• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’oligarchie de la rue

L’oligarchie de la rue

1 000 protestants dans une rue valent autant que 1 000 bulletins de votes.

L'élitisme de la rue

Une voix, dans notre type de démocratie, ne vaut qu'une seule voix, peu importe la forme d'expression de cette voix. Que ce soit un bulletin dans une urne, une marche dans la rue en chantant et faisant du bruit, brandissant des gros titres. Une voix vaut une voix. Elle n'est pas multipliée proportionnellement à l'intensité de son expression.

1 000 protestants dans une rue valent autant que 1 000 bulletins de votes.

Le pouvoir d'une manifestation est assez complexe, à la fois elle pense être la plus puissante des contestations, par fantasme (mai 68, cpe,...) et boostée par les meneurs - souvent politisés ou motivés par des ambitions politiques - mais au final, elle a très peu d'effets sur ce qu'elle attaque et/ou défend. Symboliquement elle peut avoir beaucoup de pouvoir sur la psychologie du citoyen et l’image du gouvernement.

Émetteurs, Récepteurs, 250 combinaisons d'interprétation.
Les conséquences de la manifestation, sont instrumentalisées par les initiateurs et les meneurs, les médias, les politiques. Et pourtant la voix des manifestants - leurs opinions, leurs contestations, pouvant être multiples et différentes pour chaque manifestant - peut être plus ou moins différentes de celle de l'entité, la voix unique, la "Manif".
Et à chaque parole d’une de ces sources, une interprétation différente peut être proposée et ré-interprétée différemment par le récepteur, le peuple.

Si le gouvernement devait obéir à la rue, il devrait également obéir aux statuts Facebook, aux tweets, à toutes les formes d'expression publiques. Car le principe est le même : "J'exprime mon opinion de citoyen, peu importe le support, le gouvernement doit prendre en compte mon opinion."

Pourtant, la rue pense être la seule à avoir la légitimité à être écoutée et qu'on lui obéisse. Sortir de chez soi, marcher, aurait il plus de valeur que de rester chez soi ? Être dehors à marcher prouverait par principe que ce que l'on pense est sincère, réfléchi, éduqué, pur ? Alors que donner son avis de chez soi, n'aurait aucune valeur ?

Propagande

La rue est la 1ère à dénoncer la propagande du “pouvoir” en place, en étant aveugle à sa propre propagande. Effectivement, "Une propagande du bien ne peut pas être une propagande, une propagande est forcément une instrumentalisation de l’information, une bonne com, pour faire passer une loi malveillante", donc par principe, "comme la rue a raison, il est hors de question de penser à une propagande".

Propagande de la rue, il y a : Les très rares bavures policières sont amplifiées sans complexe, attribuées à l'entité Police. "Un manifestant blessé = la police à l’ordre de tout faire pour arrêter l’expression du peuple". On est dans une psychologie excessive, d’un cas isolé, ressenti comme une violence - certes réel, mais à une certaine échelle - la rue dénonce un système extrême (dictature, répression totale, totalitarisme, il empêche les journalistes de montrer la vérité, etc…). Du pur fantasme alors que ces cas sont statistiquement rares, isolés, parfois une bavure, parfois un accident involontaire, certes condamnables mais à leur juste valeur !!

Ces bavures, ces accidents, il est indécent d'en instrumentaliser les blessures alors qu'il n'y a aucune compassion finalement pour la victime elle même. On se plonge en une seconde dans la haine du système. Il n'y a aucune compassion, ces gens sont individualistes. Individualistes car leur seule et unique émotion est tournée vers un système qui peut les atteindre EUX ! Un manifestant blessé = "La police va trop loin et j’ai peur pour moi", ou plutôt, "Je me plonge dans mes certitudes extrêmes qui me rassurent, me rassurent parce que j'ai raison.

Il est irresponsable pour la rue de faire une propagande qui est destructrice sous-couvert d'opposer un contre-pouvoir à un pouvoir qui serait à la limite du totalitarisme, un pouvoir qui ne respecterait pas la démocratie.

Démocratie

Il peut y avoir plusieurs formes de démocratie, la nôtre est simple, des citoyens attribuent la légitimité au pouvoir de s’occuper au mieux de l’intérêt général et décident de ceux qui ont le plus de chance d’y réussir.

La méthode, un bulletin dans une urne et le peuple choisit de donner le pouvoir pendant "5" ans à ceux qui vont gouverner (Président, députés, ...).

Est-ce que pendant ces "5" ans, accepter qu’une minorité du peuple s’auto-proclame contre pouvoir officiel et unique pour imposer par la force d'autres décisions, fait il parti de notre système de démocratie ? Non, et si il l'était, il devrait être organisé et légitimé, car n’importe quel groupe malveillant ou manipulé et pensant être bienveillant, ou croyant sincèrement avoir “raison”, aurait la possibilité de saboter le pouvoir qui a été mis en place démocratiquement.

L'image de la manifestation

En visionnant des vidéos brutes de manifestations avec très peu de montage, aucun commentaire et avec une certaine neutralité dans ce qui est filmé, on se rend compte de la complexité psychologique de l’affrontement, où ça dérape, comment ça dérape, et comment il est extrêmement facile de proposer une interprétation erronée de la manifestation en montrant quelques images avec des commentaires descriptifs hors du contexte.

La vision manichéenne de la problématique est une erreur, il n’y a pas d’un côté les méchants policiers qui auraient des ordres d’être plus durs, plus violents, qui seraient manipulés par l'entité hiérarchique afin de les pousser à agir d’une certaine manière et de l’autre côté les bons manifestants par principe, car leur combat est le bon, dans la forme et dans le fond.

Il y a quelques mecs - qui se trouvent être des manifestants - qui résistent violemment, pour X raisons (alcool, provocation, kiffe d’adrénaline, fantasme de l’insoumission face à un état qui serait “totalitaire”, une rage boostée par la propagande syndicaliste, etc…) et quelques mecs - qui se trouvent être des flics - qui dérapent, pètent un câble, après des heures d’affrontements ultra tendus.

On se retrouve donc avec un micro-événement déclencheur qui ensuite dégénère très rapidement et très facilement, car la tension est extrême. Et quand tout bascule, c’est foutu, on se retrouve avec des hommes face à des hommes, certains provoquent, certains franchissent la ligne, certains dérapent. Avec des milliers d’heures de rushs, il y aurait donc automatiquement des images choquantes, qui prises hors contexte, vont cristalliser cette vision d'une société manichéenne, figée, d'un pouvoir des plus forts contre les plus faibles.


Moyenne des avis sur cet article :  1.3/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    



    • gaijin gaijin 2 février 11:06

      @Séraphin Lampion
      a la niche !


    • sylvain sylvain 1er février 19:23

      vous avez déja participé à une manif « ou ca dérape » ?? c’est une question pour la forme, vous verriez à quel point ce que vous racontez est décalé .

      Il existe une grande différence entre faire des dizaines ( ou des centaines) de km, se faire chier toute la journée à déambuler puis se prendre des grenades dans la gueule et écrire un tweet : c’est la motivation et l’implication .

      Quand 100000 personnes ont dépensés l’énergie, le temps et l’argent pour y aller, c’est que 10 fois plus auraient aimés le faire . Et quand des gens passent des mois en hiver sur des ronds points pour dire qu’ils en crèvent, ce n’est pas la même chose que de voter et encore moins que de balancer un tweet

      Quand à la démocratie, certes il y en a plusieurs formes, mais il y a une seule idée à laquelle elles doivent coller : c’est le pouvoir au peuple à l’ensemble des citoyens

      Une société est démocratique si les gens qui la composent se sentent entendus et ont l’impression de participer, pas si on vote, sinon on peut se contenter de la nouvelle star, on vote aussi et les filles sont plus jolies


      • Pere Plexe Pere Plexe 1er février 19:31

        @sylvain
        Pour fonctionner une démocratie représentative exige que nos députés (les représentants) , soient représentatifs.
        Or ils ne le sont pas.


      • Pere Plexe Pere Plexe 1er février 19:27

        Ce Cassandre là à défaut de dire l’avenir réinvente le présent.

        Niez les violences policières, oubliez le sens même du mot démocratie, et d’ou les élus tiennent leur légitimité et vous pourrez pondre ce genre d’inepties.


        • Pere Plexe Pere Plexe 1er février 19:56

          @Pere Plexe
          J’en oubliais le splendide contre sens de l’oligarchie dénoncée par l’auteur.
          De fait ceux là sont très nombreux sans pouvoir politique ni financier.
          Tout le contraire de ce qu’est un oligarque genre Marc Ladreit de Lacharrière milliardaire corrupteur et financier du candidat Macron...


        • CLOJAC CLOJAC 1er février 20:45

          « 1 000 protestants dans une rue... »

          Calvinistes ? Luthériens ? Méthodistes ? Anglicans ?

          Je veux tout savoir !



          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er février 20:54

            @CLOJAC

            Et t’en oublie...lol


          • popov 3 février 08:20

            @CLOJAC

            J’allais le dire mais j’ai d’abord vérifié si d’autres avaient relevé cette amusante erreur. Tout juste un « s » de trop.


          • CLOJAC CLOJAC 4 février 03:01

            @popov

            « J’allais le dire mais j’ai d’abord vérifié si d’autres avaient relevé cette amusante erreur. »

            Amha, le mot le plus approprié aurait été « protestataires ».
            Ou alors tant de personnes protestant, mais je trouve la formule inélégante.
            C’est terrible d’être un obsédé textuel, et ça ne se soigne pas ! smiley


          • devphil30 devphil30 2 février 07:57

            Freluquet a parlé d’une réforme des retraites dans sa campagne sous la forme d’une ligne « Je vais réformer les retraites »

            Ensuite il peux donc légitimement faire ce qu’il veux.....

            On se demande à quoi servent les syndicats car ce sont des fauteurs de troubles et d’appels à la grève.

            Mr Cassandre est probablement content de disposer de congés payés , d’avantages sociaux , il faudrait réviser un peu l’histoire pour voir comment et à quel prix ces acquis ont été obtenu.

            Sinon en conclusion de cet article honteux tu votes et tu fermes ta gueule pendant 5 ans....

            Et tu espères que le suivant sera plus sympa avec les sans voix et les sans dents......


            • Samson Samson 2 février 13:18

              @devphil30
              « Freluquet a parlé d’une réforme des retraites dans sa campagne sous la forme d’une ligne « Je vais réformer les retraites » »

              Ben oui, il nous a vendu plus d’un chat dans des sacs !
              Et, toujours effrayé par l’épouvantail brun-Marine çà marche tant que çà marche ! et de longue date lobotomisé par les médias main-stream, l’électeur a acheté !
              Pas sûr qu’on l’y reprenne, tant les dégâts s’annoncent durables ! smiley


            • devphil30 devphil30 3 février 06:52

              @Samson

              Je n’ai pas cautionné ses mensonges en 2017.

              Pour 2022 soit les Français sont très con pour revoter pour lui sinon je suis persuadé que 2022 mettra Marine LePen à la présidence.

              Pour moi ce ne sera pas pire que les deux derniers , que l’on arrête avec les épouvantails de la peste brune etc .....

              Et je ne suis pas certain qu’il se représente , plus à gagner dans les conférences

              A croire que les partis en place ont tellement peur d’une réussite du RN , d’une reprise en main souveraine de la France qu’ils font tout pour agiter les spectres de la peur.


            • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 2 février 08:57

              De toute façon, ce que les gilets jaunes demandent est déjà contenu dans la Constitution de 1958, dans les droits de l’homme de 1789 et dans le préambule de la Constitution de 1946.

              Leurs revendications ne sont donc pas en l’air mais légitimes et obligatoires juridiquement.

              Leur tort est de ne pas s’appuyer justement sur cette Constitution car cela démontrerait que les différents gouvernements, les Parlementaires, les magistrats, la force publique, l’administration et tous les partis politiques se contrefoutent de ces textes juridiques.


              • nemo3637 nemo3637 2 février 09:52

                « J’exprime mon opinion de citoyen, peu importe le support, le gouvernement doit prendre en compte mon opinion. »

                Et alors ? Celui qui la ferme, qui n’a pour seul courage que mettre un bout de papier dans une urne, doit-il empêcher, s’il y a un assentiment général, ceux qui ont des idées, des projets, de les mettre sur pied ?

                Pour ma part je hais les indécis, les cons sans idée, à part être dans le déni, les neutres, les « je-ne-suis-qu’un-simple-employé »... C’est peut-être ceux-là, bien qu’ils fassent tout pour passer inaperçu, qui passeront les premiers à la guillotine. Bieng fait !


                • gaijin gaijin 2 février 11:06

                  « Une voix vaut une voix. Elle n’est pas multipliée proportionnellement à l’intensité de son expression. »

                  mais bien sur c’est pour ça que les milliardaires investissent dans les médias ...

                  et la marmotte ?

                  l’oligarchie de la rue ,c’est comme la vérité du mensonge , la réalité virtuelle et autres guerres pour sauver la paix

                  mais on va se charger de mettre un poing a vos tentatives de manipulation de la perception du réel

                  https://www.youtube.com/watch?v=UweNTEd9FeY


                  • Samson Samson 2 février 13:03

                    Pour info, en 1789, ils n’avaient pas Facebook !

                    Et si le peuple de France n’était alors descendu dans la rue, un Bourbon ou autre « sang bleu » régnerait encore sans partage et de droit divin en lieu et place du très immature et narcissique petit Monarc et de son aristocratie de la « carte bleue » que, pour le plus grand malheur de la France et de sa République, vous vous êtes fait une joie d’élire !


                    • Samson Samson 2 février 19:34

                      En Marche vers nulle part - Consigne aux adeptes

                      A pieusement réciter durant chaque repas ( !!!sans allonger le temps de pause !!! ) :

                      « Notre giton de Rothschild qui êtes à l’Élysée
                      Que votre nom nous terrorise
                      Que votre régime pille et mutile
                      Que la volonté des actionnaires s’impose dans la start-up »France« comme en €urocratie et à Wall Street
                      Facturez-nous aujourd’hui notre LBD quotidien
                      Crachez sur notre dignité
                      Comme nous méprisons aussi les gens qui ne sont rien
                      Et asservissez-nous à la finance
                      En nous délivrant de toute humanité.

                      Penser Printemps !  »

                      Puis retournez produire, après vous être signé en prononçant la formule rituelle :

                      « Au nom de Mutilator 1er, de la start-up « France » et de la Sainte Croissance,
                      Penser Printemps !  »

                      Checked & certified « dogma fully conform » & « fake-news free » by Decodex


                    • JL JL 2 février 13:24

                      ’’1 000 protestants dans une rue valent autant que 1 000 bulletins de votes.’’

                       

                      Protestant : chrétien qui appartient à la religion réformée.

                      Protestataire : qui proteste.

                      Manifestant : qui manifeste.


                      • popov 3 février 08:24

                        @JL

                        Exact, mais le participe présent de protester, c’est « protestant ».
                        « Il partit en protestant. »
                        Si l’auteur n’y avait pas mis un « s », ç’aurait été lisible.


                      • JL JL 3 février 08:48

                        @popov
                         
                         1000 protestant, ça le fait pas non plus.


                      • Jason Jason 3 février 09:32

                        @JL

                        En mettant des petits légumes autour, ça marche mieux : Ils sont mille, protestant dans les rues...


                      • Jason Jason 3 février 09:28
                        Que vous n’aimiez pas les manifestations, c’est votre droit.

                        Que vous affirmiez que nous sommes dans une bonne démocratie, c’est contestable. Ce n’est pas parce que tout le monde le proclame que c’est une démocratie qui fonctionne bien.

                        Si on postule que la politique est l’application d’une éthique, alors nous sommes loin d’avoir une bonne démocratie.

                        Je pense qu’il faut se poser deux questions. a) Pourquoi y a-t-il des manifestations ? Qu’est-ce qui fait que des personnes mécontentes descendent dans la rue pour afficher leurs désaccords et leur colère ? Pourquoi la démocratie représentative tant vantée fournit-elle des raisons de manifester ? Les réponses remontent aux premières assemblées nationales : la multitude est instable et incohérente, disait-on. Les cahiers de doléances de 1789 ont été ignorés car trop nombreux, brouillons, et souvent contradictoires. Il s’agissait de changer de régime, d’écrire une constitution, de préserver la propriété et de veiller à « l’intérêt général » dont on ne sait pas en quoi il consiste précisément. Mais nous n’en sommes plus là. Et pourtant... Les gens manifestent toujours. Il doit bien y avoir une constante quelque part ?

                        b) La démocratie représentative cède trop souvent la place à des intérêts particuliers, à des alliances et à des luttes de pouvoir qui ne sont pas toujours (loin de là) dans l’intérêt général. Car le mandant n’oblige que très peu l’élu. Si on assimile la délégation de pouvoir à un contrat, c’est un contrat de dupes. C’est le seul contrat que je connaisse dans lequel une des parties (l’élu) ne doit rien à l’autre (l’électeur). Oh, je sais, il y a bien les discours, les postures, les envolées lyriques, les promesses, bref tout un spectacle, lesquels, de toute évidence ne satisfont pas beaucoup de gens. A preuve, les abstentions lors des élections atteignent des records. Alors qu’est-ce qui ne marche pas ?

                        Chômage, pauvreté dans la cinquième économie du monde finissent par faire partie du paysage. Les gens, alors descendent dans la rue pour que « ça » change. Pour que l’avenir cesse de faire peur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès