• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’univers floral de Véronique Desjonquères

L’univers floral de Véronique Desjonquères

 Les peintres ont toujours été inspirés par la flore qui tient une place importante dans l’art. Pour s’en persuader, il suffit de remonter le temps et de voir combien les fleurs sont déjà présentes dans l’Egypte ancienne, par exemple dans le jardin de Nebamon où un fragment de paroi peinte donne accès à différentes espèces de végétation entourant un bassin d’eau. L’antiquité a eu ses floralies, univers qui a toujours fasciné l’homme, particulièrement les peintres épris de leur beauté. Au cours des âges, la rose a parfumé le jardin d’Eden et le jardin médiéval clos ne fut pas seulement un lieu de culture mais de culte, celui du paradis imaginaire que le jardinier et le peintre tentent l’un et l’autre de recréer.

 

Les flamands ont excellé dans le rendu de la flore au XVe siècle. Jan Van Eyck, par exemple, avait choisi le lys et l’iris comme symboles de la pureté de Marie et Arcimboldo dut en grande partie sa réputation à ses portraits où il assemblait fruits et fleurs pour mieux exprimer l’âme de son sujet. Chaque fleur a été à elle seule un symbole, ainsi le lys, le jasmin, le coquelicot. Monet ne l’a pas ignoré qui a peint ses nymphéas à différentes heures du jour afin de mieux en rendre l’éclat et modifier l’impression que la lumière exerce sur celui qui en contemple les subtiles variations.

 

C’est à cette inspiration-là que Véronique Desjonquères a dédié, en partie, sa prochaine exposition. Après avoir longtemps questionné le visage de l’adulte et de l’enfant dans le souci d’en déchiffrer le mystère, elle s’est consacrée plus spécialement aux fleurs pour en saisir la splendeur et la fragilité. Elles sont la beauté dans ce qu’elle a de pur et d’éphémère, de tendre et de vulnérable. Les peindre, n’est-ce pas s’approcher d’un paradis auquel on tente de prêter un semblant d’éternité, éternité où les fleurs ne faneraient plus, où la terre ne connaîtrait point l’aridité, où ne mouraient ni les insectes, ni les oiseaux ?

 

Van Gogh disait que la couleur, c’est l’enthousiasme, la vie à l’état pur et brut, en quelque sorte « Dieu en soi ». Les fleurs n’enflamment-elles pas la pâte et l’ensemble de la matière picturale ? C’est pour cette raison que la plupart d’entre elles, comme les tournesols, sont orientés vers le soleil et que les coloris deviennent en quelque sorte l’expression de l’harmonie fondamentale et l’image ardente de la vie. Cette beauté passagère est un hommage à la richesse et à la diversité de la nature et une quête de l’harmonie universelle.

Véronique Desjonquères s’est ainsi immergée dans les jardins, au cœur d’un univers végétal qui lui convient, l’interpelle sur le sens de la vie, la beauté momentanée des choses, la quiétude d’un monde qui a ses références de grâce et de permanence et ouvre sans cesse des pages à notre imaginaire. La finesse de son dessin, l’alliance de ses couleurs procurent à cette flore picturale un charme envoûtant comme si la lumière s’attardait sur ce qui nous semble … un instant dans le monde.

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

* ARTS et VINS - Vernissage et dégustation  58 Avenue de l'Agent SARRE 92700 COLOMBES

Vendredi 5 avril de 17h à 22h et le samedi 6 avril de 10h à 18h

 

JPEG JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  2.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Surya Surya 4 avril 15:27

    Bonjour Armelle,

    Je viens d’aller consulter le blog de Véronique Desjonquères pour en savoir un peu plus et je dois avouer que personnellement je trouve que les peintures florales ne sont pas ce qu’elle a fait de mieux. Mais c’est évidemment une question de goût.

    Il y a des trucs vraiment très bien sur son blog.

    Je trouve aussi qu’on ne devrait pas peindre les fleurs dans des vases. Je ne sais pas pourquoi je trouve ça moche (et en plus banal et sans grand intérêt), peut-être parce qu’il est rare qu’on aime à la fois la fleur qui a été peinte et le vase dans lequel elle a été placée.

    Je préfère nettement le dyptique, ça c’est très joli.

    Merci pour cet article très agréable à lire.


    • @Surya

      Merci Surya. Oui, cette jeune femme a beaucoup de talent et j’ai moi-même un faible pour les visages mais elle sait admirablement se renouveler et a de l’avenir. Si vous allez sur mon blog INTERLIGNE, vous pourrez consulter, dans la rubrique « CULTURE », plusieurs articles que je lui ai consacrés. Voici le lien : http://interligne.over-blog.com/


    • Surya Surya 5 avril 14:28

      Bonjour Armelle,

      Merci, je vais prendre le temps de lire votre blog ce week end  smiley


      • ZenZoe ZenZoe 5 avril 18:32

        Je ne suis pas franchement convaincue par les tableaux présentés, mais comme le dit Surya, tous les goûts sont dans la nature et l’essentiel est de se faire plaisir.

        Sinon, personellement j’aime beaucoup l’univers floral des Chinois, des Japonais et des Perses, tout en délicatesse et abstraction. D’ailleurs dans la peinture orientale, la nature en général est un élément très important, plus important me semble-t-il que dans la peinture occidentale. Et souvent mieux traité. M’enfin, comme dirait Lagaffe, on s’éloigne du sujet.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès