• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La CNAF aux vaches maigres … Avec l’aval de l’UNAF (...)

La CNAF aux vaches maigres … Avec l’aval de l’UNAF !

Le conseil d’administration de la Caisse nationale d’Allocations familiales a voté pour la COG qui lie la branche Famille de la Sécurité sociale et l’Etat pour les 5 prochaines années.

Les confédérations syndicales, y compris la CFDT ont voté contre cette Convention d'Objectifs et de Gestion.

Si l'UNAF , représentant les familles avaient voté contre, ce texte de régression aurait été rejeté.

Le président de la délégation UNAF à la CNAF proposait l'abstention....

Pour la présidence de l'UNAF, il fallait montrer que l'institution était constructive, c'est à dire docile, c'est pourquoi elle a donné des consignes de vote aux administrateurs de l'Union Nationale des Associations Familiales.

Venons à cette COG et à l'appréciation portée par la CFDT, centrale pourtant très mesurée :

 

« La revalorisation annuelle de 2% du fonds national d’action sociale (FNAS) est une progression modérée. Entre 2013 et 2017, le FNAS avait augmenté en moyenne de 4,3 % par an et constitue un gel de la dynamique d’action sociale et engendrera des mesures d’économies, par exemple sur l’accompagnement périscolaire, les lieux d’accueil parents/enfants, la médiation familiale, l’animation de la vie sociale ainsi que l’aide à domicile… Les conséquences seront lourdes sur le tissu associatif et surtout sur les familles les plus fragiles. En parallèle, les 101 CAF devront faire des efforts budgétaires, baissant de 5 % par an leurs dépenses de fonctionnement et, d’ici à 2022, ce sont 2100 poste d’agents qui devront avoir été supprimés, notamment par le non-remplacement des départs à la retraite. »

 

Quant à la création de 30 000 nouvelles places de crèches d’ici à 2022, il s'agit là d'un effet d'annonces....

Avec la baisse drastique des dotations globales de fonctionnement versées par l'Etat aux collectivités territoriales, beaucoup de communes, étranglées n'ouvriront pas de nouvelles places pour ne pas gréver leurs budgets.

La Fédération française des entreprises estime qu'il faudrait 230 000 places nouvelles, on est loin du compte et n'oublions pas les 5000 places de crèches supprimées chaque année, conséquence de la baisse des subventions.

Les subventions de fonctionnement sont calculées sur les seules heures d'accueil effectif, ce qui augmente la part de dépenses qui revient aux collectivités, déjà en difficultés.

 Cette Convention d'Objectif et de Gestion (COG) constitue une régression sociale et de nombreux militants familiaux s'interrogent à juste titre sur le soutien apporté par l'UNAF …..

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.38/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • soi même 13 octobre 19:19

    Quand on sait combien il y a de syndiqué en France, il est honteux votre propagande Stalinienne Léniniste.


    • zygzornifle zygzornifle 14 octobre 09:05

      Ceux qui râlent on étés les premiers a faire le sursaut républicain , la république vous a baisés ? vous étés encore plus nazes que je le pensait , allez bramer devant les grilles de votre boss à l’Élysée , il vous enverra 2 garnisons de CRS bien haineux pour vous péter la gueule et n’oubliez pas les selfies ....


      • Areole 15 octobre 23:12

        Pourquoi vous plaignez-vous ? 

        Chaque nouveau chômeur, chaque nouveau pauvre est un futur client pour vous. De plus, cela fait de belles histoires tristes à raconter sur Agoravox
        C’est tout un art que de savoir vivre dignement de la misère des autres. 
        Je vous prie donc de bien vouloir remercier, en mon nom, vos clients pour leur contribution anonyme et généreuse à l’écriture de vos articles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès