• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La cabale des Hébreux, par Paul Drach

La cabale des Hébreux, par Paul Drach

François Plantey est neuropsychiatre de profession et il a étudié l’hébreu à Jérusalem. Il nous présente, dans une préface dense et intéressante, David-Paul Drach (1791-1865), sa vie, son oeuvre. Ce dernier fut un ancien rabbin et un talmudiste réputé parmi les siens. Cependant, il se convertit au catholicisme romain et devint l’ami de Pie IX. Il fut fait chevalier et bibliothécaire de la Congrégation pour la propagation de la foi. Il a écrit entre autres De l’Harmonie entre l’Eglise et la synagogue pour montrer la parfaite continuité entre l’Ancien et le Nouveau Testament.

Plantey tombe sur La cabale des Hébreux « dans une prestigieuse bibliothèque monastique » au cours de sa quête intellectuelle. Ce livre le marque profondément, au point qu’il décide de le porter à la connaissance du plus grand nombre : « il nous parut un devoir de mémoire que de publier au moins ce petit ouvrage, précisément pour rendre témoignage à la vérité ». La vérité commence par la maîtrise des doctrines, des concepts et finalement des mots. Comme le dit parfaitement le docteur, il existe une méconnaissance et donc une confusion concernant le terme de cabale : « dans la majorité des cas le mot de cabale n’évoque guère que l’idée de complot, voire quelques notions de magie plus ou moins noire. » Dans sa volonté de clarté pédagogique, Drach commence son ouvrage par cette définition : «  le terme cabale, mot qui vient de l’hébreu, signifie enseignement, doctrine qu’on reçoit, c’est-à-dire, admet, sans examen, avec une foi entière, d’une autorité digne de toute notre confiance. » Afin de bien être clair sur les termes de son sujet, Plantey prend le temps de rappeler des définitions salutaires qui tordent le cou aux idées reçues : « La gnose orthodoxe n’est rien d’autres que la connaissance explicite des vérités révélées, la science de la foi. Le mot, avec l’idée qui s’y rattache, se retrouve dans l’Evangile (Luc 11,52) et dans les épitres des apôtres (1 Corinthiens 8,7 ; 13, 8) pour désigner, à côté de la foi qui adhère à la révélation sur l’autorité du témoignage divin, l’étude approfondie des dogmes à l’aide des lumières de l’Ecriture et de la tradition ». Plantey poursuit son explication : « la gnose est donc le naturel et le légitime exercice de la raison chrétienne : c’est un besoin pressant, pour quiconque pense, de rechercher à éclaircir les vérités révélées, à pénétrer les motifs et l’objet de la foi. » Il convient d’entendre la gnose comme la recherche de la vraie connaissance, et non pas l’assimiler à l’ésotérisme ou au gnosticisme qui relève d'une idéologie dualiste contraire à la croyance catholique (1). Pour appuyer son propos, il cite Clément d’Alexandrie qui écrivait déjà en son temps : « le nom de gnostique n’est mérité que par celui-là seul qui, ayant blanchi dans l’étude de l’Ecriture, garde la règle des dogmes apostoliques et ecclésiastiques. » Plantey continue sa réflexion en expliquant que l’enseignement suprême remonte à Adam lui-même. En effet la tradition, comprendre la transmission du vrai enseignement, ne subit aucune interruption depuis la création de l’homme : « La tradition primordiale, que rapporte le traité Pirké abot, issue d’Adam se déploie au fil des générations ; essence même de la religion catholique, cette tradition primordiale, selon saint Augustin, c’est déjà la religion catholique. C’est l’idée centrale de Paul Drach qui se fonde précisément sur l’évêque d’Hippone.  » Saint Thomas d’Aquin lui-même enseignait les deux propositions suivantes : «  1) Adam reçut par la révélation une connaissance des sciences naturelles et surnaturelles supérieure, en certain sens, à celle qu’aucun homme ne possédera jamais, et il eut la mission de les transmettre à sa postérité. 2) Adam eut la science explicite de la Trinité, de l’Incarnation, de la Rédemption et de l’Eglise ; et cette science se conserva, à travers les siècles, sous la forme explicite, chez l’élite de l’humanité, sous la forme implicite dans le peuple.  » 

Il nous paraît évident que la tradition primordiale, qui est la seule vraie tradition, se montre très éloignée des dérives idéologiques de Guénon (2). Le préfacier avance l’idée suivante : « on voit bien que la tradition primordiale des ésotériques plus ou moins guénoniens ne saurait être autre chose que la conscience inexacte de cette tradition  ». Si c’était simplement une « conscience inexacte »… Drach nous plonge au coeur des traditions et des enseignements profonds de l’Ancien Testament avec un savoir qui n’a d’égal que la pertinence de son propos. Ce dernier se trouve constamment circonstancié, dénué de tout sentimentalisme ou de faux semblant. Son but avoué, sans fard, reste de démontrer que l’Eglise Catholique est la seule héritière de l’Ancienne Alliance. Alors certes, l’enseignement de la cabale peut recouvrir une dimension non pas cachée, mais voilée qui peut en déranger certains. Drach en précise le sens : « Moïse avait la face voilée, pour ménager la vue faible des Juifs (Exode 29,35), mais Jésus-Christ s’est montré à visage découvert. » Cependant, même si les spécialistes de la Cabale semblent divisés sur le sujet, Drach pense que : « malheureusement l’ancienne et bonne Cabale s’est perdue en grande partie. » En parcourant les pages du traité de Drach, nous apprenons que les hébraïsants entendent par Cabale « science divine et philosophie divine. » Pourtant, l’ancien rabbin regrette vivement « que le seul nom de Cabale inspire, même à des hommes d’esprit et de savoir, nous ne savons quel sentiment d’effroi mêlé d’horreur. » De plus il rappelle très justement « que les docteurs hébreux n’ont cessé de proclamer que le Messie était l’objet final de toutes les prédications des voyants d’Israël. » Il enchaîne avec une idée fondamentale : « La Cabale, qu’on peut appeler la philosophie des Hébreux, lorsqu’elle était encore dans toute sa pureté, avait cela de particulier, qu’elle donnait ces notions sublimes auxquelles n’ont jamais pu arriver les plus profonds génies parmi les philosophes païens privés du secours de la révélation. » Il en profite également pour rejeter les accusations de panthéisme qui visent la Cabale des Hébreux. Par exemple, Adolphe Frank avait beaucoup critiqué la cabale dans son ouvrage (3). Toutefois, il avait dédicacé son travail à son maître en philosophie dont il était un fervent discipline, à savoir Hegel. Comme chacun sait Hegel ne se déclarait pas fervent adorateur du Dieu unique. La défense de Drach au sujet de la pureté doctrinale se montre à la fois surprenante et convaincante, de par les arguments proposés et les références mises en avant… Il termine son ouvrage de la meilleure des manières. Effectivement, il cite le Gloria en latin.

Le Docteur Plantey a eu une excellente idée de rééditer ce livre avec les Editions Via Romana. Sa préface est précieuse parce qu’elle nous permet de saisir les grandes lignes de la vie et de l’oeuvre de Drach. Sans elle, il aurait été ardu de s’y retrouver. Quant au traité de Drach, il se montre puissant et mystique. Après sa lecture, nous savons qu’il coexiste en réalité deux cabales comme l’enseigne Drach : « la première, la véritable cabale, dont l’enseignement remonte à Adam. Celle-ci fut transmise par la Synagogue. Et l’ensemble recouvre un caractère franchement chrétien. La seconde est en fait un mélange de magies, de théurgie, de superstitions ridicules » que nous considérons avilissantes pour l’esprit humain. Ce traité court, dense et puissant, rejette les fausses accusations à l’endroit de la cabale authentique en ayant préalablement défini ce qu’elle est réellement, à savoir une tradition orale compatible avec la pensée chrétienne…

 

Franck ABED

 

  1. Le gnosticisme défend l’existence d'un Dieu du Mal et d'un Dieu du Bien
  2. René Guénon (1886-1951) n’eut de cesse de tromper les catholiques avec qui il collabora, pour mieux diffuser le poison de ses théories occultistes, tout ceci au nom d’une prétendue défense de la « Tradition ».

(3) Il a publié en 1843 La Kabbale ou la philosophie religieuse des Hébreux, dans lequel il cherche à établir que le panthéisme constitue le fond de toutes les doctrines de la cabale.


Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 novembre 2017 16:03

    Je suis évidemment en totale contradiction avec l’auteur. Je préfère KABALEB. 



      • Gollum Gollum 4 novembre 2017 17:28

        Son but avoué, sans fard, reste de démontrer que l’Eglise Catholique est la seule héritière de l’Ancienne Alliance.


        Sans blague ? smiley

        • Gollum Gollum 4 novembre 2017 17:36
          1. René Guénon (1886-1951) n’eut de cesse de tromper les catholiques avec qui il collabora, pour mieux diffuser le poison de ses théories occultistes, tout ceci au nom d’une prétendue défense de la « Tradition ».
          S’il collabora avec les cathos c’est la démonstration même qu’il avait l’esprit large..

          On peut pas dire que la réciproque soit vraie.

          Sinon il n’y a aucun occultisme chez Guénon. De la métaphysique surtout, de l’ésotérisme beaucoup, du symbolisme.

          Mais pas d’occultisme au sens de maitrise de pouvoirs occultes dont Guénon se foutait comme de sa dernière tétine..

          Toujours les mêmes conneries habituelles chez les cathos à propos de Guénon. Mais on a l’habitude. On connait leurs tendances à la manipulation.

          Un bravo quand même pour avoir réhabilité le mot Gnose en faisant appel à Clément d’Alexandrie. C’est assez rare chez un catho pour être noté. La mauvaise foi, là encore, à propos de ce terme étant, dans la majorité des cas, de rigueur.

          • Gollum Gollum 4 novembre 2017 18:12

            Je rajoute que l’on ne voit pas trop comment il aurait pu tromper les cathos vu que son premier ouvrage était un ouvrage sur l’Hindouisme. Avec un point de vu favorable.


            Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il annonçait la couleur. Nulle tromperie donc. 

            Mais les tenants de l’aphorisme « Hors de l’Église point de salut » l’ont emporté. C’était assez fatal du reste.

            Ce qui est frappant aussi c’est le vocabulaire utilisé à propos de Guénon : trompeur, poison, avance masqué, ancien FM, que sais-je.. les rengaines paranoïaques habituelles quoi. smiley

          • Decouz 4 novembre 2017 18:29

            Un certain nombre des catholiques sont revenus à leur religion après avoir lu Guénon ou y ont trouvé un approfondissement : compréhension du symbolisme, du rituel, insistance sur la tradition (ici au sens particulier de transmission à l’intérieur d"une forme comme le catholicisme)...
            Guénon n’a pas trompé les catholiques, il leur a indiqué la marche à suivre pour éviter une totale désagrégation de l’Occident, cette démarche devait être élitiste, mais l’Eglise devait jouer un rôle essentiel, car on était encore loin de la pénétration des traditions orientales, et il considérait que le christianisme était la tradition providentiellement destinée à l’Occident.
            Quand il parle de Tradition primordiale, il n’est pas question uniquement des traditions abrahamiques (il n’exclut nullement la Kabale comme voie ésotérique), mais pour la première fois d’une manière claire et explicite, d’une Sagesse divine qui a donné à chaque peuple son propre message, sa propre forme religieuse ou spirituelle (c’est ce que dit explicitement le Coran, mais certains auteurs chrétiens ont aussi fait allusion à une tradition primordiale, c’est le sens de l’intervention de Melkissedek qui vient de nulle part, qui n’a pas d’ascendance et qui en le bénissant manifeste sa supériorité par rapport à Abraham).


            • robert robert 5 novembre 2017 17:09

              @Decouz
              Guénon connu aussi comme Cheikh Abd al Wahid Yaha à surtout suscité des convertions à l’Islam ; à sa suite Michel Valsan ou Cheikh Mustapha abd al 7Azziz suiivi de Charles André Gilis ou Abd ar-Razzaq Yaha qui met en lumière la véritable tradition selon lui.Toutefois je conseille un de ses livres : la Papauté contre l’Islam

              @ l’auteur

              je m’étonne que catholique, vous croyez en notre roi par la grâce de dieu ?? ce qui correspond à de l’associationisme à mon sens


            • Decouz 6 novembre 2017 17:05

              @robert
              Je connais les livres de Gilis, je répondais juste par rapport au catholicisme.
              Guénon a soutenu les positions de l’Eglise Catholique sur divers points : le modernisme, la crise avec l’’Action Française (prédominance du spirituel sur le politique), le Protestantisme...
              S’il a eu des adversaires avec Maritain et des milieux thomistes, il avait des appuis au Vatican, sans parler des catholiques qui se sont inspirés de son oeuvre.


            • JBL1960 JBL1960 4 novembre 2017 23:47

              Je n’ose vous proposer de prendre connaissance des travaux de recherche du Dr. A. Ezzat, traduit en français, et dont la dernière publication pose cette question : Pourquoi les Égyptiens ne se convertirent pas en masse après les 10 plaies bibliques ?

              Toutes ses publications, extrait de son livre "L’Égypte antique n’a connu ni pharaons, ni israélites, en quelle langue dieu a t il écrit les 10 commandements... Je les ai réunies dans un PDF que je viens de mettre à jour avec la dernière donc ► Traduction de la bible & falsification biblique.
              Et c’est à lire, télécharger et/ou s’imprimer gratuitement car tout ce qui participe du développement de l’humanité DOIT être accessible à tous et gratuitement, pas plus de « droits d’auteurs » et de « propriété intellectuelle » que de beurre en branche…


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès