• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Egotisme, dynamique des croyants au dieu unique

L’Egotisme, dynamique des croyants au dieu unique

Un raisonnement psychique potentiellement aigü, difficile, radical, quant à la nature du dieu unique, cultivant l'ego, égotiste, c'est-à-dire la complaisance quant à soi et tout ce qui nous touche seulement. Entre parenté poupine, poupinette et pimpante, d'une beauté fatale dans sa tendresse manifeste non moins intransigeante. Son simplisme est bien trop convaincant.


Source 2001, l'Odyssée de l'espace (Stanley Kubrick) :
la pierre de l'omphale (omphalos, nombril),
symbole artistique du dieu unique,
entre arche d'alliance, croix et kaaba.

 

Une seule attention à soi

Quand on y pense bien, "Dieu", c'est foncièrement égotiste. A ce titre le Tanakh (Bible hébraïque) est le long déploiement de l'égotisme yahvite depuis une création du monde jusqu'à ses sentences de sagesse, en passant par plusieurs relances historico-légendaires aventureuses, jusqu'au cataclysmique (Babel, le Déluge, l'Exode, l'Invasion, la Diaspora, etc.). C'est que ce dieu s'attentionne en propre, et par lui ceux qui y croient envers lui comme eux-mêmes. Comme un nombril.

C'est patent dans le Tanakh autant que dans l’Évangile (par quoi je désigne l'ensemble du Nouveau Testament, pour faire joli), néanmoins l’Évangile contient quelque chose d'inquiétante étrangeté, puisque c'est en y renonçant à s'attentionner qu'on sera attentionné. L'imitatio christi c'est cela qu'on prend attention de soi à ne pas le prendre, par quoi on sera attentionné. "Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dit seulement une parole et je serai guéri." L'amour rend aveugle, jamais cet adage n'a été plus juste.

Le Coran alors, revient ou plutôt reste nettement hébraïque, devant l’Évangile : les allahites ont l'attention d'eux-mêmes en attentionnant ce dieu qui s'attentionne d'abord (qui instaure sa tension attentionnelle ès soumission). C'est plus radiciel que chez les yahvites, donc évidemment plus manifeste que chez les emmanuelites (Emmanuel : le "dieu parmi nous" chrétiens, devenu "ami"), emmanuelites qui étaient déjà moins manifestes que les yahvites.

Ainsi yahvites, emmanuelites et allahites, de s'entendre en attentionnement unithéiste, égotisme sublime et ... nombriliste, quoique confraternel. C'est humain, trop humain.

 

L'Unique et sa propriété (Max Stirner) divinisé

Dans l'unithéisme (ou monothéisme, peu importe) le dieu est une personne, un ego caractérisé, en tant qu'il entre en relation messianique-prophétique-sainte avec ses créatures humaines créées à sa ressemblance. Cette ressemblance est manifeste en termes d'ego.

Mais ce n'est pas qu'une affaire d'ego, puisque ça court à l'égotisme dans la mesure où les Écritures Saintes (Tanakh, Évangile, Coran) témoignent de cette complaisance à soi, y compris par les détours historico-légendaires et magico-miraculeux puisqu'ils permettent - selon - de l'attester par le déboire aussi, c'est-à-dire par l'obstacle que lui oppose le non-ego, c'est-à-dire le restant de la Création qui - pour autant qu'elle provient de l'ego divin - a depuis sa genèse sécrété des oppositions intrinsèques, à commencer par la révolte de Lucifer quant aux anges, à continuer par l’expulsion de l’Éden quant aux hommes, etc. par exemples encore, emblématiquement : la passion de Jésus avant la croix qui au fond déploie l'obstacle de l'homme original devant le groupe mimétique, ou bien l'insoumission non-islamique appelant aléatoirement des malversations conflictuelles et diplomatiques (djihad géopolitique et taqyia communautaire islamiques ... Pour dire : les allahites y sont de bouture ismaélite sur la répudiation de leur mère Ajar par le père Abraham, vécue sur le mode d'une bénédiction digne de Saint Paul : là où le péché a abondé, la grâce a surabondé, à moins que pragmatiquement ils justifient ainsi la possibilité du divorce - le Coran est proto-progressiste sur ce point).

Même quand l'unithéisme domine massivement, ça se présente toujours sous l'angle de l'homme original contre les groupes mimétiques, et pour ainsi dire une sublimation de l'Unique et sa propriété de Max Stirner, en divinité (Max Stirner étant alors paradoxalement hyper-théiste sous cet angle, dans son solipsisme).

 

Le narcissisme à l'oeuvre

L'égoïsme, c'est généralement péjoratif, cette tendance à faire pour soi malgré autrui. Opposé positivement à l'altruisme, tendance à faire pour autrui malgré soi, on peut aléatoirement répéter que l'altruisme serait un égoïsme par procuration : n'empêche qu'à la fin, l'altruiste a plus de chances d'avoir succombé avant l'égoïste, sauf maladresse de l'égoïste repéré subissant retour de bâton. Ce que d'ailleurs espère souvent l'unithéisme (ou le monothéisme) par-devers tout égotisme assignable : la vengeance des faits contre l'égoïste en faveur de l'altruiste, par la grâce du dieu, et que l'altruiste ainsi soit sauvé en tant qu'il est posé comme Juste. Cette identification à la Justice grand J, est égotiste.

Seules les modalités opérationnelles diffèrent : le yahvite ne rechigne pas à l'empowerment matérialiste, c'est même ainsi que Jacob-Israël fut encouragé à vivre, cela se lit encore dans le livre de Job qui croit fermement malgré Lucifer, que Yahvé l'exaucera matériellement et malgré son pari ludique avec Lucifer aussi - ou plutôt à cause de son pari ludique, puisque Yahvé premièrement croit en Job, confiance mutuelle admirable jusqu'au narcissisme (ultimement introjectif, dans l'égotisme). A la fin, tout est bien qui fini bien, puisque Job est à nouveau matériellement empowered (Lucifer ayant perdu et se sachant perdant si seulement il tuait Job - car alors il ne pourrait plus lui infliger des malheurs ... Pour dire : la mort est au dieu, il est très important d'y penser, puisque la mort est elle-même égotiste : la preuve par le Dasein heideggerien qui trouve son authenticité dans son être-vers-la-mort, et encore qu'Heidegger élude le point de l'ego). Pour l'anecdote, la sagesse de l'Ecclésiaste (vanité de vanité, tout est vanité) est une sagesse d'homme blasé par l'opulence : la tradition l'identifie à Salomon, Hébreu pour ainsi dire pharaonique.

Bref : le yahvite ne rechignait pas à l'empowerment matérialiste, ce dont l'emmanuelite - quant à lui - n'a cure, quoiqu'il soit plus dur à un riche d'entrer au paradis, qu'à un chameau de passer par le chas d'une aiguille. Néanmoins, laïquement, laissons à César ce qui lui appartient, et à Dieu ce qui lui revient. A partir de là voici l'imitation de Jésus en sainteté, et notamment le catholique, par le baptême, n'est-il pas messie, roi, prophète et saint ? tout comme Jésus envoya ses apôtres en son nom à travers tout le territoire occupé. Ce qui revient à un narcissisme (ultimement introjectif : Christ intérieur, encore cultivé par cet analyste du livre de Job, Carl G. Jung, quand il fait du Ressuscité une image du Soi - égotisme dans l'absolu).

Enfin, l'allahite, dans sa consécration de Mahomet comme irreprésentable, réalise ce coup de maître d'élever son prophète à la dignité du dieu irreprésentable, véritable culte de la (de l'im)personnalité (impersonnalité, de ce que le dieu est particulièrement principiel là, contrairement aux cultures religieuses yahvites et surtout, évidemment, emmanuelites). C'est une extraction radicielle de l'ego, d'autant plus égotiste toutefois qu'elle reprend à son compte l'Histoire Sainte depuis Abraham comme Heidegger reprenait à son compte l'Histoire Métaphysique depuis Parménide : la rétorsion est absolue, par exemple d'inventer cette bouture d’Ismaël fils d'Ajar, répudiée par Abraham au profit de Sarah engendrant Jacob-Israël. Vraiment, c'est un coup de maître complotiste puisque rien n'atteste Mahomet auparavant, même dans les apocryphes : mais il faut bien protéger Mère Ajar du répudiateur Père Abraham, encore qu'on s'en réclame : c'est arrangeant qu'il l'ait répudiée, car il nous l'a laissée pour nous seuls, à la gloire de notre égotisme !

 

Dieu est une mère

Reste, qu'on l'appelle Yahvé, Emmanuel ou Allah, que le Créateur absolu n'a pas de sexe apparent - il est encore plus psychorégressif, avant le constat biologique exclusif membré ou vulvaire (en dehors des exceptions qui confirment la règle). Seul, il crée le monde, inséminateur sans incubation/incubateur pré-éternel sans insémination. Le monde, l'univers, "sa Création", est symboliquement ou bien son sperme pur ... ou bien son enfantement pur. Outre que cette insexualité reste égotiste, narcissique, nombriliste, le dieu unique appert dans un état de grâce.

"Il" est est bien plus mère, femme, "mère juive" pour commencer. Au nom de Allah "le Bon, le Clément, le Miséricordieux, le Matriciel" : autant de qualités fortement genrées. Emmanuel de même, est d'une intransigeante bienveillance ainsi genrée. L'intransigeance n'en est pas moins une qualité mêmement genrée. L'identification introjective d'idéal du Moi, est totale. Soi incorporé, "Christ intérieur".

L'unité des trois unithéismes est flagrante. Aussi flagrante que l'égotisme qu'elle cultive, et dont l'altruisme est intrinsèquement animicentrique. C'est sa beauté fatale, pour ainsi dire digne d'une séduction incestuelle, contemporaine, "enfin advenue", sans quoi l'époque n'en serait pas à sur-estimer médiatiquement le féminin, gynocratiquement.

Les patriarches ou prophètes barbus, ne sont autre que des pères usurpateurs du versant maternel (la barbe, symbole pubien autour de la bouche, récupéré dans le verbe législateur de Moïse - cf. Otto Rank, le Traumatisme de la naissance). Non, ça ne cache pas un matriarcat originel impossible à prouver scientifiquement, mais ça montre à quel point l'unithéisme est simpliste, et convainquant à cause de son simplisme. On a tous une mère évidente.

 

 

__________________________________________

Moyenne des avis sur cet article :  1.27/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 juillet 2019 18:21

    L’amour est un crime parfait.


    • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 24 juillet 2019 20:29

      Yahvé, Allah, ne sont pas tout-amour, cela est d’Emmanuel.


    • Decouz 24 juillet 2019 19:52

      Allah se nomme « Ana », « Moi », « Huwa », « Lui », « Nahnu », « Nous », est nommé « Anta », « Toi ». Le « Moi » est exclusif, dominateur, le « Lui » absent et inconnaissable, éventuellement objectif, le « Nous » participatif, entendons participation des noms divins et des anges, le « Toi » façonné par l’imagination de l’homme.

      Il faut distinguer, dans la Bible même, l’état androgyne de Adam, qui est à l’image de Dieu, de l’état différencié Homme-Femme.

      Dieu étant sur naturel, n’a pas de distinction sexuelle, mais selon la perception de l’homme, il est pure puissance passive ou pure intelligence active.

      Pour comprendre cela il faut lire les auteurs de la Qabbale.


      • Decouz 24 juillet 2019 19:54

        @Decouz
        Les auteurs de la Qabbale ou leurs correspondants dans les autres formes.


      • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 24 juillet 2019 20:22

        Insexuel, c’est psychorégressif, désolé, et cela délaisse à l’option maternelle. Mais c’est-à-dire que je reste empiriste, tandis que vous êtes déjà fantaisiste. D’autant plus qu’un dieu impuissant sexuellement est bien triste, en tout jeu de mots. Enfin, je ne vois pas pourquoi la « puissance passive » serait nécessairement découplée de l’ « intelligence active ». On retombera très vite dans un vieux symbolisme éculé, à ce point : féminin-masculin, yin-yang. Bof.


      • Decouz 24 juillet 2019 21:32

        @Marzhin Tavernier
        Le yin yang c’est toujours l’un avec l’autre.


      • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 25 juillet 2019 11:25

        Oui le yin et le yang a aussi mon penchant préférentiel, d’autant plus qu’il aurait qui sait pu être inspiré aux Anciens Chinois par les Celtes, Celtes chez qui les dualités dynamiques sont nombreuses. Ce que je récusais chez vous, c’était la pente glissante associant la puissance passive à la femme et l’intelligence active à l’homme, comme cela est si souvent le cas, et que l’on retrouve tout de même dans certaine interprétation du yin et du yang.


      • Decouz 25 juillet 2019 12:16

        Il peut y avoir :  :

        -comme dans le yin-yang, une unité de deux pôles, la langue chinoise n’utilisant pas la particule unitive ou dissociative « et ».

        -des ternaires exprimés, dont la trinité chrétienne n’est qu’un exemple particulier, Esprit, Ame, Corps, ou en Chine Ciel, Homme, Terre.

        -des ternaires dont un terme est sous-entendu, c’est à mon avis fréquent dans le langage sémitique, où on trouve une expression dualiste, mais le troisième terme est implicite, c’est une forme de présentation pédagogique.


        • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 25 juillet 2019 13:10

          Navré, je ne suis pas animicentrique.


        • Decouz 25 juillet 2019 18:22

          @Marzhin Tavernier
          N’empêche que vos idées sont à connotation fortement psychologique


        • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 25 juillet 2019 18:24

          Bien sûr ! c’est que dans psychologie, il y a logique. Empirisme. Et pourtant, à la manière de Ludwig Wittgenstein, je m’arrête devant le mystère. Ce n’est pas une raison.


        • popov 25 juillet 2019 17:53

          Le monothéisme n’a pas été inventé par les nomades du désert, mais ils l’ont adopté les bras ouverts pour une raison très simple : par avarice. Un seul dieu coûte moins cher que plusieurs. Ensuite ils ont interdit les représentations de leur idole parce qu’ils n’avaient pas envie de se coltiner une statue en marbre ou en bronze à travers le désert.

          Ils ont construit leur dieu à l’image du petit chef de clan, qui règne en maître absolu sur ses chamelles, ses brebis, ses chèvres et ses femmes. Narcissique à l’extrême, il ne supporte aucune critique mais est très sensible aux louanges, tellement qu’il exige de ses sujets qu’ils récitent ses louanges plusieurs fois par jour. Il sait se montrer magnanime de temps en temps, mais c’est surtout parce qu’il aime s’entendre dire qu’il est magnanime.

          Les religions n’inventent pas grand chose, elle reprennent ce qui a fait recette dans les religions précédentes et l’adaptent à leur temps. On reprend l’idole, on lui fait une vidange d’huile, un plein d’essence, un coup de peinture et c’est reparti pour quelques siècles.

          Le vieux Yawé était bête et méchant, mais il a un peu évolué au cours des siècles. L’islam lui a repris le vieux Yawé tel quel et l’a rendu encore plus bête et méchant.

          Dans le cas du catholicisme de Nicée, il s’agit d’ajouts un peu plus conséquents qu’un simple dépoussiérage : un algèbre interne trinitaire. Gabriel se pointe chez une vierge avec une fiole contenant du sperme . On a donc une GPA et une PMA avec 21 siècles d’avance. Sperme de qui au fait ? « Elle a conçu du St Esprit » nous dit-on. Donc, le père, c’est le St Esprit. Mais alors Dieu le Père ne peut être que la mère. Ben non, en fait, ils ont été mal nommés. On devrait dire Dieu-le-parent-1 et Dieu-le-parent-2. Un vieux couple de pédés qui exerce sont « droit à l’enfant ».


          • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 25 juillet 2019 18:04

            Oui mais vous charriez. D’abord, la pédérastie est non-monothéiste d’abord. Mais, quant au devenir contemporain et à sa généralisation abusive à l’esprit d’un temps (le nôtre), vous y êtes. Pour moi aussi, ce sont des conséquences logiques. Mais la mère, c’est que l’homosexualité est d’identification maternale antipaternelle, au plan inconscient. Donc pas consciemment, on peut même consciemment très bien s’entendre avec son père et rejeter sa mère. C’est dans le mental que ça se passe, imaginairement-symboliquement.


          • popov 25 juillet 2019 17:59

            « une » algèbre

            « son » droit


            • Decouz 25 juillet 2019 18:08

              La video que vous mettez en lien ne concerne pas explicitement les Celtes, même si le sens du mot et l’origine peut être questionnée, et quant bien même leur origine serait de tel endroit, le film s’appelle « Les momies de la Route de la Soie » et a été changé, procédé pas très honnête.

              "La ressemblance de certains de ces tissus avec les tartans écossais (comme le plaid du site de zaghunluq, fouillé en 19851) a pu faire déclarer à certains médias que « ces momies semblent suggérer que les Celtes avaient pénétré profondément en Asie centrale12 ». On trouve même quelques rares chercheurs pour défendre un apparentement celtique

              "

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Momies_du_Tarim

              Donc une hypothèse qui ne justifie pas de changer un titre sans respecter les auteurs du film.


              • Decouz 25 juillet 2019 18:19

                @Decouz

                "Eu égard à l’absence totale de termes celtiques dans les langues tokhariennes postérieures ou de traces archéologiques spécifiques à ces populations, une telle origine celtique (partielle chez E. Barber) du peuple des momies « ne peut être prise au sérieux10 » par la plupart des auteurs...
                La ressemblance des techniques de tissage est tenue par la quasi-totalité des chercheurs pour un héritage ancien (bien attesté en Europe centrale au IIe millénaire av. J.-C., conservé de façon indépendante aux deux extrémités de l’aire de peuplement indo-européenne par le peuple des momies et les Écossais...
                Ainsi, « tant que ces cultures archéologiques du Xinjiang ne seront pas mieux connues, c’est-à-dire étudiées et publiées, il sera vain de vouloir asseoir de vastes synthèses sur des éléments épars, en faisant comme si elles représentaient une unité rassemblant les momies en une seule famille. Les défunts de Wupu, Gumugou, Shanpula, Subeixi, Zhaghunluk, etc. appartiennent tous à des cultures très différentes. Que leurs traits soient europoïdes, à l’instar de ceux des squelettes des nécropoles sans momies (Xianbabai, Hejing, Yanbulak), ne suffit à en faire ni des Tokhariens, ni des Saka [un peuple de langue iranienne], ni même des Indo-Européens », même si cette dernière thèse reste très dominante10 "

                https://fr.wikipedia.org/wiki/Momies_du_Tarim


              • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 25 juillet 2019 18:28

                OK, il n’y a pas à abuser, mais qui origine ces techniques, sinon les Indo-Européens dont ressortent les Celtes. Mais c’est un débat marginal quant à l’article.


              • ar morgad 25 juillet 2019 19:52

                Un livre surprenant à tous points de vue écrit par une dame anonyme de 80 ans :

                Il donne entre autres la raison d’être des manifestations possessives-égoïstes conférées par l’égo, et explique la prédominance de la conscience sur la matière, confirmée par la physique quantique : « Christ revient, il dit sa vérité » https://www.fichier-pdf.fr/2012/05/06/70158151lettres-du-christ-pdf-1/70158151lettres-du-christ-pdf.pdf


                • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 25 juillet 2019 20:50

                  Oh bordel. C’est tellement pétri d’angoisses de mort en surfant sur cette fatalité pour en faire son pain ... c’est la prestidigitation d’une crise de peur panique, or la peur est justement l’émotion la plus égoïste (sauvegarde de soi jusque dans le salut divin). Ça cultive un effroi vague rhétoriquement, et aussitôt ou simultanément, ou même d’emblée, ça s’est présenté comme la solution d’amour infini. C’est tordu, que le romantisme aveugle de cette femme pour son bien aimé fantasme.


                • gebybih 25 juillet 2019 21:47

                  C’est toujours fascinant de voir à quel point les athées jouïssent avec le concept du dieu unique.... jalousie névrotique ou pulsion de destruction pré pubére ?


                  • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 25 juillet 2019 21:55

                    Vous avez pris votre pied j’espère, en commentant ainsi.


                  • Hervé Hum Hervé Hum 31 juillet 2019 13:37

                    Et la dynamique de l’Univers physique, est ce l’égotisme ou l’altruisme ?

                    Attention, il y a une troisième réponse possible !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité