• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’école de demain dans le meilleur des mondes

L’école de demain dans le meilleur des mondes

 « Economiesuisse » l’organisation faitière des entreprises suisses est inquiète. Les élèves de l’école primaire seraient insuffisamment préparés pour le marché du travail de demain. Juste à temps, avant l’introduction d’un nouveau plan d’étude dans plusieurs cantons, elle propose donc quelques pistes pour « optimiser l’adaptation du système scolaire à la révolution numérique ».

Sous l’intitulé « Nos revendications en matière de politique d’éducation » elle publie son catalogue de vœux sur son site internet. Le mot d’ordre : compétitivité, compétitivité, compétitivité. Pour le bien des élèves, cela va sans dire.

« Pour que la Suisse demeure parmi les vainqueurs en matière de digitalisation, le système d’éducation doit absolument être revu dans son ensemble », la faitière préconise notamment l’enseignement des matières « allemand » et « mathématiques » par ordinateur, « ce qui faciliterait un contrôle plus efficace de la performance ». Elle propose, une combinaison entre « l’apprentissage individuel par ordinateur », et la formation en classes, classes « constituées en fonction de la performance des élèves » et non plus en fonction de l’âge des élèves, notamment dans ses matières fétiches, les matières STEM (science, technology, engineering, mathematics) car, comme l’affirme, Dr. Rudolf Minsch, directeur du ressort « Politique économique et formation » chez « Economiesuisse » : « Il faut « abandonner cette idée farfelue selon laquelle chaque élève pourrait atteindre le même niveau, dans les matières STEM notamment. L’enseignement individuel tend à gonfler inutilement l’effectif du corps enseignant ».

En effet, son pendant allemand « Institut der deutschen Wirtschaft » avait déjà tiré la sonnette d’alarme dans un rapport publié en 2013. L’économie allemande aurait un « urgent besoin » d’académiciens STEM, formatés, pardon formés, dans les matières ingénierie et technologie, notamment pour l’industrie métallurgique et électronique. L’institut déplore un « brain drain » d’étudiants étrangers qui quitteraient le pays avec le précieux savoir.

Par souci d’efficacité Dr. Minsch envisage « d’engager des étudiants en informatique pour seconder les enseignants plus âgés « largués par l’avancement frénétique du progrès technologique ». 

Déjà le camarade Staline avait besoin d’ingénieurs et non de poètes et penseurs pour réaliser son rêve d’une société égalitaire. On n’est pas loin du modèle. Dans la dystopie orwellienne « 1984 » la société, dont la langue officielle est le « newspeak » ou « novlangue », est divisée en trois castes, dont chacune dispose d’un vocabulaire restreint pour communiquer, ce qui empêche les castes de se parler entre elles.

La « novlangue » de la caste A se limite à « des termes nécessaires au travail, à la vie quotidienne (manger, boire, travailler). L’univocité des termes empêche tout usage littéraire politique ou philosophique ». (Wikipedia)

La « novlangue » de la caste B est la langue politique, truffée de néologismes (destinée à des fins politiques, (teambuilding, startup, ressources humaines). (Wikipedia)

La « novlangue » de la caste C est réservée à l’élite scientifique. Elle est entièrement composée de termes techniques et scientifiques. (Wikipedia)

Fidèle au concept du « en même temps » de la novlangue économique, conçu pour étouffer la contestation dans l’œuf, les milieux économiques demandent aux futurs candidats, en plus du savoir faire, de la compétence sociale, les « soft skills », créativité, motivation et l’esprit critique, car la technologie ne peut pas tout. « A l’avenir il y aura une diminution des tâches répétitives et physiques et les compétences cognitives et sociales gagneront en importance ». En voilà une observation inédite.

L’introspection ne fait décidément pas partie des vertus des milieux économiques. En quarante ans de néolibéralisme et de « carte blanche » aucun des défis majeurs que la société affronte au XX1ème siècle n’est proche d’une solution. La transition énergétique est toujours à ses balbutiements. Les énergies fossiles et nucléaires représentent toujours la majeure partie du mix. Aucun moyen de transport écologique n’est à l’horizon, en revanche, une voiture sans chauffeur. L’approvisionnement de la population en services de santé est de plus inégalitaire dû à l’explosion des coûts. Le secteur de la finance s’est avéré incapable de fournir les crédits nécessaires. La privatisation des services publics s’est soldée par un désastre, dernier en date, la faillite du constructeur anglais « Carillion ». 

L’économie prend volontiers le relais de la recherche fondamentale, menée dans les universités publics, financées par les pouvoirs publics, s’il y a un potentiel pour des applications profitables.

Cette volonté de cimenter le statu quoi est illustré au mieux par un récent article, paru dans l’hebdomadaire français « Marianne » sous le titre « Des candidats moutonniers, incapables de penser par eux mêmes » se référant aux candidats au concours d’entrée de 2017 à la prestigieuse Ecole nationale d’administration (ENA). Le jury pointe « une certaine unicité de vues entre les candidats » et « une frilosité qui empêcherait les aspirants énarques de proposer une réflexion, une vision personnelle des sujets traités ». En Eurasia d’Orwell il s’agirait là de la classe B.

Richard D. Wolff, co-fondateur de l’ONG « Democracy at work », professeur émérite en économie de l’Université de Massachusetts, l’économiste marxiste le plus éminent des Etats-Unis selon le « New York Times », le résume ainsi lors d’un de ses nombreux séminaires, régulièrement publiés sur « youtube ».

« Je suis un produit du système éducatif américain. (celui qui se retrouve avec une dette étudiante de 1'400 mia USD pour 44 mio d’étudiants, dont 7 mio sont en défaut de paiement, plus que la dette des cartes de crédit qui s’élève à 1'000 mia USD ndlr). Les connaissances pour mes analyses économiques que je présente dans mes séminaires j’ai dû me les approprier moi-même. Pourquoi ? J’ai un diplôme de l’Université de Harvard, « magnum cum laude ». J’ai un « Master en économie » de l’Université de Stanford et j’ai fini à l’Université de Yale où j’ai acquis un « PHD en économie » et un « Master en histoire ». Je suis bardé de diplômes des universités les plus prestigieuses. Pourtant, aucune des trois universités ne m’a jamais parlé d’un des plus importants économistes de l’histoire de l’humanité, Karl Marx. Il n’y a aucune justification pour cela si ce n’est la peur d’en débattre. »

Après une phase de teste de quarante ans, le capitalisme version néolibérale s’est avéré inefficace. Il est temps que la démocratie s’approprie de son avenir à nouveau, surtout en matière d'éducation. 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 23 mars 2018 12:51

    Heureux suisses, vous allez aussi produire des champions du monde de Pokemon !

    Vous voulez Najat ? je crois qu’elle est disponible en ce moment !? smiley

    (Hollande aussi mais je ne vous le recommande pas, il n’a pas fini sa phase guerrière)...


    • Jean Roque Jean Roque 23 mars 2018 13:37

       
      Face aux légions futures de mutants à QI de 200 de Zhao Bowen, surdoué directeur à 21 ans de l’Institut de génomique cognitive de Chine, les multiethniqués rappeur-dealer-boubou-barbu-bobo de l’Europe dégénérée soumise, avec QI en chute libre, n’ont aucune chance.
       


      • Cadoudal Cadoudal 23 mars 2018 21:26

        @Jean Roque
        Ce matin, j’ai été comme tous les parents à l’école de ma fille chercher le bulletin du deuxième trimestre et rencontrer son institutrice...

        Ça roule, 5eme sur 55, de justesse dans le tableau d’honneur avec sa photo à l’entrée de la classe..

        Bon, c’est le tiers monde, pas de tablettes en CP, juste apprendre à lire et compter, pas un élève qui moufte pendant les cours, une maitresse à la voie forte qui connait son boulot...

        On a causé un peu, elle m’a dit qu’elle était française, que ces frangins était en France, mais qu’elle préférait rester à Dakar plutôt que de se retrouver avec 12 sauvageons dans une banlieue communiste...

        Tant qu’il y a de la vie y a de l’espoir... 


      • kalachnikov kalachnikov 23 mars 2018 21:30

        @ Cadoudal

        Ca donne envie d’émigrer. Je comprends pas : t’as trouvé le paradis sur terre et t’es tout le temps en train de loucher sur la France et de baver sur elle.


      • Cateaufoncel 23 mars 2018 23:52

        @kalachnikov

        « Ca donne envie d’émigrer... »

        Tout dépend où...

        https://pbs.twimg.com/media/DY_nYPCWkAEM4Na.jpg


      • Jean Roque Jean Roque 24 mars 2018 11:13

        @Cadoudal
         
        Après 68, les premières mesures concrètes furent : suppression de la blouse avec son nom, et suppression des notes : la mode pouvait entrer à l’école et la méritocratie républicaine était de la merde. Le purinement gocho était En Marche. Pompidou a essayé de freiner des 2 pieds.
         
        Cohn Le Tripoté et Romain Goupil, les 2 idoles bobos de 68, 2 suppôts gocho-le-collabos de Macron de Rothschild


      • Cadoudal Cadoudal 24 mars 2018 15:27

        « t’es tout le temps en train de loucher sur la France et de baver sur elle. »

        J’informe mes concitoyens que le respect de l’état de droit n’est pas toujours qu’une question de moyens...
        55 petits africains qui se tiennent à carreau, dans vos banlieues 12 par classes et toujours le bordel ?


      • Cateaufoncel 23 mars 2018 17:10

        "Cette volonté de cimenter le statu quoi est illustré au mieux par un récent article, paru dans l’hebdomadaire français « Marianne » sous le titre « Des candidats moutonniers, incapables de penser par eux mêmes » se référant aux candidats au concours d’entrée de 2017 à la prestigieuse Ecole nationale d’administration (ENA). Le jury pointe « une certaine unicité de vues entre les candidats » et « une frilosité qui empêcherait les aspirants énarques de proposer une réflexion, une vision personnelle des sujets traités ». En Eurasia d’Orwell il s’agirait là de la classe B.« 

        Il ne faut pas tout mélanger. Ces candidats sont tout à fait capables de penser par eux-mêmes, mais ils ont peur ! Ils ont peur de sortir des clous du politiquement correct et de la pensée unique, et par là même de se pénaliser.

        On lit dans le rapport : »Cette uniformité autant que cette frilosité se retrouvent dans les questions contemporaines du concours. Le jury s’étonne ainsi de ne retrouver aucune référence au mariage pour tous et aux manifestations d’ampleur qui ont occupé les rues au moment du vote de la loi. « C’est comme si le candidat imaginait la copie idéale comme un texte éthéré, où n’apparaîtraient surtout pas les sujets délicats », regrettent les correcteurs, qui estiment que « cette autocensure aboutit à des copies très uniformes où le point de vue personnel apparaît rarement »."

        Et là, c’est la tyrannie des minorités (sexuelles, en l’occurrence) qui pointe sa sale gueule !


        • mmbbb 23 mars 2018 20:23

          « Déjà le camarade Staline avait besoin d’ingénieurs et non de poètes et penseurs pour réaliser son rêve d’une société égalitaire » . Staline a fait un tres mauvais usage de ses ingenieurs contrairement a Hitler, dont l allemagne fut precurseur dans les sousmarin les fusees l aviation dont l aile delta , la chimie la physique et j en passe Apres la guerre tous les pays dont l URSS vinrent se partager le butin  Par ailleurs il a envoye tant de scientifiques poursuivre leur etude au Goulag, que l URSS a rate lamentablement la course a la Lune Il reussit neanmoins a sauve le genial KOROLEV dont les services medicaux furent incapables de soigner. L URSS est un tres mauvais exemple La centrale Tchernobyl , un fiasco technologique viendra donner l estocade a ce regime


          • julius 1ER 24 mars 2018 08:51

            . Pourtant, aucune des trois universités ne m’a jamais parlé d’un des plus importants économistes de l’histoire de l’humanité, Karl Marx. Il n’y a aucune justification pour cela si ce n’est la peur d’en débattre. »


            Excellent article Mr Hubacher !!!

            je partage complètement votre vision et vos conclusions ainsi que celle de RD Wolf sur la nature de l’économie actuelle ....
            avec tous ces comportements moutonniers on prépare vraiment le chemin pour la venue des pires dictatures....
            ce début de 21 ie siècle n’est vraiment pas celui que l’on était en droit d’attendre c’est vraiment pathétique !!!



            • Gudira 27 mars 08:58

              II also want to say that relatively recently I read an interesting article on this topic right here https://alumdevelop.ru/solntsezashhitnye-sistemy/rafshtory/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès