• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Homme est déterminé, mais deviendra libre

L’Homme est déterminé, mais deviendra libre

Dans leur éternel débat, les partisans de la liberté et les partisans du déterminisme font fausse route, même si, d'une certaine façon, ils ont tous deux raison. Car si la liberté n'existe pas encore, elle adviendra.

 Dans leur éternel débat, les partisans de la liberté et les partisans du déterminisme font fausse route, même si, d'une certaine façon, ils ont tous deux raison. Car si la liberté n'existe pas encore, elle adviendra. C'est en tout cas une hypothèse qui mérite d'être considérée.

 L'univers est un enchaînement de singularités, au sens d'émergence d'un phénomène ou d'un attribut nouveau, aux conséquences révolutionnaires et exponentielles.

 1. La première singularité, c'est le Big Bang, il y a 13,8 milliards d'années.

 2. La deuxième renvoie à l'apparition de la vie, il y a 4 milliards d'années : la matière inerte qui s'organise pour devenir matière vivante. Elle n'est pas brutale, comme le prouvent les virus, qui se situent entre la matière inerte et la matière vivante.

 3. La troisième singularité intervient avec l'intelligence cérébrale - au sens de capacité à résoudre des problèmes, à établir des corrélations et à s'adapter à des situations nouvelles - sans doute apparue chez des vers il y a 500 millions d'années. Les premiers organismes vivants sont également dotés d'une forme d'intelligence : il n'existe sans doute pas de différence de nature entre l'intelligence d'une bactérie et celle d'une souris, mais seulement une différence de degré.

 4. La quatrième singularité correspond à l'apparition de la conscience. Tout comme les deux précédentes, elle est relativement progressive : le chimpanzé, les grands dauphins, certains corvidés réussissent le "test du miroir" (la capacité à se reconnaître dans le reflet) tandis qu'un être humain est suffisamment conscient pour s'interroger sur des problèmes métaphysiques. Mais ce serait une erreur que de confondre conscience et liberté : bien que nous en ayons l'illusion, nous sommes incapables d'effectuer de véritables choix. Nos pensées s'enchaînent mécaniquement, réagissent à notre environnement, en une chaîne causale qui remonte à notre conception - et, en définitive, au Big Bang.

 5. La cinquième singularité, c'est l'émergence de la liberté. Elle sera, elle aussi, progressive. Selon le philosophe Engels, à partir d'une certaine quantité, la quantité devient qualité. De même, à partir d'une certaine quantité d'intelligence, la conscience - archaïque - émerge. A son tour, l'augmentation de la conscience engendrera un nouvel attribut : la liberté.

 L'Homme sera d'abord - notamment grâce au transhumanisme - capable d'une liberté archaïque, qui gagnera progressivement en maturité. Un être totalement libre relèverait d'Homo Deus - l'homme-Dieu.

 Mais comment concevoir la possibilité même d'une liberté - au sens de conscience au moins en partie indéterminée ? En partant du principe que tout est déterminé, que tout s'enchaîne mécaniquement, quelle niche, quel espace pourrait accueillir la liberté ? Comment pourrait-elle émerger du déterminisme absolu ?

 Il faut pour cela postuler l'existence du hasard. Parallèlement à un déterminisme quasi-intégral, un certain degré de hasard - au sens d'une relative indétermination de la matière - doit être présupposé, comme l'avancent certains physiciens, qui affirment que son royaume est le monde quantique. Ainsi, des particules quantiques se comporteraient de façon hasardeuse. Cette vision implique de balayer l'affirmation d'Einstein selon laquelle le hasard serait Dieu qui avance incognito - le hasard qualifiant ainsi les contrées demeurées inconnues.

 L'émergence de la liberté suppose que tout ne soit pas déterminé, que la réalité ménage un espace d'indétermination. Cet espace est occupé par le hasard, jusqu'à ce que, progressivement, la conscience vienne l'en déloger. L'avènement de cette prise de contrôle correspond à la marche vers la liberté. Ainsi, la liberté pourrait se définir comme un hasard contrôlé, un hasard devenu conscient.

 Remarquons que le hasard n'est pas une chose extérieure au sujet : il est présent en nous et pourrait être compris comme un royaume à conquérir - celui de l'infiniment petit, du monde quantique. La conscience qui saura chevaucher - d'abord, très maladroitement - son hasard quantique, sera la première à fouler les terres de la Liberté.

 Reste à savoir si cette conscience libre sera humaine ou artificielle.

 6. La sixième et dernière singularité, c'est la capacité - et la volonté - de créer de nouveaux univers, soumis à des lois nouvelles. Une fois que l'intelligence consciente aura percé l'intégralité des lois physiques - potentiellement réunies dans la fameuse "Théorie du Tout" - elle sera capable d'engendrer des univers potentiellement plus complexes que le nôtre. La création d'univers plus simples sera certainement de l'ordre du possible avant même cette échéance.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • Diogène diogène 11 décembre 2017 10:33

    Le concept de liberté est creux et ne permet pas de résoudre les contradictions ontologiques.

    L’autonomie politique est incarnée par la figure du citoyen, qui abandonne son indépendance pour se soumettre volontairement à des lois qui sont les mêmes pour tous. 
    C’est à cette condition que les hommes peuvent être libres ensemble. 
    Mais les lois peuvent être ressenties comme une aliénation de leur liberté par les individus. 
    On tourne en rond.

    • lautrecote 11 décembre 2017 10:36

      @diogène

      Zazie le chante très bien : 

      Je suis un homme et je mesure 
      Toute l’horreur de ma nature 
      Pour ma peine, ma punition, 
      Moi je tourne en rond, je tourne en rond 


    • Christ Roi Christ Roi 11 décembre 2017 14:49

      Article passionnant parce qu’il résume bien le délire de la pensée dominante athée darwinienne. On voit que les athées sont bien des croyants sans dieu qui élaborent des idéologies totalement absurdes puisqu’ils n’ont plus la transcendance pour les inspirer. Ils rêvent ainsi de disparaitre en se dissolvant dans la machine : l’athéisme est une pensée morbide suicidaire. smiley


    • Syracuse Syracuse 11 décembre 2017 14:51

      @Christ Roi

      L’autre il arbore un prophète torturé en sang dans son avatar et traite les athées de morbides... La mouche du coche quelque soit le pseudo c’est toujours aussi débile.


    • Christ Roi Christ Roi 11 décembre 2017 16:41

      @Syracuse
      « Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perd ; celui qui s’en détache en ce monde la garde pour la vie éternelle. » 

      Saint Jean 12, 20-33

    • Syracuse Syracuse 11 décembre 2017 17:23

      @Christ Roi

      Dieu désigne le roi ---> respect à dieu ---> respect au roi ---> pourquoi ? Parce que dieu désigne le roi ---> respect à dieu ---> respect au roi = raisonnement circulaire = logique simpliste pour crétin décérébré.

      Saint Syracuse 16, 64-51


    • Choucas Choucas 11 décembre 2017 10:40

       
      Le gogochon RUiste sera libre de se branler dans l’auge consumériste de son choix,
      mais dirigé comme un veau multi-ethniqué par le cyber-Capital qui aura le vrai pouvoir politique
       
      PALANTIR connaît tous les français, adresses, téléphones, comptes en banque etc. leurs relations sociales, et peut simuler des mouvements sociaux où des élections.
       
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Palantir_Technologies
       
      MINERVA trolls IA automatiques anti-russe
       
      https://www.upr.fr/actualite/monde/article-paru-journal-britannique-the-guardian-pentagone-se-prepare-rupture-civile-masse
       
      WATSON a trompé des étudiants d’université
       
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Watson_(intelligence_artificielle)
       
      GOOGLE translation a appris tout seul à traduire le javanais en irlandais, juste en parcourant ses bases de données, telle est la puissance de l’apprentissage heuristique en multicouche neuronal. L’IA de Google se nourrit de votre simple utilisation d’internet !
       
      https://www.upr.fr/actualite/monde/article-paru-journal-britannique-the-guardian-pentagone-se-prepare-rupture-civile-masse
       
      NVIDIA, carte juste munie d’une caméra, apprend en une heure à conduire sur des routes de campagne, par simple apprentissage mimétique du conducteur humain.


      • Choucas Choucas 11 décembre 2017 10:45

        Le multi-ethniquage, la nanification des états, le consumérisme gogochon conduit à la dépendance totale existentielle :
         
        Excellente conf d’un pro de l’univers fesses-boucs des gogochons (2 brevets internationaux)
         
        https://www.youtube.com/watch?v=ispOQhQuYq8
         
        « La taille des réseaux neuronaux actuellement utilisés est de l’ordre de celui d’une grenouille. Mais cette grenouille est capable de conduire une voiture mieux que vous ! » Yoshua Bengio
         


      • Shawford Shawford 11 décembre 2017 11:15

        @Choucas


        Le gogochon RUiste sera libre de se branler dans l’auge consumériste de son choix, 
        mais dirigé comme un veau multi-ethniqué par le cyber-Capital qui aura le vrai pouvoir politique

        C’est très bien observé, dans le même temps en faire une fatalité montre que tu es toi même hors sol.

        Car dans les campagnes aujourd’hui se fait une vraie prise de conscience de toutes ces tares, et avec la permacuture, l’autonomisation responsable, les AMAP, les Miels, etc... il y a de vrais mécanismes d’émancipation qui se mettent en oeuvre.

        Surtout, en particulier pour le cyber capital,il n’y a pas de fatalité, car ils ont conscience de cette hégémonie ultime des GAFA.

        Pour parler pratique, en ce moment c’est le choc entre :
        - AMAP (relation directe producteur/consommateur sans Internet, mais avec contraintes de l’engagement réciproque dans la durée, partant mauvais réflexes qui reviennent au galop dès lors que tous les ingrédients de la soupe gogochon ne sont pas réunis)

        - face à Ruche (plate forme en ligne chiadée, réponse équivalente à ce que propose le système de distribution classique, mais truandierie dans l’intermédiation : sous l’égide de Niel & consorts, les gestionnaires de la plate forme sont ou deviennent pas très regardants sur l’éthique d’origine et garantie production/consommateur.

        Or il est tout à fait possible de mettre en place ces outils/plate forme de service au plan local et le faire dans une démarche d’éthique non parasitée.

        Pour cela il faut en arriver au vrai village global, à savoir que l’ingénierie inter médiatrice numérique soit appliquée et applicable au plan local, ce qui implique nécessairement qu’il y ait une appréhension suffisamment forte de l’outil par le public, et que cela touche une frange suffisante de cette population au plan local pour justifier l’outil numérique (tant en terme d’investissement que de prise en compte et soutien par la sphère publique locale).
        On y vient.


      • pemile pemile 11 décembre 2017 11:19

        @Shawford "Or il est tout à fait possible de mettre en place ces outils/plate forme de service au plan local et le faire dans une démarche d’éthique non parasitée."

        Oui, et avec un investissement dérisoire.


      • Shawford Shawford 11 décembre 2017 11:27

        @pemile


        Mec, ça fait plaiz quand tu viens pas que ratiociner ! smiley smiley

      • Choucas Choucas 11 décembre 2017 11:39

        @Shawford
         
        Certes, comme dit Kropotkine où Evola : ne pas dépendre de ce que tu ne contrôles pas
         
        Mais les paysans seront remplacés par des robots où même des usines de steaks de pétrole où de paté de sauterelles (anti-spécisme). L’économie « locale » n’a aucun poids stratégique. Il faut regarder la vidéo « Moi le crayon » de Friedman (un thème classique libéral) Et quand ça sera une plus longue vie qui sera sur le Marché, le contrôle des gogochons sera total.
         
        Sauf si la mort de la Mort était aussi celle du Capital et réveillait le Léviathan dans une métaphysique absolue fasciste. Mais le peuple aura disparu depuis longtemps, et l’état avec. Tout l’intérêt du multiethniquage est de saper la base imaginaire de l’état et d’en faire qu’une assurance pour lobbies pleurnicheurs (parti colon de La Baudruche par ex, parti souchien, parti bobo en marche...)
         
        D’après Castoriadis (marxiste)
         
        « Castoriadis pose ‘l’indistinction du social et de l’Histoire’ ; la société ne se pose QUE dans un temps long, et pour ça doit s‘imaginer « intemporelle » (la gouvernance des morts et la nation éternelle). Le social ne se fait QUE dans l’Histoire, pas dans l’économique (ce que dit Marx aussi, il n’étudie QUE l’Histoire). Pour le Capital, le temps c’est de l’Argent, il ne doit exister que le temps court de l’intérêt qui court sur l’ordinateur de la banque. Aussi, tuer l’Histoire, tuer le temps long, c’est ramener tout individu à ce temps court, anhistorique, donc sans imaginaire du temps long, c’est rendre impossible la révolution du social, car la mort peut alors stopper toute vision à long terme de l’individu. Au mieux il accumule un héritage personnel. Multiethniquer et consumériser c’est donc en fait pour tuer l’Histoire d’une identité immuable, et toute révolution qui va avec.
        L’homme institue hypocritement son identité social comme un non-changement rassurant (contre la mort), identité par delà les siècles, après une naissance idéalisée de sa communauté. Ainsi pour La Baudruche, le coryphée petit père des « gens », pour cette vessie enflée du Grand Dieu Gogochon, la belle Ripoublik à Soros ne commence qu’en 1789, avant il n’y avait rien, pas même de temps, pas même la dimension... »
        Soros le fils bâtard de Chronos.


      • Choucas Choucas 11 décembre 2017 11:49

        @pemile
         
        Des usines d’état de robots IA
         
        pour le textile pour commencer par ex.
         
        Mais l’état a été détruit par les gogochons, et Macron fait de la simulation (suivant la pensée de Ricoeur, faire croire au populo qu’il a tjrs un pays souverain)
         
         
        « L’État-nation, unité fondamentale de la vie organisée de l’homme, a cessé d’être la principale force créatrice : les banques internationales et les sociétés multinationales agissent et planifient en des termes qui sont bien en avance sur les concepts politiques de l’État-nation. »
        Zbigniew Brzezinski, Entre deux âges : l’ère technetronique, 1971.


      • Shawford Shawford 11 décembre 2017 11:50

        @Choucas


        Tout à fait, mais faut bien assumer son propre destin, hein ? smiley
        Et puis quand on parle des vrais besoins à assouvir, boire manger, y’a pas mal de trucs que l’on peut récuser et se battre contre le poids stratégique. 
        T’aurais du venir faire du vélo avec moi cet été, t’aurais vu comment certain parviennent à mettre en échec sans faire de bruit tes « invasions de sauterelles » ! smiley

        Mais c’est certain, même en pleine cambrousse, là où j’observe donc ces choses, et essaye de mettre en place des trucs clean, on est malgré tout à 25 kms à vol d’oiseau de la centrale du Blayais, donc pour sûr on échapperait à rien de malheureux sur le plan systémique. smiley smiley

      • Clocel Clocel 11 décembre 2017 10:47

        La liberté est à la portée de quiconque en accepte d’en payer le prix.

        C’est un concept purement performatif qui n’existe pas ailleurs que dans la partie fantasmatique de notre esprit.

        Le problème vient du fait que nous la voudrions accolée à la sécurité, à la prédictibilité, bref, au rationnel.

        Et pourtant :

        - Soyez résolu à ne plus servir, et vous voila libre disait La Boétie.


        • Decouz 11 décembre 2017 10:58

          Ramana Maharshi : « Tous les actes sont prédéterminés, mais vous avez la liberté de ne pas vous identifier à votre moi ».



          • Jean Keim Jean Keim 13 décembre 2017 09:58

            @Decouz
            Qui ou quoi le dit ?


          • pemile pemile 11 décembre 2017 12:52

            @Paul Lahmy "Mais ce serait une erreur que de confondre conscience et liberté : bien que nous en ayons l’illusion, nous sommes incapables d’effectuer de véritables choix"

            La plasticité cérébrale démontre plutôt le contraire, non ?


            • Jao Aliber 11 décembre 2017 13:58

              L’univers n’est pas un tout.Si, bien sûr, l’univers signifie toute la matière.L’univers, c’est le mouvement(mécanique, biologique, géologique, etc.).

              La matière est en perpétuelle mouvement qui n’a ni début ni fin.Les mouvements de l’univers sont comme des fractales : un mouvement supérieur agit dialectiquement et à l’intérieur de ce mouvement d’autres mouvements agissent dialectiquement et ainsi de suite.


              • arthes arthes 11 décembre 2017 14:31

                Est ce que le big bang est vraiment la première singularité ?

                A t il eu lieu (il me semble que cela a été réfuté)
                Qui avait il avant le big bang ?
                Bon, supposons qu’il ai eut lieu, c’est quoi (n-1) ?
                Le néant ?
                C’est quoi le néant ? (peut être l’éternité) Comment peut on créer à partir du néant ?
                D’ou vient la vie elle même avant qu’elle ne pénètre dans la matière pour l’animer ? 
                J’entends souvent de la part de scientifiques ; si il y a de l’eau sur telle planète, c’est qu’il y a de la vie...Ah bon, parce que nous avons la certitude qu’il ne peut y avoir qu’une forme de vie ? Conforme à celle que nous voyons sur la terre ?

                Revenons à la vie, comment a t elle pénétré la matière ? Le hasard sans doute ? Il y a un truc qui s’est fait comme ça entre les particule et hop, à un moment, à force de bouger dans tous les sens ya eu la vie qui s’est super organisée.
                Ou une volonté ? (et on en revient à l’hypothèse Einstein)

                Quant à la pensée mécanique, c’est bien celle ci qui détermine le contenu de cet article et surtout qui veut déterminer nos actes ; Je ne compterai pas sur le hasard pour m’en garder mais sur mon éveil et ma volonté, et mon intuition.
                Par ailleurs, dans cet article, il n’est jamais question du moi individuel qui donne la capacité propre aux humains de pouvoir penser et dire « je » ; a quel moment ce dernier a t il pénétré la conscience ? Qu’est ce que la pensée ?  Sait on d’ou elle vient avec certitude ? Y a t il une difference entre intelligence cérébrale et instinct, , et ne serait il pas plus approprié de parler d’instinct primaire concernant l’activité d’un vers de terre antédiluvien plutot que d’intelligence cérébrale ?


                Bon, passons, je n’ai aucune réponse à ces questions et la science physique, neurologique, biologique n’en apporte pas non plus.



                Ramana Maharshi : « Tous les actes sont prédéterminés, mais vous avez la liberté de ne pas vous identifier à votre moi ».

                Je suis assez d’accord avec cela, et ce n’est pas parce que l’on se départit de son « moi » volontairement que l’on perd son individualité et sa lucidité, bien au contraire, l’empathie par exemple permet ce genre d’exercice.


                • francois 11 décembre 2017 15:43

                  Spinoza ou Daniel Dennett ont démontré que l’on pouvait être libre dans la détermination.



                  • arthes arthes 11 décembre 2017 16:31

                    @francois

                    Et comment vous exprimeriez ce que vous en avez compris alors ?

                  • francois 11 décembre 2017 16:49

                    @arthes
                    la connaissance est la liberté.


                  • arthes arthes 11 décembre 2017 19:11

                    @francois


                    Les chemins de la connaissance mènent à liberté je dirais...La connaissance nous ne l’avons pas, sinon nous ne chercherions pas à l’avoir...
                    Je suis d’accord avec Pierre , particulièrement sur le fait que l’homme des cavernes était sans doute plus libre que nous le sommes, avec sa connaissance intime et innée de  la nature, mais moins libre dans la mesure où il n’avait pas eu à acquérir cette connaissance alors qu’il nous faut le faire avec notre conscience.
                    Mais notre connaissance ne nous porte qu’aux effets mécaniques de l’animé, pas à l’essence même de ce qui anime, c’est la ou le bât blesse.

                  • francois 12 décembre 2017 08:49

                    @arthes
                    ca pique.


                    D’abord l’homme des cavernes, vous ne l’avez pas rencontré.
                    Ensuite si on se réfère aux restes de peuplades vivant comme pendant la caverne, ils sont prisonniers de leur mythes et ne sont pas plus libre qu’un consommateur.

                    Quand à la connsaissance de la nature, il vous suffit de sortir de chez vous et d’aller vous y collez mais la téloche, la nouvelle caverne....

                  • McGurk McGurk 11 décembre 2017 17:30

                    * "Mais ce serait une erreur que de confondre conscience et liberté : bien que nous en ayons l’illusion, nous sommes incapables d’effectuer de véritables choix. Nos pensées s’enchaînent mécaniquement, réagissent à notre environnement, en une chaîne causale qui remonte à notre conception - et, en définitive, au Big Bang.« 

                    C’est faux. L’Homme crée énormément de choses inutiles qui ne sont dues ni aux conditions de son environnement ni à aucune autre chose. D’autre part, étant tous irrationnels (plus ou moins selon les individus), on peut aller parfaitement à l’encontre de ce que la logique ou la société nous suggère nous suggère.

                    La causalité se vérifie très souvent dans la vie quotidienne mais ne démontre pas du tout que nous sommes prisonniers de nos choix.

                    * »L’Homme sera d’abord - notamment grâce au transhumanisme - capable d’une liberté archaïque, qui gagnera progressivement en maturité. Un être totalement libre relèverait d’Homo Deus - l’homme-Dieu.« 

                    Pas besoin de transcender sa nature pour être libre, le transhumanisme n’a absolument rien à voir dans cette histoire et je ne vois pas en quoi il libèrera qui que ce soit. La liberté totale est également une belle illusion.

                    * »Cet espace est occupé par le hasard, jusqu’à ce que, progressivement, la conscience vienne l’en déloger. L’avènement de cette prise de contrôle correspond à la marche vers la liberté. Ainsi, la liberté pourrait se définir comme un hasard contrôlé, un hasard devenu conscient.« 

                    Dans la nature, le hasard a peu sa place étant donné que l’évolution des espèces est principalement conditionnée à son environnement. L’Homme était la plupart du temps irrationnel et agissant souvent contre ses propos intérêts, on ne peut ni parler de »hasard« ni de »hasard contrôlé« (cf. l’état de notre planète). »Hasard conscient« ne veut rien dire !

                    * »La conscience qui saura chevaucher - d’abord, très maladroitement - son hasard quantique, sera la première à fouler les terres de la Liberté.« 

                    ...mais qu’est-ce que ça veut dire ce charabia ???  smiley

                    * »Une fois que l’intelligence consciente aura percé l’intégralité des lois physiques - potentiellement réunies dans la fameuse « Théorie du Tout » - elle sera capable d’engendrer des univers potentiellement plus complexes que le nôtre« 

                    Justement non. Maîtriser le »tout", c’est justement supprimer la liberté et le hasard de découvrir, créer et tester. C’est la mort de la créativité.


                    • pemile pemile 11 décembre 2017 17:52

                      Paul Lhamy " La sixième et dernière singularité, c’est la capacité - et la volonté - de créer de nouveaux univers, soumis à des lois nouvelles"

                      C’est la découverte du LSD ? (enjamber le balcon et s’envoler, enfin libre ! )


                      • arthes arthes 11 décembre 2017 19:15

                        @pemile
                        https://youtu.be/8dx3rktr4Ls


                        Yééééééééééééééééééééé ;-p

                      • Shawford Shawford 11 décembre 2017 19:35

                        @pemile


                        Ben en tout cas toutes les hypothèses sur le fait que la réalité pourrait être le produit de la conscience, c’est quand même bien la science qui en ouvre aujourd’hui les perspectives théoriques !

                        Et rien ne conclut en l’état sur le plan expérimental qu’il n’en serait rien.

                        Vive Max ! smiley smiley !!

                      • arthes arthes 11 décembre 2017 23:40

                        @Shawford

                        Hummmmm....Je ne vois pas la conscience produire quoique ce soit, n est ce pas la pensee qui peut produire ? Et le « je : pensant qui a la volonte d agir ?
                        Il suffit d avoir conscience que nous pensons 
                        plutot que de penser »mecaniquement« sans conscience au point d oublier que c est notre »je« qui se laisse dicter ses acte.
                        La pensee mecanique existe pour tuer le »moi" et manipuler les consciences orphelines.
                        La pensee qui feconde n est pas un produit secrete par le cerveau qui passerait par le systeme nerveux.


                        Il n y a pas de nouvelles lois, il n y a pas de nouveau monde, il y a ce qui existe depuis la nuit des temps et que nous ne voyons pas et que nous devons reconquerir, nous sommes le reflet de ce que nous sommes.

                        Max il va se casser la g, comme un Icare de la neuroscience alliee a la metaquantique smiley



                      • pemile pemile 11 décembre 2017 23:48

                        @Shawford « Et rien ne conclut en l’état sur le plan expérimental qu’il n’en serait rien. »

                        Rhhooo ! Même l’expérience de Chet Baker dans sa rencontre avec un trottoir ?


                      • arthes arthes 12 décembre 2017 00:25

                        @Shawford

                        Bon ca reste des theories toussa , mais ca m emmene a une idee logique : 
                        Le tierce a jouer « pensee, conscience et je/moi » 

                        Faut se voir en triple ; Le « je »saisit la pensee ,( qui nous vient des dieu x du cosmos direct dans le cerveau qui la reflechit, ) avec sa conscience, et s il il devient pas dingue il en fait quelque chose avec son intelligence, sa capacite a rationaliser et elaborer des concepts, tout en laissant cette pensee submerger son ame comme si il s agissait d un organe de perceptions qui va transmettre ce qu il ressent au cerveau, et bien sur, le « je » il gere parfaitement lucide av ec sa conscience tout ce qui se passe, les fluides, les images....Les sensations que lui renvoie son ame, et les sentiments du coeur lui aussi organe receptif et sensible a la pensee...





                      • Shawford Shawford 12 décembre 2017 00:34

                        @arthes

                        si y’a rien de nouveau, y’a pas d’évolution et de création et d’expérimentation non plus, bref rien, le néant. Je pense donc à plutôt qu’il y a un mix entre la mécanique évolutionniste et la trajectoire de ce jeu depuis toujours


                      • Shawford Shawford 12 décembre 2017 00:41

                        @pemile

                        Et donc en ayant dit ça, tu as prouvé que Chet Baker ou quoique ce soit de, en/lui et de non forcément figé dans son organisme matériel est retourné dans le néant d’où il était tout entier sorti ?

                        Allons voyons pas le pemile qui parle de l’expérimentation nécessaire des NDE !


                      • Shawford Shawford 12 décembre 2017 00:52

                        @arthes

                        Post de 00:24 Pfiouuuuuuu ! smiley smiley


                      • Christian 12 décembre 2017 06:51

                        Mais l’homme s’invente toujours des contraintes. On critique avec raison le fait qu’une femme doive se couvrir la tête avec un voile ou plus. Au niveau religieux le Christ ne l’a jamais prescrit par contre Paul oui. Mais cela ne repose sur absolument rien, c’est une pure invention humaine destinée a soumettre la femme, pas plus.
                        Mais attendez, en occident chrétien il existe aussi bel et bien cette sorte de dictat ne reposant sur rien. Par exemple pourquoi un homme ne pourrait-il pas porter un chapeau ou une casquette à l’intérieur ? C’est totalement stupide.
                        Cela ne repose sur rien mais c’est devenu une convenance..Ce ne fut pas toujours le cas manifestement, je viens de voir le western de John Ford la Chevauchée fantastique, eh bien, au saloon tout les hommes portent leur chapeau et l’on ne peut pas dire que cette société était particulièrement athée. Donc cette règle est apparue on ne sait trop comment.
                        Il n’y a aucune offense à se couvrir la tête, pour autant que cela soit volontaire et non sous contrainte.


                        • francois 12 décembre 2017 08:50

                          @Christian
                          un qui a rencontré le christ, comment est-ce possible ?


                        • Christian 12 décembre 2017 11:15

                          @francois
                          Paul n’a pas rencontré le Christ...


                        • Taverne Taverne 12 décembre 2017 10:01

                          Moi, je dirai que je suis bien déterminé à être libre. smiley


                          • vesjem vesjem 12 décembre 2017 21:56

                            je me répète :
                            Nous avons le libre-arbitre d’une huître, et évoluons tout comme elle, dans un chaos aléatoire infini ;
                            L’apparente conscience qui nous animerait, est une création de notre égo ;
                            Mais bon, on peut continuer d’y croire, si çà fait du bien

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès