• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’ordalie victorieuse de F. Fillon face à la Droite des seconds (...)

L’ordalie victorieuse de F. Fillon face à la Droite des seconds couteaux

« En ces jours de ténèbres nous avons une mission : apporter aux vaisseaux qui errent dans le noir la lueur obstinée d'un phare. »

Les Naufragés du Fol Espoir (H.Cixous, A.Mnouchkine, 2010)

F. Fillon a donc endossé le rôle de Félix Courage, patron de la guinguette des Républicains, résistant contre vents et marées à la trahison générale de ses compagnons politiques fuyant comme des rats le navire de la droite en perdition. Il semblerait qu'une fois de plus rien ne se soit passé comme prévu par ses détracteurs et compagnons aujourd'hui probablement plus décontenancés que jamais face à celui qu'ils ont voulu abattre. Le Golem Fillon est encore vivant et se promène dans les rues.

C'est une véritable crise politique que connaît actuellement la France à cinquante jours de l'élection présidentielle.

Il va donc falloir en sortir car quel que soit l'élu, le pays ne fera pas l'économie d'un débat de fond tant il ne peut s'en remettre pour les années à venir à un candidat téléguidé, créature politique artificielle de l'ex-pouvoir socialiste alors que son adversaire aura fait l'objet d'une tentative de mise hors-jeu dont la déloyauté est désormais évidente. A quoi joue-t-on exactement ?

Il n'est pas exclu que quelqu'un finisse par siffler la fin de la récréation et décide de chasser l'ensemble de ces guignols qui croient encore amuser la galerie.

Lâché par sa famille politique en 24 heures F. Fillon a donc remporté le pari incertain qu'il s'était fixé de se faire légitimer une fois encore par ses 40 ou 50000 partisans réunis ce dimanche 5 mars 2017 place du Trocadéro. Là encore l'intéressé aura largement eu le temps d'identifier ses contempteurs parmi ses amis de toujours.

http://www.francetvinfo.fr/politique/francois-fillon/affaires-fillon/recit-presidentielle-comment-francois-fillon-a-ete-lache-par-sa-famille-politique-en-vingt-quatre-heures_2077971.html

I- Rubicon et ordalie

F. Fillon a ainsi franchi un Rubicon médiatique et gagné son ordalie politique face à deux ennemis qui ont juré sa perte : l'Etat et le PS, la droite et sa propre famille politique.C'est là le symptôme d'un mal profond qui remonte à la crise de succession de l'ère Sarkozy, aux agissements de J-F. Copé, à l'arrogance d'A. Juppé, à la froideur de B. Le Maire et, pour tout dire à la déloyauté fondamentale de tous ceux qui, ne digérant pas la victoire de leur collègue à l'issue des élections dites primaires ont vu dans les fautes de F. Fillon l'occasion de lui planter des banderilles avant d'espérer lui donner l'estocade finale.

Le rassemblement parisien "devait démontrer que dans une crise politique, le peuple, en tout cas celui qui a voté pour moi à la primaire, était derrière son candidat et le projet de son candidat", a ainsi expliqué François Fillon, l'enjeu étant de savoir si son projet « est toujours soutenu par une majorité de la droite et du centre. C'est ce que je crois » et c'est ce que le rassemblement de cet après-midi a montré a-t-il encore déclaré.

Sa conférence donnée en fin de soirée lui a ainsi permis d'enfoncer le clou et d'asseoir quelques évidences en affirmant sans pouvoir être sérieusement contredit que c'était surtout un calendrier judiciaire qu'on lui imposait à quelques semaines de l'élection.

« Je constate , a-t-il dit, que le sort qui m'est fait est une première. Il n'y a jamais eu dans l'histoire de la Ve République une situation comme celle-là. Si j'avais été mis en examen il y a deux mois, je n'aurais pas été candidat », ajoutant : "Bien sûr, c'est fait pour m'empêcher d'être candidat. Et il faudrait que, parce qu'on m'impose ce calendrier, je renonce ?Personne n'a le pouvoir de m'obliger à retirer ma candidature. Cela ne veut pas dire que je ne discute pas, que je n'écoute pas, que je ne suis pas capable de dialoguer", pointant le fait que sa position a été "renforcée" par le rassemblement dominical de ses partisans. Interrogé par ailleurs sur la possibilité que le choix des Français aurait peut-être été différent s'ils avaient eu connaissance des emplois de sa femme, M. Fillon a donc eu beau jeu de rétorquer que ses soutiens ne se seraient pas réunis au Trocadéro s'ils n'avaient pas eu conscience que malgré les erreurs commises son projet est le seul qui peut permettre le redressement national.

II-Rebellion

En réalité, le point le plus notable de cette allocution est probablement cette remarque de F. Fillon qui a pris acte du divorce au sein de sa famille politique entre sa base électorale et un groupe de caciques désormais hostiles qui n'ont décidément rien compris et auxquels il s'est adressé en faisant valoir que : « Ce n'est pas le parti qui va décider. Ce n'est pas dans les coulisses qu'on va choisir.Ce ne sont pas des présidents de région ou des anciens candidats à la primaire qui vont prendre la décision à ma place » .

La droite est désormais en morceaux et il n'est pas sûr que la tentative de rapetassage politique à laquelle se livre la camarilla qui a tourné le dos au candidat vainqueur des « primaires » soit couronnée de succès avec le combat sournois des coteries partisanes travaillant, horresco referens, à une remake du Retour de la Momie en la personne d'un A. Juppé dont on rappellera qu'il avait clairement fait savoir (mais plus personne n'en est à un reniement près) qu'il ne serait pas le « Plan B » dans l'hypothèse d'un retrait de F. Fillon de la course présidentielle. Ledit Juppé ayant donc eu son dernier quart d'heure de célébrité avant que de disparaître dans la nuit politique avec le faux suspens de sa déclaration par laquelle il a finalement annoncé qu'il ne serait pas candidat à la présidence de la République, l'horizon n'est pas pour autant dégagé car il faut faire confiance à cette droite que G. Mollet qualifiait de plus bête du monde pour planter elle-même les derniers clous de son cercueil en cherchant encore un candidat dans ses rangs, à l'exception de F. Fillon.

Pour autant comment ce « politburo » des Républicains peut-il sérieusement imaginer bâtir une victoire sur le cadavre rêvé de F. Fillon sauf à vouloir disparaître avec lui ? Qui parmi tous ces has been du Bureau politique peut encore sérieusement croire qu’un candidat de droite et de substitution aurait la moindre chance d’accéder au deuxième tour des présidentielles ? Le constat est surprenant mais il faut se rendre à l'évidence : ce parti en perdition, ou plus précisément ses caciques complètement déconnectés de la réalité et de leur base électorale, n'ont pas perçu l’immense rejet de ceux qui furent ses électeurs et qui, ayant compris que leurs dirigeants avaient tenté de tuer le vainqueur des Primaires, ont décidé de les laisser s'entre tuer pour désormais sauver le soldat Fillon – quelles qu'aient été ses fautes – pour le conduire à la victoire.

Objet d'une réaction de la magistrature qui déclare vouloir défendre des principes mais ne réussira pas à effacer l'idée qu'elle n'est d'aucune impartialité dans cette curieuse affaire alors que le secret de l'instruction y est devenu une véritable passoire (comment accepter sans réagir que le JDD ait pu en effet accéder en toute tranquillité à 19 PV de l'enquête préliminaire ?http://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/exclusif-les-19-pv-de-laffaire-fillon/ar-AanNlDm), F. Fillon est manifestement traité comme un voleur de poules avec une suite de perquisitions effectuées chez lui tant à Paris que dans la Sarthe et destinées à le cadenasser juridiquement (http://www.lemainelibre.fr/actualite/affaire-fillon-le-chateau-de-beauce-perquisitionne-selon-le-parisien-04-03-2017-183592). A quand la déclaration d'ennemi public n°1 avec la saisine d'Interpol et un mandat d'arrêt international ?

III-Remise en selle ?

Mais le problème pour tous ses détracteurs et nouveaux adversaires est que F. Fillon a finalement gagné son ordalie. Il dispose désormais de ses parrainages nécessaires pour valider sa candidature, d'un électorat qui quoi que l'on puisse penser est venu lui manifester son soutien, et surtout d'un important trésor de guerre pour mener sa campagne tout seul, une campagne qui lui aura permis d'identifier ses ennemis qui se seront mis hors-jeu.

http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170303.OBS6081/si-fillon-resiste-c-est-aussi-dans-son-interet-financier.html

La conclusion s'impose tranquillement : face au vilain Macron-Clinton, face à un parti Républicain qui aura tout fait pour l'éliminer, il n'est pas impossible que la France dispose aujourd'hui de son petit Fillon-Trump en puissance.

L'avenir dira si la conclusion sera la même.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.11/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 6 mars 2017 17:00

    « face à un parti Républicain qui aura tout fait pour l’éliminer, il n’est pas impossible que la France dispose aujourd’hui de son petit Fillon-Trump en puissance. »


    Si Macron représente bien les mêmes intérêts que ceux qui on soutenu Clinton (c-à-d le camp de la libéralisation, des néocons, de Soros et de certains financiers), il n’en va pas de même pour le parallèle que vous établissez entre Fillon et Trump.

    Trump s’est positionné comme anti-système : ce que ne peut pas faire Fillon puisqu’il a été PM. Trump est soutenu par le « deep state », lobby occulte regroupant à la fois des notables, des institutions et des appareils d’état qui n’ont pas leurs équivalents en France et sur lesquels Fillon ne pourrait pas s’appuyer s’ils existaient.

    Fillon est le poulain des cathos réacs représentés par les allergiques au mariage homosexuel, ce qui semblerait le rapprocher de Trump, mais ce courant ne représente pas en France la même force qu’aux Etat-Unis, et la droite français ne peut pas s’isoler dans un groupuscule intégriste.

    Autrement dit, et les derniers rebondissements le montrent bien, si Trump est soutenu par son parti pour mettre en oeuvre une politique qui défende les intérêts de ses membres, les « Républicains » ne considèrent plus que Fillon les représente.

    Fillon a fait le plein de ses troupes dimanche, ça ne veut pas dire que les électeurs vont suivre. Le rejet du "système jouera sans doute comme c’est à la mode un peu partout, mais, justement les têtes d’affiche sont toutes marquées par ce système et non crédibles. La surprise pourrait venir d’ailleurs.


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 6 mars 2017 18:14

      @Jeussey de Sourcesûre
      Bonjour et merci pour votre commentaire.

      Bonne analyse.Il est vrai que rien en permet de comparer les Etats-Unis et la France et les deux acteurs politiques dont s’agit.

      Vous aurez malgré tout saisi le parallèle même si les éléments qui le soutiennent sont différents.

      "F.Fillon, écrivez-vous, a fait le plein de ses troupes dimanche, ça ne veut pas dire que les électeurs vont suivre. Le rejet du "système jouera sans doute comme c’est à la mode un peu partout, mais, justement les têtes d’affiche sont toutes marquées par ce système et non crédibles. La surprise pourrait venir d’ailleurs.« 

      Les retournements ne sont pas à exclure (Affaire Macron, financements Goldman Sachs etc).

      L’effet underdog en faveur de F. Fillon est dans l’ordre du possible ; passer de la victime au héros.

      De même peut-on imaginer que les juges hésiteront peut-être à couper les jarrets à leur client, la justice ayant amplement démontré sans recevoir d’instructions de quiconque qu’elle savit très exactement jusqu’où ne pas aller trop loin.

      L’affaire sera réglée dans deux mois au plus tard et prendra un pli certain le 15 mars prochain.

      Pour l’heure, le ne vois pas F. Fillon céder aux objurgations comme aux »suggestions amicales« de ceux qui le pressent de se choisir un successeur en la personne de M. Baroin.

       »Autrement dit, et les derniers rebondissements le montrent bien,ajoutez-vous, si Trump est soutenu par son parti pour mettre en œuvre une politique qui défende les intérêts de ses membres, les « Républicains » ne considèrent plus que Fillon les représente."

      Exact. Le constat est très probablement partagé par l’électorat de F. Fillon comme par tous ceux qui, - partisans de Juppé, Le Maire etc.-, auront pu constater que ledit parti était a fortiori incapable de les représenter aussi avec un candidat solide.

      Le Ðiện Biên Phủ électoral se profile donc tranquillement avec, déjà, la mise hors-jeu de tous ceux qui ont lâché F. Fillon et dont on ne voit pas comment en cas de succès de celui-ci - s’il advient-, ils pourront revenir en grâce (quoique la matière soit riche de retournements de vestes et de pudeur morale soigneusement anesthésiée).


    • leypanou 7 mars 2017 09:38

      @Jeussey de Sourcesûre
      Trump est soutenu par le « deep state », lobby occulte regroupant à la fois des notables, des institutions et des appareils d’état qui n’ont pas leurs équivalents en France  : je ne crois pas non.

      Bien au contraire, D Trump a gagné contre le « deep state » qui, n’ayant pas dit son dernier mot, est en train de tout faire pour le déstabiliser -peut-être même une destitution- et lui faire suivre une politique qu’il n’avait pas l’intention de suivre.

      Le départ forcé de M Flynn n’est qu’une manifestation de cela ainsi que son remplacement par le général McMaster.

      Et le Saker l’a très bien résumé ici par exemple.


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mars 2017 14:08

      @leypanou
      Merci pour votre commentaire :

      @Jeussey de Sourcesûre
      Trump est soutenu par le « deep state », lobby occulte regroupant à la fois des notables, des institutions et des appareils d’état qui n’ont pas leurs équivalents en France  : je ne crois pas non.

      Bien au contraire, D Trump a gagné contre le « deep state » qui, n’ayant pas dit son dernier mot, est en train de tout faire pour le déstabiliser -peut-être même une destitution- et lui faire suivre une politique qu’il n’avait pas l’intention de suivre.

      Le départ forcé de M Flynn n’est qu’une manifestation de cela ainsi que son remplacement par le général McMaster.

      Et le Saker l’a très bien résumé ici par exemple.


    • Alpo47 Alpo47 6 mars 2017 17:12

      Booffff ... beaucoup de bruit pour rien. Les élections consistent, de toutes façons, à choisir lequel des représentants de l’oligarchie, nous mentira et trompera pendant 5 ans.
      Et tous ces « écrans de fumée » à nous faire oublier l’état du pays, les réalités socio-économiques ... leurs causes.
      D’autant que tout le monde sait déjà, que les programmes affichés ne seront pas tenus. Aucun.

      Alors, et si on les laissait s’agiter tout seuls ?


      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 6 mars 2017 18:16


        @Alpo47

        « Alors, et si on les laissait s’agiter tout seuls ? »

        Non.Ce sont de mauvais acteurs d’une mauvaise pièce de théâtre mal jouée.

        Rideau.


      • BA 6 mars 2017 17:22

        Alain Juppé vient de se désister.


        Du coup, Nicolas Sarkozy se retrouve seul maître à bord à la tête des anti-Fillon.


        Lundi matin, Nicolas Sarkozy a réuni sa garde rapprochée. Objectif de cette réunion : demander à François Fillon de se choisir un successeur.


        Les anti-Fillon, et Nicolas Sarkozy le premier, veulent que le candidat à l’élection présidentielle soit François Baroin.


        Tout le comité politique du parti Les Républicains aura ce but : virer François Fillon, et mettre François Baroin à sa place.


        Les anti-Fillon viennent de lancer l’offensive.

        Lundi 6 mars 2017 :

        Les sarkozystes demandent à Fillon de se choisir « un successeur. »

        Réunis autour de Nicolas Sarkozy, rue de Miromesnil, Laurent Wauquiez, Eric Woerth, Luc Chatel, Brice Hortefeux, Christian Estrosi, François Baroin, Christian Jacob ont dit qu’ils soutenaient la ligne défendue par François Fillon, mais ils lui demandent d’organiser lui-même la sortie de crise en se choisissant un successeur. Un autre sarkozyste, le député Georges Fenech a lui proposé officiellement la candidature de François Baroin.

        http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/03/06/35003-20170306LIVWWW00068-fillon-juppe-sarkozy-nouvelle-journee-tendue-pour-la-droite.php



        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 6 mars 2017 18:18

          @BA

          Bonjour.

          "Les anti-Fillon viennent de lancer l’offensive.

          Lundi 6 mars 2017 :

          Les sarkozystes demandent à Fillon de se choisir « un successeur. »

          Réunis autour de Nicolas Sarkozy, rue de Miromesnil, Laurent Wauquiez, Eric Woerth, Luc Chatel, Brice Hortefeux, Christian Estrosi, François Baroin, Christian Jacob ont dit qu’ils soutenaient la ligne défendue par François Fillon, mais ils lui demandent d’organiser lui-même la sortie de crise en se choisissant un successeur. Un autre sarkozyste, le député Georges Fenech a lui proposé officiellement la candidature de François Baroin."

          Question : Baroin ? Combien de divisions ?

          Patron de l’AMF, certes, mais au-delà ?

          http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/03/06/35003-20170306LIVWWW00068-fillon-juppe-sarkozy-nouvelle-journee-tendue-pour-la-droite.php



        • baldis30 6 mars 2017 17:30

          C’est vraiment la Cour des miracles ...

          En quelques heures passer du stade de favori, à celui d’accusé de fraudes, diverses pour revenir comme victime ce sont déjà des miracles enchainées ( comme le canard ......)

          Et pour Sarkozy passer en quelques années du stade de has been au stade de Paul Bismuth pour arriver enfin après un ensemble d’arabesques latérales et une sublimation percutante au stade d’espoir pour son parti, cela s’appelle un déchaînement de miracles ... Ulysse n’en eut pas davantage lorsqu’il affronta tous les dangers lors de son retour. A croire que tous les dieux de l’Olympe se sont ligués derrière lui  !


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 6 mars 2017 20:52

            @baldis30
            Bonsoir Baldis.
            Bien vu.
            "C’est vraiment la Cour des miracles ...

            En quelques heures passer du stade de favori, à celui d’accusé de fraudes, diverses pour revenir comme victime ce sont déjà des miracles enchainées ( comme le canard ......)".

            La Cour des Miracles : un territoire de mendiants, de faux estropiés mais de vrais voleurs...


          • velosolex velosolex 6 mars 2017 19:57

            A vrai dire je me demandais à quel degré il fallait prendre cet article. Etait ce une parodie ?...L’ordalie est une vieille notion qui fait référence au religieux, et il en faut c’est vrai pour continuer à croire en ce type..Elle fait valeur de lapsus, dans le sens que cette affaire loin de nous orienter vers la modernité, nous envoie en plein moyen âge......L’escroquerie , de plus est patente , et vient du fait que ce Fillon tiez sa légitimité des « dites primaires »..Les gens qui lui ont fait confiance à ce moment là ont cru voter pour un homme intègre. La conclusion n’a même pas besoin d’être dite. En dehors de cette entrée en la matière, l’homme a nettement montré qu’il est incapable de dominer son coté passionnel, perd les pédales, met en cause la presse, les médias, les autres politiques...Le voilà qu’il déclare en dépit des toute vérité que les médias ont discrédité son épouse, en disant qu’elle était au bord du suicide. Est ce projectif ?..Un vrai paranoïaque au bord de la crise de nerf, accroché à sa cassette comme l’avare de Molière....Nous sommes la risée de l’europe et du monde. Le génie français a du plomb dans l’aile. Ne reste que le comique du même nom qui n’est pas brillant. 


            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 6 mars 2017 20:56

              @velosolex

              "Nous sommes la risée de l’Europe et du monde. Le génie français a du plomb dans l’aile. Ne reste que le comique du même nom qui n’est pas brillant."

              Et encore vous êtes bien aimable de croire que nous sommes la risée de l’Europe et d’un monde qui ne s’intéresse même plus à nous sauf pour nous moquer. Avec raison..
              La France est devenue une poubelle sur le couvercle de laquelle dansent des profiteurs et des pantins qui s’adressent à un public prêt à en redemander.
              Allez comprendre !


            • baldis30 7 mars 2017 12:38

              @Renaud Bouchard
              bonjour,

              « Nous sommes la risée de l’Europe et du monde ».

               Consolons-nous comme nous pouvons en nous disant que dans le ridicule nous ne sommes pas seuls et que nous avons bien suivi l’exemple de nos maîtres américains lors de leur dernière élection présidentielle. Et pour être bien en phase , c’est venu des deux côtés ! D’un côté des aspects judiciaires, de l’autre des querelles d’ego, de partis, et de sodomisation de diptères ! 

               Réjouissons nous ... nous ne sommes pas isolés ! Alors que notre diplomatie pouvait reprendre pied au Moyen-Orient, nous avons trouvé des alliés qui faisaient « du bon boulot »...

              « La France est devenue une poubelle »

              Comme Victor Hugo le décrivait dans la tirade de Ruy Blas dont AV a donné deux extraits ( le début et la fin) par deux intervenants différents. Qu’on la relise entièrement pour voir que la situation décrite par Hugo est parfaitement transposable en changeant simplement "Espagne’ par France et les noms propres espagnols par des figures connues dans l’hexagone.


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 mars 2017 20:09

              Bonjour à l’auteur,
              je vous sens aussi très hésitant ces derniers jours, entre léchage et lynchage.

              Les temps sont incertains, il est vrai, et le vent tourbillonne smiley


              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 6 mars 2017 21:11

                @Olivier Perriet

                On ne tire pas sur une ambulance.

                Il faut être bon joueur et reconnaître que malgré ses torts avérés (rien ne saurait excuser ce qui restera un ensemble de magouilles intrafamiliales où l’on se répartit gentiment les fonds publics, où l’on profite des avantages d’un abus de bien social), F. Fillon est devenu la bête à abattre.

                Je n’ai aucune affection ni aucune inclination envers un M. Propre, émanation de toute une façade de vertu affichée et de bonne conscience sociales qui mène ses petites combines en coulisse comme tous ces notables et tous ces roitelets de province entés sur les prébendes politiques.

                Je dis simplement que F. Fillon a eu le courage de se défendre et de retourner (pour le moment) une situation dans laquelle il a pu constater que tous ses petits camarades l’ont gentiment trahi.

                Que l’on puisse voir un « Bureau Politique » tenter de remettre en ordre une campagne présidentielle sous l’autorité d’un ex-chef de bande impliqué dans des affaires judiciaires qui partout ailleurs se seraient terminées par de la prison ferme est stupéfiant.

                L’affaire Fillon qui est très sérieuse et révélatrice d’une vraie crise politique devrait être suivie de la mise en cause de toute l’équipe qui assure la promotion de M. Macron, en marche vers le pillage du pays et sa mise en coupe réglée.

                Bien à vous,
                Renaud Bouchard


              • baldis30 7 mars 2017 12:41

                @Renaud Bouchard

                Il est un devoir d’éviter de tomber dans des situations Salengro, Conseiller Prince, Boulin, Bérégovoy, Figon, ... et j’en oublie !


              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mars 2017 14:06

                @baldis30
                Bonjour Baldis.

                "l est un devoir d’éviter de tomber dans des situations Salengro, Conseiller Prince, Boulin, Bérégovoy, Figon, ... et j’en oublie !« 

                Bon début. On rajoutera de Broglie, Lucet, Fontanet, de Grossouvre...

                « On meurt beaucoup et beaucoup trop mystérieusement sous la Ve République. Je n’aime pas ça. » Cette phrase du sénateur de droite Pierre Marcilhacy, dans un texte publié par Le Matin de Paris du 29 octobre 1980, marquera les esprits.

                Rien de bien nouveau.
                Dans les événements récents, la tentative d’élimination de F. Fillon a été plus »soft« , toutes proportions gardées.

                La question est simple : éliminer avant que d’être »suicidé".

                Si j’étais à la place de F. Fillon, imaginant que je sois élu, ma réaction serit très rapide : élimination et purge totale du parti en renouvelant complètement le paysage parlementaire pour commencer avec suppression pour les traîtres et transfuges de toute investiture pour les élections législatives, décision à laquelle j’ajouterais une élimination de tous les postes à caractère politique (gouvernement, ministres, secrétaires d’Etat, etc.).
                Direction Pôle Emploi.

                Cordialement, RB


              • Zolko Zolko 7 mars 2017 16:26

                @Renaud Bouchard : "Je dis simplement que F. Fillon a eu le courage de se défendre et de retourner (pour le moment) une situation dans laquelle il a pu constater que tous ses petits camarades l’ont gentiment trahi."
                 
                - Il ne s’est pas défendu, il s’est juste arc-bouté.
                 
                - il n’a pas retourné la situation, il a juste rappelé aux autres qu’il a l’argent du parti et qu’il ne va pas le rendre. 50 000 retraités ne font pas la France, et pas une élection.
                 
                - ses camarades ne l’ont pas trahi, ils ont au contraire suivi ses propres conseils : si mis en examen, pas candidat. C’est Fillon qui a trahi sa parole et ceux qui ont cru en lui.


              • Zolko Zolko 7 mars 2017 16:29

                @Renaud Bouchard : « élimination et purge totale du parti (...) suppression pour les traîtres et transfuges de toute investiture pour les élections législatives »
                 
                sauf que Fillon n’est pas le parti, il le dis sans-cesse lui-même. Même si il gagnait cette élection, il ne pourrait rien faire pour les législatives.
                 
                EN fait, vous confirmez tout le mal qu’on pense de Fillon : vous rêvez d’un dictateur, et lui se pose comme tel. Avec victimisation et tout, genre Erdogan en ce moment.


              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mars 2017 20:06

                @Zolko
                Erdogan terminera très mal, comme tous les types de son acabit.

                Sa tentative de considérer l’Allemagne comme une cour de récréation et une annexe ottomane est en train d’indisposer le pays qui commence à regarder les 3 millions de Turcs d’un œil moins bienveillant que d’habitude.

                Fillon n’a pas l’envergure d’un homme fort.

                Quant à une dictature au sens constitutionnel du terme, il se trouve que précisément la Loi fondamentale contient un Article 16 calqué sur le mécanisme de la Rome antique qui confiait un mandat spécifique (l’imperium) pour une durée maximum de six mois.
                Certes, dans le cas Français, il ne saurait être question de jouer aux Marius et Sylla, mais il est évident qu’un chef d’Etat désireux de procéder à un train de réformes rapides sans être outre-mesuré gêné par des discussions à n’en plus finir ne devrait pas hésiter à agir très raidement et efficacement, quitte à ce qu’un contrôle législatif et constitutionnel intervienne intelligemment a posteriori pour corriger les maladresses ou excès éventuels.

                Bien à vous,
                Renaud Bouchard


              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 6 mars 2017 22:17

                Aux lecteurs :
                Dernières nouvelles.
                Il ne s’est rien passé. Vous aurez rêvé.
                Tout cela n’a été qu’un affreux malentendu.

                À 18 heures, une vingtaine de ténors se sont réunis au siège des Républicains à Paris. Le comité politique « a renouvelé à l’unanimité son soutien » à François Fillon, a annoncé le président du Sénat, Gérard Larcher.

                Pendant cette réunion, le candidat maudit a exclu tout « plan B » et souligné que « seule » sa candidature était « légitime ».

                « La semaine dernière, un certain nombre de responsables de notre mouvement se sont désolidarisés de ma campagne. J’ai choisi de faire appel à nos électeurs en organisant dimanche un grand rassemblement à Paris », a déclaré F. Fillon.

                « Ce rassemblement a été un immense succès : par son ampleur et par sa dignité », a-t-il indiqué.

                « Pour ma part, je considère que ce rassemblement confirme la légitimité que je tire de la primaire de la droite et du centre ».

                Les juppéistes petit-déjeuneront mardi au Sénat, à l’initiative de Jean-Pierre Raffarin. « Pour faire un point sur la situation », a confirmé lundi après-midi au Figaro l’un des élus qui a été convié à y participer. « Nous allons évoquer la suite. On veut peser sur la campagne pour éviter cette radicalisation, dans les mots et dans la forme, que nous constatons aujourd’hui ». Pas question de trouver un nouveau plan B. « Si le numéro 2 de la primaire, qui pouvait rassembler, qui était en capacité de se qualifier pour le second tour de la présidentielle n’a pas réussi à remplacer Fillon, alors qui serait plus légitime ? Certainement pas le second couteau de celui qui est arrivé troisième à la primaire », ironise-t-on dans l’entourage d’Alain Juppé pour commenter l’hypothèse Baroin. Sont attendus les députés Benoist Apparu et Edouard Philippe, la sénatrice Fabienne Keller, le sénateur Jean-Baptiste Lemoyne, et les anciens porte-parole de Juppé : Pierre-Yves Bournazel et Maël de Calan. Jean-François Copé, Valérie Pécresse, Nathalie Kosciusko-Morizet, Virginie Calmels, Dominique Perben ou encore Hervé Mariton seront également présents à cette réunion.

                Allez ! La « famille » est au complet et les « affaires » vont pouvoir recommencer. Comme avant. Fillon patron et Baroin Premier ministre. Les autres sont déjà là à attendre leurs investitures pour les législatives.


                • Hieronymus Hieronymus 6 mars 2017 22:44

                  bon article avec lequel je me sens en phase
                  on vit vraiment une élection incroyable où rien ne se déroule comme d’habitude
                  ce qui me sidère encore plus que l’incroyable muflerie, goujaterie, malhonnêteté morale de l’état socialiste qui use et abuse, sans pudeur aucune, de l’appareil judiciaire afin de torpiller ses 2 adversaires principaux (F. Fillon et ensuite M. LePen) du jamais vu dans l’histoire de la Vème .. ce qui m’apparaît encore plus stupéfiant donc que ces fourberies hollandesques sont la lâcheté et la trahison qui sévissent à tout va dans le camp Les Républicains (mal nommés)
                  lorsque leur représentant normalement désigné à l’issue de la primaire est mis en difficulté suite à de basses manoeuvres de l’appareil d’état socialiste, quid de la solidarité du parti ?
                  c’est nada chez la majorité d’entre eux, ils n’assurent même pas le service minimum de rigueur !
                  il y avait au moins 2 choses à faire :
                  - démontrer le caractère factice de ces attaques à visée purement électoraliste, en bref défendre Fillon victime d’une véritable machination politique
                  - attaquer dans le même temps Macron (candidat inavoué de l’Elysée) sur ces nombreux points faibles, en particulier la dissonance entre son patrimoine déclaré et ses revenus mais pas que .. étant évident que les attaques sur Fillon ne visent qu’à permettre à Macron d’atteindre le 2nd tour
                  au contraire de tout cela, les ténors de Les Républicains se sont presque mis à aboyer avec la meute, alors question : quel plan ont ils donc en tête ?
                  - attendre l’échec de Fillon pour passer chez Macron ? mais la trahison est un peu grosse, la reconversion politique pas évidente avec un Macron qui n’a toujours pas de parti !
                  - proposer un autre candidat mais les délais sont trop courts et les chances de succès très faibles surtout si Fillon reste en jeu
                  - espérer secrètement la victoire de Marine ? (comme Chirac qui avait fait gagner Mitterrand en 1981)
                  j’avoue être sidéré par l’absence complète de stratégie claire dans le camp Les Républicains, faut il donc que les haines soient féroces à l’intérieur de ce parti ?


                  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mars 2017 09:08

                    @Hieronymus

                    Bonjour Hyeronymus.

                    Merci pour votre commentaire que je reprends plus bas in extenso et que je complète avec ce texte que l’on m’a adressé,issu du site Bd Voltaire et dont l’auteur est M. Bernard Hawadier :

                    "À ce stade, j’estime qu’il faut le soutenir dans le combat qu’il mène, écrit l’auteur précité.

                    François Fillon doit être défendu de tout ce dont on l’accuse, au nom de la morale, de la parole donnée et de l’État de droit.

                    Je ne suis pas filloniste. Je doute de sa capacité, voire de sa réelle volonté à remettre en cause un système qu’il a incarné et défendu pendant très longtemps. Mais ce que ce système lui fait pourrait me faire changer d’avis… Et, à ce stade, j’estime qu’il faut le soutenir dans le combat qu’il mène.

                    Comme tous les justes et les innocents, il se défend mal ; c’est une vérité de l’histoire judiciaire. Avocats et juges le savent d’expérience. Aussi a-t-il accumulé les maladresses et même pris des engagements sur lesquels la vilenie des moyens utilisés contre lui l’autorise à revenir…

                    Nous sommes manipulés. Les journalistes qui sont à l’origine de « l’affaire » votent encore à gauche à une écrasante majorité. Le Syndicat de la magistrature a bénéficié du soutien de notre garde des Sceaux, madame Taubira, durant toute la durée de sa présence place Vendôme.

                    La gauche encore au pouvoir et qui entend y rester, et la droite centriste à sa suite, sont à la manœuvre à l’encontre de celui qui n’avait été adoubé ni par ses pairs ni par le presse…

                    Plusieurs remarquent s’imposent :

                    François Fillon et sa femme n’ont rien caché ni de cet emploi ni de son caractère prétendument fictif ! C’était un secret de polichinelle pour qui s’intéressait à la vie de l’Assemblée nationale.

                    – Le parquet financier a été poussé par la presse, à la traîne de la presse, alors qu’il aurait pu se saisir de ces faits publics depuis bien longtemps…

                    – La qualification de détournement de fonds publics ne résiste pas une seconde à l’examen d’un juriste sérieux. Or, c’est elle qui a permis de justifier la saisine du parquet financier (le fameux PNF).

                    – C’est le parquet et lui seul, ou la police chargée par lui de l’enquête, tous deux aux ordres du pouvoir, qui ont organisé les fuites des contenus des PV… alors que le mis en cause n’avait pas accès au dossier ! Des fuites qui se poursuivent encore ce dimanche alors que l’instruction vient d’être ouverte, dans les colonnes d’une presse qui continue de se draper dans sa dignité moralisatrice alors qu’elle commet délit sur délit, foulant aux pieds l’État de droit dont elle demande le respect !

                    – Le parquet n’est pas « LA JUSTICE » ; il n’est pas indépendant comme le sont les juges d’instruction et du siège. La Cour européenne des droits de l’homme ne cesse de le répéter. Les poursuites ont été le fait du pouvoir.

                    Cette machination est scandaleuse. Il s’agit d’une manipulation digne des meilleurs romans de Volkoff.

                    Il est injuste de priver François Fillon de son droit à se soumettre au suffrage des Français.

                    Au nom de la morale, parce que le reproche qui lui est fait n’est pas justifié. Il n’a rien volé. Il n’a fait qu’utiliser sa dotation budgétaire, sous le contrôle de l’Assemblée nationale, sachant qu’il lui était matériellement impossible de se priver du travail d’un assistant parlementaire.

                    Au nom de la parole donnée, parce que sa future mise en examen est une cabale inadmissible à laquelle nos juges se sont livrés avec une bassesse comparable à celle du mur des cons.

                    Au nom de l’État de droit, enfin, parce que tous les principes – présomption d’innocence, séparation des pouvoirs, secret de l’enquête et maintenant de l’instruction, règles du droit pénal – sont piétinés."

                    Il est difficile de dire le contraire.

                    Votre propre commentaire :

                    "Bon article avec lequel je me sens en phase
                    On vit vraiment une élection incroyable où rien ne se déroule comme d’habitude
                    ce qui me sidère encore plus que l’incroyable muflerie, goujaterie, malhonnêteté morale de l’état socialiste qui use et abuse, sans pudeur aucune, de l’appareil judiciaire afin de torpiller ses 2 adversaires principaux (F. Fillon et ensuite M. LePen) du jamais vu dans l’histoire de la Vème .. ce qui m’apparaît encore plus stupéfiant donc que ces fourberies hollandesques sont la lâcheté et la trahison qui sévissent à tout va dans le camp Les Républicains (mal nommés)
                    lorsque leur représentant normalement désigné à l’issue de la primaire est mis en difficulté suite à de basses manoeuvres de l’appareil d’état socialiste, quid de la solidarité du parti ?
                    c’est nada chez la majorité d’entre eux, ils n’assurent même pas le service minimum de rigueur !
                    il y avait au moins 2 choses à faire :
                    - démontrer le caractère factice de ces attaques à visée purement électoraliste, en bref défendre Fillon victime d’une véritable machination politique
                    - attaquer dans le même temps Macron (candidat inavoué de l’Elysée) sur ces nombreux points faibles, en particulier la dissonance entre son patrimoine déclaré et ses revenus mais pas que .. étant évident que les attaques sur Fillon ne visent qu’à permettre à Macron d’atteindre le 2nd tour
                    au contraire de tout cela, les ténors de Les Républicains se sont presque mis à aboyer avec la meute, alors question : quel plan ont ils donc en tête ?
                    - attendre l’échec de Fillon pour passer chez Macron ? mais la trahison est un peu grosse, la reconversion politique pas évidente avec un Macron qui n’a toujours pas de parti !
                    - proposer un autre candidat mais les délais sont trop courts et les chances de succès très faibles surtout si Fillon reste en jeu
                    - espérer secrètement la victoire de Marine ? (comme Chirac qui avait fait gagner Mitterrand en 1981)
                    j’avoue être sidéré par l’absence complète de stratégie claire dans le camp Les Républicains, faut il donc que les haines soient féroces à l’intérieur de ce parti ?"



                  • velosolex velosolex 7 mars 2017 10:05

                    @Renaud Bouchard
                    S’il suffisait de mal se défendre pour avoir raison, comme vous le dites à propos de Fillon, il serait dangereux de bien se défendre, pour avoir tort...Ce qui aurait accablé par exemple Léon Blum traîné par Pétain au procés de Riom et dont les propos brillant se retournèrent contre l’accusateur,et firent que les nazis mirent un arrêt à cette pantomime...

                    J’ai assisté à plusieurs procès en correctionnel, et j’ai souvent été accablé par la bêtise des accusés, leur pauvre système de défense, ne parlons pas parfois de celui de certains avocats, dont on se demande comment ils ont pu obtenir leur diplôme. 
                    C’est l’ivresse des hauteurs qui a fait planter Fillon, comme elle l’a fait pour Cahuzac. Deux hommes à qui tout à toujours réussi, et à avec qui la république était bonne fille. Deux hommes, circonstances aggravantes, qui étaient supposés être des verrous contre la corruption...
                    Les tables rondes brouillonnes et contradictoires des politiciens opérant en bandes organisés n’y changeront rien. L’image est dégradée, et l’électeur qui rame devra s’arranger avec cela, selon ses petits intérêts et les ambitions qu’il a pour son pays....Mais soyez certains que si certains ne savent pas pour qui voter, ils seront pour qui ils ne voteront pas. Quand à moi si je me préserve des extrêmes, j’en suis là aussi...L’incarnation de la probité s’est changé en celle de l’opportunisme et de la vénalité

                  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mars 2017 10:35

                    @velosolex
                    Bonjour et merci pour votre visite et votre commentaire.

                    Bonne analyse, effectivement, que la vôtre.

                    Défense inepte devant les tribunaux, ivresse des hauteurs de la part de candidats qui ont su tirer à eux tous les avantages d’une système qu’ils se gardent bien de modifier tant il leur offre d’avantages, probité critique, tables rondes brouillonnes et contradictoires de politiciens opérant en bandes organisées, image dégradée, tous ces éléments sont avérés, constatés et servis comme ersatz politique à un électorat qui, comme vous le dites justement, « rame et devra s’arranger avec cela, selon ses petits intérêts et les ambitions qu’il a pour son pays... »

                    Vous écrivez en conclusion, avec raison, hélas ! :"Mais soyez certain que si certains ne savent pas pour qui voter, ils sauront pour qui ils ne voteront pas. Quand à moi si je me préserve des extrêmes, j’en suis là aussi...L’incarnation de la probité s’est changée en celle de l’opportunisme et de la vénalité."

                    Mais est-on franchement obligé de se contenter de choisir des lots périmés et avariés, impropres à toute consommation, à défaut d’avoir des candidats de qualité ?

                    Je ne le pense pas.

                    L’offre étant fondamentalement mauvaise rien n’interdit en effet de vouloir sérieusement passer à autre chose et, pour ce faire, de travailler à créer une offre politique solide, sérieuse, susceptible de répondre aux vraies préoccupations et auxquelles les gens (vous, moi, nos familles, amis, concitoyens etc.) finiront par trouver un réel intérêt.

                    Il devient pénible en effet de continuer à être abreuvé de ce type d’information, telle celle-ci recueillie ce matin :

                    Certains élus partisans du « plan B » semblent revenir dans le giron du candidat et d’autres réfléchissent encore à une autre solution pour sortir de la crise.

                    Valérie Pécresse

                    Avec Christian Estrosi et Xavier Bertrand, la présidente de la région Île-de-France avait souhaité mener une médiation auprès de François Fillon, à tout le moins le rencontrer pour engager le dialogue. La proposition a été lancée dimanche. Peine perdue. Lundi, Pécresse a précisé quelle serait sa ligne de conduite : « Je continuerai à faire campagne », a-t-elle expliqué sur Facebook. Regrettant le retrait d’Alain Juppé et prenant acte du choix de François Fillon de poursuivre, l’ancienne ministre a fait le choix de soutenir le projet du candidat en demandant des enrichissements « sur le volet régalien comme sur le volet économique et social pour être à la fois plus juste et plus ferme ». Mais, au passage, elle marque sa distance avec François Fillon : « Je crois profondément que l’exemplarité des responsables politiques est une exigence légitime de nos compatriotes. Je crois aussi au respect de l’institution judiciaire », ...

                    http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/03/06/35003-20170306ARTFIG00309-revenir-ou-pas-le-dilemme-de-ceux-qui-se-sont-opposes-a-francois-fillon.php?een=6ef5f47638968cbb0bd43c8094c12649&seen=6&m_i=gOxgYAlVBBlTNJ3%2BWAF6F%2B%2BTRpIX%2B0Zy4okfdOi0xp9GKtLr5Yv3Mh4oRHkoamOeyxEpb5O_6YF2T2%2BCaXsNjTnZLPs4%2BB#xtor=EPR-300-[actualites]-20170307



                  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mars 2017 10:48

                    @covadonga*722

                    Bonjour Covadonga.

                    Vous écrivez à Hieronymus :

                    "In fine je goûte fort, ites-vous, moi qui ne suis pas démocrate son appel a la rue contre les institutions ,je me réjouis a l’avance de lui voir resservie cette initiative le jour ou le peuple de ce sol décideras que le vote n’est pas l’ultime épée !"

                    Tout ce qui tranche est dangereux, tout ce qui pique aussi...


                  • Hieronymus Hieronymus 7 mars 2017 11:04

                    @covadonga*722
                    salut Asinus
                    on est bien d’accord sur Fillon, voir ce que j’ai écrit à son sujet :
                    http://www.agoravox.tv/commentaire13108025
                    http://www.agoravox.tv/commentaire13108339
                    mais entre 2 maux il faut choisir le moindre, le pire c’est Macron le poulain du système !


                  • Hieronymus Hieronymus 7 mars 2017 11:12

                    @Renaud Bouchard
                    merci de votre longue réponse mais à part la recopie de cet article de Bd Voltaire (au demeurant très pertinent) je ne vois pas vraiment ce que vous répondez à ma principale interrogation, en gros je résume :
                    quelle stratégie ont donc en tête les principaux responsables du parti LR en ne soutenant pas Fillon, voire même en le trahissant ouvertement et en n’attaquant pas Macron dans le même temps ?
                    à cette question capitale (car je trouve la situation actuelle sidérante, le plus vieux parti de gvt se sabordant) je formule 3 hypothèses en bas de mon post à 22’44" - qu’en pensez vous ? voyez vous d’autres raisons éventuelles ?
                    Cdt


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 mars 2017 11:16

                    @Hieronymus

                    Plutôt que de reconnaître la nullité de « votre » (*) candidat, la nullité du concours d’échalotte des Primaires, qui aboutit à ce qui est d’ores et déjà un échec (pour rappel, la Primaire devait légitimer le candidat et ouvrir les partis), vous préférez invoquer un complot de l’Etat.

                    Vous avez le bunker que vous méritez.

                    (* Je dis « votre », bien entendu c’est un abus de langage car les intellectuels comme vous savent bien que celui qui ne choisit rien ne se trompe jamais).


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 mars 2017 11:19

                    @Hieronymus
                    quelle stratégie ont donc en tête les principaux responsables du parti LR

                    C’est assez facile : la candidature Fillon n’ emballe pas grand monde, et ses ennuis judiciaires en peu vaseux c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

                    D’autres questions ?


                  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mars 2017 12:11


                    @Hieronymus

                    « Quelle stratégie ont donc en tête les principaux responsables du parti LR en ne soutenant pas Fillon, voire même en le trahissant ouvertement et en n’attaquant pas Macron dans le même temps ? »

                    Peut-être n’ont-ils tout simplement pas de stratégie, comme le montre leur comportement erratique.

                    Je pense que les ennemis de F. Fillon n’ont vu qu’une occasion de lui faire payer sa victoire inattendue aux « primaires » contre le« candidat naturel » A. Juppé.

                    Ils ont cru qu’ils allaient pouvoir court-circuiter F. Fillon et investir F. Baroin (sous l’influence de N. Sarkozy).

                    Par ailleurs ce ne sont pas les mêmes groupes d’intérêts.
                    Fillon représente un entre-soi Français (capitalisme « vieille France ») tandis que chez Macron c’est l’internationale financière (Goldman Sachs, Drahi, Rothschild etc.).

                    Ce qui s’est produit n’est qu’une révolution de palais interne à la droite.L’ennemi est le FN et Macron n’est pas perçu comme un danger possible.

                    On remarquera d’ailleurs que Macron ne dit rien et se garde bien de critiquer F.Fillon.

                    Cordialement,

                    Renaud Bouchard



                  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mars 2017 14:32

                    @covadonga*722

                    Vous me dites : "Bof nous ne sommes que de passage dans cette vallée de larmes , tout plutôt que cette décadente agonie , que ce pourrissement culturel , que cette sanie démocrateuse ou tout ce vaut tout est égal . Ce monde vétuste et sans joie croulera et nos chants de guerre etc...« 

                    On pourrait rajouter ceci : »La bourgeoisie périra noyée dans les eaux glacées du calcul égoïste. »

                    Non. Le constat est fait, je vous l’accorde.

                    Désormais il faut se battre.


                  • Hieronymus Hieronymus 7 mars 2017 16:03

                    @Renaud Bouchard
                    Peut-être n’ont-ils tout simplement pas de stratégie, comme le montre leur comportement erratique.
                    comportement erratique, effectivement c’est le moins qu’on puisse dire
                    que Sarkozy et Juppé, les 2 favoris, l’aient mauvaise, ça peut se concevoir, encore que la question est : jusqu’où trahir Fillon en vaut il la peine ?
                    mais les autres, tous les autres, cadres du parti, ex-ministres et ministrables, députés, etc... à quoi jouent-ils ? sont ils sots au point de ne pas réaliser la gravité de toute cette mascarade judiciaire en cours qui risque de griller complètement leur avenir politique ?
                    et les médias, tous les médias font chorus, y compris (et surtout) le Canard enchaîné
                    quelle fièvre s’est donc emparée du pays ?
                    une campagne de désinformation et de diffamation sans précédent relayée unanimement par tous les médias dominants (Ok pas Rivarol), un parti politique qui avait jusque là toujours été dominant, LR ex-UMP, ex-RPR et encore avant ex parti gaulliste, parti quasi invicible, au faite des réseaux et très habile en manoeuvres d’appareil, il semble maintenant en voie d’explosion interne à la suite de simples révélations même pas illégales, totale impuissance de ses membres, incapables de la moindre auto-défense, il y a comme un effet de sidération totale
                    j’avoue y perdre mon latin...
                    perso je n’ai jamais eu de sympathie particulière pour ce parti LR mais ce qui est en train de se dérouler avec toutes ces magouilles judiciaires indignes d’un pays se prétendant démocratique et la promotion invraisemblable du candidat du vide, pur artéfact de l’oligarchie mondialiste, me semble bien plus dangereux que l’ex parti chiraquien avec tous ses vices et pesanteurs


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 mars 2017 18:56

                    @Hieronymus

                    un numéro d’équilibriste :
                    comment défendre F Fillon, sans le défendre, tout en le défendant quand même. Vous vous en tirez plutôt pas mal ;

                    Je pense que vous répondez vous même à votre question : F Fillon indispose beaucoup, y compris « dans son camp ». C’est la seule réponse possible, et les magouilles judiciaires n’y changent pas grand chose.


                  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mars 2017 20:22

                    @Hieronymus

                    « Peut-être n’ont-ils tout simplement pas de stratégie, comme le montre leur comportement erratique »
                    .

                    "Comportement erratique, effectivement c’est le moins qu’on puisse dire, me répondez-vous.
                    Que Sarkozy et Juppé, les 2 favoris, l’aient mauvaise, cela peut se concevoir, encore que la question est : jusqu’où trahir Fillon en vaut il la peine ?
                    Mais les autres, tous les autres, cadres du parti, ex-ministres et ministrables, députés, etc... à quoi jouent-ils ? Sont -ls sots au point de ne pas réaliser la gravité de toute cette mascarade judiciaire en cours qui risque de griller complètement leur avenir politique
                     ?« 

                    Je crois effectivement que nous avons là une amicale de crétins qui sont pris à leur propre jeux. Ils n’ont que l’importance qu’ils se donnent et qu’un public qui ne réfléchit plus veut bien leur donner.
                    Imaginez un seul instant toute cette camarilla assignée à résidence et vous aurez un autre équivalent d’un gouvernement fantoche identique à celui qui se distribuait les portefeuilles ministériels et se disputait les cigarettes et les sachets de saccharine à Sigmaringen.

                     »Quelle fièvre s’est donc emparée du pays ? Une campagne de désinformation et de diffamation sans précédent relayée unanimement par tous les médias dominants (Ok pas Rivarol), un parti politique qui avait jusque là toujours été dominant, LR ex-UMP, ex-RPR et encore avant ex parti gaulliste, parti quasi invincible, au faîte des réseaux et très habile en manœuvres d’appareil, il semble maintenant en voie d’explosion interne à la suite de simples révélations même pas illégales, totale impuissance de ses membres, incapables de la moindre auto-défense, il y a comme un effet de sidération totale
                    j’avoue y perdre mon latin...« 

                    Rien de surprenant à cela. Une absence de renouvellent interne ainsi qu’un vieillissement et une érosion de la pratique gouvernementale associés à une baisse générale du niveau intellectuel conduit inéluctablement à l’obsolescence et à la mort de ce type de formations politiques. La maladie est la même au PS, »le grand cadavre à la renverse« qui cherche à se réincarner dans une social-démocratie 2.0 revisitée par E. Macron.

                    Vous avez donc amplement raison lorsque vous écrivez que : » La promotion invraisemblable du candidat du vide, pur artéfact de l’oligarchie mondialiste, me semble bien plus dangereux que l’ex parti chiraquien avec tous ses vices et pesanteurs."

                    Quant à l’ex-parti chiraquien, comme vous le qualifiiez, tout montre qu’il n’a rien compris au danger du moment puisque F. Fillon lui-même veut lutter contre le FN alors que son ennemi mortel est bien E. Macron.

                    Bien à vous et merci de votre visite comme de votre commentaire.

                    Renaud Bouchard


                  • Hieronymus Hieronymus 7 mars 2017 22:29

                    @Renaud Bouchard
                    Quant à l’ex-parti chiraquien, comme vous le qualifiiez, tout montre qu’il n’a rien compris au danger du moment puisque F. Fillon lui-même veut lutter contre le FN alors que son ennemi mortel est bien E. Macron.

                    effectivement cas typique de sclérose de la pensée politique, c’est ultra courant, ainsi au XVIII siècle la France restait obsédée par la puissance de l’Autriche et refusait de voir la montée du royaume de Prusse (future Allemagne), plus près de nous il suffit d’observer le nombre de ceux qui confondent encore dans leurs analyses la Russie actuelle avec l’URSS d’autrefois et voit en Poutine un nouveau Staline...
                    tous ces cadors de ce vieux parti finissant ont ils sérieusement songé une minute à leur avenir en cas de victoire de Macron à la présidentielle ?
                    quid alors de leur recyclage lors des législatives et de la formation du futur gouvernement ?
                    ils sont tellement pénétrés de leur importance qu’ils ne se rendent pas compte que leur parti LR sera balayé et eux avec dans la tourmente, s’ils parviennent à être recyclés dans une nouvelle équipe Macron, ce sera en étant dramatiquement déclassés, qq. part ce sera « bien fait pour leur gueule »
                    et Hollande le liquidateur aura réussi son coup de pulvériser les 2 partis historiques de gouvernement avant de sombrer lui même dans les poubelles de l’Histoire, lugubre personnage dépassant en nuisance tous ses prédécesseurs
                    cdt


                  • jakem jakem 7 mars 2017 11:10

                    Article intéressant !

                    Nous avons assisté en direct et dans une autre dimension à la représentation de « les bijoux de la Castafiore ».

                    Teint-Teint ( emprunt à Federbusch ) scrutait depuis l’Elysée, et le Migou traîne aux alentours...


                    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mars 2017 12:22

                      @jakem
                      Bonjour Jakem.

                      Gordon Zola, mettant en scène Saint-Tin et son ami Lou dans son album intitulé : « L’affaire tourne au sale » ou « Le Spectre du Tocard »...

                      Cordialement,

                      Renaud Bouchard


                    • kalachnikov lermontov 7 mars 2017 11:31

                      Je ne dois pas vivre dans la même réalité.

                      Il y avait au 1er mars 2015 44 614 000 électeurs en France ; voilà, Fillon a rassemblé 40 à 50 000 personnes. Comme mr ’imagine-t’on le Général mis en examen’ s’est inscrit de façon complètement rigolote, en pleine inversion de valeur, dans le fil de la geste gaullienne, on comparera avec la manif du 30 mai 1968 (500 000 personnes sur les Champs).

                      Collectivement, nous nageons en plein delirium tremens. Le rassemblement Fillon n’était pas un rassemblement démocratique, républicain, trans idéologique, mais exactement l’inverse. En un mot, ce n’est pas la voix du Peuple.


                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mars 2017 12:16

                        @lermontov
                        Bonjour Lermontov.

                        Vous écrivez :"

                        Je ne dois pas vivre dans la même réalité.

                        Il y avait au 1er mars 2015 44 614 000 électeurs en France ; voilà, Fillon a rassemblé 40 à 50 000 personnes. Comme mr ’imagine-t’on le Général mis en examen’ s’est inscrit de façon complètement rigolote, en pleine inversion de valeur, dans le fil de la geste gaullienne, on comparera avec la manif du 30 mai 1968 (500 000 personnes sur les Champs).

                        Collectivement, nous nageons en plein delirium tremens. Le rassemblement Fillon n’était pas un rassemblement démocratique, républicain, trans idéologique, mais exactement l’inverse. En un mot, ce n’est pas la voix du Peuple."

                        Certes, peu de monde au Trocadéro en comparaison avec la manifestation du 30 mai 1968.

                        Autre époque et autres gens.

                        Une question toutefois : 50000 personnes au Trocadéro mais combien de gens ailleurs en France qui, quoiqu’il advienne, soutiennent F. Fillon ou le soutiendront désormais ? Je n’ai pas de données chiffrées.

                        Bien à vous,

                        Renaud Bouchard


                      • kalachnikov lermontov 7 mars 2017 13:17

                        @ Renaud Bouchard

                        C’est commode comme ça on peut délirer sans frein. Ce n’est pas une question de nombre, mais une question d’esprit ; le nombre découle de l’esprit. Fillon peut couiner, agiter le spectre de la dictature, le peuple s’en cogne. Après tant de trahisons, de reniements, de désillusions, le peuple est blasé.

                        La réalité, c’est que la République est au bord de l’explosion et elle ne manque pas d’amis, entre la sempiternelle emprise sournoise de l’Amérique, les intrigues tout aussi sournoises de la Russie, les vendus de l’Ue et l’ennemi héréditaire continental Allemagne ravis qu’il n’y ait plus d’unité en France sinon de façade, la canaille islamiste aux aguets et ayant déjà des têtes de pont dans les quartiers, sa soeur siamoise la canaille nationaliste qui n’a toujours rêvé que d’en finir avec la République, etc.


                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mars 2017 14:25

                        @lermontov
                        Bonjour Lermontov.

                        Vous écrivez : "C’est commode comme ça on peut délirer sans frein. Ce n’est pas une question de nombre, mais une question d’esprit ; le nombre découle de l’esprit. Fillon peut couiner, agiter le spectre de la dictature, le peuple s’en cogne. Après tant de trahisons, de reniements, de désillusions, le peuple est blasé.

                        La réalité, c’est que la République est au bord de l’explosion et elle ne manque pas d’amis, entre la sempiternelle emprise sournoise de l’Amérique, les intrigues tout aussi sournoises de la Russie, les vendus de l’Ue et l’ennemi héréditaire continental Allemagne ravis qu’il n’y ait plus d’unité en France sinon de façade, la canaille islamiste aux aguets et ayant déjà des têtes de pont dans les quartiers, sa sœur siamoise la canaille nationaliste qui n’a toujours rêvé que d’en finir avec la République, etc.".

                        Donc, raison de plus pour se battre sur tous ces fronts, intérieurs comme extérieurs.

                        Tous ces ennemis ne tirent leur force que des faiblesses qu’ils rencontrent.

                        Un pays fort est un pays respecté.

                        Pour être respecté il faut déjà commencer par se respecter soi-même.

                        Je suis persuadé qu’un peuple qui perçoit l’image d’un dirigeant fort comprend rapidement que les choses peuvent changer.

                        Les mesures sont simples à prendre ? Question de volonté :

                        -Etats-Unis : Make America Great Again, parfait. Idem pour la France et l’Europe et tout ra bien.

                        -Russie ? Pas de problème. On y sait ce qu’est un véritable chef d’État.

                        -Les vendus de l’UE ? Barrso, Juncker, Dijsselbloem. Tous les acteurs non-élus de la Troïka. cf. ici :http://www.croa.fr/videos/puissante-et-incontrole-la-troka/

                        -La canaille islamiste ? Éliminée en une nuit, discrètement. Le reste étant expulsé après une arrestation et une élimination physique des chefs de gangs, caïds, trafiquants etc.Immigration interrompue, demandeurs d’asile et faux réfugiés expulsés.Associations, ligues anti-racistes etc. interdites.


                      • kalachnikov lermontov 7 mars 2017 14:38

                        @ Renaud Bouchard

                        Fillon, un dirigeant fort ? C’est une plaisanterie, sans doute.

                        Je ne crois pas au complot dans son cas. Comme vous le savez, ces affaires remontent loin dans le temps et l’idée de complot présuppose l’existence d’un dossier sur lui, constitué depuis ce temps-là, et dans l’hypothèse que le peuple de droite un jour, après qu’il ait été pm de la France, l’élira par surprise. La réalité, c’est que personne ne s’est intéressé à Fillon, qui est un personnage falot se retrouvant soudain propulsé en pleine lumière, et qu’il a pu passer entre les gouttes ; ce n’était qu’un figurant. Lorsqu’il était pm, il apparaissait comme potiche, le personnage de Sarkozy mangeant toutes les cervelles et le reste de sa carrière a consisté à être second couteau.

                        Vos recettes ne sont pas bonnes, cela demeure au superficiel. Les empires tombent toujours du fait de la corruption spirituelle qui les gangrènent de l’intérieur. Théoriquement, les élections doivent servir à élire les plus sages d’entre nous, les plus avisés, les plus vertueux ; je vous laisse regarder ce que cette nation a réussi à grand peine à rassembler pour ce jour qui devrait être crucial et sacré. Et je vous assure que ce n’est pas seulement un coup des Russes, des Américains, etc, qui ne sont que des larrons et ne font juste que pousser à la roue pour accélérer mais ne génèrent pas.


                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mars 2017 15:49

                        @lermontov
                        Je réponds à votre commentaire dont je vous remercie.

                        Vous écrivez : "Fillon, un dirigeant fort ? C’est une plaisanterie, sans doute.Je ne crois pas au complot dans son cas. Comme vous le savez, ces affaires remontent loin dans le temps et l’idée de complot présuppose l’existence d’un dossier sur lui, constitué depuis ce temps-là, et dans l’hypothèse que le peuple de droite un jour, après qu’il ait été pm de la France, l’élira par surprise.« 

                        Dirigeant »fort«  ? Non. Ne nous méprenons pas. Je sais pour en avoir déjà croisé ce qu’est un »dirigeant fort« , le modèle le plus courant étant celui qui vous fait froid dans le dos parce que vous vous dites que vous avez devant vous un caïman dont vous savez qu’il n’a eu aucun scrupule à dévorer tout ce qui le gênait dans le marécage pour gagner la course au Pouvoir.

                        Dirigeant »fort« mais beaucoup plus présentable ? D. Trump en est un exemple. Il a montré qu’il savait se battre et que, même une fois parvenu à la présidence des États-Unis d’Amérique, il demeure encore pour beaucoup et probablement encore pour longtemps l’adversaire à abattre, l’erreur politique qui, aux yeux de certains, n’aurait jamais dû se produire.

                        F. Fillon ? Il a réussi à montrer que le putsch partisan qui a manqué l’emporter n’était que le fait d’amateurs désormais désireux de se rallier à lui, toute honte bue. A sa place, je les passerais en pertes et profits.

                         »Vous ne croyez pas au complot« . Il s’est pourtant produit quelque chose de similaire dans la mesure où toute une meute médiatique n’a eu qu’à se servir à guichet ouvert pour obtenir des informations que tout le monde connaissait déjà mais qu’il a bien fallu que quelqu’un décide d’exhumer, réactualiser et mettre sur la place publique en piétinant allègrement des principes pourtant officiellement et légalement reconnus tels la »présomption d’innocence« ou le prétendu »secret de l’instruction« .

                         »La réalité, dites-vous, c’est que personne ne s’est intéressé à Fillon, qui est un personnage falot se retrouvant soudain propulsé en pleine lumière, et qu’il a pu passer entre les gouttes ; ce n’était qu’un figurant. Lorsqu’il était pm, il apparaissait comme potiche, le personnage de Sarkozy mangeant toutes les cervelles et le reste de sa carrière a consisté à être second couteau.« 

                        Effectivement.

                        Je ne crois pas à son »élection par surprise", quand bien même aurait-il eu a qualité de Premier ministre, surtout en ayant exercé cette fonction durant cinq ans dans l’ombre de son chef.

                        « Vos recettes ne sont pas bonnes, cela demeure au superficiel. »

                        J’admets que ces « recettes » puissent manquer de souplesse. En avez-vous d’autres à proposer ? Il reste toutefois que faute de prendre le Réel par la main tant qu’il en est encore temps il risque fort de nous sauter à la gorge une fois de plus et désormais de plus en plus souvent.

                        "Les empires tombent toujours du fait de la corruption spirituelle qui les gangrène de l’intérieur," écrivez-vous avec raison.

                        La solidité morale, celle des vertus éprouvées, l’altruisme, le respect des autres et du bien commun, l’importance du discernement, le respect des institutions, la probité et, pour résumer, les vertus cardinales que sont la force, la justice, la tempérance, la prudence, voilà à coup sûr le ciment d’une société qui fonctionne harmonieusement.

                        Théoriquement, dites-vous encore, les élections doivent servir à élire les plus sages d’entre nous, les plus avisés, les plus vertueux ; je vous laisse regarder ce que cette nation a réussi à grand peine à rassembler pour ce jour qui devrait être crucial et sacré. Et je vous assure que ce n’est pas seulement un coup des Russes, des Américains, etc, qui ne sont que des larrons et ne font juste que pousser à la roue pour accélérer mais ne génèrent pas.« 

                        Certes. Voilà pourquoi il ne tient qu’à nous de nous battre pour aseptiser ce qui doit l’être, ne plus élire des gens qui ont montré qui ils étaient et ce qu’ils savaient faire et bien au contraire distinguer, comme vous le dites fort justement, les plus sages d’entre nous, les plus avisés et les plus vertueux.

                        Ces gens existent, nous le savons. Ils sont probablement beaucoup plus nombreux que nous l’imaginons mais peut-être n’attendent-ils qu’un signe de vous, par exemple, pour se mettre en avant, fédérer leurs forces, leurs qualités, leurs talents ?C’est en tout cas ce à quoi je m’attache personnellement et qui semble porter ses fruits puisque nous avons - ce dont je vous remercie - l’occasion sur cette Tribune de converser, d’échanger des idées et de découvrir des contributions et des analyses intéressantes qui, je le crois, œuvrent au bien commun.

                         »Je vous laisse regarder ce que cette nation a réussi à grand peine à rassembler pour ce jour qui devrait être crucial et sacré."

                        Effectivement. Le spectacle est désolant, à l’image de la piètre qualité des intervenants et de tout ce ramassis de gens pour lesquels l’intérêt du pays n’est qu’une vue de l’esprit, et encore !

                        Cela ne sera peut-être pas possible pour cette fois-ci encore, hélas ! Mais pourquoi ne pas prendre date pour les années à venir avec un horizon 2022, ou avant, qui sait ?

                        Cordialement,

                        Renaud Bouchard


                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mars 2017 20:37


                        Aux lecteurs.
                        Encore une louche pour faire bonne mesure ?

                        Fillon n’a pas déclaré un prêt de 50.000 euros obtenu en 2013(On notera la dsinvlture du Figaro qui parle désormaide « Fillon » comme ille ferait de « trump’, »Assad, « Poutine » etc.
                        Donc, le Canard vient de remettre effectivement une pièce dans le billard électrique, istoire de relancer la bille avant l’extra-balle ou la claquement de la machine.

                        "Les avocats du candidat LR, cités par Le Canard enchaîné daté de mercredi, affirment qu’il aurait remboursé l’intégralité de l’argent à son créancier, l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière, déjà cité dans l’affaire des emplois de Penelope Fillon.

                        Voilà qui pourrait « remettre une pièce dans la machine ». Alors qu’il est parvenu à maintenir sa candidature malgré les vives contestations qui se sont récemment exprimées dans son camp, François Fillon est de nouveau mis en cause par Le Canard enchaîné. Dans son édition datée de mercredi, l’hebdomadaire satirique affirme que l’ancien premier ministre a reçu en 2013, de la part du directeur de La Revue des deux mondes Marc Ladreit de Lacharrière, un prêt sans intérêt de 50.000 euros, qu’il n’aurait pas déclaré à la Haute autorité pour la transparencede la vie publique (HATVP). Or, selon le Code général des impôts, tout prêt supérieur à 760 euros doit être déclaré par l’emprunteur.

                        « Il s’agit d’un oubli dans sa déclaration », a assuré sur BFM-TV l’avocat du député de Paris, Me Antonin Levy. Contacté par l’hebdomadaire, il affirme que ce prêt a été « intégralement remboursé », mais il ne précise pas à quelle date. Idem concernant le créancier, qui s’est contenté de confirmer les informations du Canard auprès de l’AFP. Selon l’hebdomadaire, cette histoire « pourrait coûter cher au candidat », notamment sur le plan judiciaire. En effet, l’AFP rappelle que le réquisitoire du Parquet national financier (PNF) vise, entre autres, des « manquements aux obligations de déclaration » de François Fillon auprès de la Haute autorité.

                        Pour rappel, Marc Ladreit de Lacharrière, PDG de Fimalac et proche de l’ancien premier ministre, a récemment été entendu par la police dans le cadre de l’affaire sur les emplois présumés fictifs des proches de François Fillon. En cause notamment, les conditions d’emploi de l’épouse du candidat, Penelope Fillon, qui a été rémunérée par La Revue des deux mondes, propriété de l’homme d’affaires,entre mai 2012 et décembre 2013 pour des piges. Selon les premiers éléments, cette dernière aurait perçu 5000 euros bruts mensuels pour son travail littéraire. Mais les enquêteurs s’interrogent sur la réalité de ces emplois, et ont perquisitionné les locaux du mensuel.."

                        Source : http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/03/07/35003-20170307ARTFIG00244-fillon-n-a-pas-declare-un-pret-de-50000-euros-obtenu-en-2013.php


                        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 8 mars 2017 13:09

                          @Sharpshooter - Snoopy86
                          Bonjour Sharpshooter.

                          Questions :

                          Vous souvenez-vous de la conférence de presse très attendue dans laquelle François Fillon s’est exprimé le lundi 6 février dernier pour répondre aux accusations d’emplois fictifs visant sa femme, Penelope, et ses deux enfants, Marie et Charles ?

                          Ce jour-là, le candidat à la présidentielle a tenu à être totalement transparent concernant son patrimoine.

                          L’opération de réajustement supposait toutefois une légère correction de cap puisque dans un premier temps F. Fillon est revenu sur l’une de ses déclarations.

                          Le 29 janvier dernier, lors d’un meeting à la Villette, il affirmait en effet ne posséder qu’un seul compte bancaire avec sa femme Penelope Fillon.

                          "Nous n’avons rien à cacher, notre seul compte en banque est au Crédit agricole de Sablé". Une situation qui était donc incompatible avec le règlement de l’Assemblée nationale.

                          Mais - car il y a un mais, comme dans la chanson de J. Dutronc - mais très vite, donc, l’équipe de campagne du candidat a été obligée de clarifier les faits auprès de Libération, affirmant qu’il n’avait qu’une banque mais plusieurs comptes bancaires.

                          Au moins les choses sont-elles devenues claires, n’est-ce pas ?

                          Mais...

                          Disposer de 17 comptes ouverts dans la même banque avec de l’argent dessus et être obligé d’emprunter discrètement - c’est à dire en le cachant en faisant une déclaration par omission -, à un « ami d’affaires » la somme de 50000 euros (pour quel ,usage ? Boucler une fin de mois difficile ? Acheter un van pour les chevaux ? Régler les honoraires du vétérinaire ? Refaire un toit ?) ) le tout sans intérêts et sans date d’échéance , à quoi joue-t-on exactement ?

                          http://www.rtl.fr/actu/politique/video-comptes-bancaires-immobilier-fillon-dresse-la-liste-de-son-patrimoine-7787105017

                          Quand ce prêt a-t-il été remboursé ? Avant ou après l’ouverture de l’affaire ?

                          Comment peut-on « oublier » de déclarer un emprunt ou un prêt de 50000 €, surtout à la haute Autorité ? Le surmenage, sans doute ?

                          L’électorat ouvre donc de grands yeux et reste tout ouïe..

                          A moins qu’il ne décide de passer outre et de solder ce « péché véniel », une fois de plus.

                          http://www.dailymotion.com/video/x2y8934


                        • Pyrathome Pyrathome 8 mars 2017 14:03

                          Bonjour Mr Bouchard,

                          Vous dites :
                          Il n’est pas exclu que quelqu’un finisse par siffler la fin de la récréation
                          Aujourd’hui, il n’est pas exclu qu’une surprise vienne rebattre les cartes comme il se doit....
                          Mais peut-être ne pensons-nous pas à la même personne ? smiley ...
                          Certains ont qualifié Fillon comme n’étant plus qu’un ca(o)nard sans tête, certes, mais il en est de même pour les sondages, et la pensée unique castratrice qui voudrait nous imposer des candidats iniques. Par ailleurs, jamais dans l’histoire de la cinquième république, une telle instabilité dans les choix ne s’était installé à un mois et demi du premier tour, cela ressemble plus au tirage du loto qu’à une présidentielle.....
                          Quant à cette campagne, elle sent tellement bon l’odeur du fumier et du marigot, que celui qui appuiera sur le bouton « Air freeze » sera très apprécié et aura des chances d’emporter la queue de Mickey....
                          In fine, et notamment à l’issue de du deuxième tour des législatives en juin, il y avoir beaucoup de cadavres et de viande saoule....
                          Personnellement, en dehors de toute considération droite/gauche, je vais appuyer sur le bouton « Récurage et aseptisation » , puisse une majorité conséquente en faire autant..... smiley


                          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 8 mars 2017 14:53

                            @Pyrathome
                            Bonjour et merci pour votre commentaire.

                            Vous écrivez : « Il n’est pas exclu que quelqu’un finisse par siffler la fin de la récréation
                            Aujourd’hui, il n’est pas exclu qu’une surprise vienne rebattre les cartes comme il se doit....
                            Mais peut-être ne pensons-nous pas à la même personne ?  ... »

                            Il est difficile de ne pas penser à F. Asselineau comme à d’autres, effectivement, le candidat de l’UPR ayant comme spécificité une profondeur et une constance certaines dans ses analyses que je partage (Euro, Europe etc.)

                            "Certains, dites-vous, ont qualifié Fillon comme n’étant plus qu’un ca(o)nard sans tête, certes, mais il en est de même pour les sondages, et la pensée unique castratrice qui voudrait nous imposer des candidats iniques. « 

                            C’est bien là le problème avec ces partis politiques qui prennent les Français pour des demeurés et continuent leur cirque sans vergogne comme on vient de le voir avec la pantalonnade Fillon-Juppé-UDI et toute la cohorte des traîtres qui ne savent pas dans quel sens le vent va tourner et ont quitté le navire au premier coup de tabac.

                            Candidats uniques, candidats iniques comme vous les qualifiez très justement, à l’iniquité avérée et jamais punie, cette iniquité telle que la définissait Clémenceau comme ce »mensonge sur la vérité« et cette »corruption de l’esprit et de l’âme« dont on voit aujourd’hui qu’elle est loin d’étouffer leurs auteurs.

                             »Par ailleurs, jamais dans l’histoire de la cinquième république, une telle instabilité dans les choix ne s’était installé à un mois et demi du premier tour, cela ressemble plus au tirage du loto qu’à une présidentielle....« 

                            Certes, mais il n’est pas interdit de fausser le jeu en n’en respectant pas les règles dont on voit qu’elles sont dévoyées avec ces élections primaires dont les organisateurs eux-mêmes ne respectent même ps les résultats, à gauche comme à droite (préférant E. Macron à B.Hamon ou torpillant F. Fillon faute d’avoir pu élire »le meilleurs d’entre eux« )...

                            La solution est simple : il ne faut pas voter pour eux.

                            On en vient à souhaiter que ces partis dits de »gouvernement« mordent la poussière et disparaissent au bénéfice d’autres formations plus construites et plus solides dont les dirigeants ont au moins pour qualité celle de ne s’être encore jamais compromis dans des combines politiques hasardeuses.

                            Le dévoiement de cette élection présidentielle mérite une punition sévère. Il faudra saisir l’occasion offerte lors des élections prochaines (présidentielle et législatives) de presser le bouton »vidange" afin de précipiter tous ces pantins dans les collecteurs d’eaux usées.

                            Cordialement,

                            Renaud Bouchard


                          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 5 mai 2018 14:04

                            Un an plus tard...
                            Je n’ai aucun lien avec M. F. Fillon.J’observe.J’analyse et je constate.
                            Il n’en demeure pas moins que malgré ses propres turpitudes ou faiblesses qu’il a méconnues ou sous estimées, F. Fillon a été honteusement « éliminé » du jeu électoral par un véritable coup d’État judiciaire dont ses auteurs, instigateurs et complices devront un jour rendre compte de ce qui fut un assassinat politique ou une manière pseudo-judiciaro-légaliste d’envoyer un candidat dans le décor...

                            On trouvera ci-après une brève mais éclairante introduction à la question sous la plume d’Ivan Riouffol.

                            CHRONIQUE - La mascarade imprègne ce quinquennat bâti sur la communication, c’est-à-dire les signes, les symboles, le verbe.

                            "Au fait, des nouvelles de François Fillon ? La justice, si pressée de l’abattre dans les trois derniers mois de la présidentielle, a repris son pas lent. L’assassinat politique du favori de la droite, à qui la victoire tendait les bras, a été mené avec un tel professionnalisme que l’affaire est entendue sans avoir été jugée : ci-gît l’homme coupable, évidemment coupable. Ces jours-ci, des hagiographes d’Emmanuel Macron rehaussent, à l’occasion de l’an I de son élection (7 mai 2017), la marche de l’homme seul qui décroche l’Élysée à la hussarde. « Je suis le fruit d’une brutalité de l’histoire, d’une effraction », s’amuse d’ailleurs le chef de l’État. Son exploit doit, pour sûr, à ses qualités de tacticien propulsé par une solide base arrière. Mais il reste un cadavre dans le placard. Et Macron a profité du crime. L’exécution a été conduite grâce à une collaboration opportune entre la presse de gauche et le Parquet national financier, sous tutelle du pouvoir exécutif. « 
                            Un coup d’État légal ou »légal" (c’est moi qui rajoute).

                            http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2018/05/03/31001-20180503ARTFIG00343-ivan-rioufol-ani-pourquoi-macron-se-trompe-de-route.php?utm_source=CRM&utm_medium=email&utm_campaign=[20180505_NL_ACTUALITES]&een=6ef5f47638968cbb0bd43c8094c12649&seen=6&m_i=ehGJoNkbgn7rkiG3m5GxpCpiueUDXZ01r0P9f%2BHNA7PayLFMuSjfFFTqAsR3q3XR9rlGtuAyZTkLshX2NTKBUIzHauJx2t1eKg

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité