• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’autre avenir des surdoués

L’autre avenir des surdoués

On entend souvent parler d'un Hugo, passant son bac à 12 ans, ou d'un Pierre, entrant en licence de mathématiques à 13...Mais jamais on ne parle de ces miliers de jeunes et d'adultes, qui bien qu'ayant un quotient intellectuel les qualifiant de surdoués, ne réussissent pas à trouver leur place dans notre société actuelle.

Moi Julie, 30 ans, surdouée, au RSA

 

Je voulais parler aujourd’hui, ou plutôt écrire au nom de tous ceux qui, comme moi, se trouvent en marge du système.

Voici un aperçu de mon histoire

Née à Lyon en 1985, mon père est syrien, arrivé en France à 20 ans il a toujours travaillé dans un groupe de presse régional. Il parle couramment français et écrit de la poésie en français. Très bien intégré, il gravit peu à peu les échelons dans son entreprise sans jamais toutefois devenir cadre. Ma mère, elle est née à Paris, blonde aux yeux bleus, elle incarne parfaitement l’image de la femme française « pure souche ».

A 10 ans je me présente pour intégrer le collège privé de ma ville en banlieue lyonnaise. Le proviseur me demande ce que je lis à l’époque, et je lui réponds « Rimbaud ». Etonné, il me corrige : « tu veux dire plutôt Rambo ? ». Il me faudra insister pour qu’il comprenne qu’il s’agit bien d’Arthur Rimbaud. Ses écrits tiennent une bonne place dans la bibliothèque de mon père, à côté des Paroles de Prévert et des Fleurs du Mal de Baudelaire.

A chaque trimestre j’obtiens les Félicitations du conseil de classe, mon père pour me récompenser m’emmène à l’auditorium voir La Flûte enchantée, ou le Lac des cygnes. Pour les options je choisis l’allemand et le latin pour être dans la classe des meilleurs élèves, bien que je n’aie aucune affinité avec ces langues. Le Brevet sera une formalité je l’obtiens haut la main.

J’intègre ensuite un des meilleurs lycées lyonnais, cette fois on m’explique que bien que je sois musulmane il faudra que j’apprenne à me fondre dans le moule de l’établissement. Je ne comprends encore pas trop ce que cela signifie mais je m’exécute. J’en profite pour arrêter les cours de piano que je prenais depuis mes 6 ans. Je suis une élève studieuse, calme et réservée. Certains professeurs se plaindront d’ailleurs de n’avoir pas entendu le son de ma voix. Je prépare un Bac ES, que j’obtiens avec mention Bien.

Je pourrais continuer en prépa d’écoles de commerce mais je suis fatiguée de toute cette pression, de cette concurrence entre les élèves, alors je décide, au grand désespoir de mon père, d’aller à l’université. Je commence une double licence AES / LEA à l’université Lyon 3, au bout de deux ans je décide de changer car cela manque trop « d’humain » pour moi. Je préfère les sciences de l’éducation. J’entre directement en troisième année de licence, que je poursuis avec un master, les deux obtenus avec la mention Bien. J’obtiens même une mention Très Bien pour mon mémoire de master professionnel en Promotion de la Santé, ce qui me permet de poursuivre en doctorat.

Parallèlement je trouve un emploi à La ligue contre le Cancer du Rhône, en CDD. Mon employeur est ravi, mais une fois le projet terminé il n’a rien à me proposer. Je trouve alors un autre poste, à Marseille cette fois, toujours en CDD pour 9 mois à 1450 euros net par mois, mais avec une promesse qu’au bout il y aura un CDI. Je suis mariée, j’ai un enfant d’un 1an. Je fais déménager tout le monde pour aller m’installer à Marseille malgré tout. Ma directrice est ravie, au bout des 9 mois pourtant au lieu du CDI elle me propose à nouveau un CDD de 9 mois. Je signe, je n’ai rien d’autre. J’adore ce travail, je suis très performante, trop peut être. J’ai trop d’idées, je fais ma thèse de doctorat sur mon temps libre, le week end et le soir quand notre fille est couchée. Mon mari a dû démissionner pour me suivre, il est au chômage et entame une formation de BTS en électrotechnique pour se reconvertir. Mes recherches de thèse m’apprennent qu’il y a des interventions plus efficaces que d’autres à mener en promotion de la santé, j’en parle à mes collègues, à ma directrice, ne comprenant pas pourquoi on utilise les subventions publiques pour continuer des actions inopérantes sur le terrain, pourquoi je dois inventer des rapports d’évaluation à remettre aux financeurs.

Brusquement de « très compétente » je deviens « trop intellectuelle », « illogique » à son goût, on ne peut plus me faire confiance, on cherche à me rabaisser, à me mettre la pression. Finalement je ne verrai jamais la couleur du fameux CDI. Je pensais pouvoir travailler pour l’intérêt général en intégrant des structures associatives…Grosse désillusion. Mon mariage prend l’eau, je quitte Marseille pour retourner vivre chez mes parents avec ma fille Alice sous le bras. Je me remets en question, qu’ai-je fait de travers ?

Je décide d’aller faire tester mon intelligence pour comprendre si j’ai véritablement un problème. Après deux heures de tests, on m’explique que je fais partie de la population à haut potentiel intellectuel, autrement dit, je suis censée être « surdouée ». Oui, peut être…mais je suis maintenant au chômage. J’envoie une cinquantaine de candidatures pendant mes deux années de chômage, je passe quelques entretiens mais on me recale souvent parce que je n’ai pas le permis de conduire. Je me rends compte que cela constitue un handicap dans notre société actuelle, même si ça ne m’a jamais manqué. J’en parle au conseiller Pôle Emploi :

- Ah désolée, vous touchez déjà trop d'allocation, on ne peut pas vous le financer.

Quand ce n’est pas le permis, on m’explique qu’ils ont contacté mon ancienne directrice et qu’elle n’a pas une haute opinion de moi…Je comprends que je dois faire une croix sur le secteur de la promotion de la santé et me réorienter. J’en parle de nouveau au conseiller Pôle Emploi :

- Ah désolé, vous êtes déjà trop diplômée, on ne peut rien pour vous.

Bon voilà, je fais quoi ? Je décide de créer une auto-entreprise et de devenir coach scolaire, en me disant qu’après tout, ce que j’ai le mieux réussi dans ma vie ce sont mes études, alors je vais aider les jeunes à réussir les leurs. Seulement il faut de l’argent pour louer un cabinet, j’ai à peine de quoi vivre. Je n’ai plus d’allocation chômage à présent, je suis au RSA, je touche 450 euros, 150 euros de pension alimentaire, et 350 euros d’allocation logement. Je paye un loyer de 615 euros pour le deux pièces dans lequel je vis avec ma fille près de chez mes parents, je n’ai pas voulu la changer d’école après notre séparation, pour ne pas la traumatiser davantage. Alors je monte mon projet et vais voir l’ADIE, une agence d’aide à la création d’entreprise. Ils me félicitent pour mon idée innovante, et m’accordent un prêt. Je dois rembourser 120 euros par mois pendant 3 ans. Chaque mois je suis à découvert, et les rares clients que je reçois payent à peine les 250 euros pour la location du cabinet deux jours par semaine. Je fonctionne ainsi pendant 1 an, puis décide de renoncer au cabinet et de recevoir les clients chez moi, dans mon salon, qui est déjà ma chambre.

A côté de ça, je me suis mise à écrire de la poésie moi aussi, j’autoédite deux recueils, et puis un essai sur le coaching scolaire pour aider les parents à accompagner leurs enfants même s’ils n’ont pas les moyens de se payer un coach. J’ai appris à créer des sites internet car je n’ai pas les moyens de faire appel à un professionnel, je me suis formée au référencement web en autodidacte, je voudrais me former davantage alors je demande au référent RSA un financement :

- Ah désolé, il n'y a plus de crédits pour les formations, on nous a tout supprimé.

Je décide alors de renoncer. Je termine le remboursement de mon prêt et cherche une activité professionnelle plus « en vogue » qui me permettra enfin de vivre confortablement, et d’être disponible pour ma fille qui est en CE1 à présent. J’opte pour un DU de l’université de Nanterre pour devenir chef de projets E-Learning, ça me semble un bon compromis. Seulement c’est 3500 euros l’année, je ne les ai pas.

Je retourne voir le référent RSA qui me répond toujours qu’il ne peut rien pour moi. Alors je trouve un stage de 7 mois, le temps de la formation dont la gratification (500 euros / mois) me servira à payer la formation. Seulement un problème se pose encore : si je déclare cette somme, la CAF réduira mon RSA, or je ne peux pas me le permettre.

Je retourne encore une fois voir le référent pour lui demander quoi faire, il ne sait toujours pas. Il ne peut pas me dire de combien sera amputé mon RSA, ni qui contacter pour expliquer ma situation, alors voilà. J’en suis là. Entre temps ma propriétaire a décidé de reprendre son logement. J’ai 6 mois pour trouver quelque part où aller avec ma fille. Le dossier de logement social a été déposé il y a 6 mois en préfecture, je fais soit disant partie des cas prioritaires, et pourtant je n’ai toujours rien. Je prie fort en me disant qu’il y a forcément une solution qui va arriver, et je me demande encore pourquoi ?

Pourquoi cette société laisse des personnes comme moi sur le carreau simplement parce qu’ils ne rentrent pas dans les clous ?

Mon cas n’est pas isolé, j’ai un QI de 130 et au lieu de le mettre au service de la France, je me retrouve à quémander un travail et un logement. Je n’ai rien fait de mal, je n’avais pas de grosses difficultés à la base. J’ai simplement eu le malheur de vouloir faire au mieux toute ma vie, de rester intègre.

Je crois qu’il est temps de faire bouger les choses, la France ne peut plus se permettre de laisser filer ses cerveaux à l’étranger ou de les laisser choir sur le trottoir. Il est temps de changer le regard que nous portons sur ceux qui sont en dehors du système. Parmi eux, il y a de grands peintres, de grands écrivains, de grands pédagogues, de grands ingénieurs, de grands logisticiens…Nos cerveaux à hauts potentiels nous aident à voir en dehors des cadres, à trouver des solutions innovantes, à être créatifs, et nous ne demandons pas mieux que de les mettre au service de notre société. Alors laissez-nous enfin une place ! Ouvrez-nous la porte de vos administrations, de vos entreprises, de vos associations, pour que nous puissions vous apporter notre sensibilité, notre vivacité d’esprit et notre humour. Je vous remercie.


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

510 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 5 octobre 2015 09:51

    Les « surdoués » ainsi que la mesure du QI ne sont que le résultat d’un entraînement intensif d’adaptation d’un individu à un système précis.


    Les examens mesurent l’adaptation de l’individu à l’école, pas à la société. Comme l’école sert toujours le pouvoir en place, on peut dire que les surdoués sont détectés comme les meilleurs serviteurs potentiels de la classe dominante de leur génération. Le problème, c’est qu’on ne leur dit pas ça.

    Pour les flatter, on leur fait croire qu’ils sont plus intelligents que les autres et on leur délivre des diplomes, et quand ils ratent leur projet, ça leur fait mal...

    Normal !

    • Bernard Dugué Bernard Dugué 5 octobre 2015 10:41

      @M de Sourcessure

      Ce n’est pas aussi simple Il y a plusieurs catégories de surdoués qui relèvent des secteurs où il faut gérer les informations De ce fait, le surdoué gère aussi sa connaissance du milieu et le problème, c’est qu’il constate souvent que ses supérieurs sont des gens incompétents ou que son activité censé servir l’intérêt public ne sert à rien en réalité Courage à l’auteure de ce billet. Je lui signale qu’elle n’est pas isolée. Je suis aussi de cette étrange famille des surdoués et j’ai même un billet sur ce thème déjà rédigé mais j’attends le moment pour le proposer


    • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 5 octobre 2015 10:59

      @Bernard Dugué

      ce n est pas une question de « surdoué », mais de discernement et de classe sociale.
      Quand une personne naïve et obéissante fait de son mieux et se heurte au cynisme de faignasses incompétentes qui sont là pour avoir couché ou être le fils du patron, évidemment, ça fait pas plaisir.

      L’autre, il a pas le temps d’étudier : il fume des pétards et il n a pas besoin de diplomes pour avoir sa place !

      Seulemnt un bon piston bien lubrifié !

    • sarcastelle sarcastelle 5 octobre 2015 11:54

      @M de Sourcessure


      les « surdoués »..................ne sont que le résultat d’un entraînement intensif d’adaptation d’un individu à un système précis. 

      Oui, bien sûr. smiley
      Dire autre chose, c’est puer la droite, hein ? 

      Entraînement intensif... Vous direz cela au gosse qui une fois qu’il sait lire (fin du premier trimestre de 11ème) et qui ensuite n’en fiche plus une pendant des années parce qu’il n’a plus besoin de l’instit vu qu’il apprend seul en lisant sans forcer et se trouve chroniquement en avance. Quel entraînement intensif ! Il prend ainsi des habitudes de paresse qui lui retombent un jour sur le nez, c’est sûr, et c’est (entre autres) pourquoi beaucoup de surdoués merdouillent plus tard dans le supérieur puis dans la vie active.





    • Julie 5 octobre 2015 12:02

      @Bernard Dugué, merci beaucoup de votre soutien


    • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 5 octobre 2015 12:06

      @sarcastelle

      c’est parce qu il est dans un milieu familial qui le pousse au cul ou le tire vers le haut

    • sarcastelle sarcastelle 5 octobre 2015 12:16

      @M de Sourcessure


      Niet. 
      Je sais de quoi je cause puisque je parlais de moi.
      Cependant, pour plaire à la gauche je veux bien dire que les enfants nettement plus doués que la moyenne n’existent pas. Pour plaire à la gauche, je veux bien dire que la justice, une exigence humaine, est voulue par la nature elle-même. 

    • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 5 octobre 2015 12:23

      @sarcastelle

      et moi je veux bien dire que vous êtes un esprit supérieur à la moyenne,
      tellement que les autres suivent pas...


    • Fergus Fergus 5 octobre 2015 13:47

      Bonjour, M de Sourcessure

      « c’est parce qu il est dans un milieu familial qui le pousse au cul ou le tire vers le haut »

      Désolé, mais cela n’explique pas tout. Ainsi, de mes deux petits-fils qui ont les mêmes parents, la même éducation, la même école, les mêmes loisirs, l’un est probablement un « surdoué » tandis que l’autre est « normal » au sens où il est au même niveau de réflexion et de compréhension que ses camarades de classes, ce qui n’est pas le cas de son frère, en avance dans tous les domaines et avide d’apprendre en toutes circonstances.

      Ni l’un ni l’autre ne sont « poussés au cul » !


    • Alren Alren 5 octobre 2015 15:58

      @M de Sourcessure


      Nos sociétés sont et ont toujours été hiérarchiques, au moins autant que celles des loups !

      Dans cet ordre naturel des choses, le subordonné doit être « inférieur » au supérieur hiérarchique ; faute de quoi il (elle) suscite une agressivité inconsciente de celui-ci (celle-ci), agressivité plus ou moins exprimée et qui est en fait une sorte de jalousie de ce dernier et de crainte de déstabilistion de sa situation.

      C’est vrai dans le public et plus encore dans le privé où le « supérieur » est souvent l’héritier de l’entreprise familiale sans qualités particulières.

      Or la meilleure façon pour un supérieur hiérarchique de « détecter » un « surdoué » (mot qui n’est pas approprié car il est à la limité d’exprimer une anormalité) est que celui-ci exprime des idées novatrices. 

      Si le « surdoué » ne veut pas susciter la rancœur de celui qui a barre sur sa carrière, il lui faut dissimuler ses capacités ... ou être son propre maître. Ce qui n’est pas facile sauf peut-être pour des artistes, écrivains ou en matière d’informatique ...

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 octobre 2015 18:20

      @M de Sourcessure


      Cette hypothèse du ’tout est acquis« n’s vraiment plus cours.  Evidement., on privilégie, ,maintenant de mesures plus ciblées pour identifier des ’compétences »,mais il est encore admis qu’il y une intelligence « pure » et qu’on peut la mesurer. 

      Le problème est ce cette intelligence pure a de moins en moins d’usage sur le marché travail et qu’en fait, hormis la créativité et l’Initiative - qui ne sont pas si faciles a mesurer - les machines peuvent aujourdhui émuler et plus, ce qu"on exigeait auparavant des plus doués... La grosse demande de main d’oeuvre est pour des pas-très-futés dans le secteur tertiaire.

      Le surdoué dont les exigences sont generalement poussées vers le haut par sa perception de lui-même tend donc a devenir un mésadapté.... Pour une personne comme l’auteur, la meilleure occasion d’emploi est dans les services haut de gamme à la personé Penser dame de compagnie précepteur..... Il faudra encore 10 ans avant que les pas-tout-a-fait-a fait assez-surdoués y pensent et viennent encombrer ce marché.

      PJCA



    • robertespierre 5 octobre 2015 21:50

      @Julie
      Julie,bonsoir

      Par le titre du blog que je tiens et j’en efface régulièrement le contenu,pour rendre les lectrices et lecteurs réactifs,tu comprendras le problème
      Precocite missa est
      Nos 8 enfants ont sensiblement ton âge 23 à 35 ans et un QI moyen de 145 WISK-R
      Ton combat ne fait que commencer.
      Ta VIE sera TON parcours,et tu ne connaitras pas la monotonie
      Je tâcherai cette nuit de faire un article à ton intention ainsi qu’à celles et ceux qui sont « différents » comme toi
      Au plus tu verras loin,au plus tu seras seule
      C’est élémentaire
      L’avantage de ton cas c’est que TU SAIS
      l’anomalie:c’est pas toi
      mais tu ne dois pas juger
      Nous avons fait « l’Everest en première hivernale avec les 8
      Bien sûr c’est une image
      Puisque »le passage« existe,tu vas t’en sortir
      Ne laisse personne te démoraliser
      il faudrait repartir de plus bas
      Tu es une enfant bénie
      C’est un Don
      mais peu comprennent qu’un don se donne
      Quant à la Société
      C’est à nous de nous en occuper
      pas au genre de »pervers de politiciens" qui défilent dans les gouvernements
      Ils exploitent nos idées à leur profit ce sont des suceurs de roues
      Nous ouvrons des pistes
      à bientôt
      Julie
      Courage,ça monte



    • Yanleroc Yanleroc 5 octobre 2015 22:20

      @Pierre JC Allard


      Bonjour Julie, bonjour à tous,

      ...une surdouée Syrienne ?...

       vous ne pouviez mieux tomber pour faire le Buzz sur AV,

      une petite touche de conspirationnisme aurait toutefois été la bienvenue pour atteindre des sommets...

      Permettez moi un petit test :

       Le « Cerveau malade délirant et paranoïaque » que je suis ( si si ) aimerait vraiment savoir

       ce que pense un QI de 130 de ceci ?.. smiley



    • robertespierre 6 octobre 2015 00:30

      @Julie

      https://www.youtube.com/watch?v=0U0rQqKGyQQ

      Certains croient encore habiter dans la France de De Gaulle
      Que voulez-vous !le train est reparti depuis longtemps.....sans oeufs
      Une coquille dure
      et du mou à l’intérieur.... because ...La Télé
      Aujourd’hui c’est la France de Nettanyaourt
      et pour que ça glisse bien,
      Moutons oblige:du SUIF à tous les étages

      https://www.youtube.com/watch?v=ABbZjKZvjno

      Pour remettre la France en état de marche
      il faut faire simple
      LA RETOURNER

      Le HAUT en BAS
      et Le BAS en HAUT

      Les dégénérés qui dirigent .....en bas
      LES PRECOCES ET SURDOUES .....EN HAUT

      Pour la démocratie c’est plus délicat
      Quand une « Elite étrangère » a eu comme objectif de détruire les tissus de notre pays
      elle a commencé par détruire
      LES PRECOCES ET LES SURDOUES
      ainsi il reste une majorité de « MOUTONS »

      Donc ,la télé dit au MOUTON,ce qui est bon,ce qui ne l’est pas
      Et ce qui est bon, c’est TAFTA
      LE NOUVEL ORDRE MONDIAL
      OBAMA HOLLANDE et LES 2 patrons
      Goldman Sachs et Bilderberg
      Et comme les « MOUTONS » sont la majorité
      le tour est joué
      D’autant qu’il existe des parents assez cons pour croire que leur surdoué d’enfant c’est la merveille des merveilles
      Ils ont pondu un oeuf en or
      Un phénomène de foire
      en fait
      Eux sont foireux
      et dénaturent le gamin
      Le sujet le plus important
      c’est que ,dans la population des milliers d’anonymes sont de vrais surdoués-précoces
      mais ils l’ignorent et pensent souvent qu’ils sont inadaptés
      La société est inadaptée à toute forme d’intelligence
      VOLONTAIREMENT
      Si je suis plus intelligent que toi, je peux te ballader
      et si tu as un « pouvoir » tu feras tout pour « m’évacuer »
      LA PYRAMIDE forme à la soumission
      et NETTANYAOURT Y VEILLE
      ainsi de toutes pièces
      « ON » divise Chrétiens et Musulmans
      au grand bénéfric de................................YOUPI !,t’as tout compris
      ça ,c’est pour le hors d’oeuvre

      Julie,Le piège est de vouloir se fondre dans le moule
      Car le moule veut détruire « l’autre »
      Pour la suite ,cette nuit ou demain

    • Julie 6 octobre 2015 09:36

      @robertespierre, merci beaucoup !!! Je ne lâcherai rien, ça finira par bouger j’en suis convaincue


    • robertespierre 6 octobre 2015 12:21

      @Julie
      http://precocitemissaest.blogspot.fr/2015/10/vocation-des-precoces-surdoues.html

      Julie Bonjour
      On PEUT retourner le MONDE et le remettre à l’endroit
      Il faut identifier CEUX qui cherchent à détruire ce que nous voulons construire:Un monde EQUITABLE....une piste :Bilderberg
      Nous aurons toujours une longueur d’avance
      2 hommes m’ont soutenu jusqu’à leur mort
      Philippe Séguin et Jean-Paul II
      Je suis un trait d’union
      Jean-Paul II
      « NAYEZ PAS PEUR »
      « FAMILLES,RESISTEZ »
      Ecoute et demande avec Amour,L’INSPIRATION à celui à qui tu as l’habitude de t’adresser
      Affectueusement


    • zozoter 6 octobre 2015 13:51

      @sarcastelle

      Vous avez tout bon, Les habitudes de paresses sont de l’autodéfense face à l’ennui.
      L’ennui....

    • leemon 6 octobre 2015 14:27

      @M de Sourcessure

      Typiquement une réaction de personne fermée. 

    • Kaudhi 6 octobre 2015 14:33

      @M de Sourcessure
      En lisant votre intervention je me demande si vous n’êtes pas simplement frustré de n’avoir eu le QI que vous espériez en vous croyant plus intelligent que vous ne l’êtes vraiment. Il ne s’agit pas d’une attaque mais juste d’un ressenti et désolé je suis plutôt franc comme garçon.

      Parmi les personnes qui sont diagnostiqué comme surdoué la grande majorité ne sont pas en réussite scolaire. Environ un tier sont même en échec scolaire et donc considéré comme « cancre ». Votre théorie tombe donc à l’eau. 

      De plus en vous lisant, vous et les personnes qui vous ont répondu, vous laissez imaginer que les « surdoués » sont des jeunes férus de littérature ... Bien souvent les « surdoués » sont plutôt férus de sciences (pour les curieux) et certains n’ouvrent pratiquement jamais un livre. 

      Les personnes comme Julie, les enfants de Robertespierre, moi et peut être vous si je me trompe sur votre compte, ne trouve pas leur place dans la société parce que justement nous sommes capable de voir au-delà du cadre imposé. Ma scolarité pourrai se résumer au fait que j’ai toujours cherché à sortir du cadre de l’enseignement que j’ai reçu. Et donc de me contenter des notes suffisantes pour passer à la classe supérieure. Autrement dit n’être qu’un élève moyen+. 

      Ce qui fait vraiment ma particularité serait plutôt d’avoir une curiosité que les autres de mon âge n’avait pas. De poser des questions que même les adultes ne se pose pas et donc n’ont pas la réponse. De voir à quel point mes supérieurs sont mauvais. De voir la solution avant que les autres n’est compris le problème. De ne pas être capable d’expliquer comment j’ai trouvé la solution sans avoir à priori les compétences nécessaires.

      Mais le pire reste dans le relationnel ! Devoir attendre que les autres arrive au même raisonnement que vous pour pouvoir l’exprimer sans passer pour un extraterrestre. A cela s’accompagne pour moi, et bien souvent pour les autres « surdoués » aussi, une excellente mémoire. Cela s’avère être utile au quotidien, mais me fait encore plus passer pour un extraterrestre aux yeux des autres... Et bien souvent le réflexe de ceux qui s’ignore, et c’était encore mon cas il y a peu, est de se fondre dans le paysage.

      Aujourd’hui je me sais différent, je veux le rester et en faire une arme pour avancer et être heureux. Car pour moi le plus important c’est d’être heureux. Le problème c’est que je ne sais pas comment faire ! Cela on ne me l’a jamais appris.
      Ironie du sort, je suis moi aussi tributaire (esclave ?) des aides sociales. Je suis moi aussi au chômage avec un parcours difficile. J’ai, moi aussi, un parcours scolaire malgré tout « réussi ». Mais je n’ai jamais réussi à trouver ma place dans une entreprise. Malgré, le plus souvent, des supérieurs adorables et compréhensifs. J’ai moi aussi envisager de créer mon entreprise....

      Julie, vous l’aurez compris, votre article me touche parce que je suis un autre vous ! Avec une histoire un peu différente mais avec le même point d’arrivée. Si cela me réjouit de me savoir « pas seul » je ne me réjouis pas de ne pas avoir les armes pour nous aider. TOUS !

      Papa depuis peu, je n’ai qu’un seul souhait c’est d’être mieux dans ma peau, et donc dans la société, pour qu’il n’en subisse pas les conséquences. D’autant qu’il pourrai lui aussi le devenir. Je vous souhaite donc tout le courage nécessaire pour passer outre cette difficulté pour vous et votre petite. 


    • Shady 6 octobre 2015 17:47

      @M de Sourcessure


      L’intelligence est hériditaire, c’est prouvé depuis longtemps, si vous ne le savez pas, ce n’est pas que vous ne l’êtes pas assez mais que vous êtes ignorant.

      Les hauts potentiel sont des personnes dont le cerveau fonctionne en sur régime comparé aux autres ; plus de questions à la minute, plus de réponses à une même question, et de fait, beaucoup plus de mal à intégrer des règles et des principes dont ils sont capable d’analyser la logique pour y trouver des failles.

      La plupart ne réussissent pas dans la vie, problème avec l’autorité, la sociabilisaiton, et il ne voit pas l’interet d’étudier ou de travailler dans le modèle majoritaire, car il considère pour la plupart que la logique qui anime ce modèle ne tient pas. Comme tout le monde me dirai vous, oui, sauf que eux savent l’analyser, le comprendre et le verbaliser, et donc y trouver une vrai impossibilité d’en faire partie. Ce ne sont pas des moutons, et ils n’ont rien à voir avec les termes abjectes que vous utilisés.

      Vous ne savez pas ce que vous dites, vous répétez un discours qu’on vous a souffler. La classe dominante dont vous parlez n’a rien a voir avec les surdoués, elle composé de gens au niveau très moyen et limité, comme vous, et c’est ce qui fait que le monde va mal


    • La mouche du coche La mouche du coche 6 octobre 2015 17:53

      @M de Sourcessure a bien parlé.

      Le fait d’être surdouée ne l’empêche pas de se sortir les doigts du c. et de bosser !!


    • Enabomber Enabomber 6 octobre 2015 18:04

      @Shady
      J’aime beaucoup le péremptoire « c’est prouvé depuis longtemps ». Qu’est-ce qui est prouvé depuis longtemps ? Sources ? Définition de l’intelligence (et stp ne réponds pas « ce que mesurent les tests », c’était la blague préférée de Binet). Tu ferais mieux de lire « La mal-mesure de l’homme », de Gould.
      Quant au QI, il mesure l’intelligence par rapport à une population moyenne qui, elle, n’a généralement pas eu accès précocement aux cours de piano ni aux poètes du Parnasse, alors que compare-t-on vraiment ? Il est aussi con de dire, même articles (souvent bidons) à l’appui, qu’elle est héréditaire que de dire qu’elle est entièrement acquise.


    • Agafia Agafia 6 octobre 2015 19:31

      @Kaudhi


      (...) De voir la solution avant que les autres n’est compris le problème. (...)
      Permettez déjà que je corrige --------------> n’aient

      Ben moi je fais plus fort que vous : je vois la solution avant même d’avoir pris connaissance du problème ^^ Trop forte hein ?

      Oh my God !! on atteint des sommets avec votre commentaire ! Mais pas des sommets d’intelligence, non, non, juste de prétention crasse.

      Faites gaffe quand même, Votre Suffisance risque de s’étouffer un jour ou l’autre...


    • Agafia Agafia 6 octobre 2015 19:57

      @robertespierre

      8 ?????? On fabrique les surdoués à la chaîne chez vous ? ça usine ça usine ^^ 
      Conseil : cassez le moule de temps en temps, pour éviter le clonage, genre Dolly 1, Dolly 2, Dolly 3, etc.

    • Kaudhi 6 octobre 2015 23:31

      @Agafia
      Vous avez tout à fait le droit de me corriger, l’orthographe n’ayant JAMAIS été mon fort. 

      Cependant il n’y a aucune prétention dans se que je raconte. Je ne prétend ni être plus intelligent, car pour moi la douance n’est pas de l’intelligence mais des capacités supérieures, ni être plus cultivé. En gros un « surdoué » qui n’apprend rien est comparable à un super ordinateur sur lequel vous n’installez aucun logiciel. Un « surdoué » qui n’apprend rien n’est pas plus capable qu’un déficient qui n’apprend rien également. 

      Le problème lorsque l’on parle « d’intelligence » c’est que l’on a tendance à confondre avec bien des choses. Et la connaissance n’en fait pas partie !

      Et contrairement à se que vous pensez, je ne suis pas suffisant. Bien au contraire. L’estime de soit est très souvent le problème des personnes à haut potentiel (d’ailleurs je préfère ce terme à celui de surdoué car beaucoup plus réaliste, un potentiel n’est pas un acquis). 

      Malheureusement votre commentaire me conforte dans l’idée que de parler de son intelligence n’est pas chose aisé. Si vous êtes dans le cas de douance vous êtes pris pour un arrogant à qui ont ne tolère aucune faute. La preuve en est avec vous et votre « correction ». Si vous êtes déficient on vous prend pour un con qui ne sera jamais pris au sérieux. Seuls les personnes « normales » (soit 90-95% de la population) pourront en parler librement mais ne subiront sans doute jamais de déphasage avec le reste de la société. Et n’auront donc jamais besoin de se livrer sur ce point précis.

      J’ai souhaité réagir sur cet article en espérant trouver un dialogue avec des personnes ayant peut être le même problème que moi et l’auteur. Au lieu de ça je me confronte exactement à une réaction que j’espérais éviter .... 

      Ceci étant si vous souhaitez corriger mon commentaire se sera avec plaisir, mon correcteur automatique n’est pas aussi fiable que je l’espérais.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 octobre 2015 23:44

      @Pierre JC Allard

      Je suis revenu sur ce fil, curieux de voir combien combien de réactions aurait soulevé ce commentaire faisant allusion aux changements prévisibles sur les exigences intellectuelles - et l’éducation - ... C’est une donnée TRES importante, Personne n’y a réagi.  Ca répond en partie a votre question......

      PJCA

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 octobre 2015 23:51

      @Pierre JC Allard

      @Pierre JC Allard

      Je suis revenu sur ce fil, curieux de voir combien combien de réactions aurait soulevé ce commentaire faisant allusion aux changements prévisibles sur les exigences intellectuelles - et l’éducation - ... C’est une donnée TRES importante, Personne n’y a réagi. Ca répond en partie a votre question......

      PJCA

    • Agafia Agafia 7 octobre 2015 00:58

      @Kaudhi


      La correction était une petite pique je l’avoue, qui d’ordinaire n’est pas dans mes habitudes...
      Une taquinerie dont je vous suis grée de ne pas l’avoir mal prise.

      J’avoue être un peu sarcastique sur ce coup là, mais avouez qu’il se dégage une espèce de pédanterie générale sur ce fil de la part de certains, dont vous faites partie, une sorte de vanité qui plane... Où suis-je la seule à avoir cette impression ?
      Mais je vous remercie d’avoir pris la peine de me répondre et d’avoir incliné votre super intelligence vers ma petite personne au cerveau limité ^^

      Je ne vous vise pas en particulier. Mes remarques sont d’ordre général. 
      Ce qui me gêne et m’agace quelque peu est cette façon de se victimiser « bouh personne ne me comprend, je suis un être teeeeeellement à part avec mes 130, 145, 180 barreaux sur l’échelle de mon intelligence.... »
      Arrêtez de vous plaindre ! Soyez heureux d’avoir un cerveau qui fonctionne à 150% ! 
      Je compare vos « plaintes » à celles d’une fille superbe qui viendrait gémir : « Oh lala ! c’est trop dur d’être belle..Quelle fardeau mon dieu mon dieu mon dieu. »
      L’impression que ça vous plait d’en faire un pseudo-boulet dans votre vie, ça vous permet de vous croire au-dessus de la mêlée, de vous rassurer également en vous comparant avec un quidam un peu moins vif de raisonnement que vous, et de tourner avec délectation autour de votre nombril.

      Et excusez-moi mais : VOUS ETES TOUS NORMAUX !!!! Vous n’êtes pas des extra-terrestres. ^^ Chacun de nous tous peut tout à fait subir un déphasage avec le reste de la société. Il y a moult raisons de se sentir déphasé, et un gros QI n’est pas la seule raison, seulement une parmi tant d’autres.
      Puis chacun de nous possède des capacités supérieures dans un domaine, sauf que chacun ne le sait pas toujours, n’en a pas toujours pris conscience.

      Ce que j’essaye de vous dire est que : vous n’êtes pas des êtres extra-ordinaires, ou alors nous sommes tous des êtres extra-ordinaires. 

      Les personnes les plus intelligentes que j’ai pu rencontrer étaient souvent d’une grande humilité. Une turbo-cervelle n’est rien si elle n’est pas alliée avec l’intelligence du coeur. Et nul besoin d’étaler des paquets d’examens avec mention sur deux pages et demi, et faire l’éloge de ses infinies compétences professionnelles. Je connais des tas de gens qui font très bien leur job, se donnent avec conscience sans poser avec une fatuité difficilement masquée avec leur gros QI à leur bureau ou leur atelier tout en jugeant avec quelque condescendance ses chefs et collègues dont le raisonnement pour résoudre un problème sera un peu moins rapide et peut-être pas toujours efficace du premier coup.
      L’échec est formateur : TOMBE 9 FOIS, RELEVE TOI 10 !

      Car on parle intelligence, OK mais personnellement, il y a un mot chez moi, qui compte beaucoup plus, c’est la CONSCIENCE....

      Vous connaissez : Science sans conscience n’est que ruine de l’âme... Intelligence sans conscience me parait tout aussi dangereux.

      Enfin, je peux essayer de vous comprendre, quitte à avoir la grosse tête, autant se la prendre ^^

      Bonne nuit smiley

    • Kaudhi 7 octobre 2015 11:50

      @Agafia
      Il y a beaucoup de point que vous soulevez qui prouve que le « surdouement » est quelques chose de très mal compris. Il ne s’agit absolument pas de diplôme, il ne s’agit pas de compétences, il ne s’agit pas d’aptitude ni d’attitude et encore moins de connaissance. Quant au QI ce n’est pas une note qui détecte une manière de penser différente. Le niveau d’éducation, l’origine social et l’état de fatigue influence aussi le résultat. 

      Un grand physicien, un excellent PDG, ou un philosophe ne sont pas forcément des personnes à haut potentiel. De même que l’employé de la boulangerie du coin de votre rue qui n’a « qu’un » CAP obtenu de justesse est peut être un « surdoué ». Mais son histoire a fait qu’il n’a jamais été mis en confiance dans ses capacités intellectuelles.


      Quant à votre comparaison avec la femme qui trouverait dur d’être belle, d’une je la trouve légitime, de deux je pense que la comparaison n’est pas la plus appropriée. Je comparerai plutôt notre « don » à une différence ethnique (je ne parle pas de racisme). Je comparerai ça à un homme noir vivant au sein d’une population blanche. Ce n’est pas parce qu’il est noir qu’il courra plus vite, ce n’est pas parce qu’il est noir qu’il dansera mieux, ce n’est pas parce qu’il est noir qu’il aime forcément le blues ou le jazz et ce n’est pas parce qu’il est noir qu’il sera moins éduqué. 

      Se qui est compliqué n’est pas d’être plus « intelligent », se qui est compliqué c’est de ne pas penser comme tout le monde. 

      Une personne « normal » va avoir une pensée linéaire : c’est à dire qu’elle va devoir passer par chaque étape de réflexion avant d’arriver à la solution souhaitable. Dans sa réflexion ce cheminement est indispensable pour aboutir.
      Une personne dite « surdoué » aura une pensée dite par arborescence : c’est à dire de pouvoir réfléchir en même temps sur plusieurs contraintes/idées sans passer par toute les étapes nécessaire. Et pouvoir plus vite trouver une solution à une problématique. Les étapes nécessaires d’une réflexion « normale » deviennent donc inutile. 

      Sur le papier c’est magique, et soyons honnête c’est bien pratique quand cela ne concerne que nous-même. Le problème provient du déphasage avec les autres. Dans une société qui ne serai remplit que de personne ayant notre mode de pensées nous n’aurions pas ce mal être (mal être qui n’est pas valable pour tous).
      Mais lorsque vous êtes en réflexion collective et que vous voyez les choses avant les autres parce que leur réflexion n’a pas encore été jusqu’au bout (sans compter que certain ne vont même pas au bout) c’est là que le mal être apparaît. 
      Quand on sait que l’on n’est pas structuré de la même manière on comprend d’où vient le problème et on laisse faire les choses. Malheureusement quand on ne sait pas que l’on est différent cela peut poser des problème d’estime de soit. 

      Le meilleur exemple reste encore l’école puisque tout part de là. Imaginez un exercice qui demande une suite de réflexion. Le surdoué ne va pas suivre le raisonnement attendu par l’enseignant et va trouver la solution bien avant les autres. 
      Il y a généralement plusieurs réaction : 

       - L’élève qui aura fini et va s’ennuyer en attendant les autres. Celui là aura généralement tendance à se distraire et à distraire les autres. Il sera catalogué dans les élèves perturbateurs.

       - L’élève qui aura fini et va donner la bonne réponse à l’enseignant. L’enseignant n’aura pas compris comment il y est arrivé aussi vite et va lui demander son raisonnement. Cependant vu qu’il n’a pas pris le même chemin que les autres, y compris celui de l’enseignant, il sera incapable de le dire. Bien souvent celui là se trouvera bête quand les autres donneront le bon cheminement alors que lui ne l’a pas trouvé malgré une bonne réponse.

       - L’élève qui dans la même situation sera accusé à tord de triche risque de se refermer sur lui même parce qu’incompris. 

       - L’élève déjà catalogué comme bon élève sera quand à lui mis de coté par l’enseignant en pensant que quoi qu’il arrive il sera toujours capable de suivre. Seulement un jour il sera conforté à une incompréhension et personne ne se sera occupé de ses interrogations en pensant qu’il finira pas comprendre. Sauf que ça ne marche pas toujours comme ça. Et il aura une perte de confiance. 

      Encore une fois se qui est difficile ce n’est pas d’être comme on est, Ce qui est difficile pour nous c’est que les autres ne le sont pas. 

      Pour se qui est de la conscience, permettez moi de ne pas réagir, il s’agit d’un tout autre sujet.


    • kiwi81 7 octobre 2015 22:05

      Trop de kiwi tue le kiwi.


    • Simple citoyenne Simple citoyenne 11 octobre 2015 19:35

      @M de Sourcessure Excusez-moi de me greffer sur votre commentaire, mais suis-je la seule à avoir des doutes sur cet article  ? Fake pas fake ?


    • Charles R 17 octobre 2015 14:57

      @M de Sourcessure - Outre votre pseudonyme particulièrement gerbatoire (vous seriez la vérité incarnée ???), vous tenez des propos affligeants de suffisance d’imbécillité et d’ignorance : le QI mesure essentiellement l’intelligence logico-mathématique ainsi que, marginalement, l’intelligence langagière, ce qui n’a AUCUN rapport avec une quelconque adaptation au milieu scolaire.


      Un « surdoué » (je n’ai pas trop ce terme non plus mais mes guillemets n’ont pas l’intention péjorative des votres) peut être repéré dès 6 ou 7 ans, âge auquel votre hypothétique « entrainement intensif d’adaptation » (sic) n’a pu en aucun cas avoir lieu. Vous n’avez pas la moindre idée de ce qu’est un test de QI (mais nous sommes d’accord sur le fait que cette mesure ne peut prétendre corréler parfaitement l’intelligence globale d’un individu), tout comme vous n’avez pas la moindre idée de ce qu’est un surdoué. Ayez l’humilité d’être un peu moins condescendant avec des gens qui vous sont indéniablement supérieurs... et si votre complexe d’infériorité vous travaille, abstenez vous de moquer les surdoués (qui selon vous goberaient n’importe quelle imbécillité) et envisagez de consulter un spécialiste qui traitera vos symptômes.

    • Le Gaïagénaire 17 octobre 2015 15:33

      @M de Sourcessure 5 octobre 09:51


      J’aime bien vos deuxième et troisième paragraphes.




    • sleeping-zombie 5 octobre 2015 09:54

      Hello Julie,

      Rassure-toi, ton histoire n’est pas du tout un problème de QI. En tout cas, pas celle que tu nous livres.
      C’est tout simplement l’histoire l’histoire d’une gamine qui avait le choix de tout pouvoir faire à l’école, et qui s’est orientée vers le social plutôt que le droit, le financier, ou les sciences (quoique, en sciences pures, c’est un peu le même soucis).
      J’ai des similarités de parcours avec toi, référence culturelles mises à part. Mais comme j’étais fainéant, je suis parti en sciences. Ca a aussi surpris tout mon monde que je parte à la fac plutôt qu’en prépa. Mais à ta différence, j’ai fais bac S puis maitrise de maths. Pas plus de boulot à l’arrivée, mais une reconversion vers l’informatique beaucoup plus facile... (et j’ai jamais fait tester mon QI, c’est d’ailleurs aussi pour ça que je dis que c’est avant tout un problème d’orientation initiale...)
      bref... apprends à coder ? c’est un domaine ou l’auto-formation est le plus développé


      • Kaudhi 6 octobre 2015 14:41

        @sleeping-zombie
        Je pense que malheureusement c’est bien un problème de « douance ». Ses problèmes ne sont pas exhaustifs au personnes présentant un QI élevé, mais d’une forte récurrence chez les personnes diagnostiqué comme « surdoué »


      • Kaudhi 6 octobre 2015 15:06

        @Kaudhi
        Ce n’est pas un problème EXCLUSIF (et non exhaustif) au « surdoué »
        Toutes mes excuses !


      • Le p’tit Charles 5 octobre 2015 10:13

        Être surdoué n’est en rien un gage de réussite dans la vie...le croire est un manque de réalisme absolu.. !


        • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 5 octobre 2015 21:27

          @Le p’tit Charles

          C’est hélas vrai, hélas pour lesdits surdoués qui sont brillants dans leur parcours scolaires mais ne se rendent pas compte des obstacles que leurs talents peut créer.

          * S’ils sont souvent très en avance pour avoir sauté des classes et le développement de la maturité n’étant pas le corollaire des capacités intellectuelles, ils ont d’autant plus de difficultés à décider de leur orientation. Mon neveu bachelier à 15 ans brillant dans tous les domaines, trilingue, excellent musicien se retrouve dans un milieu étudiant plus préoccupé de filles, de beuveries et autres snifs, leur carrière étant assurée par le milieu familial que de débats d’idées.

          * On n’apprend qu’à l’usage que la médiocrité de la plupart des décideurs leur fait redouter la supériorité de l’élément trop brillant. Beaucoup plus que l’apprécier, elle ferait d’autant plus ressortir leur propre banalité d’où une propension à embaucher du bon matériel facile à dominer, les restrictions du marché du travail actuel offrant tout un choix de bons esclaves. Une amie devait tricher sur ses CV après avoir entendu plusieurs fois qu’"tant trop diplômée, cela risquait d’être mal perçu par les autres salariés !

          * L’innovation n’est plus de mise, même dans les domaines les plus pointus, puisqu’il suffit de remodeler ou relooker l’existant pour séduire le client et un surdoué va rapidement s’impatienter des limites fixées par un staff qui préfère étriquer son action dans l’optique de préserver le budget fixé. Mon gendre bac+7, esprit brillant, a renoncé à vendre ses services après des expériences dans le public et le privé tant les blocages permanents et les hiérarchies stupides freinaient son enthousiasme. Il a trouvé un job de magasinier, heureux de faire du concret et de tout oublier en quittant l’entrepôt.

          Julie finira par rencontrer l’opportunité d’utiliser ses capacités et d’en tirer profit, mais pas forcément dans son domaine car un esprit ouvert et bien formé peut s’adapter à toutes sortes de situations, c’est même la meilleure preuve d’intelligence.


        • Jean Keim Jean Keim 5 octobre 2015 10:36

          Un fort QI explique-t-il tout de votre parcours ? 

          Un QI est une mesure relative mais votre QI élevé doit-il obligatoirement vous orientez vers un travail intellectuel ? En fait qu’aimeriez-vous faire réellement ?
          Une belle capacité à raisonner, analyser, associer des connaissances, combiner des idées ne peut-elle s’exprimer par exemple dans un métier manuel ?
          En fait votre parcours vous a ammené à penser que vous êtes différente ce que le test de votre QI n’a fait que renforcer, repartez de là et faites de votre différence un atout, vous comprenez en qq. minutes ce que d’autres ne comprendrons soit qu’au terme d’un long travail, soit jamais, peut-être que le métier de professeur des écoles serait à tenter. 
          Et puis que signifie penser et qu’est-ce que c’est que la pensée, percevez-vous que que tout part de là ? 

          • Azure 8 novembre 2015 14:26

            @Jean Keim

            L’article date un peu mais j’espère que vous lirez ma réponse. Je souhaite réagir à votre question : « un fort QI explique t il tout votre parcours » 
            Effectivement on peut se poser cette question lorsque l’on ignore les caractéristiques qui accompagnent le haut QI des personnes surdouées ou à haut potentiel.
            Ces caractéristiques sont :
            -hypersensibilité 
            -grande empathie
            -le sentiment d’être missionné pour faire de grandes choses d’où découle une insatisfaction chronique 
            -une grande émotivité 
            -une faiblesse face aux manipulateurs 
            Et j’en passe...

            Sans parler de tous les maux en dys... comme dyslexie qui peuvent venir s’ajouter et dont on a conscience que toujours bien trop tard. 
            Le surdoué a besoin de beaucoup apprendre, si son milieu ne lui permet pas d’assouvir cette soiffe, le surdoué s’éteint.
            Donc effectivement trouver sa place dans ce monde pour un surdoué est beaucoup plus compliqué que pour le commun des mortels (les surdoués ne représentent que 2% de la population)
            Le surdoué est bien plus complexe que ce que l’on en sait, c’est pourquoi en parler lorsque l’on a pas les connaissances nécessaires est périlleux.
            Mais la sudouance est un sujet fort intéressant, je vous invite à l’étudier. smiley 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Lydie


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès