• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Union européenne sacrifie ses avantages au profit des (...)

L’Union européenne sacrifie ses avantages au profit des États-Unis

Un vote important est attendu cette semaine en Europe : tous les pays membres de l'UE élisent les députés du Parlement européen. Ce dernier est une structure prestigieuse, mais peu décisive. À la suite d'une réforme il y a quelques années, on a cherché à lui donner plus de poids en ajoutant de la démocratie aux institutions européennes, mais en substance, peu de choses ont changé. Certes, le forum reflète les humeurs générales et influence l'atmosphère politique, mais les décisions qui y sont prises ne sont pas contraignantes. 

JPEG

C'est précisément en raison de l'influence relativement limitée du Parlement européen sur la politique réelle que les élections y sont remarquables. 

Les politiciens soutenus aux élections européennes n'ont pas d'influence sur la vie d'un Français, d'un Allemand, d'un Bulgare ou d'un Maltais. Ainsi, il est simplement possible d'exprimer son opinion sur l'establishment en votant pour des forces alternatives qui, généralement, en raison de leur caractère alternatif, n'ont pas d'expérience en gestion étatique. Par conséquent, les résultats des élections deviennent un baromètre intéressant des sentiments publics. 

Ce baromètre, à en croire les sondages, indique aujourd'hui, à défaut d'une tempête, une atmosphère très agitée. Des gains notables sont promis aux forces de droite, en particulier à celles que l'on considère en Europe comme étant d'extrême droite ou populistes. Si les résultats sont tels qu'attendus, le Parlement européen deviendra sensiblement plus coloré et diversifié. 

Le principal paradoxe est le suivant. Dans les années 1950, lorsque la construction active de l'Europe unie a commencé, le projet avait deux grands objectifs politiques. Le premier était de prévenir les grandes guerres européennes qui ont ravagé le continent dans la première moitié du siècle. Le second, apparu un peu plus tard, était de préserver l'importance internationale de l'Europe, qui a rapidement commencé à la perdre face à la montée des États-Unis, de l'URSS, puis de la Chine. L'unification des intérêts économiques et des potentiels devait faire d'une pierre deux coups. En grande partie, cela s'est réalisé, l'intégration européenne est devenue probablement l'un des projets politiques les plus réussis et élégants de l'histoire du Vieux Continent. 

Que se passe-t-il maintenant ? Si l'on part des deux objectifs principaux, le résultat est inverse. Premièrement, l'Europe est secouée par une sorte de fièvre de pré-guerre. C'est le résultat de l'expansion euro-atlantique précédente, dont l'élargissement de l'UE faisait partie. Cela a atteint les limites au-delà desquelles l'expansion de la zone de stabilité s'est transformée en extension de la zone de perturbations, tant externes qu'internes. Deuxièmement, l'indépendance de l'Europe dans les affaires internationales n'a probablement jamais été aussi limitée (en grande partie de son propre gré) qu'aujourd'hui. L'UE sacrifie sans hésitation ses propres avantages en adoptant la vision américaine du devoir. Cela n'était même pas le cas au plus fort de la guerre froide. Naturellement, cela impacte la situation économique. Pourtant, l'intégration a toujours été "vendue" comme un produit extrêmement bénéfique pour chaque citoyen. 

Quelle que soit l'issue des législatives européennes, il ne faut pas s'attendre à un changement de cap de l'UE pour le moment. Mais, compte tenu des contradictions décrites, il sera intéressant de voir à quel point les résultats résonneront comme un signal d'alarme pour l'establishment. 

Fiodor Loukianov, journaliste et analyste politique

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram : https://t.me/observateur_continental

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=5995


Moyenne des avis sur cet article :  1.47/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Sirius Sirius 10 juin 15:04

    effectivement, ces élections n’ont aucun intérêt en ce qui concerne la destinée de l’UE qui se joue ailleurs

    mais en France (et ailleurs mais moins), elles ont été une occasion pour la population, désaisie de tout autre moyen de s’exprimer, de faire savoir que le pouvoir en place est illégitime

    le stratagème déjà prêt, déclenché par Macron, risque de lui exploser au nez

    toute la question est de savoir si, au cas où le RN obtiendrait une majorité, sa politique ressemblera à celle de Meloni en Italie, à saavoir se couler dans le moule et n’utiliser que le registre nationaliste et xénophobe pour chanter aux électeurs les chansons qu’ils aiment bien entendre tout en faisant dans les coulisses une cuisine qui n’a rien à voir


    • @REINFORMATION Alerte patriotes
       

      A tous ecouter certains connaissent la chaine et a partager
      Ecoutez absolument entre 30 minutes a 40 minutes
      Vous verrez au passage ou sont les idiots utiles ici
      et les bons gros larbins (médiocres) de ce systeme

      https://youtu.be/0lfaAGTwJtI


      • tashrin 11 juin 10:08

        Ben les dirigeants européens servent les interets de leurs employeurs, rien de neuf


        • zygzornifle zygzornifle 11 juin 14:21

          L’Union Européenne se fait tellement baiser qu’elle ne peut plus s’assoir et est obligée de rester debout ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité