• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’utopie de l’interdiction des licenciements sous le (...)

L’utopie de l’interdiction des licenciements sous le capitalisme-€-salariat

JPEG

Les trade-unions[syndicats] agissent utilement en tant que centres de résistance aux empiétements du capital. Elles manquent en partie leur but dès qu'elles font un emploi peu judicieux de leur puissance. Elles manquent entièrement leur but dès qu'elles se bornent à une guerre d'escarmouches contre les effets du régime existant[capitaliste-salarial], au lieu de travailler en même temps à sa transformation et de se servir de leur force organisée comme d'un levier pour l'émancipation définitive de la classe travailleuse, c'est-à-dire pour l'abolition définitive du salariat. (1)

Plus de 150 ans plus tard, au XXIe siècle, l'abolition du salariat qui n'est rien d'autre que l'abolition du capitalisme-€-salariat, n'est absolument pas une question à l'ordre du jour dans les syndicats. Non pas à cause de la faute de la direction des syndicats[ce que certains militants communistes imaginent], mais à cause des intérêts des salariés eux-mêmes dans leur grande majorité. Les syndicats fonctionnent de façon absolument démocratique, leur direction reflète exactement ce que veut le salarié moyen. Que veut le salarié moyen ? Garder son emploi, hausser son salaire, améliorer ses conditions de travail, etc. 

Donc les salariés ont intérêt à la perpétuation éternelle du salariat c'est à dire du capitalisme-€-salariat. Peut-on avoir des emplois salariés sans capitalisme ? Supposons le un instant. Donc on exproprie les capitalistes, on nationalise les biens de production mais pour continuer à garder les emplois salariés on sera obligé d'exporter des biens et donc aussi d'importer d'autres biens pour équilibrer la balance commerciale. L'Etat devient donc capitaliste à l'extérieur vis-à-vis des autres nations. 

Mais si on exporte des biens de consommation dans d'autres pays, nous acceptons aussi que d'autres pays vendent leur marchandises chez nous. Donc forcément les entreprises privées étrangères doivent accéder à votre marché par exemples les concessionnaires d'automobiles. La concurrence capitaliste est ainsi rétablie. C'est le modèle chinois. Lorsque Deng Xiaoping a été obligé, à contre cœur, d'ouvrir la Chine aux entreprises privées étrangères c'est parce que l'exportation des biens de consommation implique nécessairement le rétablissement du capitalisme privée étranger.

Mais Lénine imagina une autre méthode, même si au passage une falsification de la théorie de la croissance du PIB de Marx fut nécessaire(je vais détaillé ça). Au lieu d'exporter des biens de consommation, on exporte des biens de production(principalement des matières premières). Cela a marché, l'URSS n'a eu besoin des capitalistes privés étrangers que dans leur phase d'importation de technologies(concessions lors de la Nep années 1920) mais l'ensemble du commerce intérieur et extérieur était au main de l'Etat(à partir des années 1930).

Ce que Lénine imagina implique le développement plus rapide de la production des biens de production par rapport à la production des biens de consommation. Ceci produit chaque année une crise de pénurie permanente :

Les économies de type soviétique se définissent d'abord par l'expérience de la pénurie et de la file d'attente (2)

Ce qui confirme de façon incroyable la théorie de la croissance du PIB de Karl Marx. Dans cette théorie, l’ensemble de la production sociale est divisé en deux sections : la section des biens de production (section I) et la section des biens de consommation (section II). Chaque section se subdivise en valeur en trois parties : le capital constant c (valeur des biens de production), le capital variable v (valeur des salaires bruts), la plus-value p (les profits industriels, intérêts, rentes, etc. bruts).

Le schéma de Marx peut s’écrire :

I.4000c + 1000v + 1000p = 6000 milliards d’€

II.1500c + 375v + 375p = 2250 milliards d’€

PIB = I + II = 8250 milliards d’€. 

Il y a deux façons de démonter que la section II va toujours plus vite : soit on suppose la productivité constante c'est ce que Marx a fait dans son livre II du Capital, soit on suppose la productivité croissante chaque année. Les deux méthodes donne le même résultat.

La productivité du travail constante chaque année

Nous allons supposer que chaque année la section I investit 50 % de sa plus-value. Pour cela, conformément à la composition organique du capital c/v = 4 (4000c / 1000v), elle doit consacré 400 Ip à l’achat de nouveaux biens de production et 100 Ip à l’embauche de nouveaux salariés. Le schéma d’investissement est alors 500 Ip —>[400 Ic + 100 Iv ].100 Iv en salaires doit être échanger contre 100 IIc de biens de consommation. Pour cela, la section II doit investir 125 IIp de sa plus-value soit 100 IIc en biens de production et 25 IIv en salaires(c/v = 4 dans la section II).

À la fin de la première année, le schéma du PIB devient :

I. (4000c + 400c) + (1000v + 100v) + 1100p(le taux d’exploitation p/v = 100 %)

II. (1500c + 100c ) + (375v + 25v ) + 400p(le taux d’exploitation p/v = 100%)

Soit 

I.4400c + 1100v + 1100p = 6600 milliards d’€.

II. 1600c + 400v + 400p = 2400 milliards d’€.

La section I s'accroit de 10% et la section II s'accroit de 6,67%

2e année

Si la section I continue d'investir 50%, 440 Ip vont à l’achat de nouveaux biens de production et 110 Ip à l’embauche de nouveaux salariés. 110 Iv en salaires doit être échanger contre 110 IIc de biens de consommation. Pour cela, la section II doit investir 137,5 IIp de sa plus-value soit 110 IIc en biens de production et 27,5 IIv en salaires. 

Après avoir investit 550 Ip , la section I doit doit échanger 1100 Iv + 550 Ip contre des biens de consommation. Mais comme les décisions d'investissement des capitalistes de la section II ne sont nullement déterminées par celles de la section I alors comme à la première année (Iv + Ip) - IIc = 0 c'est à dire (Iv + Ip) - IIc doit être la même chaque année. De plus la productivité étant constante (Iv + Ip) - IIc aussi doit être constante. 

Sachant cela, 1650I(v + p) en argent ne pourra s'échanger que contre 1600 IIc en biens de consommation on aura donc une pénurie de biens de consommation 1600 IIc - 1650 I(v + p)= -50 . Sur cette base à la fin de la deuxième année on a :

I.4840c + 1210v + 1210p = 7260 milliards d’€.

II. 1710c + 427,5v + 427,5p =2565 milliards d’€.

La section I s'accroît de 10% et la section II de 6,88% avec une pénurie de biens de consommation de 50 milliards d'€.

3e année : la production des biens de production étant toujours rapide, aggravation de la pénurie

La section I continue toujours d'investir 50%, la productivité étant constante on doit garder à l'esprit que (Iv + Ip) - IIc aussi doit être constante et est égale à zéro. Sur cette base, à la fin de la troisième année on a : 

I.5324c + 1331v + 1331p = 7986 milliards d’€.

II. 1831c + 457,75v + 457,75p =2746,5 milliards d’€.

La section I s'accroît de 10% et la section II de 7,08% avec une pénurie de biens de consommation de 105 milliards d'€ soit une croissance de 110% par rapport à la 2e année.

Pour éviter la pénurie de biens de consommation, la section II doit investir 105 milliards d'€ en biens de production et 26,25 milliards d'€ en salaires ce qui implique une croissance plus rapide de la production des biens de consommation par rapport à la production des biens de production . Sur cette base le schéma final est :

I.5324c + 1331v + 1331p = 7986 milliards d’€

II. 1936c + 484v + 484p =2904 milliards d’€.

La section I s'accroit de 10% et la section II de 13,22%.

Les économistes marxistes anglo-américains se sont fourvoyés avec leur théorie de la balanced-growth models

Si Lénine et ses disciples ne se sont pas gênés à falsifier les schémas de Marx pour mettre en place leur économie de pénurie(qu'ils appellent communisme), les économistes marxistes actuels qui s'intéressent à la théorie de la croissance du PIB de Marx ont l'illusion que les sections s'accroissent à la même vitesse :

 the reproduction schemes as balanced-growth models is widely, almost universally, accepted nowadays (3).

Ils partent du premier exemple de Marx :

I.4000c + 1000v + 1000p = 6000 milliards d’€

II.1500c + 375v + 375p = 2250 milliards d’€

PIB = I + II = 8250 milliards d’€. 

La section I investit chaque année 50% avec la productivité du travail constante. Comme dans sa démonstration Marx fait une petite erreur (il maintient la productivité constante sans maintenir (Iv + Ip) - IIc constant) alors nos économistes tombent dans l'illusion qu'à partir de la 2e année, les deux sections s'accroissent à la même vitesse de 10% de façon infinie. Or il n'en est rien.

Reconsidérons les schémas, à la deuxième, à la troisième année et de façon infinie :

 La section II effectue toujours automatiquement un investissement supplémentaire δ lors de l’échange entre

 [Iv+(1 - α)Ip] et IIc et on a toujours [Iv+(1 - α)Ip] - IIc= δ avec α comme taux d’investissement de la section I.

Posons CI = Ic + Iv et dCI l’augmentation annuelle de CI. Dans la section II, CII = IIc + IIv et dCII la variation annuelle de CII. Trouvons δ tel que (dCI ⁄ CI)=(dCII ⁄ CII) car les deux sections s'accroient à la même vitesse.

Alors on a δ = φ - [(β + 1) ⁄ β]×[φCI ⁄ (CI + CII)] avec φ = (Iv + Ip) - IIc et β = c ⁄ v

Connaissant δ on peut trouver le taux d'investissement de la section I α = (φ - δ) ⁄ Ip

On trouve α = 5/11. La fraction 5/11 est un nombre idéal qui n'existe pas dans la réalité. C'est comme le nombre π on peut passer toute sa vie à calculer le nombre de décimaux mais on ne peut jamais trouver π. En fait π n'existe que dans le cerveau idéalisé du mathématicien, dans la réalité ? les superordinateurs continuent toujours leur calcul, ils ont trouver des millions de décimaux mais pas encore π . Voilà 5/11 est en réalité une suite numérique, un mouvement numérique (on peut imaginer une courbe en mouvement perpétuel). Moi, je prends 0,45 qu'on appelle la "valeur approchée" à 2 chiffres après la virgule.

Le taux d'investissement de la section I est 0,45% alors [Iv+(1 - 0,45)Ip] - IIc (en argent) > δ(en biens de consommation), on aura donc une pénurie de biens de consommation au cours de l’année équivalent à δ - [(Iv+(1 - 0,45)Ip) - IIc] = -4,55. Donc les deux sections ne peuvent pas croître à la même vitesse sinon on a une crise de pénurie de biens de consommation.

Pour éviter la crise de pénurie dans la section II, le capital constant minimum ε que la section II doit investir lors de l’échange entre [Iv+(1 - 0,45)Ip] et IIc doit être supérieur à δ .

Donc ε =50, la section I investit alors 450Ip et on fait les calculs comme précédemment. La section II s’accroit de 9,33% et la section I de 9%.

A la fin de la première année on a :

I.4360c + 1090v + 1090p = 6540 milliards d’€

II.1640c + 410v + 410p = 2460 milliards d’€

PIB = I + II = 9000 milliards d’€. 

La productivité du travail croissante chaque année

Maintenant nous allons supposer que la productivité c/v s'accroit de 5 % à la deuxième et troisième années tout en maintenant le taux d'investissement de la section I à 50%. On a déjà fait le calcul de la première année, à la fin de celle-ci on a :

I.4400c + 1100v + 1100p = 6600 milliards d’€.

II. 1600c + 400v + 400p = 2400 milliards d’€.

La section I s'accroit de 10% et la section II s'accroit de 6,67%

2e année c/v = 4,2

Le schéma devient :

I.4400c + 1047,62v + 1152,38p (p/v=110%) = 6600 milliards d’€

II.1547,62c + 368,48v + 405,33p (p/v=110%) = 2321,43 milliards d’€

La hausse de la productivité ne signifie pas la croissance du capital constant par rapport au capital variable mais la décroissance du capital variable par rapport au capital constant. C’est pourquoi la grandeur de la section I ne change pas (6600 milliards d’€) après la hausse de la productivité. Cette différence est capitale pour faire la distinction entre hausse de la productivité, qui signifie une augmentation de c/v, et hausse de la production qui signifie une augmentation des capitaux.

On voit que le capital constant de la section II passe de 1600 à 1547,62 parce que les salaires de la section I passent de 1100 à 1047,62. Et dans les deux sections le taux de profit (p/(c +v)) est le même 0,21 car leur productivité est la même(c/v=4,2).

Maintenant on peut commencer l’investissement. Supposons que la section I investisse 50% de sa plus-value comme à la première année et à la fin de la deuxième année le schéma devient :

I.4865,38c + 1152v + 1267,2p = 7284,58 milliards d’€

II.1734,62c + 413v + 454,3p = 2601,92 milliards d’€

La production des biens de consommation s’accroît de 12,08% et la production des biens de production s’accroît de 10,37%. 

  1. Du fait de l’augmentation de c/v de 4 à 4,2 la section des biens de consommation est devenue plus petite que la section des biens de production. A la fin de la première année, le rapport entre les deux sections était de 6600/2400 = 2,75 et à la fin de la deuxième année 7284,58/2601,92 = 2,8.
  2. Du fait de l’investissement, la production des biens de consommation s’accroit de 12,08% et la production des biens de production de seulement 10,37%. Que se passerait-il si la section II s’accroit à la même vitesse que la section I (Ce que les économistes anglo-américains marxistes appellent balanced-growth model) ? Alors on aura une pénurie de biens de consommation dans la section II. Si la production des biens de production s’accroît plus vite que la production des biens de consommation, cette pénurie ne ferait que s’aggraver. C’est ce qui s’est passé en URSS au XXe siècle où l’Etat planifiait le développement plus rapide de la production des biens de production par rapport à la production des biens de consommation.

Remarquez le taux de profit est croissant, mais on peut imaginer une baisse du taux de profit cela ne change rien, la production des biens de consommation s'accroitrait toujours plus vite sauf qu'on aura une baisse du taux de croissance du PIB. D'ailleurs c'est ce qu'on observe en occident depuis la fin des années 1970.

Un salariat sans capitalisme privée est impossible

Soit on aboutit à l'économie de pénurie, soit on aboutit au modèle chinois actuel c'est à dire en gros le capitalisme-€-salariat classique. Si on nationalise les biens de production, sans toucher à la propriété privée des biens de consommation, fatalement on tombe dans le salariat. 

Mais alors que signifie exactement le salariat ? Le point commun entre un ouvrier, un ingénieur ou un médecin salarié c'est qu'ils sont tous des spécialistes et de ce fait la production et la reproduction de leur compétence n'a pas le même coût social. Comme la production d'un ingénieur est plus coûteux que celle d'un ouvrier alors l'ingénieur est plus cher sur le marché d'où l'inégalité des revenus à temps de travail égal. L'abolition du salariat signifie en fait la suppression du travailleur spécialisé(pas des spécialités) et par la mise en place d'un revenu commun démocratique correspondant à un temps de travail commun démocratique.

Ce revenu commun implique la propriété commune des biens de consommation. Supposons qu'un individu travaille plus que le temps de travail commun décidé démocratiquement cela signifie qu'il ne fait pas ce travail pour un revenu mais pour son plaisir : faire du sport, de la musique, du cinéma, apprendre de nouveaux métiers, etc. Ce qui est recherche de plaisir individuel devient enrichissement collectif.

Donc dans une société communiste, où le salariat est aboli, l'enrichissement ne peut se faire que collectivement par la hausse continuelle des biens communs de consommation et de production(activité libre) à la disposition des individus. Il n'y a pas de place pour les biens de consommation privés.
Le frein actuel à l'abolition du salariat et à la mise en place d'une société communiste est la spécialisation des salariés qui implique à son tour l'inégalité de leurs revenus d'où la propriété privée des biens de consommation. Le développement du chômage, l'accoucheur historique de la société communiste, tend à raboter les revenus en transformer de plus en plus d'individus en chômeu.rs.ses. Qu'est ce que les minimas sociaux sinon la version négative, étouffée du revenu commun démocratique ? En effet anciens ingénieurs et anciens ouvriers au chômage ont tous droit au même revenu en tant qu'humain car le chômage a détruit leur ancienne spécialité de salarié.

Forcément, la société finira par reconnaître cette loi du developpement social, c'est une question de vie ou de mort, le déclin du capitalisme-salariat ne s'arrêtera pas tant que les chômeu.rs.ses ne deviennent majoritaires dans la population active et là l'abolition du salariat devient une idée dominante et populaire.

 

 

Notes :

(1) Karl Marx Salaire, prix et profit 1865.

(2) Romain Ducoulombier Histoire du communisme au XXe siècle 2014 p.32

(3) Andrew Kliman 2011.


Moyenne des avis sur cet article :  1.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 25 janvier 11:30

    Pour être entendu, il faut dire des choses que les gens sont capables d’entendre.

    Les êtres humains ne perçoivent ni les ultra-sons (comme les chiens et les chauve-souris), ni les infra-sons. D’ailleurs, contrairement à 0°,et 100° qui sont des critères scientifiques, infra et supra sont anthropomorphiques. Or ce ne sont ni les chiens ni les chauve-souris qui lisent Agoravox.


    • binary 25 janvier 14:13

      Vous vous cassez la tête pour pas grand chose. L interdiction du licenciement, c est exactement la même chose que l interdiction de l embauche. Tout simplement la fin du salariat. Un monde de fonctionnaires qui ne produisent rien, car leur contrat à vie, les en dispense. Qu est ce qu on mange ?


      • V_Parlier V_Parlier 25 janvier 21:08

        @binary
        L’interdiction du licenciement en mode de mondialisation, c’est comme interdire la délinquance en relâchant tous les criminels dehors. Ah mince, on le fait aussi c’est vrai...


      • V_Parlier V_Parlier 25 janvier 21:06

        Beaucoup de gens aiment tourner autour du pot pour simplement éviter de reconnaître qu’un système économique quel qu’il soit ne peut fonctionner que s’il est homogène. Autrement dit, en contexte de quasi-libre échange (le dogme indétrônable imposé en force) il faut niveler par le bas. Capitalisme, communisme, lois sur l’emploi, ça en devient presque un détail tout ça...

        Et au passage : Un monde où le travail « résiduel » à l’ère numérico-truc 3.0 (quelle que soit sa quantité) ne serait pas équitablement partagé est un monde pourri, à fuir absolument.

        Mais bon, on se fatige trop tard. C’est bien trop tard.


        • mmbbb 26 janvier 10:44

          Vous avez omis de mettre en equation la réussite du systeme communiste ; Il est vrai que celui ci tend vers zero.

          Quant a la France , les emplois portéges avec des statuts ne donnent pas les meilleurs services publics . .

          Une des exemples les plus marquants , avant le COVID , les personnes etaient satisfaites de prendre l avion et de voyager en s affranchissant des services d Air France . 

          Je n irai pas pleurer lorsque je pourrais prendre le TGV moins cher !

          Quant a votre demonstration elle serait acceptable si vous contentiez de prendre des pays a developpement egal .

          Je me demande pourquoi les francais n achetent pas leur electroménager Whirlpool parce qu ils trouvent moins cher ailleurs ! Cette usine en France fermera , c est inéluctable

          Dans votre belle démonstration , vous oubliez le taux de marge un des indicateurs qui permet de développer ou non une entreprise en France . Ce taux est faible et il est difficile de monter une boite perenne notamment en industirie qui demande de l investissement sur le long terme .

          Vous oubliez les taxes qui servent a payer ces emplois protéges.

          Le probleme est assez simple , je suis assez passionné par le son et notamment la HI HI , comment cela fonctionne , bureau d etude en France et assemblage des composants en Chine en particulier , ceux ci reviennent et sont contrôles selon les criteres d un cahier des charges . Si le tout etait fabriques en Fance les prix seraient doubles voir triples . Cet exemple vaut pour tous les produits manufacturés ; quoique desormais , l electronique grand public n est plus fabrique dans ce pays ..

          " Il n’y a pas de place pour les biens de consommation privés.

          « c est vrai , nous en serions toujours au téléphone a cadran !

          Vous citez » Lorsque Deng Xiaoping a été obligé, à contre cœur, d’ouvrir la Chine aux entreprises privées

          «  c est faux , celui ci a cite cette parabole » Pour aller sur l autre rive de la riviere , il faudra marcher sur les pierres «  .

          Les termes ne sont peut etre tout a fait exacts mais cela veut dire , l autre rive sous entend la modernisation , et les pierres, la tete des ouvriers chinois . Ceux ci ont ete la cheville ouvriere a marche forcee de la NEP reussie chinoise .
          Les cadres du parti n ont pas de tres grands sentiments pour la classe laborieuse ! 

          Voir l extraction des terres rares servant à l ecologie » verte«  . Les écolos sont aussi menteurs que les communistes et veulent promouvoir cette energie » propre " . ARTE a eu l audace de publier un reportage ; l ouvrier chinois travaillant dans une usine de graphite ne portait pas de masque approprié !

          Staline non plus . Il y a que les dinosaures communistes qui veulent nous faire croire le contraire !!

          Desormais nous consommons des biens de Chine notamment les telephones portables ordi ecran plat dont les grandes marques sous traitent .

          La nouvelle route de la soie n a pas été construite pour nous fait lire le livre rouge ; livre fétiche des intellos francais . Ces grands cons de débiles !

          La Chine a toujours ete un empire marchand et veut reprendre sa place naturelle apres son humiliation au XIX siecle

          Le capitalisme est souple et a une facilité d adaptation extraordinaire

          Ne vous méprenez pas , en France le chomage de masse perdurera , il faut être un fou pour monter une affaire dans ce pays !!


          • V_Parlier V_Parlier 26 janvier 21:54

            @mmbbb
            En gros, vous constatez que les français (et européens) se tirent une balle dans le pied depuis des décennies (jusqu’ici je vous suis) en voulant concilier le beurre (la protection sociale et la réglementation du travail) et l’argent du beurre (les produits manufacturés trois fois moins chers venus d’ailleurs).

            Mais finalement vous trouvez que c’est bien ainsi ou vous penchez plus pour une solution que pour l’autre ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

M’bafo Pian


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité