• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Inventeur de la guerre sainte

L’Inventeur de la guerre sainte

L’Histoire montre que l’homme n’a pas besoin de religion pour massacrer son prochain. La guerre sainte présente cependant un avantage indéniable : assuré de lutter contre le Mal, le pieux croyant peut massacrer avec comme seule motivation le Bien, ce qui est plus moral que massacrer pour piller. Le génial inventeur de ce concept mérite donc d’être rappelé.

Cet article, suite de plusieurs “méditations” sur Le Livre, ne concerne pas les grandes religions actuelles ; il est en effet peu probable qu’un croyant en un Dieu universel « de tendresse et de grâce » le reconnaisse dans cette divinité locale et sanguinaire qui, pour se limiter à quelques-uns de ses exploits :
– génocide la planète entière à quelques individus près,
– massacre tous les premiers-nés (humains et animaux) d’un grand pays,
– se promène sous forme de flammes entre les cadavres d’animaux coupés en deux par son serviteur,
– encourage ses soudards aux pires exactions en promettant : « Tous [les hommes] seront passés par l’épée, leurs enfants écrasés sous leurs yeux, leurs maisons pillées, et leurs femmes violées, »
– insiste plus de 40 fois sur son goût immodéré pour « l’agréable odeur » de la viande brulée après des sacrifices sanglants,
– et dont la jalousie lui fait « punir l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération. »

Qui, de nos jours, oserait revendiquer ces « croyances qui feraient honte même à un gorille, » pour reprendre l’expression amusante d’un auteur américain1 chéri des médias ?

Définition

L’expression guerre sainte fait l’objet de définitions étonnantes2 : certains spécialistes – telle la “deuxième Bible” Wiki.fr – la définissent comme « une guerre permise, voire même commandée par dieu3, » ce qui conduirait à qualifier de “saintes” toutes les guerres antiques. Les guerres impérialistes des Perses et Assyriens sont peu connues, mais tout Français ayant suivi des études niveau collège est peu susceptible de considérer les guerres d’Alexandre le Grand et celles des Romains comme “saintes”, bien que les dieux de ces peuples devaient être consultés et donner leur accord avant les guerres.
La définition retenue est celle de Wiki.en : la guerre sainte est une « guerre provoquée ou justifiée par des différences de religion. »

La première partie de cet article traite des antiques dieux (sauf un), en particulier ceux des Assyriens qui jouent un rôle historique important à l'époque considérée :
– rapports entre divinités,
– destructions d’images divines,
– raisons invoquées pour les guerres
La deuxième suit à peu près le même plan pour le dieu non évoqué dans la première.
Dans la lignée des articles déjà publiés sur les grands hommes du
Livre, un passage sur le maître d’œuvre de ce nouveau concept termine l’article.

Rapports entre divinités antiques

L’article De la Nature des dieux a rappelé que l’existence et les pouvoirs des dieux étrangers n’étaient pas mis en doute, la principale raison étant leur “cousinage” : Hérodote voit des Jupiter chez les Libyens, les Assyriens, les Scythes, et les Perses, qui « ont coutume de sacrifier à Jupiter. »
Respecter les dieux étrangers était la norme.

• En temps de paix, dans les échanges entre États de puissance équivalente, la parité de pouvoir entrainait des expressions correspondantes de parité entre les divinités. Lors du « traité gravé sur une tablette d’argent entre le Grand Prince [des Hittites] et Ramsès [II, Aimé d’Amon], grand maître de l’Égypte,... mille parmi les dieux et déesses de la terre de Hatti, et mille parmi les dieux et déesses de la terre d’Égypte, sont témoins.4 »

« Dans les relations entre un roi suzerain et ses vassaux royaux, les différences de pouvoir se traduisaient en différentes expressions de reconnaissance des divinités du suzerain... La relation entre le roi assyrien et les divinités étrangères est dépeinte comme caractérisée par un respect mutuel... Mais nous voyons aussi les différentes formes de reconnaissance par le seigneur des divinités de ses vassaux.5 »

Destiné à assurer la succession de son fils, le Traité d’Esarhaddon6 (–672) commande aux habitants de l’empire assyrien : « Désormais, et pour toujours, Aššur sera votre dieu, et Aššurbānipal votre roi... » Ce fils, Aššurbānipal, déclara : « Je pris la ville de Thèbes et mes mains la soumirent à la domination d’Aššur et d’Ištar. »

Ce traité fut souvent cité pour évoquer un « impérialisme religieux néo-assyrien » ; mais si «  les hommes, leurs fils et leurs épouses, ainsi que leurs dieux, doivent prêter le serment de fidélité au roi, mon seigneur » [COG7, p. 48], les seules obligations cultuelles consistent à fournir des offrandes aux dieux assyriens. [p. 52].

En outre, « … Il existe des preuves directes montrant le roi assyrien protecteur – voire même prêtre de divinités étrangères, ou leur construisant des temples, ce qui montre l’inexistence d’un impérialisme religieux assyrien zélé. Les rois assyriens ont souvent contribué au culte des divinités étrangères.8 »

Le respect et la tolérance envers les dieux des vaincus étaient la norme, comme le montreront quelques indispensables exemples.
Mais il faut commencer par rappeler les rares exceptions.

– Quand le dieu babylonien Marduk souhaite remplacer son père, le vénérable sumérien Enki, il y parvient par son seul mérite raconté dans l’Enûma Eliš. Il ne tue pas son père mais l’envoie à la retraite car il a mérité sa place.

– Mais lorsque le très mal inspiré Naram-Sin eut la mauvaise idée de « profaner les lieux saints, et dépouiller de ses biens » l’Ekur, le grand temple d’Enlil à Nippur, il dut affronter la colère des dieux Sin (Lune), Enki (Grand Dieu), Inanna (Guerre), Ninurta (Tonnerre), Iškur (Orage), Utu (Soleil), Nusku (Feu) et Nidaba : « Tous les dieux posèrent leur regard sur la ville (et) frappèrent Agadé d’une terrible malédiction : “ville, tu t’es déchaînée sur l’Ekur qui était Enlil (lui-même) !.. Agadé, là où avaient coulé tes eaux douces, puissent couler des eaux salées ! Puisse… l’abatteur de bœufs abattre son épouse, ton égorgeur de moutons égorger son enfant... Que la famine tue tous tes habitants... Alors, sous le soleil de ce jour, il en fut vraiment ainsi... Agadé est détruite ! Louée soit Inanna d’avoir détruit Agadé !9 » La ville mettra effectivement une centaine d’années à se remettre de la destruction par des tribus du Zagros.

– L’un des rares rois perses ayant contrevenu à ces règles de respect des dieux étrangers fut Cambyse II, fils de Cyrus II ; en Égypte, ce “furieux” blessa volontairement le dieu-taureau Apis d’un coup de poignard dans la cuisse ; mal lui en prit car il périt quelques mois plus tard d’une blessure... à la cuisse [HÉR10, Thalie, XXIX]

Après ces quelques exceptions, voici un rappel de la norme.

– Les Hittites « furent appelés le “peuple aux 1000 dieux” car ils avaient l’habitude d’adopter les dieux et déesses des pays occupés.11 »

– En –730, Tiglath-Pileser III rappelle12 : « J’érigeais dans le palais de Gaza une statue portant les images des dieux et mon image royale en or, et je la comptais parmi les dieux de leurs terres. » [III 42, 8’b et 10’b]

– Aššurbanipal  : « De l’avis des prêtres, je réparai les temples [des vaincus], je purifiais leurs fontaines, et j’apaisais leurs dieux irrités et leurs déesses mécontentes à force d’offrandes et de prières ; je rétablis leur culte négligé depuis longtemps.13 »

– Vers –625, le roi de Babylone « Nabopolassar ramena aux Susiens leurs dieux que les Assyriens avaient pris et amenés à Uruk.14 »

– En –539, le Perse Cyrus II, « roi du monde, grand roi, puissant roi, roi de Babylone, roi de Sumer et d’Akkad..., » est particulièrement connu pour sa tolérance... qui coïncidait avec ses intérêts diplomatiques : « Il honore le dieu Mardouk à Babylone, aussi bien que Baal en Phénicie et bien sûr Mazda en Perse, de sorte qu’il est partout ou presque accueilli en libérateur.15 »

– Si l’on en croit la Torah, l’Assyrien Sargon II aurait renvoyer des prêtres hébreux à Béthel pour y exercer le culte de leur dieu.

– Le plus important exemple de tolérance sera atteint sous l’empire romain, où Cybèle, Isis, Mithra et Sol Invictus côtoieront les antiques dieux du Panthéon.

Il était certes dans l’intérêt des colonisateurs de ne pas susciter de révolte en s’attaquant aux dieux des vaincus ; mais leur respect des autres divinités montre que celles-ci ne leur causaient aucun souci d’ordre religieux.

Vis-à-vis des peuples conquis ou révoltés, on ne trouve aucune insulte dans les nombreuses archives royales.

Malgré la quantité de preuves, certains apologistes de Yahweh écrivent : « L’ordre de détruire toute trace d’idolâtrie dans la terre consacrée [sic]... est une reformulation deutéronomique de la notion ancienne du dieu tribal combattant les peuples opposés [sic] et leurs dieux. » [FIR, p. 23]

Destructions d’images divines

En temps de guerre, en règle générale, le vainqueur ne détruit pas les dieux, il les emporte.

L’archéologie montre cependant que les destructions furent nombreuses. Réunissant les articles de 18 spécialistes en 544 pages, un livre16 consacré à l’iconoclasme (annihilation d’une présence ou d’un pouvoir réalisé par l’icône en détruisant celle-ci) permet de dégager les principaux axes en temps de guerre : « Il est important de noter que les dirigeants mésopotamiens étaient réticents à admettre l’iconoclasme religieux qu’ils rejetaient sur leurs soldats... La pratique d’honorer les objets de culte enlevés survécut pendant des siècles. » [MAY, p. 14]
Les dieux enlevés « ne sont pas humiliés, mais traités avec dignité, » rappelle Schaudig [ibid p. 126]

Détail d'un bas-relief de Tiglath-pileser III montrant une procession de divinités emportées (voir photo d’un détail dans Livius)

Chez les Hittites, il n’existe aucune trace de destruction de dieux étrangers [Goedegebuure in MAY, p. 412]

« Les inscriptions royales rapportent que des statues de dieux de nations vaincues furent parfois pillées par l’armée assyrienne ; le plus souvent, cependant, elles étaient déportées et tenues en quelque sorte “en otage”, pour s’assurer du bon comportement du royaume vassal » [COG]

Rappelant le sac de Suze, Assmann écrit : « l’idée n’était pas qu’il ne devrait pas y avoir d’autres dieux en dehors d’Aššur, mais que la ville ou le pays conquis devaient être dépouillés de leurs divinités tutélaires... Les sacrilèges commis par Aššurbanipal contre les divinités d’Elam doivent être considérés comme une violence politique dirigée contre un peuple et ses dieux, supposés être leurs protecteurs, mais pas contre une religion étrangère en tant que telle.17 »

Les inscriptions relatant le long conflit frontalier entre les villes sumériennes de Lagaš et Umma sont particulièrement intéressantes car les deux villes vénèrent les mêmes grands dieux (dont Enlil et Inanna) ; le dieu tutélaire de Lagaš est un fils d’Enlil, celui d’Umma une fille d’Enlil. Lorsque Umma finira par prendre sa revanche sur Lagaš, le roi vaincu accusera son rival d’avoir «  mis le feu aux temples de Gatumdu [fille d’Enlil], d’Inanna et d’Ama-ĝeštinna, pris l’argent et le lapis-lazuli » – jusque-là pratique courante –, mais aussi d’avoir « démoli leurs statues.18 »
Le roi d’Umma détruisit donc quelques statues votives de dieux adorés même dans sa ville : il est donc clair que « le but n’était pas d’attaquer les dieux, mais de détruire leur manifestation locale, la version qui donnait leur protection à Lagaš. La motivation n’était donc pas religieuse, mais politique. » [WOODS, in MAY, p. 38.]

Un exemple de destruction de statue par cupidité apparaît au cours de la troisième guerre punique, quand les soldats romains, « étant entrés dans le temple d’Apollon, pillèrent la statue qui était d’or... quelques défenses que leur en fissent les Capitaines.19 »

L’iconoclasme ne visait donc pas à éradiquer les dieux.

Raisons invoquées pour les guerres

Les dieux ordonnaient les guerres (voir Terres promises) par l’intermédiaire des prêtres, qui se trouvaient être par hasard les premiers bénéficiaires des pillages.

Aššur est le dieu destructeur des la māgirī. Ce mot – construit sur “la” = négation, et māgirī, pluriel de māgiru = obéissant, soumis20 signifie rebelles, insoumis, pas les incorrects “hérétiques” et “incroyants” que l’on rencontre dans Talbot dans un livre donné dans un lien précédent (cf. Sennacherib, « la bride qui contrôle les insoumis.21 »). Aucune raison religieuse n’est invoquée.
L’attaque d’une ville qui
« refusait de payer le tribut dû à Aššur22 » indique clairement le sens de vénérer.

Rapports entre Yahweh et les autres dieux

En totale opposition avec le respect vis-à-vis des divinités étrangères, les prêtres hébreux vont montrer une haine extraordinaire envers les autres religions et leurs pratiquants, que Spinoza présentera comme « une Haine crue pieuse puisque née de la dévotion, de la piété ; ce qu’il y a de plus fort, de plus irréductible23, » et qu’un Nietzsche admiratif décrira comme « la plus profonde et la plus sublime que le monde ait jamais connue… une haine qui n’eut jamais sa pareille sur la terre24… »

Dans un article précédent, il était rappelé que tous les peuples voisins des Hébreux étaient, d’après les “sages” (anciens comme modernes), « dépravés, dégénérés, immoraux, fripouilles, trompeurs, escrocs, méchants, adeptes d’abominations. »

Pour désigner les dieux et pratiques religieuses étrangères, le vocabulaire employé est tout aussi éloquent :

abomination et ses dérivés (shiqutsim, même racine que shiksa), mentionnés 126 fois ;

gilulim, traduit incorrectement par idole-idolâtre dans la Septante grecque, « participe du champ sémantique de l’ordure ou du fumier et est à ce titre encore plus éminemment péjoratif. Ses quelque quarante-huit occurrences dans la Bible hébraïque désignent presque systématiquement des dieux étrangers et/ou leurs images25 » (voir confirmation par Robert Alter dans Vile idols).

Le neutre pesel, traduit aussi par idole, désigne « une image au sens matériel d’un objet taillé ou sculpté »  ; très éloigné du sens plus vaste que donneront Clément d’Alexandrie et Tertullien, il montre que ces prêtres n’avaient pas compris qu’«  il n’est pas possible qu’on adore réellement une statue, ni qu’on croie que cette statue est le Dieu suprême. Il n’y avait qu’un Jupiter, mais il y avait mille de ses statues.26  » De la même façon, il n’y a qu’un François Hollande, mais 36 000 de ses portraits dans les communes de France.

Raisons invoquées pour la guerre

Le Livre les indique clairement.

Le premier massacre ordonné par Dieu fut celui des adorateurs du Veau d’Or : 3 000 Hébreux en un seul jour !

• Le massacre suivant, un peu plus consistant, est celui des Madianites, que l’on peut estimer aux environs de 300 000 tués. Le pieux et savant Dom Calmet expliquait : « Le Seigneur, voulant punir les Madianites de ce que leurs filles avaient engagé les Israélites dans le crime et dans l’adoration de Phégor, dit à Moïse : “Prenez mille hommes de chaque tribu, et les envoyez sous la conduite de Phinées, fils du grand prêtre Eléazar, pour exercer ma vengeance contre les Madianites”. »
Le seul « crime » consistait à avoir couché avec des femmes madianites dont le dieu était Ba’al Peor, que Saint Jérôme identifiait à Priape. Une Bible du XVIe s. expliquait :« Et ne prendras leurs filles pour femmes, à tes fils : de peur qu’elles ayãt faict fornication, ne facent aussi faire fornication à tes fils apres leurs dieux. » [p. 95] (D’après les savants, ce dieu – inconnu en dehors de la Torah – était réputé pour “accommoder” hommes et femmes de la même façon.)
La maltraitance des Israélites par les Madianites n’est pas invoquée puisque c’était une punition imposée par Yahweh [JUG 6:1]. La seule motivation est donc religieuse.

• Les premiers génocides complets – y compris les animaux (« tout ce qui respire ») – ordonnés pour envahir la Terre promise, sont clairement motivés par la religion : « Car tu [extermineras] ces peuples, comme l’Éternel, ton Dieu, te l’a ordonné, afin qu’ils ne vous apprennent pas à imiter toutes les abominations qu’ils font pour leurs dieux... » [DEU 20:17-18] (Yahweh n’oublie cependant pas les détails matériels : « Tout l’argent et tout l’or, tous les objets d’airain et de fer... iront dans le trésor de Yahweh » [JOS 6:19].)
Le Psaume 10:16 révélait une satisfaction certaine : « Yah·weh est roi pour toujours ; les go·v·yim ont été exterminés dans son pays. »

Traitement des idoles

Le message est clair : « Vous renverserez leurs autels, vous briserez leurs statues, vous brûlerez au feu leurs idoles, vous abattrez les images taillées de leurs dieux, et vous ferez disparaître leurs noms de ces lieux-là. »[DEU 12:3]
Dans son Livre des Commandements, le sage Maïmonide confirme (185e mitzvah) qu’il faut détruire tout culte et temple païen par tous les moyens de destruction et d'annihilation : les « briser, brûler, démolir, mettre en pieces de la manière la plus radicale et la plus rapide pour l’exterminer. »
Certains lecteurs semblant sceptiques sur la validité de Maïmonide, il faut rappeler qu’il est considéré comme « l’un des plus grands philosophes de tous les temps » [p. 13] dont l’autorité est « incontestée par les Juifs du monde entier » [4e de couv.] : « il force l’adhésion non seulement de l’esprit, mais encore du cœur » [Lévinas, p. 7] ; son livre est « encore [très] actuel par ses lois sociales véritablement révolutionnaires. »

Dans le domaine artistique, les nomades hébreux étaient au même stade qu’Obélix (Jacob érige un menhir, Josué fait un tas de cailloux, le peuple dresse des piliers ou vénère des troncs d’arbre pour madame Yahweh), et ils s’avèrent incapables, quand il s’installent dans les pays “nettoyés”, d’« affûter leurs socs de charrue, leurs pioches, leurs haches, leurs bêches, » qu’ils doivent confier aux Philistins.
Au contact des peuples civilisés, ils vont cependant faire des progrès au point que « les idoles étaient couramment utilisées dans l’ancien Israël, et certains chercheurs affirment que même le temple de Jérusalem avait une statue... Les découvertes archéologiques et les preuves iconographiques suggèrent que les Israélites étaient peut-être aussi polythéistes que les prophètes les accusent d’avoir été. Aujourd’hui, la religion israélite est considérée par beaucoup comme d’origine polythéiste ou hénothéiste, le monothéisme ne s’imposant – éventuellement – qu’à la fin de la période biblique [IIe s.] et peut-être même pas avant Maïmonide [XIe s.].27 »
C’est uniquement après l’exil de Babylone, et leur libération par les Perses qu’ils vont devenir un peu plus monothéistes sous l’influence du zoroastrisme, et commencer à rejeter les idoles : vers –450, Hérodote écrivait des Perses que « leur usage n’est pas d’élever aux dieux des statues, des temples, des autels ; ils traitent au contraire d’insensés ceux qui le font » [Clio, CXXXI]. Numa Pompilius (–700) avait déjà défendu aux Romains « d’attribuer à Dieu aucune forme d’homme ni de bête.28 »

Traitement des « nations »

Le Grand Rambam, qui vécut paisiblement en Espagne aux côtés de ses amis musulmans exploitant les Chrétiens idolâtres (§ 4), rappelait : « Ainsi, lorsqu’on tue la population d’une ville livrée à l’idolâtrie, on tue le vieillard idolâtre et sa race jusqu’à l’arrière petit-fils, qui est l’enfant de quatrième génération. On a donc, en quelque sorte, indiqué qu’au nombre des commandements de Dieu, qui indubitablement font partie de ses actions, est celui de tuer les descendants des idolâtres, quoique jeunes enfants, pêle-mêle avec leurs pères et leurs grand-pères. Cet ordre, nous le trouvons partout répété dans le Pentateuque.29 »

Le savant reviendra encore sur le 186e commandement : « exterminer tous les hommes d’une ville passée à l’idolâtrie et brûler la ville avec tout ce qui s’y trouve. »

Les valeureux combattants en Irak et en Syrie peuvent être fiers de leurs références ! Quant aux pieux colons de Cisjordanie, ils connaissent certainement leur Rambam par cœur.

Les peuples qui se rendaient aux très cruels Assyriens étaient épargnés, sous réserve de payer le tribut au dieu Aššur. Yahweh innove : dans les sept pays, l’extermination doit être totale, qu’ils se rendent ou pas. Les habitants des autres pays conquis ont le choix entre être exterminés et devenir esclaves, après avoir payé un tribut et cédé leurs terres. [190e comdt] Ceux qui acceptent l’esclavage doivent être prudents, car lorsque « [Adonaï] exerce la justice parmi les go·v·yim, tout est plein de cadavres... » [PSA 110:5-6]

Toujours d’après le grand philosophe déjà cité, les 50e et 51e commandements concernent l’interdiction d’accorder grâce aux idolâtres et l’interdiction d’habiter notre pays.
Le statut de dhimmi dans certains pays musulmans est donc une version très adoucie de ce que préconisait Yahweh, et il est difficile de comprendre pourquoi certains condamnent la destruction des lieux de cultes30 des idolâtres sans condamner l’ouvrage de référence qui en est à l’origine.

Il est important qe rappeler que Yahweh n’épargnait pas son propre peuple : « Dans tout le pays, les deux tiers [des Hébreux] seront exterminés, périront, Et l’autre tiers restera. Je mettrai ce tiers dans le feu » [ZAC 13:8-9].

Résumant un passage de Questions sur les miracles, Dawkins écrivait31 : « Voltaire avait déjà raison il y a longtemps : “Ceux qui sont capables de vous faire croire à des absurdités sont capables de vous faire commettre des atrocités”. »

Conclusion

Bien que Yahweh se soit efforcé d’imiter le comportement des Assyriens (« Le pays est dévasté, livré au pillage, car Yahweh l’a décrété » [ESA 24:3] comparé, par exemple ; au « Je capturais, pillais, détruisais, dévastais et brûlais les villes » de Tiglath-pileser [III 15-5b]), il est possible qu’à l’époque où l’écriture du Livre commença (vers le VIIe siècle), les Assyriens avaient réalisé un score de massacres supérieur à celui des Hébreux si l’on en croit leurs Chroniques Royales.

Il n’en demeure pas moins vrai que, d’après la définition actuelle de la Guerre sainte, ils n’ont jamais fait de guerre motivée par des différences de religion.
Les guerres de Yahweh et ses actions ordonnées contre les « nations » relèvent clairement de ce nouveau genre. Il faut donc Lui reconnaître le mérite de cette invention, et Le féliciter pour avoir mis gratuitement ce concept dans le domaine public.

Josué, maître-d’œuvre des premiers génocides

« Des passages de la Torah ordonnent des crimes contre l’humanité,32 » reconnaissent certains rabbins. Wiki.en écrit :« Ces guerres d’extermination ont été qualifiées de “génocides” par plusieurs spécialistes, car la Torah dit que les Israélites anéantirent entièrement des tribus ou des groupes ethniques. »
(Exterminer/extermination apparaissent 86 fois dans le discours de Yahweh, ce qui paraît un peu sévère pour un dieu dont les Psaumes vantent 79 fois la “bonté” et 61 fois la “miséricorde”.)

– Le criminel de guerre Josué, premier auteur de génocides avec préméditation, est qualifié sur le Campus numérique juif de « guide spirituel et militaire. »

– Le grand érudit chrétien Dom Calmet écrivait : « L’Esprit-Saint a lui-même fait l’éloge de ce grand homme... dont les conquêtes... sont autant de symboles de la manière miraculeuse dont la religion chrétienne a été répandue dans le monde.33 »
Pour le célèbre Saint Augustin, « cet ordre donné au peuple de tuer leurs ennemis, ne nous paraît nullement contraire au précepte évangélique qui nous commande d’aimer nos ennemis.34 »

– Bien que non explicitement cité dans le Coran, Josué est connu des savants musulmans sous le nom de Yusha bin Nun bin Afraeem bin Yusuf [paix sur lui]. Un hadith de Muslim [19:4327] explique comment il demanda à Allah [bssn] en fin d’après-midi, au moment de la prière d’al Asr : « “Ô Allah, arrête-le un peu pour moi !” Le Soleil s’arrêta jusqu’à ce qu’Allah lui accorde la victoire. »

Les exploits à Jéricho du successeur de Moïse sont célèbres, mais les détails un peu gore de ses conquêtes sont systématiquement ignorés par les meilleurs auteurs.

Dans la traduction de Josué, Wiki.fr omet pudiquement le verset 6:21, qui traduit pourtant “massacrer” par “dévouer par interdit”, variation soft destinée à masquer le sens au profane. Le mot cherem (ou charam) peut parfois signifier bannir ou dévouer, mais le respecté linguiste Avraham Even-Shoshan a déterminé que « des 51 occurrences du verbe charam dans la Bible hébraïque, toutes sauf 3 ont le sens de “détruire”. »

Jacques Attali, dont les livres sont émaillés de références au Livre, oublie ces épisodes glorieux, passant directement de l’Exode à : « En s’installant à Canaan, les Hébreux... » Dans un autre livre, rien d’autre que « sitôt sorti du Sinaï, le peuple juif va se perdre dans la sédentarité. » Mais il ne manque pas de rappeler que « le Bien est nomade et le Mal sédentaire. » (L’avis des Cananéens n’est pas rapporté.)
Pour le site Lamed  : « Malgré les nombreuses difficultés qu’ils ont rencontrées, les Israélites finissent par s’installer en Terre Promise. »
Sur Akadem  : « On passe ensuite de conquête en conquête... »

Se basant sur l’absence de preuves archéologiques, certains apologistes affirment que ces massacres n’eurent pas lieu ou qu’ils furent moins importants. Ce point de vue est très fâcheux car il implique que le Livre serait un tissu de mensonges, et, surtout, que ses rédacteurs ont trouvé compatible avec leur foi le commandement divin de commettre des génocides, ce qui peut laisser songeur tout individu insuffisamment pieux.

Dans Origines du Totalitarisme [p. 242], Hannah Arendt écrivait : « il y a bien sûr une part de vérité dans les propos “éclairés” qui, de Voltaire à Renan et à Taine, ont affirmé que le concept d’élection divine des Juifs, leur identification entre religion et nationalité, leur revendication d’une position absolue dans l’Histoire et d’une relation privilégiée avec Dieu, avait introduit dans la civilisation occidentale d’une part un élément de fanatisme jusque-là inconnu (hérité par la chrétienté qui affirme détenir, elle et elle seule, la Vérité), d’autre part un élément d’orgueil qui se trouvait dangereusement proche de la perversion raciale.35 » (Arendt avait oublié les partisans du Jihad bis saif.)

Après de nombreux massacres organisés sur ce concept dans notre zone monothéiste pendant de nombreux siècles, l’enthousiasme va s'essouffler en Europe au point qu'un pieux auteur du XVIIIe siècle déplorait36 : «  Les mœurs se sont bien corrompues depuis ces heureux temps. On se borne aujourd’hui à de petites persécutions qui, en vérité, ne valent pas la peine qu’on en parle. Cependant les persécutés de notre temps crient comme s’ils étaient sur le gril de saint Laurent, ou sur la croix de saint André. Les mœurs dégénèrent, la mollesse s’insinue, on s’en aperçoit tous les jours. Je ne vois plus de ces persécutions vigoureuses si agréables au Seigneur ; il n’y a plus de religion ! »
Nul doute que le regain d’enthousiasme actuel pour les saints préceptes énoncés dans le Livre réjouirait cet auteur !

Références bibliographiques

1. ROTH, Philip, Portnoy’s Complaint, p. 168.

2. GWILYM, H. Jones, “Holy War” or “Yahweh War” ?, JSTOR.

3. FIRESTONE, Reuven (Rabbi), Holy War in Judaism : The Fall and Rise of a Controversial Idea, p. 17.

4. PRITCHARD, James B., “The Divine Witnesses to the Treaty” in Ancient Near Estern Texts Related to the Old Testament, p. 200.

5. SMITH, Mark S., God in Translation : Deities in Cross-cultural Discourse in the Biblical World, 2008, p. 17.

7. COGAN, Mordechai, Judah Under Assyrian Hegemony : A Reexamination Of Imperialism And Religion.

8. KARLSSON, Mattias, Early Neo-Assyrian State Ideology... (pdf).

9. Version plus complète et technique par Attinger (en français).

10. HÉRODOTE, Histoire.

11. TSETSKHLADZE, Gocha R. (éd.), “Insights Into Hittite History And Archaeology”, Colloquia Antiqua, p. 108.

12. RINAP 1, Neo-Assyrian royal inscriptions (744-669 BC), Tiglath-pileser III and Shalmaneser V.

14. LIVIUS, Early Years of Nabopolassar (ABC 2).

15. ZILBERMANN, Jean-François, Cyrus le Grand (580 av. J.-C.-530 av. J.-C.)

17. ASSMANN, Jan, Of God and Gods : Egypt, Israel, and the Rise of Monotheism, p. 30.

18. The Man of Umma, verso tablette CDLI P222618.

19. APPIEN, Des guerres des Romains, 1659, p. 75.

20. Oriental Institute (Chicago Univ.), The Assyrian Dictionnary, vol. 9, L, p. 1 et vol. 10, M-1, p. 45.

21. ORACC, Rinap3, Sennacherib 001, l. 3 ; 002, l. 3, etc.

22. RAWLINSON, Henry, et al., Inscription of Tiglath Pileser I, King of Assyria., VL, p. 24.

23. SPINOZA, Baruch, Traité théologico-politique, chap XVII, B §23.

24. NIETZSCHE, Friedrich, Généalogie de la morale, I, § 8.

25. BARBU, Daniel, “Idole, idolâtre, idolâtrie”, Les représentations des dieux des autres, 2009.

26. VOLTAIRE, La Philosophie de l’Histoire, 1764, ch. 30.

27. HUROWITZ†, Victor, A. (ancien représentant d’Israël à l’Association internationale d’assyriologie en 2012), in MAY, p. 260.

28. PLUTARQUE, Vie de Numa, § 8.

29. MAÏMONIDE, Le Guide des Égarés, chap. LIV, 223.

30. BROOMHALL, Elizabeth, “Destroy all churches in Gulf, says Saudi Grand Mufti”, Arabianbusiness.com, 15/3/2012.

31. DAWKINS, Richard, The God Delusion, p. 306.

32. JACOB, W., ZEMER, M. (rabbis), Crime and Punishment in Jewish Law : Essays and Responsa, p. 31.

33. CALMET, Augustin, La Sainte Bible en Latin et en François, 1748, p. 8-9.

34. SAINT AUGUSTIN, Contre Adimantus, Manichéen, § 2.

35. Extrait visible dans COLLIN, Françoise, Hannah Arendt, p. 181.

36. Questions sur les miracles, à Monsieur le professeur Cl... par un Proposant.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • Alex Alex 5 septembre 2014 16:49

    C’est une erreur très involontaire : je voulais parler du buste de Marianne symbole de la République ; sans doute influencé par son omniprésence dans les médias, j’ai cité la photo de notre président en exercice.

    Je profite de ce msg pour corriger un oubli pour la photo qui a été curieusement choisie pour illustrer l’article. J’en ai perdu le lien, mais on peut voir une photo très ressemblante en bas de cet article (dont je conseille la lecture) qui mentionne les milliers de figurines en argile (Asherah ?) trouvées en Israël.


  • Fergus Fergus 5 septembre 2014 20:29

    Bonsoir, Alex.

    Article très intéressant et très riche qui demande du temps de lecture. J’y reviendrai donc à tête reposée.

    A noter que, de nos jours, les guerres présumées religieuses ont bien du mal à convaincre dans les pays occidentaux qu’elles revêtent un quelconque caractère de « sainteté » tant elles sont conduites par des voyous ou des chefs de clan avant tout soucieux d’asseoir un pouvoir ou de collecter des richesses. Mais les naïfs croient à ce caractère religieux et au salut qui s’y attache pour l’éternité, et c’est, si j’ose dire, du pain béni pour les manipulateurs.


    • Aldous Aldous 6 septembre 2014 10:21

      « présumées religieuses »


      En effet. et il ne fait pas bon présumer des choses :


    • Alex Alex 5 septembre 2014 21:59

      Fergus,

      Votre réflexion est intéressante mais un peu en dehors du cadre de mes articles sur les religions antiques. Je me contente d’exposer des faits sur les anciennes mythologies, en particulier sur celle qui a servi de tronc commun aux trois religions monothéistes.
      Les religions ont été utilisées de tous temps par des profiteurs, mais je pense qu’un certain nombre de personnes y croient réellement : vous ne pouvez pas ignorer le retour en force des religions.
      À mon humble avis, la cause doit être recherchée dans ces allers-retours de l’Histoire, qui ne sont que des réactions à des réactions, et dans la croyance classique d’un ancien âge d’or, où tout était mieux que maintenant.
      Pour info, vous n’avez pas besoin de visiter tous les liens ; en passant le curseur au-dessus, vous pouvez éliminer ce qui pointent sur « biblegateway » (version française de la Bible), et éventuellement ceux des noms d’auteurs en bibliographie, qui renvoient à leur bio. « Biblehub » renvoie à la bible hébraïque officielle, avec texte en hébreu, transliteration et lexicon, plus d’autres infos sur le vocabulaire, qui s’avèrent parfois utiles.


      • epicure 5 septembre 2014 23:17

        bonjour

        en lisant tes deux articles sur les religions antiques, ça me fait penser aux régimes dits totalitaires, sur le fond, pas la forme.
        c’est à dire que les régimes totalitaires semblent avoir sécularisé les relations entre société et religion antique, en fusionnant la religion et l’état, avec l’idéologie et le chef qui remplacent la religion et le le dieu protecteur à qui ont doit vouer le culte.
        Puisqu’en fait c’est surtout une question de relations politiques, de protection de la société ( ne pas vénérer les dieux c’est mettre en danger la cité).
        Sauf que les dictateurs ne se cachent pas derrière des entités surnaturelles, auxquelles ils ne croient pas. 

        En plus certains amateurs de génocides ont une éducation chrétienne ( catholicisme ou orthodoxie ), comme hitler ou l’ex séminariste Staline, et donc une éducation basée en partie sur l’ancien testament.
        ON peut voir d’ailleurs chez les deux la pratique de cérémonies religieuses avec les grands défilés/processions ou rassemblements.

        Et je ne sais plus qui disait que la religion c’est la société qui se sublime/transcende, ou quelque chose comme ça.


        • Baasiste 2 5 septembre 2014 23:46

          hitler, mao, lénine, staline, pol pot éducation non religieuse ou pas sont tous devenus des totalitaires lorsqu’ils sont devenus anti-chrétiens ou athéistes. l’idéologie athéiste a engendré ces totalitaires qui ont tous eu une politique athéiste ou très peu religieuse pour hitler.


          bref totalitarisme=toi point barre

          les grands défilés, processions et rassemblements rendaient tous hommage à la « raison », à la « race supérieure », au « chef » au « socialisme » et co... pas à la religion qui n’est aucunement une idéologie, un parti, un système éco ou un régime, bref de la dégénérescence athée qui voue un culte aux choses matérielles/scientifiques/anti-spirituelles/non-divines... à la place systématiquement, comme toi qui dit que la raison, l’individualité, le socialisme c’est au-dessus de dieu.

          la religion ne sert aucun culte à un régime, la religion est une croyance/un culte fait à l’égard d’aucun régime ou idéologie sur terre, elle n’est donc pas totalitaire. bref une fois de plus tu mélanges croyance/culte pour quelque chose nous surpassant et culte-croyance pour un régime précis et une idéologie précise.

          et encore une fois le facho totalitaire le culte religieux est fait librement, on croit en à un dieu, à une religion on lui fait un culte sans qu’on est après nous le régime formateur sur le dos 24/24 7j/7 à nous enivré de religion du matin au soir.

          sinon inculte-ignare saches faire la différence entre société autoritaire et totalitaire, renseignes toi mieux. par contre le culte et la pratique totalitaire du consumérisme athée-individualiste est énorme, la religion consumériste-capitaliste individualiste et athée s’empare de nous de matin au soir comme ton socialisme dans les régimes totalitaires.

        • Baasiste 2 5 septembre 2014 23:59

          la religion pratiqué formate beaucoup beaucoup moins la vie de l’homme et sa pensée, que le capitalisme athée individualiste, le fascisme ou le socialisme, exemple : un chrétien peut être socialiste, libéral, facho, nazi, conservateur, nationaliste et j’en passe... et dans son mode de vie le chrétien hormis quelques prières et la messe ((en gros), n’a rien de formaté.


        • epicure 7 septembre 2014 20:26

          @Par Baasiste 2 (---.---.---.200) 5 septembre 23:46

          Bon encore l’ignare qui se ramè_ne avec son ignorance, sa non compréhension des choses.
          Incapable de comprendre que l’éducation peut façonner l’adhésino à des pricniep^s, valeurs, surtout l’éducation religieuse ancienne.
          IL n’y a ps d’idéologie athéiste, c’est u fantasme de ta part.
          L’athéisme reposant sur l’immanence, une idéologie athéiste reposerait forcément sur des principes immanents, c’est à dire matérialistes, comme l’individualisme.
          Le contraire donc des régimes totalitaires qui reposent sur l’autoritarisme, c’est à dire la négation de l’individu.

          Hors s’il y a bien une enseignement qui enseigne la négation de l’individu, et la soumission à une autorité transcendante c’est bien l’éducation religieuse.
          Ce n’est pas un hasard si les gens les plus religieux votent le plus à droite, ou sont à l’extrême droite, c’est à dire adhèrent à des idéologies anti individualistes , autoritaires.

          Bref encore ton point barre, c’est une preuve de ton absence de réflexion, tu poses un chose sans pouvoir le démontrer rationnellement, et donc comme l’ignare que tu es tu dis point barre pour ne pas pousser à la réflexion.

          Depuis tu es un menteur comme d’habitude, puisque le nazisme n’est pas une idéologie athée, c’est même une idéologie anti matérialiste..

          Quand à tes insultes, elles remettent juste en avant ton niveau .

          Ce qu est marrant c’est de voir un idiot d’extrême droite attaquer des régimes qui partagnet les mêmes principes que son idéologie : le culte du chef, l’autoritarisme, la hiérarchie, le rejet de l’individu et de la liberté, etc...

          Espèce de mule, si le culte religieux est libre dans les pays où les athées, les non croyants, les individualistes , etc.. bref tout ce que ton fanatisme religieux déteste, ont combattu pour obtenir al liberté vis à vis de la religion, et renvoyer le pouvoir religieux dans la sphère privée.

          Bref une belle démonstration de nullité que tu m’as fais, pour la ... deux centième fois au moins.

          Tu ne t’améliores pas., toujours aussi nul.


        • epicure 7 septembre 2014 20:35

          @Par Baasiste 2 (---.---.---.200) 5 septembre 23:59

          mais oui bien sûr, il suffit de voir les juifs ou les musulmans pratiquants, donc chaque aspect de leur vie, même privée est formaté par la religion.

          le capitalisme n’est aps athée, il est très pratiqué et défendu par des croyants.
          Les plus grands défenseurs politiques du capitalisme attachent une importance à la religion.
          Par contre les philosophies politiques athées elles ont reposées sur la dénonciation du capitalisme : Marx, le socialisme anarchiste de Bakounine etc....
          De même le capitaliste n’est pas forcément individualiste : il y a le capitalisme d’état ou le capitalisme familial qui ne sont pas individualistes.

          Tu as oublié, l’inquisition, le chevalier de la barre, les pressions sociales pour aller à l’église, les encycliques papales rejetant toute indépendance de ’l’état et des individus vis à vis de lui etc...
          Bref ta réponse sur le christianisme comme pour le reste repose sur l’ignorance.

          Donc à part tout mélanger, et montrer que tu ne comprends pas ce dont tu parles , comme d’habitude, tu n’as rien à dire on dirais. Toujours à essayer de me répondre avec tes propos irrationnels ignares....


        • Baasiste 2 7 septembre 2014 22:09

          « Bon encore l’ignare qui se ramè_ne avec son ignorance, sa non compréhension des choses.
          Incapable de comprendre que l’éducation peut façonner l’adhésino à des pricniep^s, valeurs, surtout l’éducation religieuse ancienne. »

          et non mongolito tous les grands dictateurs sont devenus totalitaires en adhérant à une idéologie anti-religieuse ou non religieuse, rien à voir.


          « IL n’y a ps d’idéologie athéiste, c’est u fantasme de ta part. »

          si guignolo le communisme veut restreindre la religion.


          « L’athéisme reposant sur l’immanence, une idéologie athéiste reposerait forcément sur des principes immanents, c’est à dire matérialistes, comme l’individualisme.
          Le contraire donc des régimes totalitaires qui reposent sur l’autoritarisme, c’est à dire la négation de l’individu. »

          les totalitaires sont athées ils s’en tapaient de la religion pou chiaient dessus, là tu racontes de la merde encore comme d’hab, l’athéisme « immanent » ma couille faisaient partie de la politique des régimes totalitaires. l’athéisme est compatible avec l’autoritarisme, quand croire en dieu devient un obstacle à son idéologie on est anti-religieux ou non-religieux.


          « Hors s’il y a bien une enseignement qui enseigne la négation de l’individu, et la soumission à une autorité transcendante c’est bien l’éducation religieuse.

          Ce n’est pas un hasard si les gens les plus religieux votent le plus à droite, ou sont à l’extrême droite, c’est à dire adhèrent à des idéologies anti individualistes , autoritaires. »

          l’individualisme mène au libéralisme, consumérisme et capitalisme, pas mieux, la société occidentale est totalitaire. les socialistes aussi sont autoritaires les individus doivent se soumettre au collectif. sinon ma couille l’éducation religieuse n’enseigne pas la négation de l’individu, t’as fumé ça où ? dire qu’il faut faire le bien c’est nier l’individu ? se « soumettre » à dieu lol !? c’est vrai faire le bien/se maîtriser/prier c’est vachement se soumettre, sinon non quand on se « soumet » à dieu, on ne se soumet ni au fürher ni à mussolini ni au roi, on se se soumet à rien de temporel, de plus on est libre de se « soumettre » à dieu, et le culte religieux comme dit ne recouvre pas toute notre journée/existence/vie comme les régimes totalitaires et on le suit librement. sinon l’éducation non-religieuse aussi apprend à se soumettre à des normes et règles. l’éducation athée fut utilisé par tous les régimes totalitaires... sinon le petit nazi l’éducation religieuse laisses là n’imposes pas ton éducation athée comme les jeunesses hitleriennes et l’éducation stalinienne à tous le monde, les totalitaires haïssent l’éducation libre parentale.




          « Bref encore ton point barre, c’est une preuve de ton absence de réflexion, tu poses un chose sans pouvoir le démontrer rationnellement, et donc comme l’ignare que tu es tu dis point barre pour ne pas pousser à la réflexion.

          Depuis tu es un menteur comme d’habitude, puisque le nazisme n’est pas une idéologie athée, c’est même une idéologie anti matérialiste.. »

          ma couille le nazisme est athée regardes ce que pense hitler le matérialiste http://library.flawlesslogic.com/religion_fr.htm


          ’Quand à tes insultes, elles remettent juste en avant ton niveau .

          Ce qu est marrant c’est de voir un idiot d’extrême droite attaquer des régimes qui partagnet les mêmes principes que son idéologie : le culte du chef, l’autoritarisme, la hiérarchie, le rejet de l’individu et de la liberté, etc...’

          la liberté et l’individualité donne le totalitarisme marchand-consumériste dobc tu es un facho, la hiérarchie ? la hiérarchie libérale, bref les inégalités, est fondé sur l’individualisme. depuis quand ai je proposer un culte du chef ?

          l’autoritarisme ? tu es autoritaire car tu es un marxiste anti-libertés éco et anti-démocrate.


          « Espèce de mule, si le culte religieux est libre dans les pays où les athées, les non croyants, les individualistes , etc.. bref tout ce que ton fanatisme religieux déteste, ont combattu pour obtenir al liberté vis à vis de la religion, et renvoyer le pouvoir religieux dans la sphère privée.

          Bref une belle démonstration de nullité que tu m’as fais, pour la ... deux centième fois au moins.

          Tu ne t’améliores pas., toujours aussi nul. »

          le culte religieux n’est pas libre dans le stalinisme et ton athéisme d’etat intolérant. sinon dans les sociétés anciennes il y avait des restrictions mais mais il n’y avait pas de totalitarisme, l’Etat ne faisait rien pour être sûr que tu suives véritablement al religion et rien pour que tu sois trempé dans la religion du matin au soir 7j/7 comme les moines, t’étais pas surveillé dans ton culte religieux. 99 % de la population suivait sa religion librement, il y avait environ en France à la fin de la rév fr énormément de déistes/athées/protestants et juifs.


        • Baasiste 2 7 septembre 2014 22:17

          ’mais oui bien sûr, il suffit de voir les juifs ou les musulmans pratiquants, donc chaque aspect de leur vie, même privée est formaté par la religion.’

          non hormis le ramadan, la prière et quelques interdictions morales pour les muslims (tu n’as pas de maîtresses, tu manges pas de porc, tu bois pas, tu ne voles pas...), on est pas dans le totalitarisme... par contre la culture individualiste capitaliste recouvre à 90 % ton mode de vie : coca, baskets, sweat, tv, télé-realité, jeux vdiéos, jean, égoïsme, amour de l’argent, mc do, films us, etc...


          ’le capitalisme n’est aps athée, il est très pratiqué et défendu par des croyants.
          Les plus grands défenseurs politiques du capitalisme attachent une importance à la religion.’

          tu es rigolo en 1789 : la france détruit le pouvoir de l’Eglise et en 1776 laïcité aux us (quasi-totale) et la maçonnerie, le bohemian club, le skull and bones ce n’est pas capitaliste... la religion a perdu son pouvoir à chaque fois que le capitalisme est arrivé. la société occidentale est la plus athée au monde.


          « Par contre les philosophies politiques athées elles ont reposées sur la dénonciation du capitalisme : Marx, le socialisme anarchiste de Bakounine etc.... »

          ils avaient un point commun avec le capitalisme comme leur internationalisme même si le capitalisme est pire, il est mondialiste.

          « De même le capitaliste n’est pas forcément individualiste : il y a le capitalisme d’état ou le capitalisme familial qui ne sont pas individualistes. »

          le capitalisme familial est individualiste c’est seulement l’individu qui décide que ses gosses hériteront de lui point barre bientôt l’amour (sentiments individuels) ne sera pas individualiste lol ?

          le capitalisme d’état c’est 100 % de l’économie nationalisé, 0 capitalisme.

          « Tu as oublié, l’inquisition, le chevalier de la barre, les pressions sociales pour aller à l’église, les encycliques papales rejetant toute indépendance de ’l’état et des individus vis à vis de lui etc... »

          tu confonds autoritarisme et totalitarisme trouduc et individu avec personne...


          bref je te dis : Bref ta réponse sur le christianisme comme pour le reste repose sur l’ignorance.

          Donc à part tout mélanger, et montrer que tu ne comprends pas ce dont tu parles , comme d’habitude, tu n’as rien à dire on dirais. Toujours à essayer de me répondre avec tes propos irrationnels ignares....


        • Baasiste 2 7 septembre 2014 23:01

          « Espèce de mule, si le culte religieux est libre dans les pays où les athées, les non croyants, les individualistes , etc.. bref tout ce que ton fanatisme religieux déteste, ont combattu pour obtenir al liberté vis à vis de la religion, et renvoyer le pouvoir religieux dans la sphère privée.

          Bref une belle démonstration de nullité que tu m’as fais, pour la ... deux centième fois au moins.

          Tu ne t’améliores pas., toujours aussi nul. »

          le culte religieux n’est pas libre dans le stalinisme et ton athéisme d’etat intolérant. sinon dans les sociétés anciennes il y avait des restrictions mais mais il n’y avait pas de totalitarisme, l’Etat ne faisait rien pour être sûr que tu suives véritablement al religion et rien pour que tu sois trempé dans la religion du matin au soir 7j/7 comme les moines, t’étais pas surveillé dans ton culte religieux. 99 % de la population suivait sa religion librement, il y avait environ en France à la fin de l’ancien régime (bref sous théocratie religieuse) il y avait énormément de déistes/athées/protestants et juifs en france, dans les pays religieux musulmans aussi durant tous le moyen âge : tolérance extrême et dans l’empire ottoman aussi de grosses minorités religieuses.


          correction


        • Baasiste 2 7 septembre 2014 23:13

          quand aux pressions sociales pour aller à l’église : elles sont très fortes en société libérale-individualiste, pressions pour consommer la même chose, aller à la messe devient ringard, pour s’habiller pareil, etc... vu que les individualités se ressemblent, c’est la dictature de la plus grosse partie des individualités-goûts individuels ultra-similaires.


        • devphil30 devphil30 6 septembre 2014 07:27

          La religion est un poison pour l’esprit , c’est une main mise sur la réflexion personnelle afin de déifié des statues censées représenter le bien.

          Combien de morts et de souffrance pour ces statues au cours des siècles ?

          Combien de morts et de souffrance pour ceux qui n’adoraient pas le bonne statue , celle du plus fort ? 

          Comment les religions prônant toutes globalement l’amour du prochain peuvent t’elles conduire des hommes à en détruire d’autres ?

          La bêtise et l’incrédulité humaine n’ont pas de limite et les religions les exploitent pour des intérêts de pouvoir et d’argent.

          Philippe 


          • soi même 6 septembre 2014 09:41

            (  La religion est un poison pour l’esprit ) Dites moi, c’est quoi l’esprit ?


          • Baasiste 2 6 septembre 2014 20:18

            « réflexion personnelle » la bonne réflexion personnelle c’est de trouver les raisons pour suivre il faut suivre la religion.


            sinon rév fr anti-cléricale (1789-1815) : 2 millions de morts français uniquement, plusieurs millions chez les étrangers.
            colonisation laïcarde et décolonisation : des millions de morts
            génocide des aborigènes et amérindiens aux us : libéralisme laïc et matérialiste
            plus de 70 millions de morts à la 2nd gm par des régimes non-religieux voire même anti-chértien comme hitlerhttp://library.flawlesslogic.com/religion_fr.htm
            1ère gm lié à l’ultra-nationalisme anti-religieux et le capitalisme : 20 millions de morts 
            100 millions de morts liés au communisme athéiste

            bref depuis que la religion n’a plus aucun pouvoir ou très peu de pouvoir (depuis 200 ans), c’est pire.

            le NOM aussi est satanique.

          • Baasiste 2 6 septembre 2014 20:20

            le socialisme, le libéralisme, le nationalisme, le capitalisme, le fascisme... toutes ces croyances non religieuses ont fait amplement plus de morts que les croyances religieuses.


          • Baasiste 2 6 septembre 2014 20:20

            sans oublier le mondialisme évidement dans les croyances.


          • epicure 7 septembre 2014 20:50

            @Par Baasiste 2 (---.---.---.200) 6 septembre 20:18

            « 
            « réflexion personnelle » la bonne réflexion personnelle c’est de trouver les raisons pour suivre il faut suivre la religion.
             »

            Bravo bel exemple de tes productions, cela ne veut rien dire....

            La bonne réflexion, c’est de savoir être critique vis à vis d’autorités autoproclamées, qui déclares te livrer la vérité dans un paquet cadeau bien emballé.
            La bonne réflexion, c’est de considérer que s’il a trop de choses qui ne vont pas dans le discours des religions, et les pratiques qui en découles, i ne faut pas suivre la religion.
            Sinon je te rappelle que quand napoléon a fait ses guerres, c’est là où il y a eu le plus de morts , il avait signé un concordat avec l’église catholique qui donnait de l’importance à l’église dans la société, donc il n’était pas dans l’anticléricalisme.

            La colonisation a été entamée par les monarchistes catholiques

            La conquête de l’Amérique a été faite par des monarchies catholiques, et l’Angleterre avec sa religion nationale dont la reine était le chef.
            Et l’Angleterre a été le plus gros colonisateur.
            Les fondateurs des USA sont des communautés religieuses...
            L’église a encouragé les colonisation, pour pouvoir accroitre le nombres d’ouailles à ses pieds grâce à l’évangélisation.

            Le nanisme était une idéologie anti matérialiste, hitler et d’autres nazis font référence à dieu, hitler admirait l’islam etc.... Ce que hitler détestait dans le christianisme c’est sa morale de faible, à qui il préférait l’islam.

            L’Amérique est un pays religieux, l’Angleterre avait toujours sa religion nationale d’état en 1939.....

            Lors de la première GM les nationalistes français défendaient le cléricalisme catholique.....

            Bref du grand n’importe quoi que tu nous balance comme d(’habitude.


          • Baasiste 2 7 septembre 2014 22:34

            « Bravo bel exemple de tes productions, cela ne veut rien dire....

            La bonne réflexion, c’est de savoir être critique vis à vis d’autorités autoproclamées, qui déclares te livrer la vérité dans un paquet cadeau bien emballé. »

            trou du cul la bonne réflexion c’est comme je l’ai dis suivre la religion et en avoir les raisons/justifications, pas être un con de ton style disant « je crois aps en dieu même si j’ai aucune preuves pour l’affirmer, nike la religion moi olol ma morale est meilleure que celle de dieu ma cervelle aussi même si je sais pas pourquoi, je préfère faire mes propres règles sans raisons même si elles sont pourrits ». 


            « La bonne réflexion, c’est de considérer que s’il a trop de choses qui ne vont pas dans le discours des religions, et les pratiques qui en découles, i ne faut pas suivre la religion. »

            la bonne réflexion c’est de juger la religion uniquement par ce qu’elle dit dans les lires saints pas par ceux prétendant être religieux ou agir au nom d’elle.


            « Sinon je te rappelle que quand napoléon a fait ses guerres, c’est là où il y a eu le plus de morts , il avait signé un concordat avec l’église catholique qui donnait de l’importance à l’église dans la société, donc il n’était pas dans l’anticléricalisme. »

            euh trou du cul l’ancien régime était théocratique, on est passé de la théocratie à un simple concordat avec liberté de culte totale. après la rév l’Etat était toujours lié à la religion mais de manière 4 x moins forte. bref napoléon et révolution=baisse de 75 ù du pouvoir de la religion.


            « La colonisation a été entamée par les monarchistes catholiques »

            c’est vrai mais qu’au début.


            ’La conquête de l’Amérique a été faite par des monarchies catholiques, et l’Angleterre avec sa religion nationale dont la reine était le chef.’

            l’angleterre était libérale religieusement et les us laïcs.


            « Les fondateurs des USA sont des communautés religieuses... »

            les us c’est le 1er pays laïc au monde.


            « L’église a encouragé les colonisation, pour pouvoir accroitre le nombres d’ouailles à ses pieds grâce à l’évangélisation. »

            je sais mais la rép laïc, les us laïcs et les colonisations capitalistes du xixème s pas un mot / :


            « Le nanisme était une idéologie anti matérialiste, hitler et d’autres nazis font référence à dieu, hitler admirait l’islam etc.... Ce que hitler détestait dans le christianisme c’est sa morale de faible, à qui il préférait l’islam. »

            hitler aimait l’islam pour son côté guerrier, c’est tous il ne croyait aps en l’islam, i l’admirait juste pour son côté violent.

            mais bon regardes hitler était anti-religieux avec sa bandehttp://library.flawlesslogic.com/religion_fr.htm

            le nazisme a toujours été matérialiste, la nation/la race/le racisme/la pseudo-science nazie/le darwinisme... rien de spirituel.

             

            « c’est lui qu’il le dit : 

            L’Amérique est un pays religieux, l’Angleterre avait toujours sa religion nationale d’état en 1939..... »

            les us est un pays sans religion d’etat et laïc à 99 %, à part une mention à dieu sur un billet et les serments sur la bible.. rien de religieux. l’angleterre a une religion d’état et... c’est tous 0 quasiment politique religieuse, l’angleterre aussi est une monarchie mais al reine a 0 pouvoir.


            « Lors de la première GM les nationalistes français défendaient le cléricalisme catholique..... »

            non car la propagande républicaine anti-allemande et revancharde était laïque. et l’ultra-nationalisme guerrier est incompatible avec l’universalisme chrétien.


            je te dis : Bref du grand n’importe quoi que tu nous balance comme d(’habitude.


          • Baasiste 2 7 septembre 2014 22:56

            « Sinon je te rappelle que quand napoléon a fait ses guerres, c’est là où il y a eu le plus de morts , il avait signé un concordat avec l’église catholique qui donnait de l’importance à l’église dans la société, donc il n’était pas dans l’anticléricalisme. »

            euh trou du cul l’ancien régime était théocratique, on est passé de la théocratie à un simple concordat avec liberté de culte totale. après la rév l’Etat était toujours lié à la religion mais de manière 4 x moins forte. bref napoléon et révolution=baisse de 75 % du pouvoir de la religion.


            « c’est lui qu’il le dit : 

            L’Amérique est un pays religieux, l’Angleterre avait toujours sa religion nationale d’état en 1939..... »

            les us est un pays sans religion d’etat et laïc à 99 %, à part une mention à dieu sur un billet et les serments sur la bible.. rien de religieux. l’angleterre a une religion d’état et... c’est tous 0 (quasiment) politique religieuse ou ingérence religieuse de l’Etat, l’angleterre aussi est une monarchie mais al reine a 0 pouvoir, pareil l’angleterre a une religion d’etat mais la religion d’etat a 0 pouvoir.


            correction



          • Baasiste 2 7 septembre 2014 22:58

            et les fondateurs des us c’est des franc-maçons (satanistes anti-religion) surtout !!!


          • epicure 10 septembre 2014 16:28

            ça te fais du bien de t’adresser à toi même on dirait
            tu aimes ben t’interpeller.

            Du coup c’est pas la peine de lire les messages que tu t’adresses à toi même.


          • Baasiste 2 9 novembre 2014 01:34

            « celui ki di c celui ki yé » traduction


          • fcpgismo fcpgismo 6 septembre 2014 08:26

            Dieu est une invention au service des dominants



            • soi même 6 septembre 2014 09:39

              L’inverse de ton affirmation est aussi vrai, le dominant et juste une adéquation avec l’instant !
              Si y a pas de Dieu expliquer moi comment, un être à peut être dominant, puisque vous affirmez que Dieu n’existe pas ?

              A défaut d’être inspirer, dite moi qui vous inspires ?


            • Fergus Fergus 6 septembre 2014 09:43

              Bonjour, Fcpgismo.

              Non, les dieux et les religions sont nés de la terreur inspirée aux hommes par leur mort inéluctable. En donnant un sens mystique à celle-ci, ils ont pu mieux l’affronter. Et ces dieux bien commodes leur ont ensuite permis de supporter les famines et les fléaux. Ce n’est qu’ensuite que les élites ont utilisé les religions pour manipuler les masses.


            • Aldous Aldous 6 septembre 2014 10:27

              « Dieu est une invention au service des dominants »


              C ?est exactement l’inverse pour le christ, mais chut...



            • Fergus Fergus 6 septembre 2014 11:54

              Bonjour, Aldous.

              En effet, le Christ était un individu subversif, une sorte de gauchiste avant l’heure.


            • christophe nicolas christophe nicolas 6 septembre 2014 12:46

              C’est la définition d’une idole, le vrai Dieu a été jugé coupable, blasphémateur et assassiné par Caïphe et ses sbires et a ressuscité.


              La guerre est faite par certains puissants qui se mettent à l’arrière de leur troupe... Lorsqu’ils se mettent devant, ils sont brutaux mais pas hypocrites mais c’est assez rare pour être souligné, surtout de nos jours. Il y a Alexandre contre Darius, il y a Clovis, il y a Nelson, Napoléon au début...

              Pour la bataille, il faut donner du courage parce que se faire éventrer n’est pas une image qui en donne donc, on met n’importe quoi dans la tête des gens, c’est un lavage de cervelle... Etant donné les dégâts des armes modernes, il a été nécessaire de mentir... mais si les états d’esprit de ces puissants ne changent pas, le meilleur reste à venir parce que si vous voulez des armes dégueulasses, je peux en mettre les principes sur internet et je peux faire bien mieux que les Américains. 

              Je vous assure que le petit jeu des puissants qui consiste à instaurer un état d’esprit orgueilleux de « on peut y arriver sans Dieu » est absolument catastrophique à terme. Cela fait resurgir l’esprit de « dominateur-gagneur »... ce n’est pas la bonne voie car elle oblige à mentir aux peuples pour qu’ils ne demandent pas des comptes.

              Meurtres et mensonges.... 

              L’esprit idolâtre doit revenir vers l’esprit rendant grâce au vrai Dieu, l’esprit de domination vers l’esprit de bonté. l’esprit de mensonge vers l’esprit de vérité. Les puissants doivent choisir cette voie.

            • Triboulet 6 septembre 2014 14:04
              Le sentiment d’impuissance créé toujours les plus violents vindicatifs. 
              La vanité, ce trou noir ou même les lumières s’y perdent.

            • Alex Alex 6 septembre 2014 14:20

              Fergus

              L’origine des dieux est vraisemblablement multiple ; dans le désert, implorer le dieu de la pluie qui ne se manifeste plus était important.
              Un jour que j’étais à Casa, j’appris que Hassan II avait affrété un avion de la RAM pour envoyer une centaine d’imams à la Mecque afin de demander à Allah qu’il fasse pleuvoir. Eh bien, vous ne me croirez certainement pas, mais il se mit à pleuvoir quelques jours plus tard smiley
              Au cours de mes recherches dans les textes saints, j’ai découvert qu’il existait une prière juive pour la pluie encore récitée de nos jours par certains croyants.
              D’une façon plus générale, la divinité servait à expliquer ce que l’homme ne comprenait pas.
              N’importe quelle « dé-couverte » par l’homme prouvait sa pré-existence, donc qu’un être supérieur l’avait préalablement inventée.
              L’utilisation de ces dieux par quelques futés est un autre sujet, que l’on peut résumer par cette idée – attribuée à Voltaire – du premier charlatan qui rencontra le premier imbécile.


            • Xenozoid Xenozoid 6 septembre 2014 19:14

              c’est vrais apres tout dieux n’a pas de morale a part celle du pouvoir, comme aldou il ne se faits que homme que quand la pedofilie est, connard


            • epicure 7 septembre 2014 21:07

              @Par christophe nicolas (---.---.---.81) 6 septembre 12:46

              "

              Je vous assure que le petit jeu des puissants qui consiste à instaurer un état d’esprit orgueilleux de « on peut y arriver sans Dieu » est absolument catastrophique à terme. Cela fait resurgir l’esprit de « dominateur-gagneur »... ce n’est pas la bonne voie car elle oblige à mentir aux peuples pour qu’ils ne demandent pas des comptes.
              "

              Bah pourtant aux USA on en est toujours à encourager la croyance en dieu, à valoriser la religion, à lui donner de l’importance, et c’est le royaume du dominateur gagneur, avec l’Angleterre et son église officielle anglicane dirigée par la reine, c’est le pays qui est al source de cette mentalité.
              L’éducation en la croyance en un dieu transcendant, favorise l’adoption des principes autoritaristes, qui sont ceux sur lesquels reposent les dictatures, et autre monarchies absolues.
              La démocratisation a été possible en occident grâce à la sécularisation.

              Sinon il suffit de voir les mouvements idéologiques athées historiques, pour voir que l’esprit n’était pas au dominateur/gagnant, quand aux régimes qui se ont remplacé le culte de dieu par celui du dictateur, la mentalité enseignée était plutôt à la modestie pour le peuple aussi.

              Donc je ne sais pas avec quoi tu peux nous assurer......

              En fait dans la réalité les gens font sans dieu, donc il peuvent y arriver sans dieu.
              Si les humains avaient attendu un dieu pour que les choses changent, on serait encore à l’âge de pierre. En France nombre de progrès, de processus d’humanisation de la société s’est fait contre l’église catholique.


            • Baasiste 2 7 septembre 2014 22:43

              « Bah pourtant aux USA on en est toujours à encourager la croyance en dieu, à valoriser la religion, à lui donner de l’importance, et c’est le royaume du dominateur gagneur, avec l’Angleterre et son église officielle anglicane dirigée par la reine, c’est le pays qui est al source de cette mentalité. »

              les us c’est un pays laïc de liberté de culte, en fait le seul truc religieux c’est « nous croyons en dieu » sur les billets, l’angleterre a une religion d’etat mais c’est liberté de culte et quasiment 0 intervention dans le domaine religieux avec un athéisme record.


              les us premier pays laïc et l’angleterre le premier pays occidental a appliquer le libéralisme en matière religieuse.



              ’L’éducation en la croyance en un dieu transcendant, favorise l’adoption des principes autoritaristes, qui sont ceux sur lesquels reposent les dictatures, et autre monarchies absolues.’

              hitler, pol pot, mussolini, staline, mao, lénine, catsro... tous des athéistes ou non religieux avec une éducation des jeunes : laïque.

              sinon mongolito la croyance en quelque chose qui surpasse les hommes depuis quand ça favorise l’envie d’un régime dictatorial terrestre-matériel-non divin-en dessous de dieu ?


              ’La démocratisation a été possible en occident grâce à la sécularisation.

              Sinon il suffit de voir les mouvements idéologiques athées historiques, pour voir que l’esprit n’était pas au dominateur/gagnant, quand aux régimes qui se ont remplacé le culte de dieu par celui du dictateur, la mentalité enseignée était plutôt à la modestie pour le peuple aussi.’

              le culte de dieu ne fait allégeance à aucun régime politique, il est libre et hormis ma messe et quelques prières rien d’autres, 0 totalitarisme...

              c’est l’athéisme l’athéisme mettant des idéologies au même titre que la religion (le libéralisme, le socialisme et le nationalisme sont autant sacrés sauf qu’elles visent à prendre le contrôle de la société entièrement), l’athéisme est lui même un religion.


              ’Donc je ne sais pas avec quoi tu peux nous assurer......

              En fait dans la réalité les gens font sans dieu, donc il peuvent y arriver sans dieu. 
              Si les humains avaient attendu un dieu pour que les choses changent, on serait encore à l’âge de pierre. En France nombre de progrès, de processus d’humanisation de la société s’est fait contre l’église catholique.’

              encore un mongol qui ’na rien compris, depuis quand être croyant c’est dire qu’on est dépendant de dieu à 100 % , votre idéologie athée socialiste oui, tout doit tourner autours mais aps le cas de la religion où dieu laisse énormément de libertés à l’homme.



            • soi même 6 septembre 2014 11:24

              @ Alex, ce que vous décrivez n’est rien d’autre qu’une des manifestations du Mal.

              Dans le Prologue de l’évangile selon Jean, il y les versets 5 et 10 qui donne la clé de tous la problématique du Mal .

               5 - La lumière brillait dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point comprise.

              10 - Le Verbe était dans le monde, et le monde a été fait par lui, et le monde ne l’a pas connu.

              Notre époque justement est confronté à sa manifestation la plus intense qu’est connue l’humanité jusqu’à présent !

              Le sujet n’est pas de se dire, j’incarne le Bien pour lutter contre le Mal, l’enjeu d’aujourd’hui est de comprendre son essence, et c’est à la lumière de cette compréhension fondamental du mystère du Mal, qu’il y a le prémisse de sa résolution.

              Il nous est pas encore donné de véritable triompher du Mal dans le Monde, par contre il est tous à fait possible de lutter contre sa manifestation en soi par sa connaissance intime de ses manifestations.

              En attendent il nous toujours possible de faire sien ses paroles Évangéliques :

              « Évangile de saint Jean - Chapitre 8 »

              32 -  alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. »


              • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 6 septembre 2014 12:10

                « A tout seigneur tout honneur. Les juifs inventent le monothéisme, ils inventent tout ce qui va avec. Le droit divin et son corrélat obligé : le peuple élu exhaussé, les autres peuples enfoncés, logique cohérente [...] Yahvé, dont le modèle relève — comme Mahomet — du chef de guerre tribal obtenant du galon cosmique. [...] Peu importe ces Cananéens, Dieu a décidé de leur extermination : « je les exterminerai », dit-il (Ex. XXIII, 23). [...] Humain tant qu’il ne s’agit pas de Cananéens, il peut proposer l’évitement du combat et offrir à la place l’esclavage, signe de bonté et d’amour. Aux Palestiniens, promet la destruction totale - la guerre sainte selon l’expression terrifiante et hypermoderne du livre de Josué (VI,21) [...] Dans les yeshivas, on travaille à la mémoire de ces passages auxquels ont ne change pas une virgule, pas plus qu’on ne touche à un cheveu de Yahvé. La Torah propose la première version occidentale des nombreux arts de la guerre publiés au fil des siècles...  »

                Michel OnfrayTraité d’athéologie - Physique de la métaphysique, 4e partie, « Théocratie », II, « Au service de la pulsion de mort », §2, « L’invention juive de la guerre sainte », Paris : Grasset, 2005. Réédité en 2006 en collection « Le Livre de Poche », n° 30 637.


                • Alex Alex 6 septembre 2014 14:00

                  @SPQR

                  Je ne connaissais pas le livre d’Onfray, mais je ne suis pas étonné qu’il ait écrit sur le sujet.

                  Dire que les Juifs ont inventé le monothéisme est assez approximatif ; on peut affirmer que cette invention ne fut pas le fait des Hébreux, comme le montre le Pentateuque où les autres dieux sont souvent mentionnés.
                  Le dieu des Hébreux était unique parce que son peuple était petit et récent.

                  Yahweh est avant tout « des armées » (son qualificatif le plus fréquent dans la Torah) ; il ressemble donc à ses collègues. La seule différence est l’intolérance totale des autres religions.
                  Elle s’explique très certainement par la situation dans cette région à l’époque ou la Torah fut écrite. Les autres dieux et leurs adeptes étaient considérés comme des agents de l’ennemi.

                  Le but de l’article était d’exposer les faits, pas de les interpréter. Mais cela n’empêche pas de constater que les guerres saintes qui ont suivi, jusqu’à nos jours, ne font que reprendre exactement les mêmes principes.
                  Par leur nom, les partis tels que le Hamas et le Hezbollah se revendiquent clairement de Dieu, mais on « oublie » aussi de dire que, côté israélien, la motivation de l’expansion colonialiste est basée sur les principes religieux ; on lit très peu d’articles comme celui-ci, alors que le cas décrit est loin d’être unique.


                • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 6 septembre 2014 19:08

                  Merci de votre réaction ; beaucoup de choses chez Onfray sont hélas fort approximatives. En particulier, cette expression « guerre sainte » qu’il met en italiques ne se retrouve pas dans les traductions de Josué ; à mon avis cette expression est bien plus récente que les textes de l’A. T.


                  Merci aussi pour votre article, que je vais relire car il le mérite, article qui résulte à l’évidence d’un travail intelligent et sérieux comme on en voit rarement sur AV.

                • Alex Alex 6 septembre 2014 20:58

                  @SPQR

                  L’expression guerre sainte est très postérieure à l’époque dont je parle (entre –1000 et +200).

                  En fait, cette guerre suit le schéma classique de l’époque : les prêtres transmettent aux rois ou aux peuples (les Hébreux n’avaient pas de roi) l’ordre (ou l’autorisation) de faire la guerre. Sans oublier de piller le pays, mais ce n’est qu’un détail...

                  Ne vous attardez pas trop longtemps sur la webcam montrant le « Veau d’Or » et ses adorateurs en live : vous risqueriez le pire !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès