernes ! Que l’on soit à Strasbourg, Nouméa ou Cayenne, cubes pour tout le monde ! Le pire, c’est qu’ils payent des architectes pour les faire ces cubes, perso j’y arriverai avec « paint » ! Heureusement, il n’en restera rien et c’est tant mieux !


                    • velosolex velosolex 11 février 10:44

                      @dr.jambon-beurre
                      Pas eu le plaisir de voir cette cathédrale prestigieuse. La première que j’ai vu quand j’étais gamin, c’était Chartres. On l’a voit encore de loin, du fait de cette Beauce très plate. Mais malheureusement maintenant comme vous dites l’arrivée dans une ville est désespérante. Parfois les laideurs cachent l’approche, ce lent émerveillement qui se faisait au voyageur au fil de son approche, comme on pouvait le voir à Saint Jean de Compostelle.
                      C’est tout un sabotage de l’approche qui a été gommé, et que nos ancêtres privilégiaient.
                      D’une façon générale, le chemin, et l’attente de l’objet, ont été gommé, et l’imaginaire qui fonctionnaient avec !


                    • artheslichepèdetologue arthes 11 février 10:57

                      @velosolex

                      De toutes manières il reste la beauté des édifices, mais lorsqu’on y pénètre, c’est comme dans un caveau, toute spiritualité en est retirée, la spiritualité, c’était le vivant qui devait régner dans ces lieux et Dieu que les offices y sont tristes et ennuyeux, bien que j’ai rarement l’occasion d’y assister..
                      Je parle des Eglises et cathédrales de France, bien entendue.


                    • velosolex velosolex 11 février 11:16

                      @arthes
                      Ce ne sont plus que des coquilles vides, jamais si bien entretenues, jamais si peu habitées, autrement que par le passé


                    • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 12 février 03:37

                      @velosolex
                      On l’a voit encore de loin, du fait de cette Beauce très plate.

                      Idem avec la plaine d’Alsace, la cathédrale y trône telle un phare terrestre.

                      Petite cerise sur le gâteau pour ceux qui arriveraient de Saverne par la N4 puis l’A351 qui est pile dans l’axe du monument, parfois nous avons droit à ceci



                      • velosolex velosolex 11 février 11:06

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                        Journal de Manier, arrivant à Compostelle
                        « J’a pris l’avance d’une lieue, pour voir le premier le clocher ; L’ayant aperçu, j’ai jeté mon chapeau en l’air, faisant connaitre à mes camarades qui étaient derrière que je voyais le clocher. Tous, en arrivant à moi, ont avoué que j’étais le roi ! »
                        Laffi et son ami Codici arrivent à leur tour ;" Découvrant la ville nous nous mîmes à genoux, et de joie les larmes montèrent à nos yeux, et nous commençâmes à chanter le Te Deum. Mais après deux ou trois versets nous ne pûmes prononcer davantage une parole


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 février 11:19

                        @velosolex Votre nouvel avatar est-il sorti de l’ALBUM de la PLEIADE (les rouges) ; DE Lewis Caroll ??? smiley


                      • velosolex velosolex 11 février 11:45

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                        C’est que Snoopy sur sa niche en hiver, dans le froid actuel, n’était plus tenable. 

                        Bien que comme girouette de clocher, il aurait été ici fort à propos
                        Il n’y avait plus grand chose au festival de l’avatar quand je suis arrivé, avec mon petit panier !
                        Plus qu’ une photo de Pétain, et celle de ce divin enfant, sorti du révélateur peut être de lewis caroll ou de conan doyle, que Botticelli aurait surement apprécié comme modèle
                        Pétain, non. clairement !
                        D’où vient il, quelle a été sa vie ? Encore une question qui s’ajoute aux autres. 


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 février 11:04

                        L’art gothique est liée à l’alchimie. Les verriers était arrivés a un alchimie qui permis de construire des vitraux d’une qualité exceptionnelle qui laissait rentrer la lumière dans la matrice de la Cathédrale. Les constructeurs de cathédrales étaient souvent l’oeuvres de Nautoniers (qui construisaient des bateau. D’où l’expression de l’arche et de la NEF. ARCHE est l’origine du mon ou OEUF Cosmique. « ovale » vient du latin Ovum qui veut dire œuf. L’art gothique se différencie de l’art roman par son arche qui est brisée... ce qui permet de solidifier l’« oeu »vre. On se demande qui de la poule et l’oeuf est venu le premier. La réponse est là : 

                        Des textes anciens en sanskrit évoquent un « cosmos en forme d’œuf ». Le mot sanskrit est Brahmanda (où Brahman signifie « cosmos » et anda signifie « œuf »). Certains Purana comme le Brahmanda Purana en parlent en détail.

                        Le Rig Veda (RV 10.121) utilise un nom similaire pour la source de l’univers : Hiranyagarbha, qui signifie littéralement le « fœtus doré » ou l’« utérus d’or » (ou « œuf » ou « matrice » d’or). Les Upanishads indiquent que le Hiranyagarbha flotta dans le vide pendant un certain temps puis se brisa en deux moitiés qui formèrent Dyaus Pitar (le Ciel) et Prithvi (la Terre). Ce récit existe dans presque toutes les cultures antiques.


                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 février 11:16

                          L’art gothique est liée à l’alchimie. Les verriers étaient arrivés a une alchimie qui permis de construire des vitraux d’une qualité exceptionnelle qui laissait rentrer la lumière dans la matrice de la Cathédrale. Les constructeurs de cathédrales étaient souvent l’oeuvres de Nautoniers (qui construisaient des bateaux. D’où l’expression de l’arche et de la NEF. ARCHE est l’origine du monde ou OEUF Cosmique. « ovale » vient du latin Ovum qui veut dire œuf. L’art gothique se différencie de l’art roman par son arche qui est brisée... ce qui permet de solidifier l’« oeu »vre. On se demande qui de la poule et l’oeuf est venu le premier. La réponse est là : 

                          Des textes anciens en sanskrit évoquent un « cosmos en forme d’œuf ». Le mot sanskrit est Brahmanda (où Brahman signifie « cosmos » et anda signifie « œuf »). Certains Purana comme le Brahmanda Purana en parlent en détail.

                          Le Rig Veda (RV 10.121) utilise un nom similaire pour la source de l’univers : Hiranyagarbha, qui signifie littéralement le « fœtus doré » ou l’« utérus d’or » (ou « œuf » ou « matrice » d’or). Les Upanishads indiquent que le Hiranyagarbha flotta dans le vide pendant un certain temps puis se brisa en deux moitiés qui formèrent Dyaus Pitar (le Ciel) et Prithvi (la Terre). Ce récit existe dans presque toutes les cultures antiques. L’arc brisé suggère que la femme a été fécondée. L’ART GOTH étant très chargés de fleurs. Et la sainte Flore se fête le 24 novembre, jour du christianisme.


                          • velosolex velosolex 11 février 11:31

                            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                            « Priez pour nous à Compostelle », un livre formidable sur l’histoire des lieux, les pélerins, les archives qu’ils laissent, la dangerosité alors que représentait ce périple, dont la route était au moins aussi importante dans l’esprit que le but en lui même. Un livre précieux par son évocation historique, les notions de salut alors concomitante avec la destinée humaine qui ne pouvait que se concevoir que dans la préparation de la vie d’après
                            J’ai lu dernièrement plusieurs bouquins de Barret et Gurgand, qui écrivirent beaucoup sur le moyen age dans les années 80. Duo d’écrivains assez étonnants, nés et mort la même année, dans la cinquantaine.
                            Leurs écrits s’attachent à ce qu’on peut appeler « la ferveur », croisés, compagnons du devoir, pèlerins. La dimension mystique, dans le sens large a été leur fil rouge, allant traiter aussi l’hérésie, dont on peut faire le parallèle avec daesh, à propos des anabaptistes, qui au seizième siècle, sont des copies conformes, quand ils s’emparent d’une ville comme Mûnster, après avoir pas mal comploté aussi à Strasbourg. Mais les exécution, les viols, les exactions la terreur qu’ils laissent derrière eux semblent récurrents à tous les extrémistes.


                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 février 11:52

                            @velosolex
                             Pour le moment je me penche sur l’énigme de Rennes-le-Chateau. J’attends toujours de lire un livre qui démolit les théorie du complet. Ils ont leur site..J’attends les beaux jour pour aller y faire un tour. 


                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 février 11:33

                            Petite précision. L’art gothique descend de l’Armorique et la Basilique Saint HERMES, semi-gothique de Renaix en Belgique date de 1089 : CRYPTE SAINT-HERMÈS - Renaix 9600 - Kaatsspelplein Église - Cathédrale - Basilique - Chapelle : La crypte de Renaix datée de 1089, dédiée à saint ...Tines, elle est en cours de restauration.


                            • Aristide Aristide 11 février 11:42

                              Peut-être évoquerez vous la question de la polychromie de ces cathédrales gothiques. Si le sujet de la peinture sur les statues et autres ornements semble avoir été réglée, il apparait encore que soit débattue la peinture des façades, des parties planes, ...

                              Notre vision actuelle de ces chefs d’oeuvre me semble déformée par cette absence de couleurs, de nombreuses expériences de restitution des couleurs sur des cathédrales par des projetions laser sont assez ... étonnantes.

                              Chartres, Reims et bien d’autres 


                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 février 11:45

                                En réalité l’art gothique vient de Germanie, s’opposant à Rome. Mais à l’époque de Clovis, né à Tournai, la Belgique se trouvait en NEUSTRIE. Lire le superbe livre de JOHAN DREUE : la cabale Royale. de l’ordre de l’Annonciade au code de Chambord. Hermétisme et processus d’individuation. Il y est question de François 1er et sa rencontre avec Léonard de Vinci. UN pur joyaux.....Il y a cinq cent ans juste. Quand les astres étaient dans la même configuration qu’aujourd’hui : Jupiter Saturne Pluton conjoints en capricorne...PERIODE DE LA RENAISSANCE..


                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 février 13:21

                                  Une chose est certaine Wikipédia a faux. Et si la première basilique gothique était celle de Renaix. Ville crée pas Saint-Amand du bas Poitou (patrie de Mélusine dont on connaît les liens avec HERMES). https://www.ontdekronse.be/fr/la-basilique-saint-hermes. Édifiée à partir du 11e siècle, la basilique Saint-Hermès est essentiellement de style gothique brabançon tardif. Sa tour de 79 mètres comporte un carillon de 49 cloches régulièrement utilisées pour des concerts. Le transept sud abrite l’autel de saint Hermès, avec sa statue de chevalier et son reliquaire. En face se trouve une poutre en bois dotée de crochets en fer, où les pèlerins agressifs étaient jadis enchaînés.


                                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 février 13:23

                                    Rite* : « Les Hermaï sont couronnés, enguirlandés3 et entourés d’offrandes, et on leur consacre des danses* rituelles » (cf. aussi art. Caducée*). Pour les Grecs de l’époque archaïque « Hermès était le fils de Zeus* d’Hyperborée et de Maïa, nymphe d’Arcadie (l’originelle, celle du septième Arc ou septentrion)n , l’aînée des Pléiades filles d’Atlas (Alt-Ase “le vieil Ase”)n et de Pléioné (la navigatrice, mère des Pléiades)n . » Précision : “Hermès a été conçu par eux dans une grotte-source qui était la demeure de Maïa” (cf. les art. Déesse Mère*, Vierge Noire* et Mélusine*) : « Hermès*, né sur le mont Kulléné en Arcadie – c’est à dire sur la cavité (kula) ou sur la montagne ondulante (kuliô) des cieux – était l’Arcadien (…) et le caducée* de Mercure fut par conséquent appelé “la corde arcadienne”… »

                                    http://racines.traditions.free.fr/hermloka/hermloka.pdf


                                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 11 février 13:52

                                      Rassurez-vous les français, au 11ème siècle, la Flandre était vassale des français et à cheval aver la Germanie. Mais le mot GOTH est lui germain. Deux étymologies : GOTH, germain signifiant : AURORE. ET aussi Apparenté au breton goz qui signifie : vieux. Avoir de choisir entre l’aurore et la vieillesse....


                                      • racbel 11 février 20:00

                                        Et les « Gaulois » dans tout cela, j’ai l’impression qu’ils ont disparu de l’histoire pourtant c’est bien eux qui ont occupé une grande partie du territoire que l’on appelle France aujourd’hui.

                                        Pourrions-nous imaginer que ce sont bien eux qui sont à l’origine de ces constructions ? « c’est une question »


                                        • velosolex velosolex 11 février 23:06

                                          @racbel
                                          Plus personne n’ose maintenant dire qu’il descend des gaulois de peur d’être pris pour un réac. C’est comme Jeanne d’arc. Où sont ils passés ? Mais qui étaient les ancêtres des gaulois ?...Evidemment, beaucoup d’entre eux étaient déjà là à l’époque des pierres levées. La Bretagne en tout cas est bien la terre de naissance de cette civilisation qui s’est dispersée de l’Espagne à Stonehenge, les plus vieux monuments ayant été daté en Armorique. 


                                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 février 23:19

                                          @velosolex . Humm...


                                        • velosolex velosolex 12 février 00:22

                                          @Aita Pea Pea 
                                          https://bit.ly/3pjLxig

                                          Les dolmens bretons auraient inspiré le site mégalithique de ...




                                        • velosolex velosolex 12 février 00:25

                                          @velosolex
                                          extrait ;  

                                          Selon une étude publiée dans une revue scientifique américaine, les dolmens bretons ont inspiré les plus grands sites mégalithiques dont Stonehenge. Ce sont les marins qui auraient propagé cette culture préhistorique.

                                          Stonehenge cache de moins en moins de mystères. Une étude parue le 11 février dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS) estime que les différents sites mégalithiques européens, pierres alignées selon une croyance néolithique, dont Stonehenge sont inspirés du nord-ouest de la France (Bretagne). Bettina Schulz Paulsson, archéologue à l’université de Göteborg en Suède, a passé au crible des données de datation de 2 410 sites antiques européens afin de reconstituer une chronologie historique. Les dates ont été estimées grâce à des analyses d’outils, de coutumes funéraires et de restes humains enfouis sur différents sites.

                                          En Bretagne, les dolmens tels que les alignements de Carnac, ont ainsi été datés de 4 700 avant notre ère, lorsque la région était habitée par des chasseurs-cueilleurs. « Les gravures sur les pierres dressées de la région représentent des cachalots et d’autres formes de vie marine, ce qui suggère que ces bâtisseurs étaient peut-être aussi des marins » explique la chercheuse au site internet Science. Une information importante pour la suite.


                                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 février 10:52

                                          Faites attention à ce qui est écrit sur internet et lisez plusieurs versions pour vous faire une idée précise. Le christianisme se serait implanté en France avec Charlemagne (je dirais personnellement le catholicisme). Et pourtant tout démontre qu’il l’était déjà au temps de Clovis. Il s’agissait de deux version différentes du christianisme, celle plus gnostique et celle de Rome. LE HOHENSTOFFEN (STUPOR MUNDI) ’dont s’inspire Macron pour sa gouvernance). Lire les deux excellents livres de KANTOROWICZ dont les deux corps du Roi. Le HOHENSTAUFFEN descendait de Barberousse (la Germanie). IL croyait fermement à l’astrologie et prenait ses décision en fonction des astres. Il était opposé à Rome. C’était un personnage haut en couleur ne se déplaçant pas sans sa suite animalière : Girafes, éléphants... Loin du germain austère. Plus proche de Byzance....Le troisième prénom de Macron est Frédéric...(étymologie, paix et puissant). Pour ceux que l’histoire de Frédéric de souabe intéresse ; https://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Ier_de_Souabe. Superbe expo sur l’art Mérovingien en Belgique. Loin d’être les barbares que l’on décrivait. Relevons que rosicruciens et illuminatis viennent tous d’Allemagne : BAVIERE et TUBINGEN...


                                          • Copain 12 février 11:57

                                            Si pour éprouver leur vertu je permets que les hommes soient tentés par les démons,
                                            leur volonté bien affermie en moi ceux-là savent bien leur résister
                                            en s’humiliant, en se jugeant indignes de la paix et de la quiétude d’esprit
                                            mais digne de ce tourment. C’est pourquoi ils passent, remplis de joie
                                            et de connaissance, sans déprouver aucune affliction.

                                            Si leurs tourments leur viennent d’autre hommes, de la maladie, de la pauvreté, des revers, de la mort
                                            de leurs enfants ou de tout autre personne particulièrement aimée
                                            (et voilà les ronces que la terre produit depuis le péché)
                                            ils les supportent à la lumière de la raison et de la foi. Ceux-là ne voient que moi,
                                            souveraine bonté qui ne peut vouloir que le bien et qui pour leur bien leur concède ces épreuves,
                                            par amour et non par haine.

                                            Dès qu’ils ont vu cet amour en moi et qu’en regardant en eux-mêmes ils viennent à connaitre leurs défauts,
                                            ils voient avec la lumière de la foi que le bien doit être récompensé et la faute punie.
                                            La moindre faute ils la voient passible d’un châtiment infini,
                                            puisqu’elle est contre moi, bien infini. Ils considèrent donc comme une grâce que je les châtie
                                            pendant cette vie, pendant ce temps fini. C’est ainsi qu’ils s’acquittent de leurs péchés, par le regret,
                                            qu’ils acquièrent des mérites par leur parfaite patience et leurs souffrances sont récompensées
                                            par un bien infini.

                                            Ils connaissent enfin que toute souffrance en cette vie est bien petite à cause
                                            de la petitesse du temps.
                                            Le temps est une pointe d’aiguille, rien de plus. Le temps est-il passé ?.
                                            La souffrance est passée. Tu vois donc qu’elle est bien petite.
                                            Ceux-là supportent avec patience. Ils passent sur les ronces sans leur cœur
                                            soit blessé, parce que leur cœur ils l’ont arraché de leur poitrine en même temps
                                            que leur sensualité : ils ont voulu n’en faire qu’un avec le mien par désir d’amour.
                                            Il est donc bien vrai que ceux-là goutent déjà la vie éternelle, puisqu’ils en reçoivent
                                            les arrhes en cette vie. Dans l’eau ils ne se mouillent pas, sur les ronces ils ne se déchirent pas car,
                                            je te l’ai dit, ils m’on connu, moi, le bien suprême, ils l’ont cherché
                                            là ou il se trouve : dans le verbe, mon fils unique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité