• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’intelligence artificielle n’existe pas

L’intelligence artificielle n’existe pas

Il est certaines idées dont on essaie de nous convaincre même si elles ne correspondent à rien et ne veulent rien dire. L’« intelligence artificielle » fait partie de celles-ci. Ceux qui nous parlent d’intelligence artificielle n’ont jamais réfléchi à ce qu’est l’intelligence.

En effet à quoi ce concept fumeux se résume-t-il ? Un ordinateur qui bat un champion de go et quelques voitures qui roulent seules et sont « si intelligentes » qu’on en vient sérieusement à dire qu’elles devraient bénéficier de voies réservées (comme les trains ou les métros). Et de cela, on nous rebat les oreilles : « L’IA fait d’immenses progrès », « bientôt les robots gouverneront », « les hommes n’auront qu’à se plier à leurs lois » etc. On a même inventé un terme pour cela : la « singularité » qui est le moment où l’intelligence artificielle est censée devenir supérieure à l’intelligence humaine.

Je me pose souvent la question : les hommes sont-ils devenus à ce point bête qu’ils ne réfléchissent plus aux mots qu’ils emploient ? Je prédis une chose : il n’y aura jamais d’intelligence artificielle au sens de l’intelligence dont peut faire preuve un homme. Les esprits forts vont se dire : « quel est cet imbécile qui ne comprend rien à notre société, qui ne voit pas la révolution qui s’opère : l’intelligence artificielle est le prochain pas, la prochaine révolution vers l’autonomie des machines ». Je réponds à ces esprits forts (et pénétrants) qu’il n’est pas besoin d’être médaille Fields ou prix nobel pour réfléchir. Il faut toujours commencer au commencement et définir les termes : qu’est-ce que l’intelligence ? Voilà où devrait débuter toute réflexion.

Si par intelligence on entend chose autonome, au sens où un animal est autonome, alors je dis oui : on peut bien créer des ordinateurs qui pourront se déplacer seuls, effectuer des tâches de plus en plus compliquées, voire conduire un véhicule ou tuer des humains à la demande.

Si par intelligence au contraire, on entend sensibilité, créativité, art, capacité à découvrir, et à s’interroger sur sa condition, alors je dis non : aucun ordinateur ne sera jamais capable de cela. La raison ? Elle est simple. Qu’est-ce que l’âme, qu’est-ce que la volonté ? A-t-on réfléchi sérieusement à cela avant d’utiliser des mots à tort et à travers ? Si nous connaissions les secrets de l’âme peut-être serait-on capable de créer des machines dotées de cette âme. Une machine sera-t-elle capable un jour, comme Alexandre, de refuser de boire avant de traverser un désert ? A ce qu’il me semble, ce n’est pas le cas. Le cerveau n’est pas qu’un ensemble de synapses connectés les uns aux autres qui échangent des informations sous forme de décharges électriques. Cela c’est la partie superficielle du cerveau, ce n’est que le « circuit intégré » si l’on veut filer la métaphore. Par contre, la partie noble du cerveau, c’est celle qui permit à Démocrite de deviner l’atome sans microscope électronique à balayage, celle qui souffla à Balzac la Comédie Humaine, celle qui permit le coup de Jarnac, le mot de Cambronne, etc. Tout cela est et restera inaccessible à la machine.

La volonté, l’âme c’est « ce qui refuse » disait Alain. L’ordinateur ne refuse pas. Il n’a pas de volonté, pas d’instinct, pas d’attrait, si ce n’est ce qu’on lui dit de faire.

Car ce à quoi n’ont jamais réfléchi les experts (qui sont tout sauf des humanistes et encore moins des humains), c’est que l’homme est capable de développer une pensée en nommant les choses et en réfléchissant sur les choses ainsi nommées ; or jamais une machine ne pourra faire autre chose que de compiler des données sur les choses qui existent déjà. La querelle des universaux, par exemple, ne sera jamais accessible à un ordinateur, eût-il compilé huit pétaoctet de données ; pour cela, il faudrait qu’il soit capable de penser des catégories, et ensuite de se demander si cela a un sens de dire qu’une catégorie de choses est « rouge » par exemple et si oui, si ces choses partagent des caractéristiques communes et alors : qu’est-ce que cela implique ? Ce rouge existe-t-il en soi ?

Mais une intelligence artificielle peut apprendre me rétorquera-t-on. Certes et c’est ce que les informaticiens nomment le « deep learning » et dont ils se font les gorges chaudes. A les entendre : ils ont découvert la pierre philosophale. Sauf qu’une machine apprend selon les cadres qui lui sont données, un ordinateur bien programmé peut compiler les données de wikipédia et faire un cours de philosophie, mais pourra-t-il pour autant dire s’il est plutôt nominaliste ou plutôt réaliste ? Saura-t-il créer une logique ? L’homme réfléchit hors des cadres. C’est Liebnitz se demandant « pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? », ou Descartes qui en méditant se dit « cogito ergo sum ». Peu importe la réponse qui est apportée à cette question, elle est posée et a brisé le cadre. Les mystiques du moyen-âge disaient que pour poser une question, il fallait être apte à recevoir la réponse. Pensée incompréhensible pour un ordinateur, eut-il deux milles tera-octets de RAM et huit milliards de processeurs. L’homme, grâce à son âme, est capable de briser le cadre et de comprendre plus subtilement les choses, de voir avec des yeux neufs des couleurs qu’il regardait depuis des décennies sans jamais les avoir vues. Mais de cela, les hommes d’aujourd’hui ne veulent entendre parler, car parler ainsi c’est donner une autre dimension, supérieure et transcendantale à l’Homme. Parler comme cela c’est croire en l’Homme et lui donner une place de choix dans l’ordre de la Création. Pensée sacrilège aux zélotes de la Sainte Science.

Les machines ne seront jamais rien d’autres que des auxiliaires perfectionnés, infaillibles et zélés de ceux qui possèdent le pouvoir. Elles ne serviront rien de plus que la volonté de puissance sans limite des quelques seigneurs qui règnent sur notre Terre. D’ailleurs j’attends le jour (qui n’arrivera probablement jamais) où un ordinateur découvrira quelque chose auquel l’humain n’aurait pas pensé pour me laisser impressionner par l’« intelligence artificielle », d’ici là je ne prédis qu’une seule chose : l’ordinateur nous remplacera de plus en plus que ce soit dans nos emplois et dans nos fonctions quotidiennes (pourquoi augmenter le thermostat de sa chaudière alors que l’ordinateur peut le faire à votre place ?) pour la bonne raison qu’il est infaillible pour répéter des tâches monotones, qu’il revient moins cher que l’homme car il ne demande pas de salaires et qu’il n’a pas de revendications sociales. C’est du pain bénit pour les capitalistes de tout poil qui sont prêts à nous raconter n’importe quoi sur l’« intelligence artificielle » (y compris qu’elle existe) afin de nous faire croire que la machine nous est supérieure et que nous devons nous prosterner devant elle. Le pire est que cela fonctionne : il s’agit de flatter quelques imbéciles, polytechnicien de préférence, de leur donner une chaire sur le sujet dans une école prestigieuse pour qu’ils croient - dur comme fer - être en train de jouer à Dieu et de créer un homme ex nihilo ; alors qu’ils ne réalisent qu’une programmation un peu poussée. Il n’est que d’écouter l’interview surréaliste de Jean-Gabriel Ganascia dans les matins de France Culture pour s’en convaincre.

Dernier tartuffe en date, le brillant Cédric Villani, mathématicien de son état, et député du « peuple » de ses fonctions, mandaté par Sa Seigneurie, son altesse sérénissime, le Très Haut Macron pour nous vendre l’intelligence artificielle. Cédric a donc adopté la voie de l’expert autoproclamé estampillé « médaille Fields » et le ton du technocrate. Vill(e)ni dans son rapport nous impose donc ses propres élucubrations sur ce qu’il nomme l’intelligence artificielle, et nous sommes priés de nous plier à ses lubies au motif que : « si c’est pas nous qui le faisons, d’autres le feront », et que donc « autant que ce soit nous ». Etre l’un des meilleurs mathématiciens du monde pour en arriver à proférer une ânerie pareille, on en reste confondus. A se demander si le sieur Villani n’a pas suivi des cours de logique chez les Shadoks auxquels Claude Piéplu faisait dire : « Il vaut mieux pomper d'arrache pied même s'il ne se passe rien que de risquer qu'il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas »… Ce qui prouve bien que dès qu’il s’agit de montrer que l’ordinateur nous est supérieur, même les plus fins et distinguées esprits en arrivent à raisonner aussi bêtement que les machines, comme pour nous montrer que l’intelligence a migré du carbone au silicium. C’est la singularité à l’envers : puisqu’il faut que l’ordinateur nous gouverne, soyons plus bête que lui et essayons de le comprendre. C’est la servitude habituelle des esprits faibles face à leur tyran ; c’est aussi la morale de la fable des abeilles : « les vices privés font les vertus publiques ». Le paradoxe érigé au rang de vérité. La révolution en somme : revolvere, mettre sens dessus-dessous.

A ce niveau-là de raisonnement, nous ne pouvons plus rien, si ce n’est de rire de ceux qui profèrent de telles insanités, surtout quand elles sont sorties de notre plus brillant cerveau et répéter notre acte de foi : longue vie à l’Humain déconnecté de la machine. Je préfère l’intelligence réelle de l’homme à celle virtuelle de la machine.


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

152 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 12 avril 16:14

    « C’est la singularité à l’envers »
    tout a fait mais ça ne date pas d’ hier : les postulats du cartésianisme et du positivisme nous conduisent a nous réduire a nos fonctions mécanique ensuite bien sur on peut remplacer l’homme par la machine
    la machine sera toujours une meilleure machine que l’homme mais simplement parce que précisément ce qui fait l’humain n’est pas réductible a la mécanique


    • Rmanal 12 avril 16:17

      « Qu’est-ce que l’âme » : je me suis arrêté là, après c’est du débilisme primaire.


      • gaijin gaijin 12 avril 16:19

        @Rmanal
        commentaire inepte ayant pu être posté par une machine ..............


      • gaijin gaijin 12 avril 16:20

        @gaijin
        ps
        voire même pas en fait une machine aurait été logique ..........


      • Sébastien A. 12 avril 16:20

        @Rmanal
        Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet.


      • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 22:04

        @Rmanal
        Vous devriez lire le récit de la Génèse : quand Dieu a créé l’homme, il avait d’abord entre ses mains une espèce de figure anthropomorphe modelée dans l’argile, et aussi inerte que la boue à ses pieds au bord du ruisseau. Alors, il a soufflé dessus, et sa créature enfin munie d’une âme a pu s’animer. Ainsi naquit Adam, le premier homme, et Dieu vit que cela était bon.

        Cela dit, je vous concède que, depuis le XVIIIe siècle, on a cessé de parler d’une âme que Descartes avait cru pouvoir rattacher à la glande pinéale (épiphyse). On a jugé que le concept ne servait à rien et on a donc appliqué le rasoir d’Ockham.

        C’est dommage, parce qu’on voit bien que l’auteur de l’article, lui, dispose d’une âme. Il ne sait pas ce que c’est que l’intelligence artificielle, mais il sait ce que c’est que l’âme. Au lieu de nous raconter sur l’informatique des histoires à dormir debout, il aurait peut-être mieux valu qu’il nous parlât de l’âme, dont nous ne savons à peu près rien. Cela nous eût instuits un peu et on n’aurait pas l’impression toujours fort désagréable d’avoir perdu son temps.


      • banban 13 avril 00:22

        @Rmanal
        J’ai essayer d’allez plus loin... dur dur. délire ésotérique sans intérêt, dommage.

        Le sujet est intéressant en cela que touche toute les sciences de la compréhension de la neurone a la physique quantique en passant par mille autre choses comme les mathématique,( et par là, peu nous amené a bien des questions philosophiques). Je l’avoue c’est parfois trop complexe pour moi. mais même avec 5 prix Nobel je suis pas sure que pourrais embrassé toute les facettes de la questions (mais un seul homme le peut t’il ?).
        Peu être que l’intelligence artificielle ne sera jamais. mais les questions quelle soulèvent feront avancé l’humanité j’en suis certain.
        pour en revenir a l’auteur, son concept de l’intelligence dans le genre est pas mal non plus .l’auteur qui n’a pas la moindre idée de sa définition, arrive a nous pondre un article qui traite de celle-ci.....

      • k'go=חכם Cyrus 13 avril 17:34

        @Christian Labrune

        Cela nous eût instuits un peu et on n’aurait pas l’impression toujours fort désagréable d’avoir perdu son temps.


      • mmbbb 14 avril 00:46

        @banban on dirait du Dugue Bernard


      • Jean Roque Jean Roque 12 avril 16:36

         
        Trump exige de Foxconn (Taïwan) de rapatrier des usines de montage d’électronique aux US, mais avec des robots IA, moins chers que les colons surpondeurs (9 soeurs à Coulibaly)
         
        FOXCONN VA UTILISER UN MILLION DE ROBOTS IA avant 3 ans AUX US
         
        BOOBALAND VA LUI IMPORTER UN MILLION DE BOUBOUS ET BARBUS...
         
        (plus chers et qui se reproduisent pour plus chers, sans compter les kalachs, béton hlm, chômage, deal...)
         
        LE JAPON A DÉJÀ DES OS IA... PAS BESOIN DE TRAITE MONDIALISTE...
         
         
        25% D’ACTIFS POTENTIELS NON ACTIFS ,
        30% EN EXCLUANT SECTEUR PUBLIC
        BIENTÔT 50% !

         
        https://www.reuters.com/article/us-foxconn-robots/foxconn-plans-to-use-1-million-robots-in-3-years-idUSTRE77016B20110801
        http://www.slate.com/blogs/future_tense/2017/07/27/the_wisconsin_foxconn_pl ant_will_be_staff_by_robots.html
        https://www.theguardian.com/technology/2012/nov/08/foxconn-plan-factories-us-america
        https://www.roboticsbusinessreview.com/manufacturing/are_foxconns_robots_com ing_to_america/


        • Elixir Elixir 12 avril 16:39

          bon article, 


          les scienteux parlent d’« intelligence artificielle » comme les informaticiens parlent de « réseaux sociaux » et ont pour point commun en effet de ne pas savoir ce qu’ils disent...






          • Pere Plexe Pere Plexe 14 avril 12:40

            @Elixir
            C’est moins eux qui ne savent pas ce qu’ils disent que’une grosse partie de leurs auditeurs qui ne font aucun effort à comprendre.

            Et rechignent à sortir de leurs schémas confortables et rassurants.

          • bob14 bob14 12 avril 17:07

            L’Intelligence Artificielle (IA) est la science dont le but est de faire faire par une machine des tâches que l’homme accomplit en utilisant son intelligence. La terminologie - malheureuse ! - d’Intelligence Artificielle est apparue en 1956. On peut lui préférer celle d’Informatique Heuristique. On ne parlera pas dans ce cours de machine intelligente, ni de programme intelligent....


            • Pere Plexe Pere Plexe 14 avril 12:35

              @bob14
              On peut chipoter sur la terminologie.

              Mais dire que l’IA n’existe pas...c’est très con. (connerie naturelle !)
              Les capacités d’auto apprentissage sont déjà très impressionnantes et évoluent vite. 

            • Si le but est de remplacer l’humain par les robots, je ne comprends vraiment pas ce que cela apporte à celui-là . Autant lui vendre un revolver tout de suite, cela ira plus vite.


              • V_Parlier V_Parlier 13 avril 16:14

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                Certes. Autant des films spectaculaires nous ont présenté la domination des machines comme une calamité, autant les techno-béats nous la présentent comme un avenir radieux. La vérité ne sera probablement ni l’un ni l’autre, l’humain se suffisant à lui seul pour provoquer des calamités avant que les machines ne « règnent » d’un manière ou d’une autre. Exception faite si la destruction de la planète se produisait à cause d’un bug. Ca reste dans le domaine du possible quand on voit la naïveté des journalistes et constructeurs de voitures autonomes qui nous certifiaient qu’elles conduiraient mieux que nous dans les mêmes conditions, et qui en sont maintenant à réclamer des voies aménagées spécialement dès que le premier accident se produit. smiley


              • mmbbb 14 avril 00:48

                @Mélusine ou la Robe de Saphir. Les Canuts de Lyon ont jetes les metiers Jacquards à tisser dans la Saone , ils n ont pas arrrête le progres


              • @mmbbb


                j’ai fait de la Haute-lisse, malin,....La bagarre verbale avec mon père quand il m’aidait à monter mon métier. Mais enfin M.... cetravail actuellement est fait sur ordinateur. J’ai tenu bon,...Même discussion entre lui et mon oncle )plus tradi) sur les livre et internet. Bon ! vous avez compris. Mon père et moi, sérieux conflit de génération. Mais à l’envers, j’étais rétrograde à ses yeux. Ce qui devait lui poser un problème puisque ses grand-parents étaient tisserands. Un peu comme Macron et les cheminots. On se voyait peu. Valait mieux,...C’est lui qui a introduit les carrefours en Belgique. Autant dire que nous n’étions absolument sur la même longueur d’onde. Je l’étais bien plus avec mon beau-père qui a suivi et qui comme par hasard avait fait des tissus Jacquart.

              • foufouille foufouille 12 avril 17:12

                « Je prédis une chose : il n’y aura jamais d’intelligence artificielle au sens de l’intelligence dont peut faire preuve un homme. »

                le reste est aussi débile que l’époque où les non blancs n’avaient pas d’âme pour les curetons. nous ne pouvons coloniser un autre système solaire donc nous ne pourrons jamais ?

                tu savais certainement que internet allait exister.


                • V_Parlier V_Parlier 13 avril 16:15

                  @foufouille
                  Vous vous imaginez peut-être que des intelligences simulées vont réellement avoir mal, être joyeuses, être conscientes de leur existence ? Je ne sais pas où est la débilité dans ce débat.


                • LeDinoBleu LeDinoBleu 12 avril 17:27

                  Sur ce sujet, toujours plus ou moins épineux, j’invite à consulter cet article :
                  https://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/Excession/


                  • Jean Keim Jean Keim 12 avril 17:28

                    L’I.A. c’est le résultat produit par une machine, si je pianote sur un clavier « 2 + 5 » et « Entrée » la machine artificiellement intelligente, après un détour par ses mémoires, me répondra 7, nous faisons la même chose par la pensée, seulement aussi perfectionnés que seront les programmes, ils ne pourront pas sortir de leur contenu, même si une machine a la capacité d’auto aprentissage ces derniers resteront dans les limites des « algorithmes » ; en quelque sorte l’augmentation des capacités de la machine ne peut venir que d’une « intelligence » extérieure qui par exemple améliorera le contenu des programmes.

                    Donc cette intelligence n’est pas la machine, pas plus qu’elle n’est dans la machine, à partir du moment qu’une tâche peut être traduite dans un langage, alors aussi complexe soit-elle elle est où elle sera exécutable par une machine, et donc à terme tout ce que nous faisons leur sera accessible, pour le meilleur et pour le pire de notre avenir.
                    Quand à l’intelligence, celle qui se manifeste dans les formes de vie, elle est en amont de la pensée ou dit autrement avant la pensée... vous avez le droit de hurler au loup smiley

                    • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 22:18

                      aussi perfectionnés que seront les programmes, ils ne pourront pas sortir de leur contenu, même si une machine a la capacité d’auto aprentissage ces derniers resteront dans les limites des « algorithmes » ; en quelque sorte l’augmentation des capacités de la machine ne peut venir que d’une « intelligence » extérieure qui par exemple améliorera le contenu des programmes.
                      ...................................................................... ................
                      @Jean Keim

                      Quand on parle de l’IA, et surtout de l’IA forte, la notion de « programme » n’a plus de sens, et vous racontez n’importe quoi. Ce que vous décrivez, c’est l’espèce de robot rudimentaire et figé qui vous sert à envoyer des messages sur l’internet, et pas du tout un système « intelligent », lequel aurait la capacité non seulement de brasser rapidement d’énormes quantités de données, comme votre machine, mais de se reprogrammer lui-même en fonction de ses propres besoins spécifiques, Il aura même la capacité d’inventer et de fabriquer les nouvelles extensions du hardware qui lui seront nécessaires pour se complexifier. Une machine intelligente n’a rien à voir avec ce truc assez simpliste, muni d ’un clavier et d’un écran, qui encombre actuellement votre espace.


                    • Jean Keim Jean Keim 13 avril 07:35

                      @Christian Labrune
                      Je suis resté dans la simplicité et vous vous êtes dans l’abstraction, l’IA forte puisqu’il faut en passer par un vocabulaire trompeur, ne peut pas fonctionner sans un ensemble de programmes, la meilleure preuve est que les machines sont reproductibles à l’identique, ce que vous ne percevez pas c’est que même avec des capacités d’auto apprentissage et/ou de reprogrammation (tiens ! Le mot programme pointe le bout de son nez) la machine, car ce sont bien des machines, restent à l’intérieur de leurs programmes même étendus, quand à dire qu’elles sont capable de brasser d’énorme quantités de données, c’est juste et c’est impressionnant, mais ce n’est pas une faculté intelligente, juste du tri, certe ordonné suivant des critères fournis par... les mémoires donc par les programmes.

                      Ne vous laisser pas abuser par les habitudes de pensée et donc de langage, au sujet des machines soit disant munies d’IA ne dites pas elles font ce ceci, elles font cela car elles ne font réellement rien de par elles-mêmes, elles ne sont que des exécutantes.
                      Dans intelligence artificielle il y a artifice.

                    • Christian Labrune Christian Labrune 13 avril 11:07

                      @Jean Keim
                      Ce qu’il faudrait que vous fassiez, c’est :
                      1-Passer quinze jours à apprendre à programmer dans un langage rudimentaire du genre Basic.
                      2-Etudier la structure d’un processeur de votre choix, apprendre à programmer en assembleur. Cela vous prendra bien quatre mois.
                      3- Passer de ce langage de très bas niveau, très lent à mettre en oeuvre, au C++ orienté objet.
                      Vous en aurez pour plus de six mois avant d’être à même de mettre au point quelque chose d’un peu intéressant mais vous commencerez à comprendre ce que que sont les possibilités de l’informatique.
                      4-Ensuite, à partir de micro-contrôleurs de type Arduino programmables en C, vous pourrez construire des machines capables de percevoir leur environnement et de s’y déplacer d’une manière autonome sans jamais heurter les murs ni les objets qui peuvent l’encombrer. Cela vous prendra bien encore une année, mais après cela vous aurez à peu près compris, en extrapolant à partir de votre petite expérience, ce que sera l’IA.
                      Les fonctions les plus difficiles à implémenter sur une machine ne sont pas les fonctions purement abstraites, comme celles qui permettent la résolution des problèmes mathématiques, mais celles qui touchent à la perception et à la reconnaissance des formes et de l’espace. Plus difficile encore, la compréhension du langage naturel. mais depuis six ou sept ans, les progrès dans ce domaine auront été spectaculaires. Certes, les modes d’emploi qui accompagnent les objets du commerce, traduits de l’anglais en français, sont le plus souvent incompréhensibles, mais j’utilise tous les jours des articles en anglais sur l’informatique dont je demande la traduction à Google, et je ne me rends plus compte que c’est traduit. Bien mieux : les fautes de syntaxe ou d’orthographe qui pouvaient exister dans la langue d’origine ont complètement disparu, c’est traduit dans un français plus correct que celui qu’écrivent les contributeurs francophones.

                      Tant que vous ne vous serez pas attelé à ce petit travail d’approche bien minimal, vous parlerez pour ne rien dire et vous ferez rigoler ceux qui ont pris un peu la peine de réfléchir.


                    • V_Parlier V_Parlier 13 avril 16:24

                      @Christian Labrune
                      Ayant eu l’occasion, autant par mon activité professionnelle que mes loisirs, de pratiquer ces bricolages d’amateur (que je ne dénigre pas) que vous citez, et bien plus, je persiste à dire avec encore plus d’aplomb que Jean Keim a parfaitement raison. Même si la superposition de couches logicielles et de moyens de modélisation finiront par rendre complètement invisibles les dites « couches basses » et même si les algorithmes permettront un « auto-complètement » contextuel de cette « simulation de cerveau », je ne vois toujours pas en quoi la performance obtenue pourra être comparée à l’intelligence (ou à la bêtise d’ailleurs) de l’homme. Sommes nous si peu sur Terre qu’il faudrait se faire tenir compagnie par des simulations d’humains ? C’est la poupée gonflable en version intellectualisée.


                    • k'go=חכם Cyrus 13 avril 17:48

                      @Christian Labrune

                      Vous avez oubliez le :

                       5/ utiliser une ia faible dans un agl , grâce par exemple a une méthode de type OML révisé pour produire une structure de code « pure » et non humaine parfaitement optimiser pour chaque architecture de développement , de préférence expurger des failles codes grace a une procedure de piratage par fuzing .

                      6/ l’ independance materiel , ainsi que de l’ os qui elle me comporte des failles de securité .
                      ca ne sert en effet a rien de rendre « etanche » son code , si les failles du systeme permette de prendre le controle de la plateforme , de l’ os , ce qui donne acces au logiciel aussi bien qu’ aux reseux .

                      ...

                      0/ bien sur cette celebre « interface chaise clavier » que vous avez oublié dans votre raisonement rapide .

                      7/ la difusion de votre logiciel , plus il est confidentiel plus il est sur .
                      Les autoroute de l’ information sont forcement piraté car connus . 

                      ... j’ en oubli bien sur car un simple profane ....

                    • Jean Keim Jean Keim 13 avril 22:09

                      @Christian Labrune
                      J’ai programmé bien modestement en QBasic, en élaborant un programme de calcul et d’optimisation d’installations électriques en basse tension, j’ai participé à la validation d’un progiciel en C++ orienté objet en apportant mon savoir faire en calculs électriques en conformité avec des normes UTE, donc sans être un expert j’ai qq notions, pour le reste dans votre description vous restez toujours dans le cadre de programmes, ils sont extraordinairement complexes et évolutifs mais ce sont des programmes, l’intelligence est d’une certaine façon dans leur conception, donc extérieure à la machine.

                      Ce qu’il faudrait que vous fassiez est de prendre du recul et essayer de voir effectivement s’il y a de l’intelligence dans la machine, et plus exactement dans ce qu’elle réalise.
                      Le vocabulaire utilisé « intelligence artificielle » me va très bien mais il ne faut pas êtres dupe.

                    • Jean Keim Jean Keim 13 avril 22:32

                      @V_Parlier
                      Je ne saurais mieux dire, merci.


                    • Christian Labrune Christian Labrune 14 avril 14:32

                      mais ce sont des programmes, l’intelligence est d’une certaine façon dans leur conception, donc extérieure à la machine.

                      Ce qu’il faudrait que vous fassiez est de prendre du recul et essayer de voir effectivement s’il y a de l’intelligence dans la machine, et plus exactement dans ce qu’elle réalise.
                      ======================================
                      @Jean Keim
                      Il n’y a, de fait, aucune intelligence dans ce qu’on peut construire en faisant communiquer quelques processeurs dans un système robotique. Quant aux machines que nous utilisons actuellement pour communiquer par l’Internet , elles n’ont pas grand chose à voir non plus avec l’IA.

                      « Ce qu’il faudrait faire », ce n’est pas prendre conscience de ça, puisque c’est tout vu, et je n’ai jamais dit que j’étais capable de construire des systèmes « intelligents », mais c ’est dépasser cet état de l’art et s’atteler au problème de l’IA forte, qui n’est toujours pas résolu. C’est une simple question de temps : il n’y a pas de différence radicale entre un système complexe comme le cerveau et un système artificiel qui serait doté de la même complexité voire d’une complexité supérieure. Les deux systèmes obéissent aux mêmes lois déterministes de la physique. Beaucoup d’équipes travaillent là-dessus actuellement, avec plus ou moins de succès, mais ça progresse, et c’est le contraire qui serait bien surprenant.


                    • gogoRat gogoRat 14 avril 20:48

                      @Christian Labrune

                       Le clou de la question (ou de la confusion) qui semble motiver les ’réactions’ à cet article pourrait bien tourner autour de votre assertion :
                       "il n’y a pas de différence radicale entre un système complexe comme le cerveau et un système artificiel qui serait doté de la même complexité voire d’une complexité supérieure.« 
                       
                       Je ne m’intéresserai ici qu’à cette première partie de la phrase :
                       » "il n’y a pas de différence radicale entre un système complexe comme le cerveau et un système artificiel« 
                       car, pas plus que n’a nullement été ni démontré, ni même seulement argumenté ce début de phrase, il me paraît encore plus vain de réduire les spécificités du cerveau (supposé être Le siège de l’Intelligence ?) aux seuls critères de complexité.
                       
                       C’est le terme de ’différence radicale’ qui m’interpelle.
                       La question du ’test de Turing’ évoquée ici dans mes ’réactions’ précédentes me parait certes pertinente pour établir un consensus sur le terme ’intelligence artificielle’ : quoi qu’on puisse attendre ou penser par ailleurs de cette notion.
                       Pour ma part, cela me semble confirmer que ce terme s’apparente à une recherche de paraître, de postures, qui peuvent certes susciter quelque intérêt d’ordre utilitariste, voire aussi, plutôt une discipline nouvelle, ce qui serait déjà plus noble ...
                       
                       Ce qui est beaucoup plus intéressant, par contre dans les travaux de Turing, c’est sa découverte du modèle abstrait qui en informatique théorique est nommé ’machine de Turing’.
                       Alors : différence de nature ?
                       Aucun intervenant, ici, n’a encore abordé la question de savoir si le ’cerveau humain’ (voire l’intelligence humaine’) serait ou non réductible à une ’machine de Turing’ !
                       
                       Au-delà donc d’une question d’ordre politique, qui reste à débattre ici, concernant l’objectif utilitariste ou ’transcendental’ des investissements publics au profit d’une ’IA »
                      (« J’appelle transcendantale toute connaissance qui ne porte point en général sur les objets mais sur notre manière de les connaître, en tant que cela est possible a priori’ »)
                      ...
                      resterait à savoir si les capacités cognitives humaines sont aujourd’hui reconnues comme réductibles à celles d’une ’machine de Turing’ ( J’avoue ne pas savoir si oui ou non il a pu être prouvé que toute lA, même dite ’forte’ à laquelle fait référence cet article, soit toujours réductible au modèle de la machine de Turing ?)

                       Quid, d’un modèle théorique pour les ordinateurs quantiques ?
                       Car là, je serais bien surpris qu’il n’y ait pas une "différenceradicale’ entre ’machine de Turing’ et ordinateur quantique : qq’un pourrait-il nous éclairer sur ce point ?
                      ...


                    • foufouille foufouille 14 avril 20:57

                      @gogoRat
                      un cerveau humain est capable d’intuition et d’aprentissage = 1+1 fera toujours 2 ou 20 en binaire.
                      et tu le sais.
                      une machine devra toujours calculer.
                      un ordinateur quantique serait non seulement plus rapide mais aussi basé sur autre chose qu’un transistor binaire donc capable d’apprendre comme nous.
                      il faudrait bien évidement un CPU/ram/hdd.


                    • Christian Labrune Christian Labrune 14 avril 23:17

                      @gogoRat
                      Quand je dis qu’il n’y a pas de différence ’radicale" entre un cerveau humain et une machine qui serait intelligente, j’entends par la que les deux systèmes obéissent aux lois de la physique, même si cela relève plus, évidemment, au-delà d’un certain niveau de complexité, de la physique du chaos que de la physique naïvement déterministe du modèle laplacien. Ce qui fait la liberté humaine, c’est précisément, en dépit de ce qu’a cru longtemps la théorie psychanalytique, que les états psychiques successifs ne peuvent pas être calculés. Il n’y a rien, en revanche, dans nos ordinateurs actuels, qui ne soit imprévisible et tout à fait calculable. Même les générateurs de nombre aléatoires, si on ne fait pas intervenir, dans le calcul, des données changeantes et imprévisibles du monde extérieur au système, comme la température, la variation de la lumière, le bruit, ou n’importe quoi d’autre, produisent toujours des séries identiques, non pas aléatoires, mais pseudo-aléatoires.

                      Le test de Turing n’a jamais été pris au sérieux, pas même par Turing lui-même. On a déjà des systèmes qui peuvent faire illusion, comprennent la question qu’on leur pose, formulent une réponse qui n’est pas idiote, mais on ne peut pas dire pour autant qu’ils sont intelligents. De toute façon, l’intelligence des machines ne ressemblera jamais à l’intelligence humaine. J’observe en lisant cette page que plusieurs considèrent la sensibilité, les sentiments, les états d’âme dans leur évanescence même, comme ce qui serait propre à faire la supériorité de l’homme, mais c’est complètement idiot. Ces sortes de dispositions spécifiquement humaines sont des sortes de tares liées aux exigences tout à fait primaires du biologique ; du point de vue de l’intelligence pure, elles seraient plutôt des obstacles. Au reste, depuis qu’il y a des philosophes, ils ont toujours privilégié le rationnel et mis en garde contre le danger des passions. Une intelligence artificielle sera nécessairement plus proche des exigence de la philosophia perennis que des manières d’être du tout venant.
                       


                    • gogoRat gogoRat 15 avril 11:53

                      @foufouille
                      désolé mais votre ’réaction’ ne répond pas à ma question
                      Par ailleurs, en binaire « 20 » n’existe pas !


                    • gogoRat gogoRat 15 avril 12:27

                      @Christian Labrune
                      désolé, mais votre réaction ne répond pas non plus à ma question.(que je re-schématise ici en : Cerveau ou ordinateurs quantique = machines de Turing ?)
                       Le seul élément de votre réponse qui aurait pu s’approcher d’une telle réponse est :
                      « l’intelligence des machines ne ressemblera jamais à l’intelligence humaine »
                       mais vous n’avez ni démontré ni même argumenté cela ! ( je ne prendrai pas part à la responsabilité de vos autres affirmations ...)

                      Par contre je veux réagir aux affirmations suivantes :
                      "plusieurs considèrent la sensibilité, les sentiments, les états d’âme dans leur évanescence même, comme ce qui serait propre à faire la supériorité de l’homme, mais c’est complètement idiot. Ces sortes de dispositions spécifiquement humaines sont des sortes de tares "
                       
                       Si des dispositions spécifiquement humaines sont des sortes de tares, il faut croire que l’humain normal devrait être dépourvu de ces tares : si cet être humain normal existe, qui oserait prétendre l’avoir rencontré ? N’y aurait-il pas là un obstacle à la raison ?
                       Ce qui me paraît effectivement idiot ce serait de se prétendre définir une quelconque notion de ’supériorité’ ! Qui validerait le référentiel commun permettant d’établir une ’supériorité’ entre des carottes et des torchons : entre des humains et des non-humains ?

                       Et puis, dire que les philosophes aient « toujours privilégié le rationnel et mis en garde contre le danger des passions » me parait aller un peu vite en besogne !


                    • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 12 avril 17:39

                      Salut, de mon point je vois ceci...

                      si je me coupe je « m’ auto » répare etc ..si je casse mon iphone ou autre machine, elle ne s’ auto réparera jamais..

                      question qu’est ce donc que ce prétendument « je » qui répare ?? car « je » ne répare rien du tout, en ce moment « je » essaye de faire la guerre, de voler comme d’hab !! etc ...il y a autre chose au delà de cela.. ?

                      ne surtout pas essayer de répondre car si c’est « je » qui réponds çà va encore être des conneries ...car hormis sur des sujets uniquement pratiques et encore faut voir les conneries, « je » ou la pensée analytique si vous voulez n’a aucune aptitude , elle n’a en fait aucune aptitude pour la vie , seulement pour la survie pratique..et encore faut voir comment smiley

                      nos autres capacités endormies par le totalitarisme de la pensée doivent se réveiller....one tip for you, all this is related to the capacity to properly live what is behind suffering...

                      une des religions, enfin si on veut bien sur , ...parle de plaisir dans l’instant car il n’y aurait que cela, enfin en gros car entre nous je m’en tape..le reste dont la démence découle de cela par un long cheminement que je ne peux faire pour personne ..

                      conclusion : m’ enfin...Gaston Gaffe..

                      Salut à l’ami gaijin que j’ai vu traîner dans le coin..

                      respect et robustesse..


                      • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 12 avril 17:41

                        @Hecetuye howahkan

                        et salut aussi a mon ami Jean keim dont je viens juste de voir le post... smiley


                      • gaijin gaijin 12 avril 18:07

                        @Hecetuye howahkan
                        salut l’indien


                      • Jean Keim Jean Keim 12 avril 18:18

                        @Hecetuye howahkan
                        Salut Dan.

                        Il me semble que des machine capables de s’auto réparer sont envisagées par la science.
                        Je crois que la nature de l’intelligence n’est pas définissable, alors si on ne peut pas dire ce qu’elle est on peut toujours tenter de dire ce qu’elle n’est pas.

                        La nature de l’intelligence est une énigme , on assimile l’intelligence par exemple à un QI élevé qui permet certainement de comprendre rapidement les principes de la conception des bombes atomiques mais donne-t-il l’intelligence nécessaire pour ne pas en fabriquer ?


                      • foufouille foufouille 12 avril 18:29

                        @Jean Keim

                        « donne-t-il l’intelligence nécessaire pour ne pas en fabriquer ? » ce n’est pas de l’intelligence mais de l’éthique.

                        tu peut aussi fabriquer une bombe mais ne pas l’utiliser sur des gens, c’est de la stratégie et de la diplomatie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Sébastien A.


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès