• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Univers, Dieu, la Religion… et nous et nous et (...)

L’Univers, Dieu, la Religion… et nous et nous et nous

« Ce qui est est, ce qui n’est pas n’est pas » Héraclite

Pourquoi se casser la tête sur une équation insoluble ? Réponse du Sage : Pour nettoyer notre cerveau de ses erreurs et croyances en faisant des hypothèses fondées sur des expériences de physique et de pensées validées par l’observation, ou à tout le moins non-contredites par ces observations, et soumises à révision par le développement des sciences. Au-delà de l’empirisme il y a une réalité cachée et inaccessibles qui justifie cette démarche. A ceci près que la validation des hypothèses qui correspondent à ces vérités cachées et aux questions existentielles ne peut que est soumise à des réponses qui appellent d’autres recherches et d’autres hypothèses. Une mise en abyme. Suivant la théorie des systèmes on ne peut tout savoir pour la bonne raison qu’on fait partie de ce tout, et qu’il nous est impossible, même par la pensée, de nous en extraire pour avoir cette « vision de Dieu ».

Ainsi de l’Univers (hypothèse H1) : n’est-il pas légitime de faire l’hypothèse que l’Univers que nous voyons avec nos instruments, mais qui échappe à nos sens dans ses dimensions inconcevables et qui se refuse à toute approche extérieure y compris aux expériences de pensée les plus audacieuses et/ou légitimes, et malgré les recherches qui font du big bang sa création/expansion à partir, croit-on, de l’espace quantique vide de plein d’énergie, le tout répondant à la formule d’Einstein E=mc², n’est-il pas légitime en prenant en compte cela et d’autres choses encore, de faire l’hypothèse que l’Univers n’a pas eu de début pas plus qu’il n’a de fin et de limite ? L’Univers est, mais il est dans une création/destruction permanente. Le big bang n’est pas effacé, mais considéré alors comme un point singulier de l’espace que nous pouvons appréhender aujourd’hui, avec son bruit de fond : d’autres choses ont pu se produire… inévitablement dans cet infini de matière considéré ici, par hypothèse, comme incréé, sans limite et donc éternel (le sens de ce mot nous échappe). Le temps, puisqu’il n’y a ni origine ni fin n’est pas l’horloge sur laquelle s’inscrivent les événements, mais un être mathématique concocté par l’homme pour saisir et positionner des événements pour les mieux comprendre : tentation légitime, tentative illusoire ! Le temps n’est pas, l’Univers est ; l’Univers n’est pas dans l’espace, mais il est l’espace sans limite. Les objections ne manquent pas – en dehors de toute métaphysique –, ni les termes pour qualifier cet état que rapportent les physiciens en y apportant aussi leurs paquets d’hypothèses : multivers, expansion/contraction, espace quantique, théorie des cordes, trous noirs, big crunch/big bang, liaisons faibles/fortes, etc. Tout cela infuse lentement, se décante avec d’heureux événements comme la découverte du boson de Higgs ou des ondes gravitationnelles par exemple (qui valident des théories plus que d’en ouvrir de nouvelles), mais rien n’empêche tout un chacun de faire sa propre cuisine hypothétique, sans attendre qu’un génie sorte de sa boîte pour dire tout sur tout. Je laisse de côté le multivers, les cordes (enroulées ou linéaires…), pour m’attarder au bord des Trous noirs (avec une pensée pour Stephen Hawkins qui n’a pas eu le Nobel parce qu’il est bien difficile de constater expérimentalement que sa théorie du Trou noir qui fume est juste !) pour y voir le phénomène de destruction/création de l’Univers, la matière devenant énergie, l’énergie matière dans une explosion permanente d’une puissance inouïe. Nous y passons un temps – un battement d’aile de papillon – qui ne laisse pas de traces ; l’éternité n’a pas d’horloge. Et quoi que nous fassions, nos investigations ne dépasseront pas les limites extrêmes de temps, de température et de dimension du monde quantique. Bref, penser que l’Univers est là, non créé, permet d’aborder le problème de Dieu sans que l’on ait à chercher un créateur dont les propriétés seraient in fine celles que l’on peut appliquer à l’Univers, attributs anthropomorphiques retirés.

Ainsi de Dieu (hypothèse H2) : Les poupées gigognes sont une construction qui permet de repousser d’un niveau ce que l’on cherche et ne trouve pas sous le chapeau soulevé. N’en est-il pas ainsi de l’idée de Dieu qui apparaît à beaucoup comme évidente pour répondre aux questions sans réponse : comment faire sans le Dieu créateur en regardant la Voie lactée ? A moins de considérer que l’Univers remplit les conditions qui permettent de ne pas faire appel à lui, – comme dit ci-dessus. Jamais homme sur Terre n’a échappé à cette question : Dieu existe-t-il ?, avant même que les religions s’emparent du sujet. Mais ce n’est pas parce que 7 milliards d’individus pensent à Dieu, que beaucoup croient en son existence, qu’il existe. Il n’est pas illégitime de dire, puisque les preuves de l’existence de Dieu sont contestables (cf. : les longs développements de Descartes dans ses « Méditations métaphysiques »), que les révélations le sont aussi, et qu’il ne peut être pensé, que c’est l’homme qui a créé les dieux dans les temps protohistoriques, puis est allé vers un Dieu unique il y a deux mille ans environ. Les Grecs, les Egyptiens ont été des inventeurs remarquables de dieux, repris ensuite par les Romains et tout l’occident ; comment ne pas aimer Athéna, la déesse aux yeux pers, protectrice de l’inventif Ulysse, sortie toute casquée d’airain du crane de Zeus son père, ou Isis la déesse égyptienne, vierge et mère du dieu Horus ? Ils ont de la gueule ces dieux ! Ils vivent au milieu des hommes avec leurs qualités et défauts, l’anthropomorphisme apportant aux uns et aux autres les illustrations convaincantes, notamment en leur prêtant des sentiments humains d’amour, de compassion, de pardon etc. : c’est bien Dieu à l’image de l’homme… et non l’inverse qui s’est produit ! Les catholiques lui ont même donné un fils ! Dieu comme lui, mais aussi homme… Mais pas de fille, il est bien seul le fils de Dieu ! Et toutes les religions ont inventé des trucs épatants. Au choix des hommes : choisissez votre Dieu, l’offre est large. Et pourquoi ne pas le situer dans l’espace quantique (tant qu’à faire !), ce serait à tout le moins lui enlever tout attribut anthropomorphique !

 

Ainsi des religions (constat C) : Les religions reposent sur des croyances qui ont la vie dure et se perpétuent avec régularité d’une génération à l’autre : c’est sur elles que se sont fondées les religions qui les développent d’une part selon les attentes des fidèles, et d’autre part pour consolider l’édifice de leurs institutions : il y a du régalien dans le catholicisme ! Evidemment, la base-line c’est Dieu avec tous ses attributs (et variantes) venus d’un anthropomorphisme historique alimenté par les clercs ; le droit Canon apporte le volet législatif qui complète l’Histoire faite d’un mélange de faits réels (à condition de faire confiance à des illuminés) et de faits merveilleux, parfois durs à avaler même avec la Foi d’un charbonnier (résurrection, annonciation, assomption etc.). La liturgie apporte le ciment qui tient cette construction platonicienne debout, calquée sur le monde terrestre avec ses hiérarchies et ses rites, plus solide que n’importe quel monde de science-fiction. Mais si on enlève une carte, le château s’écroule. Il faut croire à tout, en bloc : sans les anges, par exemple, il n’y a plus d’Annonciation ! Gênant pour la virginité de Marie, et pour le Saint-Esprit qui a mis la petite graine ! Pourtant les anges, c’est peu crédible… Certains prétendront qu’il s’agit de métaphores, d’allégories, d’illustrations etc. : ça ne marche pas ! La métaphore ne peut justifier la croyance. Voltaire a rédigé un résumé de l’œuvre volumique de Milord Bolingbroke (un Anglais), « Le Tombeau du Fanatisme », qui s’est employé en six volumes à démonter l’édifice mythique que l’Eglise a construit ; du bon Voltaire (in La Pléiade, Mélanges). On comprend combien l’expression « avoir la Foi » est importante pour surmonter les critiques et tourner le dos à ces imprécateurs, ces démolisseurs forcenés, pour croire en la vie future des âmes dans un au-delà imaginaire (forcément imaginaire, comme l’âme), à la résurrection des corps, et à bien d’autres chimères ! Tout cela est très platonicien, il y a des liens forts avec les Grecs qui ne se privaient pas d’utiliser l’expression « fils de dieu », de faire des miracles, de raconter des histoires fantastiques ; Pythagore par exemple, a non seulement créé, en plus du théorème de mathématique qui porte son nom, une secte (religion ?) qui a duré mille ans, mais encore il s’est déclaré plus qu’homme mais pas tout à fait dieu. Toutes les religions – et les sectes (la définition de « secte » est proche de celle de « religion », cf. Le Robert) – ont développé des mythologies et des pratiques de ce type qui ont évolués au fil du temps pour constituer un corpus de croyances qui jusqu’à présent a résisté à l’usure du temps, et à la raison.

Tout ce tient si on veut bien regarder la réalité en face, appeler un chat un chat et ne pas se laisser abuser. Penser par soi-même, voilà bien l’enjeu !

En résumé deux hypothèses (H1 et H2) et un constat ( C ) :C : les Religions reposent sur des croyances qui relèvent de la mythologie ; H1 : l’Univers est incréé, pas de début, pas de fin ; H2 : Dieu est une création imaginaire de l’homme ;

En respectant la chaîne des conditions on arrive à ceci : pour faire H2, il faut avoir fait C ; et faire H1 suppose d’avoir fait H2 ; mais on peut s’en tenir à C, et rejeter H2, avec ou sans H1.

(A suivre…).

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • NEMO Chourave 15 octobre 15:45

    Depuis que la religion a cessé d’être l’opium du peuple, la loterie qui, pour un investissement modique promet l’égalité des chances, constitue une drogue de substitution.


    • NEMO Chourave 15 octobre 15:48

      @Chourave

      erratum :

      Depuis que la religion a cessé d’être l’opium du peuple, c’est la loterie qui, pour un investissement modique promet l’égalité des chances, et constitue une drogue de substitution.

    • Christ Roi Christ Roi 15 octobre 16:55

       smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley ARTICLE ANTI-CATHOLIQUE DU JOUR !  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley
       Il ne se passe pas une journée sans qu’un athée haineux (pléonasme) nous ponde un article haineux contre la religion et particulièrement la Catholique. si celle-ci doit disparaitre, ce n’est certainement pas dans leur tête, ils ne pensent qu’à elle ! On voit bien que même avec leur esprit complètement dégénéré par la télé et l’école, les athées s’aperçoivent bien que l’effondrement de notre société coïncide parfaitement avec l’athéisme d’Etat, ( ce que l’Eglise avait prévue depuis 2000 ans dans le Livre en parlant de la construction des tours, l’exaltation de la sodomie, la confusion des langues, etc.). Alors ils s’affolent et cherchent à se rassurer avec ces articles délirants comme celui-ci qui ne les convainc même pas eux-même. Bref, la fin est proche pour les mensonges, tout va super bien ! smiley


    • Gabriel Gabriel 15 octobre 16:17

      Sujet tellement complexe que même Dieu lui même a refusé de l’aborder. Faites le pari de Pascal, cela n’engage à rien et vous n’avez rien à perdre, à première vue...


      • NEMO Chourave 15 octobre 16:58

        @Gabriel

        sauf que Pascal, y prend dieu pour un con !
        comme si dieu, y savait pas que c’est par intérêt qu’on fait le pari
        tout ça, c’est ipochrite et compagnie

      • NEMO Chourave 15 octobre 17:27

        @Chourave

        « […] et si j’ai dit que je voulais corriger ma conduite et me jeter dans un train de vie exemplaire, c’est un dessein que j’ai formé par une politique, un stratagème utile, une grimace nécessaire où je peux me contraindre pour ménager un père dont j’ai besoin […] » 
        Molière - Don Juan - (V, 2 : 96, l. 16-20)

      • Gabriel Gabriel 15 octobre 18:21

        @Chourave
        Evidemment que le pari de pascal est hypocrisie mais, il a pour but de réconforter l’hésitant dans son choix. Croire ou ne pas croire ? L’univers des croyances est illimité... Le problème majeur des religions, c’est que chacune d’elle est persuadée de détenir la vérité. Avouez, que cela aide et rassure celui qui ne cesse de se poser la question de qui, de la poule ou l’œuf, a commencé. Etant déiste, je suis agnostique mais je dois avouer que l’utopie d’un Dieu ayant envoyé son fils sur terre pour nous dire aimez vous les uns les autres ne me semble pas particulièrement désagréable, surtout par les temps qui courent. Avouez, qu’il y a pire...


      • Yanleroc Yanleroc 16 octobre 21:55

        @Gabriel, 


        n’ oublions pas que les Dieux et leurs messagers comme jésus, 
        ne sont rien moins que des Extra-Terrestres, c’ est dans le Livre et dans les tablettes sumériennes, 
        et sans doute dans la salle qui se trouve entre les pattes du Sphinx et sur laquelle le public ne sait rien encore. mais ça viendra comme le reste est venu : par des fuites !

        Ceci dit, Fiston ferait bien de rappliquer dare-dare en chair et en os humains (hybridé ou pas) !

      • Raymond75 15 octobre 18:22

        Mon Dieu !!!


        • Reiki Reiki 15 octobre 19:39

           Jolie argumentation, 

          Enfin H1 a bien un début et comme l univers es en expention il aura vraisemblablement une fin... Logique mon cher Watson. 
          En se qui concerne H2 .... Je le traduirait plutot par Aleph Zéro 
          Dans se cas H1= ( N°× C × oo )

          • GéraldCursoux GéraldCursoux 16 octobre 13:50

            @Reiki
            On peut penser que l’Univers n’a pas de début. Hypothèse recevable ! Et alors on a un Univers qui n’a plus besoin de créateur, mon cher Watson ! Et en poursuivant on peut introduire qu’il n’a pas de fin, que l’éternité est donc une donnée... et s’il y a éternité le temps n’est qu’un instrument math pour apprécier de notre point de vue ce qui n’est que mouvement, plus exactement quantité de mouvement. Et de poursuivre en allongeant l’hypothèse : l’Univers n’a évidemment pas de frontière, et pas de forme ! Et comme la fin de notre espèce est programmée... tout va bien dans le meilleur des Univers... 


          • Gabriel Gabriel 17 octobre 07:02

            @GéraldCursoux
            finalement tout n’est qu’illusion...


          •  C BARRATIER C BARRATIER 15 octobre 20:09

            Il n’y a rien de caché ! Il y a beaucoup à découvrir. C’est à tort qu’on veut que tout ait un début et une fin, à notre image, individus, espèces, civilisation. Cela n’est pas le cas de l’univers Nous imaginons un début et une fin à tout, mais nous ne pouvons ni l’expérimenter ni le prouver. Notre intelligence n’est pas infinie...mais trop limitée pour comprendre, et même pour gérer nos sociétés.
            Par le calcul, aujourd’hui on démontre que ce qui est visible (étoiles/soleils, planètes, satellites, comètes...représente moins de 5 % de la masse de l’univers. Il y a surtout de la "matière noire, de l’énergie noire. Einstein a avancé par les mathématiques, il a eu des successeurs.

            Depuis mon article ci dessous, il y a eu des avancées, mais je n’ai pas assez d’intelligence pour exprimer plus

            En table alphabétique des news :

            Sens de la vie, sens de l’univers http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=59

            • aimable 15 octobre 23:23

              @C BARRATIER
              j’allais dire que tout ce qui vivant est mortel mais ce n’est pas vrai , tout ce qui est vivant ou non ce transforme tout simplement .


            • math math 16 octobre 07:40

              L’Univers c’est le chaos, et la terre une prison puisque nous ne pouvons la quitter ?

              On tourne en rond dans tout ça... smiley

              • Gasty Gasty 16 octobre 09:10

                @math

                Même qu’à la fin on nous enterre. C’est diabolique !


              • BM 16 octobre 12:33
                Teilhard de Chardin, Maître Eckhart ?

                Si dieu est un balais ; nous sommes ses poils...


                • zygzornifle zygzornifle 16 octobre 12:50

                  @BM


                   Si Dieu est une bite on est ses poils ou ses bourses ?

                • Yanleroc Yanleroc 16 octobre 13:37

                  @zygzornifle

                  rhaa..  nous sommes tous Dieu, individuellement et globalement, voyons,

                  par conséquent, nous ne sommes ni les poils ni les bourses ! ?..

                • zygzornifle zygzornifle 16 octobre 12:49

                  Et nous on se démerde car ce n’est pas l’univers ni la religion ni Dieu qui va nous aider .....


                  • Yanleroc Yanleroc 16 octobre 13:40

                    @zygzornifle
                    Voir au-dessus.


                  • bonnes idées 16 octobre 14:53

                    Au premier abord le mot religion est enlevé de sa substance fondamentale qui veut dire amour et non pas dieu, évidemment ce n’est pas un amour physique mais réellement un intérêt pour l’autre, ensuite quand je regarde le ciel je n’y vois pas un univers mais simplement de touts petits luminaires qui se tiennent par de complexes cohésions électro-magnétiques d’ailleurs vous remarquerez avec facilité que notre ciel n’a pas de profondeur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès