• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Europe peut-elle survivre sans gaz russe ?

L’Europe peut-elle survivre sans gaz russe ?

L'Europe devra trouver des approvisionnements alternatifs en gaz naturel pour éviter la crise si l'énergie russe est soumise à des sanctions.

Source : RT, 27 janvier 2022

Traduction : lecridespeuples.fr

Les États-Unis et l'Union européenne menacent la Russie de sanctions radicales en cas de conflit militaire avec l'Ukraine. Celles-ci pourraient inclure les exportations russes de pétrole, de gaz naturel et de matières premières. Cependant, les experts préviennent que de telles mesures se retourneraient contre l'Europe, privant le continent des approvisionnements russes en gaz naturel et autres matières premières. Avec des prix du gaz déjà exorbitants, des stockages au plus bas sur plusieurs années et la chaleur printanière qui ne viendra pas avant des semaines, les Européens pourraient devoir chercher d'autres fournisseurs pour chauffer et éclairer leurs maisons.

1. Qu'est-ce qui pourrait stopper l'approvisionnement en gaz russe de l'Europe ?

Washington a menacé les entreprises et sociétés énergétiques russes, et même le Président Vladimir Poutine personnellement de sanctions si la Russie entreprenait une action offensive contre son voisin. L'administration Biden a également fait pression sur les partenaires de l'UE pour qu'ils bloquent la certification du gazoduc Nord Stream 2 nouvellement construit, qui aurait pu remédier le marché européen du gaz famélique avec ses 50 milliards de mètres cubes de gaz par an. Moscou n'a fait aucune déclaration concernant la fermeture des robinets sur l'Europe, et le principal exportateur d'énergie Gazprom a pompé du gaz conformément aux contrats existants. Les flux de gaz russe ont diminué ces derniers mois, ce qui a incité certains analystes occidentaux à affirmer que la Russie pourrait utiliser son gaz comme levier en réponse aux sanctions.

http://www.twitter.com/UPR_Asselineau/status/1486998992269500417

2. La Russie couperait-elle l'approvisionnement en gaz de l'Europe ?

Cela est hautement improbable, à moins que de nouvelles sanctions ne visent la capacité de la Russie à être payée pour ses exportations. L'Europe reste le marché le plus rentable pour le gaz russe. En 2020, la Russie a livré 175 milliards de mètres cubes de gaz au continent, bien plus qu'à son deuxième marché, l'Asie-Pacifique. La Russie ne mettrait pas en péril sa principale source de revenus. Les flux de gaz de la Russie vers l'Europe n'ont pas été interrompus, même au plus fort de la guerre froide. En fait, historiquement, les approvisionnements en énergie ne se sont arrêtés qu'une seule fois – lors de l'invasion de l'Union soviétique par Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale. Cependant, les approvisionnements pourraient être arrêtés par les sanctions occidentales elles-mêmes – par exemple, si la Russie est coupée du système de paiement SWIFT.

http://www.twitter.com/lecridespeuples/status/1475899829276577810

3. Pourquoi SWIFT est-il si important ?

SWIFT est le principal fournisseur mondial de paiements sécurisés et de virements bancaires. Considérez-le comme une carte de crédit pour les particuliers et les pays. Sans SWIFT, la plupart des pays qui utilisent ce réseau de paiement ne pourraient pas payer les approvisionnements énergétiques russes, et la Russie n'aurait aucun moyen de recevoir les fonds. Puisque nous parlons de transactions de plusieurs milliards de dollars et qu'il est hors de question de payer par des conteneurs d'argent liquide, il est très difficile de trouver une autre façon de faire des affaires. Les banques occidentales devraient envoyer de l'argent aux voisins de la Russie, puis les fonds devraient être transférés en Russie via le système de paiement russe SPFS. Cela porterait un coup dur à l'ensemble de l'économie mondiale et rendrait les transactions importantes avec la Russie pratiquement impossibles à réaliser. Cependant, déconnecter Moscou de SWIFT nuirait non seulement à la Russie, mais aussi à l'Europe et à d'autres pays, car cela couperait effectivement l'Occident de l'approvisionnement énergétique russe.

4. Dans quelle mesure la Russie a-t-elle besoin du marché européen ?

Bien que, comme indiqué précédemment, l'Europe soit une source essentielle de revenus, le pays pourrait survivre sans elle. La Russie pourrait trouver d'autres prétendants pour son gaz en Asie. En novembre 2021, les expéditions via le gazoduc russe vers la Chine « Force de Sibérie » dépassaient 13 milliards de mètres cubes, soit plus de trois fois leur volume en 2020. Le Japon et la Corée du Sud achètent également des quantités importantes de gaz naturel liquéfié russe (GNL) de l'Arctique. À l'avenir, l'Inde pourrait devenir un marché potentiellement énorme pour le gaz russe.

http://www.twitter.com/UPR_Asselineau/status/1486711005992390659

5. Pourquoi l'Europe a-t-elle besoin de gaz russe ?

Plus de la moitié des besoins énergétiques de l'UE (61%) sont satisfaits par les importations, selon l'agence européenne des statistiques. La Russie est le principal fournisseur de gaz naturel de l'UE, représentant plus de 46 % des importations de gaz au premier semestre 2021. La majeure partie du gaz provient du gazoduc Yamal-Europe, qui relie l'UE aux champs gaziers russes via le territoire ukrainien. Si la Russie ferme les robinets en raison de sanctions, ou si le flux de gaz est interrompu en raison de dommages aux infrastructures résultant d'un conflit hypothétique en Ukraine, l'Europe perdrait l'essentiel de ses approvisionnements en gaz – qui sont difficiles, voire impossibles, à remplacer à court terme. Cela propulserait les prix du gaz, qui ont presque doublé l'an dernier, vers de nouveaux records.

Voir Poutine sur la « crise des missiles » en Ukraine : face à l’OTAN, la Russie ne peut plus reculer

6. De quels autres fournisseurs de gaz l'Europe dispose-t-elle ?

Selon Eurostat, outre la Russie, l'UE s'approvisionne en gaz auprès de la Norvège (20,5%), de l'Algérie (11,6%), des États-Unis (6,3%) et du Qatar (4,3%), ainsi que de certains autres États dont la part combinée est de un peu plus de 10 %. Cependant, la Norvège n'a pas été en mesure de répondre à la demande tout au long de 2021, les champs de la mer du Nord subissant une maintenance lourde après des retards induits par la pandémie, tandis que d'autres fournisseurs ont une part trop faible sur le marché européen du gaz à leurs volumes actuels pour faire une différence en cas de une perturbation du flux.

http://www.twitter.com/lecridespeuples/status/1486306712412110848

7. D'autres fournisseurs peuvent-ils couvrir le déficit d'approvisionnement en gaz russe ?

L'administration américaine aurait été en pourparlers avec le Qatar sur la possibilité d'augmenter les expéditions de GNL vers l'Europe, mais jusqu'à présent en vain. Les experts cités par Bloomberg affirment que le Qatar produit déjà à pleine capacité et que la plupart de ses cargaisons sont envoyées en Asie dans le cadre de contrats à long terme, qu'il peut difficilement rompre de peur de perdre le précieux marché. Même si les États-Unis trouvaient un moyen d'augmenter les livraisons de GNL vers l'Europe, les prix de l'énergie augmenteraient néanmoins, car le GNL américain est plus cher que le gaz naturel russe. L'Algérie pourrait disposer d'une capacité de production et de pipeline inutilisée pour augmenter l'approvisionnement vers l'Europe si elle est sollicitée, a déclaré mardi une source gouvernementale, qui s'est exprimée sous couvert d'anonymat, à S&P Global Platts. Celle-ci pourrait être livrée sous forme de GNL ou via les pipelines directs de l'Algérie vers l'Espagne et l'Italie, a indiqué la source. Cependant, aucun rapport officiel à ce sujet n'a été publié, alors que le principal oléoduc algérien le reliant à l'Europe via le Maroc a été fermé l'année dernière.

8. Quelles sont les alternatives européennes au gaz comme source d'énergie ?

L'Europe dispose d'un certain nombre de sources d'énergie alternatives, mais aucune d'entre elles ne pourrait être appelée à se substituer au gaz naturel. La décision de l'UE de se tourner vers des sources d'énergie dépendantes des conditions météorologiques, telles que l'énergie éolienne et solaire, plutôt que des combustibles fossiles « sales », a déjà, au moins en partie, conduit à la crise énergétique actuelle. Le prix du charbon a également grimpé en flèche, alors que l'Europe, la Chine et d'autres ont cherché des alternatives au gaz au milieu de la crise pandémique mondiale ces derniers mois. Enfin, l'Europe (à l'exclusion de la France) a fermé une autre source d'énergie cruciale – les centrales nucléaires – dans le cadre de ses efforts pour éliminer progressivement l'énergie atomique après la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011. Les centrales peuvent encore être récupérées si le projet récemment proposé projet de loi pour étiqueter l'énergie nucléaire comme « verte » aboutit, mais tant le projet de loi que la relance des centrales fermées, ainsi que la construction de nouvelles, prendront du temps, ce que l'Europe n'a pas.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur TwitterFacebookYoutube et VKontakte.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • raymond 31 janvier 18:22

    « Vous pouvez aussi nous suivre sur TwitterFacebookYoutube et VKontakte. »

    si ce n’est pas de la censure cela......


    • Ruut Ruut 1er février 08:05

      Pour résumer, notre UE de la Paix, aprés avoir ruiné nos industries (Délocalisation), après avoir ruiné notre tourisme (pass et fermeture dites sanitaires), après avoir ruiné nos activitées de loisir (pass), après avoir détruit l’éducation de nos enfants (masque et fermetures de classes sans alternatives virtuelle coordonnée ni efficace), après avoir ruiné notre production électrique via une fausse concurrence totalement bidon de faux producteurs (en fait de simples escrocs revendeurs), vas maintenant nous virer notre approvisionnement de gaz....

      Quel efficacité, aucun agresseur n’aurait pu nous faire autant de mal.


    • titi titi 31 janvier 19:37

      @L’auteur

      L’Europe peut très bien se passer du gaz russe.

      Le gaz russe ce n’est pas de la diplomatie ou de la politique étrangère, c’est de la pure tambouille politicienne intérieure.

      Pour faire plaisir aux écologistes, pour quelques pourcents aux élections, pour quelques circonscriptions, la gauche ferme les centrales nucléaires, et les centrales à charbon, et faisant croire qu’elles sont remplacées par des moulins à vent.

      Les écolos applaudissent des deux mains cette transition qui est pourtant inexistante, et qui en fait se fait en brûlant du gaz.

      Il suffirait d’expliquer aux ignares ce qu’est un kWh et ce serait réglé.


      • titi titi 31 janvier 20:10

        @javanais

        La politique étrangère allemande est symptomatique.
        Sans NordStream 2, le mascarade de la « transition » sera démasquée.
        Alors la diplomatie allemande rame pour ne pas trop se fâcher avec Poutine.
        Tout ça pour que les politiciens allemands sauvent leurs miches...


      • Sergio Sergio 31 janvier 20:33

        Super la photo, ça me fait penser à ’Gaz part des montagnes’

        https://www.chappatte.com/prod/wp-content/uploads/artworks/2009/01/L090108c-950x614.jpg


        • Et hop ! Et hop ! 31 janvier 23:22

          Un article sur le gaz, on va voir arriver la LICRA.


          • Et hop ! Et hop ! 31 janvier 23:32

            La guerre en Syrie a été fabriquée par les anglo-américains pour empêcher la construction d’un pipe-line, la guerre d’Ukraine sera pour empêcher le fonctionnement du Nord Stream.

            La guerre de 14-18 avait déjà été provoquée déjà pour empêcher la construction du chemin de fer Bagdad (Bassora) Berlin, via la Turquie, et l’Autriche, qui aurait permis de transporter par la terre le pétrole de Bassora, en se passant des bateaux de BP, Exxon et Shell.


            • LeMerou 1er février 07:58

              @ Le Cri des Peuples

              Pourquoi l’Europe, alors que principalement le plus gros consommateur est l’Allemagne, qui ayant abandonnée le nucléaire au profit du charbon et et gaz est le principale touché d’ou sa position étrange dans ce (faux) soucis.

              Et ce n’est pas son impressionnant parc ENR, qui va se substituer aux centrales à gaz.


              • zygzornifle zygzornifle 1er février 09:03

                Il faut brancher les députés et les sénateurs sur le gazoduc, ce serait dommage de perdre leurs pets surtout en sortie de cantine au moment de leur digestion ....


                • goc goc 1er février 18:28

                  il paraitrait que les ricains auraient envoyé des dizaines de tanker chargé de GNL pour « rassurer » les allemands (le site semble avoir été censuré).

                  d’une part, si c’est vrai, cela ressemble de plus en plus à la première guerre du golf avec ses dizaines de pétroliers faisant des ronds dans l’eau déjà 2 mois avant l’invasion du Koweit

                  D’autre part, toujours si c’est vrai, les russes se feront un plaisir d’envoyer leurs missiles sur les tankers en cas de coupure de SWIFT

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité