• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Chine est-elle un pays communiste ?

La Chine est-elle un pays communiste ?

Il n’est pas rare qu’un expert breveté SGDG (1) soit invité sur le plateau d’un de ces talk-shaws médiatiques unanimistes pour nous expliquer d’un air profondément convaincu et bardé d’arguments que l'essor économique spectaculaire de la Chine aurait commencé quand ce pays a "abandonné" le communisme pour se convertir à la seule vraie foi révélée, celle du capitalisme.

C’est tellement simple que c’est imparable, et pourtant… c’est faux.

La politique opportuniste de la Chine depuis la mise en œuvre du Gǎigé kāifàng (littéralement : « Réforme et ouverture ») a consisté à entretenir avec l'Occident capitaliste des relations avantageuses pour la Chine plutôt que de se scléroser derrière la grande muraille et rendre un culte à ses principes dans les temples de la Cité Interdite. Si l’ordre occidental est néolibéral, la Chine commerce avec l'occident dans son contexte néolibéral.

Pour communiquer avec d’autres puissances, les Chinois ont appris leurs langues (le chinois étant réputé indéchiffrable, les occidentaux n’ont même pas essayé de l’apprendre), mais ce n’est pas pour ça qu’ils abandonnent la-leur, ou plutôt les-leurs (la Chine est une fédération de peuples aux idiomes multiples utilisés à des niveaux différenciés, sommaires ou savants).  De la même façon, ce n’est pas parce que la Chine a appris à commercer avec des états où dominent des systèmes économiques différents du sien, plus ou moins adeptes du « néolibéralisme » (ou capitalisme sans entraves) que ce pays va adopter pour son propre usage, intégrer, intérioriser les politiques économiques « néolibérales ».

Si la Chine était capitaliste, alors il s’agirait d’un « capitalisme bureaucratique ». Mis à part le marché noir impossible à quantifier et quelques étals de fruits et légumes, il n’existe pas de « marché » en Chine. La règle de la concurrence et la loi de l’offre et de la demande ne sont pas les deux premiers des dix commandements.

Il existe des banques privées, mais elles sont strictement réglementées, ce qui n’a pas empêché de se développer système bancaire parallèle et un réseau souterrain dans lesquels toutes sortes de transactions douteuses peuvent s’opérer.

Le foncier appartient à l’État, même les terrains sur lesquels les maisons et immeubles privés (qui eux existent) sont construits. Un bail emphytéotique de 99 ans le permet.

La principale activité d’échanges commerciaux avec l’étranger consiste à sous-traiter pour le compte des sociétés occidentales qui cherchent à délocaliser leur production, que ce soit en installant leurs propres usines en Chine ou en passant un contrat avec une usine chinoise. La liste de « donneurs d’ordre » n’en finirait pas ! Même les « magasins d’usine » (ce qui ne signifie pas « produits locaux) des zones industrielles du textile économiquement sinistrées vendent ces produits dans des locaux jouxtant l’ancienne usine locale désaffectée (quand elle existe encore).

Cette volonté des dirigeants Chinois de refuser l’adoption du système économique néolibéral et un système politique alternatif justifiant l’approfondissement des inégalités par le principe de « liberté » (les troisième des dix commandements) a une explication simple : si Staline a servi d’idéal du moi à Mao et si l’URSS a été la matrice de la RPC, Xi Jinping n’est pas le frère siamois de Poutine et le passage de l’Union Soviétique à la CEI a donné matière à réflexion aux héritiers du Céleste Empire. La glasnost et la pérestroïka n’étaient rien d’autre que l’adhésion feutrée à un capitalisme à part entière qui a provoqué un pillage de l’économie par les membres de la nomenklatura qui détenait déjà les leviers et qui, sans personne ni rien pour les contrôler, sont devenus du jour au lendemain des oligarques, mais qui a provoqué aussi l’implosion d’une puissance et d’un statut géopolitique que la Russie actuelle a perdus.

En 2017, un sondage IPSOS publié par « Visual Capitalist » a montré que 90% des Chinois pensaient que leur pays allait dans la bonne direction, contre 37% des Britanniques au Royaume-Uni et 35% des américains aux États-Unis et 12% des Français en Macronie.

Le chiffre du Royaume-Uni devrait être encore plus bas aujourd'hui après le fiasco du Brexit, de même que celui des États-Unis dont la population ne partage pas unanimement les visées de son président sur le Vénézuéla et l’Iran. Pour ce qui est de la France, l’épopée des gilets jaunes montre à elle seule la faillite du projet « en marche ».

En attendant, pour répondre à la question posée dans le titre, si « bureaucratie » et « optimisme de la population » sont synonymes de « communisme », Alors la Chine parait bien répondre à ce qualificatif.

 _________________________________________________________________________

(1) « Breveté SGDG » était en France une mention légale dégageant l'État de toute responsabilité sur le bon fonctionnement effectif du dispositif breveté.


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • eddofr eddofr 20 juin 18:02

    Mon ressenti personnel, et en cela je peux me tromper, n’étant pas un spécialiste de la Chine, c’est que ce pays est resté, avant toute chose, l’Empire Céleste (et c’est plutôt un compliment de ma part).

    Que ce soit lors de la soit-disant révolution communiste ou lors des derniers changements de politique économique vis à vis des puissances étrangères, je crois que la Chine n’a fait que relooker sa « page d’accueil » ...

    A ma connaissance il n’existe ni n’a jamais existé de régime Communiste, stricto-sensu. 

    Il y a bien eu des tentatives, d’aller vers un tel système, mais elles étaient toutes vouées à l’échec car il ne peut y avoir de vrai communisme sans une adhésion fortement majoritaire du peuple, un niveau éducatif élevé et une moralité sans reproche de « presque » tout un peuple et en particulier de ses élites (les vrais, ceux qu’on admire et qu’on suit, pas une caste de possédant dont le seul mérite est d’être nés et de se proclamer supérieurs)..


    • Coriosolite 20 juin 19:26

      Bonsoir,

      La Chine est plutôt une société hybride entre capitalisme libéral et socialisme étatique à la chinoise.

      Quelques faits :

      abandon de la planification socialiste

      privatisations et fermetures d’entreprises d’Etat non rentables

      croissance des inégalités de revenus (revenus en hausse générale mais partage inégal de la richesse) et enrichissement maximum d’une couche de capitalistes

      monétisation totale de l’économie (sous Mao on recevait des bons de consommation en échange des heures de travail coopératif)

      création d’une bourse des investisseurs très active et relativement libre

      rôle actif des grands patrons de l’industrie au sein du parti communiste pour déterminer la politique économique

      révision de la Constitution pour protéger la propriété privée

      Par contre au niveau politique le PCC reste le parti unique qui détermine et pilote la politique , surveille et contrôle de près la population, et ne se gène pas pour intervenir arbitrairement sans se soucier vraiment de ses propres lois, par exemple quand il s’agit d’expropriation pour la réalisation de grands travaux.

      Ce qu’on peut dire aussi c’est que dans un pays aussi immense et aussi divers culturellement et économiquement, si il n’y avait pas un pouvoir central fort (qui conserve quand même un rôle protecteur pour la population) la Chine aurait sans doute sombré dans la chaos et la division.


      • Spartacus Spartacus 20 juin 20:00

        Oui c’est un pays communiste. Mais il y a eu Xiaogang et Deng Xiaoping...


        A Xiaogang, un groupe d’agriculteur au lieu de collectiviser les terres, il y a eu un contrat « secret » entre eux et chacun a été responsable de sa parcelle et payé par les résultats de « sa parcelle » et chacun pouvait garder les bénéfices et excédents de sa parcelle sans être partagé de force. Un copié-collé de capitalisme

        La productivité a explosé.


        En 1980 Deng Xiaoping a redressé le pays avec cet exemple et a libéralisé l’économie comme en pays capitaliste.

        Création de zones libres les « ZES » et le droit de propriété rétabli et la fin de la diabolisation de l’enrichissement.

        Un slogan « il est glorieux de s’enrichir ». (imaginez avec nos ringards Jaloux type France Insoumise sortir ce genre de slogan)  smiley

        La productivité et l’économie a explosé. Et aujourd’hui il y a 500 milliardaires chinois et milliers de millionnaires. 

        Le rôle de l’état avec Deng Xiaoping a tellement été réduit que la France apparaît plus communiste que la Chine.

        L’état chinois absorbe que 40% du PIB pour ses dépenses publiques, là ou l’état Français en accapare 57%.

        Mais.......Le vent a tourné sec et fort en 2019.... 

        Xi Jingping a pris la grosse tête et est devenu dictateur à vie

        Au plus mauvais et pire moment.

        Avec Trump aux USA qui ne veut la réciprocité et entrepend une guerre commerciale, Modi en Inde et Bolsonaro au Bresil qui commencent un rattrapage concurrentiel direct....

        Une europe ou les dettes plombent la croissance et devient un marche de merde.

        Avec des prets aux pays insolvables comme le Venezuela qui ne paiera jamais les serveurs de Huawei.

        Xi Jinping est en train de détruire le tournant capitaliste de 1980 qui permettait à la Chine de se démarquer.

        Les conséquences vont être désastreuses tant pour la Chine que pour le monde.

        Xi Xingping est un crétin qui prône le retour au communisme et le retour à l’obscurantisme Marxiste.....

        Dictateur incapable, et une Amérique qui l’a pris en grippe alors que c’est son débouché principal.

        Les gens qui réussissent commencent a quitter la chine et mettent leurs enfants dans des écoles en occident capitaliste. 

        La terreur et le contrôle totalitariste et l’état policier devient omniprésent.

        La croissance recule et les immeubles neufs se vident. La demande de travailleurs recule et les chômeurs font leur apparition. Les faillites commencent.

        Les denrées alimentaires deviennent inabordables en agglomération.

        Hong Kong veut la démocratie. 

        Attention les images de winnie l’ourson sont « comunistement » interdites, le crétin y est comparé et il n’aime pas la critique.....

        Ca commence a puer l’économie Chinoise.

        L’inde va prendre sa place discrètement dans les 20 prochaines années....

        Depuis 2019, ils ont même commencé à financer les films d’Hollywood, pour demander dans les blockbuster on ne parle pas des problème chinois..

        Rien contre les chinois dans le dernier Mission Impossible... Mais il a fallut payer.


        • CN46400 CN46400 21 juin 09:58

          @Spartacus
          « Dictateur incapable, et une Amérique qui l’a pris en grippe alors que c’est son débouché principal. »

          La critique de Spartacus est toujours aussi mesurée. Sauf que les USA ne sont que le « débouché principal » des produits que les capitalistes US font fabriquer en Chine pour profiter (profits...) du coût quasi nul de la main d’oeuvre chinoise qui, lui, est couvert par la vente, en Chine (marché d’1,3 milliards de têtes), de ces productions. Voilà pourquoi l’idiot Xi peut regarder Trump avec un zeste de condescendance.....


        • CN46400 CN46400 21 juin 10:25

          @CN46400
          « En 1980 Deng Xiaoping a redressé le pays avec cet exemple et a libéralisé l’économie comme en pays capitaliste. »

          Deng n’a pas privatisé la terre qui reste propriété de l’état, il a privatisé le travail sur des terres confiées en usufruit gratuit à ceux qui les travaillent !


        • Eric F Eric F 21 juin 20:55

          @Spartacus
          En Chine, l’immobilier et l’essentiel des banques et entreprises dépendent de l’état (par exemple Huawei est une émanation du ministère de la défense), il y a un parti unique et l"état effectue une planification économique (on en est au 13 plan quinquennal), mais selon vous le pays est moins communiste que la France ! Votre parti pris relève de la névrose obsessionnelle !


        • Spartacus Spartacus 23 juin 17:55

          @CN46400

          Dans un monde ou la valeur est immatérielle, Amusant de croire que « posséder la terre » ou les usines est important.

          Nike n’a aucune usine.

          Google, facebook ou Apple pas plus.


        • Laulau Laulau 21 juin 08:05

          La Chine n’est effectivement pas un pays où règne le libéralisme économique échevelé de l’occident. De là à dire que c’est un pays communiste ...... il y a une très grande marge.


          • Jean Keim Jean Keim 21 juin 08:18

            On peut se disputer sur le régime politique de la Chine comme sur le sexe des anges ou encore la probité de la politique.


            • zygzornifle zygzornifle 21 juin 09:10

              La chine est autant communiste que la France démocratique .....


              • CN46400 CN46400 21 juin 09:40

                Pour être communiste un pays, ou un groupe de pays, devrait distribuer les richesses produites en fonction des besoins de chacun. Capable de gérer les contradictions sociales et nationales par la négociation, le(s) état(s) concernés n’entretiennent plus aucune armée...

                Jusqu’à présent aucun pays n’a répondu à ses critères. Pas plus la Chine que l’URSS qui ont dû, et doivent (Chine) réaliser l’accumulation primitive du capital, conséquence involontaire de l’arrivée de communistes au pouvoir avant que le capitalisme ait rempli, dans ces territoires, son rôle historique.

                 C’est la conscience de cette réalité qui a conduit Lénine, puis Deng Xiao Ping, à promouvoir la NEP pour réaliser cette accumulation. Les capitalistes, y compris étrangers, étant alléchés par des perspectives de profits rondelettes. Et ce malgré le fait que ces gens devaient abandonner tout espoir de dominer, comme cela existe dans les contrées capitalistes traditionnelles, l’état.

                Entre Lénine et Deng, une différence essentielle, la politique de Deng s’est poursuivie après sa mort, avec les résultats que l’on connaît, alors que la NEP de Lénine n’a pas survécu à son initiateur. Le stalinisme a crût qu’on pouvait, dans une autarcie quasi totale, réaliser cette accumulation sans collaborer avec le capitalisme évolué occidental. Ce fût, hormis dans le domaine militaire, un échec, notamment au niveaux des produits manufacturés, dont la pénurie persistante à causé la chute du régime.

                « Il n’y a pas de paradis socialiste possible dans un monde dominé par l’enfer capitaliste » (Fidel Castro)


                • Eric F Eric F 21 juin 21:10

                  En fait, les pays émergents se développent, un grand nombre de pays post-industriels aux couts de production élevés régressent, et les pays où la corruption domine stagnent : la « perception » par les habitants rejoint la réalité !
                  Je suis juste étonné du mauvais score de la Corée du Sud, il doit y avoir des raisons politiques internes qui nous échappent.

                  Concernant la France, on se souvient, dans un autre contexte de la phrase du géméral de Gaulle « Françaises, Français, vous voyez où risque d’aller la France, par rapport à ce qu’elle était en train de devenir », eh bien on voit où est la France est par rapport à ce qu’elle semblait promettre à la fin des 30 glorieuses, voire même jusqu’au début des années 2000 ! Un seul exemple : le nucléaire civil : des dizaines de centrales ont été déployées dans les années 70/80 qui sont finalement plus fiables et performantes que prévu (durée de vie prolongée), mais on est désormais incapable de déployer l’EPR.


                  • CN46400 CN46400 22 juin 01:44

                    @Eric F
                    Le nucléaire civil français a subit le contrecoup d’évènements (Tchernobyl, Fukuchima),et de décisions malheureuses (arrêt de Super phénix, démantèlement de Creusot-Loire, Framatome, concurrence Areva-EdF, et Alstom maintenant..) qui ont conduit à un gaspillage lamentable du savoir faire !


                  • Parrhesia Parrhesia 19 octobre 10:45

                    Faisons simple !

                    La prospérité de la Chine peut se résumer en deux phrases :

                    1) « La Chine a accepté de reprendre dialogue et négociations commerciales avec les pays ultra-libéraux tout en maintenant son propre système ultra-protectionniste !!! »

                    2) « L’âpreté au gain des boutiquiers importateurs occidentaux et l’aveuglement pathologique des électeurs occidentaux sous hypnose médiatique a fait le reste »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès