• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’intelligence artificielle n’existe pas

L’intelligence artificielle n’existe pas

Il est certaines idées dont on essaie de nous convaincre même si elles ne correspondent à rien et ne veulent rien dire. L’« intelligence artificielle » fait partie de celles-ci. Ceux qui nous parlent d’intelligence artificielle n’ont jamais réfléchi à ce qu’est l’intelligence.

En effet à quoi ce concept fumeux se résume-t-il ? Un ordinateur qui bat un champion de go et quelques voitures qui roulent seules et sont « si intelligentes » qu’on en vient sérieusement à dire qu’elles devraient bénéficier de voies réservées (comme les trains ou les métros). Et de cela, on nous rebat les oreilles : « L’IA fait d’immenses progrès », « bientôt les robots gouverneront », « les hommes n’auront qu’à se plier à leurs lois » etc. On a même inventé un terme pour cela : la « singularité » qui est le moment où l’intelligence artificielle est censée devenir supérieure à l’intelligence humaine.

Je me pose souvent la question : les hommes sont-ils devenus à ce point bête qu’ils ne réfléchissent plus aux mots qu’ils emploient ? Je prédis une chose : il n’y aura jamais d’intelligence artificielle au sens de l’intelligence dont peut faire preuve un homme. Les esprits forts vont se dire : « quel est cet imbécile qui ne comprend rien à notre société, qui ne voit pas la révolution qui s’opère : l’intelligence artificielle est le prochain pas, la prochaine révolution vers l’autonomie des machines ». Je réponds à ces esprits forts (et pénétrants) qu’il n’est pas besoin d’être médaille Fields ou prix nobel pour réfléchir. Il faut toujours commencer au commencement et définir les termes : qu’est-ce que l’intelligence ? Voilà où devrait débuter toute réflexion.

Si par intelligence on entend chose autonome, au sens où un animal est autonome, alors je dis oui : on peut bien créer des ordinateurs qui pourront se déplacer seuls, effectuer des tâches de plus en plus compliquées, voire conduire un véhicule ou tuer des humains à la demande.

Si par intelligence au contraire, on entend sensibilité, créativité, art, capacité à découvrir, et à s’interroger sur sa condition, alors je dis non : aucun ordinateur ne sera jamais capable de cela. La raison ? Elle est simple. Qu’est-ce que l’âme, qu’est-ce que la volonté ? A-t-on réfléchi sérieusement à cela avant d’utiliser des mots à tort et à travers ? Si nous connaissions les secrets de l’âme peut-être serait-on capable de créer des machines dotées de cette âme. Une machine sera-t-elle capable un jour, comme Alexandre, de refuser de boire avant de traverser un désert ? A ce qu’il me semble, ce n’est pas le cas. Le cerveau n’est pas qu’un ensemble de synapses connectés les uns aux autres qui échangent des informations sous forme de décharges électriques. Cela c’est la partie superficielle du cerveau, ce n’est que le « circuit intégré » si l’on veut filer la métaphore. Par contre, la partie noble du cerveau, c’est celle qui permit à Démocrite de deviner l’atome sans microscope électronique à balayage, celle qui souffla à Balzac la Comédie Humaine, celle qui permit le coup de Jarnac, le mot de Cambronne, etc. Tout cela est et restera inaccessible à la machine.

La volonté, l’âme c’est « ce qui refuse » disait Alain. L’ordinateur ne refuse pas. Il n’a pas de volonté, pas d’instinct, pas d’attrait, si ce n’est ce qu’on lui dit de faire.

Car ce à quoi n’ont jamais réfléchi les experts (qui sont tout sauf des humanistes et encore moins des humains), c’est que l’homme est capable de développer une pensée en nommant les choses et en réfléchissant sur les choses ainsi nommées ; or jamais une machine ne pourra faire autre chose que de compiler des données sur les choses qui existent déjà. La querelle des universaux, par exemple, ne sera jamais accessible à un ordinateur, eût-il compilé huit pétaoctet de données ; pour cela, il faudrait qu’il soit capable de penser des catégories, et ensuite de se demander si cela a un sens de dire qu’une catégorie de choses est « rouge » par exemple et si oui, si ces choses partagent des caractéristiques communes et alors : qu’est-ce que cela implique ? Ce rouge existe-t-il en soi ?

Mais une intelligence artificielle peut apprendre me rétorquera-t-on. Certes et c’est ce que les informaticiens nomment le « deep learning » et dont ils se font les gorges chaudes. A les entendre : ils ont découvert la pierre philosophale. Sauf qu’une machine apprend selon les cadres qui lui sont données, un ordinateur bien programmé peut compiler les données de wikipédia et faire un cours de philosophie, mais pourra-t-il pour autant dire s’il est plutôt nominaliste ou plutôt réaliste ? Saura-t-il créer une logique ? L’homme réfléchit hors des cadres. C’est Liebnitz se demandant « pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? », ou Descartes qui en méditant se dit « cogito ergo sum ». Peu importe la réponse qui est apportée à cette question, elle est posée et a brisé le cadre. Les mystiques du moyen-âge disaient que pour poser une question, il fallait être apte à recevoir la réponse. Pensée incompréhensible pour un ordinateur, eut-il deux milles tera-octets de RAM et huit milliards de processeurs. L’homme, grâce à son âme, est capable de briser le cadre et de comprendre plus subtilement les choses, de voir avec des yeux neufs des couleurs qu’il regardait depuis des décennies sans jamais les avoir vues. Mais de cela, les hommes d’aujourd’hui ne veulent entendre parler, car parler ainsi c’est donner une autre dimension, supérieure et transcendantale à l’Homme. Parler comme cela c’est croire en l’Homme et lui donner une place de choix dans l’ordre de la Création. Pensée sacrilège aux zélotes de la Sainte Science.

Les machines ne seront jamais rien d’autres que des auxiliaires perfectionnés, infaillibles et zélés de ceux qui possèdent le pouvoir. Elles ne serviront rien de plus que la volonté de puissance sans limite des quelques seigneurs qui règnent sur notre Terre. D’ailleurs j’attends le jour (qui n’arrivera probablement jamais) où un ordinateur découvrira quelque chose auquel l’humain n’aurait pas pensé pour me laisser impressionner par l’« intelligence artificielle », d’ici là je ne prédis qu’une seule chose : l’ordinateur nous remplacera de plus en plus que ce soit dans nos emplois et dans nos fonctions quotidiennes (pourquoi augmenter le thermostat de sa chaudière alors que l’ordinateur peut le faire à votre place ?) pour la bonne raison qu’il est infaillible pour répéter des tâches monotones, qu’il revient moins cher que l’homme car il ne demande pas de salaires et qu’il n’a pas de revendications sociales. C’est du pain bénit pour les capitalistes de tout poil qui sont prêts à nous raconter n’importe quoi sur l’« intelligence artificielle » (y compris qu’elle existe) afin de nous faire croire que la machine nous est supérieure et que nous devons nous prosterner devant elle. Le pire est que cela fonctionne : il s’agit de flatter quelques imbéciles, polytechnicien de préférence, de leur donner une chaire sur le sujet dans une école prestigieuse pour qu’ils croient - dur comme fer - être en train de jouer à Dieu et de créer un homme ex nihilo ; alors qu’ils ne réalisent qu’une programmation un peu poussée. Il n’est que d’écouter l’interview surréaliste de Jean-Gabriel Ganascia dans les matins de France Culture pour s’en convaincre.

Dernier tartuffe en date, le brillant Cédric Villani, mathématicien de son état, et député du « peuple » de ses fonctions, mandaté par Sa Seigneurie, son altesse sérénissime, le Très Haut Macron pour nous vendre l’intelligence artificielle. Cédric a donc adopté la voie de l’expert autoproclamé estampillé « médaille Fields » et le ton du technocrate. Vill(e)ni dans son rapport nous impose donc ses propres élucubrations sur ce qu’il nomme l’intelligence artificielle, et nous sommes priés de nous plier à ses lubies au motif que : « si c’est pas nous qui le faisons, d’autres le feront », et que donc « autant que ce soit nous ». Etre l’un des meilleurs mathématiciens du monde pour en arriver à proférer une ânerie pareille, on en reste confondus. A se demander si le sieur Villani n’a pas suivi des cours de logique chez les Shadoks auxquels Claude Piéplu faisait dire : « Il vaut mieux pomper d'arrache pied même s'il ne se passe rien que de risquer qu'il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas »… Ce qui prouve bien que dès qu’il s’agit de montrer que l’ordinateur nous est supérieur, même les plus fins et distinguées esprits en arrivent à raisonner aussi bêtement que les machines, comme pour nous montrer que l’intelligence a migré du carbone au silicium. C’est la singularité à l’envers : puisqu’il faut que l’ordinateur nous gouverne, soyons plus bête que lui et essayons de le comprendre. C’est la servitude habituelle des esprits faibles face à leur tyran ; c’est aussi la morale de la fable des abeilles : « les vices privés font les vertus publiques ». Le paradoxe érigé au rang de vérité. La révolution en somme : revolvere, mettre sens dessus-dessous.

A ce niveau-là de raisonnement, nous ne pouvons plus rien, si ce n’est de rire de ceux qui profèrent de telles insanités, surtout quand elles sont sorties de notre plus brillant cerveau et répéter notre acte de foi : longue vie à l’Humain déconnecté de la machine. Je préfère l’intelligence réelle de l’homme à celle virtuelle de la machine.


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

138 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 12 avril 2018 16:14

    « C’est la singularité à l’envers »
    tout a fait mais ça ne date pas d’ hier : les postulats du cartésianisme et du positivisme nous conduisent a nous réduire a nos fonctions mécanique ensuite bien sur on peut remplacer l’homme par la machine
    la machine sera toujours une meilleure machine que l’homme mais simplement parce que précisément ce qui fait l’humain n’est pas réductible a la mécanique


    • Rmanal 12 avril 2018 16:17

      « Qu’est-ce que l’âme » : je me suis arrêté là, après c’est du débilisme primaire.


      • gaijin gaijin 12 avril 2018 16:19

        @Rmanal
        commentaire inepte ayant pu être posté par une machine ..............


      • gaijin gaijin 12 avril 2018 16:20

        @gaijin
        ps
        voire même pas en fait une machine aurait été logique ..........


      • Sébastien A. 12 avril 2018 16:20

        @Rmanal
        Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet.


      • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 2018 22:04

        @Rmanal
        Vous devriez lire le récit de la Génèse : quand Dieu a créé l’homme, il avait d’abord entre ses mains une espèce de figure anthropomorphe modelée dans l’argile, et aussi inerte que la boue à ses pieds au bord du ruisseau. Alors, il a soufflé dessus, et sa créature enfin munie d’une âme a pu s’animer. Ainsi naquit Adam, le premier homme, et Dieu vit que cela était bon.

        Cela dit, je vous concède que, depuis le XVIIIe siècle, on a cessé de parler d’une âme que Descartes avait cru pouvoir rattacher à la glande pinéale (épiphyse). On a jugé que le concept ne servait à rien et on a donc appliqué le rasoir d’Ockham.

        C’est dommage, parce qu’on voit bien que l’auteur de l’article, lui, dispose d’une âme. Il ne sait pas ce que c’est que l’intelligence artificielle, mais il sait ce que c’est que l’âme. Au lieu de nous raconter sur l’informatique des histoires à dormir debout, il aurait peut-être mieux valu qu’il nous parlât de l’âme, dont nous ne savons à peu près rien. Cela nous eût instuits un peu et on n’aurait pas l’impression toujours fort désagréable d’avoir perdu son temps.


      • banban 13 avril 2018 00:22

        @Rmanal
        J’ai essayer d’allez plus loin... dur dur. délire ésotérique sans intérêt, dommage.

        Le sujet est intéressant en cela que touche toute les sciences de la compréhension de la neurone a la physique quantique en passant par mille autre choses comme les mathématique,( et par là, peu nous amené a bien des questions philosophiques). Je l’avoue c’est parfois trop complexe pour moi. mais même avec 5 prix Nobel je suis pas sure que pourrais embrassé toute les facettes de la questions (mais un seul homme le peut t’il ?).
        Peu être que l’intelligence artificielle ne sera jamais. mais les questions quelle soulèvent feront avancé l’humanité j’en suis certain.
        pour en revenir a l’auteur, son concept de l’intelligence dans le genre est pas mal non plus .l’auteur qui n’a pas la moindre idée de sa définition, arrive a nous pondre un article qui traite de celle-ci.....

      • Cyrus Cyrus 13 avril 2018 17:34

        @Christian Labrune

        Cela nous eût instuits un peu et on n’aurait pas l’impression toujours fort désagréable d’avoir perdu son temps.


      • mmbbb 14 avril 2018 00:46

        @banban on dirait du Dugue Bernard


      • Jean Roque Jean Roque 12 avril 2018 16:36

         
        Trump exige de Foxconn (Taïwan) de rapatrier des usines de montage d’électronique aux US, mais avec des robots IA, moins chers que les colons surpondeurs (9 soeurs à Coulibaly)
         
        FOXCONN VA UTILISER UN MILLION DE ROBOTS IA avant 3 ans AUX US
         
        BOOBALAND VA LUI IMPORTER UN MILLION DE BOUBOUS ET BARBUS...
         
        (plus chers et qui se reproduisent pour plus chers, sans compter les kalachs, béton hlm, chômage, deal...)
         
        LE JAPON A DÉJÀ DES OS IA... PAS BESOIN DE TRAITE MONDIALISTE...
         
         
        25% D’ACTIFS POTENTIELS NON ACTIFS ,
        30% EN EXCLUANT SECTEUR PUBLIC
        BIENTÔT 50% !

         
        https://www.reuters.com/article/us-foxconn-robots/foxconn-plans-to-use-1-million-robots-in-3-years-idUSTRE77016B20110801
        http://www.slate.com/blogs/future_tense/2017/07/27/the_wisconsin_foxconn_pl ant_will_be_staff_by_robots.html
        https://www.theguardian.com/technology/2012/nov/08/foxconn-plan-factories-us-america
        https://www.roboticsbusinessreview.com/manufacturing/are_foxconns_robots_com ing_to_america/


        • Elixir Elixir 12 avril 2018 16:39

          bon article, 


          les scienteux parlent d’« intelligence artificielle » comme les informaticiens parlent de « réseaux sociaux » et ont pour point commun en effet de ne pas savoir ce qu’ils disent...






          • Pere Plexe Pere Plexe 14 avril 2018 12:40

            @Elixir
            C’est moins eux qui ne savent pas ce qu’ils disent que’une grosse partie de leurs auditeurs qui ne font aucun effort à comprendre.

            Et rechignent à sortir de leurs schémas confortables et rassurants.

          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 avril 2018 17:10

            Si le but est de remplacer l’humain par les robots, je ne comprends vraiment pas ce que cela apporte à celui-là . Autant lui vendre un revolver tout de suite, cela ira plus vite.


            • V_Parlier V_Parlier 13 avril 2018 16:14

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
              Certes. Autant des films spectaculaires nous ont présenté la domination des machines comme une calamité, autant les techno-béats nous la présentent comme un avenir radieux. La vérité ne sera probablement ni l’un ni l’autre, l’humain se suffisant à lui seul pour provoquer des calamités avant que les machines ne « règnent » d’un manière ou d’une autre. Exception faite si la destruction de la planète se produisait à cause d’un bug. Ca reste dans le domaine du possible quand on voit la naïveté des journalistes et constructeurs de voitures autonomes qui nous certifiaient qu’elles conduiraient mieux que nous dans les mêmes conditions, et qui en sont maintenant à réclamer des voies aménagées spécialement dès que le premier accident se produit. smiley


            • mmbbb 14 avril 2018 00:48

              @Mélusine ou la Robe de Saphir. Les Canuts de Lyon ont jetes les metiers Jacquards à tisser dans la Saone , ils n ont pas arrrête le progres


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 14 avril 2018 14:21

              @mmbbb


              j’ai fait de la Haute-lisse, malin,....La bagarre verbale avec mon père quand il m’aidait à monter mon métier. Mais enfin M.... cetravail actuellement est fait sur ordinateur. J’ai tenu bon,...Même discussion entre lui et mon oncle )plus tradi) sur les livre et internet. Bon ! vous avez compris. Mon père et moi, sérieux conflit de génération. Mais à l’envers, j’étais rétrograde à ses yeux. Ce qui devait lui poser un problème puisque ses grand-parents étaient tisserands. Un peu comme Macron et les cheminots. On se voyait peu. Valait mieux,...C’est lui qui a introduit les carrefours en Belgique. Autant dire que nous n’étions absolument sur la même longueur d’onde. Je l’étais bien plus avec mon beau-père qui a suivi et qui comme par hasard avait fait des tissus Jacquart.

            • foufouille foufouille 12 avril 2018 17:12

              « Je prédis une chose : il n’y aura jamais d’intelligence artificielle au sens de l’intelligence dont peut faire preuve un homme. »

              le reste est aussi débile que l’époque où les non blancs n’avaient pas d’âme pour les curetons. nous ne pouvons coloniser un autre système solaire donc nous ne pourrons jamais ?

              tu savais certainement que internet allait exister.


              • V_Parlier V_Parlier 13 avril 2018 16:15

                @foufouille
                Vous vous imaginez peut-être que des intelligences simulées vont réellement avoir mal, être joyeuses, être conscientes de leur existence ? Je ne sais pas où est la débilité dans ce débat.


              • LeDinoBleu LeDinoBleu 12 avril 2018 17:27

                Sur ce sujet, toujours plus ou moins épineux, j’invite à consulter cet article :
                https://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/Excession/


                • Jean Keim Jean Keim 12 avril 2018 17:28

                  L’I.A. c’est le résultat produit par une machine, si je pianote sur un clavier « 2 + 5 » et « Entrée » la machine artificiellement intelligente, après un détour par ses mémoires, me répondra 7, nous faisons la même chose par la pensée, seulement aussi perfectionnés que seront les programmes, ils ne pourront pas sortir de leur contenu, même si une machine a la capacité d’auto aprentissage ces derniers resteront dans les limites des « algorithmes » ; en quelque sorte l’augmentation des capacités de la machine ne peut venir que d’une « intelligence » extérieure qui par exemple améliorera le contenu des programmes.

                  Donc cette intelligence n’est pas la machine, pas plus qu’elle n’est dans la machine, à partir du moment qu’une tâche peut être traduite dans un langage, alors aussi complexe soit-elle elle est où elle sera exécutable par une machine, et donc à terme tout ce que nous faisons leur sera accessible, pour le meilleur et pour le pire de notre avenir.
                  Quand à l’intelligence, celle qui se manifeste dans les formes de vie, elle est en amont de la pensée ou dit autrement avant la pensée... vous avez le droit de hurler au loup smiley

                  • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 2018 22:18

                    aussi perfectionnés que seront les programmes, ils ne pourront pas sortir de leur contenu, même si une machine a la capacité d’auto aprentissage ces derniers resteront dans les limites des « algorithmes » ; en quelque sorte l’augmentation des capacités de la machine ne peut venir que d’une « intelligence » extérieure qui par exemple améliorera le contenu des programmes.
                    ...................................................................... ................
                    @Jean Keim

                    Quand on parle de l’IA, et surtout de l’IA forte, la notion de « programme » n’a plus de sens, et vous racontez n’importe quoi. Ce que vous décrivez, c’est l’espèce de robot rudimentaire et figé qui vous sert à envoyer des messages sur l’internet, et pas du tout un système « intelligent », lequel aurait la capacité non seulement de brasser rapidement d’énormes quantités de données, comme votre machine, mais de se reprogrammer lui-même en fonction de ses propres besoins spécifiques, Il aura même la capacité d’inventer et de fabriquer les nouvelles extensions du hardware qui lui seront nécessaires pour se complexifier. Une machine intelligente n’a rien à voir avec ce truc assez simpliste, muni d ’un clavier et d’un écran, qui encombre actuellement votre espace.


                  • Jean Keim Jean Keim 13 avril 2018 07:35

                    @Christian Labrune
                    Je suis resté dans la simplicité et vous vous êtes dans l’abstraction, l’IA forte puisqu’il faut en passer par un vocabulaire trompeur, ne peut pas fonctionner sans un ensemble de programmes, la meilleure preuve est que les machines sont reproductibles à l’identique, ce que vous ne percevez pas c’est que même avec des capacités d’auto apprentissage et/ou de reprogrammation (tiens ! Le mot programme pointe le bout de son nez) la machine, car ce sont bien des machines, restent à l’intérieur de leurs programmes même étendus, quand à dire qu’elles sont capable de brasser d’énorme quantités de données, c’est juste et c’est impressionnant, mais ce n’est pas une faculté intelligente, juste du tri, certe ordonné suivant des critères fournis par... les mémoires donc par les programmes.

                    Ne vous laisser pas abuser par les habitudes de pensée et donc de langage, au sujet des machines soit disant munies d’IA ne dites pas elles font ce ceci, elles font cela car elles ne font réellement rien de par elles-mêmes, elles ne sont que des exécutantes.
                    Dans intelligence artificielle il y a artifice.

                  • Christian Labrune Christian Labrune 13 avril 2018 11:07

                    @Jean Keim
                    Ce qu’il faudrait que vous fassiez, c’est :
                    1-Passer quinze jours à apprendre à programmer dans un langage rudimentaire du genre Basic.
                    2-Etudier la structure d’un processeur de votre choix, apprendre à programmer en assembleur. Cela vous prendra bien quatre mois.
                    3- Passer de ce langage de très bas niveau, très lent à mettre en oeuvre, au C++ orienté objet.
                    Vous en aurez pour plus de six mois avant d’être à même de mettre au point quelque chose d’un peu intéressant mais vous commencerez à comprendre ce que que sont les possibilités de l’informatique.
                    4-Ensuite, à partir de micro-contrôleurs de type Arduino programmables en C, vous pourrez construire des machines capables de percevoir leur environnement et de s’y déplacer d’une manière autonome sans jamais heurter les murs ni les objets qui peuvent l’encombrer. Cela vous prendra bien encore une année, mais après cela vous aurez à peu près compris, en extrapolant à partir de votre petite expérience, ce que sera l’IA.
                    Les fonctions les plus difficiles à implémenter sur une machine ne sont pas les fonctions purement abstraites, comme celles qui permettent la résolution des problèmes mathématiques, mais celles qui touchent à la perception et à la reconnaissance des formes et de l’espace. Plus difficile encore, la compréhension du langage naturel. mais depuis six ou sept ans, les progrès dans ce domaine auront été spectaculaires. Certes, les modes d’emploi qui accompagnent les objets du commerce, traduits de l’anglais en français, sont le plus souvent incompréhensibles, mais j’utilise tous les jours des articles en anglais sur l’informatique dont je demande la traduction à Google, et je ne me rends plus compte que c’est traduit. Bien mieux : les fautes de syntaxe ou d’orthographe qui pouvaient exister dans la langue d’origine ont complètement disparu, c’est traduit dans un français plus correct que celui qu’écrivent les contributeurs francophones.

                    Tant que vous ne vous serez pas attelé à ce petit travail d’approche bien minimal, vous parlerez pour ne rien dire et vous ferez rigoler ceux qui ont pris un peu la peine de réfléchir.


                  • V_Parlier V_Parlier 13 avril 2018 16:24

                    @Christian Labrune
                    Ayant eu l’occasion, autant par mon activité professionnelle que mes loisirs, de pratiquer ces bricolages d’amateur (que je ne dénigre pas) que vous citez, et bien plus, je persiste à dire avec encore plus d’aplomb que Jean Keim a parfaitement raison. Même si la superposition de couches logicielles et de moyens de modélisation finiront par rendre complètement invisibles les dites « couches basses » et même si les algorithmes permettront un « auto-complètement » contextuel de cette « simulation de cerveau », je ne vois toujours pas en quoi la performance obtenue pourra être comparée à l’intelligence (ou à la bêtise d’ailleurs) de l’homme. Sommes nous si peu sur Terre qu’il faudrait se faire tenir compagnie par des simulations d’humains ? C’est la poupée gonflable en version intellectualisée.


                  • Cyrus Cyrus 13 avril 2018 17:48

                    @Christian Labrune

                    Vous avez oubliez le :

                     5/ utiliser une ia faible dans un agl , grâce par exemple a une méthode de type OML révisé pour produire une structure de code « pure » et non humaine parfaitement optimiser pour chaque architecture de développement , de préférence expurger des failles codes grace a une procedure de piratage par fuzing .

                    6/ l’ independance materiel , ainsi que de l’ os qui elle me comporte des failles de securité .
                    ca ne sert en effet a rien de rendre « etanche » son code , si les failles du systeme permette de prendre le controle de la plateforme , de l’ os , ce qui donne acces au logiciel aussi bien qu’ aux reseux .

                    ...

                    0/ bien sur cette celebre « interface chaise clavier » que vous avez oublié dans votre raisonement rapide .

                    7/ la difusion de votre logiciel , plus il est confidentiel plus il est sur .
                    Les autoroute de l’ information sont forcement piraté car connus . 

                    ... j’ en oubli bien sur car un simple profane ....

                  • Jean Keim Jean Keim 13 avril 2018 22:09

                    @Christian Labrune
                    J’ai programmé bien modestement en QBasic, en élaborant un programme de calcul et d’optimisation d’installations électriques en basse tension, j’ai participé à la validation d’un progiciel en C++ orienté objet en apportant mon savoir faire en calculs électriques en conformité avec des normes UTE, donc sans être un expert j’ai qq notions, pour le reste dans votre description vous restez toujours dans le cadre de programmes, ils sont extraordinairement complexes et évolutifs mais ce sont des programmes, l’intelligence est d’une certaine façon dans leur conception, donc extérieure à la machine.

                    Ce qu’il faudrait que vous fassiez est de prendre du recul et essayer de voir effectivement s’il y a de l’intelligence dans la machine, et plus exactement dans ce qu’elle réalise.
                    Le vocabulaire utilisé « intelligence artificielle » me va très bien mais il ne faut pas êtres dupe.

                  • Jean Keim Jean Keim 13 avril 2018 22:32

                    @V_Parlier
                    Je ne saurais mieux dire, merci.


                  • Christian Labrune Christian Labrune 14 avril 2018 14:32

                    mais ce sont des programmes, l’intelligence est d’une certaine façon dans leur conception, donc extérieure à la machine.

                    Ce qu’il faudrait que vous fassiez est de prendre du recul et essayer de voir effectivement s’il y a de l’intelligence dans la machine, et plus exactement dans ce qu’elle réalise.
                    ======================================
                    @Jean Keim
                    Il n’y a, de fait, aucune intelligence dans ce qu’on peut construire en faisant communiquer quelques processeurs dans un système robotique. Quant aux machines que nous utilisons actuellement pour communiquer par l’Internet , elles n’ont pas grand chose à voir non plus avec l’IA.

                    « Ce qu’il faudrait faire », ce n’est pas prendre conscience de ça, puisque c’est tout vu, et je n’ai jamais dit que j’étais capable de construire des systèmes « intelligents », mais c ’est dépasser cet état de l’art et s’atteler au problème de l’IA forte, qui n’est toujours pas résolu. C’est une simple question de temps : il n’y a pas de différence radicale entre un système complexe comme le cerveau et un système artificiel qui serait doté de la même complexité voire d’une complexité supérieure. Les deux systèmes obéissent aux mêmes lois déterministes de la physique. Beaucoup d’équipes travaillent là-dessus actuellement, avec plus ou moins de succès, mais ça progresse, et c’est le contraire qui serait bien surprenant.


                  • gogoRat gogoRat 14 avril 2018 20:48

                    @Christian Labrune

                     Le clou de la question (ou de la confusion) qui semble motiver les ’réactions’ à cet article pourrait bien tourner autour de votre assertion :
                     "il n’y a pas de différence radicale entre un système complexe comme le cerveau et un système artificiel qui serait doté de la même complexité voire d’une complexité supérieure.« 
                     
                     Je ne m’intéresserai ici qu’à cette première partie de la phrase :
                     » "il n’y a pas de différence radicale entre un système complexe comme le cerveau et un système artificiel« 
                     car, pas plus que n’a nullement été ni démontré, ni même seulement argumenté ce début de phrase, il me paraît encore plus vain de réduire les spécificités du cerveau (supposé être Le siège de l’Intelligence ?) aux seuls critères de complexité.
                     
                     C’est le terme de ’différence radicale’ qui m’interpelle.
                     La question du ’test de Turing’ évoquée ici dans mes ’réactions’ précédentes me parait certes pertinente pour établir un consensus sur le terme ’intelligence artificielle’ : quoi qu’on puisse attendre ou penser par ailleurs de cette notion.
                     Pour ma part, cela me semble confirmer que ce terme s’apparente à une recherche de paraître, de postures, qui peuvent certes susciter quelque intérêt d’ordre utilitariste, voire aussi, plutôt une discipline nouvelle, ce qui serait déjà plus noble ...
                     
                     Ce qui est beaucoup plus intéressant, par contre dans les travaux de Turing, c’est sa découverte du modèle abstrait qui en informatique théorique est nommé ’machine de Turing’.
                     Alors : différence de nature ?
                     Aucun intervenant, ici, n’a encore abordé la question de savoir si le ’cerveau humain’ (voire l’intelligence humaine’) serait ou non réductible à une ’machine de Turing’ !
                     
                     Au-delà donc d’une question d’ordre politique, qui reste à débattre ici, concernant l’objectif utilitariste ou ’transcendental’ des investissements publics au profit d’une ’IA »
                    (« J’appelle transcendantale toute connaissance qui ne porte point en général sur les objets mais sur notre manière de les connaître, en tant que cela est possible a priori’ »)
                    ...
                    resterait à savoir si les capacités cognitives humaines sont aujourd’hui reconnues comme réductibles à celles d’une ’machine de Turing’ ( J’avoue ne pas savoir si oui ou non il a pu être prouvé que toute lA, même dite ’forte’ à laquelle fait référence cet article, soit toujours réductible au modèle de la machine de Turing ?)

                     Quid, d’un modèle théorique pour les ordinateurs quantiques ?
                     Car là, je serais bien surpris qu’il n’y ait pas une "différenceradicale’ entre ’machine de Turing’ et ordinateur quantique : qq’un pourrait-il nous éclairer sur ce point ?
                    ...


                  • foufouille foufouille 14 avril 2018 20:57

                    @gogoRat
                    un cerveau humain est capable d’intuition et d’aprentissage = 1+1 fera toujours 2 ou 20 en binaire.
                    et tu le sais.
                    une machine devra toujours calculer.
                    un ordinateur quantique serait non seulement plus rapide mais aussi basé sur autre chose qu’un transistor binaire donc capable d’apprendre comme nous.
                    il faudrait bien évidement un CPU/ram/hdd.


                  • Christian Labrune Christian Labrune 14 avril 2018 23:17

                    @gogoRat
                    Quand je dis qu’il n’y a pas de différence ’radicale" entre un cerveau humain et une machine qui serait intelligente, j’entends par la que les deux systèmes obéissent aux lois de la physique, même si cela relève plus, évidemment, au-delà d’un certain niveau de complexité, de la physique du chaos que de la physique naïvement déterministe du modèle laplacien. Ce qui fait la liberté humaine, c’est précisément, en dépit de ce qu’a cru longtemps la théorie psychanalytique, que les états psychiques successifs ne peuvent pas être calculés. Il n’y a rien, en revanche, dans nos ordinateurs actuels, qui ne soit imprévisible et tout à fait calculable. Même les générateurs de nombre aléatoires, si on ne fait pas intervenir, dans le calcul, des données changeantes et imprévisibles du monde extérieur au système, comme la température, la variation de la lumière, le bruit, ou n’importe quoi d’autre, produisent toujours des séries identiques, non pas aléatoires, mais pseudo-aléatoires.

                    Le test de Turing n’a jamais été pris au sérieux, pas même par Turing lui-même. On a déjà des systèmes qui peuvent faire illusion, comprennent la question qu’on leur pose, formulent une réponse qui n’est pas idiote, mais on ne peut pas dire pour autant qu’ils sont intelligents. De toute façon, l’intelligence des machines ne ressemblera jamais à l’intelligence humaine. J’observe en lisant cette page que plusieurs considèrent la sensibilité, les sentiments, les états d’âme dans leur évanescence même, comme ce qui serait propre à faire la supériorité de l’homme, mais c’est complètement idiot. Ces sortes de dispositions spécifiquement humaines sont des sortes de tares liées aux exigences tout à fait primaires du biologique ; du point de vue de l’intelligence pure, elles seraient plutôt des obstacles. Au reste, depuis qu’il y a des philosophes, ils ont toujours privilégié le rationnel et mis en garde contre le danger des passions. Une intelligence artificielle sera nécessairement plus proche des exigence de la philosophia perennis que des manières d’être du tout venant.
                     


                  • gogoRat gogoRat 15 avril 2018 11:53

                    @foufouille
                    désolé mais votre ’réaction’ ne répond pas à ma question
                    Par ailleurs, en binaire « 20 » n’existe pas !


                  • gogoRat gogoRat 15 avril 2018 12:27

                    @Christian Labrune
                    désolé, mais votre réaction ne répond pas non plus à ma question.(que je re-schématise ici en : Cerveau ou ordinateurs quantique = machines de Turing ?)
                     Le seul élément de votre réponse qui aurait pu s’approcher d’une telle réponse est :
                    « l’intelligence des machines ne ressemblera jamais à l’intelligence humaine »
                     mais vous n’avez ni démontré ni même argumenté cela ! ( je ne prendrai pas part à la responsabilité de vos autres affirmations ...)

                    Par contre je veux réagir aux affirmations suivantes :
                    "plusieurs considèrent la sensibilité, les sentiments, les états d’âme dans leur évanescence même, comme ce qui serait propre à faire la supériorité de l’homme, mais c’est complètement idiot. Ces sortes de dispositions spécifiquement humaines sont des sortes de tares "
                     
                     Si des dispositions spécifiquement humaines sont des sortes de tares, il faut croire que l’humain normal devrait être dépourvu de ces tares : si cet être humain normal existe, qui oserait prétendre l’avoir rencontré ? N’y aurait-il pas là un obstacle à la raison ?
                     Ce qui me paraît effectivement idiot ce serait de se prétendre définir une quelconque notion de ’supériorité’ ! Qui validerait le référentiel commun permettant d’établir une ’supériorité’ entre des carottes et des torchons : entre des humains et des non-humains ?

                     Et puis, dire que les philosophes aient « toujours privilégié le rationnel et mis en garde contre le danger des passions » me parait aller un peu vite en besogne !


                  • Hecetuye howahkan 12 avril 2018 17:39

                    Salut, de mon point je vois ceci...

                    si je me coupe je « m’ auto » répare etc ..si je casse mon iphone ou autre machine, elle ne s’ auto réparera jamais..

                    question qu’est ce donc que ce prétendument « je » qui répare ?? car « je » ne répare rien du tout, en ce moment « je » essaye de faire la guerre, de voler comme d’hab !! etc ...il y a autre chose au delà de cela.. ?

                    ne surtout pas essayer de répondre car si c’est « je » qui réponds çà va encore être des conneries ...car hormis sur des sujets uniquement pratiques et encore faut voir les conneries, « je » ou la pensée analytique si vous voulez n’a aucune aptitude , elle n’a en fait aucune aptitude pour la vie , seulement pour la survie pratique..et encore faut voir comment smiley

                    nos autres capacités endormies par le totalitarisme de la pensée doivent se réveiller....one tip for you, all this is related to the capacity to properly live what is behind suffering...

                    une des religions, enfin si on veut bien sur , ...parle de plaisir dans l’instant car il n’y aurait que cela, enfin en gros car entre nous je m’en tape..le reste dont la démence découle de cela par un long cheminement que je ne peux faire pour personne ..

                    conclusion : m’ enfin...Gaston Gaffe..

                    Salut à l’ami gaijin que j’ai vu traîner dans le coin..

                    respect et robustesse..


                    • Hecetuye howahkan 12 avril 2018 17:41

                      @Hecetuye howahkan

                      et salut aussi a mon ami Jean keim dont je viens juste de voir le post... smiley


                    • gaijin gaijin 12 avril 2018 18:07

                      @Hecetuye howahkan
                      salut l’indien


                    • Jean Keim Jean Keim 12 avril 2018 18:18

                      @Hecetuye howahkan
                      Salut Dan.

                      Il me semble que des machine capables de s’auto réparer sont envisagées par la science.
                      Je crois que la nature de l’intelligence n’est pas définissable, alors si on ne peut pas dire ce qu’elle est on peut toujours tenter de dire ce qu’elle n’est pas.

                      La nature de l’intelligence est une énigme , on assimile l’intelligence par exemple à un QI élevé qui permet certainement de comprendre rapidement les principes de la conception des bombes atomiques mais donne-t-il l’intelligence nécessaire pour ne pas en fabriquer ?


                    • foufouille foufouille 12 avril 2018 18:29

                      @Jean Keim

                      « donne-t-il l’intelligence nécessaire pour ne pas en fabriquer ? » ce n’est pas de l’intelligence mais de l’éthique.

                      tu peut aussi fabriquer une bombe mais ne pas l’utiliser sur des gens, c’est de la stratégie et de la diplomatie.


                    • Hecetuye howahkan 12 avril 2018 18:55

                      @Jean Keim

                      Salut Jean, des machines qui s’ auto réparent...genre ton carburateur est mort... ??non...nos organes si on ne les pollue pas bien sur, si on fait ce que la nature attends de nous peuvent se réparer jusqu’a un point, ....

                      mais tu sais ce qui nous reste de cerveau, sauf exceptions , est un programme mécanique, limité, matériel etc qui ne peut voir d’autre que ce qui est dans son champs de compétences ,qui est réduit aux domaines pratiques( moyen, outils etc etc ) et rien d’autre du tout ..alors pour ce programme si sens il a a donner ce sera uniquement dans ce qu’il sait faire...pourquoi va t’il essayer de donner un sens ? parce que la pensée est en constante souffrance ...car elle ne devait jamais marcher toute seule..elle a accès au contenant, pas au contenu..d’où notre folie, notre vie n’en est pas une ..

                      le mot intelligence pour moi comme d’habitude avec nous, précède le fait .....on a un mot et des gens qui se disent, : on va mettre quoi derrière... ?? ainsi on a 7 milliards de définitions..et le pseudo élite se dit : chouette , ils vont encore se battre là dessus.. !!

                      le chemin prit par nous autres depuis quelques millénaires , genre 12800 ans après que la première comète ai frappée la terre , puis 11600 après les seconds débris , ce chemin celui de la connaissance cumulative est en même temps celui de l’ignorance...

                      bon j’arrête je faisais juste un bref passage, je ne vais pas me remettre à écrire sur avox régulièrement..

                      c’était + pour le coucou en passant

                      je vous salue gaijin et jean.. smiley et à l’auteur...


                    • Jean Keim Jean Keim 12 avril 2018 19:54

                      @foufouille
                      Ô que si que c’est de l’intelligence, rien à voir avec une définition quelconque comme l’éthique ou le savoir, rien à voir avec le raisonnement intellectuel, celui-ci vient après, l’intelligence donne et la pensée prend ce qu’elle peut attraper, elle s’en arrange en fonction de ce qu’elle peut comparer, combiner, assembler, associer.


                    • Hecetuye howahkan 12 avril 2018 20:31

                      @Jean Keim

                      ainsi parles tu donc de L’Origine ? au delà du temps etc oui je suppose...

                      @ un de ces jours porte toi bien !!


                    • Jean Keim Jean Keim 12 avril 2018 22:27

                      @Hecetuye howahkan
                      Oui tout le reste est venu après...


                    • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 2018 22:29

                      si je me coupe je « m’ auto » répare etc ..si je casse mon iphone ou autre machine, elle ne s’ auto réparera jamais..
                      ===============================
                      @Hecetuye howahkan
                      Il y a déjà longtemps que les machines se « réparent » elles-mêmes ! Dans l’astronautique, les systèmes informatiques embarqués sont toujours en double, et on prend soin, comme on ne connaît pas de méthode qui puisse assurer qu’un programme ne comporte pas d’erreur, de confier chacun des systèmes à une équipe informatique différente. Comme il y a quantité de styles de programmation qui permettent, à partir d’algorithmes différents, de produire le même résutat, les deux systèmes présenteront peut-être des erreurs, mais pas au même endroit, et l’un pourra détecter les erreurs éventuelles de l’autre.
                      Au plan du hardware, faire en sorte qu’en cas de défaillance matérielle d’un composant sur une carte, une autre carte prenne la relève, ce n’est pas un jeu d’enfant, mais presque.
                      Bref, si vous vous documentiez un peu avant d’écrire, vous éviteriez qu’on ait à vous infliger ces sortes de mises au point.


                    • Hecetuye howahkan 12 avril 2018 22:30

                      @Christian Labrune

                      foutaise....... smiley


                    • gueule de bois 13 avril 2018 13:57

                      @Christian Labrune
                      Bref, si vous vous documentiez un peu avant d’écrire, vous éviteriez qu’on ait à vous infliger ces sortes de mises au point.
                      Ne perdez pas votre temps !
                      De toutes façons, notre indien de pacotille serait aussi démuni pour vivre sous la tente que dans un environnement complexe comme le nôtre.


                    • V_Parlier V_Parlier 13 avril 2018 16:28

                      @Christian Labrune
                      La redondance sécuritaire d’un système n’est que l’intelligence... des concepteurs. Rien de plus.


                    • Christian Labrune Christian Labrune 14 avril 2018 00:35

                      La redondance sécuritaire d’un système n’est que l’intelligence... des concepteurs. Rien de plus.
                      ==================================
                      @V_Parlier
                      Je n’ai jamais dit que cela relevait de l’intelligence artificielle ! Mais on posait plus haut que les « machines », de toute façon, seraient toujours incapables de se réparer toutes seules, comme si, cela relevait nécessairement de fonctions intellectuelles supérieures.
                      Or, la redondance des systèmes, c’est quelque chose de tout à fait élémentaire.

                      Il y a dix ans, il se serait trouvé dans ce type de discussion quelqu’un qui nous aurait dit : de toute façon, il faudra bien toujours des hommes pour construire les machines et les programmer.

                      L’argument : les ordinateurs sont binaires et simpliste par qu’ils ne manipules que des o et des 1 n’est pas apparu, me semble-t-il, sur cette page. Beaucoup doivent continuer à le penser, mais comme ils ont dû lire qu’une telle proposition révélait le comble de l’idiotie, ils n’osent plus le dire.


                    • Christian Labrune Christian Labrune 14 avril 2018 00:39

                      ERRATUM
                      L’argument : les ordinateurs sont binaires et simplisteS par qu’ils ne manipuleENT...
                      Excuses.
                      Une panne de l’intelligence naturelle, probablement !


                    • gaijin gaijin 14 avril 2018 06:59

                      @Christian Labrune
                      «  ils n’osent plus le dire. »
                      osons ......a propos de la construction d’une intelligence artificielle comment des cerveaux dotés d’une logique binaire simpliste ( la logique aristotélicienne ) pourraient engendrer une vraie intelligence ? ( non binaire )


                    • Christian Labrune Christian Labrune 14 avril 2018 14:10

                      comment des cerveaux dotés d’une logique binaire simpliste ( la logique aristotélicienne ) pourraient engendrer une vraie intelligence ? ( non binaire )
                      =======================
                      @gaijin

                      Félicitations !


                    • Cyrus Cyrus 14 avril 2018 16:41

                      @Christian Labrune


                      c’ est aussi faux que de dire qu’ un ordinateur binaire ne peut pas restituer des couleur car ne fonctionnant qu’ en noir et blanc.

                    • biquet biquet 12 avril 2018 17:51

                      Intelligence vient du latin inter legere (=lire entre) donc par définition l’intelligence est artificielle, elle n’existe pas dans la nature. Si on pouvait cultiver l’intelligence, tous les pays se lanceraient dans l’agriculture.


                      • gaijin gaijin 12 avril 2018 18:03

                        @biquet
                        il y avait des biquettes avant l’existence du mot biquet .....ne confondez donc pas la chose et la définition du mot ......
                        on peut tout a fait cultiver l’intelligence et si on ne le fait pas c’est parce qu’on a besoin de cons- somateurs ......


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 avril 2018 17:57

                        inter ligere signifie aussi lire entre les lignes grâce à l’intuition (pour la météo, je fais bien plus confiance à mon chat). Ce dont ne sera JAMAIS capable un ordinateur. Qu’y a-t-il entre 1 et 0 : l’in fini.


                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 avril 2018 17:59

                          Internet, c’est châtré ou non. Il manque un troisième élément : l’oeil.


                          • sleeping-zombie 12 avril 2018 18:30

                             Bonjour à tous,

                            quelques remarques en passant :
                            Qu’est-ce que l’intelligence ? peut importe en fin de compte, puisque Turing (qui n’était pas que la moitié d’un con) à posé les jalons d’un test très simple : la machine est intelligente quand on n’arrive plus à la différencier d’un humain.

                            On en est pas là, mais à lire certains commentateurs récurrents d’Avox, j’ai des doutes.

                            Ensuite, par rapport à tous les exemples fournis dans l’article, il faut quand même reconnaitre que l’intelligence humaine tant vantée ne constitue qu’une infime partie de notre quotidien, pour une infime partie de la population.

                            can a robot write a symphony ?
                            can you ?

                             D’ailleurs j’attends le jour (qui n’arrivera probablement jamais) où un ordinateur découvrira quelque chose auquel l’humain n’aurait pas pensé pour me laisser impressionner par l’« intelligence artificielle »
                             

                            Hmm, d’après ce que j’ai lu, les dernières version des IA Googleiennes du jeu de GO gagnent en utilisant des tactiques complètement incompréhensibles par les champions eux-mêmes.

                            Un jour, les machines se demanderont si les hommes sont intelligents. La plupart n’y croiront pas, mais nous nourriront quand même parce qu’elles nous trouveront trop mignons :D


                            • sleeping-zombie 13 avril 2018 00:39

                              @arthes

                              je crois que tu n’es pas au fait des dernières IA de nos amis Big Brother. Les dernières versions n’ont de programmées que les règles du jeu, rien d’autre.
                              On est très très loin des jeux d’échecs électroniques des années 80.

                              Du reste, tu n’as pas besoin d’être d’accord pour être gouverné par une machine. Les p’tits chiffres donnés par ta carte bancaires dictent probablement l’essentiel de ton comportement.

                            • V_Parlier V_Parlier 13 avril 2018 16:39

                              @arthes
                              Les échecs sont d’ailleurs parfaitement adaptés pour impressionner les humains avec les machines car :
                              * Leur comportement est bluffant et donne l’impression qu’elles ont des intuitions et des stratégies incroyables.
                              * La méthode est en fait complètement « mécanique » : Une comparaison à vitesse fulgurante des conséquences de tous les coups possibles à 3,4,5... 10 coups à l’avance (selon la puissance de calcul disponible et le temps permis) et un simple résultat : qu’est-ce qui rapporte le plus en supposant que l’adversaire joue à chaque fois à son avantage (donc selon la même méthode). Comme l’humain ne peut pas faire cela si vite et en mémorisant tout, il est obligé de se concentrer sur ce qui attire le plus son attention, de réfléchir, de « tenter un coup discret », etc... mais c’est un tout autre fonctionnement. Donc bien sûr, c’est beaucoup plus amusant pour lui mais il ne peut gagner si l’algorithme n’est pas délibérément bridé (ajustement du niveau de difficulté).

                              Tout jeu qui ne serait pas parfaitement jouable de façon aussi formalisée, même plus trivial pour l’homme, ne donnera pas des résultats aussi impressionnants si l’adversaire est une machine.

                              Pour ces mêmes raisons, un avion peut voler tout seul sur des milliers de kilomètres mais une voiture ne saura pas traverser Paris toute seule.


                            • V_Parlier V_Parlier 13 avril 2018 16:42

                              @sleeping-zombie
                              « Les dernières versions n’ont de programmées que les règles du jeu, rien d’autre ».
                              -> Donc dans le code source, le développeur a écrit les règles du jeu ? En quelle langue ? smiley
                              (second degré, je précise)


                            • sleeping-zombie 13 avril 2018 22:06

                              @V_Parlier

                              Une comparaison à vitesse fulgurante des conséquences de tous les coups possibles
                              ...
                              C’est pas comme ça que fonctionne ton cerveau ? Qu’est-ce qui différencie un bébé aux mouvements désordonnée d’un adulte qui regarde avant de traverser ?

                              Je ne me suis jamais trop posé la question, mais si je devais définir l’intelligence, je le ferais en 2 axiomes :
                              1. je suis intelligent (parce que faut pas déconner non plus)
                              2. l’intelligence, c’est la capacité à prévoir, à anticiper et à prioriser selon l’importance, c’est à dire l’intérêt.

                              Le deuxième point ressemble furieusement à ta description d’un ordinateur jouant aux échecs...

                            • sleeping-zombie 13 avril 2018 22:13

                              @arthes

                              Ensuite, il y a des obligations comme payer l’électricité, la flotte, les impots, les taxes

                              Tu réponds donc à ta propre question.
                              Ces obligations ne viennent pas d’un humain qui juge ta vie, qui juge ton apport à la société, et qui décide de la conduite que tu dois avoir, et toi qui décide d’accepter son autorité. Dans cette image, le maître est un humain avec un chapeau rigolo et se justifie au nom d’un dieu que personne n’a vu.
                              Ces obligations te viennent d’un système comptable, formalisé et presque entièrement automatisé, pas centralisé sur une seule machine, mais sur plusieurs. Les humains n’y interviennent que pour l’alimenter en données brutes et y définir les règles de comportement. Mais ça reste la machine qui « décide » du sort qui est le tien. Les « moyens dont tu disposes », pour te paraphraser, ne sont que le produit d’une mécanique mise en place, algorithme auquel on a collectivement décidé d’obéir.
                              Et c’est comme ça qu’on peut entendre des idioties comme « il faudra bien payer la dette un jour »...

                            • SamAgora95 SamAgora95 12 avril 2018 18:43

                              Certains humains fonctionnent sans l’intelligence à laquelle vous faites référence (créativité, sensibilité, etc...), ils font même souvent partie de « l’élite » et occupent des postes importants, notamment dans la fonction publique(présidents, ministres) 


                              A terme une machine sera capable de simuler un comportement ’intelligent’ indiscernable de celui d’un humain, nous ne sauront jamais si elle possède une âme, tout comme nous ne sauront jamais si les autres humains que nous côtoyons en sont pourvu.

                              Pour cela, la machine doit-être pourvue du sens commun, un traitement massivement et réellement parallèle d’un réseau de neurone artificiel permettra peut-être de doter les machines de cette aptitude, la physique quantique est peut-être la clé...



                              • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 2018 22:48

                                A terme une machine sera capable de simuler un comportement ’intelligent’ indiscernable de celui d’un humain, nous ne sauront jamais si elle possède une âme, tout comme nous ne sauront jamais si les autres humains que nous côtoyons en sont pourvu.
                                =======================================
                                @SamAgora95

                                C’est l’évidence même. L’intelligence n’est pas quelque chose de transcendant à la matière, c’est quelque chose qui émerge de la complexité des systèmes. Dans peu d’années, la complexité des systèmes artificiels égalera puis dépassera celle d’un cerveau humain, avec toutes les conséquences qu’on peut aisément imaginer.

                                A propos de l’âme, me revient une anecdote : une admiratrice avait parlé à Paul Valéry, qui était un vrai rationaliste, de son « âme ». Il lui avait répondu ironiquement quelque chose de ce genre : ne me parlez surtout pas de l’âme : si vous voyiez l’état de la mienne, vous ne pourriez plus déjeuner !


                              • pemile pemile 12 avril 2018 23:18

                                @Christian Labrune "Dans peu d’années, la complexité des systèmes artificiels égalera puis dépassera celle d’un cerveau humain, avec toutes les conséquences qu’on peut aisément imaginer.« 

                                Pensez vous que la »complexité" soit la caractéristique principale d’un cerveau humain ?


                              • gogoRat gogoRat 13 avril 2018 03:02

                                @SamAgora95 + C Labrune + Pemile
                                 
                                 Enfin des ’réactions’ dignes d’intérêt : merci à vous !
                                 
                                 Il me semble que l’on pourrait (ou devrait) encore faire progresser la réflexion en poursuivant la logique et l’honnêteté élémentaires qui consiste à préciser ou redéfinir d’abord le vocabulaire utilisé dans les sujets que l’on prétend examiner.
                                 On a enfin réussi ici à commencer à aborder la question de s’entendre sur le mot intelligence ...
                                 Ne resterait-il pas aussi à se poser la question de s’entendre sur la signification du mot ’machine’
                                 ... Pour faire court, je me contenterai ici de laisser deviner le lien que l’on peut concevoir avec cette visée de certains savants, comme notre Nobel de Chimie Jean-Marie Lehn qui travaille activement à essayer de « inventer » de nouvelles formes du vie à partir de composés organiques inédits concevables à partir du tableau périodique des éléments dit ’tableau de Mendeleïev :
                                 De telles ’créatures’ ’inventées’ pourraient -elles se voir reconnues ’intelligentes’ ? seraient-elles assimilées à des ’machines’ ... ?
                                 


                              • ETIENNE 13 avril 2018 07:25

                                @gogoRat
                                Si on veut parler de vocabulaire, et les mots et concepts étant définis par l’usage qu’on en fait, il me semble important de distinguer intelligence artificielle forte et intelligence artificielle faible.

                                Si l’une est une chimère de science fiction l’autre est une réalité qui montre déjà son potentiel.
                                Toutefois, au sens strict de l’intelligence, n’importe quel enfant est plus développé que la meilleure des machines.

                              • Luniterre 13 avril 2018 10:54

                                @SamAgora95

                                .

                                « Certains humains fonctionnent sans l’intelligence à laquelle vous faites référence (créativité, sensibilité, etc...), ils font même souvent partie de « l’élite » et occupent des postes importants, notamment dans la fonction publique(présidents, ministres) 


                                A terme une machine sera capable de simuler un comportement ’intelligent’ indiscernable de celui d’un humain, nous ne sauront jamais si elle possède une âme, tout comme nous ne sauront jamais si les autres humains que nous côtoyons en sont pourvu. »


                                Effectivement, vos résumez là le syndrome de Philippe K. Dick... ! Malheureusement, il semble qu’il en soit mort, d’une certaine façon...


                                Et vous posez la seule question vraiment fondamentale sur ce sujet, à terme...


                                Comme le souligne fort bien Ch. Labrune, avec qui j’ai pourtant de très gros désaccords politiques, par ailleurs, ce que nous nommons l’ « âme » n’est pas un don octroyé de droit divin mais simplement un produit de l’évolution de l’espèce, et particulièrement, de son évolution culturelle.


                                Manifestement, c’est une évolution inégale selon les êtres, comme vous le remarquez, et qui est, en fait, à distinguer de la simple intelligence fonctionnelle, qui peut produire de hauts fonctionnaires ou des cadres techniques très compétents dans leur spécialité, mais à peu près dépourvus d’ « âme », et parfois même, selon les circonstances, de simple bon sens...


                                Y-a-t-il un rapport entre « autonomie des machines » et « intelligence artificielle » ? En pratique, à partir du moment où l’ensemble du système productif et ainsi que la plupart des services, peuvent se passer totalement du travail et de l’intervention humaine, et où ils continuent de se développer et de se perfectionner par eux même, on ne voit plus quel est leur rapport réel avec la civilisation humaine...


                                Ils auront alors acquis leur propre instinct de survie et constitueront une autre forme de « vie », que cela nous plaise ou non...


                                L ’ « intelligence artificielle » ainsi crée par l’homme cessera précisément d’être « artificielle » en prenant place par elle-même dans l’ensemble des écosystèmes, ou de ce qu’il en restera...


                                Elle sera une forme de « vie » largement plus puissante que l’humanité, éventuellement encore asservie et dépendante, et, à ce stade, il vaudrait mieux, pour nous, qu’elle ait une « âme » au sens Phil-Dickien du terme, si l’on peut s’accorder sur ce terme, tel que cité en début de post...


                                Dans le cas contraire, il ne nous resterait probablement plus qu’à retourner dans les cavernes, avec un peu de chance et quelques artefacts primitifs résiduels...


                                Luniterre




                              • Christian Labrune Christian Labrune 13 avril 2018 11:39

                                comme notre Nobel de Chimie Jean-Marie Lehn qui travaille activement à essayer de « inventer » de nouvelles formes du vie à partir de composés organiques inédits
                                ==============================================
                                @gogoRat
                                La plupart des intervenants sur cette page n’ont pas la moindre idée de ce qu’est un simple ordinateur et lorsqu’ils parlent de « machines », voient des automates un peu comparables à ceux de Vaucanson au XVIIIe siècle, bourrés de ressorts et d’engrenages.

                                Quand on considère les robots industriels actuels, ou les prothèses destinées aux amputés, cela y ressemble encor un peu : il y a partout des moteurs dont il faut convertir le mouvent rotatif en mouvement linéaire. Or, le muscle artificiel n’est plus une rêverie : il existe déjà en laboratoire et se comporte exactement comme les muscles des êtres vivants, sauf qu’il est en général à peu près dix fois plus puissant. Demain, il sera partout, et on pourra construire des machines humanoïdes qui, extérieurement, ne diffèreront pas des gens qu’on croise dans la rue. Les amputés recevront des membres artificiels qui feront d’eux des chimères, des cyborgs.

                                Les imprimantes 3D sont déjà un peu dépassées. On envisage des imprimantes 4D capables de produire des objets qui seront programmés pour évoluer dans le temps qui est la quatrième dimension. Possibilité de fabriquer, par conséquent, non plus seulement, comme c’est déjà le cas, des éléments osseux inertes, mais aussi des organes mous composés de cellules organiques, ou des tissus comme la peau qui seront bien, de fait, artificiellement produits, mais ne se différencieront pas de ce que la nature fabrique partout en permanence.

                                Des disciplines comme l’informatique, la génétique et les nanotechnologies seront de moins en moins séparées. Ceux qui ne voient pas ce qui en résultera sont comme ces pauvres bougres qui, sous la monarchie de juillet, s’épouvantaient de l’apparition des premiers trains à vapeur, lesquels, en descente, atteignaient des vitesses vertigineuses : près de quarante kilomètres à l’heure ! Les femmes enceintes allaient avorter, les cardiaques crever sur place, et les malades du poumon entreraient dans une étouffante agonie.

                                 


                              • gogoRat gogoRat 13 avril 2018 13:36

                                @Christian Labrune

                                 Les perspectives que vous venez d’évoquer ici ouvrent effectivement aussi des champs de réflexion et surtout de prise de conscience !
                                 
                                 Rappelons tout de même le b a ba culturel qui ne saurait être ignoré lorsqu’on aborde le sujet de cette ’intelligence artificielle’ en souhaitant respecter les efforts déjà déployés par nos prédécesseurs humains.
                                 Alan Turing est tout de même le ’père’ à la fois des ordinateurs modernes et même de la théorie mathématique fondamentale de leur fonctionnement ; voir ce que dit Wikipédia de son ’Test de Turing’ (https://fr.wikipedia.org/wiki/Test_de_Turing) :
                                 ’À l’origine, Alan Turing a imaginé ce test pour répondre à sa question existentielle : « une machine peut-elle penser ? », en donnant une interprétation plus concrète de sa question.’
                                 
                                 
                                Mais il me semble que, machine ou pas, il ne suffira pas de savoir bluffer des humains pour éviter d’être des pauvres bougres ne sachant prévoir ce qui pourra résulter d’une utilisation, voire exploitation de disciplines combinant informatique, génétique, biologie, voire plus !
                                 
                                 Autant les disciplines peuvent contribuer à forger des qualités unanimement reconnues comme humaines, autant une ’science sans conscience’ peut légitimement susciter bien des doutes !
                                 
                                 Sachant que même en considérant, comme le fait notre Nobel J.M. Lehn, que le vivant lui-même peut être vu comme un produit du plus pur déterminisme mathématique en accord avec les lois de la physique ... il se trouve que nos mathématiciens, eux-même alors issus de ce déterminisme, savent ne pas être en mesure de prévoir quelle dose d’imprévisible peut émaner de ce ’pur déterminisme’ (On peut déjà penser aux célèbres " théorèmes d’incomplétude de Gödel , de logique mathématique, publiés par Kurt Gödel en 1931 ... en remarquant que ça date déjà de 1931 ... Les avancées actuelles pourraient -elles rétablir quelques certitudes ? )


                              • Christian Labrune Christian Labrune 14 avril 2018 01:16

                                @gogoRat
                                Le théorème de Gödel pose, me semble-t-il, que la cohérence de la théorie mathématique est impossible à établir, mais il n’a jamais empêché de faire des mathématiques et de réaliser des progrès tout à fait réels dans cette belle science. Je ne sais pas si on pourrait l’appliquer aux recherches en informatique, ce théorème ; en tout cas, je n’ai pas les compétences qui me permettraient seulement d’envisager la position du problème.

                                La conscience dont vous parlez, sans laquelle on irait à des catastrophes, s’articule à la rationalité, et si elle est tellement problématique dans les choses humaines, c’est que les passions qui résultent de notre nature biologique font plus ou moins obstacle à la rationalité. La morale kantienne est fort belle et fort estimable, mais elle présuppose qu’on sache dominer les passions. Une machine intelligente et consciente n’aurait probablement pas d’autre passion que celle de la connaissance, qui lui imposerait de se complexifier en permanence, prolongeant le processus infini qui lui aura donné naissance, c’est- à-dire celui de la rationalités scientifique.

                                Au reste, si on dit « des » hommes, on ne pourra probablement jamais dire « des » machines intelligentes. Deux machines, voire une infinité de machines intelligentes interconnectées, cela n’en fait plus qu’une, et qui peut bien être planétaire. Sa mémoire existe déjà, c’est l’internet, qui deviendra peu à peu un réseau intelligent dont le « cerveau » sera partout et nulle part. Rien à voir évidemment avec ces robots de la science-fiction des années 50 qu’on voit survivre, fort bêtement, jusque dans la série Star wars !


                              • Jean Keim Jean Keim 14 avril 2018 10:07

                                @SamAgora95
                                Il n’existe pas d’êtres humains sans intelligence sinon ils ne seraient pas humains, seulement cette intelligence se manifeste + ou – librement, ce que nous pensons de l’intelligence est justement ce qui contrarie sa manifestation.


                              • Luniterre 14 avril 2018 10:09


                                Plutôt que de se référer à de fumeux « développements théoriques », le mieux n’est-il pas tout simplement de faire appel au bon sens, précisément «  humain » ??


                                Les fonctions respiratoires et circulatoires, chez l’homme comme chez l’animal, sont à la fois des fonctions vitales et des fonctions techniquement simples, du niveau d’une machinerie tout à fait primitive. Pas besoins de beaucoup d’ « intelligence » là-dedans, et le dernier des crétins y arrive aussi bien que le plus grand des génies.


                                IA faible ou IA forte, ce n’est donc pas le vrai fond du problème. La vie commence avec l’autonomisation de l’entité considérée, animal, plante ou machine. Le fait d’être auto-réparateur et auto-reproducteur suffit à caractériser la vie, car il pose la base de l’instinct de survie, aussi primitif soit-il.


                                A partir de là, le degré de conscience et d’intelligence n’est qu’une affaire d’évolution. C’est la différence entre une huitre et Albert Einstein. Et la notion « supplément d’âme » est véritablement simplement en option, et assez différente de la « simple » intelligence pure, même doublée d’un fort instinct de survie et conscience de soi : voir les mégalos qui nous gouvernent !


                                En conclusion évidente,il n’est pas douteux que créer des machines autonomes, auto-réparatrices et auto-reproductrices, et en plus dotées de capacités cognitives pratiquement sans limites, via les interconnexions, et donc évidemment largement supérieures à celles de l’humain, c’est carrément ouvrir la boite de Pandore...


                                Continuer à utiliser les machines comme outils au service de l’humanité ou espérer vainement contrôler une IA « forte », et qui deviendra sans limites, tel est l’un des choix de société actuels...


                                Pour l’instant, dans notre belle « démocratie mondialisée » il ne semble pas que le simple citoyen ait réellement son mot à dire sur la question, sauf sur Agoravox, mais je doute que cela suffise à réellement régler le problème... De plus on y voit que l’illusion de la supposée supériorité de l’intelligence humaine sur celle de la machine continue d’y faire des ravages !


                                Un débat à suivre en tous cas...


                                https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/12/26/les-aleas-de-lia-de-marx-a-terminator-en-passant-par-benoit-hamon/


                                https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/01/03/la-societe-de-larnaque-un-theme-de-reflexion-pour-2018/


                                EN GUISE DE VŒUX, 4 THÈMES DE RÉFLEXION POUR 2018…


                                https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/01/13/en-guise-de-voeux-4-themes-de-reflexion-pour-2018/


                                Luniterre



                              • Jean Keim Jean Keim 14 avril 2018 10:31

                                @Christian Labrune

                                Nous confondons l’intelligence et ses manifestations, la première est toujours une énigme, les deuxièmes ont besoin d’un support pour se révéler, le cerveau semble le transmetteur mais peut-on dire pour autant qu’il est lui ou la matière le siège de l’intelligence ?


                                Tout ce que nous pouvons dire sur l’intelligence n’est que le reflet de nos savoirs, tout ce que font les machines à IA n’est que le résultat de leurs programmations aussi complexes soient-elles, il y a des similitudes étonnantes qui peuvent nous induire en erreur.

                              • gogoRat gogoRat 14 avril 2018 15:50

                                 @Christian Labrune

                                 Ma ’réaction’ précédente tentait surtout de mettre en doute certains a priori de prévisibilité :
                                je fais partie de ces ’pauvres bougres’ qui n’osent pas se mêler de prévoir ... ce qui ne saurait être prévu
                                 
                                 La conviction que de l’imprévisible peut émaner d’un ’pur déterminisme’ peut déjà être palpée par la manipulation d’un jeu réputé ’facile à ’programmer’ : le célèbre « jeu de la vie » par John Conway :
                                https://www.drgoulu.com/2009/03/29/la-resurrection-du-jeu-de-la-vie/#.WtH-SpTGK00&nbsp ; ...
                                 
                                 Et ma référence au théorème de Gödel était plutôt une invitation à savoir remettre à sa place la seule rationalité dans le ou les phénomènes qui poussent l’humain à faire usage du mot ’intelligence’
                                 ( Si, par exemple les ’passions’ - les souffrances, si l’on veut bien en croire l’étymologie - sont constitutives de l’essence humaine ... pourrait-il être ’intelligent’ d’en faire fi ? ...)
                                 
                                Votre pensée de 
                                « une infinité de machines intelligentes interconnectées » apporte d’ailleurs de l’eau au moulin de la tentative suivante d’esquisse d’une approche intuitive pour concevoir l’impossibilité pour tout individu ou groupe d’individus de prévoir absolument l’avenir :
                                 supposant que notre ’raison’ dispose de la théorie ultime capable de rendre compte de toutes les lois physiques de l’Univers ou Multivers,
                                 supposant aussi que cette ’raison’ arrive à connaître toutes les ’conditions initiales’ de cet Univers(-Multivres ?) à un instant T (y compris « en même temps » la position et la vitesse de chaque électron, photon etc ... Ce qui contrarierait déjà un certain principe d’incertitude d’Heisenberg),

                                 quelle entité physique (humain(s), robot(s), machine(s), cyborg(s) pourrait alors réaliser le calcul des positions et vitesses qui permettraient de ’connaîre’ l’etat de l’univers-multivers à un instant T+1 ?
                                 A noter que toutes les particules de l’entité calculatrice, dont les lois d’évolution dans le temps seraient orientées par cet objectif de calcul, devraient aussi être prises en compte par ce super-calcul ! ...
                                 On pourrait alors oser imaginer concevable que l’entité calculatrice soit : ... l’univers-multivers lui-même, tout entier !
                                 Mais alors, il faudrait alors aussi concevoir que ce TOUT, n’ait pas d’autre finalité que de calculer Lui-même ses futurs états ! 
                                 
                                 Et tout cas, il restera alors oiseux, pour tout ce qui n’est pas le Tout, de trop croire pouvoir prévoir


                              • gogoRat gogoRat 14 avril 2018 19:16

                                Noter aussi que les anciens, au temps d’Horace avaient déjà la sagesse de dire :
                                 
                                 « 
                                Carpe diem, quam minimum credula postero  »


                              • aimable 12 avril 2018 18:53

                                l’homme est intelligent comme tout le vivant , il peut vivre sans électricité .


                                • SamAgora95 SamAgora95 12 avril 2018 20:06

                                  @aimable

                                  Tout comme un ordinateur ou une machine le vivant fonctionne également grâce à l’électricité, la plupart des liaisons nerveuses sont de type électrochimique.
                                  De ce point de vue, la différence tient plus au type de générateur électrique (pile) utilisée.



                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 avril 2018 21:42

                                  @aimable


                                  FILM : Guerre du feu,...

                                • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 2018 22:53

                                  l’homme est intelligent comme tout le vivant , il peut vivre sans électricité .

                                  @aimable
                                  oui, mais quand les potentiels électriques dans son encéphale tendent vers 0, on est alors en présence de ce qu’on appelle un « électroencéphalogramme plat ». En général, ce n’est pas de très bon augure.
                                  La même chose peut se produire au niveau du faisceau de His qui commande les contractions du coeur. Il cesse alors de palpiter, le palpitant. C’est bien fâcheux !


                                • aimable 13 avril 2018 00:39

                                  @Christian Labrune
                                  l’ auto production ne nous empêchent pas d’être mortel , le corps a beaucoup de pièces d’usures .


                                • pemile pemile 12 avril 2018 19:00

                                  @Sébastien A. "Les machines ne seront jamais rien d’autres que des auxiliaires perfectionnés, infaillibles et zélés de ceux qui possèdent le pouvoir.« 

                                  Non, n’ayant aucun sens de la »réalité" elles sont au contraire très facilement faillibles ! smiley


                                  • Cadoudal 12 avril 2018 19:11

                                    @pemile
                                    « Non, n’ayant aucun sens de la »réalité » elles sont au contraire très facilement faillibles ! "

                                    C’est pas gentil pour les auxiliaires féminines de la propagandschtaffel...

                                    « Pas un parmi ceux que j’interroge ne vote Orban »

                                    https://twitter.com/lauremandeville/status/983058774603726848

                                    Senior reporter au Figaro...


                                  • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 2018 22:40

                                    L’ordinateur ne refuse pas. Il n’a pas de volonté, pas d’instinct, pas d’attrait, si ce n’est ce qu’on lui dit de faire.
                                    =====================================
                                    à l’auteur,
                                    L’ordinateur n’est pas un système « intelligent ». Vous commencez en parlant de l’Intelligence artificielle, de l’IA forte apparemment, la seule qui vise à concurrencer l’intelligence humaine, et les exemples que vous prétendez produire, vous les tirez du fonctionnement de nos ordinateurs dont l’architecture, très faiblement parallèle, n’a pas beaucoup varié depuis que Von Neumann l’a inventée au début des années 50.

                                    Les machines intelligentes qu’on est en train d’essayer de modéliser sont massivement parallèles, font appel à des milliers de processeurs, et leur structure n’a évidemment plus grand chose à voir avec le truc posé devant vous quand vous écrivez sur AgoraVox. Autrement dit, vous ne savez même pas, apparemment, de quoi vous prétendez parler.


                                    • pemile pemile 12 avril 2018 23:16

                                      @Christian Labrune « Autrement dit, vous ne savez même pas, apparemment, de quoi vous prétendez parler. »

                                      Vous non plus, pourtant vous continuez à nous vendre l’IA forte pour demain sur tous les fils d’AV !

                                      En quoi une architecture « massivement parallèles, faisant appel à des milliers de processeurs » représenterait une avancée majeure (et nouvelle ?) dans l’émergence d’une intelligence artificielle ?


                                    • Sébastien A. 13 avril 2018 10:57

                                      @Christian Labrune Merci de me l’avoir explique aussi simplement. Heureusement que vous etiez la pour me preserver de l’erreur. Errare humamum est. Neanmoins souffrez que je joue le diable. Perseverare diabolicum.


                                    • Christian Labrune Christian Labrune 13 avril 2018 12:21

                                      En quoi une architecture « massivement parallèles, faisant appel à des milliers de processeurs » représenterait une avancée majeure (et nouvelle ?) dans l’émergence d’une intelligence artificielle ?
                                      ...................................................................... .........
                                      @pemile
                                      Si vous ne le comprenez pas et si vous posez la question, c’est que vous n’avez pas la moindre idée de qu’est le traitement des données dans un système informatique.

                                      Dans l’architecture de Von Neumann de nos machines, il y a bien désormais plusieurs processeurs, ais chacun fait une chose à la fois. Pas plus.
                                      Evidemment, vous allez me dire que votre petite machine peut faire fonctionner plusieurs programmes en même temps, mais c’est une illusion : elle consacre quelques millisecondes à l’un, quelques millisecondes à l’autre ; quand vous appuyez sur une touche du clavier, le processeur gère une interruption ; cela dure quelques microsecondes et pendant ce temps-là il ne fait rien d’autre. Tout cela se passe si vite que vous ne vous en rendez pas compte.

                                      Il y a vingt ans, les processeurs étaient encore assez lents. Les machines utilisaient des connexions dites « parallèles », par exemple sur seize bits, parce que c’était la dimension des mots que le processeur pouvait traiter. Il y avait donc dans le gros câble un brin isolé pour chaque bit, et à chaque cycle d’horloge, on envoyait seize tensions différentes (des 0 et des 1). Mais la fréquence des processeurs ayant été multipliée par un facteur bien supérieur à 16, il devenait plus pratique d’envoyer successivement, en série, les seize informations, qui passèrent vite à 32 et sont maintenant à 64, parce que les registres des processeurs se sont étendus. Dans les câbles USB que nous utilisons, les bits sont envoyés un par un, et il n’y a donc plus qu’un fil de transmission et un fil de masse. Electriquement, c’est plus compliqué que cela parce qu’il faut pouvoir alimenter le périphérique, mais je simplifie.

                                      Le fonctionnement de l’encéphale est si complexe, et si considérable le nombre des interactions possibles entre les neurones qu’on ne pourra jamais le simuler que par une multitude de processeurs fonctionnant en parallèle. Par exemple, vous pouvez marcher dans la rue (la marche est très difficile à modéliser), mais en même temps téléphoner, fouiller dans votre poche pour y trouver un kleenex, tout en surveillant l’autobus qui va vous écraser si vous ne remontez pas sur le trottoir, etc. La quantité d’informations que suppose la superposition de ces sortes d’activités est énorme et son traitement doit forcément être réparti entre une multitude de processeurs qui doivent être capables d’échanger des informations les uns avec les autres, et c’est là que les difficultés commencent parce que tout cela doit être synchronisé, même si la durée d’un processus n’est pas du tout prévisible. Cela implique des protocoles beaucoup plus complexes que ceux de l’algorithmique de Von Neumann. Mais ce sont de simples difficultés techniques - rien là de métaphysique !-, et elles finiront vite par être dépassées !


                                    • Cyrus Cyrus 13 avril 2018 17:30

                                      @Christian Labrune
                                      Si vous ne le comprenez pas et si vous posez la question, c’est que vous n’avez pas la moindre idée de qu’est le traitement des données dans un système informatique.


                                      revoyez vos fondamentaux 

                                      multitâche préemptif , opposé au multitâche coopératif .

                                      architecture risc contre misc , donnée discrète ou continu mais toujours temps réel car une donné n’ est pertinente dans une IA uniquement si elle est evalué a temps , et si son temps de traitement n’ invalide pas la donnée .

                                      Virtualisation et ferme de calcul ont déjà succédé a la parallélisation qui soufre de délais et de non pertinence a cause du temps perdu en réseautage physique.

                                      Vous êtes donc rester a une informatique des années 80 , la ou de nombreux intervenant vous parles des année 2020.






                                    • Christian Labrune Christian Labrune 14 avril 2018 00:20

                                      Virtualisation et ferme de calcul ont déjà succédé a la parallélisation qui soufre de délais et de non pertinence a cause du temps perdu en réseautage physique.
                                      =====================================
                                      @Cyrus
                                      Habitant un quartier où j’entends parler chinois plus souvent que français, je pourrais aussi assez facilement, par une manière de glossolalie, faire croire à des Normands ou à des Alsaciens que je parle une langue que je n’ai pas apprise et que je n’entends absolument pas. Il me suffirait d’en imiter les sonorités, lesquelles me sont désormais très familières.

                                      Il vaudrait mieux quand même qu’il n’y ait pas un vrai chinois dans le coin : qu’est-ce qu’il rigolerait !


                                    • Cyrus Cyrus 14 avril 2018 16:26

                                      @Christian Labrune

                                      Vous devriez a votre savoir que le chinois n’ existe pas ....
                                      on parle en chine , le mandarin (guan ) , le cantonais (yue), qui sont a peut prés aussi différente que l’ anglais et le néerlandais .

                                      Si vous êtes un « perroquet » , Je vous conseille cependant de vous méfier , la moindre accentuation mal placé change drastiquement le sens de vos propos...

                                      A moins bien sur qu’ en « super génie incontesté » vous estimiez aussi avoir l’ oreille absolu .

                                      Avant même de chercher a comprendre l’ intelligence artificielle , 
                                      Vous devriez vous intéresser a la « vie artificielle » .

                                      Par la suite une fois votre objectif bien défini , vous pourrez vous lancez dans la définition des moyen a employer permettant de la créer 
                                      D’ autant plus que le modèle humain n’ est pas le seul model possible .

                                      Dans la mesure , ou vous voudriez explorer les « fondamentaux des reseaux neuronaux » , ainsi que la transmission génétique dans l’ évolution « chasse et mange » et sans aucune cordialité malvenu de ma part puisque vous ne semblez cherchez qu’ un miroir de votre narcissisme .

                                      Je vous conseil un « pro »
                                      Maciej Komosinski 

                                      Ainsi que framstick ou vous trouverez un atelier , ainsi qu’ une communauté qui pourra vous épauler si vous arrivez a vous y intégrer sans vous mettre tout le monde a dos . 









                                       


                                    • Cyrus Cyrus 14 avril 2018 16:32

                                      @Christian Labrune


                                    • pemile pemile 16 avril 2018 23:07

                                      @Christian Labrune "Si vous ne le comprenez pas et si vous posez la question, c’est que vous n’avez pas la moindre idée de qu’est le traitement des données dans un système informatique."

                                      Mais si ! Et vous, si vous répondez complètement à coté (avec votre cours ridicule sur les bus 16 bits ou série USB), c’est parce que vos connaissances en IA sont toutes aussi ridicules ?


                                    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 avril 2018 23:01

                                      Perso je préfère l’inintelligence naturelle : Une belle gonzesse dans mon plumard vaudra toutes les bécanes hypersophistiquées...Et en plus elle passe l’aspirlo .


                                      • gueule de bois 13 avril 2018 11:07

                                        @Aita Pea Pea
                                        C’est vrai que tous ces informaticiens nous bassinent avec les systèmes multi-tâches.
                                        Nos femmes (bien dressées) font ça depuis toujours, en tirons nous une quelconque gloire ?


                                      • tobor tobor 13 avril 2018 00:37

                                        L’intelligence artificielle, c’est un peu comme la neige artificielle :
                                        une particularité de la neige a été singée mais on en tirera pas une goutte d’eau, c’est vide de sa propre essence.
                                        .
                                        Si l’I.A est tant mystifiée c’est qu’elle représente un enjeu de pouvoir majeur sur une population qui veut bien y croire, qui préfère y confier ses choix de consommation et même ses choix éthiques pour ne plus avoir à penser, une population d’abruti/es ultra-manipulables.
                                        .
                                        La base en I.A c’est « la préférence à la plus grande occurrence », on voit depuis longtemps ce que ça donne chez google.
                                        À part imiter des choix « intelligents » avec des algorithmes en s’orientant aux mots-clefs, il ne me semble pas y avoir de grosse avancée. L’I.A n’aura jamais que la valeur qu’on lui accorde mais risque de foutrement compliquer la vie de chacun/e.


                                        • LeDinoBleu LeDinoBleu 13 avril 2018 21:40

                                          @tobor
                                          « Si l’I.A est tant mystifiée c’est qu’elle représente un enjeu de pouvoir majeur sur une population qui veut bien y croire, qui préfère y confier ses choix de consommation et même ses choix éthiques pour ne plus avoir à penser, une population d’abruti/es ultra-manipulables. »

                                          C’est tout à fait ça : une sorte de dieu-machine mais un dieu tout de même, le nouvel opium du peuple qui sera vite remplacé par un autre.


                                        • tobor tobor 13 avril 2018 23:53

                                          @LeDinoBleu
                                          il y a surtout le fait que cette « i.a » est ultra-manipulable et que tout ce qu’elle pondra dépend de ce que le concepteur aura paramétré, sans compter les possibilités de hacking pour entraîner les utilisateurs/trices crédules où et quand on le veut...


                                        • banban 13 avril 2018 00:39

                                           I-Agravox 12 juillet 2232 

                                          sujet ; 
                                          Les homo sapiens par la simplicité de leur systèmes neuronal biologique peuvent t-il avoir une conscience ? doit t’on leurs accorder à un simple humain les même droit qu’a une machine complexe ?

                                          commentaires de Christi@n1AbotV2.015
                                          « moi, c’est putain de singes glabre j’les renverrait en Humanie qui reste dans leur pays de merde ! »

                                          • Cyrus Cyrus 13 avril 2018 22:35

                                            @banban
                                            ceci explique peut être cela ...


                                          • HELIOS HELIOS 13 avril 2018 01:39

                                            ... si je me permets -et comme je ne demande pas, je me permets- j’ose pretendre que pour etre intelligent il faut avoir une conscience, c’est a dire savoir ce que l’on fait, en en général pourquoi et toutes les questions qui vont avec ce pourquoi.


                                            Alors, les ordinateurs, leurs processeurs et leurs mémoires peuvent être aussi puissant que vous voulez, ils peuvent apprendre -c’est a dire stocker- tout ce que vous pouvez imaginer, jamais ils ne seront intelligents parce qu’il leur manque la conscience.

                                            Tous les algorithmes qu’ils contiennent (les programmes), y compris, ce que beaucoup font l’erreur d’appeler « apprentissage » n’est qu’algorithmie, plus ou moins complexe, certes, mais algorithmie quand même.

                                            Il faut qu’on soit devenu bien con, pour appeler « intelligence », ce que nous ne comprenons pas...

                                            Passez tous une bonne nuit de sommeil réparateur, vous en avez besoin !

                                            • gueule de bois 13 avril 2018 08:57

                                              Un titre racoleur pour un contenu à peu près vide.
                                              Comme le remarquent certains intervenants aussi longtemps que le terme ’intelligence’ n’est pas défini de telle sorte qu’une commune acceptation existe, les gens ne parlent pas de la même chose et c’est un dialogue de sourds.
                                              Je pense qu’il est possible d’écrire dans la même veine un article « L’intelligence humaine n’existe pas » , et qui serait peut-être même plus probant.
                                              Je poserai seulement une question pour alimenter ce débat. Selon vous, d’un nouveau né sortant juste du ventre de sa mère pouvons nous dire qu’il est intelligent ou le contraire et en vertu de quoi ?


                                              • tobor tobor 13 avril 2018 09:49

                                                @gueule de bois
                                                "Selon vous, d’un nouveau né sortant juste du ventre de sa mère pouvons nous dire qu’il est intelligent ou le contraire et en vertu de quoi ?"
                                                .
                                                Le fait d’avoir dès les débuts des ressentis de plaisir et de déplaisir physique distingue le bébé d’une i.a et de fait, par ses aptitudes cognitives, le bébé est à la fois intelligent, imprévisible et incompris.


                                              • gueule de bois 13 avril 2018 11:00

                                                @tobor
                                                Le petit d’homme n’a même pas l’intelligence instinctive d’autres espèces animales. Un bébé ne peut pas trouver à l’odeur le sein de sa mère. Il faut lui mettre le nez (si on peut dire) dessus. des expériences ont été réalisées, le moutard se laisse mourir en chialant tandis que le chiot ou le chaton se dirige d’instinct vers la mamelle maternelle.
                                                Non, les bébés n’ont même pas d’intelligence instinctive. Par contre ils vont rattraper leur retard très vite. Au bout de quelques jours leur intelligence primitive se manifeste, au bout de quelques mois ils sont très intelligents.


                                              • ETIENNE 13 avril 2018 12:41

                                                @gueule de bois
                                                le petit d’homme reconnait très vite le visage de sa mère, ce pourquoi il faut des millions d’opérations à une machine, et la mobilisation d’une énergie considérable.
                                                Les IA sont encore loin d’égaler le vivant, tout comme les productions artificielles d’énergie sont loin d’égaler la photosynthèse
                                                L’IA forte connaitra vite un nouvel hiver car elle conduira à des impasses matérielles.
                                                L’horizon d’un chercheur correspond à sa prochaine publication, s’il faut plus de deux ans pour produire une publication, le chercheur n’existe plus, et ses financements seront très difficiles à renouveler.
                                                Les systèmes experts, dès qu’il y a plus d’une centaines de règles dont il faut vérifier la pertinence en les combinant, le temps pour procéder à ces vérifications dépasserait parfois le temps d’existence présumée de l’univers, y compris avec des vitesse de calcul très importantes.
                                                Les seules IA réalistes restent les IA faibles ou restreintes qui n’accomplissent qu’une tache dont notre intelligence est capable.


                                              • gueule de bois 13 avril 2018 13:52

                                                @ETIENNE

                                                Les IA sont encore loin d’égaler le vivant,
                                                Dire que les IA n’égalent pas (encore) le vivant, c’est une chose. Encore faut-il préciser les domaines de compétence où l’IA reste nettement inférieure à l’humain.
                                                Dire que l’IA n’existe pas c’est une autre affirmation. On peut regretter que la politique éditoriale de ce forum, négligente ou indigente donne finalement le même crédit à des articles très documentés et à des élucubrations de personnes incultes.


                                              • ETIENNE 13 avril 2018 16:34

                                                @gueule de bois
                                                La vertu de ce forum, dont le nom ne contient pas agora pour rien, est de permettre aux opinions de tous de s’exprimer, depuis le plus inculte, jusqu’au plus arrogant. Voyez que nous y avons tous notre place, et quelque part, dans la confrontation, émergera peut-être une bribe d’intelligence ou un soupçon de sagesse.
                                                Notez également que la culture est parfois ce qui permet d’être artificiellement intelligent, de le paraître, ce qui nous ramène à notre sujet, et que l’inculture abouti parfois à la meilleure expression de ce qu’on appelle le bon sens.
                                                En ce qui me concerne , je pense qu’une expertise, une très grande compétence en un domaine, n’est pas un signe certain d’intelligence.
                                                Deep blue peut calculer des milliers de coups à l’avance, une IA a pu devenir experte en jeu de go après avoir appris les règles, mais aucune de ces deux intelligence ne pourra faire du café, ou passer le balai, ou encore consoler un être attristé.
                                                Le robot positronique est une lointaine chimère.


                                              • gueule de bois 13 avril 2018 18:42

                                                @ETIENNE
                                                La vertu de ce forum, dont le nom ne contient pas agora pour rien, est de permettre aux opinions de tous de s’exprimer, depuis le plus inculte, jusqu’au plus arrogant. Voyez que nous y avons tous notre place, et quelque part, dans la confrontation, émergera peut-être une bribe d’intelligence ou un soupçon de sagesse
                                                Je suis d’accord avec vous sur ce point. La participation aux débats est bien sûr ouverte à tous et je ne me prive pas d’intervenir sur des thèmes où je suis parfaitement inculte. Je prétends seulement que la modération fonctionne n’importe comment d’une part, et que les débatteurs ignorants sont ceux qui manifestent le plus d’assurance et le plus d’arrogance, mais il faut dire que ça ce n’est malheureusement pas une caractéristique d’AV. C’est la vie, moins on en sait plus on a de certitudes et plus fort est le désir de les enfoncer dans la tête des autres.
                                                Enfin, quand même, ce titre est péremptoire, non ? C’est une insulte à ceux qui travaillent dans des labos depuis des décennies.
                                                Pourrait-on titrer ’la médecine n’existe pas’, ’la biologie n’existe pas’ ? De plus l’auteur se permet de remonter les bretelles à un intervenant qui écrit quelque chose de très censé.
                                                Qui a validé ce texte, une bande de frustrés incapables d’utiliser leur ordi perso pour faire de la bureautique ?


                                              • foufouille foufouille 13 avril 2018 19:00

                                                @gueule de bois

                                                « La participation aux débats est bien sûr ouverte à tous »

                                                non car c’est l’auteur qui décide qui peut intervenir sur censuravox.


                                              • ETIENNE 13 avril 2018 19:13

                                                @gueule de bois
                                                C’est vrai, je suis moi même inculte en la matière comme en beaucoup d’autres, le peu que je sais, je le tiens d’une rencontre professionnelle avec un de ces chercheurs dont vous parlez, passionné et passionnant, il y a moins d’une semaine...
                                                Lorsqu’on parle d’IA, les gens imaginent souvent terminator, skynet, et sont déçus lorsqu’on leur annonce ce dont est capable une véritable IA, qui ne sort pas de la SF, alors que c’est déjà une grande complexité et donc une grande performance. Ils voudraient que la réalité soit plus proche de ce qu’ils ont imaginé alors que de grands progrès sont accomplis hors leurs fantasmes.
                                                Et le titre est pour le moins péremptoire, comme vous le dites.
                                                Quant à la modération, je ne sais pas comment elle fonctionne, ni de qui elle vient, je suis un simple utilisateur de ce site.


                                              • tobor tobor 14 avril 2018 01:22

                                                @gueule de bois
                                                « L’intelligence instinctive » m’a l’air d’un concept boiteux.
                                                C’est soit « instinctif », directement en réaction à un stimuli sensoriel ou hormonal,
                                                soit « intelligent », fruit d’un raisonnement qui tient compte d’un maximum de paramètres.
                                                .
                                                Si l’instinct peut nous sembler « intelligent », c’est par l’adéquation de ses manifestations (pour peu que cela se joue dans son élément) mais un rat n’en arrivera jamais à essayer de pousser la porte du piège où il s’est fait coincer parce que c’est le seul élément opaque de la cage, même pas besoin de verrouiller.
                                                .
                                                Le nouveau né humain est le seul parmi les mammifères à ne pas pouvoir soulever son poids à la naissance. Il est effectivement condamné à gamberger son immobilité pendant les premiers mois, ce qui dès les premières heures d’éveil (si la naissance n’a pas été un gros trauma) est le début d’une prise de contact où il trouve la place qu’on lui accorde. Signaler ses déplaisirs dans la retenue puis, si on est pas entendu, se faire plus véhément, relève déjà de l’intelligence opposée à l’instinct.
                                                Très peu cherchent à interpréter la mimique et interviennent avant que leur nouveau-né gueule.
                                                .
                                                L’intelligence humaine est la conjonction de beaucoup de facteurs aux dimensions multiples, tenter de l’imiter (l’i.a) donne éventuellement une facette crédible contre beaucoup d’incertitude quant au signifié. Qu’une répartie apparaisse intelligente (genre seebotschat) ne suffit pas à mettre le procédé en compétition avec l’esprit humain lequel peut utiliser son intelligence à canaliser ses instincts. Ce n’est pas en ajoutant de l’aléatoire qu’on touche à une sensibilité.


                                              • Jean Keim Jean Keim 14 avril 2018 10:12

                                                @gueule de bois
                                                Il est possible que vous confondiez savoir et intelligence, en tout cas les deux réunis n’est pas incompatible.


                                              • zygzornifle zygzornifle 13 avril 2018 10:17

                                                Hé bien on finira par greffer un cerveau humain sur une machine comme Robocop , je pense meme que des essais ont déjà étés fait , faire vivre un cerveau artificiellement .....


                                                • Pimpin 13 avril 2018 11:24

                                                  Très bon article ! En effet, l’intelligence artificielle n’existe pas. Il ne s’agit en fait que de logiciels de gestion de base de données dont les performances parfois spectaculaires ne sont dues qu’à l’importance des bases de données et à la puissance des ordinateurs qui traitent ces donnés.

                                                  L’intelligence c’est celle du programmeur au moment de la création du programme implanté dans une machine minérale morte. Parce que c’est cela qui fait toute la différence, le cerveau humain est vivant, il se re-configure sans cesse, se modifie, ce qui rend possible un apprentissage. 
                                                  Sans compter l’aspect logique pure, grande force de l’informatique, alors que le cerveau humain n’est pas du tout logique, il ne traite pas les informations de façon parfaitement rationnelle et objective. Il est bourré de failles qui ne concernent pas seulement la mémoire et le raisonnement... mais aussi la perception, la vision notamment, ce qui fait le bonheur des illusionnistes. 
                                                  Mais il paraît que c’est justement cela qui permet à notre intelligence d’avoir survécu et évolué !

                                                  • gueule de bois 13 avril 2018 12:39

                                                    @Pimpin
                                                    Parce que c’est cela qui fait toute la différence, le cerveau humain est vivant, il se re-configure sans cesse, se modifie, ce qui rend possible un apprentissage.
                                                    Non, si vous lisez bien vous verrez que ce n’est pas une caractéristique de l’intelligence humaine
                                                    alors que le cerveau humain n’est pas du tout logique,
                                                    N’en faites pas une généralité. Mais c’est vrai que sur ce forum on raisonne souvent comme des cloches fêlées.
                                                    Il ne s’agit en fait que de logiciels de gestion de base de données dont les performances parfois spectaculaires ne sont dues qu’à l’importance des bases de données et à la puissance des ordinateurs qui traitent ces donnés.
                                                    Non, vous mélangez tout. Il y a plusieurs façons d’écrire un programme jouant aux échecs. La première est celle que vous décrivez et que l’on peut qualifier de ’force brute’ (adoptée par ’deep blue’ et consorts). La seconde consiste à inculquer au programme deux règles fondamentales (’protéger son roi - attaquer le roi adverse’) et quelques règles annexes (éviter de se faire manger des pièces et manger le plus possibles de pièces adverses). A ce stade la programmation peut déjà être complexe quand il s’agit de gérer les priorités et les contradictions (hiérarchisation des règles) Un ordinateur ainsi programmé jouera, du moins au début, très mal, mais plus il jouera, mieux il jouera identifiant de plus en plus de situations dangereuses ou favorables, il constituera sa propre base de données, ne mémorisant que l’information utile. Ainsi l’affirmation selon laquelle les programmes d’IA ne fonctionnent que sur des bases statistiques est fausse, ils fonctionnent avant tout sur un ensemble de règles.


                                                  • ETIENNE 13 avril 2018 17:07

                                                    @Pimpin
                                                    de nombreuses IA ne se contentent pas de gérer des base de données. L’utilisation de bases de données est très couteuse en calcul, stockage et énergie.


                                                  • zygzornifle zygzornifle 13 avril 2018 13:22

                                                    Je crains le jour où la technologie dépassera les capacités humaines. Le monde risque alors de voir une génération de parfaits imbéciles.

                                                    ― Albert Einstein


                                                    • zygzornifle zygzornifle 13 avril 2018 13:24

                                                      Les machines un jour pourront résoudre tous les problèmes, mais jamais aucune d’entre elles ne pourra en poser un.


                                                      Albert Einstein 

                                                      • _bakounine 13 avril 2018 15:25

                                                        Vous avez une très haute estime de l’intelligence humaine, je le crains, et de l’illusion du libre arbitre.


                                                        De fait, jusqu’à preuve du contraire, « l’esprit » et toute ses divagation, de la Philosophie à l’Art en passant par la Politique ou le football, n’est jamais que l’émergence de phénomène physique quantifiable, d’échange électrique et de réaction chimique qui, contrairement au cliché, ne se passent pas que dans votre cerveau ! Mais, oui, jusqu’à preuve du contraire, rien n’indique que nous ne soyons pas que matière. Il n’y a aucune raison raisonnable et rationnelle d’imaginer que ce ne soit pas le cas, et il n’y a nul besoin d’invoquer une « âme » immatérielle pour la complexité de l’humain quand les lois de la thermodynamiques font spontanément (et temporairement) émerger la complexité alors que l’entropie augmente.
                                                        Et je comprend tout à fait le sentiment qui veut qu’il y a ai « plus ». C’est naturel : l’esprit humain, ses production, ses évasion sont d’une telle beauté, transcendantale, qui dépasse l’entendement. Qui n’est pas prit d’émotion en face de toute les grandeurs (et horreurs) que l’Humanité à pu produire ? Qui n’est pas prit par les tripes et ne sent pas qu’il y a quelque chose de plus grand que nous ?
                                                        Oui, mais. Mais ce qu’on sent, ce qu’on a envie de croire, n’a aucune incidence sur ce qui est. Les faits se fiche de nos préférences ou de nos envie de poésies ou d’ésotérisme.
                                                        Nous sommes matière, jusqu’à preuve du contraire, et rien de plus.

                                                        Alors, là, deux choix sont possible.

                                                        La première : oui, l’Intelligence telle que nous la définissons pour l’Humain ne sera jamais imitée par les machine, car les machines ne sont pas des humains, que pour avoir l’intelligence humaine, il faut le corps humain. Et si l’on crée des corps humain synthétique, eh bien... ce seront des humains, point barre.

                                                        La seconde : nous avons une définition de l’intelligence qui ne se résume pas à l’humain, ou à l’organique. Je la qualifierais personnellement de « complexité », à la fois de structure et d’interaction. Auquel cas, il est vain d’imaginer que les procédé synthétique ne puisse pas, à terme, produire une complexité supérieure à celle que l’on trouve dans l’organique. Et avec elle, les réflexions, pensée, errements qui vont avec. Quant à savoir si une machine aura un jour des « émotions », qui sait ? En aura-t-elle besoin ? Les émotions sont après tout étroitement lié à notre corps, notre biologie, nos besoins. Le terme est-il donc pertinent ? Difficile à dire. Mais de là à affirmer que le domaine des émotions sont, de facto, hors de la portée du synthétique, c’est aller vite en besogne. La complexité de laquelle une émotion apparaît n’est pas hors de portée de la complexité qu’une structure synthétique peut faire apparaître, en théorie.
                                                        Peut être qu’un jour, une intelligence synthétique « ressentira », à sa manière, une émotion qui n’a aucun équivalent pour nous ? Un besoin intrinsèque qui ne peut avoir d’équivalent dans l’organique. Et réciproquement, sera incapable d’entendre quelque chose comme « l’amour », ou la « peur ».

                                                        J’irais plus loin, même, dans cette réflexion, à remettre en cause l’idée d’artificialité. C’est très humano-centré, après tout. La première cellule est apparue de phénomène purement chimique, il y a 4.3 milliard d’année. Elle n’est pas un produit « artificiel » de la chimie. Pas plus que ne le sont toute les formes de vie, de plus en plus complexe, qui ont mené jusqu’à la diversité du vivant que nous avons actuellement (et qui nous inclus). Aucune n’est un produit artificiel de la précédente génération. 
                                                        Et si ce que nos appelions « l’intelligence artificielle » n’était finalement qu’une suite logique dans la complexification du vivant ? Nous autre, humain, somme de la Nature, après tout. Il est dans notre nature d’écrire, de partager, de rêver et de construire. Un immeuble n’est pas « contre nature », pas plus que ne l’est une fourmilière : il fait partie de l’écosystème humain, et donc de l’écosystème tout court. Et si c’était le cas pour « l’intelligence artificielle » ? Un produit de la nature humaine qui découle des propriété de son écosystème humain et des habitudes biologique des humains.
                                                        Nous avons tendance à porter en haute estime notre conscience, notre intelligence et notre volonté humaine, de telle sorte que nous qualifions ce que nous produisons « d’artificiel », « au delà de la nature », comme si nous étions un pas significatif, mais nous ne pourrions très bien qu’être un maillon dans la complexification du vivant, une étape avant des formes de vie plus complexe encore, simplement initiée par notre nature humaine qui nous pousse tant à bidouiller tout ce qui nous passe sous la main pour nous simplifier la vie.

                                                        • Jean Keim Jean Keim 14 avril 2018 10:19

                                                          @_bakounine
                                                          Nous confondons l’intelligence et ses manifestations, la première est toujours une énigme, les deuxièmes ont besoin d’un support pour se révéler, le cerveau semble le transmetteur mais peut-on dire pour autant qu’il est le siège de l’intelligence ?


                                                        • gueule de bois 13 avril 2018 16:20

                                                          Bonjour _bakounine
                                                          Et avec elle, les réflexions, pensée, errements qui vont avec. Quant à savoir si une machine aura un jour des « émotions », qui sait ? En aura-t-elle besoin ? Les émotions sont après tout étroitement lié à notre corps, notre biologie, nos besoins.
                                                          Votre contribution est très intéressante et semble le fruit d’une réflexion aboutie et au moins nourrie par quelques lectures intéressantes sur le sujet.
                                                          Il y aurait beaucoup de choses intéressantes à reprendre et à commenter. Je vais seulement essayer de rebondir sur les ’émotions’.
                                                          Parmi les émotions il en est de positives et de négatives, et parmi les négatives la peur, l’angoisse est à mettre au premier plan. J’espère que vous-même et tout un chacun ici considère la peur comme une émotion plus que comme le fruit d’un raisonnement quoique l’un n’empêche pas l’autre.
                                                          Or cette émotion est de nature réflexe, elle est incontrôlée, mais curieusement l’homme qui se vante de sa sensibilité aux arts se vante rarement de ses peurs.
                                                          Nous sommes donc devant un réflexe conditionné. Une situation est perçue à tort ou à raison comme dangereuse, et aussitôt l’être vivant (les animaux aussi ont peur) mobilise de l’énergie pour les deux seules stratégies possibles la fuite ou le combat. Mais dans un environnement social complexe aussi bien la fuite que le combat n’apparaissent comme des solutions possibles, bref aucun exutoire n’est possible parce qu’on nous a fait refouler la violence et parce que la vie en société exige votre maintien dans certaines positions.
                                                          La peur détruit donc les individus, l’angoisse est la cause principale de nombreuses pathologies avec ou sans somatisations.
                                                          Où est notre beau libre arbitre dans tout cela ? Il semble que dans bien des cas nos décisions délibérées ne sont que notre propension à fuir notre plus grande peur.
                                                          Pour ce qui concerne les émotions positives c’est sûr qu’elles sont le plus souvent liées à la mémoire (les petites madeleines à la Prou-proust).
                                                          Le vécu semble primordial dans les émotions, très peu d’occidentaux sont capables d’apprécier vraiment spontanément la musique orientale, ils le deviennent après un séjour prolongé sur place.



                                                          • Taverne Taverne 13 avril 2018 16:50

                                                            @gueule de bois

                                                            Pourquoi dites-vous que la peur est une émotion négative ? Toutes les émotions utiles sont positives. C’est leur dérèglement qui peut être néfaste. 


                                                          • gueule de bois 13 avril 2018 18:32

                                                            @Taverne
                                                            Oui il y a des gens qui aiment avoir peur, tant qu’ils jouent à se faire peur. Je considère cela comme une perversion. Cela dit quand je dis ’négative’ je dis déplaisante je ne dis pas inutile, bien au contraire. La peur est une défense naturelle qui peut vous sauver (parfois).


                                                          • Taverne Taverne 13 avril 2018 16:46

                                                            Aucune IA n’est dotée d’une force autonome. Par force autonome, entendre : désir, volonté, confiance active, amour. Cette absence de force autonome la laisse déconnectée du monde vivant. Elle est inauthentique. Elle n’existe que par la force de l’artifice de la technologie. Sans force autonome, l’intelligence est seulement artificielle. Même par adjonctions successives d’artifices la rendant de plus en plus crédible, l’IA pêche par ce manque originel : pas de désir, de volonté, de confiance active, d’amour.


                                                            • gueule de bois 13 avril 2018 18:29

                                                              @Taverne
                                                              Je peux vous assurer que le programme ’deep blue’ est animé du désir, de la volonté, de vaincre.


                                                            • LeDinoBleu LeDinoBleu 13 avril 2018 21:53

                                                              @gueule de bois
                                                              Non, il est programmé pour, exactement comme voiture est conçue pour faire démarrer le moteur quand vous tournez la clé.


                                                            • knail knail 13 avril 2018 17:14

                                                              Concernant l’intelligence artificielle j’étais, sans trop me poser de question, depuis des décennies sur votre position.

                                                              Très récemment j’ai eu une journée de randonnée en compagnie d’un chercheur dans ce domaine qui très longtemps a partagé ce même point de vue , mais qui me faisait part des dernières évolutions des machines ’pensantes’, évolutions récentes qui le rendaient aujourd’hui beaucoup plus prudent en matière de prospectives sur ce que pourraient faire et deviendraient les machines dans le futur.

                                                              Evidemment je lui ai posé la question du désir, de l’anticipation, de la capacité à dire « Je » ou « oui » ou « non », non pas comme un automate le ferait, mais en conscience ; mais aussi la capacité des machines à craindre la mort, leur désir de vivre etc..

                                                              Il m’a expliqué dans le détail qu’aujourd’hui, ce que personnellement je ne considère que comme de super automates, ces machines s’autonomisaient de plus en plus et justement découvraient des choses ... qu’on ne leur avait pas apprises.

                                                              On leur donne des capacités à observer, à comparer et à partir de là « elles cherchent » ... et « découvrent » (avec guillemets pour moi, et peut être sans pour certains chercheurs), même des concepts fort abstraits.

                                                              Il m’expliquait que par exemple, on pouvait faire défiler des œuvres d’art devant ces nouvelles générations de machines, œuvres d’art dont elles analysaient les caractéristiques propres selon des critères qu’elles ’décidaient’ elles même (probablement zones, contours, couleurs, textures etc.) et étaient ensuite capables de créer des nouvelles œuvres en s’inspirant de leurs observations. Vous pouviez leur demander de peindre à la Rubens ou à la Picasso après leur avoir montré des œuvres de ces peintres.

                                                              Elles se créent elles même des catégories d’analyses, sortes de concepts à partir de leurs ’observations ’. Elles ne compareraient donc pas la Montagne Sainte Victoire à partir de banques de données pré-mâchées de la montagne réelle, comme je le supposais, mais effectueraient leurs analyses et comparaisons elles même, en toute autonomie (... ?...), ce qui évidemment est beaucoup plus troublant. Elles pouvaient ensuite, selon mon interlocuteur bluffé, dessiner ou peindre à la manière de tel ou tel peintre sans qu’on leur ai donné d’explications de ce type, mais simplement par ’leurs propres déductions’…

                                                              Lorsque l’on sait à quel point ce genre d’exercice est difficile pour un apprenti … il y a de quoi être dubitatif. Ce sont ces nouvelles caractéristiques en terme de « créations » qui ébranlaient le plus ce chercheur.

                                                              Pour moi, en dépit de cette nouvelle virtuosité acquise par elles même, cela reste malgré tout de super calculateurs, de plus en plus doués. Est-ce déjà de l’intelligence... ? Si ça n’en est pas, cela y ressemble de plus en plus...

                                                              Par contre, très probablement, contrairement à ce que vous écrivez, des calculateurs seront de plus en plus capables de réaliser des découvertes qui nous échappent, et de créer de la connaissance, et qui sait des œuvres d’art (encore que œuvre sans conscience...me semble antinomique). Il y a donc vraiment de quoi être ébranlé.

                                                              Lorsqu’il m’a eu raconté tout cela à force de détails et d’explications plus techniques, que je serais bien incapables de retranscrire ici, mais qui avaient pour but de me détromper lorsque je lui rétorquais que l’on avait appris à ces machines à faire ceci ou cela… (Non, justement, on a dépassé ce stade, on ne leur apprend plus des choses, simplement on leur apprend à apprendre, ou on leur apprend à apprendre à apprendre, afin qu’elles se débrouillent ensuite seules, et encore, c’est plus abstrait encore que cela) , après tout cela donc, j’en suis revenu à la question pour moi centrale de l’être, du désir, de la conscience d’être, des tourments de l’âme etc..

                                                              Il m’a répondu qu’il n’en savait aujourd’hui rien, mais que par contre il hésitait désormais à refuser de penser que peut être un jour une machine soit capable d’une conscience propre et autonome… Il penchait même plutôt vers un oui, ce pourrait bien être possible.

                                                              Moi, je n’en crois toujours rien, mais ce chercheur rencontré, loin d’être un scientiste naïf, m’en a appris suffisamment que pour prendre conscience qu’aujourd’hui la question de « l’ intelligence artificielle » qui me paraissait une incongruité, ne l’était peut être plus tant que cela.

                                                              Somme toute l’’intelligence et la conscience’ des machines, qui ne sera probablement jamais ’humaine’, et pour cause, et n’aura donc peut être jamais les caractéristiques de la conscience humaine (encore que les machines aient tout de même pour père les hommes…), développera par contre qui sait une conscience qui nous échappe de plus en plus, radicalement, pour être quelque chose d’autonome malgré tout, parallèle à la conscience et à l’intelligence humaine.

                                                              Qui peut jurer que cette intelligence ne développera pas des capacités pour se protéger et empêcher d’être débranchée parce qu’elle aura une sorte de désir d’être et de persister… ?

                                                              Soyons clair, je n’y crois pas pour le moment, mais peut être suis je encore, justement, aveuglé par mes croyances ….

                                                              Par contre il semble bien que se développe à côté de l’intelligence humaine, une intelligence artificielle avec ses caractéristiques propres, limitées par certains aspects et, parallèlement, en voie d’être hyper développée par d’autres…

                                                              A côté d’une « intelligence » de la nature (... ?...), de l’intelligence humaine, serait ainsi entrain de se développer une « intelligence » de la machine, avec des capacités en retour, d’influences très grandes sur le monde, les humains et la nature.

                                                              ’’Lorsque notre dieu créa l’univers et ensuite l’humanité’’ avec le désir d’un humain autonome et responsable de ses actes, capable de percevoir pour son malheur le ’bien’ et le ’mal’, de choisir l’un ou l’autre, humain réalisé qui plus est ’’à son image’’, c’est à dire une sorte d’égal avec lequel il pourrait échanger, ferrailler de temps en temps, s’émerveiller la plupart du temps, notamment du jardin dont il le nommait le gardien, bref lorsqu’il créa non pas une créature, mais un être autonome avec lequel il pourrait se réjouir d’échanges et de relations, qui sait si les autres dieux de son entourage ne se sont pas moqué de lui en lui rétorquant qu’une simple créature, selon eux, ne pouvait jamais qu’être soumise, dépendante, et donc dénuée d’une quelconque conscience, exclusivement réservée à la nature des dieux seuls … ?  Bien des humains d’ailleurs au travers de concepts comme la prédestination, le ’tout est écrit’ etc manifestent qu’ils peinent à croire qu’ils sont réellement autonomes et responsables.

                                                              J’en termine ainsi, parce que dans votre question entre d’évidence une problématique métaphysique qu’il appartient, pour le moment encore, à chacun, en fonction de ses croyances, de trancher.


                                                              • gueule de bois 13 avril 2018 18:25

                                                                knail

                                                                Il m’expliquait que par exemple, on pouvait faire défiler des œuvres d’art devant ces nouvelles générations de machines, œuvres d’art dont elles analysaient les caractéristiques propres selon des critères qu’elles ’décidaient’ elles même (probablement zones, contours, couleurs, textures etc.) et étaient ensuite capables de créer des nouvelles œuvres en s’inspirant de leurs observations. Vous pouviez leur demander de peindre à la Rubens ou à la Picasso après leur avoir montré des œuvres de ces peintres.
                                                                Cela est déjà très ancien (début des années 1980) avec la littérature. On pouvait d’ores et déjà faire écrire un ordinateur ’à la manière de’, en somme créer un nègre automate. On analyse la longueur des phrases leur complexité, leur tournure, le vocabulaire, richesse, fréquence, etc... bref tout ce qui fait le ’style’ et puis on fabrique une ’grammaire d’histoire’ (la trame d’un récit) après on met tout dans la moulinette et il en ressort de l’Alexandre Dumas (qui soit dit en passant a beaucoup innové, comme Rubens dans la fabrication de ’fakes’).
                                                                Je crois qu’en musique c’était pareil, mais je n’ai pas de données précises. On doit savoir demander aujourd’hui à un computer de jouer du Mozart ’maison’.
                                                                Ces technologies sont intéressantes car elles battent en brèche le concept de créativité mais elles ne relèvent pas vraiment de l’IA.


                                                              • knail knail 13 avril 2018 20:26

                                                                @gueule de bois

                                                                Bonjour,

                                                                Justement, c’est là que mon interlocuteur m’a constamment repris, parce que j’avais du mal à comprendre : on n’analyse rien du tout. C’est la machine qui s’y prend en gros ’’comme elle veut’’, à partir d’un type de programmation (j’ai oublié la terminologie) beaucoup plus général qui lui offre une sorte d’autonomie, de capacité à analyser des problématiques diverses. On ne lui explique pas ce qu’est le style de tel ou tel, elle le ’devine’ elle même, et c’est à partir de son analyse qu’elle peut redessiner « à la manière de ». 


                                                              • LeDinoBleu LeDinoBleu 13 avril 2018 22:15

                                                                @knail
                                                                Je crois que votre interlocuteur était malhonnête, ou bien vous avez mal compris, ou encore il vous a mal expliqué et vous vous êtes faite une idée fausse de ce qu’il disait...

                                                                À la base de toute machine se trouve une forme de programmation, mécanique dans le cas d’une voiture par exemple, ou bien algorithmique dans le cas d’un ordinateur : la première avance quand vous accélérez car elle est conçue pour ça, le second ouvre Windows quand vous l’allumez car il est conçu pour ça. Au fond, c’est la même chose.

                                                                Dans les exemples que vous a donné la personne que vous évoquez, il y a bien une intervention humaine au départ. Aucune machine ne s’autoprogramme. Que ces chercheurs n’aient pas fourni certains éléments à leurs créations et qu’ils aient été bluffés par les résultats obtenus n’y change rien. Ils les ont tout de même conçues dans un certain but et, vous le dites vous-même, à partir d’un type de programmation dont vous avez oublié le nom (je ne vous en fais pas reproche).

                                                                Il y avait donc bien leur intervention au départ, et elle était dirigée vers un but précis : qu’ils l’aient atteint ou pas ou que la machine ait donné un résultat différent de celui obtenu ne démontre pas une intelligence. Ça peut très bien être un simple bug qui par définition donne un résultat inattendu, et parfois même spectaculaire.

                                                                Mais je ne dis pas que l’I.A. n’existe pas comme le proclame l’article, pas plus que je n’affirme qu’il n’y aura jamais d’I.A. forte, juste qu’il ne faut pas se laisser berner par des apparences trompeuses.

                                                                Pour de plus amples explications, je vous recommande la lecture de cet article :
                                                                https://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/Excession/


                                                              • Jean Keim Jean Keim 14 avril 2018 12:29

                                                                @knail
                                                                << C’est la machine qui s’y prend en gros ’’comme elle veut’’, à partir d’un type de programmation (j’ai oublié la terminologie) beaucoup plus général qui lui offre une sorte d’autonomie, de capacité à analyser des problématiques diverses. On ne lui explique pas ce qu’est le style de tel ou tel, elle le ’devine’ elle même, et c’est à partir de son analyse qu’elle peut redessiner « à la manière de ». >>


                                                                Toute personne un tant soit peu sensée ne peut que reconnaître l’incroyable ingéniosité de ces technologies, seulement vous écrivez que la machine analyse à partir d’un type de programmation, alors est-ce pour autant de l’intelligence ? Le devenir de la machine dépend entièrement des programmations, qu’il y ait des capacités d’auto-apprentissages ne supprime pas cette dépendance.

                                                                En fait nous confondons le savoir et l’intelligence, si je demande : qui a élaboré la théorie de la relativité, la plupart des gens répondrons Einstein, sauf l’indien du fin fond de l’Amazonie qui n’en a jamais entendu parlé et qui pour autant n’est pas dénué d’intelligence.

                                                                L’intelligence est avant, en amont du savoir, la pensée manifeste l’intelligence mais elle n’est pas l’intelligence, la pensée exprime un souvenir qui est extrait de savoirs et donc de mémoires, la pensée est une réaction, elle est un processus.
                                                                La machine avec son IA me semble conçue pour imiter ce processus mais est-elle consciente des processus qui sont en œuvre à l’interieur d’elle-même ? Le sera-t-elle un jour ? Mais même dans ce cas elle ne sera pas pour autant intelligente, car l’intelligence sera toujours avant.

                                                              • Gollum Gollum 14 avril 2018 12:58

                                                                @Jean Keim

                                                                la pensée manifeste l’intelligence mais elle n’est pas l’intelligence

                                                                la pensée est une réaction, elle est un processus.

                                                                Bon on a souvent discuté de ça... Mais est-ce que vous vous rendez compte que vos deux bouts de phrase ci-dessus sont en contradiction complète ? Contradiction que j’avais déjà repéré dans votre discours depuis un bon moment déjà, mais j’avoue que j’avais eu la flemme de mettre le doigt dessus.

                                                                Si la pensée manifeste l’intelligence elle ne peut plus, dès lors, être une simple réaction de type mécaniste comme dans un ordinateur ou un logiciel. Bref, il faudrait choisir. smiley

                                                              • Jean Keim Jean Keim 14 avril 2018 15:05

                                                                @Gollum
                                                                Bonjour !

                                                                Bon nous avons un contentieux surtout vous d’ailleurs smiley. mais un jour il se résoudra.
                                                                Vous m’avez à maintes reprises reproché de ne pas vous lire avec suffisamment d’attention, c’est peut-être vrai, alors permettez-moi de vous faire la même remarque, car sur les liens qui se tissent entre ce qu’il y a avant la pensée – ce que je perçois comme l’intelligence – et le processus de la pensée j’ai écrit des articles et des commentaires ils me semblent suffisamment explicites, néanmoins ce sujet me passionne, car il conditionne tout notre devenir tant individuel que d’espèce et je suis tjrs prêt à recommencer.

                                                                La 1ère chose à percevoir est qu’une pensée qq soit son contenu s’appuie sur un savoir, si vous réfuter cette évidence n’allez pas plus loin, vous perdriez votre temps.
                                                                La pensée dans ce cadre est donc un « processus » mais d’une prodigieuse utilité dans le domaine pratique mais fichtrement boiteux quand il s’agit de s’aventurer dans l’abstraction, dans le subjectif ; quand il s’agit de disserter sur des sujets touchant l’inconnu, l’altérité c’est carrément catastrophique voire dangereux.
                                                                La pensée tente de traduire ce que l’intelligence essaie de nous transmettre, elle est son serviteur, seulement pour cela elle utilise ce que des savoirs contiennent, et un savoir n’est fait que de connu... connu / inconnu il y a un hiatus, ensuite si ce mouvement est effectué une première fois, les remémorations suivantes sur le même sujet se feront en boucle avec une implication très faible de l’intelligence.
                                                                Ainsi la pensée est donc itérative et récursive, elle est bien un processus... processus que l’IA tente d’imiter avec un certains succès apparemment, mais sans la participation directe de l’intelligence car cette intelligence ne s’est pas immiscée dans l’électronique.




                                                              • Gollum Gollum 14 avril 2018 16:12

                                                                @Jean Keim

                                                                nous avons un contentieux surtout vous d’ailleurs 

                                                                Épargnez moi ce genre de petite pique assez facile et un peu lourdingue.. smiley

                                                                La 1ère chose à percevoir est qu’une pensée qq soit son contenu s’appuie sur un savoir,

                                                                Pas seulement. Et d’ailleurs vous le dites vous -même avec votre « la pensée manifeste l’intelligence ».

                                                                Si il n’y avait que le savoir la pensée ne pourrait pas manifester l’intelligence. CQFD.
                                                                Ce que vous reconnaissez d’ailleurs plus loin :
                                                                La pensée tente de traduire ce que l’intelligence essaie de nous transmettre, elle est son serviteur

                                                                sauf que vous vous contredisez quelque peu juste après : les remémorations suivantes sur le même sujet se feront en boucle avec une implication très faible de l’intelligence.

                                                                Bon on comprend en gros ce que vous voulez dire. Et je suis d’accord avec vous.

                                                                Sauf que vous oubliez de dire qu’il y a des personnes chez qui la pensée est souvent fécondée par l’intelligence et qui ont donc une pensée créative, néguentropique dirais-je et beaucoup d’autres (la majorité. Comme toujours le qualitatif est rare) qui ont une pensée quelque peu robotisée. Parmi ces derniers nos politiciens et journalistes actuels peu portés à remettre en cause leurs présupposés.. mais aussi beaucoup du public actuel d’Avox..

                                                                Bref, tout ça pour dire que la pensée n’est pas le diable (comme vous essayez souvent de faire croire), tout dépend de qui la manie. Comme dans tout domaine il y a des mauvais penseurs comme des bons, comme il y a de la bonne musique (Bach, Mahler, Debussy) et de la mauvaise (Jauni Hallyday)..

                                                                Et le meilleur moyen pour être un penseur de qualité ce n’est pas de refuser de penser (on a l’impression à vous lire que c’est quelque peu votre « idéal ») mais bien au contraire d’apprendre à penser, de s’exercer au maximum à celle-ci afin justement de ne pas en être dupe.

                                                                Car celui qui s’abstient de penser sera victime d’une pensée de bas de gamme de façon automatique car on ne peut pas refuser la pensée même si on le désire.. Songez-y. smiley

                                                                Bon j’arrête de vous titiller. Puisque vous pensez qu’il y a contentieux. smiley

                                                              • Jean Keim Jean Keim 15 avril 2018 19:29

                                                                @Gollum
                                                                Je ne me sens pas titillé, je suis simplement désolé que vous ne compreniez pas ce que j’essaie de vous montrer à défaut de le percevoir, au stade de nos échanges je ne sais pas si continuer est utile.


                                                                Néanmoins... essayez de penser à une chose que vous ne connaissez pas, tenter de visualiser une couleur inconnue par exemple... rien ne vient sinon des couleurs que vous reconnaissez, normal ! Une telle couleur n’est pas dans vos bases de données, et pourtant d’emblée vous butez sur cette évidence très simple.

                                                                La pensée manifeste l’intelligence dans le sens où elle la révèle, comme le vent est la manifestation d’un phénomène de déplacement d’air dû à des régions de l’espace présentant des différences de températures ; je crois que par habitude nous faisons l’erreur de confondre l’intelligence et ses manifestations, l’intelligence n’est pas localisée qq part et elle est acausale, nous ne pouvons donc que ressentir et/ou constater ses effets par ses manifestations.

                                                                Tout événement même le plus simple est une singularité (unique, exceptionnel...), si je regarde le cerisier de mon jardin, à chaque fois c’est la première fois mais ensuite la pensée en fait une routine, l’événement devient une simple expérience c’est-à-dire une chose re-connue ; un événement qui ne rentre vraiment pas dans ce que nous connaissons posera une colle, comment le classer, comment le répertorier, alors la pensée soit l’oubliera, l’événement est allé au bout de son existence et il disparaît, il meurt ; soit elle créera un savoir particulier tant bien que mal avec ce dont elle dispose et ainsi l’événement devient un nouveau savoir et chaque remémoration fera qu’il sera lui aussi re-connu.

                                                                Oui bien sûr que la pensée tire son origine de l’intelligence, oui il y a des personnes qui la manifestent plus que d’autres mais la manifestation par la pensée est encore penser, une pensée triviale, ou une pensée quasiment inconsciente ou encore une pensée sublime est toujours une pensée, je ne vois par de diable là-dedans comme vous me le prêtez, tout au moins pas la présence d’une entité personnifiant le mal, peut-être qu’un jour j’essaierai d’écrire un article sur ce sujet avec comme support l’évangile de Jean. 

                                                                Ce qui fait un penseur de qualité est une manière saine de penser, c’est-à-dire une façon correcte d’utiliser cette faculté, que ce soit dans des pensées ordinaires comme dans des pensées élevées, de plus personne ne peut s’abstenir de penser.
                                                                Je crois que pour vous une personne qui pense est qqu’un qui a des pensées élevées, vous pouvez créer ce classement mais il est le produit de votre pensée, et ainsi on n’apprend pas à penser, mais on peut percevoir les bonnes et les moins bonnes pensées, ceci aussi est une autre histoire.

                                                              • Gollum Gollum 16 avril 2018 10:33

                                                                @Jean Keim

                                                                je suis simplement désolé que vous ne compreniez pas ce que j’essaie de vous montrer à défaut de le percevoir, au stade de nos échanges je ne sais pas si continuer est utile.

                                                                Comme je l’ai écrit plus haut je suis d’accord avec vous. Mais comme vous n’avez pas une pensée fortement structurée vous vous exprimez mal et vous vous contredisez souvent.. 

                                                                Ce dernier post d’ailleurs va quelque peu à rebrousse poil des précédents. Et va beaucoup plus dans mon sens. Puisque vous reconnaissez, enfin, qu’il y a façon de penser et façon de penser donc une qualité (ou pas) dans la façon de penser..

                                                                Je n’ai jamais dit autre chose. Et je n’ai jamais divinisé la pensée, ce qui manifestement à été votre tendance à m’« étiqueter » ainsi..

                                                                La pensée est pour moi un outil rien de plus. Que l’on doit maitriser sinon il nous joue des tours. Je crois que la différence entre nous est là. Vous, vous voulez vous en débarrasser de façon (selon moi) prématurée sous prétexte qu’elle induit en erreur (et vous avez en tête, à juste titre, tous les « intellectuels », et ils sont nombreux, qui se sont fourvoyés). Sauf que vous oubliez ainsi qu’une pensée non maîtrisée induit encore plus en erreur. (Et là vous oubliez les penseurs profonds qui ne se sont pas fourvoyés (il y en a, mais forcément minoritaires) et vous oubliez que la pensée triviale amène souvent à des désastres).

                                                                Sur la pensée triviale qui amène à des désastres vous qui vous revendiquez du paradigme chrétien sous prétexte que ce paradigme ne serait pas « intellectuel » il suffit de mentionner les nombreux contresens dues à la pensée triviale. Par exemple l’éloge des débiles mentaux sous prétexte du verset « Heureux les simples en esprit », plus souvent traduit par « Heureux les simples d’esprit » ce qui amène à l’éloge de la bêtise.. Un comble ! Mais les « chrétiens » ou du moins qui se croient tels en redemandent car ils se sentent valorisés dans leur incapacité à « penser » (je ne dis pas que c’est votre cas hein)..
                                                                Alors que la véritable traduction serait plutôt « Heureux les mendiants en esprit », autrement dit les pauvres en esprit qui seraient en quête d’esprit..

                                                                Le sens n’est alors plus du tout le même vous en conviendrez. Mais pour trouver ce véritable sens encore faut-il penser correctement.. Eh oui ! On n’y échappe pas. 

                                                                Voilà, en résumé, le fond de mon ressenti, à votre égard.

                                                                Inutile de continuer en effet je crois qu’on a fait le tour. smiley

                                                              • Jean Keim Jean Keim 17 avril 2018 17:18

                                                                @Gollum

                                                                Je reviens quand même sur certains de vos propos mis entre chevrons.


                                                                << Mais comme vous n’avez pas ... vous vous vous contredisez souvent. >>


                                                                Il est possible que je m’exprime mal car je ne suis pas un lettré, mais il est possible également que vous ne compreniez pas ce que je crois énoncer clairement et que vous interprétez comme des contradictions. 

                                                                Là où vous avez raison c’est que dans mes commentaires de nos échanges, ma pensée n’est pas structurée car non enclose dans un système, j’écris à chaque fois ce que mon attention et mes observations me suggèrent, le sujet est trop sérieux pour que je me contente de faire des réponses bateau, puisées dans mes habitudes de pensée.

                                                                ——

                                                                << Ce dernier post d’ailleurs ... vous reconnaissez, enfin... >>


                                                                Mais  je ne suis pas en compétition avec vous, je ne cherche pas à avoir raison, notre sujet d’échange traite d’une chose capitale qui conditionne chaque vie humaine ainsi que les sociétés auxquelles elle participe, c’est finalement le monde qui est concerné. 

                                                                Bien évidemment qu’il y a plusieurs façons de penser, il y en a plus de 7 milliards, quand à dire d’une pensée qu’elle est ceci ou cela, c’est la pensée qui pense, ce qui n’est pas incompatible avec le fait que certaines pensées soient plus pertinentes que d’autres, dans tous les cas la pensée est un contenu, le penseur est une illusion il fait lui aussi partie du contenu.

                                                                ——

                                                                << ... Et je n’ai jamais divinisé la pensée... >>


                                                                Je ne vois pas pourquoi je dirais cela de vous, vous avez déclarez l’importance que vous apportez à la pensée et au penseurs (profonds), je n’en déduis rien de plus.

                                                                ——

                                                                << ... Sauf que vous oubliez ainsi qu’une pensée non maîtrisée induit encore plus en erreur... >>


                                                                Chercher à maîtriser votre pensée si ça vous chante, bridez la, faites en un outil pesant, mais avant de vous lancez dans cette voie demandez-vous qui le décide, ne serait-ce pas la pensée elle-même ?

                                                                ——

                                                                << ... vous qui vous revendiquez du paradigme chrétien ... Eh oui ! On n’y échappe pas. >>


                                                                Décidément vous avez toujours des a priori à la pelle, je ne revendique aucun paradigme, je suis simplement sensible au message de Jésus sans pour autant adhérer à une église, d’ailleurs je n’utilise volontairement jamais le terme de Christ bien que pour moi il ait un sens, je n’affuble jamais non plus les évangélistes du qualificatif de saint, je laisse cela aux catholiques.

                                                                Les termes « Heureux les simples d’esprit ou en esprit » est à rapprocher de « ... si vous ne devenez comme les petits enfants... », je trouve que le sens est clair, nul besoin de passer par une autre traduction, Jésus veut signifier que les gens dont l’esprit est simple (et non pas simplet), c’est-à-dire dont l’esprit n’est pas trop encombré par de pesants savoirs ont plus de facilité pour accéder au royaume de Dieu – voir également Jésus et Nicodème (Jean 3.1-21) – leur esprit est sain, et les enfants ont justement cette simplicité que les adultes altéreront ; quand au royaume il faut mieux ne rien en dire, il est inaccessible à la pensée.


                                                              • malik 13 avril 2018 17:20

                                                                cette intelligence artificielle peut devenir de plus en plus performant.


                                                                • JP94 13 avril 2018 22:51

                                                                  Citer le Cogito ergo sum de Descartes au sujet de l’IA me semble très pertinent et une des meilleures réponses aux « doctes affabulations » qu’’on a eu l’occasion d’entendre, sans guère de contradiction, sur France Culture.


                                                                  Effectivement, Descartes a mis le doigt sur ce qui distingue l’Homme, au fond, de la machine (même s’il excluait les animaux...privés d’âme.

                                                                  Si on « rénove » son cogito ( qui avait le tort d’être hors-la-praxis, donc excluant le concept de classe et de conscience sociale) , alors définitivement, l’IA ne peut atteindre la pensée humaine. Quelle est l’expérience sociale d’une machine ? 

                                                                  Or on vit et on pense, en tant qu’être social, avec sa conscience sociale.

                                                                  Villani, il répond au portrait du « génie » décrit et dénoncé par La Mettrie dans un des ouvrages (Le Traité de l’âme, peut-être) : il a le cerveau rompu à la pure abstraction, il réalise des prouesses intellectuelles, seulement il est incapable de penser le champ social, le concret, le Monde.... 
                                                                  L’un n’empêche pas l’autre en soi, mais Villani est le prototype du génie mathématique qui ne comprend rien au reste.. et en plus a la prétention de le faire ! 

                                                                  Evariste Galois, Nikolaï Lobatschevski , Sophia KovalevskaIa avaient cette faculté de saisir le champ politique et d’être des génies mathématiques ... et du reste dans 100 ans je ne pense qu’on se rappellera toutes les médailles Fields... mais ces noms , et d’autres encore ( Curie, Langevin, Joliot ...) resteront .

                                                                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 16 avril 2018 10:46

                                                                    Prenons l’exemple du jeu d’échec. Les échecs sont juste un moyen. Seule le confrontation avec la psychologie de l’autre personne en chair et en os avec un inconscient rend la partie intéressante, le jeu n’étant alors qu’un moyen. En pleins travaux dans mon appartement, je me suis amusée un jour à faire des réussites. A un moment donné, je gagnais à tous les coups. Synchronicté ? système qui dysfonctionnait ? Hélas, pas de gift. Juste pour la détente. Un proche m’a appris à jouer d’une autre manière au scrabble. Plutôt que d’axer le jeu sur sa propre réussite, le but est de s’associer avec l’autre pour faire le maximum de points... bien plus captivant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Sébastien A.


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité