• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La baudruche Bayrou ou « La fausse suivante » (Marivaux 2017)

La baudruche Bayrou ou « La fausse suivante » (Marivaux 2017)

20 ans de traversée du désert (fort bien payée sur fonds publics il est vrai…) pour 35 jours à la tête d’un ministère qu’il aura eu l’insigne prétention d’incarner sur toute la classe politique française. Avant de se faire, après une série de couacs dignes d’un débutant (les mauvaises langues diraient d’un bègue) éjecter comme un petit malfrat pris la main dans le sac de la vieille dame dont il faisait les courses.

Pareil boomerang dans la tronche de celui que les français, pour une raison qui m’a toujours échappé, considéraient depuis des années comme l’homme politique honnête par excellence, a tout de « La fausse suivante », la pièce de Marivaux. Pensez donc : une vulgaire affaire d’emplois fictifs étouffée en plein février 2017, au moment même du ralliement « de convictions » (tu parles), par un obscur attaché parlementaire se rappelant à sa bonne mémoire au moment opportun. Courageux homme, au passage, qui fut le dupe de l’AFP et du Figaro certes, mais aussi de Mediapart et du Canard, qu’on connut plus pressés envers le bon Monsieur Fillon notamment, et qui se sont depuis enfin réveillés. D’autant plus courageux que plusieurs fois il connut son appartement visité, son ordinateur portable espionné et vidé et ses allées et venues surveillées.

« Je ne connais pas ce Monsieur », répondit le béarnais aux quelques rares journalistes l’interrogeant pendant la campagne à propos de ce dernier. Il est vrai qu’utiliser autrui à des fins personnelles un peu comme un châtelain le fait d’un serf, tout ça sur fonds détournés, est monnaie courante dans notre classe politique. Et que ma foi, la main qui t’aide à traverser sur les passages piétons ou qui timbre tes enveloppes n’est guère qu’une main anonyme pour nos grands commis d’état, fussent-ils éternels opposants à tout et à n’importe quoi par principe, vu qu’à leur yeux la seule tête qui dépasse est la leur.

Quoique… Quand on regarde les 20 ans de ce maire qui manque décidément de Pau, que voit-on sous le masque de la bienséance paysanne et de père de famille nombreuse « à la Balzac » ? Que d’errances et que d’erreurs politiques, que d’anachronismes, que de leçons de morale distribuées à d’autres et peu appliquées à soi, que de défections de proches, que d’amateurisme égotiste en somme ! Y a-t-il en France autre supporter de François Bayrou que lui-même et Madame de Sarnez ? Celui qui devant la réunion UMP d’avant 1er tour des Présidentielles de 2002 lançait bravache : « Si on pense tous pareil c’est qu’on ne pense plus du tout » aurait bien fait de s’appliquer à lui-même l’adage, lui qui dans ce micro Modem dont le congrès tient dorénavant dans une cabine téléphonique n’a jamais fait que penser pour tous sans jamais écouter que lui-même. Au point, depuis 15 ans, de réussir à faire fuir tous ses proches, le fidèle Jean Lassalle inclus.

« Le centre c’est la droite, la droite et encore la droite », persifflait Mitterrand, fin connaisseur. Evidemment ! Le centre à la Bayrou fut une Secte-Chapelle à Prélat Unique, tenant fermement un missel en lequel il est écrit en première page : « Tu seras Président mon Fils ». Ce fut le seul horizon jamais vanté et vendu par cet apôtre de lui-même aux naïfs qui 20 ans durant tachèrent de le suivre dans ses méandres parsemés d’échecs en tous genres. Les programmes de Bayrou Candidat ce fut toujours « Moi au centre et 10 mesurettes ». L’homme nous la joua morale et rectitude, pourfendit le roué Chirac puis le vulgaire Sarkozy, se fit duper par Hollande et se vendit pour un plat de lentilles à son fils spirituel, avant de se faire définitivement exfiltrer par ce dernier.

Le politique ce me semble n’a strictement rien compris au jeu dans lequel il baigne et qui le rémunère. Morale et politique n’ont strictement rien à voir en démocratie, et tous les pseudos chevaliers blancs sont voués à périr les pieds dans la glaise. Le nerf de la guerre reste et demeure l’argent, et faire mine de cracher sur ce dernier tout en l’utilisant petitement par en dessous est le propre des Tartuffe. On préfèrera toujours un sympathique voyou à la Chirac ou un machiavélique Mitterrand, fauves o combien plus nobles que cet éternel second couteau qui se voulut plus gros que le bœuf. A la table des puissants, la viande est servie « à point » ou « saignant », jamais « bleu ».

Ce « ni gauche ni droite » devenu réalité élyséenne avala dans les règles de l’art les boas UMP et PS avec cet argent oligarchique tant décrié par l’éphémère ministre de la « justice pour soi ». Et renvoie de fait l’amateur amoureux de lui-même dans ses belles lettres et sa chère région, lui qui a force de tanguer ne sait plus où il habite. Pour vraisemblablement ne plus jamais en ressortir.

Cruel, le sort a donc eu besoin de 35 jours pour dépecer le béarnais de son masque de rallié de circonstance. La comédie de l’alliance de février, tant applaudie par nos plumitifs anachroniques, était une mascarade, où l’élu joua en orfèvre le rôle de l’étrangleur. Je te pique ton positionnement, tes thèmes, ton éthique, tes troupes ; je te promets un vague nombre de sièges et de ministères, et puis je te lâche comme une vulgaire serpillère.

Car quoi : que faire d’une vieille baderne qui se pâme à relire Montesquieu avec des airs de Sainte Nitouche, fait sa marquise sur fonds publics aux tables des restaurants les plus chers du VIIe arrondissement, fait sa cocote au point de laisser cette pauvre Ségolène sur le trottoir comme une péripatéticienne, et s’en va faire le paon des bonnes manières devant les caméras ?

Un cardinal à la robe pourpre et aux poches sales à l’heure de l’agenda Bilderberg ? Evacuez-moi ça discrètement …


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 22 juin 09:20

    Bonjour à tous

    Pas grand monde ne se plaindra du départ de Bayrou. Et surtout pas Macron qui se voit débarrassé d’un caillou dans sa chaussure.

    Cela dit, il est impropre de parler d’« emplois fictifs » à propos de l’affaire du Modem. Cette formulation renvoie en effet à des pratiques de délinquance du type Fillon. Or, ce qui est reproché aux élus du Modem, ce n’est pas d’avoir salarié des assistants à ne rien faire, mais d’avoir fait supporter tout ou partie de leur rémunération par l’Union Européenne pour du temps de travail effectué au profit du parti.

    Cela tombe sous le coup de la loi, mais ce n’est évidemment pas le même niveau de gravité dans la mesure où l’on ne peut parler là de délinquance mais de (présumés) petits arrangements avec les règles de rémunération de ces personnes à double casquette.


    • Le421 Le421 23 juin 08:34

      @Fergus
      Exactement, j’allais le dire...
      Il répète en boucle (comme Dick Autoreverse) le mot « emploi fictif » alors que personne ne lui reproche cela.
      Comment noyer le poisson quand on est un peu c..  !!


    • Debrief 22 juin 09:35

      Joli portrait de Bayrou. Ses prétentions morales pour autrui et sa manière insupportable de donner des leçons au gré de ses revirements qualifient bien l’énergumène. Opportuniste et sans aucune conviction, ce carriériste se prend les pieds dans les mêmes filets qu’ont tendus les petits complotistes du parlement européen au FN. Juste retour de manivelle.

      Exit Bayrou l’ambitieux qui, au prix d’un grossier ralliement de circonstance, pensait avoir enfin agrippé les branches du pouvoir pour répandre ses leçons de vertu. Retour dans les petits étages de la politique où il est plus convenable qu’il s’agite sous perfusion d’argent public.


      • Alren Alren 22 juin 17:00

        @Debrief

        Joli portrait en effet. Mais qui n’insiste pas peut-être sur la sottise de l’homme si prétentieux qui n’a pas compris que Macron ne voulait pas faire une politique « centriste » de cohabitation « raisonnable » entre le capital et le travail mais une guerre civile froide entre l’oligarchie au sens strict, dont il est le pion (interchangeable d’ailleurs) et l’ensemble de la société française.

        C’est Macron l’extrémiste et non Mélenchon et la FI !
        Les gens ne vont pas tarder à s’en apercevoir !!!

        Le ralliement de Bayrou a convaincu les classes aisées et diplômées d’un certain âge que Macron, comme Sarkozy et Hollande avant lui, ne s’attaquerait qu’aux petits salariés, voire aux retraités à revenus moyens mais que pour le reste tout continuerait comme avant pour les CSP+.
        Grosse erreur qu’ils vont payer cher ainsi que l’économie française dans son ensemble.

        Macron a accepté le ralliement de Bayrou qui se voyait premier ministre car l’essentiel était d’empêcher un vote de ces classes pour Mélenchon et la relance intelligente de l’économie réelle par l’investissement dans les nouvelles technologies notamment pour l’énergie.
         
        Un duel verbal Mélenchon-Macron aurait été catastrophique pour ce dernier.

        Bayrou n’est plus utile au contraire. On le jette comme un citron pressé. Le monde de Macron est aussi impitoyable quecelui de JR de célèbre mémoire !!!


      • Le421 Le421 23 juin 08:38

        @Alren
        Pas mieux.
        En fait, une lucidité pure et dure que les 4/5éme des français Hanouna/TF1 n’ont pas...
        Tant pis pour leur gueule.
        D’ailleurs, je vais morfler aussi, mais je ne serais pas surpris.
        Je prends des dispositions et je cours vite !!  smiley


      • cevennevive cevennevive 22 juin 10:59

        Encore un personnage super-usé qui va disparaître de nos « élites » politiques !


        Malheureusement, il en reste encore quelques-uns...

        Maintenant, allez savoir si tous ces nouveaux visages sans rides vont VRAIMENT faire changer notre paysage quotidien ?

        En tous cas, pour la plupart d’entre eux, ils n’ont pas encore de « casseroles » accrochées aux basques.

        Dommage pour Monsieur BAYROU, moi qui autrefois le prenais pour un émule d’Henri IV !!! Pfff !




        • Fergus Fergus 22 juin 15:20

          Bonjour, cevennevive

          Bayrou a peut-être un point commun avec Henri IV. Mais au mieux s’agit-il d’un cheval blanc qui court sous ses couleurs (tunique orange, j’imagine) sur les hippodromes de Pau ou de Lourdes.

          Blague à part, il n’y aura pas grand monde pour regretter cet ennuyeux prêcheur.


        • scorpion scorpion 22 juin 11:02

          Une fois a droite une fois à gauche, toujours à pisser à coté de la cuvette. Enfin ministre éphémère de Jupiter, il sera rémunéré jusqu’au cimetière... 


          • Fergus Fergus 22 juin 15:28

            Bonjour, scorpion

            Sauf erreur de ma part, c’est faux ! Les ministres continuent de toucher leur salaire durant 3 mois après leur départ et à condition de ne pas avoir retrouvé de poste durant de laps de temps.

            Et pour ce qui est de la retraite, aucun avantage : les ministres continuent de cotiser à leur caisse d’origine durant le temps de leur ministère.


          • poussière 22 juin 11:04

            Courageux homme que ce Nicolas Grégoire qui a été le dupe de tous les medias français sauf Le Télégramme


            Bayrou, évidemment, nie. En politique, il faut toujours nier. Même la main dans le sac. “Si ça se sait, il niera”, ai-je tellement entendu sur d’autres sujets. Il me semblerait un peu naïf de ne pas y voir un système. Un système peut-être accentué chez les petits partis, qui n’ont pas beaucoup de subventions. Mais dont on retrouve la trace du PS au FN. Un système dans un monde politique qui se juge lui-même. Se finance lui-même. Et se renouvelle entre lui. C’est cette impunité, cette indignité cachée entre phrases choc et plateaux télé, qui a fait le lit de l’extrémisme qui sans une révolution morale finira, un jour, à l’Elysée. Nicolas Grégoire

            Et l’on s’étonne du taux d’abstention ?

            • Pyrathome Pyrathome 22 juin 14:02

              Bonjour,

              35 jours démoralisateur de la justice, la consécration d’un mange marde ! smiley
              Le MODEM a grillé, une surtension due à l’orage, probablement..... ?
              Madame Irma prophétise que le record d’impopularité détenu par Flamby la quenelle a de grandes chances d’être battu bien avant la trêve des confiseurs et que le satellite Europe va percuter Jupiter, chouette ! un feu d’artifice céleste !.... 


              • Sozenz 22 juin 20:51

                Macron a eu les voix pour la presidence de bayrou . macron ne voulait pas de bayrou au pouvoir .
                Bayrou lui a fait un cacac nerveux . macron a placé bayrou un temps . bayrou content . bayrou avec une affaire au cul . affaire bayrou / macron réglée .
                Affaire suivante .

                les personnes ont voulu macron ... ils vont savoir ce que c est . je crois qu ils vont regretter Tous les présidents précédents ....
                macron a l aval de tous le gratin . même à la commission Européenne ; il se présente en souverain ... et on l écoute ...
                je pense que les affaires vont refleurir . ça va être le miracle Macron ; le sauveur ...car il va y avoir des tunes qui vont être mis dans le bordel ... mais à quel prix .. puis arrivera la chute .
                Je mettrais presque mon scenario en validité ... allez ,je n ai pas un radis pour provoquer le destin .. mais je pense que ça va se présenter comme ça .


                • Pyrathome Pyrathome 23 juin 00:24

                  @Sozenz

                  il va y avoir des tunes qui vont être mis dans le bordel ...
                  .
                  Oui mais il n’y a que le maquereau et ses putes qui vont encaisser.. smiley  smiley

                • Sozenz 24 juin 18:48

                  @Pyrathome
                  Voilààààààààààààà !!


                • Hijack Hijack 22 juin 23:39

                  Bayrou ou le survivant du Radeau de la Méduse ... 


                  S’il était resté au gouvernement (que je ne soutiens pas) ... la barque, n’aurait pas tenu. 



                  • BA 23 juin 08:21

                    Vendredi 23 juin 2017 :

                    Emplois fictifs présumés au MoDem : « François Bayrou ment », accuse un ancien assistant parlementaire.

                    Un ancien assistant parlementaire européen, qui a passé cinq ans à Bruxelles au Parlement auprès d’un eurodéputé centriste, affirme avoir été le témoin d’un système d’emplois fictifs au sein du Mouvement démocrate.

                    http://www.francetvinfo.fr/politique/modem/assistants-parlementaires-du-modem/info-franceinfo-un-ancien-assistant-parlementaire-modem-francois-bayrou-ment_2250543.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès