• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’baron passe la Seillière !

L’baron passe la Seillière !

JPEG

... Et elle est salée la Seillière d’un jackpot de 29,4 millions d’euros ! Le baron, Ernest-Antoine Seillière a réussi en faisant trainer les choses depuis 2011, à, le 14 aout 2018, se tirer d’affaire par la confirmation de la cour d’appel pour un vice de forme et ne pas payer ces presque 30 millions de redressement fiscal. J’suis sûr qu’il a dû sabler le champagne millésimé grande cuvée le nobliau arrogant au lieu de fêter à coups de mousseux demi sec. D’autant que dans cette belle aventure il n’est pas seul mosieur l’baron, y’a avec lui Jean-Bernard Lafonta, banquier qui s’occupait des pépettes du groupe Wendel, appartenant à Seillière et une douzaine de cadres de cette organisation.

Le 12 avril dernier,[1] la cour administrative d’appel de Paris rend son jugement dans une énorme affaire de fraude fiscale présumée. Quatorze gros contribuables, se sont vu infliger la bagatelle de 110 millions d’euros de redressement ; mais ils contestent vigoureusement cette douloureuse. Deux d’entre eux jouent particulièrement gros dans cette affaire. Ernest-Antoine Seillière, 80 ans, ex-président du Medef et héritier de la société d’investissement Wendel. Le fisc lui a collé un redressement de 29,4 millions d’euros. Celui qu’il avait nommé pour diriger son groupe, Jean-Bernard Lafonta, est encore plus lourdement touché. Bercy lui réclame 44,2 millions. En ce jour béni du 12 avril, les deux hommes voient leur redressement invalidé pour vice de forme. Pas un seul euro à payer. « Le plus drôle, rigole un avocat, est que le vice de forme en question, pour Ernest-Antoine Seillière,(et les autres) est tout simplement la non-communication, par l’administration fiscale, d’un document : les comptes d’une de ses sociétés personnelles. On peut aisément imaginer qu’il détenait déjà cette pièce. » hey ! avec un bon avocat O.J Simpson s’en est tiré malgré de forts soupçons d’un double meurtre, alors des peccadilles à 110 millions...

Le montant de tous ces cadeaux pour les 14 avoisinent les 110 millions !!! D’ailleurs l’un d’eux témoigne « « On me réclamait 7 millions d’euros, je n’ai désormais plus que 1,5 million à régler »...J’aime le « plus que », nous ne vivons pas c’est certain sur la même planète et dans la même galaxie !

Pourtant en 2011,[2] Bercy avait cru coincer tous ces mauvais payeurs titrait le magasine Marianne. « Les limiers de Bercy ont frappé fort à la veille de Noël. Par voie d'huissier, ils ont signifié un redressement fiscal spectaculaire à Ernest-Antoine Seillière et à 13 de ses proches collaborateurs. Le fisc pointe des culbutes financières sur des titres maison qu'il considère comme de vulgaires compléments de salaire, donc soumises à l'impôt sur le revenu. Selon le Journal du dimanche, les montants réclamés avoisineraient 240 millions d'euros. »

Remarquez qu’entre 2011 et 2018 nous passons de 240 à 110 millions de redressement...

Tout débute en 2004 : le groupe Wendel s’éloigne de la sidérurgie et devient un fonds d’investissement.

L’heure est à la diversification dans les entreprises prometteuses, comme le fabricant de matériel électrique Legrand, qui va être introduit en Bourse. Pour mettre en œuvre ce changement d’ère, Seillière a recruté un jeune banquier au CV prestigieux, Jean-Bernard Lafonta, venu de BNP Paribas. Tout en dopant les profits de son employeur, le jeune manager se dit qu’il serait bon que les principaux cadres dirigeants, à commencer par lui-même, puissent avoir leur part du gâteau. Avec l’aide du cabinet d’avocats Debevoise & Plimpton et de la banque d’affaires JP Morgan, il met au point un montage financier qui va s’avérer être un véritable jackpot. Les quatorze principaux cadres de la société Wendel prennent une option d’achat sur plus de 500 000 actions de leur société. L’acquisition est financée à 100 % grâce à un prêt de la banque JP Morgan. Trois ans plus tard, les mêmes revendent leurs actions et engrangent une plus-value de 315 millions d’euros. Les mieux lotis sont Jean-Bernard Lafonta, qui récupère 116 millions, et Ernest-Antoine Seillière, qui empoche 79 millions.

Comme « ces gens là » n’en ont jamais assez, toute la stratégie va être de pouvoir payer le moins d’impôts possible, jusqu’à être borderline... Voici un mail envoyé d’un des cadres à un de ses collègues : « Il s’agit clairement d’une opération permettant de transformer une distribution de dividendes en plus-value et d’alléger l’imposition pour les managers. Il faut clairement que les conseils se penchent sur le risque que cela représente en terme de « montage fiscal » et bâtissent un argumentaire pour le justifier. » On est là en pleine conscience de la recherche d’une « optimalisation fiscale », cela s’appelle aussi de la préméditation à la tricherie... à L’époque sur le pactole des 315 millions ils auraient raqué 65%, il serait resté seulement ! 120 millions à se partager pour 3 années de non travail, juste regarder tous les matins les montées boursières de l’investissement qu’ils avaient fait non pas avec leur argent, mais avec celui des clients de la banque (disparue depuis) !!! (Lorsque j’écris ce paragraphe, j’ai les poings qui me démangent) !!!

Pour vous dire combien les affaires de la finance et les politiques peuvent être cul et chemise, ce cas est symptomatique de ces grandes dérives qui émaille la vie des français depuis... ? L’affaire Stavisky peut-être.

La loi de 2003 dite « Dutreil » par Renaud Dutreil alors secrétaire d'Etat au PME. Qu’en acquérant des options d'achat de titres la société Wendel en l’occurrence et qui, une fois converties et conservées six ans dans des sociétés personnelles, échappent à hauteur de 75 % à l'impôt. D’ailleurs, cette loi « Dutreil » bénéficia aussi à une certaine Madame Dutreil, épouse et ancienne directrice de la communication de Wendel qui plaça pour plus de 8 millions d’actions Wendel dans un fonds personnel appelé joliment « gatsby ».

Pourtant, Bercy, ne s’y laissa pas prendre et démontra après des perquisitions et des gardes à vue qu’il y avait culbute financière sur des titres maison et considérant que ce sont de vulgaires compléments de salaire et qu’ils seraient soumis à l'impôt sur le revenu. Patatras, aout 2018, banco, tout le monde part les mains blanches et les poches pleines.

Morale amorale de l’histoire : Nous, les manants allons être prélevés direct sur nos miséreux salaires dès 2019, et aussi, les services fiscaux, maintes fois ont poussé au suicide de brave gens, qui tellement acculés par ces services n‘ont vu qu’une seule alternative, la corde. Et il y a les seigneurs, saigneurs, qui eux, avec l’aide de fiscalistes, de banquiers d’affaire, d’avocats, de politiques, peuvent échapper à toutes poursuites comme la confirmation de la cour il y a deux jours, et peuvent même demander des excuses publiques lorsqu’ils sont insultés d’un « hey ! l’baron, espèce de Wendel à ta cause ! ».

Comme nous sommes dans un monde si bien policé qu’il ne faut plus hurler au gibet, à la potence sous peine d’être taxé de violent, de terroriste et de ne plus paraître sur aucun site de ré-information ; donc, ce que j’ai à dire au baron et ses sbires en toute délicatesse afin de ne pas traumatiser ces Wendel’ boys : « messieurs, je vous dis crotte ! » et n’oubliez pas pour être veinard... Il faut toujours balancer la Seillière par-dessus l’épaule gauche !

Georges Zeter/aout 2018



Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • flourens flourens 16 août 11:16

    et après on critique Robespierre


    • George L. ZETER George L. ZETER 16 août 11:22

      @flourens
      et aussi monsieur guillotin...


    • Passante Passante 16 août 12:49

      we used to kill marie-antoinette

      now we take selfies with her !
      assholes...

      • George L. ZETER George L. ZETER 16 août 13:16

        @Passante

        use to ??? means : repetitive action taking place in the past... so, how many marie antoinette have we killed ? ahah !

        we had killed marie antoinette for good ; so, now, we take selfies of her asshole...

      • Plus robert que Redford 16 août 14:25

        @George L. ZETER
        And, Pan

        On zeu beak !
        (phoque !)


      • gueule de bois 16 août 16:21

        @George L. ZETER

        You’re definitely right about this case.
        Passante, ne taquine pas George avec l’anglais beyrouthin, son job c’est l’enseignement (de l’anglais sans doute).
        More interesting would be a discussion between the use of preterit and present perfect in such case. Why did you use present perfect ? Because the effect of that passed action is still valid (poor M-A didn’t come back to life). Preterit would fit as well because the action occurred in the past, and is finished.


      • George L. ZETER George L. ZETER 16 août 17:02

        @gueule de bois

        using the word preterit as a past tense is wrong ; the preterit stands as « preterit form » only for irregular verbs conjugate at the past tense...

        I used past perfect, not the present perfect ! “we had killed”, you are right in a way that, simple past will be fine because, yes, indeed the action is finish for ever.

        I choose that tense because is linked with the second verb at the simple present tense “we take”, and also to emphasize the “action” with “for good”.

        But if I had to write such sentence I will be doing in that fashion :

        Marie Antoinette was executed, the only thing left from her is taking selfies of her asshole !

        Oui, je suis prof d’anglais et franco américain

        Have a good day


      • gueule de bois 16 août 17:14

        @George L. ZETER

        Merci pour cette mise au point grammaticale. Sur AV les leçons sont gratuites.
        Thanx a lot (the US way ...).
        Et pour ce qui concerne votre article, que dire :
        « La raison du plus fort est toujours la meilleure ». La justice est une notion purement théorique, les lois sont faites par les puissants pour les puissants. Dans la vraie vie deux solutions : l’attaque (devenir le plus fort) ou la fuite (vivre planqué). Tout ça finalement c’est la logique de la vie. Les révolutions ne font que nous faire changer de maîtres, mais bon de temps en temps, pourquoi pas ?




      • marmor 16 août 17:10

        I am épaté, how you maîtrise l’English, but on s’en fout a little, if you va sur English sites, do you speak français ? What a propension to make le malin !! disgustation ! Make the même in arab to voir, ou in portos !! 


        • gueule de bois 16 août 17:20

          @marmor

          Du calme, l’ami. L’auteur ne fait que remettre les pendules à l’heure pour une intervenante qui l’aborde en anglais. En cela il est très pro ; il fait son boulot. Le reste peut-être considéré comme un ’a parte’. Nobody bugs you for your ’a parte’ with the delicious rosemar.


        • marmor 16 août 17:42
          @gueule de bois
          Wood face, is your autre pseudo Mystere Zeter ?

        • George L. ZETER George L. ZETER 16 août 17:48

          @marmor
          heuu, non, je n’ai qu’un pseudo, qui est d’ailleurs mon vrai nom ?


        • Macondo Macondo 16 août 17:32

          Bonjour. Dans toute cette clique fortunée, en partance probable pour l’échafaud à l’aube du matin du 9,5 bruminium de l’ère des désidératas populaires, je dois bien avouer que ce brave Ernest-Antoine m’était plutôt sympathique. Cette maîtrise de notre langue, fusse à l’octave aristocratique. Il piochait en association, dites-vous ? Les bras m’en poussent ...


          • nono le simplet nono le simplet 17 août 04:08

            Ernest-Antoine est le digne exemple de la classe qu’il a représenté ...


            • BRémy BRémy 17 août 09:25
              @nono le simplet
              j’aurais plutôt écrit
              Ernest-Antoine est le digne exemple de la crasse qu’il a représenté ...

              et tout à fait d’accord avec gueule de bois
              "La justice est une notion purement théorique,
              les lois sont faites par les puissants pour les puissants

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès