• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Union Européenne tente de justifier la censure des médias russes en (...)

L’Union Européenne tente de justifier la censure des médias russes en les associant à Daesh

Pourquoi l'Union Européenne doit mourir...Dans une résolution votée le 8 octobre, la commission des Affaires étrangères du parlement européen appelle à mieux combattre la « propagande » que distillent, selon elle, la Russie tout autant que l'organisation terroriste Daesh...

« Nos sociétés sont la cible d'une propagande hostile et de désinformation à la fois de la part du Kremlin mais aussi d'acteurs non-étatiques comme Daesh », prévient Anna Fotyga, le rapporteur du comité des Affaires étrangères du parlement européen. « Ce rapport est une étape très importante afin d'éveiller les consciences », poursuit-elle, « le parlement européen ne peut rester inactif concernant l'enjeu vital de la sécurité de l'Union européenne ».

En cela, l'Union européenne emboîte le pas aux Etats-Unis : tandis qu'Hillary Clinton appelait les médias américains à se mobiliser contre la « désinformation » russe, le Pentagone identifiait en juillet dernier la Russie au même titre que l'Etat islamique comme les plus grandes menaces pour les Etats-Unis.

 

L'Etat islamique et la Russie sur le même plan

 

Pour la commission européenne des Affaires étrangères, les choses sont simples : d'un côté, la Russie cherche à diviser, tandis que Daesh s'est donné comme cible privilégiée l'Union européenne. « Le gouvernement russe emploie de façon agressive toute une panoplie de moyens et d'outils, tels des think tanks, des chaînes de télévision en plusieurs langues, comme par exemple Russia Today, et des pseudo agences de presse, ainsi que les réseaux sociaux ». Tout ça pour mettre en péril, explique la commission, « les valeurs démocratiques et diviser l'Europe ».

Une soif de chaos finalement pas très éloignée de celle des djihadistes amateurs de décapitation de Daesh à en croire les députés européens. Toujours selon la résolution de la commission, l'Etat islamique aussi mène une campagne de propagande dont le but est de susciter la haine contre les « valeurs européennes ».

 

L'Union européenne déclare la guerre de l'information

 

Aussi, devant le danger que représenterait un prosélytisme russe supposé, la commission a lancé en août dernier une task force de « réponse rapide » afin de contrer ce que les députés européens considèrent comme de la désinformation.

La nouvelle cellule, qui fait partie du Service d'action extérieure européen (EEAS) comprend une dizaine de locuteurs russes issus des Etats membre de l'Union ainsi que des professionnels chevronnés des médias. En clair, des personnes sachant manier la communication, les mots et la rhétorique.

Mais pour autant, la commission des Affaires étrangères ne souhaite pas utiliser les viles méthodes de l'adversaire. « Contrer la propagande par de la propagande est contre-productif », explique cette dernière dans sa résolution. Pour contrer la désinformation des terroristes et des Russes, les députés européens comptent plutôt sur des informations « positives » ainsi que sur l'éducation des masses afin de rendre les citoyens européens capables de discerner entre le Bien et le Mal.

La résolution suggère d'ailleurs comme piste de resserrer la collaboration de l'Union européenne avec l'OTAN, une organisation militaire créée du temps de la guerre froide lorsque les « bons » et les « méchants » étaient clairement identifiés, qui lui a survécu, tout en en gardant le souvenir.

Source : https://francais.rt.com/international/27426-attention-propagande-daesh-russie

Lire aussi : Comment Euronews diffuse de fausses informations et déforme l’actualité sur la Russie

Lire aussi : « Les médias dominants ont peur de RT car de plus en plus de gens se tournent vers son bon sens »

Lire aussi : Le Pentagone : la Russie et Daesh déclarés comme les plus grandes menaces pour les Etats-Unis
___________________________________________________________________________________________________
 

Moscou : si la résolution de l'UE contre les médias russes est appliquée, il y aura des représailles :

 

Réagissant au vote des parlementaires européens sur la proposition de sanctions contre les médias russes, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Maria Zakharova n'a pas mâché ses mots, avertissant que son pays ne resterait pas passif.

« Si une résolution européenne contre les médias russes est implémentée, Moscou prendra des mesures de représailles » a menacé Moscou par le biais de sa porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

« Nous espérons que cette résolution ne portera pas atteinte au travail des médias russes » a poursuivi Maria Zakharova devant un parterre de journalistes lors d'une conférence de presse.

La porte-parole reste néanmoins confiante : « Il y a espoir que cela n'aille pas jusque là, car cette résolution a créé un véritable tumulte au sein même de l'UE » tempère-t-elle. 

 

Pour l'UE, Daesh et la Russie sont sur le même plan !

 

C'est un rapport présenté par la député polonaise Anna Fotyga, qui a mis le feu aux poudres et a mené au vote sur cette résolution. Ce rapport affirme en effet que la Russie a pour but d'« inciter à la peur et à diviser l'Europe », au même titre que les organisations terroristes. 

Les eurodéputés ont en effet voté le 23 novembre en faveur d'une résolution appelant les pays de l'Union à « répondre à la guerre de l'information menée par la Russie et les terroristes islamistes avec des messages plus positifs, de la sensibilisation et de l'éducation grâce à des textes informatifs ».

Parmi les votants, 304 députés ont soutenu la résolution, 179 ont voté contre et 208 se sont abstenus.

 

« Une dégradation politique de l'idée de démocratie »

 

Le président russe a réagi en personne à ce vote, qui selon lui porte atteinte à l'idée même de démocratie. A l'occasion d'une conférence de presse, il a ainsi affirmé que les donneurs de leçons ont eux-mêmes recours à une politique de restrictions, ce qui n'est pas la manière la plus logique de défendre les valeurs de liberté d'expression.

Margarita Simonyan, rédactrice en chef de RT, a elle aussi réagi personnellement à ce vote, dénonçant une trahison par l’Europe de ses propres principes et la pratique du deux poids deux mesures.

Source : https://francais.rt.com/international/29508-moscou-si-resolution-ue-contre

___________________________________________________________________________________________________

Résolution contre les médias « russes » : l'Union européenne ne supporte plus qu'on la critique

 

Le rapport du parlement européen lance de graves accusations contre des médias « russes », mais ce qu'il préconise pour lutter contre la « propagande du Kremlin » devrait bien plus inquiéter les citoyens. Voici les points essentiels de ce texte à charge.

La prose du parlement européen a de quoi décontenancer. Mais la question traitée est en définitive assez simple et pourrait même paraître à usage interne, fournissant des éléments de langage prêt à l'emploi : comment priver de liberté ceux que l'on accuse d'être les ennemis de la liberté, quand on se dit soi-même démocrate ?

Tel est le premier paragraphe du « rapport sur la communication stratégique de l’Union visant à contrer la propagande dirigée contre elle par des tiers », votée par le parlement européen ce 23 novembre 2016 et qui vise à contrer le « soft power » médiatique de la Russie :

« Considérant que l’Union européenne s’est engagée à ce que son action sur la scène internationale repose sur des principes tels que la démocratie, l’état de droit et le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, ainsi que la liberté des médias, l’accès à l’information, la liberté d’expression et le pluralisme des médias, ce dernier principe pouvant cependant être limité dans une certaine mesure, comme le précise le droit international, notamment la convention européenne des droits de l’homme ; que les acteurs tiers visant à discréditer l’Union ne partagent pas les mêmes valeurs ».

 

Ceci n'est pas une pipe

 

Le premier attendu de la résolution votée par le parlement européen annonce déjà la couleur et les contorsions rhétoriques que le lecteur devra décortiquer ensuite pour s'y retrouver. Et il lui faudra relire plusieurs fois certains paragraphes afin de discerner les cas où tel principe universel s'applique et dans quels cas son universalité se trouverait restreinte. Une universalité non-universelle, en quelque sorte, si l'on suit le texte.

La guerre de propagande et l'intrusion des médias russes sont particulièrement vigoureuses

Ainsi, dès les premières lignes, le citoyen européen assidu et à l'écoute de son parlement apprend que la liberté d'expression et le pluralisme des médias ne sont un luxe accordés qu'à ceux qui s'en montrent dignes et en font un usage raisonné, usage évalué, normé, soupesé et soumis au contrôle de ceux-là mêmes qui décident de qui est démocrate et de qui ne l'est pas.

En résumé : pas de démocratie pour les non-démocrates, pas de liberté pour les ennemis de la liberté : « les acteurs tiers » – traduire la Russie – qui ne « partagent pas les mêmes valeurs, ne sont donc pas autorisés à « discréditer l'Union ». Embêtant lorsque l'on croit deviner qu'au nombre des valeurs requises figure apparemment la non-critique de l'Union européenne. De quoi avoir la migraine.

 

Syllogismes hasardeux

 

La prose de la résolution du parlement européen est un bijou de haute voltige rhétorique. Il y est question de droit international, de droits de l'homme. Pêle-mêle. Des grands principes – absolument respectables – qui ne sont utilisés qu'à sens unique, avec des accents qui parfois font penser à ceux d'un pervers narcissique, figure bien connue de la presse féminine, lequel est connu pour faire porter à sa victime la responsabilité de la violence qu'il lui fait subir. Et, bien qu'il soit difficile de ne pas passer pour l'agresseur en répliquant à l'agresseur, il est des formulations dans cette résolution qui sont des cas d'écoles d'inversion accusatoire.

L'Union est une réussite en matière d'intégration qui continue, malgré la crise à attirer des pays

Et ceux des eurodéputés qui ont voté le rapport incriminant sans ambages la Russie d'accuser cette dernière de vouloir entraîner un « découplage stratégique entre l’Union européenne et ses partenaires d’Amérique du Nord, de paralyser le processus décisionnel, de discréditer les institutions de l’Union et les partenariats transatlantiques – dont le rôle dans l’architecture de sécurité et économique européenne est reconnu – aux yeux et dans l’esprit des citoyens de l’Union et des pays voisins ».

Pour le parlement européen, qui vit apparemment dans un autre monde, et s'autocongratule quitte à verser dans le déni de réalité, les traités commerciaux transnationaux ne souffre aucune controverse. Pas plus que le rôle de l'organisation militaire et poltique de l'Alliance atlantique, sous l'égide des Etats-Unis, qui a procédé à une militarisation sans précédent depuis le dernier conflit mondial, de l'Europe de l'Est, ne saurait être questionné. Leur rôle est donc « reconnu ». Et les « citoyens de l'Union » seraient donc una

 

Inversions accusatoires

 

Mais le léviathan-pervers-narcissique se posant tout de même en victime : « Le Kremlin a intensifié sa confrontation avec l’Union ; [...] le Kremlin a intensifié sa guerre de propagande, la Russie jouant un rôle plus actif dans l’environnement médiatique européen, afin de créer dans l’opinion publique européenne un soutien politique en faveur de l’action russe et de nuire à la cohérence de la politique étrangère de l’Union ».

Déformer la vérité, instiller le doute, discréditer les institutions de l'Union et les partenariats transatlantiques

Alors qu'une partie significative des opinions publiques s'érigent contre les traités libre-échangistes tels que le TAFTA ou le CETA que l'opposition de la Wallonie a manqué de compromettre, que dès qu'un référendum est octroyé à la population, le résultat se révèle un camouflet pour l'Union européenne, à l'instar du Brexit, le parlement européen ne veut pas voir le phénomène lui-même mais ceux qui le relayerait. Le mécontentement des agriculteurs européens, frappés par les sanctions contre la Russie n'existent que parce que rapportés par des médias « de propagande » pour le parlement européen.

Ce dernier se déclarant, logiquement, « gravement préoccupé par le développement rapide de l’activité inspirée par le Kremlin en Europe, y compris la désinformation et la propagande visant à maintenir ou à accroître l’influence de la Russie et à affaiblir et à diviser l’Union européenne ».

Le Kremlin a intensifié sa guerre de propagande

Se félicitant de ses « réussites », la résolution conseille à l’Union européenne de « mettre en avant un message positif axé sur ses succès, ses valeurs et ses principes, obtenus avec détermination et courage, et doit tenir un discours offensif et non défensif ». Quitte même à recourir au système éducatif et universitaire.

 

Critiquer l'Union européenne, c'est être négationniste

 

Dénonçant une supposée « falsification de l'Histoire », mélangeant les négationnistes de tout poil, Daesh et les médias d'information – pardon de « désinformation », le parlement européen propose même de se mêler d'éducation, quitte à tout mélanger là aussi et à ressusciter la lutte contre le communisme (l'URSS a disparu en 1991) : « Il est nécessaire de sensibiliser aux crimes commis par les régimes communistes au moyen de campagnes publiques et dans les systèmes d'éducation [...] pour contrer le discours du Kremlin », estiment ainsi ceux des eurodéputés qui ont voté pour la résolution. L'Union européenne se chargerait donc de dicter l'Histoire officielle et contester celle-ci serait du négationnisme.

La résolution, soit dit en passant, qui n'a pas force de loi, puisque, comme on le sait, le parlement européen n'a pas l'initiative des lois européennes, il n'est qu'une chambre d'enregistrement. Ils leur est permis d'interpeller la Commission, là où se trouve le vrai pouvoir, comme naguère, les parlements pouvaient, avec le tact dû, en appeler à tel ou tel despote éclairé. Le vrai pouvoir revenant à la commission européenne, cet aréopage d'inconnus, lesquels sont nommés et non pas élus. Le divorce entre les citoyens européens et l'Union européenne ainsi que le « déficit démocratique » des institutions, des problèmes reconnus par l'Union européenne elle-même, mais qui sont des sujets interdits pour les autres, restent toujours sur la table.

Source : https://francais.rt.com/international/29485-union-europeenne-ne-supporte-plus-critique

Lire aussi : Entre caricatures et simplifications : la désinformation des médias occidentaux

Lire aussi : Résolution européenne contre les médias : le signe d'une dégradation de la démocratie selon Poutine

Lire aussi :  L'Union européenne part à l'attaque de la « propagande » de Daesh et... de la Russie

___________________________________________________________________________________________________

 

 

« Résolution contre les médias russes » : pour la rédactrice en chef de RT, l’UE trahit ses principes

 

L’UE prétend apprendre la démocratie à la Russie et évoque la liberté d’expression comme principe fondamental mais le trahit elle-même, estime la rédactrice en chef de RT Margarita Simonyan, commentant la résolution de l’UE contre les médias russes.

« Je suis sans mot », a déclaré Margarita Simonyan face à la résolution de l’UE contre la prétendue propagande russe. « Je ne sais pour qui cela est le plus terrible, pour nous ou pour l’establishment européen qui trahit ses propres principes de liberté d’expression dont nous entendons parler depuis des décennies… Bien sûr, cela relève du deux poids deux mesures. C’est d'une effarante hypocrisie. Vous apprenez à tout le monde à vivre d’une certaine façon, et que vous vivez vous-même d'une autre, ayant peur d’entendre un autre point de vue », a déclaré la rédactrice en chef de RT.

La liberté d’expression serait donc devenue « un luxe superflu » dans l’Union européenne, alors que des voix différentes telles que la chaîne de télévision RT et l’agence de presse Sputnik ont gagné en popularité, a déploré Margarita Simonyan, ajoutant : « Ils ne comprennent pas qu’en prenant de telles petites mesures, conséquence du refus d’écouter une autre opinion, les Etats se transforment en dictatures aveugles et commencent des guerres dont personne n’a besoin », a-t-elle ajouté.

La rédactrice en chef de RT a également dénoncé l’ONG Reporters sans frontières (RSF), en disant que l’organisation sélectionnait des journalistes à protéger. « Reporters Sans Frontières ne fait plus semblant de protéger les journalistes du monde entier et a enfin reconnu protéger des reporters de son propre petit monde », a indiqué Margarita Simonyan en évoquant le refus de RSF de communiquer avec les médias appartenant à l’agence d’information Rossiya Segodnya.

La résolution votée par le Parlement européen le 23 novembre est intitulée « Communication stratégique de l’Union visant à contrer la propagande dirigée contre elle par des tiers ». Ce document affirme que les médias russes « déforment la vérité, suscitent des doutes, divisent l’UE et ses partenaires d’Amérique du Nord, paralysent le processus décisionnel, discréditent les institutions de l’Union et les partenariats transatlantiques, provoquent la crainte et l’incertitude parmi les citoyen de l’UE ». Le rapport qualifie la chaîne de télévision RT, l’agence de presse Sputnik, l’agence fédérale Rossotrudnichestvo et la fondation Russkiy Mir de purs outils de propagande.

L’agence de presse Sputnik a déjà déposé une plainte devant un certain nombre d’organisations, telles que l’ONU, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (l’OSCE), plusieurs organisations internationales de journalistes et des ONG pour faire face à cette limitation de la liberté d’expression.

Le président russe Vladimir Poutine a commenté cette résolution en la qualifiant de « dégradation politique de l'idée de démocratie » en Occident. « Tout le monde fait la leçon » à la Russie, a-t-il noté, faisant remarquer que, en matière de démocratie, les législateurs européens avaient eux-mêmes recours à des politiques de restrictions.

Source : https://francais.rt.com/international/29492-redactrice-chef-rt-denonce-doubles-statandars-resolution

Lire aussi : Résolution contre les médias « russes » : l'Union européenne ne supporte plus qu'on la critique

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 5 décembre 2016 10:39

    L’UE, dictature soft, est en train de s’effondrer de partout. La seule question est : où et quand ?
    Alors, elle tente encore d’étouffer l’information qui va à l’encontre des ses buts et de sa propre « commu-nication ».
    Rien de bien nouveau et, d’ailleurs, leur dernière arme est bien cette « fuite en avant » pour museler leurs contradicteurs.
    Ils vont (encore) échouer. Facile, ils n’ont jamais rien réussi.


    • baldis30 5 décembre 2016 20:01

      @Alpo47

      bonsoir
      Où ? ...... à Bruxelles c’est évident ...

      Quand : Le « NON » italien marque, selon moi et je ne saurais engager personne d’autre, la fin du début. Il va y avoir un « No man’s time » lié à des élections importantes dans les gros ( gros..... parce que les croire grands ... c’est une croyance) pays de l’UE. Et que tout finit par se payer !

      Donc immobilité pour quelques temps venant après quelques coups de semonce assez bien amortis ( référendums négatifs français,irlandais et batave) .... hélas les peuples se montrent de plus en plus contestataires. Après les élections importantes peut-être aurons nous le début de la fin .... 


    • cevennevive cevennevive 5 décembre 2016 11:02

      Bonjour Pilule Rouge,


      « L’union Européenne ne supporte plus qu’on la critique »

      Eh bien, on ne la critiquera plus, on votera tous contre, peu à peu et jusqu’au bout...

      Bien des pays semblent vouloir se désengager de cette « union », et aspirent à demander le divorce. Et comme avec une tel « adversaire » il est difficilement question d’envisager un divorce à l’amiable, cela amène, au sein de nos propres pays des risques de politique néfaste à la démocratie. Le contraire de ce à quoi nous aspirons.

      Nos dirigeants de l’UE sont comiques lorsqu’ils condamnent la propagande anti Russe ! Qui est le plus propagandiste, de l’UE ou de la Russie ?

      Pauvre mot « démocratie », galvaudé, meurtri, prononcé par tellement de peuples où règne encore un voile d’obscurantisme...

      Bon article. Merci.



      • Pilule Rouge Pilule Rouge 5 décembre 2016 11:11

        @cevennevive
        Merci pour votre commentaire. Je pense que l’UE n’en a plus pour très longtemps. Ce qui est sûr, tout comme un animal sauvage se sent encerclé et menacé avant d’être capturé, c’est qu’elle va devenir de plus en plus agressive. Il faut s’attendre au pire...


      • tozzzzz 5 décembre 2016 13:19

        @oncle archibald

        Il est pas content uncle sam.


      • Pilule Rouge Pilule Rouge 5 décembre 2016 14:06

        @oncle archibald
        La démocratie, la vraie.


      • doctorix, complotiste doctorix 5 décembre 2016 20:58

        @cevennevive

        Panique à bord, il y a le feu !
        C’est excellent, c’est le signe de la décrépitude et de la fin.
        Nous allons assister à la fin de l’Union Européenne dans les mois qui viennent.
        Ce système qui s’auto-congratule, se désigne des ennemis, dans l’espoir de survivre alors qu’il agonise, finira dans l’opprobre e la honte, ce qui réjouira les vrais démocrates.
        Cette espèce de clique, parlementaires et commissaires européens, journalistes aveugles ou corrompus, vit dans sa bulle, sans voir que tout s’effondre autour d’elle.
        En passant, hommage à RT, saker francophone, wikistrike, wikileaks, mondialisation.ca, et tant d’autres, sans lesquels nous serions les victime résignées de ce système pourri.
        Merci à eux.

      • Daniel Roux Daniel Roux 5 décembre 2016 11:11

        Un article vraiment intéressant et à plus d’un titre.

        La notion de bien et de mal, que chacun d’entre nous n’a aucune peine à déterminer, est la base même de la notion de conscience.

        Un bourreau sait que c’est mal de tuer ou de torturer mais il sait aussi que si cela est fait conformément à la loi et sous couvert de l’autorité, ce n’est plus « mal » mais légal voire licite.

        A l’inverse, un faucheur d’OGM sait que ce qu’il fait est « bien », à tort ou à raison, peu importe, mais il sait aussi que c’est interdit, illégal et passible de poursuites pénales et de compensations financières.

        L’article comporte d’autres pépites. On pourrait très bien intervertir, dans les entendus à charge, l’empire Russe et son dictateur avec l’empire Étasunien transatlantique et sa dictature institutionnelle.

        Les peuples sont bombardés aussi par la propagande perverse et narcissique, le méchant revêtant les habits du bon pour dénoncer un autre méchant.

        Dénoncer un méchant ne fait pas automatiquement de celui qui le fait un bon mais l’art de la rhétorique est justement de le faire croire.

        Il est toujours instructif d’avoir l’opinion de ceux qui savent comment les choses fonctionnent et qui les dénoncent chez leurs adversaires, pour comprendre comment les choses fonctionnent réellement.

         


        • Dom66 Dom66 5 décembre 2016 11:54

          Article très bon…merci et bravo

          Je n’ai pas grand-chose à dire….que

          L’UE drogué aux journalopes…..c’est tout

          Mais beaucoup de moutons commencent à revoir leurs Bééh, ça va ch..er

           


          • Dom66 Dom66 6 décembre 2016 10:21

            @jesuispascontent

            Si t’es pas content, vas y exprime toi intelligemment au lieu de faire de la bande dessinée.


          • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 5 décembre 2016 11:54

            « Ce que j’ai rappelé au président Poutine, c’est que les frappes doivent concerner Daesh et uniquement Daesh. » (François Hollande, 2 octobre 2015). 


            Quelle autorité !
            Au vu du résultat de cette déclaration fracassante, il n’a plus voulu que Poutine vienne prendre le thé à l’Elysée.

            • Gogonda Gogonda 5 décembre 2016 12:55

              Leur terrorisme intellectuelle ne trompe plus personne, et ceux qui se laisse duper son soit de gros naïf, soit des fanatique partisan de cette propagande cynique.




              • roman_garev 5 décembre 2016 16:12

                @Gogonda
                Difficile de comprendre de qui parlez-vous. De la Russie, de l’UE, de Daesh ?


              • Gogonda Gogonda 6 décembre 2016 13:17

                @roman_garev

                Je parles de l’UE et de daesh.

              • popov 5 décembre 2016 13:22

                Si l’UE était droite dans ses bottes, elle n’aurait pas peur d’entendre un avis différent.


                Si les médias occidentaux étaient vraiment indépendants et pluralistes, il n’y aurait pas besoin d’aller s’informer ailleurs.

                • Dantès 5 décembre 2016 15:16

                  Le vieil appareil de désinformation est recyclé une fois de plus - sortez le cadavre du placard ! On fait l’amalgame de tout ce qui semble faire obstacle aux objectifs géostratégiques de l’impérialisme du moment. C’est le bon vieux « totalitarisme » de Mlle Madeleine Albright (maître à penser de Mlle Clinton) qui ressurgit ; cette expression bidon qui prétend regrouper dans un seul et même panier les mouvements révolutionnaires d’amérique latine, l’islamisme sunnite, la révolution iranienne et les bolchéviques. On est donc (une fois de plus) face à l’affrontement biblique du bien contre le mal, avec un camp du bien regroupant les sionistes frénétiques et parano, les anglo-saxons cupides et perfides, et leur lacquais obnubilé, le bisounours-mondialiste bruxellois (qui ne montre les dents qu’à leur demande). Dans le camp du mal nous avons, essentiellement, les peuples du monde entier. Vous me permettrez toutefois une objection, les « oeuvres » de Samuel Huntington et de Malthus ne figurant pas exactement parmi mes coups de coeur, et la réalité me semblant davantage d’actualité que le dogmatisme opportuniste anglo-judaïque.


                  • leypanou 5 décembre 2016 19:21

                    Je fais remarquer pour ceux qui ne le savent pas encore que cette prétendue lutte contre la propagande russe ou la désinformation n’a pas lieu qu’ici. Je me demande même si ce n’est pas coordonné.

                    Aux États-Unis aussi, « ils » sont en train de lister les prétendus sites propagandistes pro-russes, et évidemment tous les MSM n’en font pas partie (Washington Post, New York Times, etc, etc).

                    N’oubliez pas aussi l’initiative gouvernementale pour soi-disant lutter contre le complotisme (pour moi, tout çà va dans le même sens, empêcher les gens de penser autrement).

                    Si vous savez comment D Trump a traité les responsables (anchor) MSM quand il les a reçus au Trump Tower, vous serez étonné, traitement que vous ne risquez pas de voir en France (texto : je suis dans une pièce avec des menteurs" , et quelques-uns même par leur nom)


                    • jjwaDal jjwaDal 5 décembre 2016 21:11

                      Coluche disait « La démocratie c’est  »cause toujours !« et la dictature , c’est  »ferme ta gueule !« . On voit de mieux en mieux vers quoi penche cette communauté qui se fiche éperdument du droit des peuples à choisir leur avenir et du droit des gens à choisir leurs sources d’information...
                       »Vous êtes tellement cons qu’on doit s’autoriser à penser à votre place, toi comprendre ?...".


                      • atmos atmos 6 décembre 2016 04:51

                        Mise à sac de pays entiers, destruction de notre civilisation, menaces contre les peuples désobéissants, bourrage de crâne, censure… : l’UE montre de plus en plus clairement son vrai visage, et elle a une sacrée nom de dieu de sale gueule.

                        Cette saloperie de dictature est en train de pourrir sur pied et commence à puer le cadavre, mais combien d’années encore avant que la charogne ne s’effondre pour de bon, et surtout, est-ce que je verrai ça de mon vivant ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Pilule Rouge

Pilule Rouge
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité