• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La 5ème République est morte ? Vive la 6ème !

La 5ème République est morte ? Vive la 6ème !

Le quinquennat d’Emmanuel Macron est une honte et un naufrage Historiques : non seulement il couvre de ridicule le manteau fait de suffisance et de brutalité qu’il arborait partout, mais en plus il prouve par sa gestion autoritaire « et en même temps » désastreuse que le cinquième République n’est plus suffisante pour protéger les citoyens de l’orgueil de ces petits marquis qui se prennent pour de grands rois.

Aujourd’hui la 5ème République est moribonde. Presque morte. En sursis, suspendue à la réponse du Conseil Constitutionnel qui signera ou sa mort ou le début de sa longue agonie. A ceux qui en doutaient encore, le fait que l’imposition du passe-sanitaire soit votée à 5 heures du matin par une majorité lâche et soumise prouve à quel point la Constitution peut aujourd’hui être bafouée sans que les contre-pouvoirs judiciaires, législatifs ou médiatiques n’y puissent rien changer. En France la Constitution n’est plus, car la séparation des pouvoirs n’existe plus...

La devise de la France est piétinée, et les Institutions, les ONG et autres Associations sont méprisées ou simplement écartées : critiquer les choix gouvernementaux fait de vous un ennemi du « bon-sens » et du « bon-penser »

J’ose encore espérer que toute cette mascarade tournera court avec l’avis éclairé du Conseil Constitutionnel mais je commence même à en douter tellement l’emprise du clan macroniste est forte dans toutes les Institutions. Mais à vrai dire l’important n’est peut-être même plus là : car en définitive tous ceux qui ont applaudi, tous ceux qui ont voté pour ou qui se sont abstenu, tous les députés journalistes éditorialistes analystes et autres penseurs ont à cette occasion montré leur vrai visage, celui de la soumission la plus vile et la plus abjecte. Ceux qui se foutaient de nous quand on dénonçait les penchants autoritaires de Macron et de son gouvernement sont les mêmes qui approuvent aujourd’hui les mesures qui y conduisent tout droit : ils balancent entre la carotte et le bâton comme des ânes bâtés ; je suis sûr que certains auraient pris leur carte du Parti LREM si le ministre ou le président les y incitait subtilement…

Pourtant, qui avaient raison quand ils disaient que la crise sanitaire était un bon prétexte pour un gouvernement aux penchants autoritaires ? Ce n’était quand même pas si difficile à voir, non ? L’art de la politique n’est pas dez créer les événements comme le voudraient les complotistes de la confusion, mais simplement de profiter de chaque événement pour faire avancer ses pions.

Sauf que quand toute cette mascarade aura tourné court parce que même si on cède à tous leurs caprices les Forces De l’Ordre (qui portent bien leur nom pour ceux qui persistent à vouloir protéger le pouvoir au lieu des citoyens) n’ont pas les moyens de leurs ambitions et elles ne pourront pas contrôler tout le monde ; sans compter le bordel créé par le passe-sanitaire qui d’un point de vue pratique va rendre le casse-tête de la fameuse et unique « attestation de sortie » une broutille en regard de ce qui attend les « contrôleurs » du passe-sanitaire. Cette dictature qui ne dit pas son nom se voudrait raisonnable mais elle est en réalité ubuesque, grotesque. Elle refuse de s’assumer pour conserver l’appellation « démocratie », mais la Loi qu’elle veut faire voter étant anti-démocratique, il faudra bien se séparer ou de l’un ou de l’autre. Il ne peut y avoir de « en même temps pour cela ». Rassurons-nous, la réalité rattrapera bien vite tout le monde, et comme on dit « c’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses » !

Car dans la vraie vie nous savons tous ce qu’il va se passer « en vrai » :
Les gens tricheront avec le passe car il serait vraiment étonnant que les serveurs se transforment en agents de police et la police ne peut pas être partout.
Les gens qui ne veulent ni tricher ni payer des tests réguliers iront tout simplement se faire contaminer volontairement par des malades pour obtenir le passe, tandis que les vaccinés ne mettront plus de masque et personne ne voudra plus se tester par manque d’argent.
Les policiers non-vaccinés taperont les autres non-vaccinés qui se mélangent aux vaccinés, sans doute afin d’obtenir plus rapidement une immunité collective…
Tout le monde connaîtra rapidement les failles du système et s’arrangera alors avec cette dictature discrète ou démocratie vacillante, ou tyrannie sanitaire ou que sais-je, comme vous voulez en fait on s’en fout du nom.

Et puis ensuite soit le variant est très fort et le passe-sanitaire ne servira à rien, soit il ne l’est pas et le passe-sanitaire ne servira pas longtemps. A moins d’assumer d’ici là clairement le passage en dictature. Mais nous n’en sommes pas encore là.

Dans tous les cas cette période de troubles sanitaires ne durera pas éternellement, et par conséquent l’excuse sanitaire ne pourra pas toujours être tendue pour justifier la dictature installée provisoirement dans le but de lutter contre le Covid.

Quoi qu’il en soit et même si la dictature ne s’installe pas définitivement, la Cinquième République ne pourra pas survivre longtemps après cet échec flagrant (la faute au quinquennat et la concomitance des législatives ?). Et il faudra bien d’une manière ou d’une autre la remplacer par une autre, la 6ème. Et c’est là que nous, les partisans de la 6ème République nous devons non pas nous réjouir car il est triste de voir combien de nos concitoyens sont prêts à se soumettre par peur des réprimandes ou contrainte financière -mais nous préparer : nous préparer à faire la promotion d’une 6ème République qui sera le résultat d’une Assemblée Constituante libre et démocratique, adaptée aux défis climatiques et aux enjeux sociaux et sanitaires d’aujourd’hui et de demain.

Saisissons-nous de ce moment Historique pour faire valoir nos idées en montrant aux citoyens que la gestion calamiteuse et grotesque de cette crise sanitaire, sociale et environnementale n’est pas une fatalité : Construisons ensemble une 6ème République !

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr


Moyenne des avis sur cet article :  2.42/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • Docteur Faustroll Lampion 23 juillet 17:45

    Regard myope et hexagonal.

    Ce qui se passe est transnational et l’avenir de Fripounet est accessoire.

    Ses sponsors le jetteront comme Frédéric2 a jeté Voltaire en disant : Quand le citron est pressé, on jette la pelure".

    Ce qui est en cause, c’est ce qui se met en place à l’échelle mondiale : la phagocytage du numéro de sécu par Microsoft. Autrement dit, la mise en fichier de la population pour un contrôle total et une action rapide pour neutraliser les moutons noirs. Le cas de la France n’est qu’un des chantiers de ce vaste projet.



    • babelouest babelouest 24 juillet 12:18

      @Lampion pour survivre, de gré ou de force il va nous falloir revenir à l’hexagone. Et couper les ponts avec en particulier les GAFAM. Cela implique bien entendu de claquer la porte des institutions de Bruxelles. Cela implique aussi d’avoir viré TOUS les politicien français actuels. Cela implique enfin de se doter d’une nouvelle Constitution dans ce genre-là.
      https://ti1ca.com/zf0u51p2-2020-12-20-2020-12-20.pdf.html
      Ce que j’espère : la France frondeuse est un fer de lance particulièrement attaqué ces temps-ci, parce qu’elle est crainte (le Peuple, pas les interchangeables qui se succèdent dans les sinistères). La France partie, d’autres oseront peut-être suivre.


    • Iris Iris 24 juillet 15:39

      @Lampion

      Regard myope et hexagonal.

      Ce qui est en cause, c’est ce qui se met en place à l’échelle mondiale 

      ....

      Merci pour le rappel, pourtant il faut bien commencer quelque part.

      Vous ne préconisez pas d’attendre que le fichier soit terminé ?

      L’auteur est un rêveur ? Plutôt la guerre pour nous sortir de là ?


    • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 23 juillet 18:14

      la promotion d’une 6ème République qui sera le résultat d’une Assemblée Constituante libre et démocratique, adaptée aux défis climatiques et aux enjeux sociaux et sanitaires d’aujourd’hui et de demain.

      Si les défis et les enjeux sont les élucubrations idéologiques de ces dernières années, alors je préfère aller voir si il y a plus de pragmatisme ailleurs.


      • Legestr glaz Legestr glaz 23 juillet 18:55

        @Florian LeBaroudeur

        La FI reprend les éléments de langage de « nozotorités ». La FI navigue dans le sens du vent et du courant. Cette formation politique n’est pas du tout critique envers la fumisterie de la lutte contre le « réchauffement climatique » ou la « vaccination planétaire ». 
         Réchauffement climatique ? Combien de supertankers, de porte-conteneurs, de paquebots sur les mers ? Réchauffement climatique ? Où vont les « subventions agricoles ? Aux »industriels« de la monoculture ou aux petits exploitants bio ou encore à la permaculture ? 
         Vaccination planétaire ? Nous en sommes arrivés au »pass sanitaire« . Mais, qui peut croire un seul instant, que les »contrôles« seront basés sur un téléphone portable ou un bout de papier ? Non ! D’autres expériences, qui »sécurisent" le processus ont déjà lieu. A bon entendeur !

        https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/12/19/le-kenya-et-le-malawi-zones-test-pour-un-carnet-de-vaccination-injecte-sous-la-peau_6023461_3212.html


      • McGurk McGurk 23 juillet 19:34

        @Legestr glaz

        Moi, j’aimerais bien savoir pourquoi Mélanchon, si « insoumis », va jouer les cadors en Afrique alors que son rôle est de s’occuper de son propre pays.

        C’est vrai qu’où vont les choses il va peut-être faire comme Valls et s’exiler dans un pays africain pour ce recycler en chef d’entreprise ou un truc du genre.

        Remarquez, on a bien recyclé le pov’ Cahuzac (qui a échappé à la prison) et même Buzyn exfiltrée à l’OMS, sinon elle aurait été lynchée par la foule.

        C’est super pratique d’être politique. Jamais obligé de faire des formations, le taux de recyclage en n’importe quoi est de 100% !


      • capobianco 26 juillet 15:22

        @McGurk
        «  Moi, j’aimerais bien savoir pourquoi Mélanchon, si « insoumis », va jouer les cadors en Afrique alors que son rôle est de s’occuper de son propre pays. »
        « Si insoumis » vous voulez dire quoi avec ce « si » ? En quoi rendre visite à des pays d’Afrique serait « faire le cadors » ? Son rôle est de s’informer et de prévoir car, cela vous a échappé, la FI et JLM sont dans l’opposition et si vous voulez savoir s’ils s’occupent de leur pays pays, allez donc visiter les blogs des députés de la FI ou celui de JLM, cela vous évitera ce genre de commentaire dérisoire. 
        Enfin vos références avec vals, cahuzac et buzyn sont insultantes car sans aucun rapport avec JLM. Mais quand on veut pourrir tout est bon n’est-ce pas ?


      • McGurk McGurk 23 juillet 19:29

        On s’en moque de la sixième ou de la douzième. Le problème central, c’est bien la « république » (pas de grand « r », elle ne le mérite pas !).

        Concept embryonnaire, incertain, indéfinissable et, surtout, pas forcément synonyme de démocratie.

        Tant que le peuple n’est pas la base du pouvoir, toute assemblée de représentants, toute institution quelle qu’elle soit sera inévitablement corrompue au fur et à mesure.

        Tant que le pouvoir se vautrera dans le luxe et l’immunité, aucune démocratie ne verra le jour en France (ni ailleurs d’ailleurs).

        Tant que le vote sera considéré comme une finalité, l’aboutissement de la démocratie,notre propre destin continuera à nous être volé.

        Personne ne doit, même un président, échapper à la volonté du peuple ni même à la justice.

        Aucune entreprise, gouvernement/groupement/institution étranger(e) ne devrait avoir le pouvoir ni même le droit de nous contraindre ni de nous dire ce que nous devons/devrions faire.

        Sans bouton d’éjection/de sanction des élus, sans reconnaissance du vote blanc, sans référendum provoqué par les électeurs, vous pouvez créer autant de républiques que vous voulez ça n’aura aucun effet.

        Sans système viable de retraite et de santé, d’équilibre des richesses, sans accompagnement efficace et adapté à l’emploi (pas cette merde de Pôle emploi), les dissensions resteront.

        Impossible ? Non. Nous n’avons pas besoin d’hommes exceptionnels pour construire ce « rêve » mais de citoyens intègres et fidèles aux envies des Français pour le bâtir.


        • OJBA 24 juillet 11:20

          @McGurk En 2 mots, tout est dit :  intègres et fidèles.


        • McGurk McGurk 24 juillet 11:29

          @OJBA

          Oui mais c’est difficile à trouver, qui plus est sur le temps long car nous savons tous que la politique corrompt très vite.

          C’est pourquoi nous devons supprimer leurs privilèges et largement revisiter le salaire alloué qui devrait être dans la moyenne des classe moyennes de revenu moyen.


        • babelouest babelouest 24 juillet 12:20

          @McGurk voir plus haut ma proposition, où TOUS les élus sont sur un siège éjectable, mais les ministres aussi !


        • McGurk McGurk 24 juillet 14:26

          @babelouest

          Ca m’a l’air intéressant même si j’avoue n’avoir pas tout lu.

          Est-ce qu’on doit virer tous les hommes politiques ? Pas forcément, il suffit de faire un tri difficile mais il y a tout de même quelques personnes à garder il me semble.

          Le président également. Sans quoi la politique ne pourra pas prendre le rail de la normalité.

          Ceux arguant que cela « créerait une instabilité sans précédent » ont à la fois raison et tort. Raison parce qu’au début les gouvernements seraient très instables, mais les nouvelles règles du jeu rendraient justement suivies de très près par les citoyens et la justice donneraient une stabilité inégalée dans l’histoire de notre pays.


        • capobianco 26 juillet 15:54

          @McGurk
          « Concept embryonnaire, incertain, indéfinissable et, surtout, pas forcément synonyme de démocratie. »
          Il faut peut-être lire ce que proposent ceux que militent pour cette 6ème pour que cela devienne « défini » et voir ce qu’ils disent sur le « concept » et notamment sur l’aspect démocratique de sa définition. 
          « Tant que le peuple n’est pas la base du pouvoir, » Nous sommes d’accord mais cela ne se fera pas comme cela en claquant des doigts ! D’où l’intérêt de définir une nouvelle constitution avec tous ceux qui voudront participer, constitution qui devra donner toutes garanties de permettre au peuple de contrôler et d’influer sur les élus quitte à les « éjecter » par référendum révocatoire, de l’élu local au président lui-même comme vous le souhaitez vous même .

          «  Sans bouton d’éjection/de sanction des élus, sans reconnaissance du vote blanc, sans référendum provoqué par les électeurs, vous pouvez créer autant de républiques que vous voulez ça n’aura aucun effet. »
          Je vois que vous avez pris connaissance du programme de la FI, où vous trouverez exactement ce que vous réclamez . Idem pour les mesures sociales. Vous avez raison pas besoin d’hommes exceptionnels mais des représentants intègres et fidèles (exceptionnels ?) qui pourront être évincés par les citoyens puisque la constitution de la 6ème république le permettra. 
          Pour revenir sur la visite de JLM au Burkina Faso, le monde est aussi à écouter et les hommes et femmes de ces pays méritent que l’on les côtoie..


        • Arogavox Arogavox 23 juillet 20:17

          Pour donner plus de poids, et de respectabilté, au texte de cet article il eût mieux valu éviter d’ortographier le mot anglo-américain ’pass’ en « passe ».

           En France on connait ’la passe’ , les ’tours de passe-passe’ ... ou bien le passeport, ou encore ’une impasse’ ; mais ’un passe" c’est bien n’importe quoi !


          • Arogavox Arogavox 23 juillet 20:20

            ./iii :  ’a pass’ se traduit par ’une carte d’accès’


          • Arogavox Arogavox 23 juillet 20:36

            NB : Si j’insiste ici lourdement sur ce seul point de vocabulaire, alors que jusqu’ici, les bras tombés, j’avais laissé tomber partout ailleurs, c’est que cet article envisage la formulation d’une nouvelle Constitution.
             Or, pour formuler une Constitution le choix de chaque mot doit être très méticuleusement pesé ! 


          • Caleb Irri 23 juillet 20:37

            @Arogavox

            Merci à vous. Je ne savais pas. Si Agoravox (le site !) veut bien corriger ce serait super mais j’ai peur que ça soit trop tard. Je corrigerai sur mon blog perso. 


          • Caleb Irri 24 juillet 13:50

            @Arogavox

            Pas de problème je suis totalement en accord avec ce que vous dites. 


          • Jeekes Jeekes 23 juillet 20:35

            ’’le Conseil Constitutionnel’’

             

             C’est pas le machin où se fait des couilles en or à rien branler : l’assassin responsable-mais-pas-coupable-fabius ?

             

            Alors les ordures macaronistes peuvent dormir sur leur deux oreilles...

             


            • McGurk McGurk 23 juillet 20:43

              @Jeekes

              Le Conseil constitutionnel qui oublie la constitution...c’est quoi déjà ?

              Quand on loge les anciennes racailles présidentielles, ça passe surtout pour une mauvaise blague...



            • babelouest babelouest 24 juillet 12:23

              @McGurk j’avoue que vous me plaisez. Vous pouvez faire un tour là.
              http://babalouest.eklablog.com/


            • sylvain sylvain 23 juillet 21:50

              6eme republique ou autre, il est en tout cas certain qu’il y a des choses a changer

              La première chose a interroger est veut on continuer avec la France, car c’est bien la question aujourd’hui, encore quelques temps comme ça et elle n’existera plus .

              Ou alors comme un état fédéré, une sorte de région .


              • Arogavox Arogavox 23 juillet 23:46

                @sylvain

                Jusqu’où alors osera-t-on enfreindre l’oukase du premier-de-cordée-représentant-incarneur-pédagogiseur, qui nous a sommés de cesser de réfléchir devant Sa révélation d’un danger mortel pour tous ?!

                  Si la question des frontières françaises n’est pas à interroger, cela sous-entendrait peut-être que la guerre (officiellement déclarée) serait supra-nationale ? Une guerre de religions  ? (en incluant dans « religions » divers dogmes comme ’mondialisation’, transhumanisme, en plus de tous les plus classiques et historiques trucs en -isme ! ...)

                  Nous devrions avoir dépassé le premier stade de la guerre contre les frontières, qui faisait semblant d’opposer des religions comme ’Kapitalisme’ et ’Communisme’ : la seconde, qui visait à une Internationale (des Trav—va’ailleurs), s’étant vue rétorquer que c’est en fait l’Inernationale des riches qui a gagné ...
                 confirmant la fine remarque selon laquelle ’là où il n’y a pas de frontières il y a des murs’  ! ... et alors avec cette absence de frontières ’le riche est partout chez lui, et le pauvre n’a de chez lui nulle part’  !
                 
                 La nouvelle étape de prise de conscience d’un supra-niveau de guerre idéolologique nous est suggérée depuis belle lurette par la chanson du « lycée papillon » qui, après le couplet :

                ’ et puis comme plus tard j’veux d’venir Ministre, moins je s’rai calé, plus j’aurai d’valeur’,

                nous servait cet autre ccouplet’ :

                ’ ... le cheval de bois, le poux, la belle-mère, qui bave sur sa proie, et pis qu’avale tout’ !

                 En effet, à lère des transes trans-géniques, trans-sexuelles, transhumanistes, les frontières inter-pays étant déjà à moitié bouffées, l’ambition d’abolition/digestion des frontière s’attaque maintenant aux frontières entre les corps organiques les plus élémentaires : celles des cellules, et des organismes les plus élémentaire, à l’origine-même de tout le vivant  cf « La métaphysique des tubes » !
                  Cette ambition,qui se ramène en fait , à vouloir activement accélérer le processus physique inexorable d’accroissement d’enropie, n’est rien d’autre qu’une diabolique et ultime ambition mortifère !

              • Attilax Attilax 24 juillet 00:56

                Pourquoi une 6ème république ? Il en faut combien avant de réaliser que le problème n’est pas le numéro ?

                Pourquoi pas une 1ère démocratie ?


                • babelouest babelouest 24 juillet 12:26

                  @Attilax un scénario pour une VRAIE démocratie (mais qui exige que tous s’y mettent, car le secret d’une vraie démocratie, c’est que tous se sentent concernés)
                  https://ti1ca.com/t8oqg46m-Anarchie-A5-2018-08-Anarchie-A5-2018-08.pdf.html


                • Attilax Attilax 24 juillet 23:07

                  @babelouest

                  Merci.


                • capobianco 26 juillet 16:01

                  @Attilax
                  «  Pourquoi une 6ème république ? ».
                  Parce que nous sommes en 5ème et qu’il est simple et compréhensible pour promouvoir son changement. Mais effectivement on peut l’appeler autrement sachant que l’important n’est pas le nom mais dans le contenu. 


                • Attilax Attilax 1er août 19:23

                  @capobianco

                  Ben non. Une république dans son ADN n’est PAS la même chose qu’une démocratie : le pouvoir est entre peu de mains dans le premier cas, dans toutes les mains dans l’autre. L’un se repose sur un pouvoir vertical, l’autre sur un pouvoir horizontal. Vous savez faire la différence entre une ligne d’horizon et une pyramide ?

                  Appeler ça une « démocratie représentative » est une escroquerie intellectuelle et c’est pas un hasard si LFI propose une énième république et pas une démocratie tout court.

                  J’aimerais bien qu’il en soit autrement.

                  J’ai participé au M6R, au tout début, j’ai vite déchanté : 1/3 de militants LFI, 1/3 d’élus, 1/3 de politiciens non-élus. Bye et bon entresoi !

                  On est loin des ateliers constituants populaires d’Étienne Chouard, dézingué lui aussi par un militant FI, le tristement célèbre Denis Robert, acoquiné du petit Enthoven pour l’occasion, qui a fait du promoteur de la démocratie un méchant nazi négationniste du jour au lendemain...

                  Pire encore que les ennemis, il y a les faux amis.


                • Parrhesia Parrhesia 24 juillet 14:10

                  Ce n’est pas en changeant de république que les Français, (les vrais) redresseront la barre !!!

                  C’est en changeant d’Esprit !!!

                  Et là ! Nous ne sommes pas au top ...

                  Quand je dis « nous », je veux dire « Nous, les Français » !!!


                  • Attila Attila 24 juillet 17:30

                    Nous ne sommes déjà plus en cinquième République : elle a été tellement modifiée que Michel Debré ne s’y retrouverait pas.

                    Constitution— article 5 :

                    Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’Etat.

                    Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités.

                    .

                    Il n’avait pas prévu que des élus signeraient des traités portant atteinte à notre indépendance nationale.

                    .


                    • Gerald 26 juillet 08:01

                      @Attila
                      On a détourné la Constitution de son objet, avec des ajouts de circonstance, qui est une auberge espagnole où l’on trouve tout et son contraire, notamment avec le principe de précaution qui est un outil de blocage parfait. Elle est devenue la boîte à outils du Conseil d’Etat et du Conseil Constitutionnel qui règnent sur la législation française comme Louis XIV ! 
                      De plus elle n’est pas taillée pour l’UE, et on en prend plein la figure en négociant avec la Commission ce qui n’est pas négociable. La Commission qui est allemande donne à l’Allemagne sa vraie revanche : casse du nucléaire français pour le charbon allemand, relations directes avec Chine et Turquie, projets chimériques, utopies à tous les étages etc., et on encaisse... mieux on négocie ! 
                      Donc une V1 eme république pour reprendre nos libertés face à l’UE, et quoiqu’il en coûte ! comme les Brtiches l’on fait. 


                    • chantecler chantecler 26 juillet 08:23

                      @Gerald
                      D’accord ,
                      Sauf « on négocie ».
                      On ne négocie que dalle !
                      On a rien pour négocier avec l’Allemagne qui a réussi son vieux projet d’Europe allemande en partie via la mondialisation et le néolibéralisme ..
                      Dans les faits nous sommes devenus un pays de seconde zone , une sorte de région , désindustrialisée , endettée jusqu’au cou , qui s’enfonce irrémédiablement .
                      Et ce n’est pas la vente de nos rafales qui inverse la donne .
                      Evidemment quelques oligarques français devenus milliardaires ont tiré leur épingle du jeu .
                      Pour le reste tous nos actifs sont bradés ,selon les voeux de la commission allemande,et de leurs banques et à la mode FMI .
                      Non ,« on » sauve la face , nos dirigeants successifs nous racontent des bobards pour nous endormir et nous faire croire que nous avons une importance quelconque et que grâce à l’amitié franco allemande etc etc .....


                    • Gerald 26 juillet 18:40

                      @chantecler
                      Evidemment Angela avec sa douce voix nous a bien baisés ! L’Europe est Allemande depuis que Delors a adopté (mentalité de syndicaliste) les petits pas. Ils ont bien joué les Allemands : en se débarassant des Anglais ils sont devenus les maîtres du jeu : plus de nucléaire mais notre charbon, la SNCF à casser en morceaux au nom de la concurrence, EDF idem, Alstom c’est râté mais ils recomenceront, les Grecs qu’ils en bavent un peu, les bagnoles tout électrique pour tous, mais parions qu’ils envrront encore leurs grosses caisses sans des pays où on aime le kérozène, etc. 
                      Et nous on négocie ! Le Gouvernement Français va négocier avec la Commission càd une clique d’experts choisis par la Chancelière ! Où est la désignation démocratique de ces gugusses : 1 seul Français perdu dans la maffia allemande !
                      Non, ça nepeut plus durer. Je vis demander la nationalité britanique pour ne plus être ce vrai faux citoyen européen ! Quoiqu’il m’en coûte !
                      Refaire l’Europe avec ceux qui ont des cultures proches : Italiens, Espagnols et... Anglais. Eux les Anglais ils ont un jeu clair : ils veulent faire du business... les grands projets politiques ça les emmerdent ! Comme ils ont raison. 


                    • Gerald 24 juillet 18:46

                      Pourquoi voter ! Est-ce bien raisonnable ?

                      Ne pas voter est une faute qui désigne le citoyen à la vindicte publique, le marque pour certains d’un signe d’infamie. Et pourtant !

                      Agir !, promet le candidat... Une illusion quand on voit comment le gouvernement français a traité des dossiers sensibles depuis de longues années, depuis 81 pour prendre une date de rupture politique. On peut dire que le renoncement a commencé avec Super Phénix : Balladur/Jospin jettent l’éponge devant des hystériques qui campaient devant la Centrale avec les slogans anti-nucléaires habituels ; passons à Fessenheim : Hollande/Macron arrêtent la Centrale parce que Merkel le demande après avoir stoppé chez elle le nucléaire pour passer au charbon ; Nantes : le gouvernement se couche après des décisions de la Justice favorables au projet (pour une fois !) et un référendum (un RIC !) aussi favorable ; Barrage de Sivens : même scénario (il y a certes un mort dans la confusion d’une manif, mais cela ne justifie pas l’abandon du projet défendu localement par des élus et des syndicats professionnels) ; Bonnets rouges : le Gouvernement recule devant quelques centaines d’excités abandonnant une taxe PL reconnue d’utilité publique et écolo (Hulot en aurait pleuré !) ; Gilets jaunes : la chienlit pour 5 centimes de plus sur le fuel, après avoir passé la vitesse à 80 km/h sur les routes (deux mauvaises décisions pour répondre aux attentes du lobby anti-bagnole et des écolos qui de toutes façons en réclameront toujours plus), avec un gouvernement qui panique et recule (Hulot en aurait pleuré !) ; Roybon : on arrête un projet défendu par 10 maires parce qu’un Juge illuminé du TA de Grenoble suit les élucubrations de zadistes qui se déclarent écolos ; Nuit debout : des pseudo-intellos empêchent de dormir 1 million de citoyens, sans être interpellés par la Police et sous les caméras complices de la téloche ! J’en oublie, à chacun d’apporter sa pierre à l’édifice du renoncement. Le Pouvoir est plus à l’aise pour organiser des éloges funèbres avec célébrations médiatisées (Halliday, d’Ormesson…) et des journées de commémoration (esclavage etc.).

                      Mais on ne peut oublier l’UE : quand ça passe en France ça peut bloquer à Bruxelles, ou au Luxembourg, voire à Karlsruhe. Il y a là une vigilance de tous les instants pour que la Commission et les Juridictions européennes – et Allemandes ! – puisse admonester, interdire, sanctionner des dérives réglementaires, législatives, voire morales ! En Allemagne on ne plaisante pas avec les droit imprescriptibles (Droits de l’homme) ni avec la morale d’inspiration luthérienne habillée convenablement pour faire laïque. Orban en sait quelque chose, ceci écrit sans avoir lu une ligne de son projet de Loi qui met en émoi l’UE, car sans avoir à se prononcer sur le fond on est en droit de jouer la carte nationale plutôt que celle de l’UE (eu égard de ce qui est dit ci-dessus, et sans forcément tout partager).

                      Enfin les parlements : ils sont sous la coupe du Conseil d’Etat et du Conseil Constittionnel... Pourquoi élire des députés sans pouvoir, le pouvoir etant aux Mandarins désignés dans ces deux institutions qu’il faut rayer.

                      Donc, la question n’est plus Pour qui voter ?, mais : Pourquoi Voter ?

                      En attendant la VI eme République... 


                      • babelouest babelouest 24 juillet 20:15

                        @Gerald Voter ? En tout cas pas pour Gérald, qui travestit à sa sauce les faits qu’il relate... ce serait trop long à reprendre phrase par phrase.


                      • McGurk McGurk 24 juillet 23:05

                        @Gerald

                        Je m’étais promis de ne jamais voter de ma vie pour les raisons habituelles qui mènent bon nombre d’entre nous à ne pas le faire mais, depuis qu’on est passé à l’ère Macron et surtout à l’Ausweis, il n’est plus question de même l’envisager.

                        De toute manière pour qui ? Et pour quoi ? Dans quel système ?

                        Avec en plus une parfaite désinformation de la part des médias, impossible de comprendre l’offre politique (quasi inexistante aujourd’hui) et pouvoir relancer un semblant de démocratie.

                        Lorsque je vois, par exemple, ce genre d’article bourré de mensonges où le journaliste se permet d’insulter la population et la traiter de tous les noms en suggérant d’ « isoler » les « extrémistes » (ceux qui ne pensent pas « bien ») , on voit bien que l’idéologie de la « république » est morte et qu’on utilise encore son cadavre.

                        https://www.liberation.fr/politique/antivax-antipass-isoler-la-frange-extremiste-20210723_HXYZ2Y6OZZHEFC76KKGMTPLRCE/?fbclid=IwAR3LiOSgSibxzOxpvkeoaWo6FG58mV-GSWmpJAby-q0Iw2euXXbPog0DGn0


                      • Gerald 25 juillet 08:22

                        @babelouest
                        C’est ma vision des faits ! Dans ce que je cite la volonté de la majorité, càd l’expression démocratique, a été bafouée, piétinée, y compris des décisions de justive comme à Nantes. 
                        Deusio, je vois dans les gilets jaunes des individus et de petits groupuscules dans une dérive fascisante  : ex, sur un rond point un type me dit : « tu mets un gilet jaune et tu passes » ; un revolver sur la tempe, la prochaine fois ! 
                        Si la majorité qui sort des urnes ne peut gouverner il n’y a plus d’Etat. 


                      • capobianco 26 juillet 16:41

                        @McGurk
                        «  De toute manière pour qui ? Et pour quoi ? Dans quel système ? »
                        Peut-être pour ceux qui qui proposent un programme proche de vos thèmes, pour changer de système donc, pour un système où l’élu sera réellement au service de la population sous peine d’être renvoyé. L’offre politique existe mais comme vous le dites très justement est totalement occultée par les médias qui, en plus, font le forcing pour décrédibiliser ceux qui proposent ce vrai changement dont nous avons besoin. Je ne suis pas un propagandiste, juste un retraité qui a toujours milité et a toujours cherché les infos qu’on nous refuse. Cela ne coûte rien d’aller voir le programme de la FI et on peut ne pas être d’accord sur tout (c’est mon cas) mais quand je vous lis je pense dommage de ne pas au moins en prendre connaissance.
                        La solution, ne pas voter ? Reste quoi, la révolution ? On n’est pas arrivé... La solution n’est que dans l’information autre que les médias des milliardaires. Ensuite il est certainement plus facile de convaincre au vote qu’à la révolution dont l’idée a largement reculée ? Je ne vois pas d’autre possibilité que le vote et l’action militante pour changer les choses.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité