• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Offre Politique Les Républicains ne correspond plus à la demande (...)

L’Offre Politique Les Républicains ne correspond plus à la demande des français !

Les élections législatives sont passées et le parti d’Emmanuel Macron a remporté la majorité. Face à cet événement qui a bouleversé l’ensemble de la classe politique, je souhaite aujourd’hui, passés un mois et les premières sessions de la nouvelle Assemblée, exprimer mes ressentis sur cette campagne.

Profondément attachée aux valeurs de la droite et du centre, engagée dans la vie politique depuis 2014, à l’échelle locale et régionale, j’ai été investie pour ce scrutin dans la 7ème circonscription de Seine-Saint-Denis (Montreuil et Bagnolet), traditionnellement à gauche. Je savais donc que la lutte serait inégale, mais je l’ai menée jusqu’au bout, avec détermination, en acceptant toutes les difficultés rencontrées.

Parmi celles-ci, comment ne pas évoquer les « affaires », qui n’ont pas manqué d’éclabousser l’intégralité des candidats Les Républicains, tout en exacerbant le ras-le-bol citoyen et le désir de renouveau ? Comme si la crise et les résultats désastreux du mandat précédent n’avaient pas suffi aux électeurs !

Malgré tout, je suis restée fidèle à mon parti, car les erreurs d’un ou plusieurs individus ne doivent pas faire oublier les idées de fond, telles que la récompense du mérite ou encore la promotion de la valeur travail – pour n’en citer que deux, que Les Républicains seraient bien inspirés de méditer et de reprendre à leur propre compte – qui me correspondent et que j’ai envie de défendre au mieux, en restant active sur le terrain. Avocate et Docteure en droit, je suis issue de la société civile, et mue par la volonté de faire évoluer notre société vers plus de justice sociale, plus de prospérité, d’humanisme, et plus de confiance entre citoyens et élus.

Particulièrement attachée au combat pour l’égalité femmes-hommes, j’ai mené de nombreuses actions en direction des femmes et des jeunes filles. Comment, donc, ne pas m’indigner du manque de représentation féminine au sein-même de ma famille politique ? Comment un tel parti, qui porte la République et donc l’idée de représentativité du peuple français jusque dans son nom, peut-il préférer payer une amende pour manque de parité plutôt que d’investir des femmes lors des scrutins importants ?

Deux cent vingt-quatre femmes sont entrées à l’Assemblée Nationale cette année, soit 38,6% des députés – un chiffre historique ! –, mais seulement vingt-trois parmi les députés Les Républicains, sur une centaine de sièges remportés, plaçant mon parti parmi les mauvais élèves de l’Assemblée Nationale. Trop souvent les femmes sont investies dans des circonscriptions au climat économique et social difficile, ou bien quasi-impossibles à décrocher. Les médias ont largement relayé cette information, mais va-t-elle influer sur la remise en question qui s’impose à ma famille politique ?

Ma conviction, partagée par de nombreuses autres femmes politiques, est que la droite et le centre ne peuvent pas « faire l’économie » des femmes dans le projet de renouvellement qui doit nécessairement émerger de ce fiasco électoral, tout comme elle ne peut pas faire l’économie de l’ancrage et de l’adaptation des élus à leur territoire. L’offre politique ne correspond plus à la demande des Français. Ils se sont exprimés sur ce qu’ils ne voulaient plus, à savoir des femmes et des hommes politiques déconnectés des réalités et assis sur les privilèges que leur accordent leurs fonctions de représentants, enchaînées voire cumulées pendant des années, et assorties de petits arrangements qui placent toujours les mêmes personnes aux postes à responsabilités.

Face à une société en perpétuel mouvement, notre parti doit accepter d’évoluer, de se moderniser, trouver des solutions pour rassembler, promouvoir une nouvelle génération et développer un réel maillage de terrain, afin d’œuvrer pour l’intérêt général, au-delà des individualités. Le temps des « ténors » – des voix d’hommes ! – est révolu : le changement doit aussi passer par des voix féminines, des voix écoutées et entendues sans condescendance, pour ce qu’elles ont à apporter au débat politique, non simplement pour respecter la loi sur la parité, mais également par une réflexion d’ensemble sur la charge et la mission que représente le fait d’être élu, notamment en terme d’écoute, de pragmatisme et de dévouement envers le citoyen, pendant la campagne électorale, mais aussi et surtout tout au long du mandat.


Moyenne des avis sur cet article :  1.17/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Philippe Dobrovolski-Kotchak Philippe Dobrovolski-Kotchak 31 juillet 11:33

    A part faire fructifier les rentes des riches retraités de l’ouest parisien, à quoi servent les « républicains » ?

    Cette droite n’a ni projet de société ni valeurs à défendre, elle est à des années-lumières du gaullisme !

    • baldis30 31 juillet 11:48

      @Philippe Dobrovolski-Kotchakbonjour,

      bonjour,

      Elle a tué le gaullisme, c’est bien pour s’en éloigner au maximum ...

      Imagine-t-on un retour à l’OTAN avec le général de Gaulle ?

      Imagine-t-on une soumission à l’Europe technocratique bruxelloise avec le général de Gaulle ?

      Imagine-t-on le général de Gaulle à la remorque des américains dans le dépeçage de l’ex-Yougoslavie ou dans la destruction de la Lybie ?

      Imagine-t-on le bradage de parties entières de la stratégie industrielle nationale par le général de Gaulle ? 

      Imagine-t-on le général de Gaulle arrêter Superphénix pour récupérer quelques voix lors d’une élection ? Ah là ce serait la gauche la coupable ... la gauche à la même latitude que Genève ... Drôle de gauche .....


    • chantecler chantecler 1er août 10:24

      @baldis30
      Superphénix a été un gouffre financier qui annonçait d’ailleurs la suite avec les EPR .(recyclage du plutonium)
      Combien de MGW produits par S.P entre les multiples arrêts ?
      Faut tout de même garder les pieds sur terre .
      Par contre la façon dont on a vendu S.P à l’opinion , « une machine qui produisait plus qu’elle ne consommait » , en utilisant des tonnes de sodium liquides hyper dangereux , dans les circuits de refroidissement corrosifs , sans parler des déchets ,a été un chef d’oeuvre de propagande .
      Le souci c’est la différence entre la théorie et la réalité .


    • baldis30 1er août 22:05

      @chantecler
      bonsoir, ;

      « Superphénix a été un gouffre financier qui annonçait d’ailleurs la suite avec les EPR .(recyclage du plutonium) »

       Vous pouvez raconter tout et n’importe quoi mais pas ça ! Faux .... une expérience on la contrôle on ne l’interdit pas pour récolter quelques milliers de vois dont la plupart de l’étranger .

       Le surgénérateur russe tourne comme une horloge et si vous pensez que les équations neutroniques sont différentes ... démontrez le .... mais dans une grande ville étrangère très voisine où règne la plus parfaite hypocrisie pétrolio-financière-religieuse on en décida autrement ... tout en étant bien content que chaque matin une production électrique française soir ripée vers le canton ...

      Il serait bon de ne pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages en copiant Goebbels qui insistait sur le fait qu’un mensonge répété mille fois devient une vérité ...

       SAVEZ VOUS CE QU’EST UNE EXPERIENCE ? Et que vous devez votre présence ici a u tas d’expériences qu’il a fallu mettre au point .... Dommage que vous n’ayez jamais visité une raffinerie avec ses tonneaux de sodium lequel était nécessaire lorsque il y avait la nécessité de fabriquer du plomb tétraéthyl par substitution...

       Les pieds sur Terre ... ce qu’il y a c’est qu’avec des raisonnements stupides et des influences politico-religieuses ( J’INSISTE) ce n’est pas les pieds sur Terre que vous prétendez être mais vous nous mettez tous six pieds SOUS terre .

       Le souci, ... j’espère que dans votre métier vous en avez autant pris en compte que moi  !

      Et articles de terrain à la clé ...


    • Daniel Roux Daniel Roux 31 juillet 11:51

      Bien malin pourrait dire ce que veulent politiquement « les Français ».

      Les 20% des Français les plus pauvres, espèrent pouvoir manger correctement au moins une fois par jour et avoir encore un toit sur la tête quand ils seront plus vieux.

      Les 60% qui suivent joignent tout juste les deux bouts mais craignent que leur situation se détériorent.

      Les 10% d’après sont plutôt satisfaits et font tout pour que cela dure, sauf pour les impôts.

      et enfin, les 10% des Français les plus riches, font des projets d’expatriation soit pour tout de suite, soit pour leur retraite.

      C’est vrai, quoi ! C’est toujours les mêmes qui paient et les mêmes qui en profitent !

      Que l’auteur se rassure : C’est son camp qui a gagné.

      Macron, c’est Sarkozy avec de l’intelligence, un plan, de la méthode et le soutien des banquiers, en plus.


      • gogoRat gogoRat 31 juillet 12:08

        @Daniel Roux

         Une remarque essentielle :
        ’Bien malin pourrait dire ce que veulent politiquement « les Français ».’

        ... mais dommage que vous donniez à la fois la question et la réponse ! (même si ce témoignage de point de vue ne me déplaît pas)
         
         Le rôle d’ institutions politiques qui se veulent démocratiques ne devrait-il pas être, plutôt que d’avoir la prétention aristocratique de nous présenter un ’projet de société’, de prendre mesure de la volonté générale ?

         Je reste quant à moi persuadé que seuls des ’cahiers de doléances’ collaborativement modernisés auraient quelque ’chance’ de nous aider à voir ce que veulent politiquement « les Français »


      • Daniel Roux Daniel Roux 31 juillet 12:32

        @gogoRat

        Je ne réponds pas à ce que veulent politiquement les Français, je donne un aperçu à la louche de leur situation.

        Il y a beaucoup de pauvres qui ont voté pour Macron ou Fillon ou Le Pen, et quelques riches, pour Mélenchon.

        Certains pauvres font le syndrome de Stockholm ou font comme s’ils étaient riches, et certains riches, culpabilisent et/ou philosophent.


      • gogoRat gogoRat 1er août 11:19

        @Daniel Roux

        reste à savoir si, à la louche, ces veautes, ce syndrome, ou cette philosophie sont plus constructifs que des cahiers de doléances partagés et pondérés par tous ?


      • Spartacus Spartacus 31 juillet 12:12

        Quel paradoxe incompréhensible, les valeurs sont la « récompense du mérite ou encore la promotion de la valeur travail » et dans les faits c’est tout le contraire, un plaidoyer sur la démocratie  tyrannique du genre........


        Avec ces « bonnes idées » les conseils municipaux, les partis sont remplis de « potiches » qui remplacent des personnes « méritantes » et ne doivent leur place qu’au simple fait d’être une femme....


        Bientôt vous sortirez une obligation totalitariste de représentativité de rouquins, de grands, de gros, de minces, de yeux verts....

        La justice sociale ne passe pas par la parité.....Votre intérêt personnel oui.





        • gogoRat gogoRat 31 juillet 12:35

           Merci à l’auteure de prendre le risque d’exposer ses vues, ici sur l’agora.
          Cette franchise en appelle une autre : le témoignage de nos désaccords.

          * « la récompense du mérite ou encore la promotion de la valeur travail »
          >>> le mérite est une croyance des régimes aristocratiques : en démocratie, de telles prétentions n’ont pas à être récompensées. D’ailleurs, le fait qu’elles se sentent un besoin de récompense relativise la qualité suspecte des personnes qui se voudraient méritantes.
           
          >>> la valeur travail, si elle avait un sens clair, et si elle existait, n’aurait pas besoin non plus de récompense, puisqu’elle se valoriserait et se récompenserait elle-même !

          * « volonté de faire évoluer notre société vers [...] plus de confiance entre citoyens et élus »
          >>> si l’égalité en dignité voulue par notre Constitution était respectée, la notion même de statuts aurait été abolie depuis longtemps en France, et les distinctions entre castes ’élus’ et ’simple-citoyen’ (voire ’riens’ ?) ne feraient plus obstacle à une confiance qui ne saurait se décréter !

          * « L’offre politique ne correspond plus à la demande des Français »
          >>> la seule prétention que peuvent accepter les citoyens est une offre de dévouement et de service. Quant à l’offre politique, ils sauront s’en remettre à leur propre ’sapere aude’.
          ( cf : gouvernement ... ’par le peuple’ ... )

          * « ce qu’ils ne voulaient plus, à savoir des femmes et des hommes politiques déconnectés des réalités et assis sur les privilèges que leur accordent leurs fonctions de représentants »
           >>> idem : abolir les statuts et la prétention à représenter des gens qui démissionnent de leur devoir citoyen de contribuer à gouverner ’par le peuple’
           (cf notre constitution qui veut un arbitre du pouvoir et non un duce !)

          * « une réflexion d’ensemble sur la charge et la mission que représente le fait d’être élu »
           >>> de nouveaux ’cahiers de doléances/proposition’ ...
           à soumettre, peut-être, à la rigueur, à des arbitres


          • Lugsama Lugsama 31 juillet 12:52

            Le problème de la droite est surtout la perte de confiance de ses électeurs après Chirac et Sarkozy, au final les impôts ont continuer à monter, les dépenses sociales ont explosé, la fonction publique est toujours aussi pléthorique. On ne peux pas se faire élire sur un programme et s’étonner de perdre les élections quand on fait le contraire de ce que l’on a promis à son électorat, ultra-majoritaire de plus dans un pays âgé comme la France..


            • Jeekes Jeekes 31 juillet 14:10

              Quand les politicards (dont l’auteur) perdront cette sale manie qu’ils ont de systématiquement nous gonfler avec les « français » qui veulent ceci, pensent cela ?
               
              Madame, comprenez bien qu’une fois pour toutes vos « valeurs » ne sont pas celles de l’ensemble des français, loin s’en faut !
               
              Et pour être très clair, elles ne sont en aucun cas les miennes...
               


              • gogoRat gogoRat 31 juillet 20:10

                @Jeekes

                 Mettre l’auteur à la porte ? - Ma non !  ;))


              • leypanou 31 juillet 14:54

                je suis issue de la société civile, et mue par la volonté de faire évoluer notre société vers plus de justice sociale, plus de prospérité, d’humanisme, et plus de confiance entre citoyens et élus : la justice sociale avec la droite ? Comment peut-on parler de justice sociale tout en étant partisan du salarié kleenex ? Comment peut-on parler de confiance entre citoyens et élus avec l’affaire des assistants parlementaires ? etc, etc


                • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 31 juillet 15:31

                  Moi, ma femme veut pas que je mette ma photo dans mes articles : elle a peur d’un raz de marée chez mes admiratrices et elle dit que ce serait déloyal pour les autres contributeurs du site.

                  C’est pour ça que j’ai juste mis une photo (avantageuse, je l’avoue) dans mon profil.

                  • Le421 Le421 31 juillet 18:34

                    Les « Républicains », analogisme de nom particulièrement bien trié par Nicolas 1er avec le bipartisme étasunien, sont partis « en couille », je vais dire, avec la gestion affairiste de ce triste président.
                    A se rassurer avec Hollandouille qui a été élu comme socialiste, avec un discours du Bourget assez convaincant - juste histoire de planter Mélenchon - qui a trompé tout le monde en effectuant une politique de droite.
                    Là, si vous voulez, c’est un point partout, balle au centre.
                    Le PS est rayé de la carte, LR de même.
                    Le FN est resté sur des constantes anciennes et éculées, séduisant uniquement les nostalgiques d’Alger et de Vichy, avec des discours consternants de bêtise.
                    Ne reste que la FI, avec un Mélenchon dont personne ne veut comprendre qu’il est un représentant plutôt qu’un chef - on ne vous demande pas de devenir subitement intelligents - pour représenter une véritable opposition à cette hydre hétéroclite que représente LREM...
                    http://www.lcp.fr/afp/goasguen-lr-melenchon-est-lopposant-le-plus-vigoureux

                    Et on ne peux taxer Goasguen de « gauchisme »...


                    • Bruce Baron Bruce Baron 31 juillet 22:12

                      Il y a quelque chose de dérangeant chez Les Républicains, et notamment chez Fillon : Cet acharnement à s’attaquer aux 35 heures.
                      Pourquoi ?
                      Les 35 heures permettent à chacun d’avoir un peu de temps libre et de pouvoir profiter d’autres passions que celles liées à son travail, de faire du sport (et donc de rester en bonne santé), de se cultiver, de profiter de ses enfants et (soyons fous) de voyager et de découvrir d’autres horizons.
                      C’est ce côté rétrograde et has been de Les Républicains qui pose vraiment question.


                      • bob14 bob14 1er août 07:44

                        (Les élections législatives sont passées et le parti d’Emmanuel Macron a remporté la majorité.)...ben non cette secte est minoritaire..les Français dans leur grande majorité ont montré le contraire...Jupiter est un imposteur !


                        • Ar zen Ar zen 1er août 07:57

                          @bob14

                          Vous pourriez nous dire lesquels de tous les présidents de la République élus en France ont été « majoritaires » au sens où vous l’entendez ? 

                          A quel moment, au cours de quelles élections législatives, les Français ont-ils voté majoritairement pour un parti ?

                          Bob14, ne percevez vous pas une certaine contradiction dans ce que vous écrivez ? 

                        • bob14 bob14 1er août 08:06

                          @Ar zen....De Gaulle...par le nombre de voix des électeurs macron est minoritaire..le mode de scrutin étant pipé vous semblez être content de cela..TOUS les Français ne sont pas représentés à l’assemblée...ça c’est la réalité après on trouve des gens comme vous qui sont content de ces dictatures depuis Pompidou...


                        • Ar zen Ar zen 1er août 08:59

                          @bob14

                          Très étonnant de votre part que vous écriviez « vous semblez être content de cela » ? Vous vous trompez. Le résultat des élections passées m’ont fait vomir. L’un des 4 accords toltèques (Don Miguel Ruiz) indique qu’il faut éviter de faire des suppositions. 


                          « Le président de la République est élu au suffrage universel direct, c’est-à-dire par tous les électeurs français majeurs, et au scrutin majoritaire uninominal à deux tours.

                          Pour être élu, la majorité absolue des suffrages exprimés est nécessaire. Si cette majorité n’est obtenue par aucun candidat à l’issue du premier tour (ce qui a été le cas dans toutes les élections présidentielles jusqu’à ce jour), il y a  »ballottage«  et il est procédé à un second tour. Dans ce cas, seuls les deux candidats ayant obtenu le plus de voix au premier tour restent en lice. »


                          Pour avoir un autre type d’élections il faudrait changer la constitution. La règle demeure : le scrutin uninominal à deux tours. Ce qui veut dire que l’on peut être élu sans avoir recueilli une majorité de voix comme cela a été le cas pour Macron mais aussi, et vous l’avez souligné, Hollande, Sarkosy, Chirac, Mitterrand, Giscard, Pompidou. Et même De Gaulle en 1965 n’a pas eu la majorité au premier tour (un peu moins de 45% des voix). 

                        • Buzzcocks 1er août 08:57

                          C’est assez drôle de rappeler que votre parti est celui du mérite et du travail, quand vous présentez à la présidentielle, un type qui salarie femme et enfants pour ne strictement rien faire, juste siphonner le pognon.
                          Le mérite est donc en fait du népotisme.
                          Le travail est inexistant.

                          C’est un peu tard maintenant pour venir se plaindre, c’est avant qu’il fallait écrire des billets pour dire que le cheval présenté au départ ne représente pas vos « idéaux ».

                          Vous avez un président de parti qui est en politique depuis ses 20 ans, le mec n’a fait que ça et ne ferra que ça. Et ce genre de personnage, n’a aucune envie qu’une « bonne femme » vienne lui chiper la place. Et c’est le cas de pratiquement tous vos tenors. Donc effectivement, à vous les circonscriptions ingagnables et les postes de sous adjointe aux affaires culturelles.


                          • laertes laertes 1er août 15:13

                            Marion, vous me faites pitié. Votre discours est d’une autre planète. Si Macron a été élu avec une telle majorité c’est parce que le système politique français est absurde et que ses amis (Bolloré, Niel, Pigasse, Arnault) qui tiennent les médias ont matraqué les français qui votent. Pas les plus défavorisés qui eux ne votent pas ou votent FN. ON sait que Macron ne réformera pas le pays ^pas plus que les Démocrates n’ont réformé les USA. Macron et ses députés godillots dont vous faites partie (homme /femme/chien/chèvre...peu importe) n’écouteront que ceux qu’il fréquente et qui est issu de leur classe.
                            Macron est à mon avis le dernier avatar de cette Vème république agonisante. Je ne lui donne pas un an pour atteindre les bas fonds de son acceptation par les français. Et ne nous parlez pas de pédagogie. Nous ne sommes pas vos élèves et vous n’êtes pas nos professeurs !


                            • laertes laertes 1er août 15:20

                              J’écoutais à la radio ce matin l’innénarable Pénicaud (qui est une femme !) ministre du travail. Bien sûr elle s’est dédouanée sur l’affaire Danone .... et puis quand il a été question de réguler le salaire exorbitant de certaines personnes devinez ce qu’elle a répondu : « Il faut à tout prix que la question soit discutée mais ELLE NE POURRA SE FAIRE qu’au niveau EUROPEEN »
                              Par contre, pour enlever 5 € aux plus désavantagés, là on ne discute plus , on applique et l’Europe est d’accord !
                              Foutez-moi tous ces gens pleutres dehors et leurs godillots (Marion y compris) à la porte.
                              Ce n’est que par le rapport de force que les choses peuvent changer, non par la « discussion ».


                              • Ar zen Ar zen 1er août 17:22

                                @laertes



                                Vous l’envisagez comment le rapport de force ? 

                                Dans la pratique vous préconisez quoi ? 

                              • laertes laertes 2 août 19:24

                                @Ar zen : c’est une bonne question. Le rapport de force auquel je pense est un mouvement de fond bien décrit par Tolstoï dans Guerre et Paix. C’est un changement de mentalité qui va irriguer une majorité de personnes c’est à dire oui... une révolution culturelle. D’ailleurs ce changement on peut le sentir d’une manière presque imperceptible et nous mêmes ici par nos réflexions nos prises de position en faisons partie.
                                C’est une lutte entre l’idéologie officielle libérale relayée par les canaux officiels et la perception qu’ont les gens de la réalité qu’ils vivent. Il y aura révolution quand des gens comme Marion n’arriveront plus à être entendus mais d’une manière active : vote, boycotts etc..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires