• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Europe sera-t-elle un jour immunisée contre les erreurs du passé (...)

L’Europe sera-t-elle un jour immunisée contre les erreurs du passé ?

Ce n’est un secret pour personne que dans toutes les manipulations politiques auxquelles l’Europe a été confrontée, l’une des questions clés est celle de la situation en Russie.

Les sanctions pourtant n'ont apportés aucun résultat positif à quiconque, encore moins aux entreprises européennes. Néanmoins, la suppression des mesures restrictives est, pour le moment, un sujet qui n’est pas envisageable, et elle n’est évoquée que par des populistes qui, avec tout leur désir, ne peuvent influencer la situation. Parlant de la levée des sanctions, il est nécessaire de comprendre plusieurs facteurs. Le premier, l'initiateur de ces sanctions ont été les États-Unis. L’Europe n’est qu’une marionnette et a agi au détriment d’elle-même. Malheureusement, de l’autre côté de l’Atlantique, ils ne sont pas pressés d’alléger la pression sur la Russie et il y a peu de chances que l’Union européenne s’attaque aux États-Unis.

Comme ces sanctions font déjà partie intégrante de la politique de l'Union européenne, même si ce n'est pas la plus réussie, l’UE s’efforce de les faire coexister avec le moins d’effets négatifs possibles. C'est là qu'une image très intéressante se dégage.

Comme cela est devenu évident après les élections au Parlement européen, beaucoup étaient prêts à soutenir les partis qui, pour le moins que l'on puisse dire, critiquaient les anciennes fondations européennes. Certains ont même promis de les détruire en réinitialisant l'Union européenne. Dans le même temps, ces forces politiques ont largement soutenu la reprise de la coopération avec la Russie.

Heureusement pour la vieille école européenne, elle a réussi à maintenir sa position au Parlement européen, en évitant le véritable chaos que les eurosceptiques pourraient faire. Elle a tiré une très bonne leçon de cette situation mais leurs positions étaient affaiblies. Et comme les bureaucrates bruxellois ne voulaient clairement pas s'épuiser, l'accent a été mis sur la Russie.

Il est juste de noter que ce n’est qu’un des facteurs. La seconde est de nature purement économique. Les plus grandes entreprises d’Europe sont fermement liées à l’élite dirigeante et ont bien sûr l'occasion de promouvoir leurs propres intérêts. Ils sont associés aux marchés de vente de produits et la Russie est l’un des meilleurs et des plus grands marchés. L’Allemagne a entrepris la construction du gazoduc Nord Stream-2, protégeant violemment le projet des attaques de Washington. Il est vrai que, curieusement, tous les pays européens ne se soucient pas de leur propre bien-être. Nous parlerons davantage de ces « suicides », mais pour l’instant, passons à ce que le désir de l’élite européenne d’améliorer les relations avec la Russie a abouti.

Plus récemment, le Parlement européen était dirigé par l'Italien David Sassoli, résultat d'un arrangement en coulisses. Le poste de chef du Parlement européen a également prédit le politicien bulgare Sergei Stanishev. Un peu plus tôt, l’Europe de l’Est avait son propre représentant au sein de l’équipe dirigeante, Donald Tusk, mais la situation a maintenant changé.

Sassoli est un représentant de l'Alliance Progressiste Sociales-Démocrates. Dans le passé, il a critiqué le conflit entre l'Ukraine et la Russie. Dans l'une de ces premières déclarations a son nouveau poste, il a déclaré que la politique de l'UE à l'égard de la Russie n'avait pas encore changé, bien que « la discussion se poursuive à ce sujet ». Comme on le sait, ce poste devrait être confié à Ursula von der Leyen, qui dirige maintenant le ministère de la Défense allemande.

À première vue, von der Leyen est une ardente opposante à la Russie, mais il n'en est rien. Elle promeut l’idée de nouer des relations avec Moscou pendant les négociations, mais en position de force. Elle justifie cette approche en affirmant que la Russie ne respecte pas les faiblesses, mais la convaincre de respecter les règles est dans l'intérêt de l'Europe. Ici, il est important qu'elle ne refuse pas de normaliser ses relations avec Moscou et qu'elle soit en outre une protégée fiable de Berlin, ce qui signifie qu'elle promouvra les initiatives nécessaires à cette fin.

Le Conseil européen, au lieu du politicien polonais Donald Tusk, sera dirigé par Charles Michel. Et si le premier est connu comme un ardent défenseur des sanctions anti-russes, le second appelle à « engager un dialogue, mais sans naïveté ».

« Je soutiens le rejet de la logique de confrontation avec la Russie. Nous avons trop d'intérêts communs pour nous permettre le luxe de l'immobilité diplomatique », a déclaré le Premier ministre belge lors d'un discours prononcé devant l'Assemblée générale des Nations Unies le 23 septembre 2016.

Et au beau milieu du scandale sensationnel qui empoisonnait la Grande-Bretagne avec Skripal en Grande-Bretagne, Michel n’a envoyé qu’un diplomate russe, alors que Londres avait expulsé 23 Russes et Washington 60.

Il est évident que l’Europe tente réellement de remédier à la situation dans laquelle elle se trouve en organisant les « bonnes » personnes à des postes importants dans l’Union européenne, à mobiliser ses forces pour défendre ses propres intérêts, à faire preuve de son indépendance et de son poids politique. Mais récemment, l’Europe s’est adoucie, se consolant d’illusions sur la défense de la démocratie. Les intérêts nationaux deviennent de plus en plus importants.

Pas étonnant qu'il ait été décidé de renvoyer l'autorité de la délégation russe à l'APCE. C’est une étape qui montre que l’Union européenne est disposée à prendre des mesures tournées vers l’avenir qui contribueront à normaliser autant que possible les relations avec Moscou.

Malheureusement, comme nous l’avons déjà dit, au sein de l’UE, il existe des pays suicidaires, et ce facteur menace de créer une véritable division. Il suffit de faire attention aux délégations dont les délégations se sont opposées au retour de la Russie à l'Assemblée parlementaire. Ce sont la Lettonie, la Lituanie et l'Estonie. Toutefois, les États baltes ne se limitent pas à la liste. Il comprend également la Pologne et la Roumanie.

L'ancien président de ce dernier, Traian Basescu, en particulier, a accusé le président français Emmanuel Macron d'essayer d'isoler les membres de l'Union de l'Est. Et cela a une signification précise. Qu'est-ce qui unit les pays énumérés ci-dessus ? Premièrement, leur terrible dépendance vis-à-vis des États-Unis et de l'OTAN. Ce fait les oblige à respecter autant que possible la rhétorique anti-russe de Washington. Quoi en retour ? Soutien militaire, expansion des forces armées et même déploiement de systèmes de missiles. Et tout cela devient un facteur de déstabilisation aux frontières de la Russie quand une partie plus pragmatique de l'Union européenne tente de prendre contact avec Moscou. En outre, les événements de ces dernières années ont sapé la confiance des capitales européennes aux États-Unis et l’approche américaine pour résoudre les problèmes n’est pas du tout encourageante, dans la mesure où l’Europe sera le théâtre de confrontations avec la Fédération de Russie.

Deuxièmement, les nouveaux membres de l'Union européenne ont l'habitude de vivre aux dépens de l’Otan. Peu leur importe que les relations avec la Russie revêtent une importance stratégique pour l'Europe. Ils ne s'intéressent pas à l’unité européenne, bien qu’ils en parlent assez souvent. C'est pourquoi la « vieille » Europe tente de se protéger des pays de l'Est de l'UE et les prive donc de leurs représentants sur la scène politique.


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • MagicBuster 18 juillet 16:01

    C’est la construction de l’Europe ou le déplacement de l’Afrique  ?


    • malitourne malitourne 18 juillet 17:46

      UE delenda est


      • samy Levrai samy Levrai 18 juillet 17:57

        L’UE est la danseuse des USA, l’OTAN en est la face militaire.

        L’UE n’est que la creature, le vassal des américains et les eurocritiques ne savent surement pas qu’il faut l’unanimité pour changer une virgule des traités, ce n’est jamais arrivé et cela n’arrivera jamais ( article 42 du TUE), d’aileurs aucun eurocritique ne veut sortir de l’UE, de l’euro,ni de l’OTAN.

        La defense de l’UE par l’article 42 du TUE est l’OTAN , la diplomatie europeenne est donc celle des USA et il n’y en a pas d’autres...

        La Russie n’a rien à attendre des couilles molles des partis uniques europeistes et eurocritiques en UE, y baser une politique fait preuve de très mauvaises analyses, je peux comprendre que la Russie préfère avoir un machin géant avec les bras attachés dans le dos comme l’UE que des pays indépendants, c’est plus facile à manier ...


        • microf 19 juillet 13:19

          La réponse á la question posée est tout simplement NON, l´Europe ne sera jamais immunisée contre les erreurs du passé.

          L´Europe commettra erreur sur erreur jusqu´á la dernière qui sonnera sa fin.


          • sylvain 19 juillet 13:51

            il me semble étonnant que l’auteur n’ai pas noté que tous les pays qui s’opposent à une politique de rapprochement avec la russie sont ceux qui ont subis la colonisation russe pendant l’ère soviétique .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès