• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La chanson de geste de Jupiter en Afrique

La chanson de geste de Jupiter en Afrique

A peine résolus quelques grands sujets régaliens (Castaner à la tête de LREM à la surprise générale, un remaniement ministériel d’enfer avec l’arrivée d’un illustre inconnu à un poste accessoire, une tournée chez les édiles de France qui commence par des sifflets avant de se clôturer sur des applaudissements – ces naïfs ont cru que le manque à gagner de la diminution des rentrées suite à la baisse de la taxe d’habitation serait compensé !), notre Jupiter se devait, histoire de poursuivre sa chanson de geste, d’aller faire le paon en terre d’Afrique. Tournée fut lancée à la mode Sarkozy, le poulbot gaulois allant depuis son jet de capitale en capitale semer la bonne parole du futur Roi d’Europe. Et comme à l’époque de Tintin distiller ça et la quelques piques bien senties à cette bande de bwanas banania mal blanchis, tout enamourés de respect devant le Petit Maitwe Blanc.

Ce fut donc en quelques petites journées bien condensées une distribution généreuse de propos lénifiants, entrecoupés de vils mensonges à la sauce Rothschild, d’absurdités historiques et de grossières leçons à destination de peuples soumis par essence. Car notre divin monarque sorti de sa propre cuisse n a de lien qu’avec sa propre légende, ne se sent en rien lié avec ses prédécesseurs et leurs locales destructions, et au-delà, ainsi vont les immortels, avec cette Histoire non officielle dont il sait faire fi comme personne. Car quoi : de quoi Macron est-il le nom, sinon de lui-même, et il s’agit ici comme ailleurs de se faire voir et entendre, non de dire le vrai. Et de faire bien sentir aux gueux qui est le maitre.

Nous eûmes aussi droit à un nouveau couplet sur les ravages de la colonisation. Oh pas celle de nos multinationales, pas Shell, pas Total, pas ces grands groupes bienfaiteurs de l’humanité, non : nos ancêtres, ces arriérés, ces nationalistes, ces grands parents, bref, ces franchouillards et avec eux notre histoire et notre fierté, pour ceux qui avaient loupé l’épisode de la campagne (un copier-coller de la déclaration du jour) une seconde couche fut nécessaire. Il est vrai que pour quiconque a la prétention de maitriser les horloges, réécrire l’histoire à la serpe en faisant du passé une obsession est comme qui dirait une technique de base.

Quant à l’actuelle colonisation, les ressources pillées, le franc CFA, les copinages avec les dictateurs locaux, sans parler des guerres ici et la tolérées voire accomplies par le pays qu’il préside : silence radio. En lieu de ça on eut droit à un bottage en touche cocasse par le parti pris amnésique qu’il posait à propos du retour de l’esclavage en Libye (sujet à propos duquel manifester à Paris sans se faire harceler par des CRS est quelque peu aléatoire). Non non non !, fit notre poupée Attali, nous européens n'y pouvons rien, c’est vous les africains qui vous exploitez et donc vous vendez vous-mêmes, bande de sauvages !

Tiens donc … La France, la Libye, 2011, le duo Sarkozy BHL, le gentil Juppé, tout ça balayés d’un revers de mains … La destruction d’un pays en parfait état de marche, alors le plus riche d’Afrique, et dont le dirigeant assassiné avait presque réussi a remplacer le franc CFA par une monnaie africaine, le financement d’Al Nosra (le gouvernement Valls dont faisait partie un Macron qui devait être un autre que l’actuel était quelque peu mouillé il me semble …) … Le business juteux de nos milliardaires marchands d’armes et par ailleurs propriétaires de médias plus que complaisants envers Son Altesse … Tout ceci fut comme on dit caché sous le tapis, balayé, oublié, ou plutôt masqué par le pro de l’entourloupe élyséen en tournée de promo. Apres tout ça ferait tache dans la geste du sauveur de l’Afrique que Monsieur Donneur de Leçons veut se façonner. On a connu budget maquillage plus élevé.

On eut droit aussi à un cours de démographie mâtiné de sauce économique. La cause du déclin africain nous susurra le grand penseur orléanais c’est que les africaines (ces gueuses) ne sont pas fichues de pondre moins de sept à huit gosses. Et ça, c’est LA raison par essence de la stagnation du continent à la fois le plus riche et le plus pillé de la planète.

Au fond le gentil Bill Gates et sa hantise de la surpopulation ne dit pas mieux. Le souci avec les pauvres c’est que ça se reproduit comme du chiendent.

Bigre ! Fallait la trouver ! Le problème de l’Afrique en fait c’est qu’il y a trop d’africains. Le problème de la vie c’est la vie, voyez, nous suggère l’aristocrate des grands corps d’état depuis son Aventin : c’est la reproduction de cette dernière qui fout la merde ! Passons sur l’erreur (forcement volontaire) du chiffrage : la boite à pondre continentale indique cinq là ou notre Powerpoint sur pattes récite entre sept et huit. Après l’homme africain passif face à son histoire, ancienne contine d’Henri Guaino, cette suite permettait une nouvelle fois au représentant direct des anciens colons et actuellement VRP des nouveaux d’accuser les serfs des méfaits dont ils n’en finissent pas d’être victimes, tout en les culpabilisant au passage.

Au colonialisme économique on ajoute une pincée de mépris de race sur fond de mensonges éhontés. En langage moderne ça s’appelle de la communication politique.

Puisqu’on parle gros sous, notre spécialiste du Haut de Bilan et de la vente à la découpe des bijoux de famille nous en a pondu une bonne, d’idée, une à laquelle même ivre je n’aurais jamais songé moi-même : changer la dénomination du franc CFA. J’imagine que, telle une vieille boite marquée à la culotte par de vieux dossiers puants, le changement de nom et donc d’image précèdera voire remplacera le changement tout court. Car quoi ? C’est une manne que cette Afrique pour nos dirigeants de tous poils, et s’il semble avéré que la chaine CFA compte parmi les causes majeures du dépérissement de la population, on ne change pas (sinon le nom et le logo) une formule qui fait autant palper aussi peu au détriment d’autant.

Je n’ose songer à ces jeunes étudiants invités promptement à écouter la parole de ce roquet censé nous représenter, nous français. Lesquels, avec un peu de mémoire, devaient pour certains se rappeler ce Chirac qui, il y a encore dix ans, était par eux et pour nous autres gueux du vieux continent considéré comme un authentique ami de l’Afrique. Fin connaisseur de leurs cultures et de leurs arts, qu’il sut mettre en lumière. Lui qui savait comme personne toucher le cœur des peuples de cet immense continent sacrifié aux intérêts de l’Occident, et qui formait comme un rempart.

Que vous est-il donc arrivé à vous nos amis français – devaient-ils songer en silence face au vacarme plein de morgue et de mépris de celui qu’on leur a vendu comme notre nouvelle savonnette ? Qu a-t-il donc bien pu vous arriver en aussi peu de temps ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.31/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Chourave Jeussey de Sourcesûre 30 novembre 2017 09:24

    Pour les Africains, Macron est un Toubab, comme vous et moi : un singe au cul rouge !


    • Chourave Jeussey de Sourcesûre 30 novembre 2017 09:40

      @Jeussey de Sourcesûre

      lien


    • JL JL 30 novembre 2017 10:06

      bonjour cristophecroshouplon,
       
      j’adore votre expression ’’sorti de sa propre cuisse’’ ! c’est la plus belle caricature que je connaisse à ce jour. De fait, « The rignt man at the right place » !
       
       ’’La cause du déclin africain nous susurra le grand penseur orléanais c’est que les africaines (ces gueuses) ne sont pas fichues de pondre moins de sept à huit gosses. Et ça, c’est LA raison par essence de la stagnation du continent à la fois le plus riche et le plus pillé de la planète.’’
       
       L’Afrique c’est 30 millions de km2 pour 900 millions d’Africains, soit une densité trois fois moindre que la France, et 10 fois moins que l’Inde !
       
       Ils devraient faire encore plus d’enfant !


      • William 30 novembre 2017 22:44

        @JL
        « une densité trois fois moindre que la France ... Ils devraient faire encore plus d’enfant ! ». Réjouissez-vous, la population de ce continent va quadrupler dans le siècle.


      • JL JL 1er décembre 2017 13:20

        @William
         
         hé bien s’ils deviennent plus riches que nous, nous pourrons émigrer, mais nous ce sera vers le soleil !
         
         Elle n’est pas belle, la vie ?
         
         smiley


      • William 2 décembre 2017 17:54

        @JL
        avec les problèmes d’insuffisance d’autonomie alimentaire pour 1 milliard, on voit mal comment il sera possible d’assurer pour 3 ou 4 milliards dans un continent où de nombreuses régions sont arides, et où la désertification s’accroit.
        Il existe déjà une petite émigration de nantis, justement parce que les prix sont bas et qu’ils vivent comme les colons de jadis.


      • troletbuse troletbuse 30 novembre 2017 10:13

        Voila un article que j’aime et que j’ai lu. J’applaudis.


        • Taverne Taverne 30 novembre 2017 10:58

          Et moi qui écrivais l’autre jour dans mon article que Macron était dans la stratégie de l’enclenchement et pas dans la tactique du déclenchement ! Je dois revoir ma copie.

          Quand on déclenche des rires et une polémique, il faut en anticiper et maîtriser tous les effets. Macron a mis les rieurs et la jeunesse de son côté par un déclenchement impulsif. De la spontanéité certes mais cela est très risqué. En réalité, on n’est pas passé loin d’un scandale diplomatique. La tactique du déclenchement est utile parfois mais il faut évaluer par avance quel public on va cibler, soit pour le rallier soit pour le railler. Il faut aussi calculer le nombre de ricochets que le caillou lancé va effectuer dans l’opinion et les médias. Mais ici rien n’était calculé, c’était un Macron ivre de lui-même qui n’a pas lancé un caillou mais une grosse boulette. Et, encore une fois, il a la chance de s’en tirer sans dommages. Mais cela ne saurait durer...


          • Fergus Fergus 30 novembre 2017 12:01

            Bonjour, Taverne

            « encore une fois, il a la chance de s’en tirer sans dommages »

            Il a même eu droit à des commentaires globalement élogieux, non seulement dans les médias français, mais également dans la presse africaine. Et il a réussi à séduire une large partie de son auditoire, pourtant constitué d’étudiants et non d’individus lambda inaptes à décoder la dialectique.

            Autrement dit, même si je partage certains constats de l’auteur, on est bien loin du bilan au vitriol qu’il tire de cette visite au Burkina Faso. Un bilan qui pose une question : les interlocuteurs de Macron étaient-ils tous des imbéciles ?

            Comme toujours, la vérité est sans doute entre les deux : entre les propos tenus par les thuriféraires des médias mainstream et ceux des contempteurs radicaux.

            Un mot encore : je pense comme toi que Macron gagnerait à canaliser sa fougue s’il veut éviter tôt ou tard un gros clash qu’il aurait bien cherché.


          • Taverne Taverne 30 novembre 2017 17:21

            @Fergus

            Quand les choses se passent entre personnes civilisées et respectueuses, celui qui est interrogé par erreur répond quelque chose du genre « cela n’est pas de ma compétence. La centrale étant financée par les crédits français, je peux comprendre votre confusion. Mais, c’est de la compétence de votre président. Il vous répondra donc sur ce point tout-à-l’heure » et il se tourne vers le président du pays hôte pour guetter une approbation ou une éventuelle demande de prise de micro.

            N’est-ce pas ainsi que les choses auraient dû se passer ? En même temps, je dis mais j’dis rien...Il n’a pas de conseiller, notre président ?


          • jaja jaja 30 novembre 2017 13:36

            La réponse des Africains à la visite de Macron... Des images qu’on ne verra pas à la télé qui sait toujours quoi nous montrer et sur quoi nous faire réagir bêtement- :

            https://www.facebook.com/DKMentaliste/videos/1749358775373706/


            • Doume65 30 novembre 2017 14:14

              Pour ceux qui voudraient bien savoir ce qu’il y a dans la bulle de l’illustration.


              • Taverne Taverne 1er décembre 2017 14:13

                Quelque chose qui me surprend : Christian Kaboré a été élu président de la république. Mais quand il s’est levé pour sortir, qu’a-t-on vu ? Un trône vide. Un trône  !

                Si la jeunesse garde longtemps cet épisode comme un souvenir plaisant, après tout, on peut dire que pour Macron le tour est joué. Ils incarnent l’avenir. Mais l’avenir le dira.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès