• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’avenir de la civilisation classique

L’avenir de la civilisation classique

L’avenir de la civilisation classique

 Ces derniers jours, une phrase un peu niaise me trottait en tête : « la France est une idée ». Ne pouvant, ni formuler la citation complète, ni en identifier l’auteur, je l’ai tout naturellement soumise au moteur de recherche le plus orwellien de l’Internet. Et quelle déception !

 La première référence que m’a proposé le Big Brother californien était un article de L’Express rapportant, non seulement que la dite phrase n’était due à nul autre que François Hollande, mais qu’en plus, celui-ci n’avait fait que la reprendre de son prédécesseur Nicolas Sarkozy !

 En fait d’idée, j’en avais moi-même une derrière la tête. Porté par une lassitude devenue presque confortable, je m’étais pris à méditer sur le destin de l’humanité enferrée dans le post-modernisme, le néo-libéralisme, et autre multi-culturalisme. Autant de préfixes signalant que le présent ne se définit plus qu’en creux, par rapport à ce qui a été, n’est plus, et ne doit plus être.

 Je ne peux m’empêcher de penser que nombreux sont ceux qui, sans nécessairement parvenir à l’énoncer distinctement, perçoivent la fatigue civilisationnelle dont témoigne l’état actuel de notre société et de celles de nos voisins géographiques ou culturels.

(Photographie : David Gaya, Wikimedia Commons)

 

 Qu’est donc devenue l’Italie de la Renaissance ? Qu’est devenue l’Angleterre de la déclaration des droits de 1689 ? Qu’est devenue la France de la déclaration universelle de 1789 ? De simples provinces de l’empire marchand et financier mondial. De banales zones administratives de la méga-machine thermo-industrielle planétaire.

 Dans ces districts du village global, l’idéologie « managériale » qui organise le contrôle des masses par le divertissement et la consommation est, par définition, dans la pleine incapacité de soutenir toute forme authentique de créativité culturelle, laquelle ne peut s’épanouir que dans les marges des sociétés technocratiquement dirigées.

 Un malheur n’arrivant jamais seul, cette idéologie est tout autant dans l’incapacité de penser la part tragique de l’Histoire, qu’elle prenne la forme de canots surchargés chavirant au large de la Méditéranée, ou de massacres aveugles perpétrés par des assassins de droit divin, ivres de leur propre ressentiment.

 De ce fait, nulle surprise à ce que la seule dynamique significative des sociétés occidentales soit celle de la demande sécuritaire, et du repli dans la familiarité de l’entre-soi. Le génie ne s’épanouit pas dans un environnement anxiogène où les classes supérieures instruisent constamment le procès du peuple.

La vérité vous libérera

 Devisant sur ce génie perdu, et devrais-je ajouter, trop souvent dans une visée polémique, il est courant d’en référer à l’héritage judéo-chrétien de la culture européenne. Personnellement, je n’ai jamais vraiment compris pourquoi la part de judéité de ce qui, jadis, fût la chrétienté est tant à souligner.

 En effet, bien que peu versé en religion, il me semble que la révélation christique est censée compléter, si ce n’est transcender, la révélation mosaïque. Faut-il lire dans cette simple expression la reconnaissance implicite du caractère foncièrement intangible de ce qui fît la grandeur de la civilisation européenne classique ?

 Après tout, il n’est que trop vrai que le peuple juif a été ce peuple errant, marqué par la tragédie, mais survivant envers et contre tout, même après que les empires les plus puissants aient disparu dans l’oubli. Pour qu’il en fût ainsi, ce qui définissait la judéité devait alors être bien plus une spiritualité qu’une territorialité.

 Et, de même qu’au réveil, la distinction entre rêve et réalité demeure parfois confuse pendant quelques secondes, j’ai pensé un moment que la civilisation classique était peut-être avant tout une idée, le point de maturation d’un processus pluriséculaire d’engendrement culturel, porté par l’aspiration à la liberté et la recherche de la vérité.

 L’empire Romain déclinant a fini par disparaître en se dissolvant dans l’ère médiévale naissante. Si demain, tel est aussi le sort de la civilisation classique, peut-être survivra-telle encore comme un idéal dans le cœur et l’esprit des hommes trop épris de liberté pour consentir à s’agenouiller devant l’arbitraire d’autorités prétendument supérieures qui ne procéderaient d’aucune vérité ?
 


Moyenne des avis sur cet article :  3.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 25 septembre 12:44

    Vous avez une fausse idée de l’époque médiévale. C’est celle des historiens. Si à cette époque grandiose les guerres régnaient, l’on n’aurait pu construire de si belles cathédrales. Lire Jeanne Bourin ;



    • gaijin gaijin 25 septembre 13:10

      ouah
      on part de loin ...............
      bien sur la france est une idée c’est sur cette constatation que korzybski ( cherchez ) au lendemain de la première guerre mondiale fonde la sémantique générale :
      nous créons des abstractions sémantiques en lesquelles nous croyons et ensuite nous nous entretuons pour les défendre .....
      un exemple au lendemain de la seconde guerre mondiale tout le monde se demande comment les « allemands » ont pu faire ça aux « juifs » ....question pertinente mais ....
      si nous supprimons les abstraction ça donne : comment des humains ont pu faire ça a d’autres humains ........
      bonne question non ?

      « la civilisation classique »
       smiley
      il n’y a pas de civilisation classique car pas de filiation directe ....a partir de la fin du moyen age on va piocher chez les grecs ce qui nous arrange pour pouvoir développer un semblant de pensée mais c’est tout .....notre « civilisation » bricolée a partir d’une religion sémite et des bribes de la culture grecque n’en est tout simplement pas une .......notre culture étant toujours celle des barbares francs, burgondes,allamands et autre ostrogoths : une culture du pillage


      • izarn izarn 25 septembre 22:57

        « La France est une idée » c’est l’art de ne rien dire, c’est creux comme un puits sans fond de la pseudo intelectualité moderne énarchique.
        Qu’un peuple, une nation ai besoin d’un territoire c’est d’une totale évidence, et l’exemple des juifs est tellement faux ; qu’ils ont récupéré Israel !
        Et personne n’a envie de devenir un juif errant !
         smiley
        N’importe quoi !
        Ainsi la France n’est bien sur pas une idée, je l’ai sous le pied !
        Il y a justement des coups de pieds au cul qui se perdent !


        • L'enfoiré L’enfoiré 26 septembre 08:50

          @izarn,

           Tom est un idéaliste... Cela se sent.
           Le classicisme n’existe pas.
           Tout est classique dans la tête de celui qui le pense ainsi.
           Tout est différent dans chacune des têtes.
           La France, un bout de terrain avec des frontières comme partout ailleurs, avec une histoire et une culture.
           Tout évolue en fonction de son environnement.
           Je reviens de vacances dans un pays où l’on est à 98% catholique.
           Est-ce que cela change quelque chose ?


        • bob14 bob14 26 septembre 07:10
          La France une idée ?
          Même pas..juste un emplacement incertain à géométrie variable..qui demain disparaitra... !

          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 26 septembre 11:21

            S’il n’y avait pas eu les CLASSIQUES, les impressionistes et les surréalistes n’auraient jamais pu poser la première pierre de leur rêves.


            • Tom Personne Tom Personne 26 septembre 22:56
              Quelques réactions rapides en vrac, pour rebondir sur les commentaires.

              Je trouve moi-même l’expression « la France est une idée » plutôt niaise, mais je voulais savoir qui en était l’auteur. J’aurais pu m’abstenir, ça ne m’aurait pas manqué...

              Je connais un peu Korzybski (un tout petit peu).
              Pas grands souvenirs si ce n’est que l’erreur n’est pas dans l’idée, mais dans le fait de s’identifier à elle.
              Bonne chance à qui voudra expliquer ça aux djihadistes prêts à se faire sauter au nom de leur foi.

              Je ne prends pas position sur ce que l’article évoque : que la France, ou la civilisation que je qualifie de classique, soient des idées, peut se comprendre aussi bien comme
               - ne sont rien d’autre que des idées,
               ou
               - sont plus que seulement un pays ou une civilisation, mais aussi des idées/idéaux.

              Aussi admirable soit-elle, je ne suis pas nostalgique de la culture classique (et je n’aurais pas vécu à une autre époque qu’aujourd’hui).
              En fait, en peinture, je préfère les impressionnistes. En musique, les minimalistes contemporains... etc.
              Cela dit, je trouve l’air du temps de plus en plus étouffant dans sa promotion du médiocre et du grossier, et je ne vois pas de signes indiquant que cela va changer sous peu.
              Quand à ceux qui pensent et qui créent, il me semble qu’ils ne s’expriment plus qu’aux marges de notre société de masse.

              Au final, je me livre à un exercice consistant à me mettre dans la position de celui pour qui, demain, notre civilisation sera aussi morte que l’est pour nous l’empire romain.
              S’il ne fallait en garder que quelques aspirations essentielles, j’espère que cela serait au moins la liberté et la vérité (cf. l’exemple des djihadistes pour qui il n’en va certainement pas de même).


                • Crab2 27 septembre 10:06

                  L’autruche, quand il faut voler, dit : « Je suis chameau » et quand il faut porter un fardeau, elle dit : « Je suis oiseau »  : proverbe turc illustrant la paresse. Note : en turc, l’autruche se dit : l’oiseau-chameau

                  Suites  :

                  Les autruches de l’islamisme

                  https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/09/les-autruches-de-lislamisme.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires