• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’attitude positive est-elle synonyme de Culcul la praline (...)

L’attitude positive est-elle synonyme de Culcul la praline ?

Voir en ce monde, aussi, ce qu'il a de plus beau ; admirer le génie humain de ce qu'il a de plus ambitieux ; croire que les autres peuvent tous apporter quelque chose de constructif à la communauté, est-ce que cela fait de moi un gauchiste, un hurluberlu, voire une sorte de hippie des temps modernes ? Pire encore, un utopiste ?

Le positif n'est pas synonyme de niaiserie, qu'on se le dise !

Après avoir navigué toute ma vie dans les eaux tortueuses de la vie dans ce qu'elle avait de plus sombre et de plus incompréhensible, j'ai décidé d'en sortir et de porter mon regard sur ce qu'elle avait de plus beau et de plus magique. Après plusieurs années à étudier le monde et ses coulisses remplis de mystères occultes, de corruptions, de mensonges ; après m'être littéralement plombé le moral en constatant la toute-puissance et la démoralisation totale du monde bancaire ; je me suis rendu compte d'une chose, mais essentielle, la dépression est finalement la maladie la plus répandue dans le monde et a déjà presque contaminé l'humanité tout entière.

Sournoise, elle s’immisce lentement dans les esprits, sème le trouble, et petit à petit, elle détruit l'essentiel pour tout être en quête d'accomplissement : l'espoir. Mais, tout ceci a une origine, ayant moi-même entretenu et répandu cette ambiance nauséabonde, par le biais d'articles et autres vidéos, ou tout simplement en discourant auprès de mes semblables sur internet et dans ce monde d'atomes, j'ai finalement compris que faire circuler sans cesse ce que le monde a de plus abject, a des répercussions considérables sur le moral des gens, et la traduction de cet intérieur fané, c'est le monde qui nous entoure.

J'ai déjà crié, hurlé, chuchoté, nombre de fois par le passé, que nous avions le gouvernement, et en prolongement, le monde que nous méritions, car nous avons une part de responsabilité importante dans la déliquescence mondialisée telle que nous la vivons. Le manque d'implication politique nous laisse totalement en dehors des décisions politiques, qu'elles soient locales ou d'importance nationale. Notre attitude consumériste, ou encore tout simplement notre passivité latente, ont conduit les élites à devenir si puissantes, qu'elles peuvent presque sans vergogne, cribler les oppositions manifestantes à coup d'armes anti-émeutes.

Mais, si nous en sommes là, c'est aussi, et il faut le dire, parce que nous avons été programmés (éduqués), pour rester au bas de l'échelle, ignorants de ce qui se passe au plus haut niveau de l’État, incapable d'entreprendre quoi que ce soit. C'est l'esclave qui reproche à l'esclave de ne pas être esclave ! Nous sommes tellement bien conditionnés que le fait de ne pas vouloir de travail salarié vous fait passer pour un fou, si vous n'avez pas vous-mêmes d'employés. Nous sommes tellement bien formatés que si vous refusez de voter, il y aura un autre esclave qui viendra vous dire que vous n'avez plus votre mot à dire. Nous sommes tellement abreuvés de mauvaises nouvelles, que tout finit par nous paraître banal, même quand il s'agit des crimes les plus horribles.

Nous avons beau nous déclarer éveillés, alertés, peu importe, je me rends compte que cela ne suffit pourtant pas à sortir complètement de nos illusions. En effet, nous avons malgré tout tendance à reproduire les mêmes erreurs, à tel point que même lorsque nous nous rebellons, nous légitimons le pouvoir en place. En effet, que faisons-nous d'autres en manifestant, que de « quémander » un meilleur avenir au pouvoir en place ? Lorsque nous demandons le RIC, nous demandons aux politiques de nous demander nos avis, mais ce faisant, nous confortons leur pouvoir. Quand nous demandons une baisse du prix du gazole, ou un référendum sur ADP, nous admettons tacitement qu' « ils » conservent le pouvoir. En démocratie nous dirons : ne vendez pas ADP, et on décide de ci ou de ça, et point barre ! Mais nous sommes loin de cela, néanmoins, prenons conscience d'une chose, la plupart des gens vont voter sans avoir pris le temps de lire quoi que ce soit, ou d'essayer d'en apprendre plus sur le candidat pour lequel ils ont l'intention de voter. Souvent, ils votent parce qu' « il » est jeune, parce qu' « il » est nouveau, ou pire : par défaut. Alors avant d'en arriver à ce que ces mêmes gens prennent le temps de réfléchir à la législation pour rédiger les lois par eux-mêmes, il va y avoir un sacré travail de rééducation !

Ceci dit, qu'est-ce que le positivisme vient faire là-dedans ? Eh bien, pour faire simple, disons que si le cœur du problème est l'ambiance morose qui se transmet de génération en génération, alors la première chose à faire, est de revenir à une vision de la vie, beaucoup plus heureuse. Et non, cela n'a rien ni de simpliste, ni de stupide, c'est même, je dirais, de la logique pure. À force de se ressasser les mauvaises nouvelles et de se persuader les uns les autres que tout va forcément très mal finir, nous cultivons l'habitude de voir les choses négativement, et cela se ressent autour de nous. Et plus nous sommes dans cette attitude, et plus l'ambiance devient délétère, nauséabonde. Il n'y a rien d'ésotérique là-dedans, simplement, dans un mauvais état d'esprit général, tout ne peut qu'aller de travers. Notre attitude reflète notre vision du monde, nous nous chamaillons sans cesse alors que nous devrions faire corps.

Néanmoins, cette dépression collégiale entraîne un phénomène que je prends de plein fouet, être trop positif finit par « surprendre » un certain entourage, jusqu'à semer le doute sur vos raisons profondes. Comme une sorte de marginal. Comme si positiver était la conséquence d'une vision du monde naïve, où tout le monde pourrait vivre en harmonie. Un doux rêve, un beau rêve, mais je ne suis pas encore tombé dans un idéal utopiste digne de mes plus grandes idées de jeunesses. Je prône une sortie de l'Union européenne, le respect des peuples et des cultures, surtout si nous sommes radicalement différents. Je suis monarchiste, et j'entends que soient rétablis d'urgence un certain nombre de principes moraux, et que soit remis en valeur le travail, le vrai, pas celui qui consiste à donner sa vie pour 7,80 de l'heure avant impôt, le travail qui permet à l'homme de s'accomplir. Je ne prône pas un monde de pâquerettes dans les cheveux et dans lequel nous passerions notre temps à contempler les étoiles en fumant ce que mère nature à de plus hallucinogène.

Le positivisme n'a rien d'une idéologie, et encore moins politique. Le positivisme peut s’accommoder de chaque vision du monde. Selon la doxa, je serais même plutôt de droite (même si je me considère moi-même comme un vrai centriste). Le positivisme, c'est simplement un état d'esprit, ne pas considérer que tout va mal, mais entrevoir que tout va aller mieux. Le positivisme, c'est au contraire face à une tâche ardue, de se dire qu'elle n'est pas hors de portée, que l'on peut y arriver, que l'on va y arriver. Le positivisme c'est voir les épreuves de la vie comme une chance pour progresser et être plus fort. Le positivisme ce n'est pas voir des champs de coquelicots partout, mais c'est se persuader que l'on va les faire fleurir. Il n'y a rien de niais à se mettre dans un état d'esprit où nous n'acceptons plus l'échec comme le symbole de notre médiocrité, mais comme une étape vers notre future réussite.

Nous avons déjà perdu trop de temps à nous plaindre, à ne rien faire, ou pire à demander à des gouvernants de faire pour nous. Sortons ensemble de la dépression collective, levons-nous le matin avec le sourire et l'insaisissable envie de tout changer pour nous et pour tout le monde. Croyons en nous.

Mettons en avant un peu de positif.

Les jardins ouvriers de l'abbé Jules Lemire, auraient de quoi être fier de certaines initiatives actuelles. Les incroyables comestibles, lancés en Angleterre, cette initiative de jardins partagés et en train de conquérir le monde :

« Les Incroyables Comestibles se présentent comme le mouvement de la co-création joyeuse de l’abondance partagée. Il s’adresse aux « gens ordinaires », simples citoyens du monde, désireux de faire leur part dans la construction d’un nouveau monde, un monde qui prend soin de l’humain, qui prend soin de la planète, et qui veille à la juste et équitable répartition des ressources. Il s’adresse à celles et ceux qui veulent être eux-mêmes/elles-mêmes le changement qu’ils/elles souhaitent voir dans le monde. »

http://lesincroyablescomestibles.fr/qui-sommes-nous/

https://jardinage.lemonde.fr/dossier-45-jardins-ouvriers.html

Le site, « les bonnes nouvelles du jour » qui va dans le bon sens, avec bon sens !

« Ce blog fait circuler des bonnes nouvelles...

Pourquoi ?
Parce qu'avec la multiplication des sources d'information, d'internet aux chaînes d'info continue, nous sommes à longueur de journée, inondés de mauvaises nouvelles. Résultat de ces mauvaises nouvelles : le lecteur ou l'auditeur peut déprimer en croyant que tout va mal... » 

https://www.bonnesnouvellesdujour.fr/Ce-blog-fait-circuler-de-bonnes-nouvelles—suite_a6.html

Dans le même genre, le site lesgoodnews :

https://www.lesgoodnews.fr/

Ce site est une mine d'or de bonnes idées, actions, comme notamment cette initiative de l'association « l'habitat des possibles », qui se résume ainsi :

« Chaque habitat des possibles combine plusieurs espaces de deux principaux types. Un espace privatif permet au résident de conserver ses meubles, son propre espace de vie, sa décoration et une salle de bains. Ainsi, la personne âgée peut conserver ses habitudes. Des espaces communs comme la cuisine, le salon ou le jardin permettent de mettre en œuvre le vivre ensemble et l’entraide entre résidents. Chaque habitat des possibles est prévu pour y accueillir entre cinq et dix personnes. Cela a pour effet de maintenir un lieu de vie à taille humaine. Il se veut, intrinsèquement, adapté aux personnes âgées en répondant jusqu’à un certain niveau d’autonomie. »

https://www.lesgoodnews.fr/2019/08/19/habitats-des-possibles-domicile-partage-intergenerationnel/

Cet autre projet « villages vivants » met au point une stratégie solidaire pour redynamiser les centres de petites bourgades, alors si vous avez vous-mêmes un projet en tête, que vous êtes prêt à faire le pari de faire revivre les campagnes, et que vous êtes à la recherche d'un local, renseignement ici :

https://www.lesgoodnews.fr/2019/05/10/villages-vivants-foncierement-au-coeur-des-petites-villes-et-villages/

En matière de coopération, d'autres initiatives se développent, comme les supermarchés solidaires :

https://www.lesgoodnews.fr/2018/11/24/la-cagette-la-cooperation-a-super-marche/

La plateforme « Kohero » est un réseau social d'initiatives locales :

« Les co-fondateurs de Kohero, Pauline Billet et Philippe Méli, ont fait ce constat du manque d’implication des citoyens et d’un besoin de plus de démocratie locale. Ils souhaitent recréer du lien social entre acteurs d’un même territoire avec pour objectif principal la transition écologique ? et sociale. Ainsi, la création de la plateforme web Kohero leur est apparue comme une solution pour provoquer une émulation citoyenne. L’équipe basée dans la région lyonnaise vise un large public pour mettre en lien tous ceux qui veulent changer les choses. »

https://www.lesgoodnews.fr/2018/09/16/kohero-un-reseau-social-dinitiatives-locales/

Le monde aussi bouge, en Inde et ailleurs, des femmes sont formées et installent des panneaux solaires dans les villages :

https://www.lesgoodnews.fr/2012/03/29/gn-des-femmes-intouchables-aux-idees-lumineuses/

Open Food Facts, un projet et une application pour s'informer sur les qualités d'un aliment avant d'acheter :

« le projet collaboratif Open Food Facts vise à harmoniser l’information nutritionnelle des produits alimentaires en la mettant à disposition du grand public, librement et gratuitement. »

https://www.lesgoodnews.fr/2016/12/17/open-food-facts-la-base-alimentaire/

Retrouvez-en beaucoup d'autres sur : « lesgoodnews.fr »

Une autre bonne nouvelle, la plus grande centrale solaire flottante d'Europe a été installée dans le Vaucluse :

« Le producteur d’énergie renouvelable Akuo fournit près de 4500 foyers, grâce à cette nouvelle centrale de 47.000 panneaux solaires construite sur un lac artificiel »

https://www.20minutes.fr/planete/2631551-20191019-vaucluse-plus-grande-centrale-solaire-flottante-europe-pose-ancre-piolenc

Une bonne innovation, cette roue de vélo électrique qui vous permet de transformer n'importe quel vélo, en vélo électrique en trente secondes ! Elle vaut ses 700 euros sachant qu'un vélo électrique coûte environ 1000 euros pour les premiers prix, et gageons qu'avec le temps, les technologies vont s'améliorer, les premières occasions arriveront sur le marché et il sera possible d'en trouver pour moins chère :

Et pour se remotiver, un petit reportage sur Marion Alexandre, à seulement 22 ans, elle est éleveuse en Saône-et-Loire, et elle gère sa ferme toute seule !

Le monde va bien aussi, c'est une simple question de regard.

Blog : http://chroniques-humaines.over-blog.com/

Tipeee : https://fr.tipeee.com/chroniques-humaines-club

Discord : https://discord.gg/WC5a2eK

Chroniques-Humaines Club : https://www.youtube.com/channel/UCKpctdrmDm3ZkCzveO5v3nw

Chroniques-Humaines Vlog : https://www.youtube.com/channel/UC4jXISuNBdlbN7Pv6QJcwBw?view_as=subscriber

Agoravox : https://www.agoravox.fr/auteur/chroniqueshumaines

Facebook page : https://www.facebook.com/Chroniques-Humaines-104347867640221/?modal=admin_todo_tour

Facebook groupe : https://www.facebook.com/groups/420189118633096/

Twitter : https://twitter.com/ChroniquesH


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 26 octobre 19:30

    La méthode Coué est une méthode fondée sur l’autosuggestion et l’autohypnose, due au psychologue et pharmacien français Émile Coué de la Châtaigneraie (1857-1926).

    Elle utilise la répétition de prophéties autoréalisatrices, censée entraîner l’adhésion du sujet aux idées positives qu’il s’impose et ainsi un mieux-être psychologique ou physique. Elle se veut autant préventive que curative.


    • kimonovert 27 octobre 08:00

      @Séraphin Lampion

      Non ! La méthode Coué c’est cette déclaration de David Cormand, secrétaire national des Verts : « Nous avons le vent pour nous. Les gens veulent d’avantage d’écologie, donc ils finiront par voter écologiste. »


    • Raymond75 27 octobre 08:58

      L’attitude positive est culcul la praline quand elle est le fait de gens privilégiés, sans soucis matériels, qui donnent des leçons à la populace qui est contrainte à la débrouille, de plus en plus mal.

      C’est ce qui caractérise le plus souvent l’attitude des écologistes français, donneurs de leçons, culpabilisateurs, mais très éloignés des réalités matérielles et sociales.

      Les Gilets Jaunes ont fait, à leurs début, un petit rappel à la réalité.


      • kimonovert 27 octobre 09:18

        @Raymond75 Oui, en partie car l’écologie appliquée, outre cet appel à « s’en passer », remet en cause des choix qui ont néanmoins l’avantage de subir la loi de l’organisation des productions pour en abaisser les coûts...Ainsi, manger bio c’est bien beau, mais comme c’était une niche et que par l’effet d’aubaine actuel, les coûts ont augmenté et qu’ils vont sûrement rester élevés...on va avancer très lentement ! Le « bio » n’est qu’un exemple et déjà voir l’état d’esprit des paysans...La transition ne sera pas un long fleuve tranquille !


      • exol 27 octobre 09:52

        Ben va t’en falloir du positivisme sur ce site , quand tu déclares que tu es royaliste et de centre droit , toute la fachosphère et la gauchiasserie vont te descendre sur le dos.


        • Loatse Loatse 27 octobre 12:38

          Bonjour,

          Je crois enfin je suis persuadée que l’homme contemporain va mal parcequ’il n’est plus en contact avec la nature...et ce, quelque soit l’actualité et la dose de négativisme qu’il recoit ou que parfois il émet lui même (personne n’est parfait)

          Evidemment, le contact avec la nature c’est gratuit (hormis les frais de déplacements pour les citadins)... ca ne rentre pas dans le pib, mais c’est comme cela que l’on tient loin de soi la dépression et qu’on résiste à celle ambiante.

          Il s’y passe un phénomène étrange... au bout de 20 minutes de marche parfois plus (si ca hurle dans votre tête), les idées noires, les ruminations décrochent une à une.... la cohérence cardiaque se produit sans que vous la recherchiez : des images fugaces sous forme de flashs se forment à contenu émotionnel positif (une scène heureuse d’enfance ou de vie d’adulte)..

          Rapidement, vous vous dépouillez de tout de ce que vous êtes. Votre statut social, votre apparence, vos opinions politiques, rien ne compte plus que ce ressenti d’être relié avec le tout.. (ces vieilles pierres, ces fleurs, ce ruisseau qui chante et ces oiseaux insouciants qui roucoulent), votre PH acidifié par le stress et la malbouffe s’alcalinise, vous protégeant de certaines pathologies qui prolifèrent en milieu acide.

          plus on marche de préférence dans une forêt ou à travers champs, plus les bienfaits physiques et psychiques s’inscrivent dans la durée... et moins les épreuves de la vie vous abattent, et plus (et c’est cela qui est merveilleux) vous pouvez transmettre autour de vous votre joie de vivre retrouvée... évidemment en cas de fort négativisme ambiant il vous faut vous recharger pour ne pas perdre ces acquis et plonger avec les autres.

          L’homme n’est pas fait pour vivre dans du béton, dans un univers lui même bétonné, pas à échelle humaine et H24 devant un écran, même si c’est un lieu de partage et de culture précieux, il y a un temps pour tout.

          Réinventer des modèles de vie en société comme votre habitat des possibles, est une bonne chose enfin tout ce que va dans le sens des petites structures de vie dans un environnement harmonieux mais pas artificiel participera au bien être de notre société future.

          Un roi ? avec perruque, dentelles, carrosse, toussa ? pourquoi pas, on le fera résider à Versailles, avec des gardes en fanfreluches devant le portail, ca fera rentrer des devises en sus des médiévales..


          • JC_Lavau JC_Lavau 27 octobre 13:25

            @Loatse. Mhouais... J’ai la grande faiblesse que les choses ne m’intéressent que dans le partage. Aussi mes dernières sorties en montagne se sont-elles raréfiées : depuis 2011 elles ne peuvent se produire qu’en solitaire (à une exception près, décembre 2016, sans photographies) : 
            http://citoyens.deontolog.org/index.php/topic,2156.0.html
            http://citoyens.deontolog.org/index.php/topic,1902.msg5152.html#msg5152
             
            Et quand je partage ? Il m’est ensuite reproché de l’avoir emmenée « Sur un vélo de merde, par des chemins de merde, voir des oiseaux de merde sur des lacs de merde ». Fin de citation.
             
            Pas d’autres photos en ligne des dits derniers oiseaux et taurillons : je suis coincé par une panne informatique, qui m’a confisqué cinq ans de courriels, et plein de liens et mots de passe FTP. Quant au héron pourpré, je n’avais pas pris le matériel nécessaire pour le photographier au téléobjectif, ça n’aurait pas tenu sur le vélo.


          • picpic 28 octobre 12:07

            On voit le monde tel que l’on est...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès