• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Chine commence à montrer les dents à l’Occident

La Chine commence à montrer les dents à l’Occident

La politique étrangère chinoise change rapidement. Il n'y a pas si longtemps, la rhétorique de la Chine était prudente, mais maintenant, les diplomates chinois sont "autorisés à agir parfois de manière provocatrice", disent les experts. L'exemple en est la déclaration de la Chine sur les îles lointaines autrefois arrachées à l'Argentine par le Royaume-Uni. Et c'est un signe de changements mondiaux dans le rôle de la Chine sur la scène mondiale. En quoi consistent-ils ? 

La semaine dernière, le vice-ambassadeur de la Chine à l'ONU, Geng Shuang, a lancé une initiative résonante. Il a appelé à la reprise des négociations entre l'Argentine et le Royaume-Uni sur le sort des îles Falkland (que Buenos Aires appelle les Malouines). 

Il s'agit d'un groupe d'îles situées à 600 km des côtes argentines, qui sont revendiquées par les Argentins et les Britanniques - et ce sont les Britanniques qui les contrôlent, ayant gagné la guerre pour ces îles en 1982. Londres refuse même de reprendre les négociations sur le sort des îles, se référant au référendum de 2013 (lors duquel 99,8% de la population des Falkland a voté pour conserver l'archipel au sein du Royaume-Uni). 

Et voilà que Pékin a ouvertement soutenu la position de Buenos Aires. Et a même intégré le conflit territorial argentino-britannique dans le discours anticolonial global, qui définit en partie les relations entre l'Occident global et le Sud global. "La question des îles Malouines est un héritage historique du colonialisme. Bien que l'époque coloniale soit révolue, l'hégémonisme et la politique de puissance correspondant à la pensée coloniale existent à ce jour", a déclaré Geng Shuang. 

Ainsi, l'Argentine a obtenu le soutien de la deuxième superpuissance mondiale. Un pays qui prétend refléter l'opinion et le dénominateur commun de la majorité mondiale. Dans ce cas, nous assistons à une situation qui n'est plus "l'Argentine contre l'Occident collectif et le Royaume-Uni", mais "le Royaume-Uni et l'Occident collectif contre la majorité mondiale". C'est une tout autre répartition des forces sur la scène politique et médiatique mondiale. 

Pourquoi la Chine fait-elle cela ? 

À première vue, la réponse est évidente. Londres s'immisce ouvertement dans les affaires de la Chine et attise la question relative à Hong Kong (soutenant de toutes les manières possibles sur l'île ceux qui sont pour limiter l'ingérence chinoise dans les affaires internes de Hong Kong), et fait partie de l'alliance militaire antichinoise Aukus. Pékin répond donc en attisant la question des Falkland, en raisonnant à juste titre que plus les Britanniques auront de préoccupations en dehors de l'Asie de l'Est, moins ils gêneront la Chine. 

Cependant, en réalité, les intérêts chinois sont bien plus larges. Toute l'histoire du soutien à l'Argentine est l'un des signes visibles de la réorganisation globale de la politique étrangère de la Chine. Un passage de la politique de Deng Xiaoping, où l'essentiel était de "rester dans l'ombre", à la politique agressive et assertive de Xi Jinping. 

La transition est logique et organique. À l'époque de Deng Xiaoping, la Chine ne disposait pas de suffisamment de ressources, surtout économiques, pour mener une politique étrangère mondiale. Maintenant, elle en dispose. De plus, à un certain moment, Pékin devait passer d'une expansion économique mondiale (commencée dans les années 1990 et 2000) à une expansion militaire et politique, pour protéger ses investissements. 

Enfin, la politique de Washington a servi de stimulation importante pour cette transition. La confrontation avec Pékin a été déclenchée par les États-Unis, notamment sous l'administration Biden. C'est cette administration qui a rendu cette confrontation systémique et structurée. Elle en a fait une priorité dans la politique étrangère américaine. 

L'expansion militaire et politique de la Chine se déroule sur trois axes. 

Premièrement, l'activation de la rhétorique à travers l'établissement d'un discours anti-américain mondial. Par exemple, l'anticolonialisme. En février, le ministère chinois des Affaires étrangères a publié un document critiquant sévèrement la politique des États-Unis et de leurs alliés sur la scène internationale. Il a qualifié cette politique d'injuste et de néocoloniale. Cette critique n'était pas caractéristique des documents chinois précédents. La politique étrangère chinoise devient plus agressive. Les diplomates chinois, en particulier de haut niveau, ont reçu des instructions en ce sens. 

Deuxièmement, sous la forme d'une participation de plus en plus active de la Chine dans les affaires au-delà de l'Asie de l'Est. La Chine souhaite développer la coopération avec les pays d'Amérique latine, d'Afrique, d'Asie - ces pays qui semblent prometteurs en termes de perspectives de croissance économique et de développement politique, mais qui jusqu'à présent n'ont pas eu la possibilité de s'épanouir en grande partie à cause de la pression des pays occidentaux. L'Argentine est l'un de ces pays. 

L'intervention de la Chine dans le dossier des Falkland reflète également un autre aspect de la participation : la présence de Pékin et sa position dans les conflits mondiaux. 

La Chine agit de plus en plus comme une grande puissance et définit ses positions sur des questions mondiales et de sécurité internationale dans d'autres régions du monde. Les manifestations concrètes de cette politique sont l'initiative chinoise pour résoudre le conflit ukrainien, ainsi que le rôle de médiateur dans le rapprochement entre l'Arabie saoudite et l'Iran. 

Enfin, troisièmement, la Chine étend sa présence militaire à l'étranger. Auparavant, elle ne se souciait pas de fournir, par exemple, un parapluie de sécurité à d'autres pays. Maintenant, la Chine dit ouvertement que le parapluie de sécurité américain est clairement insuffisant au Moyen-Orient et dans de nombreux pays d'Asie. 

La politique étrangère chinoise change sous nos yeux, elle devient plus active. Auparavant, Pékin était principalement intéressé par la sécurité de ses investissements et la rentabilité des projets économiques à l'étranger. Maintenant, en plus de ses intérêts purement pragmatiques, Pékin passe à la mise en œuvre de son programme militaro-politique. La Chine se comporte comme une grande puissance classique, présente dans toutes les régions du monde et prenant position sur les questions mondiales et régionales.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram : https://t.me/observateur_continental

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=5029


Moyenne des avis sur cet article :  2.44/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 29 juin 10:43

    Merci, je cite : La Chine souhaite développer la coopération avec les pays d’Amérique latine, d’Afrique, d’Asie - ces pays qui semblent prometteurs en termes de perspectives de croissance économique et de développement politique, mais qui jusqu’à présent n’ont pas eu la possibilité de s’épanouir en grande partie à cause de la pression des pays occidentaux. L’Argentine est l’un de ces pays. 

    coopération, le mot magique, notre chemin, enfin LE SEUL CHEMIN pour les humains, là où nous devons aller..

    si l’équité suit, nous survivrons..

    sinon : that’s all folks.. !!


    • @Géronimo howakhan

      That ’s all folks.. !! 
      it’s true that .. (c’esr vré çà smiley avec l’accent de la mère Denis ) smiley


    • titi titi 29 juin 14:31

      @Géronimo howakhan

      "à cause de la pression des pays occidentaux. L’Argentine est l’un de ces pays. 

      "

      Elle est bien bonne celle là.

      L’Argentine est en faillite depuis 30 ans et ne survit que par l’argent prété par les occidentaux justement.


    • chantecler chantecler 29 juin 17:41

      @titi
      "ne survit que par l’argent prété par les occidentaux justement.

      « 

      Celle là est encore la meilleure !
      Dans le style : je te dépouille mais je te prête de l’argent .
      Mais pas gratos et avec conditions .
      ...
      Et puis du pognon j’en fabrique autant que je veux , il vaut que dalle , mais si t’es pas content je te sanctionne et je te fais la guerre !

      C’est peut être la fin d’un monde , depuis les »grandes découvertes" non ?
      On a bien rigolé , on a chié sur les autres populations , on le a dépouillées, massacrées mais maintenant elles se rebiffent !


    • titi titi 29 juin 23:53

      @chantecler

      « On a bien rigolé , on a chié sur les autres populations , on le a dépouillées, massacrées mais maintenant elles se rebiffent »

      Sauf que présentement pour la cas de l’Argentine, faudrait perdre l’habitude de raconter n’importe quoi.

      Au 19è, et jusque dans les années 1930 l’Argentine avait un niveau de développement et de prospérité supérieur à la plupart des pays européens, dont la France.

      Les européens ont donc laissé l’Etat Argentin dans état meilleur que celui trouvé en entrant.

      Le merdier qui est advenu après, c’est bien les Argentins qui l’on fait
       


    • microf 30 juin 15:52

      @chantecler

      J´ai pensé comme vous lorsque j´ai lu ce qu´il a écrit.
      Vous savez notre très cher @titi ne réfléchi jamais avant d´écrire quoi que ce soit.

      Heureusement que les BRICS sont en cours de route, la Banque des BRICS a été créée, tous ceux qui ont des capitaux sont entrain de faire la queue pour en faire partie, après le Sommet d´Août en Afrique du Sud, la face du monde va complètement changer.


    • Louis 29 juin 12:13

      Les chinois, tant qu’ils ne viennent pas nous parler des « confettis de notre empire » tout va très bien. Mais que notre Prince ne les fasse pas trop chier avec nos sous -marins et nos avions. Il faudrait quand même lui rappeler qu’après son voyage dans l’ile de Guyane comme il disait où il tripota de jeunes éphèbes au corps de rêve ,dans l’ile de Cayenne selon son vizir que Nouméa, Papeete, Uvea, Alo et Sigave sont plus proches de la Chine que de la France .


      • Parrhesia Parrhesia 29 juin 13:09

        Et oui ! 

        Que des cerveaux à la tête du Nouvel Ordre Mondial !!!

        Mais aucun qui n’ait compris qu’emmernuyer bêtement Vladimir à seule fin de jouer les gros bras mondialistes aux frontières de la Russie, c’était encore le meilleur moyen d’offrir sur un plateau à Xi Jinping le leadership de l’opposition crypto-communiste...

        Mais à part ça, c’est pas grave !!!


        • Com une outre 29 juin 19:17

          La Chine fait partie des Brics qui recrutent à tour de bras des pays volontaires. 13 sont en attente de réponse je crois dont ceux d’Amérique du sud. C’est clair, les américains vont se faire éjecter de partout, même à leur porte. La Chine est en train de leur donner un cours de surf.


          • Lynwec 29 juin 20:03

            @Com une outre

            On ne peut pas indéfiniment se comporter comme une brute et racketter autour de soi puis s’attendre à être adoré .
            Les Chinois ne seront peut-être pas beaucoup mieux, l’avenir le dira, mais ils feront très difficilement pire, la barre est tellement haute...


          • AmonBra AmonBra 29 juin 20:05

            Merci @ l’auteur pour le partage.

            A échelle géopolitique planétaire, c’est tout simplement la réponse du berger à la bergère !

            Or au petit jeu de je me mêle de ce qui ne me regarde pas, l’Ôxydant prétendument collectif mais surtout colonial ou/et néocolonial, a bien plus a perdre que la Chine ou la Russie et, à présent plus que jamais, ces dernières ont les moyens de lui « chier dans les bottes » bien plus efficacement que celui ci ne peut le faire.

            La France du guignol Macron est en train de le découvrir à ses dépens en Afrique et les U$A en Amérique latine, alors de quels droits la perfide Albion, avec son ex empire colonial « ne voyant jamais le soleil se coucher », y dérogerait elle !?

            Les hostilités de tous types sont donc déclarées et si ce n’est pas le binôme sino-russe qui les a initié, c’est lui qui les clôturera, car a chercher incessamment ce qu’ils ne devaient pas chercher, les suprémacistes dégénérés ont fini par trouver ce qu’ils ne cherchaient pas. . .


            • JPCiron JPCiron 29 juin 23:17

              La Chine commence à montrer les dents à l’Occident >

              Les Chinois étaient tranquillement en train de faire leur business, et on vient leur mettre des bases militaires à droite et à gauche... il faut bien qu’ils réagissent... car ils n’ont pas l’intention, eux, de finir comme vassaux de quiconque... Alors on les accuse d’intentions hégémoniques... et la Chine doit se réveiller et mettre son système militaire à niveau face à la menace occidentale... ils ne s’étaient pas méfiés... 

              Quand on vient foutre la merde chez les autres, et si ces derniers en ont les moyens, ils réagissent. L’occident avait pris l’habitude que l’on se couche devant le suzerain.

              A jouer aux cons, ça finira par péter. Certains préfèreront crever avec les autres plutôt que de se soumettre. C’est le risque qu’on nous fait prendre, alors qu’on n’a rien demandé.



              • I.A. 30 juin 10:29

                Que la Chine copie les Anglo-Américons pour leur faire la leçon, c’est un juste retour des choses... Tant qu’elle ne les imite pas totalement.


                • zygzornifle zygzornifle 30 juin 14:28
                  La Chine commence à montrer les dents

                  J’espère que les dents sont bien brossées, on a déjà eut le covid de leur part, maintenant je me méfie .....


                  • microf 30 juin 15:57

                    Il était temps que la Chine montre enfin ses dents, car c´était comme si la Chine est « sans dents ».

                    Il n´ya pas très longtemps de cela l´Occident traitait la Chine de « l´homme malade de l´Asie », aujourd´hui, le malade est guérit, et qui est malade aujourd´hui ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité