• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Union européenne, un paradis pour libéraux-capitalistes

L’Union européenne, un paradis pour libéraux-capitalistes

Mais à quoi sert l'Union européenne ? Concrètement qu'est-ce qu'elle nous apporte ? Sans s'épancher sur son histoire mouvementée, intéressons-nous au présent, au futur. Comment fonctionne ce mastodonte administratif ? L'Union est-elle bénéfique pour notre politique intérieure ou est-ce un boulet dont nous devrions nous débarrasser au plus vite ?

 

Les droits de l'homme, ça passe toujours après le pognon.

 

*Comment fonctionne l'UE ?

 

On va essayer d'aller au plus simple... Premier point à connaître : qui décide de quoi ?

 

Actuellement, c'est le Traité de Lisbonne en application depuis 2009 qui définit le règlement de l'UE. Il serait long et complexe de faire le tour de toutes ces réglementations, quant à l'histoire, je ne vous en parle pas. Il n'est pas inintéressant de se renseigner plus en profondeur sur le sujet, mais ce n'est pas l'objectif de cet article. Néanmoins, il faut avoir en tête que les Traités au sein de l'Union sont de véritables institutions à eux seuls. Ce ne sont pas de simples lois, ils ont valeur de constitution et leurs règles sont sacrées. Tout le travail accompli au sein de l'Union se fait dans le cadre des Traités.

https://www.touteleurope.eu/actualite/le-traite-de-lisbonne.html

 

L'essentiel : l'Union européenne est un organisme supranational coordonnant les politiques de plusieurs pays signataires des Traités transférant une partie des compétences de chaque État vers cette institution. Elle se compose de plusieurs organes à ne pas confondre, mais si l'on excepte les noms de ses différentes administrations, ce n'est pas si compliqué que cela.

 

La Commission européenne : ce n'est ni plus ni moins que le gouvernement de l'Union européenne, et son organe le plus puissant. C'est la commission qui coordonne les différents travaux de l'Union et surtout qui propose les lois discutées au Parlement européen et dans les différents Conseils. Son actuel président est Jean-Claude Juncker très impliqué dans le scandale du Lux-leaks. Elle inclut 28 postes de « commissaires » (un par État), l'équivalent de nos Ministres, et d'un haut-commissaire pour les relations étrangères. Pierre Moscovici est notamment en charge de l’Économie.

 

Site de la Commission européenne :

https://ec.europa.eu/commission/index_fr

Article évoquant le Lux-leaks :

https://info.arte.tv/fr/evasion-fiscale-juncker-ce-loup-dans-la-bergerie?fbclid=IwAR2czdTk7t0jx8qdcN24in98YSS7rCryetVu5gAVj_CsTYcG7mgeAwe9_mI

 

Ensuite bien sûr, l'organe qui nous intéresse directement : le Parlement européen. Le seul et unique lien démocratique entre l'Union européenne et les cinq cents millions d'habitants qui la compose. C'est la légitimité (l'escroquerie) démocratique, le Parlement vote les lois, valide le budget et le président de la Commission. Mais attention, le parlement n'a pas force de proposition, c'est le travail de la Commission. De fait, le parlement dit oui ou non, mais ses membres ne sont pas invités à orienter la politique de l'Union. Ils valident, ils récusent, mais il peut tout de même proposer des amendements (modifier des points de détail dans le texte). Autre aberration, cette assemblée est composée de députés venant de tous les pays proportionnellement à la population de ceux-ci, de fait, le déséquilibre de représentativité entre l'Allemagne et Malte par exemple, fait que l'un a littéralement tout pouvoir sur l'autre. Même s'il paraît évident que l'impact économique de Malte est incomparable à celui de l'industrie Allemande, il n'empêche que ce mode de fonctionnement impose la puissance des plus gros pays sur le reste, de fait, les grandes décisions sont l'apanage des représentants des pays les plus peuplés, les autres n'ont plus qu'à suivre le mouvement.

 

Pour en savoir plus sur le parlement :

http://www.europarl.europa.eu/about-parliament/fr/powers-and-procedures

Excellente vidéo sur la chaîne Youtube « osons causer » sur le Parlement européen :

https://www.youtube.com/watch?v=FC-drPXCEBM

 

Les lois, les postes à la Commission, ou encore le budget ne sont pas seulement votés par le Parlement européen, mais aussi par cet autre organe : le Conseil de l'Union européenne. Il réunit l'ensemble des Ministres de l'Union, mais en fonction des thèmes abordés : agriculture, économie, défense, et c'est alors le ministre en charge de cette fonction dans son pays qui participe à la réunion, et au vote le cas échéant. Il vote les lois, le budget, ou valide par exemple les membres de la Commission européenne conjointement avec le Parlement. Son système de présidence est tournant, chaque État préside les débats à tour de rôle pour une période de 6 mois, et les grandes orientations sont élaborées pour une période de 18 mois par les trois présidences à venir. Pour le moment, c'est la Roumanie qui préside le Conseil de l'Union européenne. Ce principe de double vote Parlement/Conseil de l'Union européenne est appelé codécision, mais tout comme le Parlement, le Conseil de l'Union européenne est soumis aux Traités, et aux instructions de la Commission européenne.

 

Attention de ne pas le confondre avec : le Conseil européen, qui se compose de l'ensemble des chefs d’État ou de gouvernement membres de l'Union, du président du Conseil européen (à l'heure actuelle Donald Tusk), et du président de la Commission européenne. Ce n'est pas un organe législatif, il fait plutôt figure de conseil de surveillance. Il définit les orientations politiques de l'UE, mais ne promulgue pas, ni ne propose, de lois. Son utilité réside surtout dans le fait de réunir quatre fois par an les chefs d’État et de gouvernement de chaque membre, permettant ainsi la concertation.

 

Il faut compléter ces deux structures par un organe informel appelé : Eurogroupe qui s'occupe des politiques et problématiques des 19 pays de la zone Euro.

 

Pour en savoir plus sur ces Conseils :

https://www.consilium.europa.eu/fr/

 

D'autres structures viennent compléter ce dispositif : la Cour de justice de l'Union européenne qui garantit le respect des Traités et éventuellement inflige des sanctions (souvent financières) aux États membres. Il faut aussi compter avec la très puissante Banque centrale européenne qui gère l'Euro et les questions économiques (nous reviendrons sur cette « entité »), ainsi que la Cour des comptes qui vérifie : les comptes. Ces institutions sont tout à fait officielles, prévues par les Traités, et font entièrement partie du « système Union européenne ».

 

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sans jamais oser le demander :

https://www.consilium.europa.eu/media/29678/qc0616198frn.pdf

 

*Oui mais, ceci dit, à quoi sert l'Union ?

 

Observons cet article sur le site de la BBC : 

https://www.bbc.co.uk/newsround/21168839

 

Il nous propose un résumé des objectifs de l'Union européenne, voyons voir si ces objectifs sont atteints :

 

  • Promouvoir la paix et le bien-être de tous ceux qui vivent dans les pays de l'UE

 

Alors là, vaste sujet. L'Europe, c'est la paix ! Le bon vieux slogan qui tue et qui fait peur... Certes, depuis la Seconde Guerre mondiale, il n'y a plus eu de conflit armé entre les pays au sein de l'Union, certes. Maintenant essayons de relativiser les choses, l'Union européenne et son ancêtre : la Communauté européenne, n'ont pas réussi à empêcher la violence armée, et même les guerres civiles, à commencer par la guerre d'Algérie, celle-ci était un département Français et donc membre de la Communauté européenne ; ou encore les « Troubles » Nord-Irlandais durant 30 ans, le franquisme et l'ETA en Espagne, et j'en passe.

 

Et au fait, que pense l'Union européenne des violences policières en France ces derniers mois ?

 

Deuxième point et non des moindres, nombre de pays de l'Union sont engagés dans différents conflits, notamment en Afrique et au Moyen-Orient, et depuis pas mal d'années le nombre d'attentats sanglants ayant touché la Suède, l'Angleterre, l'Espagne, la France, la Belgique, l'Allemagne et j'en passe, sont aussi une conséquence de nos actions sur ces territoires, ainsi ces réponses meurtrières, même si elles prennent la forme d'attentats, ne sont-elles pas en soi une forme d'actes de guerre ? Si c'est le cas, quelqu'un peut m'expliquer pourquoi l'Union européenne a obtenu le prix Nobel de la paix en 2012 ?

 

Ensuite, l'Union européenne s'adjuge le mérite de la paix, mais est-ce vraiment la création de cette institution qui est à l'origine de cette paix ? Est-ce que les données économiques, la position de l'Allemagne suite à la guerre, les différents accords signés entre les pays alliés pendant la seconde Guerre n'ont pas eu d'influence ? Est-ce que l'influence Américano-Russe et la guerre froide scindant le bloc Européen en deux puissances nucléaires, n'a-t-elle pas aussi joué un rôle majeur ? Quel est l'impact de l'OTAN et du Pacte de Varsovie dans cet équilibre militaire ?

 

N'oublions pas que le XXème siècle a été particulièrement sanglant et meurtrier, et que rien ne prouve que sans l'Union européenne, ces peuples soient encore tombé dans les pièges de la guerre. D'autre part, rien ne prouve qu'il soit nécessaire de pousser toujours plus l'étatisation de l'Union pour conserver cette paix. Nous verrons plus loin dans cet article que l'Europe est loin de se limiter à l'Union européenne, bien au contraire, y compris en ce qui concerne les accords de paix et de justice.

 

Dans tous les cas, la guerre et les conflits continus de faire des ravages partout dans le monde. Aucune instance internationale n'a évité le carnage en ex-Yougoslavie, ni en Ukraine, et encore moins les groupes terroristes. De plus, si on se replace au présent, la position de l'Union face à la puissance Russe exacerbe les tensions et représente pour l'heure un risque non négligeable de l'escalade de la violence.

 

Bref, je ne suis pas spécialiste de la question, mais l'Europe, c'est la paix, c'est un slogan percutant, mais dans les faits, c'est une blague ! Bien sûr les médias mainstream et la propagande d’État dans son ensemble continueront de vendre ce rêve, mais il suffit de se pencher un minimum sur les faits, de regarder ce qui se passe en France tous les samedis, pour comprendre que c'est une mascarade.

 

L'écrivain et historien Olivier Delorme, auteur de : 30 bonnes raisons de sortir de l'Europe nous développe quelques arguments dans cet article :

https://comptoir.org/2018/11/27/olivier-delorme-affirmer-que-leurope-cest-la-paix-est-une-fadaise-doublee-dune-mystification/

 

Docteur en histoire économique et auteur de nombreux ouvrages ne semble pas trouver non plus de quoi être autant réjouis par la capacité de l'Europe a maintenir la paix. Il précise notamment l'importance du duo de Gaulle/Adenauer dans la stabilisation des rapports franco-allemands.

https://institutdeslibertes.org/leurope-nest-pas-en-paix/

 

  • Offrir la liberté, la sécurité et la justice sans frontières intérieures

 

La liberté ? Pour les entreprises ? Ah oui, là, c'est réussi ! Le marché intérieur est clairement prolifique pour les grandes multinationales très bien installées au sein de l'Union profitant des largesses de l'Irlande du Sud ou du Luxembourg par exemple, mais concrètement, quelle liberté avons-nous gagnée ? La seule vraie liberté, c'est la libre circulation au sein de l'Union, mais concrètement, il existe toujours des services douaniers qui vous empêcheront de profiter de la concurrence surtout si vous traversez « une frontière », parce qu'elles existent toujours en fait, si vous essayez de passer avec de l'alcool ou du tabac. Un travailleur détaché passe plus facilement qu'une cartouche de clopes ! La liberté est en fait celle du marché intérieur qui favorise uniquement les entreprises et particulièrement les entreprises Américaines, mais certainement pas leurs salariés.

 

Quant à sécurité, justice, en tant que Français, il y a quand même de quoi rire...jaune. Entre les législations européennes et nationales, les lois qui nous gouvernent sont à l'image du Code de la route, toujours plus restrictives, toujours plus punitives. La liberté d'expression n'a pas été autant massacrée depuis la seconde Guerre justement, et les libertés fondamentales fondent comme neige au soleil. La justice est complètement verrouillée et corrompue par les réseaux, les truands de la politique épinglés ne sont jamais condamnés. Et pour finir, les attentats planent comme une épée de Damoclès suspendue au-dessus du bon vivre à la Française.

 

Concrètement, l'Union européenne ne fait baisser ni les chiffres de la délinquance, ni les risques d'attentat, ni les inégalités judiciaires, et encore moins le crime organisé. Après dix ans de Traité de Lisbonne, les bilans parlent d'eux-mêmes.

 

Reste la liberté de circulation présentée comme la liberté phare ! Nous pouvons nous déplacer librement au sein de l'Union, c'est-à-dire sans visa, mais pour autant est-ce vraiment essentiel ? N'est-il pas possible aujourd'hui pour un Français de voyager, et même de travailler hors de l'Union européenne ? CQFD. Si c'est là le seul véritable avantage pour nous, Français, c'est tout de même un peu léger.

 

Article dans « lepetitjournal » sur les Français à l'étranger :

https://lepetitjournal.com/les-francais-de-letranger-en-chiffres-156596

La tribune évoque les paradis fiscaux :

https://www.latribune.fr/economie/international/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-l-union-europeenne-meritent-d-etre-sur-liste-noire-selon-oxfam-759371.html

La délinquance sur le site gouvernemental :

https://www.vie-publique.fr/actualite/alaune/insecurite-delinquance-2018-premier-bilan-statistique.html

L'ONU dénonce la France pour usage excessif de la force :

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/03/06/01016-20190306ARTFIG00119-gilets-jaunes-l-onu-reclame-a-paris-une-enquete-sur-l-usage-excessif-de-la-force.php

Un article sur les risques liés au crime organisé :

http://www.rfi.fr/europe/20190417-le-crime-organise-principale-menace-securite-europe

Le journal la croix s'inquiète de la dégradation de la liberté de la presse en Europe :

https://www.la-croix.com/Monde/Europe/RSF-sinquiete-dun-nouveau-recul-liberte-presse-Europe-2019-04-18-1201016486

L'IRIS, un think-tank français spécialisé dans les questions de sécurité :

https://www.iris-france.org/programmes/europe-et-strategie/

Cet article des Échos.fr nous rappelle l'état de déliquescence de la justice française :

https://www.lesechos.fr/2016/05/la-justice-francaise-parent-pauvre-de-leurope-207164

 

  • Soutenir une économie forte et équilibrée et maintenir les prix stables

 

Alors là, je dois avouer que je ne suis pas dans mon domaine de compétence, et faire une analyse économique approfondie demanderait des semaines, des mois, des années de travail, et dans tous les cas l'économie de l'Union mériterait un sujet à part entière. Cet article du site touteleurope.eu et ce site de la Banque centrale européenne regorgent d'informations :

https://www.touteleurope.eu/actualite/l-economie-europeenne-et-l-euro.html

https://www.ecb.europa.eu/stats/financial_markets_and_interest_rates/euro_area_yield_curves/html/index.en.html

 

En tant que profane, il me semble toutefois que la dette des États (voir article ci-dessus), et les politiques d'austérité appliquées ces dernières années, ne font pas état d'une bonne santé économique au sein de l'Union. Deux questions sont à se poser en tant que Français : est-ce que l'Union européenne nous rend plus riches, et nous permet-elle d'avoir une économie plus forte, plus saine ? Essayons tout de même d'observer quelques éléments :

 

Il n'est pas si simple de savoir exactement combien l'Union européenne coûte en réalité à la France. Libération semble arriver à la conclusion que les chiffres avancés par les anti-Union sont exagérés à la hausse, et ceux avancés par l'Union le sont à la baisse :

https://www.liberation.fr/politiques/2017/04/20/combien-coute-l-ue-a-la-france-9-milliards-d-euros-ou-moitie-moins_1564058

 

Je n'aime pas avancer de chiffres alambiqués, mais grosso modo, 6 à 7 milliards d'euros semblent correspondre à peu près : au coût de l'Union européenne pour la France.

 

Cet article dégoté sur figaro.fr date de 2014, et montrait déjà que la France finançait plus qu'elle ne recevait :

http://www.lefigaro.fr/elections/europeennes-2014/2014/05/21/01053-20140521ARTFIG00086-ce-que-coute-et-rapporte-l-europe-aux-francais.php

 

Mais l'Europe apporte-t-elle la prospérité ? Nous n'allons pas revenir sur la crise de 2008, et sur la crise de la dette de 2010, mais déjà, nous avons tout de même pu constater que l’économie européenne était tout sauf stable. Certes, l'Europe dans son ensemble est la deuxième puissance économique mondiale, mais à quel prix ? Parce que soyons clair, le marché intérieur représentante 85% des exportations, ce qui est censé favoriser l'économie grâce à des réglementations ou normes communes, et une facilité de change grâce à l'Euro ; mais dans les faits les choses ne sont pas aussi simples, parce que l'UE dans son ensemble à du mal se réglementer en matière de commerce extérieur, soupçonnée à juste titre, de se plier au principe de libre-échange à la sauce Américaine. De plus, l'Union favorise grandement les multinationales venues d'outre-Atlantique sur le marché Européen, et ce, en grande partie à cause des déséquilibres fiscaux entre les États. Cet article fait mention d'au moins quatre paradis fiscaux au sein de l'Union :

https://www.latribune.fr/economie/international/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-l-union-europeenne-meritent-d-etre-sur-liste-noire-selon-oxfam-759371.html

 

Sur France 24, on nous précise que cela ne s'arrête pas à ces quatre pays, les multinationales se jouent des différentes réglementations pour optimiser leurs impôts, ce qui ne peut qu'avoir un impact sur nos économies :

https://www.france24.com/fr/20190122-europe-multinationales-reduction-impots-fiscalite-taux

 

Et qui se souvient de l'affaire du lux-leaks impliquant directement l'actuel président de la Commission européenne : Jean-Claude Juncker en personne ?

https://www.francetvinfo.fr/economie/impots/paradis-fiscaux/l-article-a-lire-si-vous-n-avez-rien-suivi-aux-luxleaks_1421623.html

 

La fine équipe...

 

Autre point, cet article sur La Tribune nous parle des inégalités en matière de richesses entre les différents pays au sein de l'Union, avec par exemple : le Luxembourg qui a un PIB trois fois supérieur à la moyenne des pays de l'UE. Il y a des Gilets Jaunes au Luxembourg ?

https://www.francetvinfo.fr/economie/impots/paradis-fiscaux/l-article-a-lire-si-vous-n-avez-rien-suivi-aux-luxleaks_1421623.html

 

Cet autre article nous montre que les disparités entre régions sont encore plus énormes, Londres se situe à 626% au-dessus de la moyenne ! Voici la carte :

https://www.ouest-france.fr/europe/ue/data-la-richesse-des-regions-de-l-ue-montre-une-europe-fracturee-6251991

 

Pire encore, l'Union européenne enraye-t-elle la descente aux enfers vers la dette ? Visiblement non, même si en ces temps d'élection les experts de l'Union font tout pour que les chiffres montrent que l'Union a permis de ramener les budgets à l'équilibre. Mais concrètement, la dette des États cumulés s'élève à 87.5% du PIB et c'est du 100% pour la France. Et là encore, les disparités sont visibles :

https://www.touteleurope.eu/actualite/la-dette-publique-des-etats-de-l-union-europeenne.html

 

D'après le Centre de politique européenne (un think-tank basé en Allemagne, la précision est importante), le coût par Français de la politique infligée par l'Union s'élèverait à 56 000 euros, tandis que les Allemands seraient les grands gagnants de l'affaire. Je vous laisse vous faire votre opinion :

https://www.cbanque.com/actu/72743/votre-niveau-de-vie-a-t-il-vraiment-baisse-de-56-000-euros-a-cause-de-la-monnaie-unique

 

Bref, une économie forte, ça reste à prouver. Un équilibre ? Où ça ?

 

Arrêtons-nous sur la Banque Centrale Européenne, institution tout à fait officielle de l'Union européenne, en charge des questions économiques et particulièrement de la zone Euro. Je ne peux clairement pas vous détailler le fonctionnement exact de la BCE, car c'est extrêmement complexe pour quelqu'un de non-avisé, mais ce qu'il faut comprendre, c'est la puissance et surtout l'indépendance de cette Fed à l'européenne. La BCE est actuellement présidée par un certain Mario Draghi, ancien vice-président pour l'Europe de la très célèbre banque d'affaires : Goldman Sach, et il a succédé à ce poste à un certain Jean-Claude Trichet dont nous reparlons dans le 4ème et dernier article de cette série consacrée à l'Union européenne. Notons que le siège de la BCE est situé à Francfort (sinon ce n'est pas drôle).

 

Dans cet article, nous en apprenons un peu plus sur cette institution :

https://www.la-croix.com/Monde/Europe/banque-centrale-europeenne-bce-francfort-histoire-dates-cles-role-2019-04-26-1201018068

 

Pour résumer, la BCE se comporte un peu comme l'Union avec les États, elle supervise, et même dirigé pourrions-nous dire, l'ensemble des Banques centrales nationales. C'est également elle qui supervise le travail des banques au sein de la zone euro, elle gère aussi entre autres le taux de change, et elle émet la monnaie. C'est elle qui est en charge de garantir le bon fonctionnement du système monétaire, financier, et aussi le respect des Traités puisqu'ils contiennent des « orientations économiques » gravées dans le marbre. Mais comme expliqué plus haut, les résultats ne jouent pas en sa faveur.

 

Le vrai problème avec cette institution, c'est qu'elle agit en quasi totale indépendance des autres organes gouvernementaux de l'Union. Elle est gouvernée par un directoire, le gouvernement de la BCE composé de six personnes, et par un conseil réunissant les directeurs des banques nationales. Dans les faits, les directeurs de banques nationales n'ont pas vraiment d'autres choix que de se plier aux exigences du comité directeur. Le président de la Commission européenne et le président du Conseil européen ne peuvent assister aux réunions qu'en qualité d'observateur, et en contrepartie, la BCE s'engage seulement à ne pas interférer en dehors de son domaine de compétence avec les directives européennes. Le Parlement a un pouvoir de contrôle quasi inutile. La BCE est un organe à part au sein de l'UE, il n'y a rien de démocratique ni dans son fonctionnement, ni même par les représentants élus et pourtant cette institution fait littéralement la pluie et le beau temps avec notre argent !

 

Mauvaise communication, renflouement des banques sans contrepartie, crise de 2008 puis crise de la dette. Ajoutons à cela une croissance qui ne décolle pas et une misère austère qui ne cesse de gagner du terrain, et nous comprenons aisément que cette BCE ait mauvaise presse.

https://www.capital.fr/entreprises-marches/quel-est-le-role-de-la-bce-banque-centrale-europeenne-733489

 

Alors quel avenir économique pour l'Europe ? Selon certains propagandistes, les « populistes » ne comprennent pas que sans l'Union européenne, nous ne nous serions pas relevé de la crise de 2008, et à celui-là je réponds que nous n'aurions peut-être pas été autant impacté dans un système où l'équité financière ne s'arrête aux portes d'entrée des banques d'affaires.

https://www.ouest-france.fr/europe/ue/point-de-vue-l-union-europeenne-un-espace-de-paix-de-prosperite-de-liberte-et-de-responsabilite-6359230

 

Rien ni personne ne peut dire aujourd'hui ce qui se serait passé en 2008 si l'Union européenne n'avait jamais existé, les paramètres à prendre en compte sont si nombreux et si complexes qu'une équipe des meilleurs économistes du monde auraient chacun un résultat différent et tout le monde pourrait bien avoir raison !

 

En revanche en ce qui concerne l'avenir, certains économistes, justement, envisagent une nouvelle crise dès 2020 :

https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/allemagne/economie-vers-une-nouvelle-crise-en-2020_3197959.html

 

Courbe de rendement de la zone Euro :

https://www.ecb.europa.eu/stats/financial_markets_and_interest_rates/euro_area_yield_curves/html/index.en.html

 

À ce stade une chose est sûre, en Europe, ce n'est pas la démocratie qui nous étouffe !

 

 

  • Protéger l'environnement et promouvoir la durabilité

 

L'Union européenne a mis l'action environnementale au cœur de son action. Bien sûr le climat est une inquiétude planétaire, et les derniers accords de Paris sur le climat, desquels Trump a décidé de se retirer, est un des nombreux exemples de tentatives de coopérations des États face au réchauffement climatique, mais, quelles sont vraiment les actions liées à l'Union européenne elle-même et est-elle vraiment si exemplaire en termes d'écologie ? Si tant est que les autres le soient, mais ceci est un autre sujet.

 

Même le site toutel'europe.eu est obligé de constater le manque de résultats probants en matière de politiques environnementales. Il apparaît difficile pour l'Union européenne de contraindre les États à respecter les engagements signés lors des différentes COP, comme la COP 21 qui a eu lieu à Paris en 2015, et encore moins les multinationales qui y prospèrent :

https://www.touteleurope.eu/actualite/l-environnement-et-le-climat-dans-l-union-europeenne.html

 

France culture aussi fait état de la pression des lobbyistes sur les instances européennes et notamment en matière d'environnement :

https://www.franceculture.fr/emissions/insta-deurope/leurope-en-fait-elle-assez-pour-le-climat

 

Nous reviendrons plus tard sur le lobbying, mais quand on voit les derniers scandales sur le Glyphosate, en rappelant que Monsanto, l'entreprise qui diffuse le Round-up particulièrement incriminé, a été racheté par Bayer, entreprise allemande ; quand on voit le scandale de la taxe carbone qui a coûté pas moins d'un milliard sept cents millions d'Euros à la France, et qui découle directement de la création « d'un marché commun des quotas sur les émissions de carbone », promulgué par l'Union européenne ; ou encore tout simplement la politique européenne en matière d'énergie nucléaire, en rappelant que les Européens possèdent le plus grand parc nucléaire au monde, et même si chaque État reste libre d'utiliser ou non cette technologie désastreuse, il n'empêche que l'UE n'est pas en reste quand il s'agit de sortir Areva de ses propres échecs.

 

Nous voyons bien qu'il y a un gouffre entre les belles intentions affichées et le résultat sur le terrain.

 

Malgré les nombreux programmes et les recommandations du Giec (https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/comprendre-giec ), l'Union européenne, bien que meilleure élève que la chine ou les États-Unis, ne semble pas prête à légiférer contre les intérêts des multinationales. L'Union européenne s'articule en réalité surtout sur le travail de la BCE. Il faut du pèze pour financer les institutions, les séminaires en tous genres et accessoirement les bars à putes. Sans le lobby, plus de petits cadeaux, plus de petits avantages, ni de vacances payées dans des paradis pour milliardaires...

 

L'environnement, ça passe toujours après le pognon.

 

Dans cet article, l'Humanité, pourtant journal on ne peut plus gauchiste et ouvert sur l'Europe, se scandalise de la décision de la Commission européenne de permettre l'utilisation du Glyphosate :

https://www.humanite.fr/glyphosate-les-lecons-dun-scandale-europeen-646430

 

Cet article France inter évoque les travaux de Fabrice Arfi auteur du livre : « d'argent et de sang, et qui raconte l'escroquerie à la taxe carbone, qualifiée d'escroquerie du siècle par certains médias :

https://www.franceinter.fr/emissions/affaires-sensibles/affaires-sensibles-18-decembre-2018

 

Le Parisien évoque la restructuration d'Areva avec la participation de l’État français à hauteur de quatre milliards et demi d'euros :

http://www.leparisien.fr/economie/sauvetage-d-areva-la-commission-europeenne-valide-la-restructuration-du-groupe-10-01-2017-6549495.php

 

  • Promouvoir les emplois et le progrès social

 

Commençons par l'emploi, environ dix-sept millions d'Européens sont au chômage, soit une moyenne de 6,6%, ce qui en soi n'est pas si mal. La France fait figure de mauvais élève encore une fois, avec un taux à 8,8%. Le problème est que ce chiffre ne prend en compte, bien sûr, que les chercheurs d'emploi, et non l'ensemble des personnes sans emploi rémunéré, mais surtout il faut regarder deux points. Dans cet article Ouest France fait état des disparités entre les États, et nous pouvons constater que le sud de l'Europe est gravement touché par le chômage, la Grèce atteignant 18% contre 2,1% pour la République Tchèque :

https://www.ouest-france.fr/economie/emploi/chomage/carte-chomage-des-disparites-regionales-tres-fortes-en-europe-6332512

 

Nous avons là une preuve que l'Union est encore loin du plein-emploi promis et espéré, mais surtout, il y a une incapacité à réguler le marché du travail, avec des écarts de salaires absolument énormes entre les pays, et même les régions. Cela nous ramène au deuxième point, et non des moindres ; pour le comprendre, il suffit d'observer la carte dans l'article ci-dessus, le chômage est bien évidemment moins sévère dans les pays où la main-d’œuvre est moins chère, favorisant les délocalisations. Ainsi, il ne faut pas oublier de « greffer » la précarité des contrats et les salaires de misère pour avoir un vrai panorama de l'emploi en Europe, et quand on voit les 286 euros de salaires minimums en Bulgarie comparés aux 2070 du Luxembourg, les choses nous montrent bien que l'Union européenne est avant tout une union d’État, permettant aux entreprises de s'émanciper des législations nationales pour tirer toujours plus de profits du travail salarié.

 

Cet article fait un état des lieux des salaires minimum au sein de l'Union :

https://www.touteleurope.eu/actualite/le-salaire-minimum-en-europe.html

Celui-ci nous donne les chiffres du chômage :

https://www.touteleurope.eu/actualite/le-taux-de-chomage-en-europe.html

 

L'emploi est un indicateur évident lorsque l'on parle de progrès social, et clairement, ce n'est pas le domaine de compétence de cette Union qui se veut avant tout : libérale. En dehors de sa propre institution et de sa capacité à légiférer, l'Union ne propose pas de services publics en tant que tels, et laisse cela à la charge des États en se contentant de les restreindre au maximum avec des orientations économiques avant tout élaborées pour développer le marché unique européen.

 

Les problématiques de travail détaché et d'immigration, que j'esquive volontairement pour ne pas me perdre dans des sujets complexes et promis à des débats sans fin, sont aussi le résultat d'un libéralisme forcené qui ne fait pas le jeu des plus faibles. L'Union européenne protège ses « actionnaires », mais cela se fait clairement au détriment de la qualité de vie des populations les plus fragiles.

 

Cet article fait état de l'emploi et du social au sein de l'Union :

https://www.touteleurope.eu/actualite/l-emploi-et-le-social-dans-l-union-europeenne.html

 

  • Lutte contre l'exclusion sociale et la discrimination

 

Continuons donc sur cette lancée, avec cet article très complet du site lesinégalités.fr, qui relate la pauvreté en Europe avec pas moins de 17% des Européens vivant sous le seuil de pauvreté :

https://www.inegalites.fr/La-pauvrete-en-Europe

Article plus précis sur la notion de seuil de pauvreté :

https://www.inegalites.fr/Les-seuils-de-pauvrete-en-Europe-du-simple-au-double

 

Les écarts entre certains pays passent du simple au double, et si nous en revenons à la question de départ, à savoir : l'Union européenne sert-elle à quelque chose d'autres que satisfaire les multinationales, il faut se demander si cette même Union a un impact sur le développement des États en matière d'intégration et d'équité. Le libéralisme capitaliste, véritable idéologie politique de cette Union ne fait qu'accroître les inégalités, et par ricochet : la pauvreté. Si on ajoute à cela les politiques de privatisations et les déréglementations du travail annihilant toujours plus les chances de s'en sortir par le travail, il est clair que l'Union européenne n'a rien de socialiste.

 

Le site Alternatives-économiques.fr nous explique que la lutte contre la pauvreté perd du terrain en Europe :

https://www.alternatives-economiques.fr/europe-lutte-contre-pauvrete-perd-terrain/00087017

 

Cet article de La Tribune.fr sur les travailleurs pauvres clos le débat :

https://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/travailleurs-pauvres-en-europe-des-chiffres-alarmants-769827.html

 

Évidemment, la politique budgétaire l'Union et plus particulièrement de la zone Euro, n’impacte pas que l'emploi, les services publics fondent comme neige au soleil au profit du secteur privé. C'est ça aussi le libéralisme. C'est le cas notamment dans le domaine de la santé (la place faite aux assurances en Europe est légendaire, mais j'aurais l'occasion d'en reparler), mais aussi de l’éducation, des infrastructures routières, des administrations et j'en passe.

 

Quant à la discrimination, il est clair que la propagande européenne bat son plein ! Entre les migrants, le droit des femmes, le lobby LGBT, les institutions religieuses, l'association des pêcheurs à la ligne du Vercors, tout le monde à sa place au sein de l'Union européenne !

 

Je n'ai pas grand-chose à dire sur la discrimination, il faut lutter contre bien sûr, il reste encore du chemin, c'est sûr. Quant à savoir où doivent être les limites de l'acceptation du comportement des « autres » au sein de cette communauté, mieux vaut ne pas entrer dans le débat sous peine de finir hors sujet, mais...

 

...mais j'ai tout de même un petit détail à relever et qui n'engage que moi, ce qui est le plus discriminé au sein de l'Union, ce sont les avis politiques contraires. Eh oui, au-delà du genre, des différentes origines, orientations religieuses ou sexuelles, il existe une autre forme de discrimination bien plus sournoise et bien plus nocive : la discrimination des adversaires politiques, et des nations n'allant pas dans le sens de la mondialisation libérale. Et à ce petit jeu, l'Union européenne n'a rien à envier à d'autres régimes antérieurs et peu glorieux.

 

Si vous êtes pro-Frexit, vous êtes bon à jeter par la fenêtre ! Populistes, fascistes, xénophobes, europhobes, méchants, méchants, méchants !

 

Marta Kaczinka, fille d'un ancien président Polonais, se plaint de la diabolisation dont est victime son pays de la part de l'Union européenne sur fond de religion :

https://www.lejdd.fr/International/Europe/L-Union-europeenne-diabolise-la-Pologne-815683

 

Le journal Valeurs actuelles dénonce ici la discrimination des chefs d’État étrangers jugé « populistes », et dénonce par là même le non respect des choix démocratiques :

https://www.valeursactuelles.com/societe/des-celebrations-du-11-novembre-la-diabolisation-des-populistes-un-retour-de-la-peste-brune-100653

 

Et quand on lit ce genre de merde propagandiste, ne peut-on y voir de la discrimination ?

https://www.20minutes.fr/politique/2522859-20190521-elections-europeennes-electeurs-tendent-croire-populistes-quand-parlent-theorie-complot

 

Autant le dire, non seulement l'Union n'a rien d'efficace en matière de discrimination, mais surtout elle n'a pas de leçon à donner vu ses propres pratiques.

 

  • Aider les pays de l'UE à collaborer étroitement dans les domaines économique, social et territorial

 

Je me pose une question en repensant par exemple à la crise de la dette grecque : est-ce que l'Allemagne imposant sa politique d'austérité à un pays qu'elle a grandement poussée à s'endetter, aidé en cela par la France, notamment par la vente d'armes du temps des tensions avec la Turquie, peut être considérée comme une forme de collaboration entre les deux états ?

Le scandale des ventes d'armes à la Grèce :

https://www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/quand-la-grece-achetait-des-armes-a-ses-creanciers-27-01-2015-1900002_53.php

 

La politique monétaire de l'Union n'a pas permis aux pays de trouver un véritable équilibre commercial, ni social. Les derniers événements tendus entre la France et l'Italie avec la crise des gilets jaunes, ou encore le traitement réservé à certains gouvernements comme celui du Président Viktor Orbán en Hongrie, ne donnent pas l'impression d'une grande coopération entre les États. Ajoutons à cela les tensions internes à certaines nations comme nous avons pu le constater l'an passé avec la crise catalane, nous sommes loin d'une hégémonie parfaite au sein de l'Union.

 

Maintenant, clairement, la mise en place des institutions européennes et de la monnaie unique sont des exemples indéniables de coopération, mais deux choses : est-ce que cela a servi les intérêts des peuples ? Je pense avoir donné mon avis avec cet article, et la réponse est non. Deuxièmement, est-ce que les nations coopèrent en toute liberté au sein de cette Union, ou existe-t-il une forme de pouvoir si puissant et une corruption si intense que même nos gouvernements se plient de force à cette entité supranationale ? Nous allons avoir l'occasion d’ausculter quelques éléments. Et nous pourrions également nous poser une troisième question : existe-t-il aujourd'hui des organismes internationaux qui pourrait éventuellement prendre en charge une autre forme de coopération entre les États ? Une coopération plus libre basée sur la légitimité des Nations et le compromis, plutôt que par la contrainte d'une instance que je qualifie de fédérale, et soumise aux volontés d'une banque centrale libre de ses choix ? Cela aussi, nous allons essayer de le clarifier.

 

En attendant, dernier objectif présenté par l'article de CNN :

 

  • Respecter et promouvoir la culture et les langues des pays de l'UE

 

Alors là, je suis clair et net, c'est faux et archi-faux ! L'idée est même carrément contraire puisque la question d'une langue commune est clairement sur la table, et pire encore, il est envisagé une instruction de l'histoire commune ! En français, enseigner dans toutes les écoles de l'UE, une histoire de l'Europe, préférée aux particularités historiques de chaque Nation. L'Union européenne n'a de cesse de promouvoir une citoyenneté européenne, cela inclut une culture européenne sous toutes ces formes et qui ne saurait souffrir de la concurrence. Dans l'esprit d'un européiste, la culture nationale c'est : au mieux du passé, au pire une légende et ça n'a jamais existé !

 

Un exemple de projet mis en place pour promouvoir l'histoire de l'Union européenne :

http://www.europarl.europa.eu/france/fr/%C3%A9v%C3%A9nements/grand-debat-enseigner-l-europe-a-l-ecole

 

Il faudra prendre le temps, un jour, de décrypter cette réforme :

https://www.reformedulycee.fr/2018/12/decryptage-reforme-lycee-histoire-geographie/

 

Article intéressant sur la promotion d'une Éducation européenne :

https://www.touteleurope.eu/actualite/la-politique-europeenne-dans-le-domaine-de-l-education-et-de-la-formation.html

 

Cet article des Échos.fr nous parle de la possibilité de décider d'une langue commune. Pour ne pas être mauvaise langue, je dois bien admettre que dans la logique d'une Union au sein de laquelle il n'existe pas moins de 24 langues officielles, il n'est pas idiot d'imaginer rassembler tout le monde autour d'une seule est même langue :

http://archives.lesechos.fr/archives/cercle/2016/07/28/cercle_159045.htm

 

Maintenant n'oublions pas qu'une langue est aussi porteuse de l'histoire et de la culture du pays, de la région d'où elle provient, et dans un contexte de fédéralisation, il semble peu probable que les futures politiques éducatives au sein de l'union soient si respectueuses que cela des langues et des cultures nationales.

 

Rappelons-nous aussi des propos de Macron à propos de la culture Française :

http://info24.fr/macron-culture-francaise-nexiste/

 

 

L'Europe, un rempart contre les grandes puissance ?

 

Cet argument est repris en cœur par tous les partisans de l'Union européenne. En effet, dans un monde de commerce, la puissance économique de pays comme la Chine, la Russie, les États-Unis et d'autres pays émergents comme l'Inde ou le Brésil, il paraît logique de se dire que nos « petites nations » ont intérêt à se liguer pour espérer pouvoir concurrencer ces pays. Mais concrètement, est-ce que l'Union européenne permet cela ?

 

On peut se poser plusieurs questions : est-ce que les autres petites nations du monde souffrent économiquement de ne pas être protégées par l'Union européenne ? Certes, les inégalités en matière d'import-export sont marquées, les 20 premiers pays classés par l'organisation mondiale du commerce pèsent les ¾ de l'économie mondiale :

https://www.commercemonde.com/2017/05/economie-mondiale-surprises-2016/

Mais si on observe ce même classement, nous pouvons y retrouver du côté exportations, et outre la Chine et les États-Unis qui dominent sans surprise ce classement : l'Allemagne (qui profite d'une industrie solide, mais aussi d'une position dominante en Europe), et sept autres pays de l'Union (la France se classe 7ème). Et nous y voyons également le Mexique, la Corée du Sud, ou encore les Émirats Arabes Unis.

 

Il me semble que les pays au sein de ce classement sont soit des pays grands et peuplés, soit ils ont une relation particulière avec les États-Unis. C'est le cas des pays de l'Union, mais également du Japon, de la Corée du sud, du Mexique. Et je ne dis pas ça par hasard...

 

En effet, quand on parle de commerce, il y a une donnée très importante à prendre en compte : les alliances, et surtout les sanctions économiques qui les accompagnent et qui peuvent littéralement plomber toute l'économie d'un pays, et à ce petit jeu, il y a clairement un pays qui a le dessus sur les copains, et c'est justement : les États-Unis d'Amérique.

 

Ces deux articles traitent de la difficulté des exportateurs européens à ne pas se soumettre aux embargos décidés à Washington, et de la position de l'Union vis-à-vis de ces pratiques. Une Union qui jusqu'à aujourd'hui semblait ne pas avoir d'inquiétude à emboîter le pas aux Américains, et ce, jusqu'à l'élection d'un certain Donald.

http://institutdelors.eu/publications/leurope-face-aux-sanctions-americaines-quelle-souverainete/

http://institutdelors.eu/wp-content/uploads/2018/10/LEuropefaceauxsanctionsam%C3%A9ricaines-Lamyetalii-oct18.pdf

 

La moindre confrontation directe entre grandes puissances nucléaires signera à coup sûr la fin de notre civilisation. La seule option possible, c'est la paix.

 

Cet article sur le site de l'ECFR évoque l'Europe en tant que puissance nucléaire :

https://www.ecfr.eu/paris/post/leurope_peut_elle_devenir_une_puissance_nucleaire1

 

J'avais déjà évoqué le sujet de l'armée européenne en 2017 dans cet article :

http://chroniques-humaines.over-blog.com/2017/06/o.t.a.n.vs-armee-europeenne.html

 

Il faut comprendre que la politique réfractaire de Trump vis-à-vis de l'Otan sert d'excuse aux fédéralistes pour créer une nouvelle armée européenne, le problème majeur qui accompagne cette idée, c'est que jusqu'à preuve du contraire, l'Union européenne n'est pas un État et que tant qu'il en sera ainsi, les pays au sein de l'Union n'ont pas à transférer leur souveraineté militaire. Les pays ne seraient plus en mesure de décider en leurs noms propres de leurs implications dans les différents conflits qui font rage dans le monde. Déjà que nos dirigeants font n'importe quoi, qu'en sera-t-il lorsque le lobby des armes fera pression sur l'institution européenne ? Je pense pour ma part qu'il faut sortir de l'OTAN, mais qu'une coopération militaire en Europe, et pour l'heure, ne peut s'entrevoir que sous la forme d'une grande coopération en des armées nationales soumises au régime de leurs pays respectifs. Je rappelle, pour info, que l'Allemagne n'a pas de siège au Conseil de sécurité de l'ONU et que ce faisant, ils font un lobbying acharné pour que la France laisse son siège à l'Union européenne, ce que nous avons pour l'instant et heureusement refusé.

https://www.lepoint.fr/europe/onu-l-allemagne-veut-que-la-france-cede-son-siege-au-conseil-de-securite-30-11-2018-2275513_2626.php

 

*Le poids des lobbies

 

Impossible de parler d'Europe, sans faire un point sur l'importance du lobbying à Bruxelles. Impossible non plus de traiter entièrement le sujet dans un simple article, mais l'essentiel à savoir : c'est que le lobbying fait partie de l'ADN de l'Union européenne, et que cette donnée est primordiale pour comprendre les orientations européennes et les aberrations de sa législation.

 

Les lobbies financent pour ainsi dire tout le monde ! Si le lobbying sain permet effectivement aux élus de connaître les besoins des différentes industries, en revanche, la frontière avec la corruption n'est jamais très loin.

 

Petit extrait de l'article sur le climat de France Culture déjà vu plus haut :

 

« Les lobbystes seraient un frein à une ambitieuse transition écologique à mener au niveau européen. Impossible de parler des institutions européennes sans parler du lobbying en activité au coeur même du quartier européen de Bruxelles. Au fil des années, les lobbystes se sont installés dans les rues autour du Parlement, du Conseil européen et de la Commission européenne. Entreprises privées, ONG, consultants en tout genre, tous ont des bureaux dans la capitale belge. Entre 3 000 à 4 000 organisations de lobbying y sont installés. Mais ils seraient 12 000 en tout à être actifs. Le secteur est en pleine expansion. Le budget conséquent. Un milliard et demi d'euros ont été dépensés l'an passé en activité de lobbying. C'est un budget en constante augmentation. Juste en face du Parlement européen, les lobbystes ont leurs adresses sur la place du Luxembourg. Des bars où ils se croisent en fin de journée comme "chez Ginette". C'est là que j'ai croisé Edouard Gaudot, ex-conseiller du groupe des verts à Bruxelles. Selon lui, les lobbystes sont une source d'information (presque) comme les autres. »

 

L'Europe va même jusqu'à faire du lobbying pour l'Europe, et ça prend parfois des tournures rigolotes :

https://www.20minutes.fr/elections/2522791-20190523-elections-europeennes-ue-peut-etre-service-covoiturage-innovant-entre-bourgoin-lyon

 

Moins drôle, cet article nous parle du financement de Partis politiques européens par les grandes entreprises, entre autres : Bayer-Monsanto, Disney, Uber, Google :

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/03/10/oui-des-multinationales-privees-financent-bien-des-partis-politiques-europeens_5434014_4355770.html

 

Pour la justesse, précisons qu'ils ne sont pas exclusivement financés par des intérêts privés :

https://www.20minutes.fr/politique/2516975-20190515-elections-europeennes-argent-public-dons-entreprises-comment-finances-partis-europeens

 

Vidéo France info, au cœur des lobbies :

https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/glyphosate/video-europe-suivez-notre-visite-guidee-du-bruxelles-des-lobbies_3441475.html

 

Encore plus fou, une affaire mise en lumière par l'ONG foodwatch, oui l'observatoire de la bouffe !

Coca-cola sponsor officiel de la présidence du Conseil l'Union européenne ! Non vous ne rêvez pas, même les instances officielles de l'UE sont directement financées par des multinationales et pas forcément Européennes. Autant le dire, c'est juste hallucinant, imaginez que l'on rebaptise l'Assemblée nationales : l'Assemblée Carrefour, ou Orangina, comme ça se fait désormais pour des stades et même des championnats sportifs ? On n'est vraiment pas loin de ce genres d’extravagances, et je vous invite pour vous en convaincre, à lire l'article ci-dessous.

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouvelles-de-leco/les-nouvelles-de-leco-du-mardi-12-mars-2019

Nous parlons là des plus hautes instances européennes, et pour moi, cela reflète bien le genre de société vers laquelle ces illuminés nous amènent en dépit de toute démocratie et surtout de tout bon sens. Non j'ai dit illuminés...

 

Il faudrait des semaines pour faire le tour de la question, d'autant que les lobbies sont des réseaux d'influence majeurs, mais ils ne sont en fait ni les seuls, ni les pires. Nous verrons cela dans le quatrième volet de cette série consacrée à l'Europe : « qui pense l'Europe ? 

 

*L'Europe c'est la paix ?

 

Revenons-en avant de conclure sur ce fameux slogan : l'Europe c'est la paix. Comme expliqué plus haut, il y a beaucoup à dire sur la question, mais il y a un autre aspect que je n'ai pas évoqué : l'Europe de la paix n'est pas l’apanage de l'Union, il existe en effet une autre institution continentale qui se compose elle de 48 États, elle est bien plus mal connue, pourtant elle joue bel et bien un rôle majeur pour la paix et la justice en Europe. On l'appelle : le Conseil de l'Europe.

https://www.coe.int/fr/

 

Cette institution, certes non démocratique, ne fait pas d'ingérence dans les politiques nationales, pourtant elle rassemble 48 nations et les invites à se respecter les unes les autres par la promotion des droits de l'homme, de la démocratie, ou encore de l’État de droit. Elle a certes du mal à se faire respecter et subit l'ombre de l'Union européenne, mais son travail consultatif et de promotion de ce qui empêche vraiment la guerre, à savoir le respect des nations et de leurs peuples, en fait selon moi bien plus pour la paix en Europe, que les ravages libéraux et austères de l'Union européenne.

 

Le plus bel exemple en est la Cour européenne des droits de l'homme, souvent confondue avec la Cour européenne de justice qui est un organe de l'Union, c'est ce tribunal qui est en réalité le réel garant du respect de la charte des droits l'homme, la Cour de justice européenne ayant elle pour vocation à faire respecter les Traités et les directives européennes.

https://www.echr.coe.int/Documents/Court_in_brief_FRA.pdf

 

Le Conseil de l'Europe dispose d'une reconnaissance juridique internationale et s'organise autour d'une Assemblée parlementaire, ainsi que d'un Conseil des ministres. Il est dommage de ne pas plus faire la promotion de cette institution, qui agit vraiment en faveur des droits de l'homme et du progrès social. Alors a-t-on vraiment besoin de l'Union européenne pour faire la promotion de la paix ? En attendant je vous invite à en apprendre plus sur cette institution mal connue, et qui me semble être plus dans la veine de ce que j'attends d'une coopération entre les Nations d'Europe, de l'Atlantique, jusqu'à l'Oural.

 

Autre article sur le conseil de l'Europe :

http://www.europeinstrasbourg.eu/fr/institutions/conseil-europe.html

 

*Conclusion

 

L'essentiel est dit à propos de l'utilité réelle de cette Union qui n'apporte ni la paix, ni la prospérité. Il suffit de regarder des derniers résultats électoraux pour s'assurer de l'insatisfaction générale des habitants de l'Union européenne. Au-delà des éternels débats sur les notions de peuple et de culture, sur la faisabilité et l'intérêt réel d'une Europe fédérale, il apparaît tout de même que l'institution soit plus un boulet capitaliste, anti-démocratique, opaque et surtout entre les mains des tenants de la finance qui utilisent sa supranationalité pour corrompre les législations de tous les membres, simplement pour en tirer encore et toujours : un maximum de profits. L'Union européenne est restée et restera avant tout : une Communauté économique à vocation libérale et capitaliste.

 

Pour toute personne s'estimant en opposition au fameux « système », il est important de comprendre le pilier que représente aujourd'hui l'Union européenne pour les libéraux. Si nous croyons encore un tant soit peu au combat politique, alors nous devons centraliser nos forces vers cet objectif en priorité : sortir de l'Union européenne, et le plus tôt sera le mieux.

 

Je vous retrouve bientôt pour évoquer le futur de l'Europe et du monde, avec une plongée dans les couloirs de ceux qui imagine l'avenir, capitaliste de préférence, à notre place.

 

« Le déséquilibre monétaire ne doit rien au hasard ou la « méritocratie », il est le résultat d'un déséquilibre des pouvoirs. » C.H.

 

Je vous invite à relire les deux premiers volet de la série.

 

La reconquête passe aussi par les urnes :

http://chroniques-humaines.over-blog.com/2019/05/la-reconquete-passe-aussi-par-les-urnes.html

Pourquoi LREM risque de devenir la clef de voûte du Parlement européen :

http://chroniques-humaines.over-blog.com/2019/05/pourquoi-lrem-va-devenir-la-clef-de-voute-du-pa.html

Pour voir les vidéos consacrées à l'Union européenne, et bien d'autres, c'est par là :

https://www.youtube.com/channel/UCKpctdrmDm3ZkCzveO5v3nw


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 27 mai 09:43

    Belle réquisition pour obtenir la condamnation de l’accusé.

    Et, une fois qu’on aura coupé la tête de l’hydre, combien repousseront ?

    Avoir raccourci Louis XVI n’a émancipé les classes sociales soumises que pour donner le pouvoir à la bourgeoisie, lui permettre de faire du business et mettre Napoléon en selle pour commencer la conquête des marchés et contrer le Royaume d’Angleterre qui avait une longueur d’avance. Les républiques ont été très courtes au XIXème siècle. La noblesse d’empire a remplacé l’ancien régime, et tient toujours le rênes dans le pays.

    Quel est votre projet ?

    Rétablir la situation antérieure au traité de Lisbonne ?

    Renationaliser ce qui a été privatisé ?

    Sortir de l’OTAN ?

    Retirer l’armée française d’Afrique ?

    Supprimer le franc CFA ou le renforcer en rétablissant le franc et recréer l’empire colonial ?

    La mise en place de l’UE par le capital est la manifestation d’une stratégie venant de loin, on ne balaie pas ça seulement en le décrivant.

    Surveiller les volcans n’empêche pas les séismes ni les tsunamis.

    Si on ne veut pas que la prochaine éruption du Vésuve soit aussi catastrophique que celle qui a détruit Pompéi et Herculanum pour les populations, il faut leur construire une ville pour implanter Naples dans un endroit plus sûr. C’est pas simple !


    • Ruut Ruut 27 mai 10:50

      Merci pour ces liens et ces analyses.
      Maintenant que vote est fait, il va falloir faire avec.

      Espérons que l’Europe va nous montrer sa capacité à œuvrer pour le bien-être de tous les Européens.


      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 27 mai 13:33

        « Mais à quoi sert l’Union européenne ? »

        C’est maintenant que vous vous posez la question ? Les carottes sont cuites depuis longtemps !

        Ces élections étaient inutiles pour le peuple français (et pour les peuples européens) mais ô combien salutaires pour les Empires financiers qui gagnent encore un statu quo de 5 ans !

        Le fait que Macron a eu des sièges après plus de six mois de contestation populaire, cela prouve que le peuple français est fortement dispersé et même déconnecté de la raison pour adopter des attitudes irrationnelles, la démocratie n’est plus !

        Il y aura de la parlote, beaucoup de parlote à Strasbourg, mais ...pour rien !


        • zygzornifle zygzornifle 27 mai 13:47

          Et ce n’est pas prêt de changer , les écolos comme tous les autres vont nager dans ce fleuve de pognon ....


          • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 27 mai 17:04

            S’il y a une description détaillée du fonctionnement de l’UE, l’article se prends les pieds dans le tapis dès les premières lignes :

            "ce mastodonte administratif

            « avec comme titre »Un paradis pour libéraux".

            Comme oxymore on peut difficilement trouver mieux.

            Une partie des tenants du Brexit l’on choisi justement pour le manque de libéralisme de l’Europe. Même si l’autre partie l’a choisi pour d’autres raisons.

            Je suis toujours surpris du nombre de personnes qui font un tel contresens sur le Libéralisme. peut-être devriez-vous lire des vrais auteurs libéraux. En commençant par Bastiat, par exemple http://bastiat.org/


            • Le421 Le421 27 mai 20:35

              Le Parlement Européen, une usine à fric pour les partis politiques ?

              Il suffit de voir les sourires au RN pour en être certain.

              Vont-il arriver à renflouer la barque ?

              Gaffe, les russes pourraient se montrer gourmands, un jour !!


              • Cadoudal Cadoudal 27 mai 20:44

                @Le421
                Arrête de pleurer, tu te fais du mal...

                T’as vu que t’es deuxième ex æquo à Epecamps...

                https://challenges.soraelections.fr/somme/epecamps/


              • julius 1ER 29 mai 08:01

                Même s’il paraît évident que l’impact économique de Malte est incomparable à celui de l’industrie Allemande, il n’empêche que ce mode de fonctionnement impose la puissance des plus gros pays sur le reste, de fait, les grandes décisions sont l’apanage des représentants des pays les plus peuplés, les autres n’ont plus qu’à suivre le mouvement.

                @l’auteur, 

                l’inverse serait plus grave !!!

                parceque quoi il faudrait donner 2 voix /pour 1 voix aux petits pays pour tempérer la Démocratie ?????

                pour rappel sous de Gaulle avec le découpage électoral de l’époque il fallait 2 voix de Gauche /pour 1 voix de Droite ... c’est pour cela qu’il a fallu que Mitterand arrive au pouvoir avec une large majorité pour mettre en place un nouveau découpage électoral 1 voix /pour 1 voix .... sinon la France n’aurait jamais pu être gouvernée par la Gauche !!!!! les gens ont oublié cela !!!!!!!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès