• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’avenir de l’Europe, c’est la Russie !

L’avenir de l’Europe, c’est la Russie !

"Nul doute deja, que la fin de « la guerre froide » a marque la fin d’une etape plus longue du developpement international – 400-500 ans, durant lesquels la civilisation europeenne a domine dans le monde. L’Occident historique s’est toujours propulse a la pointe de cette domination".

"La nouvelle etape est parfois definie comme « post-americaine ». Mais, certes, ce n’est pas le « monde d’apres les USA » et d’autant plus sans les USA. C’est un monde, ou, a la suite de la montee d’autres centres globaux de la force et de l’influence, l’importance relative du role de l’Amerique se reduit, comme cela avait deja eu lieu au cours des dernieres decennies dans l’economie et le commerce globaux. Le leadership est un tout autre probleme, avant tout celui de l’obtention de l’entente parmi les partenaires, de la capacite d’etre premier, mais parmi ses égaux".

" Pour definir le contenu de l’ordre mondial en formation, on avance aussi les termes comme multipolaire, polycentrique, non-polaire".

"Nous ne partageons pas les craintes, que la reconfiguration actuelle qui se passe dans le monde mene inevitablement « au chaos et a l’anarchie ». On observe le processus naturel de la formation d’une nouvelle architecture internationale – tant politique, que financiere et economique, qui repondrait aux realites nouvelles".

« La Russie se voit comme une partie de la civilisation europeenne, qui possede les racines chretiennes communes ».

"Le dur modele anglo-saxon du developpement socio-economique presente de nouveau des rates, comme dans les annees 20 du ХХe siecle.l’Occident avait pour beaucoup cree l’architecture financiere et economique globale a son image. Et actuellement, ou l’on est en presence du deplacement reconnu par tous de la force financiere et economique vers les nouvelles economies en croissance rapide comme la Chine, l’Inde, la Russie, le Bresil, il devient evident que ce systeme n’est pas adequat aux realites nouvelles. Au fond, on a besoin d’une base financiere et economique, qui correspondait au polycentrisme du monde contemporain".

Plus d’un an après ses propos tenus par Sergei Lavrov (en juin 2008) un seul constat s’impose, la crise financière les a totalement confirmés. A l’aurore de cet automne 2009, l’occident s’apprête à sortir de l’histoire par la petite porte, après avoir transmis ses métastases à l’humanité toute entière. Dans ce monde en re-configuration, il est bon se se demander quelle est la place que les peuples du continent Européen entendent jouer.

A l’heure ou les lignes de fractures sont de plus en plus illisibles, il est bon de rappeler que la seule chance de survie des peuples Européens survivent est de sortir de l’ornière atlantiste suicidaire et de développer une collaboration poussée et intégré avec la fédération de Russie, afin que ce binôme "Euro-Russe" contribue à maintenir la paix sur le Heartland, au sein de ce nouveau monde multipolaire et polycentrique.

Dans un monde polycentrique et multipolaire, l’unite Européene est inévitable
Loin de l’idéalisme politique de comptoir, la réalité du monde de demain passe par l’économie et la démographie. La baisse d’influence de l’Amérique se traduit également par une augmentation de l’influence de nombres d’autres acteurs (BRIIC, monde arabo-musulman riche en énergie et en capital humain ..). La population de la planète atteint aujourd’hui 6,5 milliards d’habitants et devrait dépasser les 9 milliards en 2050. L’europe, qui compte aujourd’hui 728 millions d’habitants (dont 1/3 hors de l’UE) devrait voir sa population tomber à entre 564 millions et 632 millions d’habitants, soit représenter entre 7 et 8% de la population mondiale et moins de 20% du PIB soit à peu près autant que la Chine seule (!). La France pour prendre un exemple devrait compter elle 70 millions d’habitants en 2050, soit 0,8% de la population mondiale, un habitant sur trois ayant plus de 60 ans (!) et la moitié la plus jeune de sa population étant à cet moment la d’origine extra-européene, principalement Afro-maghrébine.

Dans ce contexte, et malgré les discours percutants de personnalités crédibles et intéressantes (nicolas dupont aignant, paul marie couteaux ou jean pierre Chevènement pour ne citer qu’eux) la sortie de l’UE et le retour au « souverainisme » national est probablement la dernière des solutions à envisager. L’UE est certes imparfaite à 99% mais elle est imparfaite en ce qu’elle est dirigée par Bruxelles, qui est une officine du « parti américain » qui traite l’Europe en colonie américaine.
Pire les Américains (qui souhaitent avant tout maintenir leur position dominante et défendre leurs interets) ne souhaitent pas une Europe unie et puissante, apte à ne pas les suivre dans leurs offensives militaires illégales ou même à s’y opposer, diplomatiquement, voir militairement. C’est la raison pour laquelle les Américains font « tout » pour rentrer leur cheval de troie (Turque) dans l’Europe, afin d’y semer la discorde et de déstabiliser un ensemble homogène en création. N’oublions pas enfin que la Turquie, seconde armée de l’OTAN, est avec Israêl le pion de l’Amérique au proche orient, et que celle-ci occupe militairement l’Europe (Chypre).

C’est la raison pour laquelle les Américains ont tout fait pour dissuader De Gaulle d’obtenir l’indépendance nucléaire et de sortir du commandement intégré de l’OTAN. Parcequ’une France indépendante, prélude à une Europe indépendante pouvait entraîner la pire des situations envisageables pour les stratèges US, perdre l’avantage pris à la fin de la guerre (l’occupation de l’europe de l’ouest) et donc la main mise sur la façade « ouest » du heartland.

C’est également la raison pour laquelle certains stratèges du « parti américain » en Europe ont parfaitement compris l’interet a appuyer les « refus » de l’UE en soutenant des partis « anti UE » et Europhobes comme ce fus ouvertement le cas en Irlande avec le candidat Libertas par exemple. Plus récemment, le Bruxellophobe Philippe de Villiers a lui aussi rejoint le parti Atlantiste de Nicolas Sarkosy, l’UMP, pourtant ouvertement Europhile et après que celui ci ai fait rejoindre à la France le commandement intégré de l’OTAN.

La perte de souveraineté des pays Européens est un processus qui a traversé deux stades principaux.
* Le premier est celui de la fin des empires, issu du traité de westphalie et qui prône l’identité nationale (l’état nation) comme identité première. Cette ‘nationisation’ des identités Européennes a crée les conditions de la guerre de 30 ans qui a ravagé notre continent dans la première moitié du 20ième siècle. Curieux hasard, le traité de westphalie mettait lui également fin à une guerre civile européenne de 30 ans.
* Le second stade est celui de la régio-fragmentation. Ce processus que l’on nous affirme comme éminemment politico-progressiste (les régions seraient le stade ultime de l’intégration politique européenne) est en fait le résultat d’un processus politique extérieur volontaire afin d’affaiblir l’Europe en la morcelant en entité qui de par leur petite taille n’ont plus aucune autonomie économique ni de souveraineté militaire. Cela a été particulièrement le cas pour l’est de l’Europe comme en Tchécoslovaquie, en Yougoslavie ou en URSS, pour des raisons évidentes : ces nations ne « baignant » dans le bain Occidental que depuis peu elles étaient suspectes de réticence à l’alignement euro-atlantique.
Quoi alors de plus étonnant que les partis Européens les plus éminemment régionalistes soient les partis les plus européistes et les actifs en faveur de l’extension de l’OTAN et de l’intégration euro-atlantique. Ces mêmes « lignes » politiques sont partagées par les commissaires de Bruxelles, agents zélés des intérêts Américains en Europe.
Evidemment cette Europe de Bruxelles est évidemment l’inverse de l’Europe puissante et indépendante que nous voulons. L’union Européenne charnelle et réelle (et non légale) est néanmoins le seul objectif à défendre pour que les Européens maîtrisent leur destin et redeviennent acteur et non seulement spectateurs. Hors le monde de demain ne sera probablement pas un monde plus « ouvert » que celui que nous connaissons, ce sera plausiblement un monde d’affrontements, de conflits de blocs, de territoires, de zones et de civilisations. Dans ce monde de tension croissante, la clef pour l’Europe est de se doter d’une structure de défense qui lui appartienne et lui permette de protéger ses intérêts et ses citoyens. En ce sens, les propositions du président Medvedev sur la nécessité de créer une structure de sécurité Pan-Européenne (remplaçant l’OTAN) sont un défi réellement intéressant pour l’Europe.

Dans un monde polycentrique et multipolaire, sortir de l’OTAN et créer une défense continentale non atlantique.
L’OTAN est une alliance militaire constituée en 1949 pour faire face à l’URSS mais aussi au risque futur d’une nouvelle situation pour l’Europe comme celle-ci avait connu avec l’Allemagne. Rapidement, cette alliance sous la coupe des anglo saxons entraîna la constitution d’une alliance concurrente dans l’autre bloc (soviétique) en 1955 : « le pacte de Varsovie ». Cette double alliance scinda le monde en deux blocs rivaux jusqu’en 1958, lorsque la France de De Gaulle décida de quitter le bloc anglo-saxon et de développer son propre programme nucléaire. En 1966, la France quitte le commandement de l’OTAN, et le siège de l’OTAN est déplacé de Paris à Bruxelles, ce qui est toujours le cas aujourd’hui, Bruxelles hébergeant donc et les institutions Européennes, et celles de l’OTAN. Retour dans le giron moins de 30 ans plus tard puisqu’en 1995, le président Français Chirac entama les négociations de retour au sein du commandement intégré de l’OTAN, retour avalisé et effectué par le président Nicolas Sarkosy le 17 mars 2009.

Il convient dès lors de se demander quelles sont les raisons de ce retour de la France en tant qu’acteur essentiel au sein de l’OTAN. Celle-ci n’a en effet aujourd’hui que deux fonctions principales, qui sont les deux dans le pur intérêt de l’Amérique mais vont toalement à l’encontre des intérêts Européens.
Tout d’abord elle est devenue une arme de conquête du heartland Eurasien par l’Amérique et en ce sens, son extension à l’est, vers les frontières de la Russie, passe par l’adhésion de nations nouvelles (nouvelle Europe) pour des motifs erronés, qui sont la crainte historique d’un impérialisme Russe qui n’existe pas mais que les stratèges américains entretiennent parfaitement.

Sous couvert d’entrée dans le « partenariat euro-atlantique », l’OTAN s’installe directement dans le cœur de l’Europe afin de pousser la Russie dans ses retranchements orientaux et de diviser une nouvelle fois l’Europe en installant ses bases militaires devant la frontière Russe. C’est le but réel de la campagne de Serbie (la Serbie étant un pion Russe dans la logique du Pentagone) avec la base bondsteel mais également de la révolution orchestrée en Ukraine, le but étant d’installer une base Américaine en crimée, en lieu et place de la base Russe actuelle.
Depuis le 11/09/2001 également, l’OTAN s’est transformée en « armée » de croisés au yeux du monde musulman, les mêmes stratèges tentant de nous persuader que l’OTAN est un rempart contre l’islamisme agressif et terroriste. Pourtant nul besoin d’être savant pour comprendre que la campagne d’Irak et celle d’Afghanistan, si elles devaient être gagnées (ce qui ne sera vraisemblablement pas le cas) ne vaincraient pas le « terrorisme Islamique ». L’Islamisme est aujourd’hui utilisé comme bouclier et paravent pour justifier des objectifs géopolitiques bien antérieurs. Ne suspecte t’on pas que l’attaque de l’Afghanistan ait été justifié par le 11/09 mais planifiée bien avant et que son but réel soit l’implantation de troupes US au cœur de l’Eurasie ? Peut on sans rire croire que l’Irak baathiste de saddam hussein ai été un des vecteurs du terrorisme islamique mondial, ou plutôt visée pour ses puits de pétrole ?

Les guerres de domination de l’empire Américain sont des guerres pour la maîtrise des ressources naturelles, qui sont concentrées (hormis en Arctique) entre la péninsule Arabe, l’Irak, l’Iran, le golfe Persique, le sud Russie (caucase) et l’Afghanistan. Hors ces conflits énergétiques déclenchés sur des faux motifs ne sont pas ceux de l’Europe. Pire ils sont susceptibles d’entrainer l’europe dans des tensions ethniquo-religieuses sur « son » territoire. La désintégration de la Yougoslavie nous a montré à quel point une structure de sécurité était essentielle pour maintenir son harmonie et faire face aux déstabilisations de l’extérieur.

L’affaire récente du Kosovo a parfaitement démontré à quel point l’europe sert de tête de pont aux américains pour « attaquer » et « conquérir » l’Eurasie, et donc la Russie tout en créant des tensions entre peuples Européens et surtout avec la Russie, à qui « l’avertissement » Serbe était adressé. Point d’orgue de cette politique de conquête, le vote du Silk road strategy Act par le congrès US en 1999 destiné à « favoriser l’indépendance des pays du Caucase et d’Asie centrale et à créer un pont terrestre détournant le commerce de ces pays avec l’ouest (qui passe actuellement par le territoire russe) vers le trajet de l’antique Route de la Soie aboutissant aux ports turcs, donc à un pays de l’OTAN. L’oléoduc BTC qui passe par la Georgie s’inscrit dans cette stratégie et explique en partie le développement de l’assistance militaire à la Géorgie depuis l’arrivée au pouvoir de Mikhaïl Saakachvili.

Dans un monde polycentrique et multipolaire, éviter la désintégration continentale.
Toujours en 1999, malgré l’attaque de la Serbie, et après 10 ans d’effondrement total, la prise de pouvoir de Vladimir Poutine va redresser la Russie et replacer celle ci sur le devant de la scène politique mondiale. L’Europe ayant basculé vers l’OTAN (participation des nations européennes à l’agression contre la Serbie), la Russie, la Chine et les nations musulmanes d’Asie centrale créent en 2001 l’Organisation de Shanghai ainsi que l’OSTC en 2002. Ces alliances militaires eurasiatique et inter-religieuses ayant pour but de répondre au double encerclement Russe et Chinois par l’armée Américaine et à défendre le pré-carré régional eurasiatique. Comme le disait Zbigniew Brezinski : « La stratégie eurasiatique des Etats Unis a suscité en réaction un rapprochement entre la Russie et la Chine. Les deux puissances continentales sont en train de construire une véritable alliance militaire face à la coalition anglo-saxonne et à ses alliés. » 

Cette offensive Américaine vers l’est (de Berlin à Kiev) s’est matérialisée en deux étapes essentielles, de 1996 à 2009.
* En 1996 est créé l’organisation GUUAM qui regroupe Géorgie, Uzbékistan, Ukraine, Azerbaïdjan et Moldavie. Ces nations désirent à l’époque « sortir » du Giron post soviétique après la chute du mur et dans un contexte d’effondrement de l’état Russe. Il n’est pas surprenant que ces nations aient des positions géographiques stratégiques et par conséquent aient été victimes des révolutions de couleur financées par les ONG proches de la CIA (révolution orange, des tulipes, des roses et récemment en Moldavie après les élections) ainsi que des changements de régimes pro Occidentaux liés. Symbole de la « couleur » de cette association, les membres observateurs sont la Turquie et la Lettonie (!). Néanmoins ces régimes renversés n’ont pas obtenu les résultats escomptés par leur supporters (intégration dans l’OTAN et l’UE, amélioration du niveau de vie ..) mais au contraire ont entrainé une dégradation de la situation économique et aucune intégration dans le système euro-atlantique. C’est la raison pour laquelle le départ de l’Ouzbékistan en 2005 et l’absence de réalisation concrète de l’organisation l’ont mise en sommeil politique et qu’en mai 2006, le politologue azerbaïdjanais Zardust Alizadé exprimait encore ses doutes quant aux « perspectives de développement de l’alliance, et l’obtention de résultats pratiques ».

* Aujourd’hui, la seconde étape se matérialise agressivement via l’apparition d’un nouveau front, que l’on peut appeler le GUA (Georgie, Ukraine, Arctique).
En Géorgie : l’incapacité politique du président a incité les stratèges Américains à lancer une opération militaire en août 2008, celle-ci ayant néanmoins échoué puisque l’armée Russe a répondu avec force et a « libéré » les territoires d’Ossétie et d’Abkazie. Ce conflit est le premier conflit de la Russie avec l’Amérique hors des frontières Russes (la précédente étant la déstabilisation Wahabitte en Tchétchénie, fomentée en grande partie par la CIA).
En Ukraine les récents conflits gaziers témoignent des tensions grandissantes et un observateur éclairé jugeait récemment que « un conflit limité, sous le prétexte d’un litige territorial, devrait éclater entraînant une rupture des fournitures de gaz pour une période plus ou moins lingue, les crises gazières sont provoquées afin d’entraîner les consommateurs européens à une telle coupure ».

L’arctique nécessitant un développement propre, j’incite mes lecteurs à lire mes précédents articles à ce sujet (ici et la) et à consulter le blog de « zebrastationpolaire » à ce sujet.

Ces manœuvres d’encerclement, d’endiguement et de déstabilisation ont divers objectifs :
- Contrôler les pourtours des mers noire, caspienne et baltique, zone essentielles et de transit entre l’orient et l’occident.
- Maîtriser les futurs corridors énergétiques, notamment via un projet de construction d’oléo- et gazoducs contournant la Russie mais reliant les régions de la Caspienne, de la mer Noire et de la Mer Baltique.
- Etendre l’influence de l’OTAN le plus à l’est, au cœur de l’Eurasie afin de réduire la sphère d’influence de la Russie (sur son étranger proche) mais surtout en Europe et empêcher un éventuel développement de l’influence Chinoise vers l’asie centrale.
Évidemment un lecteur non averti me dira que les russes et les américains n’ont cessé de s’affronter depuis 1945 et que globalement, ce n’est pas l’affaire de l’Europe et des Européens. Hors c’est précisément l’inverse…

Dans un monde polycentrique et multipolaire, l’alliance Euro-Russe, clef de voute de la paix sur le continent.
Les conséquences sus cités sont absolument dramatiques pour l’Europe. Elles ont pour conséquences de nous couper de la Russie sur un plan civilisationnel, géopolitique, politique et énergétique ou encore de créer un nouveau mur en Europe, non plus à berlin mais au cœur de l’Ukraine, en séparant l’Ouest (ensemble sous influence Américaine) de l’Est (ensemble sous influence Russe). Plus prosaiquement, cette ligne de fracture coupe « presque » l’Europe orthodoxe de l’europe catholico-protestante, reprenant la vision des civilisations séparées de S. Hungtinton dans son ouvrage « le choc des civilisations ». Enfin il est à noter que la Chine, acteur géopolitique et économique majeur, juge probablement l’Europe (via l’OTAN) co-responsable de la situation d’encerclement total qu’elle subit, que ce soit à l’ouest (ring centro-asiatique) et à l’est (dans le pacifique devant ses côtes). Cette rupture avec deux acteurs essentiels que sont la Russie (le pays le plus grand du monde) et la Chine (le pays le plus peuple du monde) sont doublement graves. En cas de tension croissante entre l’OTAN et l’OCS, la France et les pays d’Europe Occidentale seraient en conflit avec une organisation qui regroupe presque un homme sur trois dans le monde, couvret 32,3 millions de km² et comprend au niveau des ressources énergétiques 20 % des ressources mondiales de pétrole, 38 % du gaz naturel, 40 % du charbon, et 50 % de l’uranium.

Cette stratégie de séparation de la Russie et de l’Europe de l’ouest et du centre a en outre comme conséquence de « limiter » l’Europe dans un micro territoire encastré à l’ouest du continent et de la couper des possibilitées immenses que lui offriraient un partenariat avec la Russie.

· L’Europe à besoin de la Russie au niveau énergétique car la Russie dispose des réserves de gaz et de pétrole dont l’Europe à besoin. La Russie est un fournisseur stable comme le prouve sa relation avec la Turquie qui ne souffre elle d’aucun problème d’approvisionnement (il faut rappeller que les coupures d’approvisionnement lors de la guerre du gaz avec l’Ukraine étaient dus à cette dernière mais que les « médias » ont curieusement désignés la Russie comme coupable). La question énergétique est essentielle car l’Europe sous commandement Américain se voit proposer des alternatives à hauts risques, comme celui de remplacer la Russie par la Turquie (pays de l’otan candidat à l’UE !) comme fournisseur énergétique (Nabucco au lieu de south stream) ou encore de participer à des conflits pour l’énergie (Irak) dont elle pourrait se passer.

· L’Europe a besoin du fabuleux potentiel que représente la Russie, tant le potentiel humain avec ses 140 millions d’habitants, que géographique avec ses 17 millions de Km² et le débouché sur le pacifique. Elle deviendrait ainsi un acteur de premier plan notamment avec le monde asiatique, qui en en plein développement.

· La Russie à également besoin de l’Europe et des Européens, tant pour l’acheminement de ses matières premières que pour ses technologies ou son capital humain, qu’elle pourrait utiliser afin de combler le dépeuplement à l’est de l’oural. Enfin et surtout, elle a besoin de l’Europe comme d’un allié naturel, complémentaire car issu de la même civilisation.

En effet cette unité Euro-Russe (seule garante de paix et d’indépendance pour les peuples du continent) n’est pas seulement vitale, elle est souhaitable car les Européens d’Occident ou de Russie appartiennent avant tout à la même civilisation.

Comme le disait récemment Natalia Narotchnitskaïa lors d’un colloque à Paris : « La vraie coopération entre la Russie et l’Europe pourrait cependant donner un nouvel élan à notre continent à l’aube du troisième millénaire. Les grandes cultures romano-germanique et russe-orthodoxe partagent un seul et même fondement apostolique, chrétien et spirituel. Les Européens, qu’ils soient Occidentaux ou Russes, ont donné au monde les plus grands exemples de la spiritualité latine et orthodoxe  ».

Voilà pourquoi l’avenir de l’Europe, c’est la Russie.

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

90 réactions à cet article    


  • manusan 3 octobre 2009 14:06

    Je pense que l’avenir de la Russie est aussi vers l’Europe. Comme disait Einstein, « les intérêts mutuels sont la plus grande force de l’univers ». C’est d’autant plus facile quand on a les même histoires et racines culturelles, sans parler des intérêt économiques. Je ne connais pas très bien les russes, mais je ne serais pas étonné qu’au fond d’eux même, ils aient plus envie de se rapprocher de l’ouest que de l’est (chine) ou du sud (inde).

    Il est cependant indispensable qu’une scission avec les US concernant les relations internationales ait lieu et pour ça il faut une politique européenne plus forte et plus indépendante, plus proche du peuple aussi. Un peu plus de maturité démocratique du cote russe (je pense à la liberté de la presse) serait un plus.


    • VivreenRussie VivreenRussie 3 octobre 2009 14:49

      1- « je ne connais pas tres bien les russes »
      2- « je pense a une plus grande liberte de la presse »

      Quelle est votre connaissance directe de cette fameuse« liberte de la presse » ou plus generalement de tous les medias presse, « classique » gratuite« , radio, TV et internet ?
      Combien de fois avez vous lu ou vu des articles ou des reportages realises par des medias russes comme ceux-ci :
      http://vivreenrussie.1fr1.net/medias-francophones-f27/russie-acces-a-l-information-et-contenu-t1449.htm

      Sans grand risque de me tromper la reponse est : zero

      Votre »pensee« est basee uniquement sur des articles de la presse francaise ou europenne voir anglo-saxonne.
      Cette presse qui clame haut et fort qu’elle est libre, oui c’est vrai elle est libre d’ecrire des mensonges les uns apres les autres.
      Des exemples :
      http://www.russiaotherpointsofview.com/2009/10/new-york-times-on-russiageorgian-war.html

      http://www.russiaotherpointsofview.com/journalistic-malpractice/

      Le choix des photos de vos quotidiens et les »articles"
      http://vivreenrussie.1fr1.net/medias-francophones-f27/la-russie-subit-la-recession-encore-une-belle-photo-t1596.htm

      La difference entre les articles de vos quotidiens et la realite sur place :
      http://vivreenrussie.1fr1.net/medias-francophones-f27/moscou-manifestation-du-31-mai-limonov-interpelle-mensonges-de-la-presse-t1608.htm

      etc etc vous trouverez d’autres exemples depuis avril 2008 ici :
      http://vivreenrussie.1fr1.net/medias-francophones-f27/

      Voyez vous au final je ne suis pas certain que la liberte soit la ou vous croyez qu’elle se trouve...


    • manusan 3 octobre 2009 16:32

      comme je disais je connais pas bien les russes et la Russie (jamais mis les pieds), donc oui zéro, c’est un avis type francais « moyen », merci pour vos liens, c’est instructif.

      Pour ma remarque presse libre qui semble faire débat, à ma connaissance, on n’a pas flingué de journaliste en Europe de l’ouest ces 10 dernières années, en référence à Anna Politkovskaia. mais c’est surtout pour favoriser la lutte contre la corruption que la Russie aurait besoin d’un peu plus de presse libre ; pour la politique, bof, on sait où mène un pouvoir centrale faible type Eltsine.


    • manusan 3 octobre 2009 16:48

      autant pour moi, un zéro de plus.


    • R.L. 3 octobre 2009 19:07

      A vivreenrussie,

      Ni Amérique ni Russie. D’accord pour rejeter le pays le plus criminel de l’histoire, les U.S.A.
      Mais la Russie je la connais bien depuis 20 ans, y ai vécu et pas sous les lambris des salons de Total ou autre groupe, y retourne régulièrement et y est des intérêts (autre que d’affaires...).
      Derrière la façade, rien de fondamental n’a vraiment changé depuis l’époque d’Eltsine.
      Ce sont d’autres bandits qui ont pris le pouvoir.
      L’administration est totalement corrompue. E un degré qu’il est difficilement imaginable ici et pour les journalistes occidentaux en place là bas... qui ne grattent pas beaucoup. Je sais de quoi je parle.
      Police, Parquet et juges violent effrontément la loi. Les recours devant les plus hautes autorités ne donnent rien et les déclarations de ces derniers sont de la merde aux dires de tout russe (et au mien) qui a au moins deux synapses connectés. Après les entreprises et les actions, c’est autour de la terre que les « problèmes » explosent.
      La russie, c’est Gogol plus Kafka revisités par Vychinsky ! la situation est telle qu’elle n’est même plus réformable comme vient de le constater le ministre de l’Intérieur russe Rachid Nourgaliev dans sa campagne anti-corruption sans grand résultat et Medvedev lui-même (11/09/09) sur Internet. Poutine en est le premier responsable bien sûr. L’homme le plus riche de Russie et qui réarme à tout va en détournant la production de maintes usines.
      Dans moins de 10 ans, ce pays ne sera plus. Pas besoin de parler de la théorie du refoulement (Roller back) cher à Bzrezsinsky ou d’évoquer le danger chinois en Sibérie orientale. La corruption criminelle l’aura bousillée bien avant.


    • VivreenRussie VivreenRussie 3 octobre 2009 20:03

      @R.L
       - si la situation en Russie est si dramatiqe que ce que vous decrivez pourquoi prendre le risque de venir ?

      - aujourd’hui vient d’etre publie le rapport sur l’accident de la centrale hydroelectrique avec la liste des responsables, les noms et la « position » de ces personnes est en complete contradiction avec propos...

      ps : Vivre en Russie et non Touriste en Russie, ceci dit j’avoue que mon lieu de residence peut preter a confusion, photos prisent aujourd’hui (+de 25 degres)
      http://img3.imageshack.us/i/novo100300.jpg/
      http://img251.imageshack.us/i/novo100301.jpg/


    • Alexandre Latsa Alexandre Latsa 4 octobre 2009 10:25

      @ RL

      La corruption ne « détruira » pas ce pays, elle sera finalement réglée, tout comme la démographie a été rétablie ...


    • VivreenRussie VivreenRussie 5 octobre 2009 16:46

      @manusan, merci pour vos reponses.
      Voici un autre exemple publie aujourd’hui sur L’Express
      http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/renault-le-piege-russe_494308.html?p=3

      Vous allez me dire oui et apres ?

      Regardez plus attentivement la date de publication :
      « publié le 23/03/2000 00:00 - mis à jour le 05/10/2009 13:05 »
      Mis a jour ? rien, zero pas une seule modification le mot « Renault » ne figure meme pas dans les 3 pages et pour cause...


    • Alexandre Latsa Alexandre Latsa 21 décembre 2009 20:22

      @ RL


      Ce pays aura disparu dans 10 ans ... 

      HA HA HA HA HA

      Encore, que je rigole ;=)

    • Alexandre Latsa Alexandre Latsa 3 octobre 2009 14:18

      A Villistia,

      Contactez moi en mdp pour en discuter, j’ai des idées ...


      • Alexandre Latsa Alexandre Latsa 3 octobre 2009 16:03

        A Villistia

        mdp = mot de passe
        par mail quoi ) alexandre.latsa AT gmail.com


      • fonzibrain fonzibrain 3 octobre 2009 14:23

        vous n’avez pas compris que l’intégration usaeurope est une obligation


        jean monnet était un agent de la cia,l’europe est une idée us.

        en plus c’est un english qui va etre président de l’europe,tony blair,la bonne blague,
        degaulle serait horifié


        • Alexandre Latsa Alexandre Latsa 3 octobre 2009 14:35

          L’Europe ce n’est pas « l’union de Bruxelles » sous domination Américaine.

          L’Europe comme De Gaulle la souhaitait, ce n’est pas celle de Monnet ...

          L’Europe que nous souhaitons va de l’atlantique au pacifique ..


          • Francis, agnotologue JL 3 octobre 2009 14:41

            « L’Europe que nous souhaitons va de l’atlantique au pacifique .. » Vous croyez !?

            Sauf erreur, De Gaulle disait que quand les soviétiques en auraient fin avec le communisme, l’Europe irait de l’Atlantique à l’Oural.

            Ceci dit, de l’eau sale a coulé sous les ponts, depuis.


          • Alexandre Latsa Alexandre Latsa 3 octobre 2009 14:43

            De Gaulle vait déjà une vision de l’europe « autre » que celle des américains...

            Une vision imparfaite certes, mais c’est déjà ca..


            • Julius Julius 3 octobre 2009 14:52

              Pendant des années du monde multipolaire récente (lorsque la Russie a occupé la moitié de l’Europe), nous avons eu une blague :

              Un Russe et un Américain sont réanimés après 100 ans de la réfrigération. Ils achètent un journal. Le Russe voit avec un sourire la première page : "Le quinzième plan de cinq ans a été convenu sur le Congrès du Parti communiste des USA". L’Américain est triste. Mais alors ils cherchent des nouvelles de la Russie. Ils ne peuvent rien trouver. A la fin, ils trouvent une petite note : « Une autre provocation a la frontière entre la Finlande et la Chine ».

              Et c’est vrai aujourd’hui, plus qu’avant. La Russie n’est pas l’avenir de l’Europe. La Russie appartient à la Chine. Et le processus a déjà commencé.


              • VivreenRussie VivreenRussie 3 octobre 2009 15:05

                @Julius, La Russie est l’avenir de l’Europe et le processus a deja commence.


              • manusan 3 octobre 2009 17:08

                les mongols et les tartares vont mettre l’Asie à feu et à sang, Chine comme Russie.


              • Julius Julius 3 octobre 2009 17:42

                Les Chinois sont maintenantla quatrième groupes ethniques en Russie. Tandis que les Russes sont en déclin, la population chinoise est en pleine croissance. De 5000 à la fin des années 1980 à 3,26 millions aujourd’hui. Certaines estimations vont jusqu’à 10 milions. Ce sont surtout les hommes, ils se marient avec les femmes russe (comme il ya un surplus d’hommes en Chine et un surplus de femmes en Russie). Si rien ne change, le chinois vont devenir majoritaires dans 20 ans.

                Les Chinois arrivent en Russie par des millions - mais ils vont aussi à acheter la Russie. Alors que la Russie est en déclin économique, la Chine a le seul problème - quoi acheter. Aujourd’hui déjà, l’Extrême-Orient russes dépend totalement de l’économie chinoise. Les hommes d’affaires chinois gérent 30% à 40% de l’économie en Extrême-Orient et 100% de son industrie légère.

                Et vous ne devriez pas oublier que l’Extrême-Orient russe appartenait à la Chine jusqu’en 1850. Et la Chine considère toujours que c’est son territoire (et ils l’apprennent à l’école de cette façon).

                En tout cas, la culture russe est une dérivation faible de la culture chinoise, avec une petite touche d’Europe.

                Donc si vous êtes Russe - commencer à apprendre chinois d’aujourd’hui.


              • Julius Julius 3 octobre 2009 18:53

                > Dépèches toi Juluis d’apprendre aussi le chinois.

                Je le ferai. Il est utile de comprendre la langue de nos futurs voisins smiley


              • Maximus 4 octobre 2009 00:12

                « En tout cas, la culture russe est une dérivation faible de la culture chinoise, avec une petite touche d’Europe. » ???????????????


                C’est sûr que Shostakovitch, Dostoievski, Gogol, Tsiolkovski, Korolev, Eisenstein, Tarkovski et des dizaines d’autres, c’est une culture « faible » et de style « chinois ».



              • Alexandre Latsa Alexandre Latsa 3 octobre 2009 14:56

                Julius a dit : « La Russie appartient à la Chine »

                ...

                L’avenir vous donnera tort.


                • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 3 octobre 2009 22:55

                  Pour ça on peut faire confiance aux Russes : je ne pense pas qu’ils auraient le MOINDRE problème MORAL à régler la problématique à coup de missiles nucléaires ...


                • abdelkader17 3 octobre 2009 15:15

                  "A l’heure ou les lignes de fractures sont de plus en plus illisibles, il est bon de rappeler que la seule chance de survie des peuples Européens survivent est de sortir de l’ornière atlantiste suicidaire et de développer une collaboration poussée et intégré avec la fédération de Russie, afin que ce binôme « Euro-Russe » contribue à maintenir la paix sur le Heartland, au sein de ce nouveau monde multipolaire et polycentrique."

                  on assiste actuellement à son total contraire,l’union européenne France en tête se dirige tout droit vers le suicide collectif des nations impulsé par l’ordre anglo saxon,l’aveuglement en matière économique, politique et géostratégique relève même de l’irrationnel.A l’heure du déclin et de la banqueroute affichée de la mecque du libéralisme certains tel Sarkozy veulent être plus royaliste que le roi,politique de liquidation de l’état social,triomphe des forces réactionnaires du capitalisme apatride,sur le plan géostratégique la faillite semble avancée après les aventures désastreuses en Irak et la fuite en avant sur le front Afghan,l’otan s’étant désormais mue en force coloniale au service des visées hégémoniques de l’empire et du contrôle des ressources énergétiques de l’Asie centrale.Soutien actif au gouvernement réactionnaire sioniste,Sarkozy s’étant entouré dans son gouvernement d’éléments au philosionisme exacerbé dont la tendance dure prêche pour une intervention musclée contre la république islamique d’Iran.C’est à se demander ou se trouve les fanatiques,les croisés du marché sombreront ensemble.


                  • abdelkader17 3 octobre 2009 15:42

                    (les régions seraient le stade ultime de l’intégration politique européenne) est en fait le résultat d’un processus politique extérieur volontaire afin d’affaiblir l’Europe en la morcelant en entité qui de par leur petite taille n’ont plus aucune autonomie économique ni de souveraineté militaire.

                    on peut constater que ce processus est également en marche au moyen orient ,l’implosion de l’Irak en entité confessionnelles prélude à des revendications d’autonomie régionale,la question Kurde et la revendication d’un état.Le particularisme Libanais et le jeu d’Israël sur les appartenances confessionnelles,la guerre du Liban de 1982 visait à installer un pouvoir central chrétien allié d’Israël en éliminant les composantes chrétiennes hostiles à ce rapprochement contre nature.
                    << En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi. >>
                    Roosevelt.


                    • Internaute Internaute 3 octobre 2009 16:28

                      La Russie (jusqu’à l’Oural) a toujours fait partie de l’Europe, cela ne fait aucun doute. Aujourd’hui les russes ont la chance d’avoir des dirigeants à la hauteur de la situation, notre pauvre Kouchner n’arrivant pas à la cheville d’un Sergeï Lavrov.

                      Cependant, la Russie essaye de se faire plus grosse que le boeuf. Sur le plan économique elle pèse à peine plus lourd que la Belgique et ne peut donc prétendre à concurrencer le dollar avec son rouble.

                      Sur le plan géo-politique il est évident qu’avec ses capacités techniques dans le domaine spatial et militaire ainsi que par son étendue la Russie est le contre-poid dont a besoin l’Europe face à l’Amérique.

                      Le gros problème, l’énorme problème, le colossal problème que les russes eux-même n’arriveront pas à gérer est la démographie. Aujourd’hui, les russes blancs tiennent le pouvoir car les ingouche et les mongols vivent toujours sous des yourtes en courant derrirère des rennes à moitié sauvages. Mais les russes européens sont une minorité numérique et le seront de plus en plus. Que se passera-t-il quand les peuples d’asie centrale réclameront la part de pouvoir ? Cela viendra trés vite avec le développement de ces régions. Veut-on faire rentrer dans l’UE 100 millions de tchétchennes, mongols, ingouche, kirkiz, ouzbek etc ? Il faudra bien qu’un jour la question soit posée.


                      • Internaute Internaute 3 octobre 2009 18:17

                        Alors éclairez nous.


                      • iciailleurs 3 octobre 2009 17:06

                        Parce que l’Europe existe ? Je distingue un vague machin ultralibéral, sans politique économique ni politique étrangère.
                        De toute façon Sarko nous a retiré le droit de vote sur l’Europe.
                        Allez coucher, la plèbe, plus de référendum.


                        • Yannick Harrel Yannick Harrel 3 octobre 2009 17:38

                          Bonjour,

                          Texte riche et prospectif. Toutefois si les données démographiques commencent à devenir encourageantes, la Russie se doit de relever d’autres défis comme ceux des biens manufacturés ou des nouvelles technologies et ne pas se contenter de la manne de ses énergies fossiles. Medvedev comme Poutine en sont pleinement conscients (relire à ce sujet le très instructif discours du Président de la Fédération de Russie), d’où d’une part les fonds souverains mis en place (bien avant que Nicolas Sarkozy ne trouve cela génial mais quand la crise frappait déjà la France) et d’autre part une stratégie d’acquisitions et de participations sur le terrain des Européens (EADS, Opel etc.).

                          Toutefois, les élites en place dans les différents pays Européens ne sont pas franchement acquises aux poignées de main avec leurs homologues Russes. Méfiance, psychorigidité ou encore débit à l’égard d’une puissance tierce font que nombre de dirigeants ne souhaitent guère d’une entente profitable à toutes les parties. Ce constat expliquant certaines sautes d’humeur des responsables Russes irrités d’attitudes fort peu cohérentes à leur égard (cf l’épisode tragi-comique des sanctions adressées par l’UE à la Russie peu après la guerre Russo-Géorgienne de l’année dernière).

                          Cordialement


                          • Suldhrun Coyotin 3 octobre 2009 18:12

                            L http://www.levif.be/actualite/monde/72-58-39580/les-etats-unis-prets-a-renoncer-au-bouclier-antimissile-en-europe.html USA a bien tendu la main , dans l interet co0mmun , star ... wards

                            l affaire est close


                          • VivreenRussie VivreenRussie 3 octobre 2009 19:48

                            « Toutefois, les élites en place dans les différents pays Européens ne sont pas franchement acquises aux poignées de main avec leurs homologues Russes. »

                            Juste un tout petit exemple avec la liste des participants au dernier forum economique de Sochi, la France semble tres « discrete » vis de la qualite des delegations allemandes et americaines...
                            http://www.forumkuban.com/spisok.php

                            ps : « l’episode tragi-comique des sanctions » que dire du rapport publie un an apres... Un an pour enfin ecrire ce que tous les observateurs sur place avaient deja signales.
                            Quand a la legalite de l’intervention russe, l’etude de Nicolai N Pitro semble bien plus complete que le rapport : The Legal Case for Russian Intervention in Georgia
                            http://law.fordham.edu/fordham-international-law-journal/11832.htm


                          • Julius Julius 3 octobre 2009 18:03

                            Le problème de la France, c’est qu’il a une vision romantique de la Russie - qui n’a rien à voir avec la réalité. Pour les Français, la Russie est Puskin et Tolstoj. Mais la Russie réelle correspond plus à Ivan Groznyj, Raspoutine et Dzerzinskij. Les Français n’ont pas une expérience directe avec la Russie. Ils n’ont jamais rencontré son vrai visage, sa barbarie, sa cruauté.


                            • Internaute Internaute 3 octobre 2009 18:15

                              Parcequ’il y a deux Russies. La France a hébergé l’armée Russe à Houdan (40 km à l’ouest de Paris) pendant la restauration et les chroniques locales publiées aujourd’hui par le guide touristique de la Marie n’en font pas une relation terrible bien que la guarnison vécut sur l’habitant qui devait la nourrir et la loger.

                              Aprés 1917 la France a accueilli plusieurs centaines de milliers d’immigrés russes qui se sont parfaitement intégrés et n’ont posé aucun problèmes. Ce sont surtout eux qui nous donnent une certaine image de la Russie car ils appartiennent à la génération de nos parents. Certes, c’est l’élite qui a eu la possibilité de fuir et les français connaissent peu les russes des campagnes profondes.


                            • Julius Julius 3 octobre 2009 18:45

                              J’ai juste une expérience directe avec la Russie. J’ai vu ses soldats, je sais comment ils se comportent.


                            • Julius Julius 3 octobre 2009 18:42

                              Après 1939 (Pologne, Pays Baltes, Besarabie), 1948 (Europe centrale dans son ensemble), 1956 (Budapest) et 1968 (Prague), l’Europe a accueilli plusieurs centaines de milliers d’immigrés russes. Ils ont fait de nombreux problèmes. Et de nombreuses victimes.


                            • krolik krolik 3 octobre 2009 18:47

                              Il est clair que la notion de vie et de mort en Russie est bien différente de la nôtre.
                              Il est clait que le Russe en général peut passer instantanément de la position d’exploitant à la position d’exploité. De garde chiourme à esclave.
                              Mais il est clair aussi que les Russes ont un culture européenne, ils connaissent l’histoire et la géographie ce qui n’est pas le cas des Américains.
                              Les Russes disent volontiers : - La mission historique de la Russie est de protéger la culture occidentale des invasions des barbares venus de l’Est et du Sud c’est pour cela que les Cosaques ont été mis aux frontières. La Russie a arrêté Gengis Khan et Tamerlan. La Russie n’a pas failli à cette mission et ne faillira pas !!!
                              La guerre en Tchétchénie s’inscrit dans cette continuité !

                              Là vous restez pantois.
                              Mais ils peuvent continuer sur le thème : Vous avez des problèmes d’intégration dans vos banlieues, vous devriez largement ouvrir les visas aux Russes pour qu’ils s’installent dans vos banlieues en « réglant » le problème des immigrés qui ne s’intégrent pas, les Russes s’intégreraient très bien, cela a déjà été montré..

                              Il n’est pas précisé comment les Russes immigrés en France « règleraient » le problème des banlieues... C’est là où les Russes vous flanquent la frousse.

                              Mais arrivé au fin fond de la Sibérie et s’entendre dire :
                              - Ici vous êtes en Europe ! Alors que vous avez quatre heures de décalage horaire avec l’Oural qui est déjà une frontière assez lointaine pour nous, déjà à deux heures de décalage de Moscou. Ca surprend.

                              La notion du temps également est très spéciale avec des remarques u type :
                              - Nous avons eu un différent idéologique pendant 70 ans, mais maintenant c’est terminé, alors reprenons la discussion où nous l’avions laissée.
                              Si vous voulez en savoir un plus : http://perso.wanadoo.fr/krolik 

                              J’ai pas mal séjourné aux USA et en Russie, et bien je préfère tout de même la Russie.
                              Question culture, gastronomie, considération de l’homme sur d’autres critères que l’unique critère américain qui arrive rapidement après 15 minutes de rencontre :
                              - Combien gagnez-vous de l’heure ?
                              Lorsque j’entends cette question, je me dis que vraiment je ne remettrais plus les pieds dans ce pays.

                              Pour en revenir à un point de l’article : Il est faux de dire que les Américains n’ont pas voulu que la France de De Gaulle ait la « Bombe ». Robert Galley, patron de ce développement à l’époque raconte volontiers que les USA l’ont aidé en plusieurs points, et notamment de mémoire : lorsque Galley a visité l’usine de retraitement de Oakridge il s’est aperçu qu’il y avait beaucoup d’acide oxalique indiqué sur les tuyauteries. Alors qu’en France on était encore à chercher le solvant spécifique du plutonium...
                              A son retour l’affaire l’affaire était gagnée.. Il y a eu plusieurs étapes technologiques qui sont passées comme cela, discrètement. Donc ce n’était pas verrouillé. Nous avons été aidés.

                              @+


                              • Julius Julius 3 octobre 2009 20:03

                                Krolik : J’ai lu votre livre, c’est la vérité.


                              • krolik krolik 3 octobre 2009 20:59

                                @Julius,

                                Merci du compliment, venant d’un connaisseur, ça a plus de poids.
                                @+


                              • HELIOS HELIOS 3 octobre 2009 21:45

                                Attention, il ne faut pas faire de mal a « nos » arabes, hein.... Je la sens mal, là sur le coup, votre proposition d’immigration....


                              • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 3 octobre 2009 23:03

                                Dire que la Russie a ARRETE Gengis Khan et Timur Lenk : hu hu hu , aussi bien que la ligne MAGINOT a arreté les boches en 40 !

                                Saviez vous que Moscou est devenue la première ville de Russie parce que le Khan de la Horde d’Or ( Mongols occidentaux ) a décidé que cette ville serait responsable de la COLLECTE du TRIBUT qui lui était DU !

                                Faut se RENSEIGNER les amis !


                              • Maximus 3 octobre 2009 23:11

                                Ha ha, j’aime la Russie, mais ils se sont fait ratatiner par les Mongols au milieu du 13ème siècle. Même après la victoire de Dmitri Donskoi aux Champs Koulikovo en 1380, ils n’étaient pas totalement libérés de leur tutelle.


                                Excellent, vraiment.

                              • Enola Gay Revival Enola Gay Revival 3 octobre 2009 23:13

                                La tutelle de qui Maximus ? Reviens sur terre mon grand.


                              • Maximus 3 octobre 2009 23:31

                                Mon pauvre Shawford, même pas foutu de comprendre une phrase de plus de dix mots ni de piger d’après le contexte.


                                Va causer avec Morice et pyralene, c’est ton niveau.

                              • Enola Gay Revival Enola Gay Revival 3 octobre 2009 23:47

                                Tu sais, y’a vraiment pas de quoi être fier d’être un petit français aujourd’hui, vili

                                « never an honest word »


                              • Maximus 3 octobre 2009 23:57

                                C’est exact. Cela leur a permis par la suite de faire l’inverse et de s’occuper des mongols, tu connais la suite....


                                Oui, les Champs Koulikovo 150 ans après et la prise de Kazan 300 ans après les défaites face aux Mongols. C’est pas une honte, les Européens n’ont pas fait mieux en 1241 à Legnica. Et puis d’ailleurs, pourquoi diaboliser des conquérants qui n’ont jamais tué ceux qui se soumettaient à eux et qui ont instauré la « Pax Mongolia », un état de fait si rare à l’époque.

                                Ma pauvre, les Français ont gagné bien des guerres, mais si tu crois qu’il y a une gloire à avoir été le pays d’Europe le plus en guerre entre Louis XIV et la Guerre d’Algérie, tu te fourres le doigt dans l’oeil.

                              • krolik krolik 3 octobre 2009 19:27

                                @Vilistia.
                                Oh j’y ai passé une petite vingtaine d’années à mi-temps.
                                Et en sus j’aime bien les Russes... L’ordinaire est impossible mais l’exceptionel est quotidien D’ailleurs j’ai donné la référence d’un site 165 pages

                                Et pour les Français je recommande la lecture des « Voyages d’Arthur Young » , récit de trois voyages d’un gentilhomme britannique en 1787-88-89.
                                Excellent description du caractère « français », description qui me semble encore vrais sous bien des aspects. Même plus de 200ans après.
                                Je vous mets le texte complet du bouquin à charger ici , environ 120 pages :
                                http://www.vdownloader.es/

                                @+


                                • krolik krolik 3 octobre 2009 20:10

                                  Mais peut-être que sans Eltsine elle aurait moins changé.. ???!!!
                                  Ce sont des supputations, et l’on ne saura jamais...
                                  Un iceberg qui se retourne, ça fait des vagues, mais c’est toujours un iceberg...
                                  Mais cela veut dire aussi qu’il avance en d’autres eaux moins froides.
                                  Et je n’ai jamais dis que le modèle Ocidental était une référence à suivre, d’ailleurs le modèle américain pour moi.. très peu pour moi .. Même si on y va gaiement...
                                  @+


                                • krolik krolik 3 octobre 2009 20:15

                                  Pour avoir lu plusieurs fois du « Julius » sur AV, je pense qu’il a une bonne expérience des Soviets/Russes vus du côté des Pays de l’Est. C’est une autre approche.
                                  Il m’a semblé retrouver chez lui des paroles à la Milan Kundéra.

                                  @+


                                • krolik krolik 3 octobre 2009 20:19

                                  Oh vous prêtez à Eltsine une pensée plus profonde, plus politique qu’il n’avait.
                                  Eltsine dans la moyenne des Russes pensait que la « liberté » c’était de pouvoir faire ce que l’on voulait , tout et n’importe quoi, et au passage s’en mettre plein les poches..
                                  @+


                                • Julius Julius 3 octobre 2009 20:34

                                  > Certains pays, je suis désolé, quand vous venez déclarer la guerre,à d’autres ils répondent . Les russes savent se battrent. Il croit acvec que la guerre se fait avec un pétard et des fleurs.

                                  La Tchécoslovaquie n’a jamais déclaré la guerre à la Russie. Au contraire, nous nous sommes conduits d’une manière très conviviale.

                                  J’ai vu des soldats russes dans le nord de la Tchéquie en 1968 (et les années suivantes). Mes parents m’ont raconté les soldats russes en 1945 dans la Moravie du Nord (mon père). Et la différence avec les soldats américains dans le sud Bohemie (ma mère).


                                • Julius Julius 3 octobre 2009 20:37

                                  > Dans certains pays de l’Est, ils regrettent la péroide soviétique.

                                  Certains (minoritaire) regrette leurs jeunes années dans le communisme. Personne ne regrette l’occupation russe.


                                • krolik krolik 3 octobre 2009 21:10

                                  Oh, mais je ne suis pas resté à Moscou, j’évitais.

                                  Mais Riazhan, Tomsk , Novossibirsk, Tuymen, Arkengelsk, Ekaterinbourg, Tomsk, Perm, Tcheliabinsk, Kazan, Sarov, Scyvtyvkar.. etc.. C’est tout de même sortir des sentiers battus.
                                  @+


                                • krolik krolik 3 octobre 2009 19:29

                                  Excuses : le lien pour charger le bouquin, c’est le suivant.
                                  http://dl.free.fr/mfU7J5TbV


                                  • Enola Gay Revival Enola Gay Revival 3 octobre 2009 21:12

                                     smiley smiley smiley


                                  • krolik krolik 3 octobre 2009 21:20

                                    Mais qui a dit qu’il avait la haine des Russes ???
                                    Vous vous emballez alors qu’il n’y a pas de quoi.

                                    Que les pays de l’Est aient un souvenir très particulier de l’occupation soviétique ça peut se comprendre.
                                    Que le temps passe est aussi vrai.
                                    Que le mode de pensée russe soit différent du mode de pensée de l’Europe de l’Ouest c’est évident, comme le mode de pensée Français est différent du mode Américain, du mode Chinois...

                                     

                                    @+


                                  • Enola Gay Revival Enola Gay Revival 3 octobre 2009 21:22

                                    C’est F ou c’est H les russes ?


                                  • Enola Gay Revival Enola Gay Revival 3 octobre 2009 21:43

                                    Suis ta voie petit scarabée smiley


                                  • Julius Julius 3 octobre 2009 22:27

                                    > 1/ Les allemands ont perdu
                                    > 2/ Les russes ont gagné.

                                    Plus récemment :
                                    1) Les Russes ont perdu.
                                    2) Les Américains ont gagné.

                                    Suivant :
                                    Les Chinois vont gagner.



                                    • Enola Gay Revival Enola Gay Revival 3 octobre 2009 21:42

                                      Merci bien.


                                    • Julius Julius 3 octobre 2009 22:48

                                      Vilistia : Je n’ai rien contre les Russes. J’ai beaucoup d’amis russes (je partage mon bureau avec Grigorij), je me suis rendu plusieurs fois en Russie (j’ai passé une partie de Novembre 1989 à Moscou et Dubna), j’aime la littérature russe (Dostojevskij, Pasternak, Solzenitzin), que j’ai lu dans russe.

                                      Ce que je déteste est le messianisme et l’impérialisme russe. Je suis heureux avec les Russes comme des partenaires et je pense que la Russie est un ami naturel de l’Europe et USA. Mais je ne serai jamais d’accord avec les Russes comme des frères plus âgés de l’Europe. Malheureusement, le gouvernement russe se comporte de plus en plus dans cette direction. Je comprends que la Russie a une situation difficile et son histoire est lourde (et pas seulement l’histoire la plus récente, je pense aussi invastions mongol, etc). Mais la Russie doit comprendre que l’Europe est un partenaire et non un frère cadet. Moscou n’est pas la troisième Rome.


                                      • Enola Gay Revival Enola Gay Revival 3 octobre 2009 23:00

                                        P’tre bien que oui, p’tre bien que non, ma Zérie.


                                      • Maximus 3 octobre 2009 23:14

                                        « Julilus aime les russes...

                                        Il va neiger demain. »

                                        Commentaire digne d’une surdouée autoproclamée.


                                      • Enola Gay Revival Enola Gay Revival 3 octobre 2009 23:17

                                        P’tre bien qu’oui p’tre bien qu’non, mon Zéri


                                      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 3 octobre 2009 23:22

                                        Bien qu’avec la pleine lune et le temps qui rafraichit, je ne serais pas étonné !

                                        Suffit de savoir d’Où ON parle ...


                                      • Enola Gay Revival Enola Gay Revival 3 octobre 2009 23:23

                                        D’où JE parle, ça a pas changé.


                                      • Enola Gay Revival Enola Gay Revival 3 octobre 2009 23:33

                                        Ils me laisseront l’herbe de bison comme ça smiley


                                      • Enola Gay Revival Enola Gay Revival 3 octobre 2009 23:38

                                        J’en salive d’avance smiley smiley


                                      • Maximus 3 octobre 2009 23:40

                                        De là à s’étaler, il y a un pas.


                                        Ca me rappelle les forums de « surdoués », au fond pas plus respectables s’ils l’étaient vraiment (trop de vantardise et pas assez d’humilité). Comme si j’allais donner mon propre QI sur la place publique.

                                        La « douance », c’est moins à la mode. Je peux te conseiller plus tendance. Il y a beaucoup de geeks qui expliquent leurs problèmes par un autodiagnostic du Syndrome d’Asperger, en croyant s’auréoler de la réputation d’agilité intellectuelle et de mémoire surdéveloppée de ces personnes. 

                                        Tu devrais te découvrir Asperger, c’est à la mode en ce moment, ça fait prestigieux et valorisant. Il suffit de se sentir « différent » et « décalé » pour se l’autoattribuer, pas une grosse affaire quoi...

                                      • abdelkader17 3 octobre 2009 23:53

                                        @Juluis
                                        salut
                                        Et que faite vous du messianisme des born Again christians aux états- unis,le fondamentalisme des chrétiens sionistes allié aux fondamentaliste religieux israéliens qui pour hâter la venue du messie devront détruire le dôme du rocher à Jérusalem pour y construire le 3 e temple.
                                        Un quart des Américains font partis de ces églises messianiques,sans compter les millions de latino Américains convertis au cours des années récentes avec l’aide de Jean Paul 2 qui à farouchement lutté contre la théologie de la libération,doctrine sociale de l’église allié à des courants politiques marxistes (Amérique centrale, Pérou, Chili).
                                        La bombe nucléaire israélienne ne se trouve pas à Dimona mais sur le mont du temple à Jérusalem .


                                      • Enola Gay Revival Enola Gay Revival 3 octobre 2009 23:55

                                        Ta bombe nucléaire, tu l’as devant toi Abdèle !


                                      • Julius Julius 4 octobre 2009 00:03

                                        Et j’ai oublié de mentionner : la Chine (athée et budhist) est la meilleure protection contre la maladie de l’islam.
                                         smiley


                                      • Maximus 4 octobre 2009 00:05

                                        Et oui, ça m’arrive de manquer de défoulement, les fils de commentaires de Morice ne sont plus ce qu’ils étaient.


                                        Je crois volontiers que tu as des origines russes. Tu en as deux traits caractéristiques : de l’intelligence et beaucoup de prétention (les Européens de l’Est ont facilement ce côté pompeux).



                                      • Enola Gay Revival Enola Gay Revival 4 octobre 2009 00:10

                                        J’ai un très bon frigo smiley


                                      • Enola Gay Revival Enola Gay Revival 4 octobre 2009 00:19

                                        ce que je peux dire c’est que c’est ma papa


                                      • abdelkader17 4 octobre 2009 10:41

                                        @Juluis
                                        la diversion comme arme ultime ,je vous parle des fanatiques évangélistes,qu’en pensez vous ?


                                      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 4 octobre 2009 22:09

                                        @ Abdelkader

                                        D’un autre côté, quand ils auront reconstruit le temple on pourra constater si OUI ou NON il y a un retour de MESSIE !

                                        L’expérience en vaut la peine non ?


                                      • Maximus 3 octobre 2009 23:25

                                        L’article évacue bien vite les problèmes de la Russie. Une démographie catastrophique, un autoritarisme politique parti pour durer, un manque de stabilité politique, particulièrement dans certaines régions périphériques...


                                        Pire que tout, il faut parler de la faiblesse russe. Ce pays n’est guère, en schématisant à peine, à l’heure actuelle, qu’un fournisseur de matières premières et un marchand d’armes. Il y a bien une immense richesse humaine, mais elle est brisée par le système socio politique actuel. 

                                        Tant que ce pays n’aura pas intégré l’ensemble de sa population à un processus collectif (ce que savent faire les Asiatiques), il ne sortira pas de l’ornière et des succès en trompe l’oeil. Je vois mal ce que ce pays, si étonnant et hors du commun soit-il, peut apporter à l’Europe dans un partenariat à l’heure actuelle.

                                        • Maximus 3 octobre 2009 23:48

                                          Vous étiez une vraie grande puissance quand vous aviez des Nobels de physique, d’économie, des artistes et des scientifiques de génie, et des hommes politiques avec de l’ambition pour ce pays (mais jamais très regardants sur les moyens).


                                          C’est bien là le problème. Vous auriez du être la lumière du monde (vu le nombre de génies que la Russie a donné), mais vous risquez de vous transformer en Arabie Saoudite. C’est une impasse, les matières premières seules ne peuvent donner que des puissances de second rang, c’est la matière grise et la technologie qui comptent.


                                        • frédéric lyon 4 octobre 2009 00:50

                                          Il est heureux que les Russes comprennent tout l’intérêt d’une union étroite avec l’Europe. Nous pourrions contrôler ainsi les deux tiers du cercle arctique, du Groenland au détroit de Behring.


                                          A titre d’exemple, les Finlandais et les Français vont participer au développement du gisement offshore gazier géant de « Shtockman » dans la partie russe de la Mer de Barents, et la production de ce gisement sera injectée dans le gazoduc « Nord Stream » qui reliera la Russie à l’Allemagne et au reste de l’Europe Occidentale, en passant sous la Mer Baltique.

                                          Le seul petit problème est que nos cousins russes feraient une grosse erreur d’appréciation s’ils croyaient que nous allons nous brouiller avec les Américains et les Canadiens pour leurs beaux yeux. 

                                          Car les Européens vont aussi participer au développement des sables bitumineux de l’Alberta qui représentent des réserves pétrolières sans doute deux ou trois fois supérieures aux réserves d’Arabie Saoudite, ainsi qu’au développement des réserves pétrolières et gazières dans la partie Canadienne de la Mer de Baffin.

                                          Il faudrait d’ailleurs inviter les Chinois et les Japonais à participer à tous ces projets. Les Chinois sont déjà partie prenante en Alberta.

                                          Ce qui est important, c’est qu’un nouveau monde se dessine peu à peu, dans lequel l’OPEP aura bientôt perdu le contrôle du marché de l’Energie, et dans lequel de grands regroupements politiques et économiques entre producteurs et consommateurs d’Energie seront possibles.

                                          D’accord avec l’auteur cependant pour dire que les Russes sont Européens, tandis que les Turcs ne le sont pas. 



                                          • VivreenRussie VivreenRussie 4 octobre 2009 08:42

                                            « ... et la production de ce gisement sera injectée dans le gazoduc « Nord Stream » »

                                            Pas toute la production :
                                            09/06/09
                                            http://www.fr.rian.ru/business/20090609/121920821.html

                                            02/10/09
                                            http://www.fr.rian.ru/business/20091002/123342675.html


                                          • Alexandre Latsa Alexandre Latsa 4 octobre 2009 10:30

                                            JULIUS connait la Russie, il a été a moscou en 1989 ..
                                            Mon dieu ...

                                            MOSCOU est la 3ième Rome !


                                            • Julius Julius 4 octobre 2009 11:52

                                              Julius y a été de nombreuses fois avant et après aussi.


                                            • VivreenRussie VivreenRussie 4 octobre 2009 12:56

                                              Moscou est la 3ieme Rome et Julius parle a la troisieme personne...

                                              @Julius est un grand specialiste de la Russie, quand il etait petit il a vu les « mechants » soldats russes, mais un peu plus tard il n’a pas hesite bravant sa peur a venir en Russie, enfin a Moscou, si cela se trouve il a meme reussi a franchir le MKAD, quel courage.
                                              Remarquez avant de venir il a pris soin de bien lire tous les articles de Laure, Marie et Lorraine sans oublier ceux de Piotr et Francois...

                                              ps : le site des specialistes de la Russie, realise specialement pour eux :
                                              http://www.wowrussia.com/

                                               


                                            • Hieronymus Hieronymus 5 octobre 2009 21:31

                                              bonsoir Alexandre, je reagis un peu tard
                                              je partage entierement vos conclusions geopolitiques ;
                                              en etant le valet docile des USA tout en faisant montre d’ostracisme envers la Russie les puissances europeennes (je mets a part la GB) se tirent une balle ds le pied a chaque fois !
                                              pourquoi ces erreurs repetees ?
                                              d’une part le poids des habitudes, on ne doit jamais sous estimer l’importance de l’inertie en politique, ainsi la France a mis historiquement pres de 2 siecles a realiser que son principal ennemi sur le continent n’etait plus la Maison d’Autriche mais la Prusse naissante qui allait donner l’empire allemand ..
                                              cette inertie va de pair avec l’inculture et l’ignorance crasse de la plupart de nos politiques « notables » parvenus a leurs fonctions plus en raison de reseaux d’alliance que de competences averees ..

                                              mais je vois une autre explication :
                                              si les Britanniques et ds leur prolongement les USA sont les specialistes mondiaux de la communication ou com et sont passes maitres ds l’art de rouler tout le monde au mieux de leurs interets, c’est loin d’etre le cas des Russes, ils seraient meme exactement a l’oppose, pour faire court, il n’y a helas pas plus nuls que les Russes question com !
                                              j’eprouve une tres grande tendresse pour le peuple russe qui n’est ni mechant ni cruel (Julius delire) mais il faut reconnaitre qu’ils n’ont toujours pas appris a se montrer charmants vis a vis de leurs interlocuteurs, en politique on nous les decrit toujours au mieux comme des rustres patauds au pire comme des hordes barbares, il faut dire qu’ils mettent du temps a prendre conscience de l’importance qu’il y a a faire bonne figure, ainsi le personnel politique n’ameliore que lentement son look, ne sourit pas ou tres peu (or il faut toujours sourire), provoque souvent une impression de froideur et de durete, difficile ds ces conditions de convaincre votre interlocuteur de votre bonne volonte, si vous n’affichez qu’un aspect reveche on vous pretera (sans doute a tort) d’emblee des intentions malsaines et votre credit moral sera ruine d’office !

                                              en resume :
                                              comme je doute que nos dirigeants occidentaux soient capables de reviser leurs notions de geopolitique, je suggererais que les dirigeants du Kremlin prennent des cours de communication et de marketing afin que la Russie n’offre plus ds les medias l’image d’une nation hostile et inquietante, mais au contraire d’un pays riant et accueillant !
                                              cordialement


                                              • Yannick Harrel Yannick Harrel 5 octobre 2009 23:07

                                                Bonjour,

                                                Je souscris entièrement à votre analyse. Et principalement sur le fait que les Russes sont très mauvais en com’ (pourtant les autorités ont renouvelé le contrat avec la firme Américaine Ketchum, incompréhensible !).

                                                Medvedev a pris conscience de cette lacune et avec son discours de début septembre tente de faire bouger tout cela. J’ai perçu cette diatribe envers les déplaisants vices de la société Russe comme un appel rassembleur, afin aussi de changer l’image de la Russie vis à vis des occidentaux tout en la dynamisant de l’intérieur et pourquoi pas attirer des talents étrangers dans le pays.

                                                http://www.kremlin.ru/news/5413

                                                « И, главное, мы будем объяснять нашей молодёжи, что важнейшим конкурентным преимуществом являются знания, которых нет у других, интеллектуальное превосходство, умение создавать вещи, нужные людям. Как писал А.С.Пушкин : « Есть высшая смелость : смелость изобретения, создания, где план обширный объемлется творческой мыслью ». Изобретатель, новатор, учёный, учитель, предприниматель, внедряющий новые технологии, станут самыми уважаемыми людьми в обществе. Получат от него всё необходимое для плодотворной деятельности. »

                                                Cordialement


                                              • VivreenRussie VivreenRussie 7 octobre 2009 08:04

                                                Hieronymus
                                                « que les dirigeants du Kremlin prennent des cours de communication et de marketing afin que la Russie n’offre plus dans les medias l’image d’une nation hostile et inquietante, mais au contraire d’un pays riant et accueillant ! »

                                                Yannick Harrel :« afin aussi de changer l’image de la Russie vis à vis des occidentaux »

                                                ----------------------------------------------------------------

                                                Dites c’est bien gentil de demander a la Russie, mais pourquoi ne pas avant tout, enlever les oeilleres des journalistes « occidentaux » ??

                                                Pourquoi demander a la Russie de faire des efforts si les redactions elles ne changent pas leurs methodes ?

                                                ---------------------------------------------------------------
                                                27/06/2008 – The Moscow Times

                                                Whatever Russia is doing is reported in a stereotypical way,« said Vyacheslav Nikonov, head of Politika, a Kremlin-linked think tank.

                                                The anti-Russia attitude should not come as a surprise because many foreigners still view Russia as a threat, and events like the May 9 parade feed into the perception, said Patrick Van Bloeme, CEO of Harris Interactive’s French offices, which recently carried out a survey of Western attitudes toward Russia.

                                                Asked why the Western media have not noticeably toned down their criticism in the past two years, the Western PR official said there was only so much that PR firms could do. »You have to realize the limits of what you can do. There are a lot of historical legacies,« he said.

                                                09/01/2009 – Mark Ames
                                                http://www.russiaotherpointsofview.com/2009/01/journalistic-malpractice.html

                                                What was so shameful and embarrassing to me, an American journalist whose own Moscow-based newspaper, The eXile, had just been driven out of existence by these same Kremlin bastards, is that Sasha was rightly frustrated. A Kremlin minder right and the Western journalists wrong ? What has this world come to when the Kremlin has a better grasp of the truth than the free Western media ?

                                                18/06/2009 – Le Courrier de Russie (148) « Jean qui rit, Jean qui pleure »
                                                Pas un journal, pas une chronique, pas un magazine, pas une emission de television en France qui ne parle de la Russie sans souligner atteintes aux droits de l’homme, misere de la population ou argent trop facile et viols, meurtres et pillages en tous genres.

                                                Ayant perdu tout independance d’esprit, museles par leur redaction, les journalistes se sont laisses aller au sensationnel.
                                                Droits de l’homme, corruption, oligargues. Il est toujours plus facile de parler de Mikhail Prokhorov et de sa horde d’amazones a Courchevel que du Patriarche ou de Svetlana Linnik, chevalier de l’ordre de »la Venerable Euphrosyne de Moscou« .

                                                16/09/2009 - Liberation : Lorraine Millot
                                                http://washington.blogs.liberation.fr/great_america/2009/09/a-la-maison-blanche-par-email.html
                                                Sous Medvedev, la pratique de « l’ouverture » voulait plutôt que ses attachés de presse appellent pour demander si l’on ne voudrait pas assister à telle ou telle remise de médaille. Au bout de deux ou trois fois où j’avais mieux à faire, le Kremlin en avait déduit que je n’étais pas « un des leurs » -mes articles auraient pu suffire pour les éclairer- et je n’étais plus conviée aux évènements… qui m’intéressaient.

                                                27/05 et 19/06/2009
                                                Dans la longue serie des “photos” choisies pour illustrer les articles, fin mai les rayons sont vides a Moscou et mi-juin Carrefour ouvre son premier hypermarche...
                                                http://vivreenrussie.1fr1.net/medias-francophones-f27/vous-avez-l-air-malin-au-figaro-t1709.htm

                                                - Le discours de Medvedev a la nation :
                                                http://spoutnitsi.net/Dmitri-Medvedev-La-Russie-en-avant#forum
                                                extraits des commentaries publies sur ce blog :
                                                « Félicitations pour ce travail. Dans la presse, à propos du discours de Medvedev, on a eu droit à la traduction d’au plus quelques mots, rarement une phrase complète. »

                                                 » Il est dommage de constater que sur la très longue intervention du président russe, seuls les points négatifs ont été repris. Il y a beaucoup plus dans cette tribune, on y lit les mots d’un président qui a beaucoup d’espoirs pour son pays, de grandes ambitions, la volonté d’améliorer le sort des ses concitoyens."

                                                - Des dirigeants qui ne sourient jamais ?

                                                Poutine et des etudiants :
                                                http://www.youtube.com/watch?v=RlCrAmQEUdk&feature=related

                                                Medvedev a Washington :
                                                http://www.lepost.fr/article/2008/11/19/1331452_quand-dimitri-medvedev-imite-nicolas-sarkozy.html

                                                etc etc...


                                                • VivreenRussie VivreenRussie 7 octobre 2009 08:26

                                                  Ceci dit il est vrai que cote russe il reste du travail, quand on voit le « niveau » du blog de cette correspondante :
                                                  http://riendeneufamoscou.blog.lemonde.fr/

                                                  -le titre est en contradiction avec le lien du site principal
                                                  (www.fr.rian.ru « Quoi de neuf a Moscou ? »
                                                  - le choix de la plateforme... (Le Monde...)
                                                  - le contenu : rien en septembre par exemple, pas un mot sur la rentree scolaire, alors que meme France 2 a consacre un reportage sur cet evenement important ici en Russie, les ecoles decorees, les ballons, les eleves en costumes, une reelle ambiance de fete.
                                                  (idem lors de la fin de l’annee scolaire)
                                                  pas un mot sur Valdai, etc etc

                                                  Apres le conflit avec la Georgie et le decalage avec le niveau de communication de la Russie, il semble que le gouvernement russe soit decider a prendre les choses en mains.
                                                  Voir egalement la campagne de Gazprom au debut de l’hiver dernier qui a pris le soin « d’expliquer » dans les capitales europeennes les raisons du conflit gazier avec l’Ukraine et d’eviter ainsi le jeux habituel des ukrainiens « victimes des russes »...





                                                • VivreenRussie VivreenRussie 13 octobre 2009 07:27

                                                  http://ecfr.eu/content/entry/what_does_russia_think

                                                  p76
                                                  « The US does not want stability in Eastern Europe. Its participation in regional coalitions is always a part of far-reaching macro-regional projects (Caspian/Caucasian, Iran/Turkey/Black Sea, Central/Middle Asia) or global ideological campaigns such as the “promotion of democracy”. Its principle aim is the globalization of the politics of interference and the subsequent exploitation of the consequences of interference.
                                                  Europe, meanwhile, is strategically dragging its feet. It has difficulty defining the scope of its global interests and, even when it begins to do so, it stumbles on its own internal decision-making procedures. But until Europe defines its interests more clearly, it is
                                                  likely to continue hoping that Russia does not play a role in any potentially significant places in the world. At the same time, Europe also finds it hard to swallow the idea of an exclusive relationship between Russia and the US.]
                                                  Instead of dealing with a real, global Russia, the Europeans would prefer a moderated and truncated version of Russia that has been specially designed to be manageable by them. However, the ambivalence does not end here. The Europeans sometimes also
                                                  demand that Russia has a responsibility to stabilize Eastern Europe. The EU says it needs “geostrategic stability” on Russia’s left flank. But it fails to understand or accept the methods that Russia uses to achieve this stability and insists on interfering at any
                                                  moment in any part of Eastern Europe without consulting Russia. In fact, it considersthis its right. »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès