• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’héroïne afghane inondera l’Europe

L’héroïne afghane inondera l’Europe

L'Office des Nations unies contre les drogues et le crime (ONUDC) a publié un rapport sur la production de drogue en Afghanistan. 

JPEG

Sa conclusion n'est pas rassurante : les exportations d'opiacés de ce pays augmenteront significativement en l'absence de mesures d'urgence. Dans ces conditions, les nouvelles autorités afghanes, les talibans, ne font pas encore preuve d'une disposition particulière à lutter contre la production de stupéfiants. 

Ce rapport analyse les conséquences des récoltes d'opium en 2021. Elles ont augmenté de 8% par rapport à l'année précédente, qui était déjà un record, alors que la superficie des plantations de pavot opiacé avait augmenté de 37%. En 2020, l'Afghanistan représentait 85% de la production mondiale. Cette année, ce triste record pourrait être battu. De plus, la production de méthamphétamine augmente, elle aussi, rapidement en Afghanistan. Tout cela arrive déjà en Europe, marché principal d'écoulement de stupéfiants afghans. 

Le changement de pouvoir dans ce pays a entraîné une hausse des prix d'opium. En août, quand les talibans ont pris Kaboul, ils avaient doublé par rapport à mai. Le rapport suppose que cela incitera les Afghans à augmenter les plantations de pavot à opium. Il est semé en novembre, donc l'ampleur du désastre reste inconnue pour l'instant. 

Quand, il y a 20 ans, les talibans avaient pris presque entièrement le contrôle de l'Afghanistan, ils avaient rapidement avancé dans la lutte contre la production de drogue. L'ONUDC constatait avec surprise dans ses rapports en 2000-2001, après deux décennies de hausse ininterrompue, que la superficie des plantations de pavot dans le pays (plus exactement dans la partie contrôlée par les talibans) s'était réduite de 91% : d'environ 82 millions d'hectares à près de 7.600 ha. Les talibans ont obtenu ce résultat non seulement en utilisant la force, mais également des concessions sur plusieurs sujets avec les tribus et les communautés locales produisant des stupéfiants. À l'époque, ils pouvaient se permettre économiquement une lutte sans compromis contre la drogue. Ils recevaient bien plus d'argent de la contrebande de produits de consommation via leur pays. 

Mais le gage principal du succès d'il y a 20 ans a été le fait qu'à l'époque les talibans le souhaitaient vraiment. Les talibans pensaient qu'en privant l'Afghanistan de sa réputation douteuse de producteur mondial de drogue ils ouvriraient la voie à la reconnaissance internationale de leur pouvoir. Mais ce calcul fut erroné. Après la perte du contrôle de Kaboul par les talibans en 2001, les chiffres de la production de drogue dans le pays sont repartis à la hausse. 

Les experts identifient plusieurs raisons pour lesquelles des millions de paysans afghans préfèrent cultiver du pavot à opium plutôt que d'autres plantes. La demande de ce produit ne diminue pas. Le pavot à opium est relativement facile à cultiver et à stocker. Enfin, les trafiquants font crédit aux paysans pour les récoltes à venir. Bien que les revenus des producteurs afghans ordinaires soient dérisoires (selon l'ONUDC, une famille de 6-7 personnes gagne ainsi moins de 1.000 dollars par an), ils restent stables, ce qui est très important pour un pays déchiré par une guerre civile permanente. Ni les Américains ni les autorités afghanes loyales envers eux n'ont réussi à changer cette situation. 

Aujourd'hui, le thème de la lutte contre la production de drogue locale n'est pas central dans les négociations internationales sur l'avenir du pays. Il est exigé des talibans de créer des organes de pouvoir inclusifs, de défendre les droits des femmes, mais pas de lutter contre les plantations de pavot à opium. Alors que les talibans, à leur tour, associent aujourd'hui la lutte contre la production de drogue à l'octroi d'aide financière étrangère. Encore en août, le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid déclarait que l'Afghanistan deviendrait un pays sans drogue seulement si les nouvelles autorités bénéficiait du soutien nécessaire de la communauté internationale. "Fournissez-nous des cultures alternatives et nous mettrons un terme aux drogues", disait-il. 

Mais on en est encore loin. L'Afghanistan ne mène pas une activité commerciale extérieure depuis la chute du gouvernement d'Ashraf Ghani. Les actifs de l'État sont bloqués dans les banques étrangères, et on ignore qui les contrôlera - les anciennes ou les nouvelles autorités. Tout en se rappelant des nombreuses tentatives ratées des Américains et des gouvernementaux afghans loyaux de substituer la culture de drogue. Rien ne prête à penser que les talibans auront plus de succès, du moins tant que l'effusion de sang se poursuit dans le pays et les paysans ne croient pas en lendemain.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3333


Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 23 novembre 10:52

    Je ne comprends pas l’usage du futur dans le titre. 


    • eddofr eddofr 23 novembre 11:07

      Peu importe d’où provient la drogue.

      Tant qu’il y aura des consommateurs, il y aura des trafiquants.

      J’avoue ne pas comprendre qu’on se drogue au point de se détruire.

      J’avoue ne pas comprendre l’envie de consommer un produit illicite.

      Il faut être sérieusement dérangé pour penser qu’on ne peut pas s’amuser si on n’est pas shooté ou imbibé.

      Il faut être sérieusement irresponsable pour consommer une drogue illicite en sachant tout le mal que génère le trafic de drogue.


      • Clocel Clocel 23 novembre 11:34

        Pour ceux qui auront survécu à Big Pharma, a priori, l’héroïne sera un moindre mal...


        • Marengo 23 novembre 11:57

          L’Europe dégénérée sera inondée d’héroïne et sombrera tandis que la Russie éternelle épargnée par ses vertus naturelles triomphera sans combat. 


          • zygzornifle zygzornifle 23 novembre 12:01

            Elle va remplacer la cocaïne de l’Elysée ....


            • voxa 23 novembre 13:28

              Les Anglo-saxons ont dominé une partie du monde asiatique par la drogue, uniquement par la drogue.

              La Chine, tout particulièrement.

              Google « notre bon copain » ne mettra pas longtemps à le démontrer à ceux qui ne le savent pas, l’ont oublié, ou, ne veulent pas le savoir.

              .

              Je doute absolument que la destruction du commerce des drogues soit la priorité d’un gouvernement, quel qu’il soit, d’où qu’il soit.

              Cela se saurait, cela se verrait.

              Ce trafic génère infiniment trop de profits directs et indirects,et ,achète une paix sociale relative dans les zones de non-droits en constante augmentation.

              Par la même occasion, chaque consommateur est un rebelle en puissance en moins.

              Une taf et il est calme.

              .

              Des milliers de satellites scrutent la planète dans ses moindres recoins, que ce soit pour photographier une usine en Iran, un général iranien en Irack, les jachères européennes donnant droit à subventions, les types, les modes de cultures, les mouvements chez nos ennemis comme chez nos alliés et bientôt, en France, les piscines pour mieux les taxer, etc....

              Curieusement ces mêmes satellites sont parfois muets et aveugles quand il s’agit de trouver les cultures de pavots ou de cannabis, ou de déterminer l’origine des différents missiles qui détruisent avions de ligne, villes ou ports...

              Si on le voulait vraiment, réellement, les cultures de pavots et de cannabis seraient oblitérées discrètement et efficacement gentiment par dispersion aérienne...

              Si les gouvernements ne savent quoi utiliser comme désherbants, les survivants Monsanto de nos agriculteurs sauront leur expliquer.


              • jymb 23 novembre 13:48

                Personne n’oblige des abrutis à acheter et consommer 

                Et si l’on souhaitait réellement lutter contre les trafics, sanctionner durement les acheteurs serait rapide et efficace

                " Videz vos poches ...un gramme de substance X  : 1000 E d’amende deux grammes 2000 E d’amende etc 


                • voxa 23 novembre 16:09

                  @jymb

                  "Personne n’oblige des abrutis à acheter et consommer 

                  Et si l’on souhaitait réellement lutter contre les trafics, sanctionner durement les acheteurs serait rapide et efficace

                  « Videz vos poches ...un gramme de substance X : 1000 E d’amende deux grammes 2000 E d’amende etc »

                  Tient, un flic...


                • Buzzcocks 23 novembre 16:21

                  @jymb
                  Au lieu de raconter n’importe quoi, allez passer 1 demi-journée, dans un tribunal, aux comparutions immédiates, et vous verrez surement entre les vols de portables, jets de bouteille au foot, quelques consommateurs qui se sont faits pincer.... ce sont des loques pour la plupart, et donc vous pouvez les condamner à 2000 euros si vous voulez, la plupart zonent dans la rue, n’ont pas une thune, et quand ils économisent 50 euros, c’est pour s’acheter un caillou de crack. 
                  D’ailleurs, le voleur de portable est parfois aussi consommateur et donc il vole pour se payer ses doses.
                  Je n’ai pas la solution contre ce fléau, mais c’est sur que condamner à 2000 euros, un mec qui vole pour survivre, ça semble aussi efficace qu’un pansement sur une jambe de bois.



                • nemesis 24 novembre 08:46

                  @Buzzcocks

                  J’ai une solution radicale pour faire plaisir au plus grand nombre (sauf les moralistes).
                  Distribuer la poudre à volonté dans les centres de shoot et enlever les cadavres au fur et à mesure...
                  Plus de délinquance, plus de délinquant (?) et les mamans accompagneront leurs tous-petits à la maternelle en sécurité... (sauf à se faire kidnapper contre rançon)
                  Plus de flic, plus de guérilla urbaine... le calme plat, mais plat !
                  Ouf !  smiley


                • nemesis 24 novembre 12:28

                  @nemesis

                  Finalement, ce que je propose c’est une variante du film Soleil vert...

                  Librement inspirée du roman de Harrison, cette dystopie combine le genre du film policier et de la science-fiction, à savoir l’enquête sur le meurtre d’un riche homme d’affaires et un avenir où les océans sont mourants et la canicule est présente toute l’année en raison de l’effet de serre, conduisant à l’épuisement des ressources naturelles, la pollution, la pauvreté, la surpopulation et l’euthanasie volontaire.

                  Plus précisément, l’histoire se déroule en 2022 dans la ville de New York où, comme dans le reste du monde, la pollution et la surpopulation ont cours. Le manque de nourriture amène les autorités à créer des aliments artificiels et industriels conçus par la société Soylent. Le détective Thorn, assisté par le vieux professeur « Sol » Roth, véritable mémoire du temps passé, enquête sur la mort d’un certain Simonson, un riche privilégié proche des cercles dirigeants. Alors qu’il progresse dans son enquête, Thorn s’aperçoit que cette caste fait tout pour l’empêcher de découvrir la vérité


                • jymb 24 novembre 12:30

                  va@Buzzcocks
                  Vous n’avez visiblement pas lu ou compris mon post
                  Je parle du zozo qui arrive en mini Cooper pour s’acheter sa merde et qui lui est parfaitement solvable, et conscient de ce qu’il fait 


                • jymb 24 novembre 12:32

                  @voxa

                  Tout faux ! 
                  Juste du bon sens 
                  Pas d’acheteurs, plus de benef à trafiquer et pourrir la vie des voisins 


                • Jean 24 novembre 12:38

                  @jymb
                  Désolé il faut s’attaquer à la production et distribution, pas aux consommateurs
                  ( comme pour l’alcool ou le tabac ou les médocs)
                  Tracer les mouvements en banque Tracfin est supposé le faire.


                • nemesis 24 novembre 08:40

                  Cette affaire de drogue est un panier de crabes auquel la CIA et plus ou moins impliquée en Amérique du Sud ou en Afghanistan...

                  Tandis que le DEA est supposé lutter contre les trafiquants...

                  Aux USA, la main droite ignore la gauche...

                  Pendant la présence militaire soviétique en Afghanistan, les hélicos de la CIA transportaient le pavot en Turquie pour être raffiné dans les installations des membres de l’Etat major turc avant d’être acheminé vers les réseaux de l’Europe de l’Ouest

                  Et pour l’Amérique du Sud, qq extraits :

                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_la_drogue_au_Mexique

                  Parallèlement, la CIA aurait soutenu les trafiquants de drogue mexicains et les auraient mis en lien avec les cartels colombiens, afin de financer les Contras en guerre contre le régime sandiniste au Nicaragua, Des membres des Contras auraient ainsi été entraînés dans des ranchs du cartel de Sinalo

                  Ainsi, les relations avec les États-Unis se refroidirent à la suite de l’affaire Enrique Camarena, du nom d’un agent de la DEA assassiné en 1985, et qui avait provoqué la dissolution de la Dirección Federal de Seguridad (DFS), agence de renseignement chargée de la lutte anti-drogues et placée sous l’autorité directe du président, qui, depuis sa création en 1947, avait joué un rôle central d’intermédiaire entre le champ politique et les narcos


                  • nemesis 24 novembre 09:42

                    Alex Jones reçoit Peter Dale Scott pour parler du trafic de drogue organisé par la CIA par les Etats Unis dans certains pays.

                    https://www.dailymotion.com/video/xo1no2


                    • eddofr eddofr 24 novembre 10:17

                      « Sans clients, pas de vendeurs, pas de trafic, pas de délinquance. »

                      C’est vrai et c’est simple à énoncer, mais ce n’est pas si simple à mettre en œuvre, du moins pas dans une démocratie qui « se respecte ».

                      Faut-il traiter les consommateurs comme des criminels ou comme des malades ?

                      Faut-il les désintoxiquer de force ?

                      Faut-il les droguer (méthadone ou autre) sous contrôle (médical ou pas) ?

                      Faut-il les materner (ce sont des loques incapables de subvenir à leurs propres besoins) ?

                      Et que faut-il faire de tous ces « drogués mondains » qui croient être « classe » quand ils sniffent un rail de cocaïne en soirée ?


                      • Nicolas_M Nicolas_M 24 novembre 11:06

                        @eddofr
                        La répression a montré son inefficacité ... on pourrait essayer de suivre l’exemple du Portugal, dépénaliser l’usage tout en condamnant durement les trafics. Et obliger les « malades » à suivre des stages de désintox plutôt que de leur mettre des amendes, ça serait plus efficace.

                        Et surtout éduquer. Chaque drogue est différente, selon son mode de consommation, l’âge du consommateur, la fréquence ... Dire « les drogues c’est mal » est absurde. Parce que les jeunes curieux et rebelles, ils voient l’interdiction comme un défi à l’autorité. Et ils vont sauter sur la première qu’on leur proposera.

                        Les jeunes rebelles qui vont vouloir essayer un truc interdit, il y en aura toujours. Et des petits trafics aussi. Bien sûr qu’il faut leur éviter autant que possible les drogues quelles qu’elles soient. Mais il faut aussi limiter le mal causé par leurs expérimentations qui auront de toute façon lieu. 

                        Les opioïdes sont des saletés hyper addictives, le LSD n’entraine aucune addiction, le shit couplé au tabac est très addictif, contrairement au cannabis pur vaporisé, la cocaïne a moins d’effet sur la santé et est moins addictive que l’alcool, il y a plein de vérités à leur expliquer.

                        Comme ça le jeune rebelle il prendra peut être un peu de MDMA ou une ligne de coke, mais il ne se détruira pas l’avenir avec de l’héroïne, c’est un moindre mal.


                      • Albert123 24 novembre 16:30

                        @Nicolas_M

                        « Les opioïdes sont des saletés hyper addictives »

                        au même niveau que l’alcool en fait, qui présente d’énormes similitudes avec les opioïdes. Le rituel culturel en moins. Mais un « bindge » avec de la vodka sur l’anus et un shoot d’héro c’est du kifkif.

                        La virulence de l’héroine c’est la prise par intraveineuse qui en est la cause de part les concentrations et l’arrivé du produit directement dans le sang. un shoot de vodka en intraveineuse donne les même résultats voir pire.

                        « le LSD n’entraine aucune addiction »

                        avec les acides lysergiques et la psylocybine, effectivement pas de réelle addiction, 

                        il faudrait de toute façon une santé de cheval pour en consommer très régulierement tant le contrecoup oblige le consomateur à récuperer après une prise.

                        pas sur néanmoins que le système immunitaire ne soit pas anémié durant cette phase de récupération.

                        « le jeune rebelle il prendra peut être un peu de MDMA » 

                        pour mieux faire chier son entourage 2-3 jours après. les bouffeurs d’ecsta ne vivent que pour leurs cachetons du w-e, ils sont totalement improductifs et imbuvables du lundi au jeudi. les consomateurs de cachetons sont avec les cocaïnomanes les pires relations que vous pouvez avoir.

                        l’addiction au MDMA est psychologique tant l’utilisateur passe de l’euphorie du soir des w-e à la dépression du reste des jours de la semaine.

                        « le shit couplé au tabac est très addictif »

                        c’est juste le tabac qui est très addictif le fait d’y ajouter du cannabis n’y change rien.

                        De toute les « drogues », le cannabis reste sans doute la moins nocive pour les adultes pleinement formé. c’est d’ailleurs unqiuement sa prohibition qui rend ses utilisateurs moins sociaux.

                        au pire le consomateur régulier de longue date finit par ne plus supporter le produit (vomissements quasi systématiques et troubles digestifs divers) qui le pousse finalement au sevrage pour en finir avec ces réactions.

                        « la cocaïne a moins d’effet sur la santé et est moins addictive que l’alcool, il y a plein de vérités à leur expliquer. »

                        le consomateur dès la 1ere prise devient un monomaniaque qui perd toute lucidité persuadé de l’inocuité d’un produit qui lui retire tout sens critique tout en le persuadant qu’il est un surhomme. 

                        Plus con qu’un cocaïnomane ça n’existe pas (ah si le bouffeur de mdma).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité