• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’UMP parasité ou nourricier du lobby homosexuel ?

L’UMP parasité ou nourricier du lobby homosexuel ?

Le courage politique dont se prévaut M. Sarkozy a-t-il trouvé la même limite que les autres systèmes d’expression ? Ou bien, que penser de la présence de certains lobbies au sein de partis qui ne se vantent guère de les compter dans leurs rangs. Gaylib est-il un parasite venu s’accrocher à l’UMP pour faire avancer sa cause ou un fruit utilisé face à certains publics par l’UMP, qui alors serait le mécène du petit groupe d’influence ?

Il y a une instance au sein de l’UMP, un groupe ("mouvement" est le terme officiel) qui ne fait parler de lui que dans certains milieux.
Pourtant il est là, il se manifeste aux grandes occasions et travaille dans l’ombre du grand parti de droite le reste du temps, faisant son travail auprès des instances dirigeantes du parti. Après tout, ce sont les cibles principales du mouvement.

Mais quel est ce travail ?

Gaylib est une ancienne commission nationale de Démocratie libérale, un des trois partis à avoir fusionné pour former l’UMP en 2002. Le mouvement s’est intégré au nouveau parti avec le soutien de ses nouveaux dirigeants (notamment Alain Juppé, alors président).

Depuis 2002, Gaylib se vante d’avoir eu une énorme influence sur le parti du gouvernement, notamment dans les projets de lois "pénalisant les injures, les diffamations et les incitations à la haine homophobe et sexiste", l’adoption de l’amendement Lellouche dont l’objet est "d’aggraver les peines encourues pour les auteurs d’agression dont le caractère homophobe est reconnu" (figurez-vous qu’il est désormais plus grave d’agresser un homosexuel qu’un vieillard), et travaille encore sur l’accès au mariage civil, sur l’amélioration du PACS, et sur les familles gays et lesbiennes.
Tout un programme ! L’influence de ce lobby n’est plus à démontrer.

Mais comment un homme politique osera-t-il se montrer réfractaire aux pressions d’un tel groupe sans risquer son excommunication ?

C’est là le paradoxe d’un Nicolas Sarkozy qui prétend dire tout haut ce que les Français pensent tout bas. Il a ainsi à plusieurs reprise défrayé la chronique médiatique en s’exprimant sur des sujets dits sensibles, qui ne le sont guère que par l’extrême susceptibilité des personnes visées.
Et le "courage" de M. Sarkozy n’a guère été que de risquer de la provoquer en sachant la France derrière lui.

Mais il y a des susceptibles que pas un, ni à gauche, ni à droite, ne se risquerait à froisser, ce sont les lobbies homosexuels. L’invention (étymologiquement absurde) par une dizaine de personnes réunies un soir dans un appartement du mot "homophobie" a sonné le glas de la liberté de pensée sur le sujet.

Non seulement les inventeurs de ce mot manquaient manifestement de lettres et n’avaient pas la moindre notion de ce que signifient respectivement les mots "homo" (semblable) et "phobie" (peur) - ainsi l’homophobie désignerait en réalité la peur du semblable -, mais ils n’ont pas pu non plus définir précisément ce que ce mot étrange recouvrait. Si bien qu’aujourd’hui, ce n’est pas seulement la haine ou l’insulte directe adressée à un homosexuel qui vaudra au coupable d’être socialement excommunié par un tampon d’homophobie certifiée, mais la simple remise en cause du modèle social ou familial de ce type de relation peut désormais suffire.

En fait, c’est même plus grave, le simple fait pour un homme politique de ne pas soutenir les homosexuels avec des actions dûment patentées par le pouvoir rose l’expose à devenir homophobe.
C’est pourquoi sans doute Nicolas Sarkozy a trouvé utile d’être entouré d’un lobby homosexuel qui lui donnait toute l’aura capable de le préserver d’une telle peste.

Et les faits prouvent que M. Sarkozy est soumis à la pression de ce lobby. Dans l’affaire Vaneste, M. Sarkozy avait d’abord tenté d’éviter le drame avec le député de son parti et avait résisté aux pressions de plusieurs associations homosexuelles qui réclamaient son jugement pour injures contre les homosexuels. Et puis, il s’est finalement désolidarisé de M. Vanneste, qui a été condamné par une cour de justice et a dû s’éloigner du parti pour intégrer le CNI.
Gaylib a longtemps milité et mis en garde M. Sarkozy au sein même de l’UMP durant toute l’affaire. D’où vient donc que M. Sarkozy ait subitement capitulé ?

Gaylib semble donc un mouvement particulièrement influent au sein du parti majoritaire de droite. Reste à savoir ce qu’il deviendra si M. Sarkozy est élu président.
Peut-être ne vaut-il mieux pas le savoir.


Moyenne des avis sur cet article :  3.16/5   (76 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 20 mars 2007 11:43

    A ma connaissance, Vanneste fait toujours partie de l’UMP. Sur un autre sujet, le PS a été clair et a viré Frêche. Il va falloir que l’UMP se décide.


    • Hugebeny (---.---.113.242) 21 mars 2007 12:59

      Soyons factuels :
      - d’une part Vanneste est désormais inscrit au CNI et non à l’UMP.
      - ensuite, Nicolas Sarkozy a dénoncé plusieurs fois et publiquement ses propos et assuré qu’il ne serait pas réinvestit pour la « députation » sous les couleurs UMP. Il envisage donc de présenter un candidat UMP face à lui.
      - d’autre part, le PS a proposé comme candidat pour la martinique Raymond Occolier, qui est un homophobe notoire : http://www.tetu.com/rubrique/infos/infos_detail.php?id_news=11194


    • Courouve (---.---.175.202) 20 mars 2007 12:18

      « L’invention (étymologiquement absurde) par une dizaine de personnes réunies un soir dans un appartement du mot »homophobie« a sonné le glas de la liberté de pensée sur le sujet. »

      Le mot vient de l’américain « homophobia » et a été transposé en français en 1977.


      • Xavier (---.---.1.233) 20 mars 2007 12:46

        Le mot homophobie inventé par Kenneth Smith en 1971 dans son ouvrage « Homophobia : a tentative personality profile » n’avait rien à voir avec le sens actuel déployé par des lobbies homosexuels actuels. Il désignait un état psychologique de « crainte d’être avec un homosexuel dans un espace fermé » (crainte donc de le voir être entreprenant avec soi). C’est une crainte psychologique tout à fait légitime, la même que celle d’une femme qui craindrait d’être seule dans une pièce fermée avec un homme inconnu qui la regarde avec désir.

        Le sens n’avait rien à voir avec celui que les lobbies lui ont donné aujourd’hui, exploitant ce mot pour un usage contre la liberté de pensée.


      • space_cowboy (---.---.179.76) 20 mars 2007 13:02

        pour cathophobie alors, c’est juste le fait de pas vouloir être enfermé dans une pièce avec un catho alors ? Cool


      • Senatus populusque (Courouve) Courouve 20 mars 2007 14:00

        @ Xavier :

        Il revient à l’État de maintenir l’ordre public et de rendre la justice, de contrer le racisme, l’antisémitisme, la diffusion de fausses nouvelles, le sexisme, et l’âgisme, lorsqu’un dommage manifeste est causé à une personne ; mais pas de réprimer les divagations historiques ou scientifiques, ni par ailleurs ce qu’on appelle aujourd’hui l’homophobie, extension sociologique discutable d’un trouble psychiatrique masculin rare.

        « Chacun est libre de critiquer ou d’approuver l’homosexualité » assurait le ministre Robert Badinter au Sénat en 1982 (séance du 5 mai).

        Des conflits d’opinions devraient pouvoir subsister dans une République libérale dont Big Brother n’est pas encore le Président, ni New Speech la langue officielle, en particulier sur tous les sujets controversés comme les prétendus changements de sexe, l’adoption par les couples homosexuels et le mariage de ces couples.

        Il importe de sanctionner les discriminations envers les personnes, lorsqu’elles leur occasionnent un tort manifeste - ce que prévoit déjà, au delà des infractions pénales, l’art. 1382 du Code civil - mais sûrement pas d’exercer une police de la parole par la censure ou l’intimidation, ni même par des dispositions légales, sans cesse renforcées depuis juillet 1972, au point que l’on peut aujourd’hui parler d’un véritable emballement.


      • (---.---.107.65) 20 mars 2007 14:38

        En 1984, on parle le Newspeak et non le New Speech. D’ailleurs, en fait, on parle le novlangue dans la version française.

        Simple précision.


      • (---.---.140.77) 20 mars 2007 16:59

        Pourtant l’agoraphobie.... ne correspond pas à la peur d’AgoraVox !!!


      • Hugebeny (---.---.113.242) 21 mars 2007 13:10

        A mon sens on ne peut considérer qu’insulter une personne ou un groupe de personnes en raison de son orientation sexuelle soit admissible et donc légal.

        l’homophobie doit donc etre réprimée au même titre que le racisme ou le négationisme : l’état doit fixer les limites des libertés.

        Pour information ca fait longtemps que l’homosexualité n’est plus considérée comme une maladie psychologique par toutes les instances nationales et internationales médicales. Ensuite libre à vous de considérer que la médecine n’évolue pas et qu’elle n’a jamais connue d’erreur... On peut encore utiliser le saignement pour se soigner, mais je doute qu’il vous guérira. smiley


      • (---.---.175.202) 21 mars 2007 13:19

        @ 49.107.65

        « En 1984, on parle le Newspeak et non le New Speech. D’ailleurs, en fait, on parle le novlangue dans la version française. »

        Merci pour cette utile correction.


      • tovara (---.---.10.162) 22 mars 2007 13:37

        Peu importe ce que disent les « hautes instances », moi je pense que l’homosexualité est un trouble de la personnalité ; il faut être compatissant et toléranr avec la personne homosexuelle, qui la plupart du temps n’a pas choisi de l’être, mais il ne faut pas encenser l’homosexualité (qui représente en France moins de 3% de la population !) comme on le fait en ce moment, Christian Vanneste n’a fait qu’exprimer maladroitement -et j’ajouterai avec un certain manque de tact et de charité chrétienne- ce que pense la majorité des gens (je ne parle pas des vrais homophobes, une petite minorité de voyous-souvent eux memes homos refoulés) qui s’amusent à casser du « pd » dans les squares, vis à vis de ces individus la loi doit s’appliquer dans toute sa rigueur.


      • (---.---.3.187) 22 mars 2007 13:42

        De toute façon, avec le progrés de la medecine, l’homosexualité pourra sans doute se guerire avant les 50 prochaine années.


      • lolo (---.---.89.161) 22 mars 2007 15:26

        Saint Benoït, priez pour nous !!! Je reste pantois quand je lis de pareil chose : pure produit des lobbies religieux qui sévissent, quand même, depuis plus longtemps que le lobby gay...  smiley


      • Fade Out (---.---.210.187) 22 mars 2007 17:50

        à tovara et 48.3.187 :

        Admettons que vous soyez gaucher : que ressentiriez vous si les gens vous disaient : « il faut être compatissant avec les gauchers, même si c’est un trouble de la personnalité » ou « bientôt ça se soignera » ?

        Je n’ai absolument aucune envie d’être « guéri », je me sens très bien comme je suis, j’ai juste envie qu’on me traite comme les autres, sans avoir à me cacher ou faire semblant d’être hétéro ! Toutes les revendications des gays et lesbiennes se résument à ça !


      • (---.---.82.4) 20 mars 2007 12:51

        Vanneste a raison..tout est criticable ...même l’homosexualité...

        Un jour, un homme...

        Un jour un homme revendiqua la liberté de marcher sur les mains. Cet original fit quelques adeptes et l’on commença à voir des citoyens vaquer la tête en bas.

        Les gens souriaient, se moquaient parfois ; certains même les traitaient d’acrobates. Nos originaux, vexés que cette différence soit stigmatisée, se considéraient comme « alter marcheurs » ou « marcheurs différents ».

        Ils tinrent « meetings » et conférences de presse. Ils expliquèrent cette liberté de marcher sur les mains comme un droit imprescriptible.

        Ils organisèrent le grand défilé de la fierté d’être « manomarcheurs ». Plus personne n’osa se moquer. Ils lancèrent des lignes de vêtements avec boutons sur la ceinture pour que la chemise ne retombe pas.

        Bref, la tendance était au « cul par-dessus tête ». Tendinites graves et lésions des mains se multiplièrent ; un obscurantiste hétéromarcheur (qui utilise d’autres membres que les mains pour marcher) osa prétendre que la manomarche était en cause.

        Ce fut un tollé et l’on démontra que des hétéromarcheurs pouvaient aussi avoir ces problèmes. La tendinite devint une cause nationale et partout on construisit des pistes souples pour les manomarcheurs. Ils demandèrent qu’on enseigne, dans les familles, cette pratique aux petits enfants, au même titre que la marche dite « classique ».

        Quelques rares politiques s’opposèrent et tentèrent de démontrer que, par nature, l’homme marche debout. Ce fut le grand scandale, les intellectuels frémissant d’indignation répliquèrent que, puisqu’il n’y a pas de nature humaine, pieds ou mains pour marcher, c’est de l’ordre du choix personnel ! On condamna les obscurantistes.

        Et les alter marcheurs eurent le droit d’adopter.

        Un jour un homme décida d’épouser un chimpanzé...


        • angelo (---.---.204.252) 20 mars 2007 13:05

          Un jour ,au sein de la communauté des marcheurs sur les mains , certains gauchers s’estimant désavantagés revendiquèrent ...


        • Xavier (---.---.1.233) 20 mars 2007 12:53

          Et M. Vanneste est en effet toujours officiellement inscrit à l’UMP, mais il a dû s’en éloigner et c’est la raison de son adhésion au CNI, dont 4000 membres sont également adhérents à l’UMP. Sans être exclu, il n’est plus visible.


          • Fade Out (---.---.210.187) 20 mars 2007 13:03

            Incroyable ! Il y a des gays qui votent UMP, et d’autres qui en font partie ! Quelle grande découverte ! smiley

            J’imagine que vous ne connaissez personnellement aucun gay pour ne pas savoir ce que c’est que l’homophobie.

            Essayez de discuter avec un gay ou une lesbienne de votre entourage et demandez lui de raconter son adolescence, la façon dont les autres le percevaient, la façon dont lui même se percevait. Et ça vous apparaitra clairement.

            Si, si, vous avez probablement pas mal de gays ou de lesbiennes dans votre entourage - même si j’imagine qu’ils n’osent pas trop vous en parler vu la grand ouverture d’esprit dont vous faites preuve dans cet article smiley


            • Pie3,14 (---.---.226.190) 20 mars 2007 13:41

              L’auteur parle du « lobby homosexuel » comme d’autres du « lobby juif » ou du « lobby franc-maçon ».

              Toujours cette obsession des minorités tapies dans l’ombre qui ourdissent des complots.J’ai remarqué que de nombreux articles sur Agoravox professent cette vision du monde plutôt paranoïaque.

              La théorie du complot est vieille comme l’histoire des hommes, elle ne révèle que les peurs de ceux qui y croient.


              • Manuel Atreide Manuel Atreide 20 mars 2007 13:52

                @ l’auteur ....

                Allez, je vous l’accorde, on pourrait utiliser le doux mot homoséxualitophobie ... tellement plus coulant aux oreilles, tellement plus facile à dire, tellement moins complexe à écrire.

                Sandwich étant à la base un nom de famille, doit-on changer de nom nos petits casses-dalles pour ne pas faire d’abus de langage ? Vais-de devoir commander bientot un jambon-cheddar-entre-deux-tranches-de-pain-de-mie pour arrêter d’employer un mot à tort et à travers ?

                Plus sérieusement, vous semblez vous offusquer de la présence d’ un groupe de pression gay au sein de l’UMP ... Deux choses :

                1/ Est ce le seul parti dans ce cas ?

                2/ Cela est-il plus dangereux pour la démocratie que les groupes de pression paysans, industriels, religieux, idéologiques ? Ecologistes ? Feministes ?

                Le sexisme est-il pour vous une manière saine de réagir dans la vie ? Le racisme ? L’antisémitisme ?

                Personnellement, je me moque que vous n’aimiez pas les gays. C’est votre problème, c’est votre vision des choses et en soi elle est respectable. Je ne cherche pas une quelconque approbation chez vous.

                En revanche, j’estime la limite franchie quand vous exprimez de façon aggressive votre manière de voir la vie, que vous essayez de l’imposer aux autres. L’homosexualité n’est pas un délit, pas un crime. Cela n’a rien à voir avec la zoophilie, la nécrophilie. C’est une manière d’aimer qui concerne une minorité de gens qui ne l’ont pas choisi.

                Combien de temps encore va-t-on « attaquer » des gens qui n’ont rien demander à personne sinon le droit de vivre tels qu’ils sont, d’une manière qui ne provoque aucun dommage chez les autres ...

                Si je reprends la définition du mot « homophobie », peur des homos, je crains que vous n’ayez quelques progrès à faire pour vous debarasser de cette peur. Ce n’est pas un crime, mais vous pouvez vivre sans, et vivre mieux. Tout en restant vous même.

                « Amicalement ».

                Manuel Atréide.


                • Senatus populusque (Courouve) Courouve 20 mars 2007 14:08

                  « Combien de temps encore va-t-on »attaquer« des gens qui n’ont rien demandé à personne ? »

                  Voici leurs demandes :

                  Plateforme pour l’égalité des droits, 25 mars 2004 :

                  [Le mariage homosexuel (gay marriage, homo-Ehe) est le point n° 5 de cette plateforme.]

                  "L’homophobie, la lesbophobie et la transphobie tuent : égalité des droits

                  1 La modification de l’article premier de la Constitution, assurant l’égalité des citoyen(ne)s sans distinction d’origine, de race ou de religion, pour y ajouter la notion d’égalité sans distinction de sexe, d’orientation sexuelle, d’identité de genre.

                  2 La condamnation des discriminations basées sur le sexe, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre de la victime au même titre que le sont celles liées au racisme ou à l’antisémitisme.

                  3 La pénalisation des propos discriminatoires (injures, diffamation, incitation à la haine) sexistes, homophobes, lesbophobes et transphobes, au même titre que le sont les propos racistes ou antisémites.

                  4 La mise en place d’une politique efficace de prévention de l’homophobie, de la lesbophobie, de la transphobie et du sexisme, notamment en milieu scolaire et dans les organismes accueillant du public (OFPRA, institution pénitentiaire, CNAM, Police Nationale...).

                  5 Le droit au mariage civil pour les couples de même sexe ; l’extension aux couples homosexuels de l’ensemble des avantages (sociaux, fiscaux, séjour...) dont bénéficient les couples hétérosexuels ; l’égalité des droits entre les différents statuts civils et fiscaux : PACS, mariage, concubinage et célibat.

                  6 L’accès à la procréation médicalement assistée et à l’adoption quelles que soient l’orientation sexuelle, l’identité de genre ou le statut marital du/de la ou des demandeur(e)s.

                  7 Que les trans ne soient plus classé(e)s comme malades mentaux par le système de soins français.

                  8 La simplification de la procédure de changement d’état civil pour les trans (transsexuel(le)s et transgenres) qu’elles ou ils soient opéré(e)s ou non, et l’accès à une prise en charge médicale choisie, rapide et efficace.

                  9 La suppression de toute mention relative au sexe sur les papiers d’identité et documents administratifs."

                  "Ces exigences sont un pré-requis pour lutter contre les discriminations, dans la loi, dans les faits, dans les têtes.

                  Nous invitons les structures associatives et politiques et les individu(e)s dont la lutte contre les discriminations fait partie du combat politique, à rejoindre le Collectif pour l’égalité des droits et à soutenir cette plate-forme de revendications.

                  Organisations signataires : Académie Gay & Lesbienne, Act Up-Paris, Act Up-Lyon, Alternative libertaire, CADAC (Coordination des Associations pour le Droit à l’Avortement et à la Contraception), CCP (Collectif Contre le Publisexisme), CLF (Coordination Lesbienne en France), CNDF (Collectif National pour les Droits de Femmes), Conservatoire des Archives et des Mémoires Homosexuelles, DEGEL (Debout Étudiant-es Gais Et Lesbiennes), Etudions Gayment, Femmes Publiques, Fierté LGBT Lille, FTCR (Fédération des Tunisiens Citoyens des deux Rives), GLB (Gais et Lesbiennes Branchés), GAT (Groupe Activiste Trans), Gay Kitsch Camp [Lille], Homonormalité, JCR (Jeunesses Communistes Révolutionnaires), La Dixième Muse, La voix de l’âme, LCR (Ligue Communiste Révolutionnaire), Les Mauves, Les Panthères roses, Les Verts, LGBT-Formation, Mix-cité, PASTT (Prévention Action Santé Travail pour les Trangenres), ProChoix, Ras l’front, Scalp-Reflex, SNEG (Syndicat National des Entreprises Gaies), SOS-Homophobie, SUD Étudiant, SUD PTT, Tasse de Thé (association et portail pour les lesbiennes), Tiresias, Trans Action, Vamos !

                  Personalités politiques signataires : Clémentine Autain (adjointe au maire de Paris), Olivier Besancenot (porte parole de la LCR), Patrick Bessac (conseiller régional PCF d’Ile-de-France), Jean Brafmann (conseiller régional d’île de France, Groupe communiste, alternative citoyenne, républicain), Sergio Corronado (Adjoint au maire du 14e ardt de Paris), Jean-Luc Estournel (adjoint au maire de Villeurbanne), Hélène Flautre (députée Européenne, les Verts), Christophe Girard (Adjoint au maire de Paris), Noël Mamère (député de Gironde, les Verts), Pierre Quay-Thevenon (adjoint au maire (PCF) de Saint-Denis), Roseline Vachetta (député Européenne, LCR).


                • Manuel Atreide Manuel Atreide 20 mars 2007 14:13

                  Excusez moi d’être bête voire borné mais ....

                  Qu’est ce qui vous choque dans ces demandes ? Elles ne sont que l’expression d’une volonté de vivre tranquille et dans l’indifférence générale.

                  Remplacez le mot homophobie par antisémitisme ou sexisme, ces demandes provoquent-elles en vous le même sentiment ? Si non, pourquoi ? Posez vous la question.

                  Manuel Atréide


                • Xavier (---.---.1.233) 20 mars 2007 14:32

                  La digression sur le mot homophobie n’était qu’une parenthèse, ce n’est pas l’objectif de cet article. Pour votre information, la seule façon de résoudre ce problème sémantique a été d’admettre que le mot homophobie était une contraction du mot « homoérotophobie », qui lui a du sens.

                  Cet article n’a pas pour but de parler de l’homosexualité ou de l’homophobie, mais d’informer et de révéler au grand jour la présence de tels lobbies dans les partis du gouvernement. Il y en a peut-être dans les autres partis, cela demanderait le même type d’article (mais je n’ai pas ces informations).

                  Par contre, débattre sur l’homosexualité nous condamnerait tous à tourner en rond sans avancer d’un seul cheveu. Ce n’est là qu’affaire d’opinion, et ce n’est pas l’objectif d’un site comme AgoraVox. L’article présente une information. Elle peut vous déplaire, mais c’est un fait qu’il vaut mieux ne pas ignorer à quelques semaines d’une échéance politique majeure.

                  On ne perd rien à être bien informé, au contraire !


                • tovara (---.---.10.162) 22 mars 2007 13:46

                  D’accord avec les articles 7, 8, 9, en désaccord avec tous les autres, et désaccord profond en ce qui concerne le mariage homo (art4 )et la PMA (art 6), qui touchent à la base même de la société, la famille.


                • Fade Out (---.---.210.187) 20 mars 2007 15:30

                  (Je précise que je suis gay et sympathisant Vert)

                  Gaylib existe depuis des années et ne se cache pas, je ne vois pas en quoi c’est une information nouvelle. Ils ont même rencontré récemment Christine Boutin, on doit pouvoir trouver le compte rendu facilement sur Internet.

                  Dois-je rappeler qu’il y a des gays dans tous les partis, y compris au FN ?

                  Je connais des gays militants au PS, à l’UMP, et à l’UDF. Ce sont des militants comme les autres, qui parlent beaucoup d’économie et de bien d’autres sujets. Il me parait très naturel qu’ils ressentent de temps en temps le besoin de se réunir pour lutter contre... l’homophobie ! Mais évidemment si vous ne comprenez pas ce que cette notion signifie, Gaylib doit vous paraitre bien mystérieux.

                  Appeler ça « un lobby qui parasite l’UMP », ce n’est pas une information, c’est votre opinion.


                  • (---.---.140.77) 20 mars 2007 17:04

                    Pourtant l’agoraphobie.... ne correspond pas à la peur d’AgoraVox !!!


                  • (---.---.140.77) 20 mars 2007 17:06

                    Une tante verte c’est recyclable ?


                  • Fade Out (---.---.210.187) 20 mars 2007 18:35

                    Tout à fait, et ça fleurit partout ! smiley


                  • aalekh (---.---.226.115) 20 mars 2007 20:42

                    Un article qui distille, dès son titre, des relents d’homophobie... la rhétorique est retorse, et elle use d’amalgames. Le premier : viser un groupuscule, pardon, un « groupe » vivant « dans l’ombre » selon les termes employés, plutôt qu’une catégorie de population. La belle jambe ! N’empêche, ça ne trompe personne. Ce sont bien les gays en général qui sont visés. l’auteur s’étonne qu’on ne puisse remettre en cause le modèle social ou familial de ce type de relation ? jolie controsion au passage et deuxième amalgame : en abaissant les gays et lesbiennes à leur « type de relation » (sphère privée) on tente de faire passer le message que leur vie publique ne peut pas être reconnue par la société. Je ne sais pas si l’auteur de cet article est homophobe mais une chose est sûre : il a peur de la remise en cause de SON modèle de société par des modes de vie différents. appelez-cela comme vous voulez. « Mieux vaut ne pas le savoir », n’est-ce pas ?


                    • LE CHAT LE CHAT 21 mars 2007 09:28

                      l’influence de ce lobby doit vraiment être marginale pour qu’on laisse ainsi annuler le seul mariage gay juste avant les elections !


                      • Xavier Pierson 21 mars 2007 10:04

                        Non, Gaylib n’est pas pour le « mariage » homosexuel, comme il l’annonce sur son site. D’aileurs, ils sont tout à fait remontés contre ces mariés de Bègles et leurs paillettes, qui rappelons-le ont également été condamné pour escroquerie.
                        Gaylib prône le projet d’« Union » qui est dans le programme de M. Sarkozy. C’est un groupe de l’UMP, je vous le rappelle. Ce projet d’Union ne viendrait-il pas de Gaylib précisément ?

                        (Aalek, merci d’illustrer si bien ce que je dénonce. Pour un peu je n’aurais plus le droit à la parole. (= excommunication rose) )


                        • Hugebeny (---.---.113.242) 21 mars 2007 13:19

                          Tu déformes les propos de gaylib : ils sont contre le mariage de Bègles, qu’ils jugent improductif et effectivement illégal, mais pour un projet de mariage homo, voté en assemblée, dans les règles de la république.


                        • Fade Out (---.---.210.187) 21 mars 2007 14:02

                          La position de Gaylib est effectivement jugée très tiède par les gays et lesbiennes que je connais, y compris ceux de droite. Et comme je le disais plus haut, Gaylib est connu depuis longtemps, et son projet est public. Cela me parait assez drôle que l’on puisse les voir comme un lobby puissant qui contrôle l’UMP dans l’ombre. smiley

                          Je vous invite à discuter avec eux, ou à des gays et lesbiennes dans votre entourage. Evitez de parler des projets politiques dans un premier temps ; Demandez leur plutôt de témoigner de leur vie et la manière dont ils ont « fait avec » leur homosexualité, comment les autres la perçoivent. Et vous verrez que cela dédramatisera les choses !


                        • Xavier Pierson 21 mars 2007 15:57

                          « Gaylib est connu depuis longtemps, et son projet est public »
                          Dans certains milieux oui. Je vous assure que la majorité des français ne connaissent pas Gaylib, et il peut être bon d’en être informé.

                          Je suggère également l’idée que c’est peut-être l’UMP qui manipule Gaylib pour se voir ben voir de ses milieux (ou surtout un peu des deux). Je ne suis pas manichéen.


                          • Fade Out (---.---.210.187) 21 mars 2007 18:23

                            Et que pensez vous de l’idée que Gaylib soit simplement une partie de l’UMP, avec leur propre sensibilité (de la même manière que les jeunes de l’UMP ou les chrétiens de l’UMP ont leur propre sensibilité), sans que l’un cherche forcément à « manipuler » l’autre ?

                            C’est encore moins manichéen, ça, non ?


                          • Dav (---.---.62.111) 22 mars 2007 20:51

                            Cet article m’a ouvert les yeux sur l’ampleur du phénomène...

                            Il y aurait donc un affreux complot homosexuel qui infiltrerait les arcanes du pouvoir et qui conspire pour imposer à l’honnête français normal (blanc et catholique) le droit à son voisin « déviant » de respirer et vivre sans être considéré comme un pestiféré ?

                            C’est vrai, après tout ils ont déjà le droit d’habiter et travailler où ils veulent, on va pas non plus les laisser vivre comme tout le monde ?!

                            Le vrai problème c’est surtout quant des gens comme tovara disent « je suis pas homophobe mais quand même ces gens-là sont pas normaux ».

                            Pourtant je suis sûr que parmi ceux qui s’offusquent il y a d’authentiques déviants qui pratiquent la contraception et qui jouissent autrement qu’en position du missionnaire.


                            • Xavier Pierson 23 mars 2007 09:28

                              Ce qui est dommage finalement, c’est qu’on ne peut pas aborder un sujet sur l’homosexualité sans que tous les boucliers de défense ne se dressent, avec plus ou moins d’agressivité d’ailleurs.

                              Cet article ne parle pas de l’homophobie, et pourtant tous les commentaires cherchent à en parler. L’article traite d’un sujet, qui est celui de l’influence présumée d’un groupe qui prétend lui-même avoir de l’influence au sein du parti de droite.

                              Les débats de fond sur l’homosexualités ne peuvent pas être fait sur cet espace, (ni sur aucun d’ailleurs en fait). Il ne s’agit donc pas que chacun donne son avis sur l’homosexualité. Mais sur l’influence que ces groupes cherchent à avoir (et ont manifestement) sur les grands partis.

                              Est-ce pour le bien de la France, ou pour leur bien personnel ?


                              • (---.---.3.187) 23 mars 2007 09:36

                                Il est clair en tous cas que les provocations des homosexuels se multiplient depuis ces derniéres années, comme la « gaypride » ou le passage à tabac aprés une profanation de Notre Dame de son curé. Or, dans un pays tolérant comme le notre, les homo ne sont que tolérés, faudrait voir à ce qu’ils ne l’oubli pas. Uniquement tolérés.


                              • Dav (---.---.62.111) 23 mars 2007 12:41

                                Cher Xavier,

                                L’article ne traite pas ouvertement d’homophobie (hormis la légère polémique sur le mot en lui-même, ce qui me semble bien inutile), mais si tous les commentaires y viennent c’est bien parce que c’est ce que l’article inspire...

                                Ta question n’a pas vraiment de sens, car oui le « lobby homo » lutte pour les droits des homos, mais la différence avec ce qu’on pourrait appeler un « méchant lobby » c’est que cela n’impose rien aux autres citoyens ! Ca n’a rien avoir avec un lobby qui demande des fonds ou des marchés publics au détriment d’autres. Ca ne peut donc pas faire de mal à la France... Alors pourquoi cette dénonciation si ce n’est pour les empêcher d’obtenir des droits ?

                                Est-il la peine de répondre à ceux qui vantent la bonté dont ils font preuve en « tolérant uniquement » les homos ? Ce n’est pas de la tolérance qu’il faut, mais du respect.

                                Je précise au passage que je ne suis pas homo, la perspective de relations homosexuelles m’inspirant la même envie que celle de manger des betteraves rouges. Et pourtant je ne demande pas à ce que les mangeurs de betteraves rouges n’aient pas le droit de s’assoir à ma table, de se marier ou quoi que ce soit.


                              • Fade Out (---.---.210.187) 23 mars 2007 13:20

                                à 48.3.187 :

                                Excusez moi d’exister. Je demande juste de vivre comme tout le monde, sans avoir à me cacher. Je considère cette aspiration comme juste, et je crois que la majorité des français le pense aussi.

                                à Xavier Pierson :

                                Mais pourquoi le bien des gays et lesbiennes serait en contradiction avec celui de la France ? Expliquez moi en quoi l’union civile homo (ou même le mariage civil) vous enlève le moindre droit ou la moindre liberté. Serait-ce la « liberté » de refuser de nous voir ?

                                Aux deux :

                                Comment allez vous réagir quand votre cousin, votre ami d’enfance, votre collègue ou votre fille vous annoncera qu’il ou elle est homo ? Vous ne nous voyez donc pas ? Nous sommes dans votre famille, dans vos amis. Nous existons depuis toujours, même si on ne nous a pas toujours appelé comme ça. Nous sommes la France, tout autant que vous. Nous nous cachons de moins en moins, mais si vous saviez le nombre qui n’ose vous en parler...

                                Ouvrez votre coeur, écoutez nous. J’espère sincèrement qu’un jour vous comprendrez tout cela.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès