• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Ukraine cesse d’exister avec le consentement tacite de (...)

L’Ukraine cesse d’exister avec le consentement tacite de l’Occident

L'élection présidentielle d’Ukraine a donné un résultat incroyable. C’est pour la première fois dans l'histoire du pays qu’un candidat remporte la course aux élections avec une marge autant considérable. Ce candidat est l’acteur Vladimir Zelensky. Certes, il est assez évident que les Ukrainiens ont plutôt voté contre Petro Porochenko, contre la corruption, les échecs politiques et son incapacité à mettre fin à la guerre. Les Ukrainiens voulaient un président d'un autre format, et ils l'ont eu, sans même savoir à quoi cela aboutirait.

JPEG

Tout d'abord, il convient de noter qu'en Ukraine, la situation politique est très ambiguë. Le fait est que l'inauguration de Zelensky est retardée artificiellement. Pour le moment, cela se fait par le biais de la Commission électorale centrale, dont la composition a été soigneusement étudiée par Petro Porochenko. Cela ne l’a pas aidé aux élections, cependant, la situation a changé.
« Il se passe des choses étranges : il y a une victoire, mais aucune autorité », a déclaré Zelensky dans son message vidéo. "La CCE retarde l'annonce officielle des résultats afin que la Rada puisse retarder la date d'inauguration afin que cette dernière se fasse après le 27 mai."

Cependant, dans ce cas, une question naturelle se pose : pourquoi et qui en a besoin ? Après tout, Zelensky a déjà gagné et, contester ce fait n'a pas de sens, en particulier pour Porochenko. À moins que l'ancien président d'Ukraine soit derrière tout cela et que les objectifs des organisateurs soient beaucoup plus grands.

À l'approche des élections, des accusations criminelles auraient été portées contre Petro Porochenko aux États-Unis, et Donald Trump a déclaré que des responsables ukrainiens s'étaient mêlés aux élections américaines de 2016 aux côtés d'Hillary Clinton. À première vue, il peut sembler que ce n’est là qu’une tentative de détourner l’attention du public de l’affaire « RussiaGate », mais l’enquête de Muller a échoué.

 

Pourquoi était-il encore une fois nécessaire de se concentrer sur les affaires d'il y a trois ans et de retarder la mainmise invisible sur les représentants du gouvernement ukrainien ?

Tout a commencé l'automne dernier, lorsque Petro Porochenko a décidé unilatéralement de mettre fin au Traité d'amitié et de coopération avec la Russie. Il convient de noter que la démarche était très téméraire, car l’accord signé en 1997 régissait la question de l’inviolabilité des frontières existant entre les deux pays au moment de la signature.

En d’autres termes, Kiev s’est non seulement personnellement privé du levier de la pression juridique sur la question de Crimée, mais a également donné lieu à des tendances dangereuses dans le pays. Du point de vue de la législation ukrainienne, cette mesure pourrait être considérée comme une atteinte à l’intégrité territoriale.

 

Jusqu'à présent, il ne restait qu'une question en suspens : qui a conseillé à Petro Porochenko de le faire ?

À la veille, le président russe Vladimir Poutine a pris deux mesures politiques sensationnelles à la fois. Il a ordonné la délivrance de la citoyenneté russe aux séparatistes de l'est de l'Ukraine, puis il a même annoncé son intention de simplifier la délivrance de passeports à tous les Ukrainiens qui le souhaiteraient. La Pologne elle, émet une carte polonaise aux Ukrainiens depuis de nombreuses années. La Roumanie et la Hongrie leur donnent généralement aussi des passeports. L'année dernière, il y a même eu un scandale lorsqu'il s'est avéré que les citoyens ukrainiens de Transcarpatie demandaient massivement la citoyenneté au consulat de Hongrie.
Mais une autre chose est intéressante : l’Occident a-t-il remarqué une réaction appropriée aux actions de Moscou à l’égard d’un pays que Washington et Bruxelles qualifient de partenaire depuis des années ? Même à Kiev, aucune réponse n'a été reçue, bien que, comme on le sait, il y a cinq ans, les autorités aient lancé une opération antiterroriste dans l'est uniquement à cause des sentiments séparatistes de la population.

 

Que voyons-nous maintenant ?

La situation en Ukraine est la suivante. Washington a dépensé beaucoup d’argent pour soutenir la défense du pays de l’Europe de l’Est, il a soutenu les réformes, mais tout a été vain. Aucun résultat n'a été observé et Kiev pourrait difficilement rendre compte de l'argent dépensé. Maintenant, l'administration américaine a de nouveaux projets pour l'Ukraine, qui se résument au principe du « diviser pour régner ». Pourquoi investir dans l’État, si une partie peut être confiée à la Hongrie ? Budapest revendique depuis longtemps la Transcarpatie. La Pologne, à son tour, regarde Lviv. Et ceci, il faut le comprendre, ce sont les pays de l’OTAN, ce qui signifie qu’ils utiliseront à leurs frais les nouveaux territoires dans l’intérêt de l’alliance. Ironiquement, il est vrai que le facteur le plus restrictif pour eux tout ce temps était la Russie, car si l'Ukraine occidentale était divisée entre pays voisins, les revendications concernant la Crimée auraient disparu de Moscou.

L'administration Trump, menaçant Petro Porochenko d'engager des poursuites pour corruption l'a forcé à conclure un accord. Cela consiste à retarder au maximum l'ancien pouvoir dans le pays, privant ainsi Zelensky de la capacité à prendre des décisions sérieuses. Mais le président élu démocratiquement n'est pas prêt à réagir immédiatement aux actions du Kremlin. La question est de savoir s'il a vraiment besoin d'y répondre. À en juger par sa passivité, il n'est pas pressé de prendre ses fonctions et attend humblement qu'il soit autorisé à se rendre sur la "scène". Pendant ce temps, Petro Porochenko est toujours responsable du pays, mais lui-même, bien qu'il se soit toujours qualifié « d'adversaire de Poutine », ne prend pas de mesures décisives. Apparemment, cela fait également partie de son accord de ne pas résister et subir le choc à cause de la scission actuelle du pays.

Bien sûr, il est juste de noter que l’effondrement du pays n’est pas le meilleur moyen d’affecter les positions du président. Retardant l'inauguration, Zelensky est privé de la possibilité de dissoudre l'ancien parlement à l'avance et les législateurs disposent désormais de toutes les ressources nécessaires pour réduire les pouvoirs du président. Ensuite, personne ne pourra accuser Zelensky d'inaction et il tiendra son mandat présidentiel, qui, selon ses propres termes, sera le seul, répartissant les terres de l'Ukraine aux États voisins dans le cadre d'un processus politique quelconque. Après cinq ans, ce qui restera du pays, privé des régions en litige, pourrait bien devenir un membre à part entière de l'OTAN.
 

Auteur : Kate Matberg

Source : https://realbomb.info/2019/04/30/ukraine-ceases-to-exist-with-the-tacit-consent-of-the-west/


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • pallas 30 avril 17:02
    Philippe Khalfine

    Bonjour,

    Parait que la derniere Veuve Noire (Tchétchénie) est morte avec son compagnon lors du conflit.

    Poutine à raison, les choses et événement deviennent ennuyeu(e)x, car répétitif.

    Vous verrez, c’est toujours la meme chose, sans arrets, un théatre faisant toujours la meme piece.

    Je me suis amusé à lire les articles de journaux d’avant guerre, c’était trés contemporain.

    Liens internet, journal datant de 1937 (ont pourraient écrire 2017 sa ferait illusion)

    https://www.retronews.fr/journal/paris-soir/24-mai-1937/131/96983/1

     smiley

    Salut


    • tuxuhikewi 30 avril 22:43

      Comment tu peut être aussi bon littérairement, et aussi bête politiquement ?

       

      Bon sang mais il a tout le cv du plan B européen ce mec.


      • Doume65 30 avril 23:20

        «  les échecs politiques et son incapacité à mettre fin à la guerre.

         »

        C’est une plaisanterie ! Porochenko n’a nullement cherché à mettre fin à la guerre ! Il l’a créée et attisée autant qu’il a pu. Il n’a jamais respecté quoi que ce soit des accords de Minsc et a laissé faire le salle boulot par les factions d’extrême droite.


        • V_Parlier V_Parlier 1er mai 13:35

          @Doume65
          Il semble en effet que cet article à première vue équilibré révèle surtout la pensée d’un pro-maïdan déçu par les résultats, plus qu’une véritable volonté de critique du chaos semé délibérément en 2013-2014 par les USA et l’UE en Ukraine, rien que pour étendre le chaos aux portes de la Russie.


        • michelm michelm 5 mai 17:49

          @V_Parlier

          L’auteur :
          Philippe Khalfine, 26 ans, actuellement journaliste pour la rédaction francophone de l’agence News-Front, et ancien volontaire ayant combattu dans les forces armées de la République Populaire de Donetsk (RPD)...

          Comme « déçu du Maïdan », on fait plus crédible (ou moins tordu) quand même,
          nan ?


        • Esprit Critique 1er mai 19:28

          La merde en Ukraine n’est pas sortie du chapeau d’un Magicien, même s’ils ont élu un comique, pour chasser les politicards. La merde n Ukraine est arrivée de L’OTAN, de L’UE, de la CIA.

          L’idée de Captée L’Ukraine, pour affaiblir la Russie était une idée etremement con et a très Haut risque.

          Résultats : La Crimée est redevenue Russe, ce qu’elle été avant. L’Ukraine est au bord d’une division, et l’économie Française est ruinée, pour une partie, par des actions anti-Russie débiles.

          Personne ne cherche mettre fin a la guerre, ou presque. Cette guerre a été voulue par les américains, comme en Irak, comme en Syrie, comme bientôt en Iran ou ailleurs.
           



            • brunat-celine 2 mai 06:13

              Je pense que le pays est sous la coupe d’Israel comme l’USA, Russie, France etc

              C’est encore Israël qui est derrière le chaos en Ukraine avec les oligar juifs de Russie

              https://www.legrandsoir.info/israel-arme-les-neo-nazis-en-ukraine-the-electronic-intifada.html

              Volodymyr Zelensky, que la presse israélienne décrit comme un «  comédien juif  », est désormais président de l’Ukraine. En recueillant plus de 73 % des suffrages au second tour de l’élection présidentielle, il a littéralement balayé le président sortant Petro Porochenko


              • michelm michelm 5 mai 17:53

                @brunat-celine

                Volodymyr Zelensky est plus qu’un « comédien juif » : il a même animé un jeu télévisé russe il y a quelques années. Il sent bon l’opportuniste, donc la marionnette de qui l’on sait.
                http://russiepolitics.blogspot.com/2019/04/la-russie-ressort-des-tiroirs-une.html


              • michelm michelm 5 mai 17:45

                "...Zelensky est privé de la possibilité de dissoudre l’ancien parlement à l’avance et les législateurs disposent désormais de toutes les ressources nécessaires pour réduire les pouvoirs du président. Ensuite, personne ne pourra accuser Zelensky d’inaction [...] Après cinq ans, ce qui restera du pays, privé des régions en litige, pourrait bien devenir un membre à part entière de l’OTAN.

                "

                Génialement bien manigancé.
                Je ne sais pas quelles sont les sources de ce gars ou bien s’il s’agit d’une analyse personnelle, quoi qu’il en soit la stratégie politique développée est du grand art.

                Bien écrit en plus.
                Du véritable journalisme.

                Chapeau.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès