• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La biologie de l’esprit

La biologie de l’esprit

L’homme est-il un "être de nature" qui oublie sa réalité fondamentale pour se rêver une "âme immortelle" ? Ou un être dénaturé rêvant d’un monde « surnaturel » ? Un neurobiologiste entend libérer l’humanité du « mirage de l’immatérialité » et invite à faire l’économie de "l’hypothèse de l’âme volatile" pour comprendre le fait humain.

C'est une évidence de plus en plus hurlante : l’animal vertical se prenant pour Dieu (ou le diable...) se heurte à une nouvelle frontière écologique et sa façon d’habiter sa demeure terrestre est devenue nuisible à ses propres intérêts - ceux que l’on croyait pourtant si bien compris avec les services qui vont avec...

Le médecin, biologiste et chercheur Pier Vincenzo Piazza ajoute sa voix au concert des éco-alarmistes pour s’inquiéter du sort du présumé humain fasciné par l’abîme : « Pour qu’un parasite se porte bien, il ne doit pas consommer la totalité de son hôte. S’il est trop vorace, il risque de se retrouver dans une situation où il n’y a plus d’hôte et sa survie est en danger. C’est le cas de l’homme qui est en train de consommer toute la biosphère. » Constatant l’impasse dans laquelle s’est engouffrée l’espèce, avec des ressources terrestres insuffisantes pour un nombre d’humains croissant de façon exponentielle et accélérant vers leur numérisation forcée, Piazza interroge : « Qui sont ces êtres qui pratiquent la destruction systématique de leur planète, sans laquelle ils ne peuvent plus vivre ? Qui dépensent plus d’argent pour développer des avions de combat que pour trouver de nouvelles sources d’énergie ou des thérapies pour de vieilles maladies ? »

Mais son propos ne concerne pas que « l’urgence écologique » (pardon : "climatique"...) menaçant une espèce obsédée par la croissance techno-économique et l’innovation permanentes... Spécialiste des addictions, directeur de recherche Inserm et d’une entreprise de biotechnologie, il entend refonder la psychiatrie et propose une lecture inédite du fait humain en remontant à... la naissance de l’univers : « A partir du moment de son apparition voilà quinze milliards d’années, l’univers est né d’une singularité qui a modifié un état précédent. Dès lors il n’a pas arrêté de se disperser et de se désordonner, en d’autres termes d’augmenter son entropie. La naissance de l’univers est donc aussi la naissance de l’entropie. »

Pour le chercheur, « l’accélération de l’entropie » (comprise comme « mesure du désordre ou de la dissipation d’énergie ») est le sens même de la vie. Ainsi, l’animal vertical s’est organisé voilà 15 000 ans environ afin de faire face à sa dépendance à l’air, à l’eau et à la nourriture qu’il ne pouvait contrôler.

L’invention de l’agriculture et de l’élevage lui auraient permis d’inverser sa révolution évolutive à l’environnement : « Tout naturellement, il s’est adapté à la disponibilité de ces ressources dans l’espace et dans le temps, ou dit autrement à leur niveau d’entropie. » La période appelée « anthropocène » aurait-elle commencé là ? Elle aurait débouché sur « l’environnement hyperstable des temps modernes auquel certains de nos systèmes biologiques sont inadaptés ».

Mais il n’y a pas de miracle en termes d’énergie : « «  plus on utilise une source énergétique, plus on dissipe la matière à partir de laquelle on l’extrait et donc plus on génère du désordre »... L’univers aurait-il évolué vers le cerveau humain juste pour prendre conscience de lui-même, comme le suggérait Pierre Teihard de Chardin (1881-1955), ou pour... produire de l’identité à travers autant d’incarnations individualisées que d’humains sur Terre – et créer de l’entropie ? « Le sens de l’univers pourrait être celui de produire de plus en plus d’identité en séparant les choses. On pourrait donc considérer l’entropie comme une mesure de l’identité. Pour cette raison, l’entropie ne peut pas diminuer puisque le sens de notre univers est l’augmentation de l’identité et donc de l’entropie. »

Ainsi, la vie serait un « catalyseur d’identités », un état de la matière qui agirait comme un « catalyseur d’entropie » et en « accélère la production » : « C’est un état qui aide l’univers à aller vers son accomplissement, celui de se disperser pour créer le plus d’identités et donc d’entropie possible. »

Alors, homo exostaticus ou homo endostaticus ?

Mais « l’homme moderne » (ou postmoderne...) a-t-il vraiment conscience de ce qu’il est aujourd’hui et de ce qu’il pourrait devenir demain dans l’ordre de l’univers ? Depuis la « révolution cognitive d’il y a 50 000 ans », le voilà confiné dans une « société consumériste » fondée sur une manifeste « dimension hédonique exostatique » - et abandonné à ses démons.

Piazza avance les concepts d’ « exostasie » (la recherche du plaisir) et d’ « endostasie » (la propension à faire des réserves en prévision des pénuries, susceptibles de se transformer en graisse ou addiction) orchestrant le jeu d’alternance entre les « pensées conservatrice et progressiste » : « L’exostasie pousse à rechercher d’autres sources de plaisir et élargir le champ des possibles jusqu’à proposer de nouveaux outils, de nouvelles structures sociales qui permettent un équilibre endostatique meilleur ou plus stable. L’endostasie prend alors la relève en cristallisant ce nouveau modèle de société que la pensée conservatrice va maintenir. »

Ainsi, l’homo endostaticus « recherche exclusivement le bonheur de l’équilibre et sera farouchement conservateur et spiritualiste » alors que l’homo exostaticus « explore sans cesse de nouvelles stimulations pouvant lui donner du plaisir  » - « ce qui en fera un progressiste matérialiste »...

L’être humain oscillerait-il entre le « bonheur de l’équilibre » et le « plaisir de l’excès » ? Notre cerveau préhistorique aurait-il besoin de ces deux extrêmes ?

Pour Piazza, « le bonheur est la sensation hédonique qui résulte de l’activité du système endostatique, alors que le plaisir est généré par le système exostatique »...

Le spécialiste des addictions met en garde contre la nourriture dénaturée « mise au point pour stimuler de façon artificielle le système exostatique » et préconise de « contrôler de très près le sucre, le sel et les graisses, les trois additifs alimentaires qui stimulent le plus le système exostatique » - trois « bombes exostatiques », donc...

Mais son propos, on s’en doute, n’est pas diététique. Il s’attache au mystère de la nature humaine, à ce qui fait que notre espèce défie toute explication rationnelle et manifeste une telle fascination pour sa perte...

Pourquoi cet acharnement suicidaire à s’artificialiser et se « numériser » l’existence, à se rendre la planète inhabitable - et à dévaler la pente vers l’abîme ? Suffirait-il de « soigner » la toxicomanie (un « cancer psychosocial »), les addictions et les démons au lieu de les combattre ? Suffirait-il de « ne plus réduire l’esprit à la matière mais d’utiliser la matière pour expliquer l’esprit  » - et expliquer ainsi l’aventure humaine ?

Piazza rappelle la part du biologique dans le devenir humain et décrète « juste obsolète » la notion d’âme qui a accompagné l’humanité depuis des millénaires : « Personne ne l’a jamais vue et elle n’est plus nécessaire ».

Mais il fait aussi l’économie de la dimension symbolique de l’animal vertical (animale symbolicum) affamé d’illimitation – et du pouvoir de "l’efficacité symbolique" à manifester, le temps d’une incarnation, aussi fugace fût-elle, d’un esprit à l’oeuvre dans l’univers. Un univers vécu comme champ d’expérience et d’exercice de cette irrépressible illimitation. S'exercera-t-elle jusqu'à l'anéantissement algorithmique de sa promesse ?

Pier Vincenzo Piazza, Homo biologicus – Comment la biologie explique la nature humaine, Albin Michel, 416 p., 22,90 €


Moyenne des avis sur cet article :  2.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 3 janvier 17:23

    Vous écrivez :

    « Depuis la «  révolution cognitive d’il y a 50 000 ans »…

    Je ne sais pas ce qui s’est passé il y a 50 00 ans, mais pour Howard Gardner qui a inventé l’expression « révolution cognitiviste » (ou révolution cognitive selon les traductions), ce terme désigne le mouvement scientifique qui, né à la fin des années 1950, a donné naissance aux sciences cognitives elles-mêmes.

    Dans le domaine de la psychologie Jerome Bruner et George Armitage Milleront créé à Harvard le "Center for Cognitive Studies« pour dépasser le cadre de la »boîte noire" béhavioriste et intégrer l’étude de la pensée, considérée par eux comme une construction cognitive apprise.

    Pour le langage, avec la grammaire générative, Skinner et Chomsky ont contribué à cette « révolution ». D’ailleurs, Chomsky a écrit : « Que le mot « révolution » soit approprié ou non, il se produisit un important changement de perspective [dans les années 1950] : on passa de l’étude du comportement et de ses produits (tels les textes) à celle des mécanismes internes constitutifs de la pensée et de l’action. Le point de vue cognitiviste ne considère pas le comportement et ses produits comme son objet de recherche mais comme autant de données susceptibles de fournir des indications sur les mécanismes internes de l’esprit et sur les façons d’opérer de ces mécanismes dans l’exécution des actions ou l’interprétation de l’expérience. [...] Cette approche est « mentaliste » [...] [et] s’emploie à étudier un objet réel du monde naturel — le cerveau, ses états et ses fonctions — et à intégrer ainsi progressivement l’étude de l’esprit au sein des sciences biologiques. »

    Or, Chomsky n’a aujourd’hui « que » 91 ans, pas 50 000.


    • lephénix lephénix 3 janvier 18:35

      @Séraphin Lampion
      merci pour votre remarque. Il s’agit d’une citation entre guillemets de Piazza, contextualisée en tant que jargon de praticien s’exprimant dans son champ de références  j’aurais pu l’ignorer en tant que telle, mais elle intriguait.... ceci dit, les premières représentations rupestres des flux de vie traversant l’environnement de nos présumés ancêtres remontent à la fin du paleotlithique supérieur...


    • EL Yagoubi 3 janvier 23:45

      @Séraphin Lampion

      J’ai l’article dans un esprit tranquille mais je ne peux que constater la pauvreté extrême dans le traitement du terme de l’esprit.

      Heureusement le commentaire de Séraphin est plus qu’un commentaire. Une véritable synthèse de qualité de l’ouvrage de Howard Gardner que j’ai lu et relu au début des années 90 du siècle passé. Il est constitué d’environ 600 pages ou plus.

      Merci Séraphin de cette belle synthèse que j’ai copié et sauvegardée. Vous avez parfaitement résumé l’ouvrage en quelques lignes.


    • EL Yagoubi 3 janvier 23:48

      @EL Yagoubi

      Désolé ! Pour le respect de la langue et et de toutes les langues, je corrige :

      J’ai lu l’article dans un esprit tranquille mais je ne peux que constater la pauvreté extrême dans le traitement du terme de l’esprit.

      Heureusement le commentaire de Séraphin est plus qu’un commentaire. Une véritable synthèse de qualité de l’ouvrage de Howard Gardner que j’ai lu et relu au début des années 90 du siècle passé. Il est constitué d’environ 600 pages ou plus.

      Merci Séraphin de cette belle synthèse que j’ai copiée et sauvegardée. Vous avez parfaitement résumé l’ouvrage en quelques lignes.


    • gaijin gaijin 4 janvier 12:06

      @Séraphin Lampion
      "Je ne sais pas ce qui s’est passé il y a 50 00 ans, mais pour Howard Gardner qui a inventé l’expression « révolution cognitiviste » (ou révolution cognitive selon les traductions)"
      mais ce n’est pas parce que gardner n’était pas là pour en parler que le fait n’a pas eut lieu ... vous croyez qu’il n’y avait pas de volcans avant le mot volcan ?


    • sound of sound of 4 janvier 12:58

      @gaijin
      Tout à fait d’accord ! Vous parlez d’évidences difficilement accessibles aux yeux du monde dans lequel on vie ;) Mais sait on jamais ?!


    • JL JL 3 janvier 18:37

      Intéressant, mais les considérations évoquées ne se prêtent pas à l’anthropocentrisme que l’on perçoit dans ce billet.

       

       A mon avis.


      • lephénix lephénix 3 janvier 18:40

        @JL
        à vrai dire, très modérément anthropocentriste  gardons une perspective cosmique et même chaosmique... la vie ne nous a pas attendus, elle s’accomplira longtemps après nous...


      • JL JL 4 janvier 09:05

        @lephénix
         
         ’’Pour Piazza, « le bonheur est la sensation hédonique qui résulte de l’activité du système endostatique, alors que le plaisir est généré par le système exostatique »...

        ’’
         
        Comment conjugueriez vous ça dans une dialectique joie vs angoisse ?


      • lephénix lephénix 4 janvier 19:38

        @JL
        difficile d’asséner des certitudes que personne ne pourrait se targuer d’avoir...
        la joie de vivre et de s’accomplir dépasserait toute dialectique : les Grecs ont adhéré à la« joie par la sagesse », les Romains à la joie par l’ordre et les « modernes » à la joie par la liberté  avec la charge d’angoisse qui va avec...
        tout dépend de la capacité d’accomplissement en chacun de la vie que l’on porte et nous porte  la vague retourne à l’océan, une conscience élémentaire à ne pas perdre de vue...ou de la capacité d’accueillir cette joie vitale en nous sans y « faire écran »... l’esprit est ce désir et cette volonté d’acccomplissement, désir et volonté...l’angoisse vient quand ça bloque et verrouille ce qui veut s’accomplir, vaste sujet...


      • sound of sound of 4 janvier 12:33

        Bof bof ... Y’a du bon et du moins bon ! C’est basique comme description de l’esprit humain et ces mécanismes ... Pas besoins de cité qui que ce soit pour comprendre qu’il y’a une réelle interaction en « l’esprit » et le « corps » ... Il ne s’agit d’aucune religions, il s’agit de déduction ... Je pense plutôt que notre esprit contient la consciences (jusqu’alors inqualifiable par nos scientifiques) donc pour eux ça n’existe pas ;) Car de toute évidence l’état de rêve est une formidable piste de la compréhension du mécanisme de la conscience. Cet ensemble (immatériel) est attribué physiquement au corps (cerveau), qui est lui même déclinable en d’innombrable parties (jusqu’a la particule la plus infime), attribuées à autant de fonctions possibles (miroir de nos actes, pensés et émotions), le tout relié dans son ensemble ;) 

        La médecine et ses dérivés sont un formidable outil de compréhension, mais ce ne sont la clé de la compréhension. Cette appréhension est capitale dans l’évolution de l’humanité. Médecine = science inexacte = remise en question permanente etc ...

        Donc d’après ce Monsieur « sure-diplômé » !!! et j’espere ne pas faire d’extrapolation ; nous dit que sans notre cerveau l’esprit ne peut pas fonctionner et perdurer. C’est donc remettre en cause l’existence de l’esprit, sa propre nature non ? Bah oui ... Si l’esprit ne perdure pas, et n’est « que » un matériel physique et biologique contenu dans un crâne, alors qu’est ce qui anime nos sens (jusqu’à nous tromper) lors de nos rêveries nocturne ? 

        Ne parlons pas trop de notion de symbolisme (qui pourrais très être représenté dans une partie de notre cerveau) qui pourrais probablement être une construction mentale rattaché à un émotion afin de créer l’expérience, afin de créer l’évolution à partir de ce qu’on pourrai dans une certaine mesure considérer comme du « désordre »... 

        Le débat est ouvert ;)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès