• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’autopsie du dialogue politique national en RDC

L’autopsie du dialogue politique national en RDC

Au regard de l’incertitude politique en cours en République Démocratique du Congo, le Premier Vice-Président de l’Alliance de Base pour l’Action Commune (ABACO) a bien voulu donner son point de vue à l’attention de l’opinion tant nationale qu’internationale. À travers cet exercice, avec le talent et la franchise qu’on lui reconnaît, Gaspard-Hubert Lonsi Koko clarifie quelques zones d’ombre qui ont incité son parti politique à ne pas cautionner toute démarche allant contre les intérêts des populations congolaises.

Sur un bon nombre d’espaces sociaux, s’agissant du Dialogue national politique en cours en République Démocratique du Congo, vous avez déclaré ceci : « Un monologue politique inclusif sous la houlette d’une facilitation exclusive ». Pourriez-vous expliciter votre pensée ?

Le décret présidentiel portant convocation d’un dialogue politique national inclusif s’était appuyé notamment, entre autres dispositifs, sur les articles 69, 79 et 91 de la Constitution de notre pays, et aussi sur les dispositions de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba du 24 février 2013 pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC ainsi que sur la résolution n° 2098/2013 adoptée le 28 mars 2013 par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Ce décret spécifiait que le dialogue serait précédé d’un Comité préparatoire qui serait composé, comme le Dialogue proprement dit, des délégués de toutes les parties prenantes – à savoir la Société civile, la Majorité présidentielle et l’Opposition politique –, placés sous la Co-modération de deux représentants appartenant respectivement à la Majorité et à l’Opposition politique.

 

Quel est, alors, l’élément fondamental qui vous a poussé à parler d’un monologue inclusif à caractère exclusif ? Est-ce de la faute de la majorité kabiliste si une partie de l’opposition refuse de prendre part au dialogue ?

Au-delà de la figure du style, je suis un homme des lettres, l’oxymore entre inclusif et exclusif me sert à montrer les contradictions flagrantes ayant dès le départ vicié l’issue du dialogue proposé par le président de la République Démocratique du Congo.

Primo, le bon sens aurait voulu que la composition du Comité préparatoire se borne à des spécialistes internationaux et africains en matière de paix et de résolution des conflits. Cette neutralité aurait permis, dans l’absolu, la déclinaison d’un canevas non perverti en vue des travaux du Dialogue national politique proprement dit.

Secundo, l’Opposition politique a judicieusement posé quelques préalables relatifs à la libération des prisonniers politiques et au fait que le Comité préparatoire prenne en compte la résolution 2277 des Nations Unies du 29 mars 2016 et les dispositifs constitutionnels relatifs au mandat du président de la République. Malheureusement, la Majorité présidentielle ne fournit aucun effort pouvant aller dans le sens de la décrispation.

Tertio, certains partis politiques de l’opposition, officiellement reconnus par le ministère de l’Intérieur, qui ont manifesté leur volonté de participer aux travaux du Dialogue national politique souhaité par le président de la République, ont été ignorés au profit de quelques individus débauchés dans quelques structures dans le but de fragiliser pour mieux imposer un gouvernement de transition sous la direction du président de la République ne pouvant plus constitutionnellement rempilé. Quelle place fallait-il réservée aux chefs coutumiers ? Et la diaspora, dans tout cela ?

Tous les éléments évoqués ci-dessus montrent qu’il s’agit en réalité d’un monologue incluant les opposants à la solde du régime kabiliste et excluant ceux qui sont censés défendre, en cas de participation, les intérêts collectifs au détriment des intérêts privés.

 

Je vous cite : « Per-diem, corruption tacite. Aubaine pour les politiciens véreux et une société civile clientéliste. » Dialogue politique national en RDC ?

Je pars du principe que le patriotisme étatique, surtout dans un contexte où le gouvernement évoque la carence budgétaire s’agissant de son incapacité à donner à la Commission nationale indépendante et électorale (Céni) les moyens financiers en vue de l’organisation des scrutins dans le délai constitutionnel, devrait prendre le dessus sur l’esprit de lucre. Accepter le per-diem dans pareilles circonstances s’apparenterait à une quelconque connivence avec ceux qui souhaiterait faire un coup d’État constitutionnel pour se maintenir à jamais au pouvoir. Personne n’ignore que le maintien de Joseph Kabila à la présidence de la République permettra aux personnes élues dans les institutions étatiques de prolonger automatiquement leurs mandats, sans passer par les urnes. Combien d’opposants ont-ils dénoncé le glissement, sans pour autant quitter les institutions ayant glissé ? Voilà le point commun, donc le terrain d’entente, entre les opposants institutionnels et la majorité présidentielle. Cette communauté d’intérêts se fait aux dépens des populations congolaises, c’est-à-dire au profit de la privatisation de la chose publique.

 

Que reprochez-vous, au juste, à la communauté internationale ?

Pourquoi me posez-vous cette question ? Soyez plus précise, s’il vous plaît !

 

« L’article 64 [de la Constitution congolaise, ndlr] permet de s’affranchir de la communauté internationale, et de ses valets internes et régionaux. » Telle est l’une de vos déclarations récentes. Pensez-vous que la communauté internationale est la cause de tous les problèmes auxquels la RDC est confrontée ?

Je vous rappelle que l’insécurité en RDC dure depuis 1977, soit plus de 19 ans. Et se trouve sur le territoire congolais le plus gros contingent armé des Nations Unies. Au moins 22016 personnes, si j’ai bonne mémoire. Sans compter que le fonctionnement du Mécanisme national du suivi et de supervision de la mise en œuvre des enseignements souscrits aux termes de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, spécialement en son article 2, n’a donné aucun résultat probant.

Le triste constat, au regard de l’insécurité croissante à l’Est de la RDC, ne peut qu’inciter plus d’un observateur sérieux à s’interroger sur le véritable rôle des forces onusiennes dans le territoire congolais ou alors sur sa détermination à rétablir réellement la paix dans une partie de la région des Grands Lacs. L’attitude de la MONUSCO ne doit surtout pas exonérer Kinshasa de ses responsabilités régaliennes, ni encourager les pays limitrophes – notamment le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi – à soutenir la déstabilisation de l’Est de la RDC, voire à procéder à un paillage organisé des ressources congolaises au profit de leurs parrains extracontinentaux et à dépeupler par tous les moyens la région du Kivu en vue d’une expropriation sur le plan foncier.

Ce triste constat laisse donc supposer un complot international contre la RDC. Par conséquent, seules les populations congolaises peuvent mettre un terme à une volonté manifeste de faire main basse sur leurs richesses et d’hypothéquer leur avenir collectif. L’article 64 de la Constitution de 2006 leur permet ainsi de neutraliser les valets internes et régionaux des puissances extérieures mues par l’intention d’enrayer définitivement la RDC de la carte géographique terrestre.

Il est du devoir de l’acteur politique, de surcroît patriote, d’éveiller la conscience de ses compatriotes en vue d’un Congo économiquement viable et étatiquement démocratique. Je ne suis nullement contre la communauté internationale. Je ne fais que défendre les intérêts de mon peuple, et veiller à l’intégrité de la terre de nos aïeux que nous lèguerons aux futures générations. J’œuvre pour nos enfants et nos petits-enfants.

 

Vous avez pourtant laissé supposer que « la RDC est une affaire juteuse pour la Communauté internationale et ses valets, et un enfer pour les populations congolaises ».

Il suffit de vous référer au pillage des ressources naturelles de la RDC. N’avez-vous jamais vu des reportages ou lu des articles sur les minerais de sang ? N’êtes-vous pas au courant des violences sexuelles, ainsi que des crimes de guerre et des crimes contre l’Humanité dans la région du Kivu ? Comment se fait-il qu’un pays non producteur de coltan, comme le Rwanda, soit devenu le premier exportateur de ce minerai ? Ce pillage ne peut être possible que grâce à des complicités locales, nationales et régionales. Les populations congolaises doivent-elles être sans cesse les dindons de la farce ? Je dis catégoriquement NON. Le peuple congolais, de par les ressources naturelles dont regorge la RDC, a droit au paradis et non à l’enfer.

 

Pourquoi dites-vous que le Facilitateur Edem Kodjo est sur les traces du présidium des concertations nationales de 2013 ?

Je constate seulement que l’articulation du Comité préparatoire du Dialogue politique national a suivi le même processus qui avait prévalu dans la mise en place du présidium, avec le tandem Léon Kongo wa Dondon et Aubin Minaku, ayant piloté les précédentes concertations nationales. On sait que le gouvernement soi-disant de cohésion nationale, issue des assises de 2013, a accouché d’une souris. Malheureusement, on n’a pas besoin d’être savant pour comprendre que les mêmes erreurs aboutissent aux mêmes résultats.

Ce que l’on reproche à Edem Kodjo, c’est d’être plus partisan que Facilitateur. L’inclusivité pour lui, c’est de s’aligner sur la seule position favorable à la Majorité présidentielle. Le fait de lui accorder un quota d’une trentaine de personnes lui laisse d’ailleurs la liberté de coopter, à sa guise, les opposants exclus des partis politiques de l’opposition. Il s’agit, à travers une telle largesse, d’une manière peu orthodoxe susceptible de créer davantage la zizanie, en compliquant encore plus une situation déjà complexe. Il se pose, en tout cas, la question des critères ayant prévalu dans le choix de délégués (voir ci-dessous, à cet effet, le Cahier des charges de l’ABACO). Un Facilitateur ne doit pas mettre de l’huile sur le feu. En agissant de la sorte, il ne fera qu’attiser le volcan dont la coulée de lave éclabousse l’ensemble de la région des Grands Lacs et de l’Afrique centrale. Aucun humaniste ne peut rester insensible à une telle éventualité.

 

À vous écouter, on a l’impression que la RDC est en proie à « un bordel national ». Si tel est le cas, faudrait-il faire le ménage ? Dans l’affirmative, comment procéder pour rétablir l’ordre ?

Ce bordel national ne date pas d’aujourd’hui. Depuis 2001, la RDC a toujours été déstabilisée par la crise politique et l’insécurité qui ont complètement fragilisé les institutions étatiques. Face à l’échec patent de la classe politique, présente dans les institutions de la République, quelle possibilité a-t-on pour rétablir l’ordre constitutionnel et l’autorité étatique ? Ainsi revient-t-il aux populations congolaises, et non à la communauté internationale et à ses valets, de l’intérieur comme de l’extérieur, de prendre en main leur destin. Les articles 23, 24, 25, 26, 27, 28, 39, 60, 63, 64, 215 et 220 de la Constitution de 2006 permettent plus ou moins au peuple congolais, en tant souverain primaire, de défendre l’intégrité territoriale, de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prendrait le pouvoir par la force ou l’exercerait en violation des dispositifs constitutionnels…

 

Propos recueillis par Charlotte Mondo.

 

PDF - 155.1 ko
ABACO

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • lsga lsga 13 septembre 2016 19:21

    Qualité de l’article == nombre d’occurrences du concept « France-Afrique » == 0


    • Gaspard-Hubert B. Lonsi Koko Gaspard-Hubert B. Lonsi Koko 14 septembre 2016 10:04

      @lsga
      Sauf que la problématique relative à la RDC dépasse de loin les manigances propres à la Françafrique.


    • Iakobos (---.---.29.45) 14 septembre 2016 09:11

      Mr Lonsi, avant d’essayer d’éveiller les consciences des autres je vous suggère de vous éveiller tout court. Dans le paquet de sucettes que vous voulez faire avaler j’en pointerai une, le coltan du Rwanda. Informez-vous svp auprès de miniers et de géologues, vous apprendrez que ce pays extrait du coltan depuis des décennies (extraction industrielle !!) et qu’il est aujourd’hui le premier producteur mondial, sans avoir besoin de l’extraction manuelle de la RDC.


      • Gaspard-Hubert B. Lonsi Koko Gaspard-Hubert B. Lonsi Koko 14 septembre 2016 10:02

        @Iakobos
        Le Rwanda pourrait produire du coltan, notamment dans la région de Gatumba située sur la crête Congo-Nil, mais pas au point de devenir le premier producteur mondial. Sinon, ce pays l’aurait déjà été avant sa présence militaire au Congo et la déstabilisation du Kivu. Lire aussi le lien ci-contre, pour d’autres éclaircissements : http://fr.africatime.com/rwanda/articles/rwanda-1er-exportateur-et-non-1er-producteur-mondial-de-coltan-pour-2013


      • Mas Pedro (---.---.79.31) 14 septembre 2016 09:17

        Aimé Césaire : « Discours sur le colonialisme » prononcé à l’université de Miami USA en 1987.

        Parlant des africains et du Congo colonial, il dit :

        « Il y a de par le monde des groupes d’hommes atteints, on ne sait comment, d’un complexe qu’il faut bien appeler complexe de la dépendance, parce que ces groupes sont psychologiquement faits pour être dépendants ; qu’ils ont besoin de la dépendance, qu’ils la postulent, qu’ils la réclament, qu’ils l’exigent ; que ce cas est celui de la plupart des peuples colonisés… »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Charlotte Mondo


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires